Choléra

External ID
206
Displaying 1 - 12 of 12
|
Article

Déclaration conjointe : Des millions de personnes menacées par le choléra en raison du manque d'eau potable, de savon et de toilettes, et de la pénurie de vaccins contre le choléra

Genève/New York, 20 Mars 2024 – Selon le groupe international de coordination (GIC) pour la fourniture de vaccins, des mesures immédiates sont nécessaires pour endiguer la recrudescence pluriannuelle sans précédent des cas de choléra dans le monde. Il faut notamment investir dans l'accès à l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène, tester et détecter rapidement les épidémies, améliorer la qualité des soins de santé et l'accès à ces derniers, et accélérer la production de doses supplémentaires de vaccin oral contre le choléra (VOC) à un prix abordable afin de mieux prévenir les cas de choléra.Le GIC gère le stock mondial de vaccins contre le choléra. Le groupe comprend la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Médecins Sans Frontières, l'UNICEF et l'OMS. Gavi, l'Alliance du vaccin, finance la réserve de vaccins et la distribution du vaccin anticholérique. Les membres du GIC appellent les gouvernements, les donateurs, les fabricants de vaccins, les partenaires et les communautés à se joindre à un effort urgent pour stopper et inverser la progression du choléra.Depuis 2021, le choléra connaît une recrudescence à l'échelle mondiale, les 473 000 cas signalés à l'OMS en 2022 ayant plus que doublé par rapport à 2021. Les données préliminaires pour 2023 révèlent de nouvelles augmentations, avec plus de 700 000 cas signalés. Plusieurs de ces flambées présentent des taux de létalité élevés, dépassant le seuil de 1 % utilisé comme indicateur d'un traitement précoce et adéquat des patients atteints de choléra. Ces tendances sont tragiques étant donné que le choléra est une maladie évitable et traitable et que les cas avaient diminué au cours des années précédentes. Le choléra est une infection intestinale aiguë qui se propage par le biais d'aliments et d'eau contaminés par des matières fécales contenant la bactérie Vibrio cholerae. L'augmentation du nombre de cas de choléra est due à des lacunes persistantes dans l'accès à l'eau potable et à l'assainissement. Bien que des efforts soient faits pour combler ces lacunes dans certains endroits, dans beaucoup d'autres, ces lacunes s'aggravent en raison de facteurs liés au climat, à l'insécurité économique, aux conflits et aux déplacements de population. L'eau potable et l'assainissement sont des conditions préalables à l'arrêt de la transmission du choléra.Actuellement, les pays les plus gravement touchés sont la République démocratique du Congo, l'Éthiopie, Haïti, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Zambie et le Zimbabwe.Aujourd'hui plus que jamais, les pays doivent adopter une réponse multisectorielle pour lutter contre le choléra. Les membres du GIC appellent les pays actuellement touchés ou susceptibles de l'être à prendre des mesures urgentes pour que leurs populations aient accès à de l'eau propre, à des services d'hygiène et d'assainissement, ainsi qu'aux informations essentielles pour prévenir la propagation du choléra. La mise en place de ces services nécessite une volonté politique et des investissements au niveau national. Il s'agit notamment de créer des capacités de détection et de réponse précoces, d'améliorer la détection des maladies, d'assurer un accès rapide au traitement et aux soins, et de travailler en étroite collaboration avec les communautés, notamment en ce qui concerne la communication sur les risques et l'engagement communautaire. L'écart important entre le nombre de doses de vaccins disponibles et le niveau des besoins actuels exerce une pression sans précédent sur le stock mondial de vaccins. Entre 2021 et 2023, le nombre de doses demandées pour la riposte aux épidémies a été supérieur à celui de toute la décennie précédente.En octobre 2022, la pénurie de vaccins en cours a obligé le GIC à recommander une seule dose de vaccin, alors qu'il recommandait depuis longtemps un traitement à deux doses. Environ 36 millions de doses ont été produites l'année dernière, tandis que 14 pays touchés ont déclaré avoir besoin de 72 millions de doses dans le cadre d'une stratégie réactive à une dose. Ces demandes sous-estiment les besoins réels. Les campagnes de vaccination préventive ont dû être retardées afin de conserver des doses pour les efforts de lutte contre les épidémies, ce qui a créé un cercle vicieux. Le changement de stratégie a permis aux vaccins disponibles de protéger un plus grand nombre de personnes et de répondre à un plus grand nombre de flambées de choléra malgré la pénurie actuelle, mais un retour à un schéma à deux doses et une reprise de la vaccination préventive offriraient une protection plus longue.La capacité de production mondiale en 2024 devrait être de 37 à 50 millions de doses, mais elle restera probablement insuffisante pour répondre aux besoins des millions de personnes directement touchées par le choléra. Un seul fabricant, EuBiologics, produit actuellement le vaccin ; bien que l'entreprise fasse tout son possible pour maximiser la production, davantage de doses sont nécessaires. Actuellement, on ne s'attend pas à ce que de nouveaux fabricants arrivent sur le marché avant 2025 ; il faut donc accélérer les choses. La même urgence et la même innovation que pour le COVID-19 doivent être appliquées au choléra.Les autres fabricants qui prévoient d'entrer sur le marché doivent accélérer leurs efforts et mettre les doses à disposition à des prix abordables.Nous appelons les fabricants de vaccins, les gouvernements, les donateurs et les partenaires à donner la priorité à une augmentation urgente de la production de vaccins et à investir dans tous les efforts nécessaires pour prévenir et contrôler le choléra.À propos du GIC Communiqué de presse sur la stratégie de dosageGroupe de travail mondial sur la lutte contre le choléraL'IFRC sur le choléraUNICEF : le choléra met les enfants en danger dans le monde entierL'OMS sur la recrudescence du choléra, y compris les rapports de situation mensuelsContacts médiasIFRC Email: [email protected]: Lukas Nef,Mobile: +41792400790Email: [email protected]: Sarah Al Hattab, UNICEF in New YorkTelephone: +1 917-957-6536Email: [email protected] média de l'OMSEmail: [email protected]

