Engagement communautaire et redevabilté

Displaying 1 - 10 of 10
|
Article

Épidémie d'Ebola en Ouganda en 2022 : l'importance d'enterrements sûrs et dignes

Dans tous les pays du monde, les rituels funéraires - qu'ils soient culturels, traditionnels ou religieux - sont un moyen important d'honorer les morts et d'aider les gens à faire leur deuil. Pour de nombreuses communautés, les pratiques funéraires spéciales leur permettent de faire leurs adieux à leurs proches d'une manière respectueuse et significative. La perte d'un être cher n'est jamais facile. Mais que se passe-t-il si l'un de vos proches décède et que l'on vous dit que les traditions funéraires chères à votre communauté peuvent vous mettre tous en danger ?C'est ce qui est arrivé aux habitants de Mubende, en Ouganda, en septembre 2022, lorsque le pays a déclaré sa première épidémie d'Ebola en plus de dix ans. Le gouvernement a interdit aux communautés d'enterrer leurs proches en raison des risques encourus, déclarant que les enterrements devaient être gérés par des équipes formées à l'enterrement dans la sécurité et la dignité.Ebola est une maladie cruelle. Mortelle en l'absence de traitement et très contagieuse, elle se transmet d'une personne à l'autre par contact direct et par les fluides corporels. Lorsqu'une personne est infectée, sa famille et ses amis ne sont pas en mesure de lui prodiguer des soins. Et lorsqu'une personne meurt d'Ebola, son corps reste hautement contagieux jusqu'à sept jours, ce qui signifie que des mesures d'enterrement sûres et dignes doivent être prises pour éviter toute nouvelle infection.Kuteesa Samuel, de Mubende, ne le sait que trop bien. Il a perdu sa femme de 20 ans, Monica, à cause d'Ebola lors de l'épidémie de 2022. Monica était enceinte de sept mois à l'époque, ce qui signifie que Samuel a également perdu son enfant à naître.Dans la culture de Samuel, il est de coutume de laver et d'envelopper le corps du défunt. Et si une femme enceinte meurt dans la communauté, la tradition veut que le fœtus soit enterré dans une tombe séparée. Mais pendant la période d'Ebola, ces pratiques auraient constitué une menace mortelle pour la santé de la population.Sachant cela, la Croix-Rouge ougandaise était prête à intervenir.Locale, connue, et digne de confianceLes employés et les volontaires de la Croix-Rouge ougandaise font partie du tissu social de l'Ouganda. Ils sont issus des communautés qu'ils servent, suivent les mêmes coutumes locales et comprennent parfaitement les besoins et les sensibilités des gens en cas de catastrophe.Ils ont donc compris pourquoi la communauté de Samuel était effrayée, désorientée et réticente à abandonner ses traditions.Mais suite à l'engagement sensible, patient et répété des volontaires locaux de la Croix-Rouge - qui ont travaillé main dans la main avec les autorités sanitaires locales et les dirigeants de la communauté - la communauté de Samuel a accepté un compromis. Le corps de Monica a été laissé intact et enterré en toute sécurité par des équipes de la Croix-Rouge formées à cet effet et respectant des protocoles de santé et de sécurité stricts. Une fleur de bananier a été symboliquement enterrée dans une tombe séparée pour marquer la perte de l'enfant à naître de Samuel. « Après que les agents de santé se soient engagés et nous aient tout expliqué, nous sommes parvenus à un accord. [...] Sans la Croix-Rouge ougandaise, nous ne saurions même pas où les défunts seraient enterrés. Ils nous ont aidés à enterrer les défunts pour nous assurer que nous ne serions pas infectés. Nous apprécions donc beaucoup la Croix-Rouge", explique Samuel.La préparation sauve des viesDepuis la dernière épidémie d'Ebola en 2012, la Croix-Rouge ougandaise avait travaillé dur pour améliorer sa préparation aux futures urgences sanitaires et renforcer son rôle d'auxiliaire soutenant le ministère de la Santé lors des épidémies.Avec le soutien de 'IFRC à travers le Programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3) financé par USAID, ainsi que par le biais d'un appel d'urgence pour la préparation à Ebola (2018-2021) et d'une opération du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) (2018-2020), ils ont entrepris de nombreuses activités de préparation à travers différentes parties du pays.La préparation aux situations d'urgence implique de prévoir le pire, et l'une de ces activités consistait donc à créer un groupe de formateurs et d'équipes qualifiés en matière d'inhumations sûres et dignes dans l'ensemble du pays. Ces équipes étaient prêtes à être déployées immédiatement pour soutenir des communautés comme celle de Samuel lorsque l'épidémie d'Ebola de 2022 a commencé. "Le CP3 a joué un rôle déterminant dans cette intervention. Nous n'avons pu réagir à temps que parce que nous nous étions préparés. Nous avions déjà des équipes préparées, ce qui nous a permis de réagir rapidement", explique le Dr Joseph Kasumba, responsable de la préparation aux épidémies et aux pandémies au sein de la Croix-Rouge ougandaise, qui a dirigé l'intervention.L'humanité dans les moments les plus sombresPendant l'épidémie d'Ebola de 2022, les équipes de la Croix-Rouge ougandaise ont procédé à 512 enterrements sûrs et dignes. Ces efforts ont permis de déclarer la fin de l'épidémie en un temps record de quatre mois.Ce qui est plus difficile à quantifier, c'est le soutien émotionnel et les soins significatifs que les équipes de la Croix-Rouge ont apportés aux communautés dans les pires moments de leur vie. Voici quelques témoignages poignants de personnes touchées par Ebola ou impliquées dans la riposte :"Lorsqu'il s'agit de la maladie à virus Ebola, les communautés ont toujours besoin de quelqu'un en qui elles peuvent avoir confiance, avec qui elles peuvent s'identifier. Et le fait que la Croix-Rouge fasse toujours partie de la communauté... nous connaissons les pratiques culturelles en vigueur. Nous savons ce que la communauté veut que nous fassions et elle se sent en confiance en s'identifiant à nous, même dans cette période de deuil et de chagrin". - Dr Joseph Kasumba"Nous remercions vraiment les agents de santé parce qu'ils nous ont appris à nous protéger. Nous sommes toujours reconnaissants de ce qu'ils ont fait. C'était un miracle pour nous. - Janet, habitante de Mubende"Depuis qu'Ebola a commencé à Mubende, c'est la Croix-Rouge qui nous a accompagnés. Chaque communauté connaît la Croix-Rouge ici. Nous vous remercions pour le travail que vous avez accompli. Les habitants de Mubende vous remercient d'avoir offert vos vies pour intervenir et sauver des vies." - Rosemary Byabashaija - Commissaire de district résidente à MubendeSi vous avez trouvé cette histoire intéressante et souhaitez en savoir plus :Visitez le site internet de la Société de la Croix-Rouge ougandaise;Cliquez ici pour en savoir plus sur le Programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3);Financé par l'USAID, le CP3 aide les communautés, les sociétés nationales et d'autres partenaires dans sept pays à se préparer, à prévenir, à détecter et à répondre aux menaces de maladies;Abonnez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies.

