Abris

External ID
38
Displaying 1 - 10 of 10
| Urgence

Brésil : Inondations dans le Rio Grande do Sul

Depuis le 29 avril 2024, l'État brésilien du Rio Grande do Sul a connu des précipitations trois fois supérieures à la moyenne pour cette période de l'année. Plus de 440 des 496 municipalités du Rio Grande do Sul ont signalé des problèmes liés aux inondations, touchant environ 1,9 million de personnes. Au total, 141 personnes sont portées disparues, 756 ont été blessées, plus de 600 000 personnes ont été déplacées et plus de 81 000 vivent dans des abris. Au 10 mai, le nombre de morts s'élevait à 126. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) s'efforce de répondre aux besoins des personnes qui ont complètement perdu leur logement, en accordant une attention particulière à celles qui vivent dans des abris temporaires. La priorité sera donnée aux familles qui n'ont pas reçu d'assistance, en particulier les familles monoparentales avec des enfants de moins de cinq ans, les personnes âgées et les personnes vivant avec un handicap.Crédit photo : GILMAR ALVES / ASI / Agência Estado via AFP

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC lance un appel alors que la Mongolie fait face à son hiver le plus rigoureux depuis 50 ans

Genève/Kuala Lumpur/Oulan-Bator, 18 mars 2024: La Mongolie traverse son hiver le plus rigoureux depuis près d'un demi-siècle, aux prises avec les effets dévastateurs du Dzud. Depuis novembre de l’année dernière, des conditions météorologiques extrêmes ont désormais enveloppé 76 % du pays dans des conditions de White Dzud et Iron Dzud. Ces conditions couvrent les zones de pâturage avec de la neige et de la glace épaisses, limitant considérablement l'accès à la nourriture pour le bétail.Cependant, depuis février de cette année, le taux de mortalité du bétail a augmenté, touchant environ 75 pour cent de tous les ménages d'éleveurs. Le bilan actuel des pertes de bétail dépassant les 4,7 millions, les prévisions officielles prévoient une aggravation de la situation.Les moyens de subsistance des éleveurs, qui dépendent du bétail, des chèvres et des chevaux, sont gravement menacés. Selon l'évaluation du Centre d'opérations d'urgence,cette crise devrait être deux fois plus grave que celle de Dzud de l'année dernière. Il prévoit un impact plus important que l'événement majeur de Dzud en 2010, qui a entraîné la perte de 10,3 millions de têtes de bétail et touché 28 % de la population mongole. La crise affecte de manière disproportionnée les éleveurs possédant de petits troupeaux, qui sont confrontés à d’importants défis de relance.Plus de 7 000 familles manquent désormais de nourriture adéquate et les fortes chutes de neige ont enseveli plus de 1 000 gers (maisons traditionnelles) et abris de ménages d'éleveurs. À ce jour, 2257 familles d’éleveurs ont perdu plus de 70 % de leur cheptel, et des milliers d’autres ont besoin de services de santé de base, de carburant et de charbon.Bolormaa Nordov, secrétaire général de la Société de la Croix-Rouge mongole, a déclaré :« En tant que l'un des acteurs humanitaires les plus actifs du pays, la Croix-Rouge de Mongolie et ses partenaires travaillent sans relâche pour fournir une aide humanitaire aux personnes touchées en cette période difficile. Nous sommes reconnaissants que l'IFRC ait toujours été à nos côtés, soutenant nos efforts humanitaires au fil des années. Avec cet appel d’urgence, nous espérons minimiser l’impact de la situation d’urgence de Dzud et soutenir les ménages en leur proposant des solutions à plus long terme pour leur vie et leurs moyens de subsistance.»Depuis novembre 2023, la Croix-Rouge de Mongolie a dirigé les efforts de réponse, identifiant les besoins urgents, tels que la pénurie alimentaire, l'accès aux soins de santé et la destruction des moyens de subsistance. En outre, la Croix-Rouge de Mongolie a distribué des fournitures vitales telles que des couvertures chaudes pour animaux, bénéficiant à 5 100 familles d'éleveurs qui en ont un besoin urgent.Olga Dzhumaeva, chef de la délégation de l'IFRC pour l'Asie de l'Est, a déclaré:« Nous sommes témoins des nombreuses difficultés auxquelles de nombreux ménages d’éleveurs sont confrontés, depuis la perte de leur précieux bétail jusqu’aux difficultés financières, aux ressources limitées ainsi qu’aux immenses pressions sur la santé mentale et physique des personnes. Pourtant, nous voyons l'espoir inébranlable et la résilience de tant de familles alors qu'elles combattent la colère de l'hiver avec une force incroyable. La mortalité continue du bétail, la diminution des ressources et la détérioration des conditions de vie de centaines de milliers de personnes en Mongolie cet hiver nous rappellent cruellement le besoin urgent d’aide.»Pour soutenir la population de Mongolie, l'appel d'urgence de l'IFRC sollicite 4,5 millions de francs suisses pour atteindre jusqu'à 10 000 familles d'éleveurs touchées par le Dzud en leur offrant une aide en espèces, une protection des moyens de subsistance, un soutien sanitaire et psychosocial, une formation professionnelle et un engagement communautaire.Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected] Beijing:Kexuan Tong: +86 13147812269A Kuala Lumpur:Afrhill Rances: +60 192713641A Genève:Tommaso Della Longa: +41 797084367 Mrinalini Santhanam: +41 763815006