|
Article

Choléra : L'épidémie réduit au silence une ville autrefois dynamique du sud-ouest du Zimbabwe

Dans les rues de Mapanza, un petit village du sud-ouest du Zimbabwe, le silence règne là où les enfants jouent normalement. Les rassemblements communautaires pour les repas ont cessé, les rires sont absents et les vêtements de tous les jours ont été remplacés par des bottes de pluie et des combinaisons de protection.Le village est aux prises avec une épidémie de choléra incessante, qui met en évidence la gravité de la maladie.Lors d'une récente journée de fortes pluies, des flaques d'eau entourent les trois grandes tentes situées au centre du village. Le personnel médical, muni de masques et de gants, entre et sort des tentes. Des perfusions sont apportées dans la tente où se trouvent les patients les plus gravement atteints.Dans les deux autres tentes, des agents de santé s'occupent des patients dont l'état s'est stabilisé. De temps en temps, un enfant curieux sort de la tente. Elle semble avoir environ cinq ans.Alors que nous marchons plus loin dans le village, nous rencontrons Alec. "Cela a probablement commencé lors d'un service religieux où de nombreuses personnes se sont rassemblées", explique Alec, un homme amical et énergique qui vit dans le village et qui a personnellement fait l'expérience de la rapidité avec laquelle le choléra peut frapper sans pitié. "Peu après, les gens ont commencé à tomber malades.Les sources de contaminationEn outre, la communauté partage une source d'eau, qui a été contaminée. Le choléra se propageant facilement par l'eau, on estime que près de la moitié du village est tombée malade. Il n'y a pas de centre de soins dans la région, ce qui a aggravé la situation, qui est devenue critique en l'espace de quelques heures.Les gens étaient allongés sur le sol et n'avaient nulle part où aller, se souvient Alec. "Les gens ont commencé à souffrir de diarrhées sévères et à vomir abondamment", explique-t-il. "Près de la moitié de la population de l'enceinte était à terre, et un couple local a essayé de transporter autant de personnes que possible à l'hôpital de Chiredzi, mais c'était trop. Les enfants et les femmes ont été les plus touchés ; des personnes sont également décédées". Alec a lui aussi dû se battre pour survivre. Après qu'il soit tombé malade, sa femme a attendu avec anxiété des nouvelles de son mari. Elle ne pouvait pas être avec lui et ne connaissait pas son état de santé. C'était une période éprouvante pour les nerfs.Une réponse immédiateAujourd'hui, lorsque les visiteurs viennent au village, il est difficile de comprendre que ce cauchemar s'est déroulé il y a seulement quelques semaines. Bien que les événements continuent de peser sur la communauté et que la situation soit loin d'être normale, le nombre de malades et de décès a diminué, grâce à ceux qui se sont mobilisés pour apporter leur aide.Les volontaires de la Croix-Rouge du Zimbabwe ont immédiatement soutenu le ministère de la santé et de la protection de l'enfance en apportant des tentes, des fournitures médicales et des "solutions de réhydratation orale" afin que les personnes puissent être soignées en toute sécurité et ne soient plus obligées de s'allonger sur le sol. Avec le ministère de la santé, ils ont pu contrôler l'épidémie.Aujourd'hui encore, les volontaires sont omniprésents dans le village. Nombre d'entre eux, comme la femme d'Alec, sont des membres de la communauté qui se sont portés volontaires après avoir vécu ce que le choléra a fait à leurs proches. Elle participe désormais à des campagnes de porte-à-porte, informant les gens sur la manière de se protéger afin qu'une épidémie de cette ampleur ne se reproduise pas.Depuis le début de l'épidémie, les volontaires et le personnel de la Croix-Rouge de Zambie ont pris des mesures pour lutter contre la propagation du choléra et fournir des soins aux patients. La Croix-Rouge a également aidé le ministère de la santé à mettre en place un centre de traitement du choléra afin de permettre aux personnes présentant des symptômes de choléra d'accéder à des soins appropriés.Des volontaires se sont également rendus dans les communautés pour informer la population sur les moyens de se protéger et de protéger leurs proches, ainsi que sur les mesures à prendre en cas de maladie.Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes de l'IFRC (IFRC-DREF) a alloué 500 000 francs suisses à la première intervention. Peu après, l'IFRC a lancé un appel d'urgence de 3 millions de francs suisses afin d'apporter une assistance vitale à plus de 550 000 personnes et d'aider à endiguer la flambée épidémique.

