Guatemala

Displaying 1 - 6 of 6
|
Communiqué de presse

Vagues de chaleur meurtrières en Amérique centrale - 35 fois plus probables en raison du changement climatique et quatre fois plus probables qu'en 2000

Panama, GenèveLes vagues de chaleur meurtrières qui ont récemment frappé l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale ont été rendues 35 fois plus probables en raison du changement climatique induit par l'homme, selon la dernière étude de World Weather Attribution (WWA). WWA est une collaboration de scientifiques et d'analystes, dont certains font partie du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Les vagues de chaleur ont commencé en mars dans certaines régions du Mexique, du Guatemala, du Belize, du Salvador, du Honduras et du sud-ouest des États-Unis. En examinant spécifiquement les cinq jours et nuits les plus chauds de la dernière vague de chaleur extrême, début juin, les scientifiques et analystes du WWA ont constaté que dans un monde qui n'aurait pas été réchauffé par le réchauffement planétaire de 1,2 degré Celsius observé à ce jour, il aurait été très peu probable que cette vague de chaleur extrême se produise. Elle est 35 fois plus probable qu'à l'époque préindustrielle et quatre fois plus probable qu'au début de ce siècle, il y a tout juste 24 ans. Selon les chercheurs, des vagues de chaleur similaires auraient été attendues une fois tous les 60 ans en l'an 2000, alors qu'on peut s'attendre à ce qu'elles surviennent tous les 15 ans aujourd'hui.Les vagues de chaleur ne sont pas seulement de plus en plus fréquentes. Elles sont de plus en plus chaudes. Pour les cinq jours (3-7 juin) et nuits (5-9 juin) les plus chauds qu'ils ont étudiés, les chercheurs ont constaté que les températures diurnes étaient supérieures de 1,4 degré à ce qu'elles auraient été même lors d'une "vague de chaleur" (extrêmement rare) à l'époque préindustrielle ; les températures nocturnes, quant à elles, étaient supérieures de 1,6 degré. À mesure que le réchauffement de la planète dépassera 1,2 degré en moyenne, les vagues de chaleur dans la région continueront d'être plus chaudes et encore plus fréquentes.La chaleur extrême a eu de nombreuses répercussions. Au Mexique, au moins 125 personnes sont mortes à cause des vagues de chaleur depuis le mois de mars. Le nombre dans l'ensemble de la région est probablement beaucoup plus élevé, car les décès liés à la chaleur sont rarement enregistrés de manière appropriée, voire pas du tout, parce que les décès liés à la chaleur sont souvent attribués à des conditions de santé préexistantes ou soudaines plutôt qu'à la chaleur qui les exacerbe ou les provoque.La dengue, transmise par les moustiques, est un problème de santé susceptible d'être aggravé par la chaleur et d'autres catastrophes liées au climat, telles que les sécheresses. Au Guatemala et au Honduras, la croissance exponentielle de la dengue a contraint les autorités sanitaires à déclarer l'alerte rouge. Les chiffres de l'Organisation panaméricaine de la santé montrent que du 1er janvier au 25 mai de cette