Lire plus
| Page de base

Don humanitaire islamique

En tant que plus grand réseau mondial d'organisations humanitaires et de volontaires basés localement, l'IFRC est particulièrement bien placée pour veiller à ce que votre don de Zakat ou deSadaqah parvienne aux personnes et aux communautés qui en ont le plus besoin. Entièrement accrédité pour recevoir des dons de la Zakat, nous sommes basés dans les communautés aux côtés de ceux que nous soutenons. Nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et améliorer leurs conditions de vie, en touchant des millions de personnes chaque année.

Lire plus
| Article

Après le tremblement de terre, la Croix-Rouge chinoise aide les gens à guérir et à reconstruire

Il y a un peu plus d'un mois, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,2 a frappé la préfecture de Linxia dans la province de Gansu en Chine. Le tremblement de terre s'est produit à minuit le 18 décembre 2023, alors que les gens dormaient par une froide nuit d'hiver, détruisant des maisons et faisant des victimes.Grâce à sa capacité de préparation aux catastrophes bien développée et à un mécanisme de coopération établi avec ses sections provinciales, la Société de la Croix-Rouge de Chine a réagi immédiatement, menant rapidement des opérations de sauvetage et d'assistance, tout en faisant preuve de célérité pour sauver des vies.Le premier lot de matériel de secours envoyé par la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge est arrivé dans les 12 heures qui ont suivi le tremblement de terre.Dans les heures et les jours qui ont suivi, plus de 20 équipes de secours de la Croix-Rouge, réparties en cinq catégories - de l'aide médicale au soutien psychologique - ont été envoyées dans la zone sinistrée.Les équipes ont effectué un travail d'intervention complet, comprenant la recherche et le sauvetage, le matériel d'aide de base, le soutien psychologique, la fourniture de repas et de sanitaires, la construction de sites de réinstallation, ainsi que le transport et la distribution de matériel d'aide aux sinistrés.Dans les dix jours qui ont suivi le tremblement de terre, les personnes touchées par le séisme ont emménagé dans des abris temporaires propres et chauds et l'enseignement a repris dans les écoles. Maintenant que la réponse rapide est terminée, l'opération est passée à la phase de relèvement et de reconstruction après la catastrophe.La santé mentale : un élément clé du relèvementAvec la normalisation progressive de la vie des gens, certains endroits du village ont commencé à offrir des cours de formation professionnelle tels que la soudure, les soins aux personnes âgées et l'entretien ménager, avec des subventions de formation. Les sessions de formation visent à rendre les gens plus confiants et capables de reconstruire leurs maisons et leurs moyens de subsistance.Un autre élément clé du relèvement consiste à aider les gens à s'adapter aux bouleversements considérables que le tremblement de terre a entraînés dans leur vie. C'est l'une des raisons pour lesquelles les volontaires organisent régulièrement des séances de conseil, ainsi que des activités ludiques et animées et des jeux pour les enfants dans de nombreuses zones de réinstallation.Un enfant demande à Chunhui Ji, chef de l'équipe du service psychologique de la Croix-Rouge de Gansu Mingrui, après une joyeuse séance de jeux sur l'un des sites de réinstallation : « Reviendras demain ?« L'intervention en cas de crise est un élément important du relèvement après une catastrophe », explique Chunhui Ji. « Si des conseils ne sont pas prodigués à temps, la santé psychologique et même physique des personnes touchées s'en trouvera affectée longtemps après la catastrophe, notamment en ce qui concerne la croissance des jeunes. »La différence que fait le conseil se voit dans la façon dont les enfants interagissent entre eux avant et après les séances. Un petit garçon, effrayé par le tremblement de terre et ses conséquences, était réticent à jouer ou à parler. Cependant, après la consultation avec le membre de l'équipe psychologique, sa nervosité s'est considérablement atténuée et il a commencé à participer activement aux jeux avec ses amis.« Les catastrophes telles que les tremblements de terre sont soudaines et provoquent de graves dommages », a déclaré Tao Tian, membre de l'équipe de secours psychologique et médecin à l'hôpital Ningxia Ningan. «Tout au long de la catastrophe et de la période qui suit, les gens peuvent présenter différents degrés de stress psychologique à différents moments, ce qui nécessite des techniques d'intervention adaptées pour aider à restaurer la santé mentale. »La Croix-Rouge de Chine attache une grande importance au bien-être mental des personnes touchées, en donnant la priorité à l'accompagnement psychologique des adolescents et des enfants. Répondant à un besoin impératif, 25 membres des équipes de secours psychologique de la Croix-Rouge du Gansu et du Ningxia ont été pleinement opérationnels sur les sites de réinstallation dès le troisième jour suivant le tremblement de terre.« Les gens sont exposés à des événements extrêmement pénibles lorsque des catastrophes, telles que des tremblements de terre, se produisent chez eux", explique Olga Dzhumaeva, chef de la délégation de l'IFRC pour l'Asie de l'Est. « S'occuper de la santé mentale des gens est une partie essentielle de ce que nous faisons pendant et après une catastrophe. Le soutien psychosocial aux personnes touchées, y compris les enfants, est un élément clé de la réponse humanitaire, qui a un impact inestimable sur la vie des personnes qui en ont cruellement besoin. »Quelques informations de l'agence de presse Xinhua