|
Article

Journée mondiale de la radio : Comment la radio contribue à maintenir les communautés en bonne santé et en sécurité

Bien que nous vivions dans un monde de plus en plus numérique, la radio reste une source importante d'information, de divertissement et de connexion dans les pays du monde entier.C'est particulièrement vrai dans les communautés rurales, pour lesquelles la radio est souvent la source d'information la plus fiable, voire la seule, à des kilomètres à la ronde.Imaginez que vous viviez dans l'une de ces communautés, loin du centre de santé le plus proche. Vous remarquez que les gens tombent malades et vous ne savez pas pourquoi. En quête de réponses, vous écoutez votre station de radio locale.Le présentateur parle de la "maladie mystérieuse" d'une manière paniquée, en disant à quel point les symptômes sont horribles, combien de personnes sont mortes et comment il faut éviter à tout prix les personnes infectées. Il a entendu dire que la maladie pourrait être une sorte de malédiction et que, apparemment, boire de l'eau salée peut vous protéger.En entendant ce rapport, et en l'absence d'autres sources vers lesquelles se tourner, vous vous sentiriez probablement effrayé et ne sauriez pas quoi faire.Mais imaginez que vous soyez à l'écoute d'une émission totalement différente. Le présentateur offre calmement des informations pratiques sur la maladie - son nom, ses symptômes, son mode de propagation et les mesures que vous pouvez prendre pour vous protéger. Il interroge un médecin local que vous connaissez et en qui vous avez confiance et qui répond aux questions et aux inquiétudes les plus courantes.Vous seriez rassuré et disposeriez des informations dont vous avez besoin pour assurer votre sécurité et celle de votre famille.Dans plusieurs pays, l'IFRC et ses Sociétés nationales s'associent aux médias locaux pour faire exactement cela : fournir des informations vitales avant, pendant et après les épidémies.Dans le cadre du programme de programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3), nous avons collaboré avec l'organisation caritative BBC Media Action pour former des journalistes et des Sociétés de la Croix-Rouge de sept pays à la programmation de lignes de vie : une programmation médiatique spéciale qui fournit des informations précises, pratiques et opportunes en cas de crise sanitaire ou humanitaire.Les Sociétés nationales s'associent régulièrement à des médias pour diffuser des informations utiles qui permettent aux communautés de rester en bonne santé et à l'abri d'un large éventail de maladies. En voici quelques exemples.KenyaDans les comtés de Bomet et de Tharaka Nithi, la Croix-Rouge du Kenya fait équipe avec les stations de radio locales et les services de santé des comtés, atteignant ainsi des centaines de milliers de personnes avec des messages de santé utiles sur la façon de prévenir des maladies telles que l'anthrax, la rage et le choléra. Les informations sont communiquées dans un langage simple. Les auditeurs peuvent poser des questions ou suggérer des sujets de discussion.«Au début, les médias étaient connus pour rapporter deux choses, peut-être : la politique et les mauvaises choses qui se sont produites dans la société. Mais la Croix-Rouge nous a aidés [...] à utiliser les médias pour éduquer les gens sur les maladies », explique Sylvester Rono, un journaliste de Kass FM formé à la programmation Lifeline.