|
Article

La Croix-Rouge guinéenne soutient les communautés dans la lutte contre la rage

Le petit Ousmane était chez lui à Faranah, dans le centre de la Guinée, lorsqu'il a remarqué un chien errant devant sa maison. Curieux et désireux de jouer, il s'est approché de l’animal. Mais avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, le chien s'est levé d'un bond agressif et l'a mordu à la poitrine et à la main.Son grand-père a alerté les volontaires locaux de la Croix-Rouge guinéenne, qui sont arrivés rapidement pour soigner Ousmane, laver ses blessures et retrouver le chien pour investigation. Heureusement, ils ont pu faire en sorte qu'Ousmane reçoive le traitement médical nécessaire. Les tests de laboratoire ont ensuite confirmé que le chien avait la rage. Sans l'intervention rapide des volontaires, il est probable qu’Ousmane n'aurait pas survécu.Un tel incident est le cauchemar d'un parent et une source d'inquiétude pour les communautés en Guinée. Mais dans le cadre duProgramme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3), financé par l'USAID, la Croix-Rouge guinéenne mène différentes activités visant à réduire les risques de la rage et à faire en sorte que les morsures de chien mortelles appartiennent au passé.Sensibiliser les communautésPour prévenir la propagation de maladies comme la rage, il faut que les communautés aient les informations exactes et fiables sur les moyens de se protéger.Les volontaires de la Croix-Rouge guinéenne, connus et bénéficiant de la confiance de leurs communautés, font régulièrement du porte-à-porte, organisent des réunions communautaires et participent à des émissions de radio locales pour informer les gens sur les risques liés à la rage, les modes de propagation et les moyens de se protéger.Grâce à cet engagement, les communautés apprennent qu'il est important de signaler les animaux errants présentant des comportements inhabituels ou agressifs et de surveiller les signes de la rage chez leurs propres animaux.Soutenir les campagnes de vaccinationLa vaccination des chiens est la mesure préventive la plus efficace pour réduire le risque de rage.Mais pour qu'une campagne de vaccination contre la rage soit couronnée de succès, il faut que les membres de la communauté comprennent l'intérêt de vacciner leurs animaux de compagnie et, surtout, qu'ils se présentent en grand nombre le jour de la vaccination.C'est là que la Croix-Rouge guinéenne intervient. Le ministère de l'agriculture et de l'élevage fournit les vaccins et le personnel vétérinaire pour les administrer, et les volontaires de la Croix-Rouge guinéenne suscitent la demande au sein des communautés et accompagnent les intéressés à leur rendez-vous.« Grâce à la campagne de vaccination, dont nous avons entendu parler par les volontaires de la Croix-Rouge, nos chiens ne sont plus une menace, mais des compagnons en bonne santé. C'est un acte de responsabilité pour la sécurité de tous. La vaccination des chiens protège notre communauté", explique Mamadi Fofana, un guérisseur traditionnel et chasseur de Faranah qui a été convaincu de vacciner ses chiens contre la rage.Surveiller la population canineLes vaccins contre la rage ne durent pas éternellement. Les animaux ont besoin d'un rappel tous les 1 à 3 ans pour rester indemnes de la rage. La Croix-Rouge guinéenne a donc mis en place une base de données des chiens afin de surveiller la population canine de Faranah.Les volontaires notent quand et combien de doses de vaccin ont été administrées, et enregistrent les coordonnées des propriétaires afin qu'ils puissent les contacter lorsqu'il est temps de faire un rappel.En cas de morsure, la base de données permet de retrouver le propriétaire afin de mener une investigation et de le sensibiliser à l'importance d'assumer la responsabilité de son animal.Les données sont également utilisées par le ministère de l'agriculture et de l'élevage pour savoir combien de doses de vaccins sont nécessaires lors de la planification des campagnes de vaccination des chiens.Réponse aux morsures et la surveillance à base communautaireLorsqu'un habitant de Faranah est griffé ou mordu par un animal potentiellement enragé, les volontaires de la Croix-Rouge guinéenne sont généralement les premiers à l'apprendre et à arriver sur les lieux.Formés à la lutte contre les épidémies, ils peuvent apporter les premiers soins indispensables. En cas de suspicion de rage, il s'agit de laver vigoureusement la plaie à l'eau et au savon pendant 15 minutes et de l'envelopper dans un bandage propre en attendant les soins d'urgence.Grâce à un système de surveillance à base communautaire digital, appeléNyss, les volontaires signalent rapidement les cas de morsure à leurs superviseurs, qui peuvent alors transmettre l'alerte aux autorités locales chargées de la santé humaine, animale et environnementale, afin qu'elles procèdent à une investigation et à un traitement rapides.Chaque seconde compte lorsqu'une personne est mordue. En tant qu'yeux et oreilles au sein des communautés locales, les volontaires de la Croix-Rouge guinéenne jouent un rôle essentiel dans la détection et l'alerte précoce des cas suspects de rage, afin de maximiser les chances de survie des personnes concernées.La lutte contre la rage en Guinée est un marathon et non un sprint. Mais grâce à un engagement patient et continu auprès des communautés locales et à une collaboration étroite avec les autorités pour signaler rapidement les morsures et y répondre, la Croix-Rouge guinéenne aide les habitants de Faranah à rester en sécurité et en bonne santé face à cette maladie mortelle.—Les activités présentées dans cet article font partie duProgramme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3).Financé parl'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le programme aide les communautés, les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d'autres partenaires à se préparer, à prévenir et à détecter les menaces de maladies et à y répondre.Si vous avez apprécié cet article et souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous aubulletin d'information de l’IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies (disponible en anglais et français).

