Afrique

Displaying 1 - 8 of 8
|
Donation link

Afrique: Crise alimentaire

|
Article

Les champions de la plantation d'arbres de la Sierra Leone : Mener la lutte contre le changement climatique, un plant à la fois

Arrosoir en main, Mariam Albert arrose soigneusement chacun des nombreux plants d'arbres qui couvrent le sol autour d'elle. Un jour, ces jeunes arbres porteront des fruits et des noix et fourniront de l'huile, du cacao et du bois aux communautés locales. Tout aussi important, ils contribueront à atténuer les effets du changement climatique et de la déforestation, tout en constituant une source vitale de revenus pour la population locale.Les plants d'arbres ont été plantés par Miriam et d'autres personnes dans une pépinière communautaire dans le cadre du projet de plantation d'arbres et de soins de la Société de la Croix-Rouge de Sierra Leone. Miriam, qui est l'une des championnes du projet, considère que son dur labeur n'est pas qu'un simple devoir ; c'est une quête passionnée pour assurer un avenir plus vert et plus sain aux générations à venir.«Je suis très fière de voir ma communauté adhérer à notre initiative », dit-elle. « Les arbres ne fournissent pas seulement une couverture végétale, ils sont également bénéfiques pour les familles sur le plan nutritionnel et économique. En effet, nous nous concentrons sur les arbres fruitiers tels que les noix de cajou, les palmiers à huile, les cacaoyers et les avocatiers, ainsi que sur les arbres à bois tels que le Gmelina ».Son rôle en tant que championne de la plantation et de l'entretien des arbres va au-delà de l'entretien des plantes. Il s'agit également d'inspirer un sens de la gestion de l'environnement aux membres de la communauté Gbandi, dans la chefferie de Baoma du district de Bo, en Sierra Leone.Ses responsabilités sont multiples. Elle mobilise la communauté, l'éduque sur l'importance de nourrir les semences, de les transplanter et d'en prendre soin en permanence. Son leadership est essentiel dans l'organisation d'activités communautaires régulières centrées sur la conservation de l'environnement.Les principaux objectifs du projet de plantation et d'entretien d'arbres de la Croix-Rouge de Sierra Leone sont la lutte contre la déforestation, la promotion de la biodiversité et l'atténuation du changement climatique. Il s'agit d'une réponse vitale au besoin urgent d'action environnementale en Sierra Leone et au-delà.5 milliards de nouveaux arbres en Afrique d'ici à 2030La plantation d'arbres en Sierra Leone fait partie d'une initiative plus large qui couvre le continent africain. Face à la multiplication des catastrophes naturelles et des crises humanitaires en Afrique, exacerbées par le changement climatique et les conflits, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé en 2021 l'initiative panafricaine de plantation et d'entretien d'arbres.Cette initiative vise à relever ces défis en intégrant des interventions environnementales à l'aide humanitaire traditionnelle. Elle met l'accent sur la plantation d'arbres à grande échelle et sur des solutions basées sur la nature pour renforcer l'adaptation au climat, la réduction des risques de catastrophe et l'amélioration de la sécurité alimentaire.Avec pour objectif de planter et d'entretenir 5 milliards d'arbres d'ici 2030, l'initiative promeut des pratiques durables, renforce la résilience des communautés et plaide en faveur de politiques plus fortes qui soutiennent la protection de l'environnement.Les arbres jouent un rôle essentiel dans l'absorption du dioxyde de carbone, atténuant ainsi les causes du changement climatique tout en adaptant les paysages à ses conséquences. Ils réduisent également l'érosion des sols, préservent la biodiversité et améliorent la qualité de l'eau.La Croix-Rouge de Sierra Leone donne aux femmes, comme Mariam, les moyens de diriger et de faciliter le processus de plantation d'arbres dans leurs communautés respectives. Ces femmes championnes établissent et entretiennent des sites de pépinières, mobilisent les membres de la communauté et veillent à l'entretien des arbres jusqu'à ce qu'ils atteignent leur maturité.À ce jour, 52 femmes championnes dévouées dans 52 communautés participent activement à des efforts similaires à travers l'Afrique. Ensemble, elles ont planté plus de 55 000 arbres, soit environ 60 % de l'objectif du projet. Les efforts de plantation de la Croix-Rouge de Sierra Leone se poursuivent, et l'on s'attend à ce que ces chiffres continuent d'augmenter à mesure que des championnes comme Mariam persévèrent dans leur travail.

|
Article

Journée mondiale du don de sang : Il avait l'habitude de « fuir le don de sang » en raison d'une grave phobie des aiguilles. Aujourd'hui, il est devenu un champion du don de sang.