«Je suis maintenant fier de dire que cela a vraiment aidé nos communautés. Nos concitoyens comprennent maintenant pourquoi nous devons vacciner nos animaux de compagnie, pourquoi nous devons aller à l'hôpital en cas de morsure, pourquoi nous devons signaler tout incident [sanitaire], et quand vous voyez un signe de maladie, que ce soit la rage, l'anthrax, le choléra [...] l'importance de le signaler plus tôt », ajoute-t-il.CamerounFin 2021, une épidémie de choléra a menacé la vie des populations de la région Nord du Cameroun, une région rurale du pays où les communautés sont très dispersées.Dans le cadre de sa réponse, la Croix-Rouge camerounaise s'est associée à des stations de radio locales pour lancer une série de programmes radiophoniques communautaires afin de partager des informations sur la façon dont les gens peuvent se protéger, sur les symptômes à surveiller et sur les endroits où obtenir de l'aide s'ils tombent malades.Les thèmes des émissions ont été choisis en partenariat avec les dirigeants des communautés. Après la diffusion des émissions, les volontaires de la Croix-Rouge se sont rendus dans leurs communautés pour renforcer les messages diffusés à l'antenne en faisant du porte-à-porte. «Le programme radio est très bon, car il m'a donné des informations pratiques. J'ai eu un cas de choléra dans ma famille, mais grâce aux mesures que j'ai entendues à la radio, j'ai pu sauver l'enfant de ma soeur qui était malade», explique Talaga Joseph, un auditeur qui a appelé FM Bénoué, l'une des stations de radio participantes.République démocratique du Congo (RDC)En RDC, des rumeurs nuisibles et des informations erronées sur le COVID-19 et d'autres maladies se sont répandues dans tout le pays ces dernières années. Par exemple, certaines personnes pensaient que le vaccin COVID-19 était une source de revenus pour le gouvernement et ne présentait aucun avantage pour la société, tandis que d'autres croyaient que le vaccin contre la rougeole était moins efficace que les remèdes traditionnels à base de feuilles de manioc.Pour répondre à ces rumeurs, les volontaires de la Croix-Rouge de la RDC ont fait du porte-à-porte pour recueillir les réactions de la communauté et enregistrer les mythes et les idées fausses les plus répandus. Après avoir analysé ces informations, le personnel de la Croix-Rouge de la RDC a lancé des émissions radiophoniques interactives afin d'aborder et de démystifier les informations erronées sur la santé et de fournir des conseils fiables.Par exemple, dans la province du Kongo Central, la Croix-Rouge de la RDC s'associe à Radio Bangu pour produire une émission intitulée "L'école de la Croix-Rouge". Les auditeurs appellent pour obtenir des informations sur différentes maladies, poser des questions et découvrir l'aide qu'ils peuvent obtenir de la Croix-Rouge.« La collaboration avec la Croix-Rouge est très bonne et a permis aux auditeurs d'en apprendre davantage sur ses activités et sur la manière dont ils peuvent prévenir différentes maladies et épidémies. Les émissions de la Croix-Rouge sont si populaires qu'elles ont augmenté le nombre total d'auditeurs dans la zone que nous couvrons », déclare Rigobert Malalako, directeur de la station de Radio Bangu.--Les activités avec la radio locale présentées dans cet article ne sont que quelques exemples de partenariats avec les médias développés dans le cadre du Programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3)Financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le CP3 soutient les communautés, les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d'autres partenaires dans la prévention, la détection et la réponse aux menaces de maladies.Si vous avez aimé cette histoire et souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies. Vous pouvez également accéder aux ressources suivantes :Un guide pour les médias sur la communication dans les urgences de santé publique (disponible en plusieurs langues)Site web de la programmation Lifeline de BBC Media ActionBoîte à outils de lutte contre les épidémies de l'IFRC