Lire plus
| Article

Afghanistan : trois mois après le séisme d’Herat, besoin urgent d’abris

Par Mir Abdul Tawab Razavy et Rachel Punitha Les tremblements de terre qui ont frappé l’État d’Herat, dans l’ouest de l’Afghanistan, en octobre 2023, ont détruit des maisons et coûté des vies sur une vaste étendue de terrain montagneux, depuis la ville principale de l’État, Herat, jusqu’aux villages de montagne situés à des kilomètres de là. L'épicentre a été enregistré près d'une chaîne de montagnes juste à l'ouest de l'État d'Herat, entraînant des destructions généralisées dans plus de 380 villages. La plupart des victimes étaient des femmes et des enfants. Les membres survivants de la famille se sont retrouvés plongés dans la dure réalité de la perte et du désespoir, à l’approche de l’hiver et de leurs maisons en ruines. Autrefois fières gardiennes de petits troupeaux de moutons, les familles sont désormais confrontées au défi de taille de reconstruire leur vie et leurs moyens de subsistance. Mais leur appel le plus immédiat est un abri sûr et chaud alors que les températures continuent de baisser. « Nous avons besoin d'aide pour reconstruire nos maisons », disent constamment les villageois aux équipes du Croissant-Rouge afghan et de l'IFRC qui visitent les villages et offrent un large éventail de soutien. Un soutien supplémentaire est nécessaire de toute urgence Le Croissant-Rouge afghan et la Fédération internationale ont travaillé ensemble pour aider les populations à reconstruire leurs maisons et à donner un sens à ce qui s'est passé. Le Croissant-Rouge afghan a déployé plus de 200 employés et volontaires, fournissant des abris d'urgence, des articles ménagers, de la nourriture, des services de santé et des articles WASH à plus de 112 000 personnes dans 40 villages. L’aide alimentaire qu’ils ont fournie a touché plus de 7300 ménages, tandis qu’une aide en espèces d’une valeur de plus de 22000 dollars américains (1568000 AFN) a été fournie à 410 familles. Les services de santé, notamment de santé mentale et de soutien psychosocial, ont été étendus à plus de 12000 personnes, avec le soutien de la Croix-Rouge danoise, de la Croix-Rouge norvégienne et de l'IFRC. Dès le début des tremblements de terre, plus de 15 000 articles d’abris d’urgence (bâches ou tentes) ont été distribués, tandis que le personnel et les bénévoles des équipes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge travaillent 24 heures sur 24 pour trouver des solutions d’abris permanents appropriés. Depuis lors, des ingénieurs en abris ont été déployés dans les zones et évaluent leurs besoins en abris en vue d'un achat immédiat. En collaboration avec le Croissant-Rouge afghan, l'IFRC a mobilisé un soutien financier supplémentaire pour Herat par le biais de son réseau et de l'appel d'urgence plus large pour la crise humanitaire en Afghanistan. Mais il faut faire davantage pour garantir que les habitants de l’État d’Herat disposent de ce dont ils ont besoin pour affronter les nuits de froid glacial. Creuser pour rester au chaud Dans un village à flanc de montagne, Abdul Qayoum est aux prises avec la responsabilité de quatre enfants, dont deux très jeunes enfants. Comme leur tente offrait peu de protection contre le froid mordant et les vents incessants, surtout pendant la nuit, ses enfants frissonnaient nuit après nuit. N'ayant pas d'autre choix, Abdul Qayoum a commencé à travailler sans relâche, creusant le sol impitoyable dans une tentative désespérée de créer un espace plus sûr, dans lequel il pourrait s'installer avec ses enfants afin que les vents hurlent devant eux. Ses yeux reflétaient un mélange de détermination et de désespoir alors qu’il expliquait le sort de sa famille. Dans ce village, les équipes de l'IFRC ont également observé un groupe de mères et de grands-mères qui tentaient de monter une tente à mains nues dans le froid. Ils espéraient qu’il résisterait aux vents violents de la nuit. Un abri plus résilient Afghan Red Crescent and IFRC shelter teams have been working urgently along with other humanitarian organisations to approve a shelter design that can be constructed locally and will be able to withstand further shocks. “We will be including volunteers from villages and local masons from the cities in our training sessions on how to mount proper bracing for the walls of their new shelters,” says an IFRC Shelter specialist deployed to Herat. “The homes that were destroyed in the earthquake were all made of mud or clay and were built by hand. Unfortunately, that is why they were reduced to rubble so fast. "Maintenant, nous voulons nous assurer qu'ils savent comment inclure des renforts en métal ou même en bois dans leurs murs et leurs toits afin que leurs maisons puissent résister à un plus grand degré de choc." ‘Mon seul espoir’ En attendant, les gens tentent de garder espoir, même s’ils pleurent ce qu’ils ont perdu. Halima [nom fictif], 45 ans, dit qu'elle peut profiter d'un peu de chaleur pendant une courte période lorsqu'elle cuisine dans sa tente pour se réchauffer. Elle admet que ce n’est pas très sûr, mais elle n’a pas d’autre choix. Halima avait adopté un jeune garçon de sa communauté car elle n’avait pas d’enfants. C'est l'une des nombreuses façons dont les gens veillent les uns sur les autres au sein de la communauté, dit-elle. Malheureusement, son fils adoptif a perdu la vie dans le tremblement de terre. « Il était mon seul espoir », dit-elle avec une expression de profonde angoisse.