|
Article

Journée mondiale de la radio : Comment la radio contribue à maintenir les communautés en bonne santé et en sécurité

Bien que nous vivions dans un monde de plus en plus numérique, la radio reste une source importante d'information, de divertissement et de connexion dans les pays du monde entier.C'est particulièrement vrai dans les communautés rurales, pour lesquelles la radio est souvent la source d'information la plus fiable, voire la seule, à des kilomètres à la ronde.Imaginez que vous viviez dans l'une de ces communautés, loin du centre de santé le plus proche. Vous remarquez que les gens tombent malades et vous ne savez pas pourquoi. En quête de réponses, vous écoutez votre station de radio locale.Le présentateur parle de la "maladie mystérieuse" d'une manière paniquée, en disant à quel point les symptômes sont horribles, combien de personnes sont mortes et comment il faut éviter à tout prix les personnes infectées. Il a entendu dire que la maladie pourrait être une sorte de malédiction et que, apparemment, boire de l'eau salée peut vous protéger.En entendant ce rapport, et en l'absence d'autres sources vers lesquelles se tourner, vous vous sentiriez probablement effrayé et ne sauriez pas quoi faire.Mais imaginez que vous soyez à l'écoute d'une émission totalement différente. Le présentateur offre calmement des informations pratiques sur la maladie - son nom, ses symptômes, son mode de propagation et les mesures que vous pouvez prendre pour vous protéger. Il interroge un médecin local que vous connaissez et en qui vous avez confiance et qui répond aux questions et aux inquiétudes les plus courantes.Vous seriez rassuré et disposeriez des informations dont vous avez besoin pour assurer votre sécurité et celle de votre famille.Dans plusieurs pays, l'IFRC et ses Sociétés nationales s'associent aux médias locaux pour faire exactement cela : fournir des informations vitales avant, pendant et après les épidémies.Dans le cadre du programme de programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3), nous avons collaboré avec l'organisation caritative BBC Media Action pour former des journalistes et des Sociétés de la Croix-Rouge de sept pays à la programmation de lignes de vie : une programmation médiatique spéciale qui fournit des informations précises, pratiques et opportunes en cas de crise sanitaire ou humanitaire.Les Sociétés nationales s'associent régulièrement à des médias pour diffuser des informations utiles qui permettent aux communautés de rester en bonne santé et à l'abri d'un large éventail de maladies. En voici quelques exemples.KenyaDans les comtés de Bomet et de Tharaka Nithi, la Croix-Rouge du Kenya fait équipe avec les stations de radio locales et les services de santé des comtés, atteignant ainsi des centaines de milliers de personnes avec des messages de santé utiles sur la façon de prévenir des maladies telles que l'anthrax, la rage et le choléra. Les informations sont communiquées dans un langage simple. Les auditeurs peuvent poser des questions ou suggérer des sujets de discussion.«Au début, les médias étaient connus pour rapporter deux choses, peut-être : la politique et les mauvaises choses qui se sont produites dans la société. Mais la Croix-Rouge nous a aidés [...] à utiliser les médias pour éduquer les gens sur les maladies », explique Sylvester Rono, un journaliste de Kass FM formé à la programmation Lifeline.«Je suis maintenant fier de dire que cela a vraiment aidé nos communautés. Nos concitoyens comprennent maintenant pourquoi nous devons vacciner nos animaux de compagnie, pourquoi nous devons aller à l'hôpital en cas de morsure, pourquoi nous devons signaler tout incident [sanitaire], et quand vous voyez un signe de maladie, que ce soit la rage, l'anthrax, le choléra [...] l'importance de le signaler plus tôt », ajoute-t-il.CamerounFin 2021, une épidémie de choléra a menacé la vie des populations de la région Nord du Cameroun, une région rurale du pays où les communautés sont très dispersées.Dans le cadre de sa réponse, la Croix-Rouge camerounaise s'est associée à des stations de radio locales pour lancer une série de programmes radiophoniques communautaires afin de partager des informations sur la façon dont les gens peuvent se protéger, sur les symptômes à surveiller et sur les endroits où obtenir de l'aide s'ils tombent malades.Les thèmes des émissions ont été choisis en partenariat avec les dirigeants des communautés. Après la diffusion des émissions, les volontaires de la Croix-Rouge se sont rendus dans leurs communautés pour renforcer les messages diffusés à l'antenne en faisant du porte-à-porte. «Le programme radio est très bon, car il m'a donné des informations pratiques. J'ai eu un cas de choléra dans ma famille, mais grâce aux mesures que j'ai entendues à la radio, j'ai pu sauver l'enfant de ma soeur qui était malade», explique Talaga Joseph, un auditeur qui a appelé FM Bénoué, l'une des stations de radio participantes.République démocratique du Congo (RDC)En RDC, des rumeurs nuisibles et des informations erronées sur le COVID-19 et d'autres maladies se sont répandues dans tout le pays ces dernières années. Par exemple, certaines personnes pensaient que le vaccin COVID-19 était une source de revenus pour le gouvernement et ne présentait aucun avantage pour la société, tandis que d'autres croyaient que le vaccin contre la rougeole était moins efficace que les remèdes traditionnels à base de feuilles de manioc.Pour répondre à ces rumeurs, les volontaires de la Croix-Rouge de la RDC ont fait du porte-à-porte pour recueillir les réactions de la communauté et enregistrer les mythes et les idées fausses les plus répandus. Après avoir analysé ces informations, le personnel de la Croix-Rouge de la RDC a lancé des émissions radiophoniques interactives afin d'aborder et de démystifier les informations erronées sur la santé et de fournir des conseils fiables.Par exemple, dans la province du Kongo Central, la Croix-Rouge de la RDC s'associe à Radio Bangu pour produire une émission intitulée "L'école de la Croix-Rouge". Les auditeurs appellent pour obtenir des informations sur différentes maladies, poser des questions et découvrir l'aide qu'ils peuvent obtenir de la Croix-Rouge.« La collaboration avec la Croix-Rouge est très bonne et a permis aux auditeurs d'en apprendre davantage sur ses activités et sur la manière dont ils peuvent prévenir différentes maladies et épidémies. Les émissions de la Croix-Rouge sont si populaires qu'elles ont augmenté le nombre total d'auditeurs dans la zone que nous couvrons », déclare Rigobert Malalako, directeur de la station de Radio Bangu.--Les activités avec la radio locale présentées dans cet article ne sont que quelques exemples de partenariats avec les médias développés dans le cadre du Programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3)Financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le CP3 soutient les communautés, les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d'autres partenaires dans la prévention, la détection et la réponse aux menaces de maladies.Si vous avez aimé cette histoire et souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies. Vous pouvez également accéder aux ressources suivantes :Un guide pour les médias sur la communication dans les urgences de santé publique (disponible en plusieurs langues)Site web de la programmation Lifeline de BBC Media ActionBoîte à outils de lutte contre les épidémies de l'IFRC