année, les cas ont augmenté de 622 % au Guatemala et de 580 % au Honduras, par rapport à la même période en 2023. Au Guatemala, les cas sont passés de 3 738 en 2023 à 23 268 en 2024, tandis qu'au Honduras, ils sont passés de 4 452 à 25 859.Au Belize, pays voisin, les vagues de chaleur ont provoqué des incendies. Des incendies de forêt se sont déclarés dans les districts de Toledo et de Cayo, les températures journalières dépassant les 39°C (100° F), ce qui crée des conditions propices au démarrage et à l'intensification rapide des incendies. Dans toute l'Amérique centrale, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge font face aux conséquences de la chaleur extrême. Au Guatemala et au Honduras, les volontaires éliminent les sites de reproduction des moustiques, mènent des campagnes de sensibilisation à la prévention et fournissent des moustiquaires. Ces opérations sont soutenues par des allocations financières du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC et visent à aider plus de 20 000 personnes. Une allocation du DREF permet également à la Croix-Rouge de Belize de venir en aide à 800 personnes, en fournissant aux familles touchées des kits d'hygiène, des produits de nettoyage et de l'argent liquide pour les efforts de relèvement. En outre, les membres du corps national de secours du Belize reçoivent des équipements de protection individuelle. Karina Izquierdo, conseillère urbaine pour l'Amérique latine et les Caraïbes au Centre climatique de la Croix-Rouge, a déclaré : «Nous avons besoin d'un soutien financier de la part de l'Union européenne»« Chaque fraction de degré de réchauffement expose davantage de personnes à une chaleur dangereuse. Les 1,4 °C de chaleur supplémentaires causés par le changement climatique auraient fait la différence entre la vie et la mort pour de nombreuses personnes en mai et juin. Outre la réduction des émissions, les gouvernements et les villes doivent prendre des mesures plus audacieuses pour devenir plus résistants à la chaleur.»Martha Keays, Directrice régionale de l'IFRC pour les Amériques a déclaré :« Les chaleurs extrêmes constituent une menace silencieuse pour la santé, l'économie et le bien-être de millions de personnes en Amérique centrale et en Amérique du Nord. Les jeunes enfants, les personnes handicapées, les femmes enceintes et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables, tout comme certaines populations qui travaillent ou passent du temps à l'extérieur, telles que les travailleurs agricoles et les personnes en déplacement. Les équipes de la Croix-Rouge sur le terrain continueront à les aider, tout en renforçant les initiatives d'action et d'alerte précoces qui permettent d'anticiper et de protéger des vies contre ces catastrophes et d'autres liées au climat.»Pour plus d'informations, consultez le rapport complet sur le site web de la World Weather Attribution.Pour ^plus d'informations ou pour demander une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected] Panama: Susana Arroyo Barrantes +50769993199 A Genève: Andrew Thomas +41763676587