Lire plus
| Article

Soutien aux sans-abri en Espagne : Les volontaires de la Croix-Rouge espagnole offrent une chaleureuse étreinte lors des froides nuits d'hiver

Quatre bougies sur une table instable constituent le seul moyen de chauffage et d'éclairage de la maison de fortune de Sonia et José Antonio, dont les quatre murs semblent tenir par miracle. Pour éclairer, les bougies font leur travail, du moins pour le minuscule espace de vie. Pour le chauffage, les bougies ne suffisent pas : par une nuit froide de 6 degrés à l'extérieur comme à l'intérieur. Les toux sèches répétées de Sonia, 38 ans, ne sont qu'une conséquence du manque de chaleur. Le genre de froid qui pénètre dans les os. «Ils devraient lui donner une carte VIP à l'hôpital», plaisante José Antonio, en énumérant ses affections pulmonaires. Ils sont en couple depuis quatre ans, presque aussi longtemps qu'ils vivent entre ces quatre murs au milieu d'un site qui était autrefois une importante usine de camions dans la banlieue d'Alcalá de Henares, à Madrid. Ce soir, comme tant d'autres, ils reçoivent la visite de Juani et Basilio, deux volontaires des équipes de soins aux sans-abri de la Croix-Rouge espagnole. Ils ont apporté de la nourriture, comme le sentent les deux chiots mastiffs, qui cherchent sans cesse des câlins auprès des bénévoles. «Allez, descendez de là,» dit José Antonio à ses chiots, «Il ne faut pas être câlin, il faut défendre la maison»,dit-il en se lamentant. Un générateur leur a récemment été volé, et avec lui, leur chauffage. Les volontaires de la Croix-Rouge conseillent le couple sur certaines aides qu'ils peuvent offrir, les démarches administratives, mais, surtout, ils passent du temps avec eux. «Notre principal travail consiste à les écouter, à les amener à s'ouvrir. Imaginez que vous vivez seul, dans la rue, et que vous n'avez personne à qui parler du moment où vous vous levez jusqu'au moment où vous vous couchez», explique Basilio, un ancien militaire, qui en est à sa deuxième année de volontariat dans le programme d'aide aux sans-abri. L'itinéraire de Juani et Basilio les mène ensuite aux vestiaires inachevés d'une installation sportive de la région. Il n'y a pas de fenêtres, pas de portes, pas d'électricité, pas d'eau. Le "locataire" actuel, Javier, arrive peu après à vélo. À la lumière des téléphones portables, en marchant parmi les décombres, on peut voir des matelas déchirés, des vêtements jetés et des boîtes de conserve vides. Mais les rires commencent. Javier s'est trouvé une nouvelle petite amie et montre fièrement des photos d'elle aux volontaires Juani et Basilio sur son téléphone portable. Il est très heureux avec elle. Sa dernière petite amie le battait. « C'est le principal problème, les dépendances que beaucoup de personnes avec lesquelles nous travaillons portent avec