|
Article

Volcan Nevado del Ruiz : Se préparer à une éruption

Le 30 mars, le service géologique colombien a relevé le niveau d'alerte du volcan Nevado del Ruiz, dans le centre de la Colombie, de jaune à orange, ce qui signifie une éruption probable dans les jours ou les semaines à venir. S'il est impossible de savoir exactement quand et comment un volcan entrera en éruption, il est possible de surveiller son activité et de prendre des mesures précoces pour minimiser son impact potentiel sur les communautés vivant à proximité - et c'est exactement ce que font les équipes du réseau de l'IFRC en ce moment même. Le Nevado del Ruiz est un volcan explosif. Ses éruptions entraînent la fracturation de la roche et l'expulsion rapide de gaz et de fluides - appelés «coulées pyroclastiques»- à des vitesses et des températures élevées. Mais il existe aussi un risque supplémentaire tout à fait unique: comme il s'agit de l'un des volcans les plus élevés de la région, qui culmine à plus de 5 000 mètres, il est recouvert de neige et possède une épaisse calotte glaciaire. Le problème est que cette calotte glaciaire fond, comme ce fut le cas lors de l'éruption de 1985, lorsque des avalanches d'eau, de glace, de roches et d'argile ont dévalé les flancs du volcan, effaçant la ville voisine d'Armero et tuant plus de 25 000 personnes. Pour se préparer à ce risque, la Croix-Rouge colombienne a activé son plan d'action général. Ce plan définit les mesures de préparation à prendre en fonction des différents niveaux d'activité volcanique, notamment si le niveau d'alerte passe d'orange à rouge, ce qui signifie que le volcan est en train d'entrer en éruption ou qu'il va entrer en éruption à tout moment. Grâce au financement anticipé du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC, les équipes de la Croix-Rouge colombienne ont travaillé d'arrache-pied pour préparer leurs volontaires et leurs communautés au pire des scénarios. Elles ont reformé les volontaires aux premiers secours, à l'évacuation et à la coordination des urgences, et ont réapprovisionné les articles essentiels aux interventions d'urgence tels que les trousses de premiers secours, les articles d'identification pour les premiers intervenants et le matériel de signalisation d'urgence. Ils ont également partagé autant d'informations que possible avec les communautés locales autour du Nevado del Ruiz : en avertissant les familles à risque d'évacuer, en leur expliquant comment et où évacuer en toute sécurité, et en distribuant des radios et des piles aux personnes vivant dans des zones difficiles d'accès afin qu'elles puissent rester informées. Mais certaines familles hésitent à partir et rejettent les conseils d'évacuation des autorités locales et de la Croix-Rouge colombienne. À première vue, cela peut être difficile à comprendre : pourquoi ne pas vouloir s'éloigner d'un volcan qui est potentiellement sur le point d'entrer en éruption ? La réponse n'est pas simple. Les nombreux agriculteurs qui dépendent des riches sols volcaniques entourant le Nevado del Ruiz ne voudront peut-être pas quitter leurs propriétés ou leurs animaux et abandonner le gagne-pain dont ils dépendent. D'autres personnes ne peuvent tout simplement pas, ou choisissent de ne pas, croire qu'une chose aussi horrible que l'éruption de 1985 puisse jamais se reproduire. En ce moment même, la Croix-Rouge colombienne, l'IFRC et leurs partenaires se réunissent dans la région pour intensifier les efforts de préparation. Il s'agit notamment de mettre l'accent sur l'engagement communautaire afin de comprendre les pensées et les craintes de la population et de la convaincre d'évacuer. Ils se préparent également à des déplacements massifs de population en cas d'éruption du volcan et tentent d'en réduire le risque. Grâce à l'opération DREF, elles prennent des mesures précoces telles que le renforcement des infrastructures essentielles, la fourniture d'une assistance en espèces et le prépositionnement de nourriture et d'eau potable. Nous vous en dirons plus sur ces efforts vitaux dans les semaines à venir. En attendant, cliquez ici pour en savoir plus sur le financement des actions anticipatives que nous avons fourni par l'intermédiaire du DREF. Plus d'informations: Qu'est ce qu'une éruption volcanique? Comment fonctionne le pillier anticipatif du DREF Suivez@IFRC_es et la Croix-Rouge colombienne@cruzrojacolsurTwitter