Pour Ademola Gaffar, 43 ans, les anniversaires ont toujours été davantage synonymes de don que de réception. Chaque année, il marque son anniversaire en donnant quelque chose d'incroyablement précieux : son sang.Lors de son dernier anniversaire, le 2 mars, il a fait son 50e don de sang et, en même temps, il a encouragé 50 autres personnes à faire de même. Il a appelé cela le « Projet 50/50 : Sang ».Connu comme « coordinateur émérite » de la section de l'État de Lagos de la Croix-Rouge nigériane, en raison de son travail de longue date en tant que coordinateur de la jeunesse, il est devenu volontaire de la Croix-Rouge dès l'école secondaire. En tant que volontaire et formateur en premiers secours, il a pu constater de visu pourquoi le sang est si important dans les situations d'urgence.Cependant, il a longtemps eu peur de donner son sang en raison d'une forte phobie des aiguilles. Alors comment quelqu'un qui dit avoir un jour « fui le don de sang » est-il devenu l'un des plus grands champions du don de sang au Nigeria ? Nous avons décidé de lui demander pourquoi, comment il a vaincu sa phobie et combien de fois il compte encore donner son sang.Question : Pourquoi le faites-vous ? Qu'est-ce que cela signifie pour vous de donner du sang ? Ademola Gaffar : Le don de sang peut sauver la vie d'une personne. C'est donc un plaisir de savoir que l'on peut donner un peu de son sang et que cela sauvera la vie d'une autre personne.Je suppose qu'on ne sait jamais combien de vies, ou de personnes, on peut sauver ? En fait, une unité de sang peut sauver trois vies. Pour moi, c'est une grande satisfaction de faire partie d'un réseau humanitaire qui a sauvé la vie de tant de personnes.Avez-vous vu de vos propres yeux à quel point les gens ont besoin de sang dans les situations d'urgence ? Dès l'école secondaire, j'ai été formé aux premiers secours et j'ai formé de nombreux jeunes aux premiers secours. Chaque fois qu'il y a une urgence, nous voyons que les gens perdent du sang et sont impliqués dans des accidents.Outre les premiers soins et le transport à l'hôpital, on voit que les gens ont besoin de sang pour survivre à ce qu'ils traversent. C'est pourquoi je mobilise également les jeunes volontaires pour qu'ils donnent leur sang.Vous avez donc donné votre sang 50 fois, n'est-ce pas ? Au départ, mon objectif était de donner 25 fois, puis je me suis fixé l'objectif de donner 50 fois au cours de ma vie. Le 2 mars de cette année, j'ai fait mon 50e don et ce même jour, j'ai pu mobiliser et encourager 50 jeunes à donner leur sang.Comment avez-vous procédé ? Grâce aux médias sociaux, à ma page Facebook, à ma page Instagram, à WhatsApp. Et depuis, j'ai encore donné une fois. J'ai donc donné mon sang 51 fois.Jusqu'où irez-vous ? Allez-vous en faire 100 ? Je me sens encore fort. Et je pense que mon système le supporte. Le service de transmission du sang de l'État de Lagos et d'autres services de transition ont toujours vérifié mon état de santé pour voir si je suis apte à donner du sang. Tant que je suis capable de donner, je le fais.Quand avez-vous fait votre premier don de sang ? Mon premier don de sang remonte à 2008. Avant cela, j'avais fui le don de sang à cause de ma phobie des aiguilles.Mais à l'université, grâce à ce que j'ai lu sur le don de sang, j'ai appris que non seulement le don de sang sauve des vies, mais qu'il peut aussi être bon pour vous. Il peut être bon pour la santé cardiovasculaire. J'étais alors coordinateur de l'aile jeunesse de la section de l'État de Lagos de la Croix-Rouge nigériane et j'avais un programme dans le cadre duquel je devais encourager les jeunes à donner leur sang. J'ai donc dû commencer à montrer l'exemple.Comment avez-vous géré cette phobie ? Avez-vous toujours peur de l'aiguille ? Je me suis dit que j'avais besoin de courage, car ce que je veux faire est plus important que la phobie. Aujourd'hui, j'aide d'autres jeunes à surmonter leur phobie. Dans les camps de jeunes, par exemple, nous faisons de la sensibilisation au don de sang. Je vais donner du sang, l'aiguille entre dans ma peau, du sang en sort et je suis plein de sourires. De cette façon, les jeunes voient cela et se disent « Oh, je peux le faire » et ils s'engagent.ResourcesEn savoir plus sur les services de don de sang offerts par les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