elles et la violence qui les accompagne», souligne Basilio. L'itinéraire nocturne de Juani et Basilio les conduit ensuite dans un vieil entrepôt situé dans une zone industrielle d'Alcalá. Là, ils riront encore et feront quelques blagues avec Moisa, 68 ans, d'origine roumaine. Moisa a réussi à transformer le vieil entrepôt en quelque chose qui ressemble à une maison. Il a même un téléviseur sur lequel il regarde des films de cow-boys, le genre démodé qu'il aime. Alors qu'il allume une cigarette, sous le regard désapprobateur de Juani et Basilio, ils commencent à parler du divin et de l'humain et passent rapidement de la politique à des sujets plus légers, comme la chanteuse Carla Bruni. Après avoir déposé de la nourriture, Basilio et Juani entament le voyage de retour vers le siège de la Croix-Rouge à Alcalá. Ils sont un peu tristes, disent-ils. Ils ont récemment perdu un ami de la rue. Un "membre de la famille", comme ils l'appellent. Parce que, pour eux, ils sont tous comme une famille. «Au moins, il n'est pas mort dans la rue, ils ont pu l'emmener à l'hôpital et il est décédé dans un lit»,souligne Basilio. «Malgré tout, nous devons continuer, nous ne pouvons pas ramener nos problèmes à la maison et laisser les situations que nous vivons nous briser ; je peux aider si je suis bien, si je souris», dit Juani, qui a déjà été en congé de maladie par le passé lorsqu'une autre personne qu'il soutenait est décédée. Soutien complet aux sans-abri Juani et Basilio sont deux des plus de 5 000 volontaires de la Croix-Rouge espagnole qui travaillent avec les sans-abri en Espagne. La Croix-Rouge espagnole gère 77 unités d'urgence sociale (UES) à cet effet dans près de 40 provinces. En outre, elle offre 800 places dans des logements temporaires pour les moments critiques et gère 31 centres de jour dans lesquels elle peut proposer des douches, des services de blanchisserie ou de cantine en cas de besoin. Faisant partie d'un réseau plus large d'organisations offrant un soutien aux sans-abri, ils peuvent également orienter ou transporter les personnes qui ont besoin d'aide vers d'autres logements ou services si nécessaire. «L'objectif de notre travail n'est pas seulement de fournir des biens de base tels que de la nourriture, un abri et des produits d'hygiène, mais aussi de travailler à l'inclusion sociale des sans-abri», explique Raquel Zafra, responsable du programme à Alcalá de Henares. «Notre objectif est toujours que les personnes se dirigent vers différents espaces où nous pouvons leur apporter un soutien plus approfondi sous forme de prise en charge sociale, de suivi et d'accompagnement, d'information et d'orientation, de médiation ou d'activités de formation», souligne Mme Zafra. Grâce aux unités d'urgence sociale, la Croix-Rouge espagnole a aidé plus de 18 000 personnes en 2022.