|
Page de base

Programme «Bâtir la confiance »

Bâtir la confiance pendant la pandémie de COVID-19 dans les contextes humanitaires est notre programme mondial qui soutient les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin de renforcer la confiance dans les réponses de santé publique et dans le travail du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

|
Article

Lumières, caméra, action ! Comment le cinéma sauve des vies au Cameroun

Combinant à la fois l'apprentissage et le divertissement, le cinéma mobile est devenu, au fil des ans, un moyen privilégié de sensibiliser les communautés isolées du monde entier sur un large éventail de sujets importants, allant de la manière de rester en bonne santé à la préparation aux catastrophes. Chaque kit de cinéma mobile contient un écran de projection et un trépied, un ordinateur portable, des microphones et des haut-parleurs, ainsi qu'un générateur pour pouvoir continuer à fonctionner même en cas de coupure de courant. Depuis qu'elle a reçu les kits, la Croix-Rouge camerounaise utilise le cinéma mobile pour partager des messages qui sauvent les vies sur la COVID-19, le choléra et tout autre sujet pertinent, afin d'aider les gens à se préparer et à rester en sécurité. Le tout d'une manière passionnante et efficace, et dans l'environnement même de la communauté. "Le cinéma mobile nous permet de fournir les bonnes informations dont les communautés ont besoin pour lutter contre les épidémies et les catastrophes de toutes sortes. Cet outil ludique et utile nous permet sans aucun doute d'améliorer notre réponse humanitaire à travers le pays". Cécile Akamé Presidente de la Croix-Rouge Camerounaise Les projections de cinéma mobile ne consistent pas seulement à s'asseoir et à regarder. Elles sont aussi un excellent moyen d'engager les communautés par le biais de sessions de questions-réponses et de recueillir les précieux commentaires des participants. Chaque projection est animée par des volontaires de la Croix-Rouge camerounaise, dont la plupart ont été récemment formés sur les techniques de communication adaptées au cinéma mobile, l'engagement communautaire et la collecte des feedbacks. Écouter les questions, les préoccupations, les idées et les craintes des populations aide les volontaires à mieux comprendre les besoins des communautés et à adapter leur travail en conséquence. Marlyse, une élève de 15 ans de la ville de Kribi, dans le sud du pays, qui a assisté à une récente projection, a déclaré : "C'est la première fois que je participe à ce type d'activité et j'ai beaucoup appris. Nous avons regardé une vidéo sur la COVID-19 et cela a renforcé nos connaissances sur les mesures préventives. La discussion avec les personnes de la Croix-Rouge nous a également permis d'en savoir plus sur le vaccin." Marlyse Participant au cinéma mobile à Kribi Ci-dessous, la vidéo dont Marlyse fait allusion: À l'IFRC nous savons que les épidémies commencent et se terminent dans les communautés. Et qu'avec les bonnes informations et le bon soutien, chacun peut jouer un rôle important dans la détection des maladies, la réponse efficace et la préparation aux risques sanitaires futurs. Prenez l'exemple de M. Biyong, Leader communautaire à Kribi, qui est enthousiasmé par le projet de la Croix-Rouge camerounaise et le potentiel du cinéma mobile : "Nous connaissons actuellement une épidémie de choléra dans notre communauté et dans toute la région. Je pense que cet outil arrive à point nommé ! Grâce à la diffusion de la vidéo sur le choléra, les modes de transmission et les moyens de prévenir cette maladie, les membres de ma communauté ont pu voir de leurs propres yeux ce que nous essayons de leur expliquer chaque jour. C'est vraiment un outil qui va permettre d'arrêter la propagation de la maladie." Mr Biyong Leader communautaire d'une communauté de la ville de Kribi L'IFRC et la Croix-Rouge camerounaise espèrent ensemble étendre les projections de cinéma mobile à travers le pays dans les mois à venir, en écoutant et en apprenant des personnes que nous soutenons. "En plus de la nourriture, l'eau et les abris, nous savons que l'information est, en soi, une aide. L'IFRC travaille sans relâche pour aider les Sociétés nationales comme la Croix-Rouge camerounaise à s'approprier les opportunités et les avantages de cette approche passionnante du cinéma mobile pour rendre les communautés plus résilientes".​​​​​​ Thierry Balloy Chef de délégation du groupe de pays pour l'Afrique centrale -- Ce travail au Cameroun s'inscrit dans le cadre du Programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3) de l'IFRC, financé par l'USAID. Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet et notre travail dans ce domaine. Et si vous avez apprécié cette histoire, vous serez peut-être intéressé par nos nouvelles études de cas montrant comment les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé à préparer les communautés au COVID-19 et à les en protéger.