|
Article

Un début d'année 2024 meurtrier : Le choléra se propage rapidement au Zimbabwe après les fêtes de fin d'année

Il y a près d'un an, le premier patient atteint de choléra au Zimbabwe a été signalé dans la ville de Chegutu, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale Harare. Tout au long de l'année 2023, les chiffres n'ont fait qu'augmenter, la maladie se propageant dans les dix provinces du pays. Au cours de la récente période de vacances, une forte augmentation a été enregistrée, les gens voyageant et se réunissant pour fêter avec leur famille élargie, ce qui a donné à la maladie de nouvelles occasions de se propager. «Nos pires craintes et prévisions pour l'après-fêtes se confirment avec cette tendance à la hausse des personnes ayant contracté le choléra", déclare John Roche, chef de délégation de l'IFRC pour le groupe de pays comptant le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi.«Cette situation est particulièrement inquiétante pour les personnes à la santé vulnérable, qui sont les plus touchées et ont un besoin urgent d'assistance. « Alors que les écoles reprennent et que les gens retournent au travail, nous devons agir rapidement pour réduire le nombre de cas. Nous n'avons pas de temps à perdre ; nous devons briser le cycle, car chaque vie en danger est une vie de trop.» Il n'y a pas de temps à perdre Pour cette raison, la célérité est essentielle. Le choléra se propage rapidement et facilement. Le simple fait de boire ou de manger un aliment infecté par la bactérie du choléra peut entraîner une infection. Celle-ci peut entraîner de graves diarrhées et vomissements, parfois si intenses que les personnes perdent des litres d'eau par jour. La déshydratation qui s'ensuit peut entraîner la mort si des mesures ne sont pas prises pour permettre une réhydratation rapide. Dans la capitale, de nombreuses personnes vivent à proximité les unes des autres et les mesures d'hygiène sont insuffisantes, ce qui augmente le risque de tomber malade. Avec des milliers de cas présumés de choléra dans la capitale, Harare a déclaré l'état d'urgence. En outre, dans de nombreux endroits du pays, les infrastructures d'assainissement et d'approvisionnement en eau sont délabrées et nécessitent d'importants travaux de remise en état. Les blocages d'égouts sont fréquents, ce qui contribue à la propagation rapide de la maladie. De plus, les gens ont du mal à accéder à de l'eau propre pour cuisiner et boire. La Croix-Rouge prête à intervenir Depuis le début de l'épidémie, les volontaires et les travailleurs humanitaires de la Société de la Croix-Rouge du Zimbabwe ont pris des mesures pour lutter contre la propagation du choléra et fournir des soins aux patients. Les volontaires se sont rendus dans les communautés pour informer les gens sur les moyens de se protéger et de protéger leurs proches, ainsi que sur les mesures à prendre en cas de maladie. La Croix-Rouge zimbabwéenne a également aidé le ministère de la santé à mettre en place un traitement contre le choléra afin de permettre aux personnes présentant les symptômes de la maladie d'accéder à des soins appropriés. Au total, neuf points de réhydratation orale ont été mis en place dans tout le pays (à Harare, dans le district de Mutare, dans le district de Misvingo et dans le Mashonaland). Ces lieux ont été choisis en fonction de la présence de volontaires formés qui font du porte-à-porte pour sensibiliser les populations au choléra. Un mécanisme de retour d'information a été mis en place et il existe actuellement des réunions de retour d'information et des boîtes à idées dans de nombreux établissements de santé. Jusqu'à présent, les volontaires des services de proximité ont établi des contacts et partagé des informations avec plus de 171 000 personnes. Pour que les équipes de la Croix-Rouge puissent agir rapidement, le Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe de l'IFRC (IFRC-DREF) a alloué environ 500 000 CHF en juin 2023 pour soutenir les efforts de réponse immédiats. Malheureusement, le choléra se propage rapidement et la Croix-Rouge du Zimbabwé a besoin de plus de fonds pour s'assurer que le nombre de personnes infectées atteigne zéro. C'est pourquoi l'IFRC et ses membres exhortent la population à soutenir son appel d'urgence de 3 millions de francs suisses afin d'aider la Croix-Rouge zimbabwéenne à fournir une assistance vitale à 550 455 personnes et à endiguer l'épidémie. «Ce soutien est indispensable pour lutter contre le choléra et faire en sorte que plus aucune vie ne soit perdue à cause de cette maladie», déclare M. Roche de l'IFRC.