Lire plus
| Communiqué de presse

Ukraine : Un an après, l'IFRC alerte contre les blessures psychologiques qui ajoutent une couche supplémentaire de douleur

Genève / Budapest / Kiev 23 février 2023 - Les blessures psychologiques du conflit armé international en Ukraine ajoutent une autre couche de douleur aux personnes qui ont déjà du mal à faire face aux besoins en matière de logement, de faim et de moyens de subsistance, alerte la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). Alors que les effets de l'année dernière continuent d'affecter les familles, le réseau de l'IFRC mène la plus grande réponse humanitaire de son histoire. Grâce à un appel de 1,6 milliard de francs suisses lancé dans 58 pays, le réseau de l'IFRC a permis à plus de deux millions de personnes de bénéficier de soins médicaux, d'un soutien en matière de santé mentale et d'un abri, et a distribué jusqu'à présent plus de 87 millions de francs suisses d'aide en espèces afin d'offrir choix et dignité aux familles qui ont tout perdu. Au total, 42 Sociétés nationales membres de l'IFRC sont engagées dans des activités de soutien aux personnes originaires d'Ukraine. Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : «Cette année éprouvante a ravagé la vie de millions de personnes et entrainant des dommages psychologiques aussi importants que les blessures physiques. Nous nous préparons à étendre nos interventions en matière de santé mentale aux côtés de l'argent liquide, des abris, des soins médicaux et de l'aide d'urgence pour aider les gens à gérer le dur hiver avec les coupures d'électricité et les pénuries d'eau.» Les équipes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont à l'œuvre partout - des abris anti-bombes de Bakhmut aux nouvelles maisons des réfugiés au-delà des frontières - et ont fourni un soutien psychosocial à plus d'un million de personnes depuis février 2022. À mesure que le temps passe, il faut faire davantage pour s'occuper de la santé mentale. «Le traumatisme ne connaît pas de frontières : ceux qui se trouvent en Ukraine et ceux qui ont fui ont tout autant besoin de réconfort, de stabilité et d'un sentiment de normalité» remarque M. Chapagain. La Croix-Rouge ukrainienne a fourni un soutien psychosocial à des centaines de milliers de personnes depuis le début de l'escalade du conflit. En outre, 34 autres Sociétés nationales membres de l'IFRC apportent une aide spécialisée à des centaines de milliers de personnes qui ont cherché refuge dans d'autres pays. Le Directeur général de la Croix-Rouge ukrainienne, Maksym Dotsenko, a déclaré : «Ils ont perdu des êtres chers, des maisons, des emplois, tout - c'est assez accablant. Les gens vivent dans l'incertitude et cette angoisse les ronge de l'intérieur, ce qui aggrave encore la crise de santé mentale. «Aider les familles à trouver des mécanismes d'adaptation, des traitements et du soutien est crucial pour nous. Nous formons les gens sur la façon de répondre aux urgences en matière de santé mentale et cette formation a lieu dans des abris anti-bombes et des sous-sols.» Dans les pays voisins, les Sociétés nationales membres de l'IFRC reçoivent un nombre croissant de demandes d'aide en matière de santé mentale par le biais de leurs systèmes de retour d'informations communautaires. «Nous sommes encore loin du relèvement pour les personnes originaires d'Ukraine, mais assurer un soutien en matière de santé mentale, parallèlement à une aide en espèces, à une protection et à d'autres services de base, est un moyen de contribuer à ce relèvement éventuel», déclare M. Chapagain. Au cours de l'année écoulée, le réseau de l'IFRC a mobilisé plus de 124 000 volontaires pour répondre aux besoins urgents des personnes touchées par ce conflit armé international. Pour plus d'informations, merci de contacter: [email protected] A Kiev: Nichola Jones, +44 7715 459956 A Budapest: Corrie Butler, +36 70 430 6506 A Genève: Jenelle Eli, +1 202 603 6803 Matériel audiovisuel disponible pour les médias dans la salle de presse de l'IFRC. Note aux rédacteurs : Dans le cadre d'une initiative régionale visant à répondre au besoin massif de soutien en matière de santé mentale, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge d'Ukraine et de 24 pays de l'UE ont uni leurs forces pour fournir des services de santé mentale et de soutien psychosocial à plus de 590 000 personnes sur une période de trois ans. Les publics cibles sont les personnes déplacées en Ukraine et dans les pays de l'UE touchés, les soignants, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées, les communautés d'accueil, ainsi que les volontaires et le personnel de la Croix-Rouge. Financé par l'Union européenne et avec l'assistance technique de l'IFRC et du Centre psychosocial de l'IFRC, le projet EU4Health met en relation des personnes vulnérables avec des professionnels de la santé mentale et des volontaires des 25 Sociétés nationales.