|
Communiqué de presse

Amériques : Le rétablissement de la confiance des communautés vulnérables est essentiel pour un relèvement équitable et inclusif après deux ans de pandémie, affirme l'IFRC

Panama, 23 Mars 2022 – La confiance des migrants, des communautés hôtes et des populations autochtones envers les autorités et les décideurs locaux sur les questions liées au COVID-19 a chuté d'un tiers par rapport au début de la pandémie. C'est l'une des principales conclusions de "COVID-19 dans les Amériques : à l'écoute des plus vulnérables", une étude réalisée par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) dans neuf pays d'Amérique latine et des Caraïbes, qui a analysé les perceptions duCOVID-19 dans les communautés les plus vulnérables. Le rapport révèle que les humanitaires constituent le deuxième groupe le plus digne de confiance après les scientifiques. Il montre également qu'une confiance élevée ou modérée dans les dirigeants gouvernementaux est associée à une plus grande confiance dans la sécurité et l'efficacité des vaccins. Diana Medina, Responsable de l'engagement communautaire et de la redevabilité pour l'IFRC dans les Amériques,déclare: ''L'écoute des communautés, l'utilisation des données pour concevoir des interventions adaptées aux contextes changeants de la pandémie et les approches de réponse dirigées localement sont essentielles pour renforcer la confiance dans les vaccins et protéger les populations contre le COVID-19. Si les gens n'ont pas confiance dans les vaccins ou ne peuvent pas y avoir accès, les taux de vaccination resteront faibles, et cette pandémie ne prendra pas fin. Nous espérons que les conclusions et les recommandations du rapport serviront de base pour redéfinir les stratégies sur le terrain et les processus de plaidoyer nécessaires pour que les campagnes de vaccination atteignent le dernier kilomètre''. L'étude révèle également que, malgré leur volonté de se faire vacciner, les migrants et les communautés autochtones rencontrent de grandes difficultés pour accéder au vaccin, telles que de longues distances, de longues files d'attente ou des problèmes d'enregistrement. En effet, les populations indigènes ont indiqué avoir reçu moins d'informations que le reste de la population qui a été consultée et elles affirment être plus réticentes à adopter toutes les mesures de protection du COVID-19. Maria Franca Tallarico, responsable régionale de l'IFRC pour la santé et les soins pour les Amériques, a déclaré : "Même si des progrès significatifs ont été réalisés pour contrôler la propagation du COVID-19, la pandémie n'est pas encore terminée. De nombreuses personnes ne sont toujours pas vaccinées ou bénéficient de programmes de vaccination incomplets. Il est essentiel de comprendre ce que ces groupes pensent du virus et de la vaccination pour maintenir le dialogue, approcher les communautés de manière contextualisée afin de faciliter la mise en place de comportements et d'habitudes sains, favoriser un relèvement équitable et inclusif et augmenter les taux de vaccination, réduisant ainsi le risque de prolifération de nouveaux variants.'' La plupart des personnes interrogées ont déclaré avoir trouvé les messages sanitaires sur le COVID-19 utiles et efficaces. Cependant, il est essentiel de tenir compte des différences qui existent au sein des mêmes communautés. Les décideurs et les autorités locales doivent renforcer le dialogue avec les communautés vulnérables pour mettre en œuvre des stratégies de réponse COVID-19 différenciées, contextualisées et basées sur les besoins de groupes spécifiques tels que les communautés indigènes, les migrants et les réfugiés. Pour améliorer l'efficacité de l'information sur le virus et les vaccins, l'IFRC encourage l'utilisation de messages adaptés et compréhensibles dans les langues maternelles, en utilisant les acteurs les plus fiables comme porte-parole auprès des communautés. Elle suggère également d'articuler les activités avec le personnel de santé et les organisations humanitaires en tant qu'acteurs clés pour renforcer la confiance et promouvoir une plus grande adoption des mesures de protection et de vaccination contre le COVID-19. La poursuite des efforts de plaidoyer pour garantir un accès universel et rapide aux vaccins restera également essentielle pour vaincre la pandémie, de même que la promotion de la mise en œuvre de mesures de relèvement socio-économique répondant aux besoins des ménages et des groupes les plus vulnérables. Cette étude a été réalisée entre juin et octobre 2021 et repose sur une enquête menée auprès de 7 743 personnes en Argentine, en Bolivie, au Brésil, en Colombie, au Guatemala, en Jamaïque, au Nicaragua, au Panama et à Trinité-et-Tobago. Dans ces pays, les équipes locales de la Croix-Rouge, qui jouent un rôle clé basé sur des relations durables avec les communautés, ont exploré les perceptions de populations particulièrement vulnérables, concernant quatre aspects : l'accès et l'impact de l'information sur le COVID-19, les connaissances et la perception de la vaccination, la confiance dans le vaccin COVID-19, et l'impact socio-économique de la pandémie. Notes et informations complémentaires: Deux ans après le premier cas de COVID-19, la région des Amériques enregistre 2,7 millions de décès associés, 1,7 milliard de doses de vaccins administrées et un recul de près de 30 ans des niveaux d'extrême pauvreté en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi qu'une augmentation des inégalités entre les sexes et du travail des enfants. Depuis le début de la pandémie, la Croix-Rouge a contribué à un accès équitable aux vaccins et a mis en œuvre des programmes de réponse au COVID-19 dans les Amériques : la communication sur les risques par des approches adaptées et contextualisées aux communautés, ainsi que des activités de mobilisation communautaire et de promotion de l'hygiène auprès de 52 millions de personnes,en particulier, 10 millions ont reçu des informations sur le vaccin COVID-19; la mise en œuvre d'activités d'assainissement et d'hygiène auprès de 13 millions de personnes; le soutien à la vaccination de 3,4 millions de personnes la fourniture d'une aide alimentaire ou autre assistance à 86 millions de personnes et; l'assistance à 358 mille personnes avec des services de santé mentale et un soutien psychosocial. Pour plus d'informations ou pour programmer des entretiens avec des spécialistes sur la situation du COVID-19 dans la région des Amériques, veuillez contacter le bureau régional des Amériques à Panama: David Quijano, +57 310 559 2559, [email protected] Susana Arroyo, [email protected]