|
Page de base

Don humanitaire islamique

En tant que plus grand réseau mondial d'organisations humanitaires et de volontaires basés localement, l'IFRC est particulièrement bien placée pour veiller à ce que votre don de Zakat ou deSadaqah parvienne aux personnes et aux communautés qui en ont le plus besoin. Entièrement accrédité pour recevoir des dons de la Zakat, nous sommes basés dans les communautés aux côtés de ceux que nous soutenons. Nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et améliorer leurs conditions de vie, en touchant des millions de personnes chaque année.

|
Discours

Le Président de l'IFRC prend la parole lors de la conférence de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition de l'Union africaine

Excellences, Honorables ministres, Distingués délégués, dirigeants et amis de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Mesdames et Messieurs, C'est un immense honneur et un plaisir pour moi d'être ici aujourd'hui et d'ouvrir avec vous tous cet important événement sur les crises de sécurité alimentaire auxquelles nous sommes confrontés en Afrique. Cette conférence est une plateforme unique qu'en tant que coorganisateurs, nous mettons en oeuvre pour obtenir le soutien des acteurs politiques, humanitaires et de développement, ainsi que des institutions financières internationales. Nous sommes particulièrement honorés par la coopération étroite de plus d'une décennie avec la Commission de l'Union africaine. À travers vous, Votre Excellence Monsieur le Commissaire Sacko, je salue le leadership de l'Union africaine et je m'engage à ce que la Fédération poursuive son engagement à renforcer notre partenariat. Cependant, alors que nous abordons la complexité de la sécurité alimentaire et de la nutrition, nous ne devons pas non plus oublier d'écouter ceux qui sont en première ligne des risques et dans les communautés les plus marginalisées et les plus difficiles à atteindre. Je représente la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le plus grand réseau humanitaire du monde, composé de 192 Sociétés nationales réunissant 14 millions de volontaires à travers le monde, préparées, engagées et prêtes à répondre aux catastrophes et aux crises à l'échelle locale, nationale et régionale. Notre réseau fait entendre la voix de ceux qui sont en première ligne des catastrophes et des solutions que les communautés proposent. Nous, l'IFRC, défendons la localisation et l'appropriation nationale en pratique sur le terrain comme une nécessité dans le monde entier. En donnant des moyens d'action aux acteurs locaux, tels que les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes en mesure de sauver des vies et d'atteindre davantage de personnes vulnérables. Nos volontaires font partie des communautés locales, ils connaissent les besoins et savent comment mieux y répondre. Apporter une aide humanitaire à des familles qui se déplacent constamment est l'un des plus grands défis que doivent relever les travailleurs humanitaires. Par exemple, nos équipes du Croissant-Rouge en Somalie travaillent en étroite collaboration avec les communautés nomades et il n'est donc jamais question de savoir où acheminer l'aide. Ces volontaires sont issus des communautés qu'ils servent, et ils savent mieux que quiconque comment s'y prendre. En tant que réseau mondial, nous sommes profondément préoccupés par l'évolution de la crise de l'insécurité alimentaire en Afrique, où 800 millions de personnes sont menacées sur le continent et 146 millions ont un besoin urgent de ressources alimentaires. La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité. La situation devrait se détériorer jusqu'en 2023, et nous devons tous nous inquiéter, mais surtout nous mobiliser pour éviter toute catastrophe. Il n'y a plus de temps à perdre ! Les paroles et l'engagement politique doivent se traduire par des actions urgentes. Nous sommes également conscients que cette crise n'est pas une crise africaine mais une crise mondiale, déclenchée par trois facteurs mondiaux : le changement climatique, les conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19 et l'impact mondial sur les matières premières et les prix du conflit armé international en Ukraine. Les Sociétés nationales africaines, avec le soutien de l'IFRC, n'ont pas attendu que la situation se détériore pour agir. En 2021, 4,8 millions de personnes ont reçu une aide en espèces et une assistance alimentaire. En tant que Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes également conscients que nous devons intensifier notre réponse. L'IFRC a lancé un appel d'urgence régional de 200 millions de francs suisses qui couvre 23 pays touchés et vise à atteindre 7,6 millions de personnes dans 14 pays prioritaires. Pour briser le cercle vicieux de cette crise alimentaire, l'IFRC ne se contentera pas d'investir dans la réponse à la crise, mais travaillera avec la Commission de l'Union africaine et d'autres partenaires clés pour plaider en faveur d'une intensification des efforts visant à répondre à l'impératif humanitaire à travers le continent et à répondre à la nécessité urgente d'investir également dans la réponse aux besoins à plus long terme. Nous agirons conformément à l'Agenda 2063 de l'UA, aux plans de réponse des États membres de l'UA sur tout le continent et aux plans stratégiques des communautés économiques régionales en matière de sécurité alimentaire. Pour nous, il s'agit d'une crise mondiale. Nous mobilisons l'ensemble de nos 192 membres pour soutenir les actions menées par les sociétés nationales africaines. Ici, aujourd'hui, nous avons 15 dirigeants de Sociétés nationales africaines, ainsi que des représentants des partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge d'autres continents. Nous sommes pleinement engagés, en tant qu'équipe, pour veiller à ce que la réponse d'urgence et les solutions à plus long terme à la crise alimentaire soient en parfaite adéquation avec les plans et les priorités du gouvernement. En tant qu'auxiliaires des pouvoirs publics, nos Sociétés nationales africaines s'engagent à mobiliser des volontaires formés et capacités et à tirer parti de leur accès unique aux communautés touchées ou à risque et de leur acceptation par celles-ci. Elles contribuent également aux cadres politiques, tels que les engagements mondiaux FAIM ZERO (SDG1 et SDG2) et la mise en œuvre de l'Accord de Paris, en assurant une réponse centrée sur la communauté pour un impact durable. Cette crise ne peut être gérée par une seule agence ou organisation, ni à court terme ni à long terme. Des partenariats solides, incluant les communautés elles-mêmes, sont le fondement de la réussite de notre objectif commun d'atteindre la FAIM ZERO, une grande ambition pour nous tous afin de réaliser les objectifs de développement durable et l'Agenda 2063 pour l'Afrique. Collectivement, nous sommes également prêts à soutenir des solutions à plus long terme face aux défis de l'insécurité alimentaire, solutions dont l'Afrique est propriétaire et qu'elle dirige. C'est dans cet esprit que nous avons lancé l'initiative panafricaine Faim Zéro de l'IFRC, une plateforme de partenariat, afin de s'attaquer aux causes profondes et de renforcer la résilience des communautés par le biais de programmes à plus long terme. L'objectif de cette initiative est d'atteindre 25 % des personnes les plus vulnérables en Afrique d'ici 2030 grâce à des partenariats locaux, nationaux, régionaux et internationaux. Mesdames et Messieurs, nous sommes témoins d'une crise humanitaire catastrophique. La faim est une crise très indigne. La faim n'est pas seulement une crise alimentaire. Elle entraîne une crise sanitaire. Et une crise du bétail. Elle signifie briser les quartiers et perturber les communautés locales. Elle implique des mouvements de population. Une réponse d'urgence ne suffira pas à mettre fin à ces crises de la faim. Tout en répondant aux besoins urgents, il est essentiel de poser les bases de la résilience. Davantage d'efforts doivent être déployés - par les gouvernements, le secteur privé et les groupes humanitaires et de développement - pour soutenir les plans de sécurité alimentaire, de moyens de subsistance et de résilience à long terme. Les mesures doivent inclure des investissements dans le renforcement des systèmes alimentaires de base et des investissements dans les acteurs communautaires pour atteindre durablement la sécurité alimentaire et économique. L'une des approches à envisager est l'action anticipative pour la sécurité alimentaire, fondée sur les prévisions et l'analyse des risques. Nous, l'IFRC, sommes prêts à faire notre part avec les gouvernements et les partenaires. Nous pensons que cet événement de haut niveau peut être un moment clé pour renforcer notre coopération et sauver davantage de vies. Comme nous le savons tous, une réponse tardive signifiera une immense souffrance pour des millions et des millions de personnes. Et pour nous, c'est inacceptable! Je vous remercie.