Lire plus
| Article

Inondations au Pakistan : Six mois après, les besoins humanitaires restent importants

Cela fait presque six mois que des inondations soudaines ont frappé certaines parties du Pakistan, et des centaines de milliers de personnes sont encore sous le choc des conséquences de ces inondations. Des maisons, des moyens de subsistance et des terres agricoles ont été détruits, et de nombreuses régions du pays sont toujours sous l'eau. On estime que 33 millions de personnes ont été touchées, dont 20 millions vivent toujours dans des conditions difficiles. Et maintenant que le pays est entré dans la période hivernale, de nombreuses communautés touchées sont confrontées à un nouveau défi de taille: survivre sans logement, sans nourriture, sans eau potable et sans source de combustible pour se chauffer. Le Croissant-Rouge du Pakistan, avec le soutien de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), a fourni à un secours vital aux familles touchées par les inondations, en particulier dans les régions éloignées, touchant près de 600 000 personnes à ce jour. Le Croissant-Rouge palestinien est entré en action dès que les inondations ont frappé le pays, en distribuant de la nourriture prête à la consommation et des colis alimentaires pour lutter contre la faim, qui a tué certaines personnes par inanition. Leurs volontaires ont également distribué rapidement des articles essentiels tels que des jerricans pliables pour stocker l'eau potable, des ustensiles de cuisine et des kits d'hygiène. Les abris sûrs restent une priorité absolue dans notre réponse. De nombreuses personnes ont été contraintes de quitter leurs maisons inondées et de se réfugier dans le centre d'évacuation le plus proche. Certaines ont dû dormir sur le bord de la route - sans protection et avec à peine quelques ressources pour construire un toit au-dessus de leur tête. Le Croissant-Rouge palestinien, avec le soutien de l'IFRC et de ses partenaires, a distribué des tentes, des kits d'outils pour les abris, des bâches, des couvertures et des moustiquaires dans différentes régions touchées afin de répondre aux besoins immédiats des personnes en matière d'abris. Dans les zones où les eaux se retirent, les problèmes de santé et d'hygiène, notamment le choléra, la dengue et le paludisme, menacent gravement le bien-être de la population. De nombreuses régions ont également signalé des cas de gale, notamment chez les enfants qui jouent dans les eaux de crue. Avant les inondations, les mauvaises conditions d'assainissement et d'hygiène étaient déjà préoccupantes dans les provinces du Baloutchistan, de Khyber Pakhtunkhwa et de Sindh. Les inondations et les glissements de terrain n'ont fait qu'aggraver la situation sanitaire générale. En réponse, l'IFRC a aidé le Croissant-Rouge palestinien à renforcer ses services de santé et d'hygiène. Les volontaires gèrent par exemple des unités sanitaires mobiles dans les zones les plus touchées afin de fournir des soins médicaux d'urgence, notamment aux femmes et aux enfants. "Les unités de santé mobiles ont été extrêmement bénéfiques pour moi et pour cette communauté", déclare Jamila, une mère de quatre enfants de la province de Sindh qui attend son cinquième enfant. Les adultes et les enfants du village où vit Jamila, Dayee Ji Wandh, ont reçu une assistance médicale et des médicaments pour leurs problèmes. Il a été facile pour Jamila et d'autres femmes enceintes d'obtenir des conseils pour des problèmes de santé courants, tels que la fièvre et la diarrhée. Écoutez Jamila dans cette vidéo : "Grâce aux unités de santé mobiles, les habitants amènent leurs enfants malades pour qu'ils soient soignés chaque fois que cela est nécessaire", a déclaré Sabira Solangi, une volontaire du Croissant-Rouge du Pakistan de la même région. L'eau contaminée est un autre grand problème, surtout dans le Sindh où la qualité de l'eau est exceptionnellement mauvaise dans toute la région. Les quelques pompes manuelles qui existaient pour offrir de l'eau potable ont été gravement endommagées pendant les inondations. L'équipe de l'IFRC chargée de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène a travaillé 24 heures sur 24 pour fournir de l'eau potable. Elle a également procédé à des évaluations approfondies afin de déterminer les endroits où installer de nouvelles pompes manuelles et creuser des puits de forage. L'IFRC a également aidé le Croissant-Rouge du Pakistan à installer des stations de traitement d'eau et des latrines mobiles dans différents districts afin d'aider les personnes ayant besoin d'eau potable. "Nous apprécions vraiment ce que le Croissant-Rouge a mis en place ici, notamment en ce qui concerne l'eau potable. C'est un besoin fondamental pour tous, et ce fut un tel soulagement lorsque les stations de traitement ont été installées", adéclaré Maula Bakhsh Khakrani, un jeune homme de 20 ans originaire de Jacobabad, dans la province du Sindh. S'exprimant sur la situation actuelle dans le pays, le président du Croissant-Rouge du Pakistan, Shahid Ahmed Laghari, a déclaré : "Les besoins massifs nécessitent un soutien massif. Le Croissant-Rouge du Pakistan demande à tous les donateurs potentiels de soutenir les efforts de relèvement rapide, de réhabilitation et de reconstruction en faveur des populations touchées par les inondations." -- Cliquez ici pour en savoir plus sur l'appel d'urgence de l'IFRC pour les inondations au Pakistan. Et cliquez ici pour faire un don à notre action en cours.