|
Communiqué de presse

L'IFRC exhorte les pays des Caraïbes à renforcer la confiance des communautés dans la vaccination

Jamaïque, 17 Mars 2022 -Le faible taux de vaccination contre le COVID-19 dans les Caraïbes doit être abordé en renforçant la confiance de la population et en remédiant aux inégalités d'accès aux vaccins affirmela Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). Construire cette confiance est un facteur clé pour promouvoir la vaccination universelle et donc favoriser le relèvement socio-économique des Caraïbes, où seulement 40 % de la population dispose d'un schéma complet de vaccination, contre 68 % en Amérique du Sud et 60 % en Amérique centrale. Dans la région des Amériques, plus de 1,7 milliard de doses de vaccin COVID-19 ont été administrées. Diana Medina, Responsable Régionale de l'engagement et de la redevabilité de l'IFRC, a déclaré : "Les pays des Caraïbes ne sont pas seulement confrontés à des difficultés dans leur capacité à garantir que le vaccin passe du tarmac de l'aéroport aux bras des plus vulnérables. Les gens évitent de se faire vacciner en raison du manque de confiance dans le vaccin, des difficultés d'accès à l'information et de la méfiance envers certaines sources. Pour s'assurer que tout le monde se fasse vacciner, il est essentiel de renforcer le dialogue au sein de la communauté, d'identifier les problèmes de confiance et de répondre aux doutes, aux inquiétudes et aux craintes des gens''. Une combinaison de différents facteurs affecte l'avancement des efforts de vaccination : l'étendue géographique des îles et le mauvais état des routes rendent difficile l'accès aux communautés difficiles à atteindre, les laissant sans protection et sans information. La charge sur les institutions de santé est importante, et l'organisation de campagnes de sensibilisation et de prévention des risques à grande échelle constitue un défi. Dans certaines communautés, il y a également un manque de confiance dans les fournisseurs d'informations et dans l'efficacité des vaccins. Un nouveau rapport de l'IFRC sur les perceptions relatives au COVID-19, réalisé dans neuf pays d'Amérique latine et des Caraïbes, révèle que certaines populations vulnérables, telles que les migrants, les communautés indigènes et les communautés d'accueil, rencontrent des difficultés pour accéder aux services de vaccination, ne font pas confiance aux autorités ou aux décideurs locaux et hésitent à se faire vacciner par crainte des effets secondaires et par souci de sécurité. Abdul Nasir Khan, coordonnateur des opérations de l'IFRC pour les Caraïbes néerlandophones et anglophones, a ajouté : "Grâce aux relations historiques de la Croix-Rouge avec les communautés sur le terrain, nous avons constaté que les populations se fient principalement aux informations fournies par les prestataires de soins de santé, les travailleurs humanitaires et les dirigeants locaux, mais qu'ils restent sceptiques quant aux informations provenant de sources officielles. Il faut un effort conjoint impératif de toutes les parties pour fournir des informations fiables et adaptées aux communautés par le biais d'une communication sur les risques accessible et complète, parallèlement à des activités de vaccination actives.'' Depuis le début des campagnes de vaccination contre le COVID-19, la Croix-Rouge a aidé près de 4 000 personnes à se faire vacciner contre le COVID-19 et a diffusé des messages sur l'hésitation à se faire vacciner à plus de 650 000 personnes dans les Caraïbes. Le personnel aide les autorités sanitaires à vacciner les personnes et à mettre en œuvre des activités de sensibilisation de communication des risques adaptées aux perceptions et aux contextes des communautés, par le biais d'une sensibilisation locale lors de visites de porte à porte, de promenades, dans les transports publics et en installant des stands d'information dans les espaces publics. La Croix-Rouge a également communiqué des informations clés à de larges pans de la population par le biais de panneaux d'affichage électroniques, de la télévision, de la radio et de vidéos numériques. En 2022, les équipes locales de la Croix-Rouge continueront à travailler en tant qu'auxiliaires des autorités, en favorisant un accès équitable aux vaccins et le relèvement socio-économique des plus vulnérables, en mettant en œuvre des activités visant à renforcer la confiance dans les vaccins et en plaçant les communautés au centre de ses actions grâce à un soutien humanitaire mené localement. Notes et informations complémentaires: Le rapport de l'enquête de perception sur le COVID-19 dans les Amériques sera présenté lors d'un événement numérique le mercredi 23 mars 2022, à 10 heures EST/ 4 heures CET. Pour participer à la discussion, veuillez vous inscrire en cliquant ici. Pour télécharger le rapport complet, cliquez ici Pour plus d'informations ou pour programmer des entretiens avec des spécialistes sur la situation du COVID-19 dans la région des Caraïbes et des Amériques, veuillez contacter : Bureau régional pour les Caraïbes: Trevesa DaSilva, +1 876 818 8575, [email protected] Bureau régional pour les Amériques à Panama:David Quijano, +57 310 559 2559, [email protected] / Susana Arroyo, [email protected]