|
Article

Faire face aux causes environnementales de la crise alimentaire en Afrique

Ce texte a été initialement publié sur le site du WWF ici.(Disponible en anglais) L'Afrique est confrontée à sa pire crise alimentaire depuis 40 ans. Près de 114 millions de personnes en Afrique subsaharienne, soit près de la moitié de la population des États-Unis, sont confrontées à une grave insécurité alimentaire. En Afrique de l'Est, 50 millions de personnes sont menacées. Au Sahel, le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire d'urgence a quadruplé pour atteindre 30 millions au cours des sept dernières années. Les causes de la crise actuelle sont multiples. Les conflits et la récession économique provoquée par la pandémie de COVID-19 ont joué leur rôle. Mais surtout, le continent a été frappé par une sécheresse prolongée, des inondations et des essaims de criquets pèlerins - des risques naturels, exacerbés par le changement climatique provoqué par l'homme et la dégradation de la nature. Ce sont les plus vulnérables qui paient le prix fort de la crise alimentaire actuelle. Des hommes et des femmes perdent leurs moyens de subsistance lorsque les récoltes sont mauvaises, les animaux meurent de faim ou de soif et les sols sont balayés par les eaux. Les enfants souffrent de la faim et leur éducation est interrompue. Les femmes mangent moins, et la sécheresse relègue au second plan les besoins alimentaires, notamment ceux des jeunes filles, des femmes enceintes et allaitantes, ainsi que l'hygiène menstruelle. Tous les pays d'Afrique ont un besoin urgent d'aide humanitaire afin de mener leurs actions qui sauvent des vies. Des organisations telles que les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge intensifient leurs actions, avec l'IFRC, les gouvernements et les partenaires, pour apporter ce soutien urgent. Mais elles reconnaissent, tout comme le WWF, la nécessité de renforcer également la résilience aux aléas et de s'attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Un climat en mutation De nombreuses causes sous-jacentes peuvent être trouvées dans la double crise environnementale du climat et de la perte de la nature, qui s'ajoute aux crises causées par des facteurs tels que la pauvreté et les conflits. L'augmentation du niveau des gaz à effet de serre dans notre atmosphère - provenant principalement des pays riches et à revenu intermédiaire du Nord de la planète - entraîne une hausse des températures qui perturbe les schémas météorologiques et climatiques et dégrade les écosystèmes naturels. Le changement climatique aggrave les phénomènes météorologiques extrêmes, les rend plus fréquents et favorise les échanges transfrontaliers. Il modifie le régime des précipitations et compromet la sécurité de l'eau et de l'alimentation. Il a un impact sur la santé humaine et exerce une pression supplémentaire sur la nature et la biodiversité, exacerbant les pressions exercées par le changement d'affectation des terres, la surexploitation, la pollution et les espèces envahissantes. Actuellement, environ 30 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre proviennent des systèmes alimentaires. Non seulement les choix alimentaires dans les zones urbaines riches entraînent une crise sanitaire liée à l'obésité et aux maladies non transmissibles, mais la surconsommation d'aliments produits de manière non durable, ainsi que les comportements inefficaces et le gaspillage dans toutes les chaînes de valeur, contribuent directement à l'insécurité alimentaire en Afrique. Cela souligne l'impératif urgent pour les pays riches de réduire leurs émissions aussi rapidement que possible. Même si tous les autres secteurs se décarbonisent de manière linéaire d'ici