Lire plus
| Communiqué de presse

Tonga : L'aide s'intensifie après l'éruption et le tsunami

Kuala Lumpur/Suva, 26 janvier 2022 - Les équipes de secours locales fournissent d'urgence des fournitures aux communautés des Tonga, durement touchées par une éruption volcanique et un tsunami qui ont détruit des centaines de maisons et laissé des milliers de personnes sans eau potable. Les dons sont en train d'être déchargés après que l'aéroport ait été débarrassé des cendres, permettant ainsi aux avions d'atterrir en toute sécurité. Le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge de Tonga sont venus en aide aux populations dès le déclenchement de l'alerte au tsunami et ont intensifié l'acheminement d'eau potable, d'abris temporaires et d'autres fournitures de secours essentielles à travers les nombreuses îles du pays. Sione Taumoefolau, secrétaire général de la Croix-Rouge de Tonga, a déclaré : Sione Taumoefolau, secrétaire général de la Croix-Rouge de Tonga, a déclaré : "Cette catastrophe a secoué le peuple de Tonga comme nous ne l'avions jamais vu de notre vie. Le tsunami a balayé des maisons et des villages, mais nous sommes déjà en train de reconstruire au milieu des cendres. "Après avoir été coupés du monde, nous sommes très reconnaissants pour les secours qui arrivent sur nos côtes. Nos équipes de la Croix-Rouge utilisent des bateaux et des camions pour transporter ces articles vitaux jusqu'aux communautés qui ont besoin d'abris, d'eau et d'autres produits de première nécessité. "Il est urgent que les gens aient accès à des sources d'eau potable dans les jours et les semaines à venir. Des cendres se sont déposées dans les réservoirs d'eau, ce qui nécessite un temps de sédimentation et un traitement minutieux avant utilisation. Elles ont aussi recouvert une grande partie du pays, y compris les maisons et les cultures. "Il est essentiel de nettoyer ces cendres pour éviter qu'elles ne s'infiltrent dans les réserves d'eau lors des prochaines pluies. "L'hébergement est une priorité absolue pour les familles dont les maisons ont été complètement détruites par le tsunami. Les gens ont tout perdu. Nous devons apporter une aide immédiate, puis nous tourner vers le long terme. Ce sera une période difficile, mais nous nous en remettrons." Afin de soutenir les efforts de notre réponse locale, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ( IFRC ) a lancé un appel d'urgence de 2,5 millions de francs suisses pour fournir une aide d'urgence comprenant de l'eau potable, des bâches, des matériaux pour les abris, y compris des kits d'outils pour la reconstruction, des articles ménagers tels que des ustensiles de cuisine et des kits d'hygiène. Katie Greenwood, chef de délégation de l'IFRC pour le Pacifique, a déclaré : "Alors que les dommages subis par certaines îles sont vraiment dévastateurs, il est réconfortant de voir que la Croix-Rouge et les gouvernements du monde entier apportent leur aide à la population durement touchée de Tonga, en permettant la fourniture de services et d'articles de première nécessité. "Une réponse humanitaire bien coordonnée, qui rassemble les gouvernements et les organisations internationales pour soutenir les agences locales comme la Croix-Rouge de Tonga, est cruciale dans le Pacifique. Ces partenariats sont essentiels à la fourniture efficace de l'aide immédiate et du soutien à plus long terme." Pour de plus amples informations, veuillez contacter: A Suva: Soneel Ram, +679 9983 688, [email protected] Bureau de l'Asie-pacifique: Joe Cropp, +61 491 743 089, [email protected] Bureau de l'Asie-pacifique: Antony Balmain, +60 12 230 8451, [email protected]

Lire plus
| Page de base

Abris et établissements

La programmation des abris et des établissements humains est une partie essentielle de l'aide humanitaire fournie par l'IFRC et nos Sociétés nationales. Elle est importante non seulement au lendemain d'une catastrophe, mais aussi pour aider à restaurer la dignité des communautés et à renforcer leur résilience face aux chocs et aux risques futurs.

Lire plus