|
Article

Les femmes rurales guatémaltèques au cœur de la santé communautaire

Gladis Gómez wears a purple Huipil, a traditional outfit worn by people from the mountainous, western part of Guatemala. The colour represents mourning, as she sadly lost a distant relative a few days earlier. Despite this, a smile lights up her face—a smile that so many people in her community recognise. Gladis est la présidente d'un comité de santé local dans son petit village de Xecaracoj. Ce comité rassemble une douzaine de femmes rurales qui ont été formées par la Croix-Rouge guatémaltèque sur les questions de santé essentielles, afin de pouvoir promouvoir des pratiques saines au sein de leur communauté. Ensemble, les femmes font du porte-à-porte dans leur village, partageant leurs connaissances sur la manière dont les gens peuvent prévenir les maladies courantes et les décès, en particulier chez les enfants. Ce travail est vital. Le Guatemala a l'un des taux de malnutrition infantile les plus élevés au monde et plus de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La pandémie de COVID-19 a également fait des ravages dans le pays: 20 000 personnes sont mortes de la maladie en l'espace de trois ans. « Nous avons diffusé les nouvelles connaissances que nous a transmises la Croix-Rouge guatémaltèque pour informer les hommes, les garçons et les filles sur des choses aussi simples que le lavage des mains, le nettoyage de nos maisons et de nos rues, et l'importance de l'allaitement maternel et de la nutrition. «Nous savons maintenant que des habitudes saines font la différence entre une communauté forte et saine et le fait de continuer à emmener nos bébés à l'hôpital.»affirme Gladis. Juan Poyón, technicien chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies à la Croix-Rouge guatémaltèque, explique qu'il a beaucoup appris des comités de santé, comme celui dirigé par Gladis, et qu'il s'est servi des connaissances locales des femmes pour orienter et améliorer son soutien. « Nous avons identifié des questions clés, par exemple que leurs priorités étaient la prévention du COVID-19 ou de la malnutrition. Aujourd'hui, alors que les comités ont déjà été formés, nous avons constaté que les femmes souhaitaient toucher davantage de personnes. En fait, elles ont privilégié la radio, les kiosques d'information ou les messages via WhatsApp comme étant les meilleurs canaux pour partager leurs connaissances à plus grande échelle», explique Juan. Pour partager encore davantage ces précieuses informations communautaires, la Croix-Rouge guatémaltèque a mis en relation les comités de santé dirigés par des femmes avec le ministère de la santé du pays, ce qui a ouvert les yeux des autorités nationales. Ils travaillent désormais ensemble à l'amélioration de la santé communautaire. Ana Gómez, épidémiologiste au ministère guatémaltèque de la santé, a expliqué : « Nous avons travaillé avec la Croix-Rouge guatémaltèque pour identifier les besoins des personnes, en respectant la diversité de la population. Nous avons pris connaissance des points de vue des femmes et les avons accueillis favorablement pour renforcer la santé communautaire, et en cours de route, nous avons confirmé que leur rôle est essentiel.» «Les femmes sont les principales utilisatrices des services de santé. Elles jouent également un rôle fondamental dans l'éducation de la prochaine génération qui sera en charge du pays. L'implication des femmes garantit un changement de comportement positif dans les familles et les communautés, et contribue donc à l'amélioration de la santé au Guatemala»dit Ana. En passant du temps avec Gladis, il est évident qu'elle est très fière de son travail et qu'elle et les autres membres du comité de santé sont heureux que leur voix soit entendue. Alors qu'elle s'assoit et se tisse un nouveau corte - une jupe traditionnelle maya - elle montre les rayures jaunes qui représentent l'espoir. «Demain, je porterai un Huipil jaune pour représenter la couleur de la vie, les rayons du soleil et le maïs», déclare Gladis. «Les femmes de cette communauté sont spéciales, très spéciales, parce qu'aujourd'hui nous avons les connaissances nécessaires pour protéger la vie.» -- La promotion de ces comités de santé locaux au Guatemala fait partie du pilier "préparation aux épidémies et aux pandémies" de notre partenariat programmatique avec l'Union européenne. À ce jour, 1 250 familles de la région rurale de Quetzaltenango, dans l'ouest du Guatemala, ont reçu des conseils de santé précieux et fiables de la part des comités de santé locaux. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, en El Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. L'IFRC continuera à renforcer les capacités des communautés guatémaltèques à prévenir les pandémies et les épidémies, et à encourager davantage de femmes à occuper des postes de direction afin qu'elles puissent avoir un impact profond et positif sur l'avenir de leurs communautés.

|
Urgence

Crise migratoire au Mexique et en Amérique centrale

Depuis le début de l'année 2022, on observe une augmentation massive du nombre de réfugiés, de migrants et de personnes rapatriées qui transitent par voie terrestre vers le nord, à travers l'Amérique centrale.La plupart des personnes se déplacent par des voies irrégulières et se heurtent en chemin à des obstacles bureaucratiques, subissent des accidents et des blessures, sont victimes d'extorsions et de violences sexuelles, ou encore disparaissent et sont séparées de leur famille. Tragiquement, d'autres sont tués ou meurent de maladies ou des conditions environnementales difficiles. Cet appel d'urgence permet aux Sociétés de la Croix-Rouge du Panama, du Costa Rica, du Nicaragua, du Honduras, du Salvador, du Guatemala et du Mexique de renforcer l'assistance humanitaire et la protection de 210 000 personnes le long des routes migratoires.

|
Communiqué de presse

Lancement d'un partenariat ambitieux entre l'IFRC et l'UE : un nouveau modèle pour le secteur humanitaire