à 2050, les systèmes alimentaires habituels représenteront la quasi-totalité du budget carbone d'un avenir à deux degrés. Alors qu'environ 89 pays se sont engagés à atteindre des émissions nettes nulles d'ici le milieu du siècle (ce qui ne permettrait toujours pas d'obtenir les réductions d'émissions nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5 °C), peu d'entre eux ont encore élaboré la série de politiques et de réglementations qui les placeront sur une trajectoire nette zéro. De nombreuses communautés vulnérables en Afrique ont besoin d'être soutenues face aux chocs climatiques en renforçant leur capacité de réponse, en réduisant leur exposition aux risques et en développant leur résilience. Beaucoup de choses peuvent et doivent être faites pour aider directement les communautés et les écosystèmes vulnérables en Afrique, aujourd'hui et dans les décennies à venir. Des investissements urgents doivent être réalisés pour aider les communautés vulnérables à s'adapter aux impacts actuels du changement climatique et à devenir plus résilientes aux chocs climatiques à venir. Il est essentiel de parvenir à une compréhension commune, d'obtenir des financements et d'adopter des politiques favorables afin que les gouvernements, les ONG et le secteur privé en Afrique puissent reconnaître les menaces posées par les impacts du changement climatique et mettre en œuvre les solutions urgentes nécessaires pour aider les populations locales à s'adapter. Le lien entre le climat et la nature Il existe également d'importantes solutions qui utilisent la nature à la fois pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre et pour aider les communautés à s'adapter et à devenir plus résistantes au climat. Les terres, les océans et les systèmes d'eau douce de la planète absorbent et stockent déjà la moitié des émissions produites par l'humanité chaque année : la protection, la restauration et l'amélioration des écosystèmes seront essentielles pour faire face au changement climatique. Les systèmes alimentaires peuvent également constituer une partie importante de la solution aux crises de la nature et du climat. Investir dans des solutions fondées sur la nature - comme l'adoption de pratiques agroécologiques de production alimentaire, la conservation des forêts, la protection des zones humides ou la valorisation des écosystèmes côtiers - peut contribuer à stocker les émissions, à protéger les communautés contre les phénomènes météorologiques extrêmes et à fournir de la nourriture, des emplois et des habitats. Ces solutions, si elles sont de qualité, bien conçues et correctement financées, peuvent contribuer à renforcer la résilience climatique. Mais au-delà des projets individuels, les impacts et les vulnérabilités climatiques, ainsi que la protection de la nature, doivent être intégrés dans le processus décisionnel des secteurs public et privé à tous les niveaux sur le continent. L'ampleur du défi posé par le climat et la perte de nature signifie qu'ils doivent être pris en compte à tous les niveaux de décision et par les acteurs économiques, grands et petits. La crise alimentaire actuelle à laquelle sont confrontés des millions de personnes en Afrique exige une aide humanitaire urgente. Mais, sans une réponse au changement climatique et à la perte de biodiversité beaucoup plus complète et à long terme, dirigée localement et centrée sur les populations, les ressources humanitaires seront sollicitées au-delà du point de rupture. --- L'IFRC s'associe au WWF, la plus grande organisation de protection de l'environnement au monde, pour travailler avec la nature et protéger les populations face à la crise climatique. Cliquez ici pour en savoir plus sur notre partenariat.