|
Communiqué de presse

Lancement d'un partenariat ambitieux entre l'IFRC et l'UE : un nouveau modèle pour le secteur humanitaire

Bruxelles/Genève, 30 mars 2022 - Le partenariat ambitieux lancé aujourd’hui entre la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européenne (DG ECHO), se veut un nouveau modèle pour le secteur humanitaire. En réponse au nombre croissant de crises dans le monde, le partenariat programmatique pilote «Accélérer l'action locale dans les crises humanitaires et sanitaires » vise à soutenir l'action locale dans la gestion des crises humanitaires et sanitaires dans au moins 25 pays grâce à un financement pluriannuel de l'UE. Le partenariat renforce les priorités stratégiques communes aux deux entités et s'articule autour de cinq pôles d'intervention : la préparation aux catastrophes et la gestion des risques, la préparation et la réponse aux épidémies et aux pandémies, l'assistance humanitaire et la protection des personnes en déplacement, l'aide en espèces et en bons et enfin la communication des risques, l'engagement communautaire et la redevabilité. Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet effet : «J'accueille avec beaucoup d'espoir le partenariat programmatique pilote signé avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est un partenaire de confiance de l'UE. Elle partage notre vision de la mise en œuvre d'opérations d'aide humanitaire efficaces et efficientes dans le monde entier. Le financement alloué à ce partenariat réaffirme l'engagement de l'UE à contribuer à répondre aux besoins croissants des personnes vulnérables dans environ 25 pays, en travaillant en étroite coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il confirme également notre engagement en faveur de partenariats stratégiques avec les organisations d'aide humanitaire ». Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, d’ajouter: «Des partenariats stratégiques à plus long terme sont essentiels pour répondre à la recrudescence des crises humanitaires dans le monde. Nous devons répondre rapidement, réagir à grande échelle, et moderniser notre approche pour avoir un plus grand impact auprès des communautés. Nous savons que le soutien humanitaire le plus efficace et le plus à même de perdurer est celui qui est mené localement, qui place les communautés au cœur de l'action et qui est financé par un partenariat flexible, à long terme et prévisible. Le partenariat programmatique pilote permet exactement cela». Le programme commencera par une phase initiale dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique occidentale et centrale et du Yémen. L'objectif principal est de fournir une assistance essentielle aux personnes actuellement touchées par des crises humanitaires, les conséquences de la pandémie COVID-19, les catastrophes climatiques et les conflits, et de prévenir les pertes de vies et les souffrances. Des investissements sont également réalisés pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux catastrophes grâce à la mise en œuvre de composantes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques. Grâce à son étroite collaboration avec ses Sociétés nationales, la portée mondiale de l'IFRC combinée à l'action locale, sa longue histoire de travail humanitaire axé sur la communauté et ses Principes fondamentaux, en font le partenaire de choix pour ce partenariat programmatique pilote avec l'UE. Après la première phase de mise en œuvre, le programme vise à étendre sa portée et à inclure d'autres pays dans le monde avec le soutien de plus de Sociétés nationales de l'UE. Faits marquants 10 pays pour la mise en œuvre dans la phase initiale : le Burkina Faso, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Yémen, Le Salvador, Le Guatemala, le Honduras et le Panama; 7 Sociétés nationales de l'UE œuvrant pour soutenir la mise en œuvre de la phase initiale : la Croix-Rouge belge (FR), la Croix-Rouge danoise, la Croix-Rouge française, la Croix-Rouge allemande, la Croix-Rouge italienne, la Croix-Rouge luxembourgeoise et la Croix-Rouge espagnole. Pour plus d'informations A Bruxelles: Federica Cuccia, [email protected]; A Genève: Anna Tuson, [email protected], +41 79 895 6924

|
Page de base

Engagement communautaire et redevabilité

L'engagement communautaire et la redevabilité (CEA-Community engagement and accountability) est une méthode de travail qui reconnaît et valorise les membres de la communauté en tant que partenaires égaux. Elle permet de s'assurer que leurs opinions sont entendues et utilisées pour concevoir et guider notre travail.