Bruxelles/Genève, 30 mars 2022 - Le partenariat ambitieux lancé aujourd’hui entre la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européenne (DG ECHO), se veut un nouveau modèle pour le secteur humanitaire. En réponse au nombre croissant de crises dans le monde, le partenariat programmatique pilote «Accélérer l'action locale dans les crises humanitaires et sanitaires » vise à soutenir l'action locale dans la gestion des crises humanitaires et sanitaires dans au moins 25 pays grâce à un financement pluriannuel de l'UE. Le partenariat renforce les priorités stratégiques communes aux deux entités et s'articule autour de cinq pôles d'intervention : la préparation aux catastrophes et la gestion des risques, la préparation et la réponse aux épidémies et aux pandémies, l'assistance humanitaire et la protection des personnes en déplacement, l'aide en espèces et en bons et enfin la communication des risques, l'engagement communautaire et la redevabilité. Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet effet : «J'accueille avec beaucoup d'espoir le partenariat programmatique pilote signé avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est un partenaire de confiance de l'UE. Elle partage notre vision de la mise en œuvre d'opérations d'aide humanitaire efficaces et efficientes dans le monde entier. Le financement alloué à ce partenariat réaffirme l'engagement de l'UE à contribuer à répondre aux besoins croissants des personnes vulnérables dans environ 25 pays, en travaillant en étroite coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il confirme également notre engagement en faveur de partenariats stratégiques avec les organisations d'aide humanitaire ». Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, d’ajouter: «Des partenariats stratégiques à plus long terme sont essentiels pour répondre à la recrudescence des crises humanitaires dans le monde. Nous devons répondre rapidement, réagir à grande échelle, et moderniser notre approche pour avoir un plus grand impact auprès des communautés. Nous savons que le soutien humanitaire le plus efficace et le plus à même de perdurer est celui qui est mené localement, qui place les communautés au cœur de l'action et qui est financé par un partenariat flexible, à long terme et prévisible. Le partenariat programmatique pilote permet exactement cela». Le programme commencera par une phase initiale dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique occidentale et centrale et du Yémen. L'objectif principal est de fournir une assistance essentielle aux personnes actuellement touchées par des crises humanitaires, les conséquences de la pandémie COVID-19, les catastrophes climatiques et les conflits, et de prévenir les pertes de vies et les souffrances. Des investissements sont également réalisés pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux catastrophes grâce à la mise en œuvre de composantes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques. Grâce à son étroite collaboration avec ses Sociétés nationales, la portée mondiale de l'IFRC combinée à l'action locale, sa longue histoire de travail humanitaire axé sur la communauté et ses Principes fondamentaux, en font le partenaire de choix pour ce partenariat programmatique pilote avec l'UE. Après la première phase de mise en œuvre, le programme vise à étendre sa portée et à inclure d'autres pays dans le monde avec le soutien de plus de Sociétés nationales de l'UE. Faits marquants 10 pays pour la mise en œuvre dans la phase initiale : le Burkina Faso, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Yémen, Le Salvador, Le Guatemala, le Honduras et le Panama; 7 Sociétés nationales de l'UE œuvrant pour soutenir la mise en œuvre de la phase initiale : la Croix-Rouge belge (FR), la Croix-Rouge danoise, la Croix-Rouge française, la Croix-Rouge allemande, la Croix-Rouge italienne, la Croix-Rouge luxembourgeoise et la Croix-Rouge espagnole. Pour plus d'informations A Bruxelles: Federica Cuccia, [email protected]; A Genève: Anna Tuson, [email protected], +41 79 895 6924

|
Page de base

Partenariat programmatique / IFRC

Le Partenariat programmatique est un partenariat novateur et ambitieux sur trois ans entre l'IFRC, un grand nombre de nos Sociétés nationales membres et l'Union européenne. Ensemble, nous soutenons les communautés du monde entier à réduire leurs risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux urgences sanitaires.

|
Société nationale

Croix-Rouge du Guatemala