|
Article

«La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité» : lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs

L'insécurité alimentaire n'est pas un phénomène nouveau. Mais la récente escalade de la gravité et de l'étendue géographique de la faim chronique est un sérieux motif d'alarme. La crise de la faim est particulièrement ressentie sur le continent africain, où de nombreuses régions, notamment la Corne de l'Afrique, le Sahel et le lac Tchad, connaissent la pire crise alimentaire depuis des décennies. Des millions de personnes sont confrontées à la faim en Afrique, ce qui a poussé l'IFRC à lancer des appels d'urgence pour les crises de la faim au Nigeria, en Somalie, au Kenya, en Éthiopie, au Niger et en Angola au cours de l'année écoulée. En mai dernier, j'ai rencontré certaines des personnes concernées par la sécheresse dans le comté de Marsabit, au Kenyalors d'une visite des zones touchéesoù les niveaux de malnutrition sont parmi les plus élevés du continent. J'ai pu constater de moi-même le niveau de souffrance causé par une grave pénurie de précipitations pendant quatre saisons consécutives, associée à une vulnérabilité préexistante dans certaines parties du comté. Les enfants, les jeunes mères et les personnes âgées sont les plus touchés et doivent faire face à la quasi-disparition de leurs moyens de subsistance. Bien que cette crise de la faim soit, dans une large mesure, d'origine climatique, elle est également alimentée par les effets d'importants essaims de criquets, d'épidémies, de conflits et d'insécurité, et de ralentissements économiques, y compris ceux déclenchés par le COVID-19. En outre, le conflit en cours en Ukraine perturbe le commerce mondial des denrées alimentaires, des engrais et des produits pétroliers, les prix des produits agricoles atteignant des sommets. L'Afrique de l'Est, par exemple, importe 90 % de son blé de Russie et d'Ukraine (source : PAM), et le conflit a entraîné d'importantes pénuries. La crise ukrainienne a également détourné l'attention et les ressources d'autres crises. Si l'Ukraine est une crise extrêmement préoccupante, qui touche des millions de personnes, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue d'autres crises urgentes dans le monde. L'une d'entre elles, et non la moindre, est la détérioration rapide de la sécurité alimentaire dans de nombreuses régions d'Afrique. L'heure tourne et il pourrait bientôt être trop tard pour éviter une tragédie généralisée. La question qui devrait nous préoccuper tous est donc la suivante : que pouvons-nous faire, en tant que collectif humanitaire, pour éviter que l'histoire tragique du début des années 1980 ne se répète ? Nous avons besoin d'une action urgente et massive pour intensifier l'assistance vitale à des millions de personnes au bord de l'effondrement, mais aussi pour s'attaquer de manière décisive aux causes profondes de cette crise par des engagements à plus long terme. L'IFRC a un rôle important et unique à jouer. Grâce à notre portée et à notre expertise communautaires inégalées, à notre expérience humanitaire de plus de 100 ans, à notre capacité d'agir à la fois localement et mondialement, et au statut spécial de nos Sociétés nationales en tant qu'auxiliaires des pouvoirs publics, nous pouvons inverser la tendance. Mais nous avons besoin de ressources pour le faire. Notre priorité immédiate collective est de rassembler un soutien pour sauver des vies, au sein et en dehors de notre réseau de l'IFRC, pour les six prochains mois,en accordant une attention particulière à la Corne de l'Afrique, au Sahel central et aux autres points chauds du continent. Au cours de cette phase d'urgence, nous concentrerons notre soutien sur ce qui, nous le savons par expérience, fera le plus de différence dans la vie et les moyens de subsistance des personnes touchées : l'aide alimentaire, les programmes d'argent liquide et le soutien nutritionnel. Parallèlement, nous élaborerons des programmes à plus long terme, en collaboration avec les Sociétés nationales intéressées, afin de nous attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Nous nous appuierons sur nos succès précédents et travaillerons en soutien aux plans et cadres des gouvernements pour restaurer la résilience des communautés les plus démunies, y compris les populations déplacées. Tout ce que nous faisons sera étayé par des données solides et un engagement significatif des communautés, afin de garantir que notre réponse soit fondée sur des preuves et adaptée. La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité. Pour soulager la souffrance humaine, nous devons relever ce défi par une mobilisation et une action collectives, dans l'immédiat et à long terme. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de faire trop peu, trop tard. --- Depuis 2020: Le réseau de l'IFRC a fourni une assistance alimentaire et des articles non alimentaires à 4,8 millions de personnes, en combinant toutes les opérations de réponse humanitaire (appels d'urgence, DREF et notre réponse COVID-19). Plus de 20 Sociétés nationales africaines ont mis en œuvre des projets liés à la sécurité alimentaire dans le cadre de leur programmation régulière. 33 Sociétés nationales africaines ont augmenté leur capacité à fournir une assistance en espèces et sous forme de bons. Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail de l'IFRC en matière de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance. Vous pouvez également être intéressé par: 'Pour vaincre les crises alimentaires en Afrique, il faut commencer par une planification à long terme.' - Un article d'opinion paru dansDevex par le directeur régional de l'IFRC pour l'Afrique, Mohammed Omer Mukhier-Abuzein. À cause de la faim, je suis ici" - reportage photo du magazine de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur les réfugiés angolais qui fuient vers la Namibie en raison de la sécheresse et du manque de nourriture et d'eau qui en résulte. Et faites défiler la page pour en savoir plus sur nos appels d'urgence en cours pour lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs.

|
Société nationale

Bureau régional pour l'Afrique

Le bureau régional Afrique de l'IFRC travaille en soutien à 49 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en Afrique subsaharienne. Par l'intermédiaire de ses équipes de soutien aux groupes de pays et de ses bureaux nationaux, il assure la coordination et apporte un soutien financier et technique aux opérations en cas de catastrophe et aux programmes de développement à plus long terme dans toute la région.Consultez les plans régionaux, clusters et nationaux en cours pour l'Afrique.