|
Communiqué de presse

L'épidémie de choléra s'aggrave en Zambie : L'IFRC lance un appel d'urgence de 4 millions de francs suisses

Genève/Nairobi/Lusaka, 15 janvier 2024 : Réagissant à une grave épidémie de choléra en Zambie, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé un appel d'urgence de 4 millions de francs suisses. Ce fonds vise à soutenir la Croix-Rouge de Zambie, dans son rôle d'auxiliaire du ministère zambien de la Santé, afin d'atténuer l'impact de l'épidémie sur les communautés touchées et d'empêcher sa propagation. En octobre 2023, une nouvelle épidémie de choléra a été signalée et la transmission s'est accrue depuis la mi-décembre, mettant en danger plus de 10 millions de personnes. L'épidémie s'est d'abord déclarée dans les zones périurbaines de la province de Lusaka, où la plupart des cas ont été signalés. En raison du taux élevé de transmission, la maladie touche désormais des personnes réparties dans plusieurs zones géographiques. Neuf provinces sur dix ont signalé des cas de choléra, et six provinces ont confirmé l'existence de foyers de choléra. John Roche, Chef de délégation couvrant le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi a délcaré: «Pour éviter que d'autres vies ne soient perdues, nous devons donner la priorité à l'accès à l'eau propre et salubre. La maladie hydrique se propageant rapidement, nous sommes profondément préoccupés par la situation actuelle. L'IFRC et la Croix-Rouge de Zambie recherchent des ressources pour contribuer aux activités susceptibles de soutenir l'arrêt de la propagation et de sa transmission. » Cosmas Sakala, Secrétaire général par intérim de la Croix-Rouge de Zambie, a déclaré : «Avec l'augmentation des pluies et la possibilité d'inondations, l'épidémie de choléra pourrait s'aggraver et nous craignons que de nombreuses autres vies soient perdues. La Croix-Rouge de Zambie a besoin de plus de ressources pour aider le gouvernement à intensifier les interventions telles que la communication sur les risques et l'engagement communautaire, à améliorer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement pour enrayer l'épidémie, et à améliorer la gestion des cas au niveau communautaire pour réduire le nombre de décès ». En réponse à l'épidémie, l'IFRC a alloué 750 000 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les interventions lors de catastrophes (DREF) pour soutenir les efforts de secours. Le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge de Zambie ont été mobilisés et soutiennent les activités de lutte contre le choléra en faisant du porte-à-porte, en mettant en place des points de réhydratation orale où les personnes présentant des signes de choléra peuvent être réhydratées, en diffusant des messages d'hygiène et en sensibilisant les communautés à la prévention et à la lutte contre le choléra. Ce début d'éducation à la santé publique se fait en collaboration avec le ministère zambien de la santé et l'UNICEF. Pour poursuivre la réponse, un total de 4 millions de francs suisses est nécessaire et permettra de venir en aide à 3,5 millions de personnes. L'année dernière, le Malawi, pays voisin, a connu l'une des pires épidémies de choléra depuis des années. Par ailleurs, le Zimbabwe est actuellement aux prises avec une épidémie de choléra qui fait des victimes tous les jours. L'IFRC reste déterminée à enrayer la propagation du choléra en Zambie, en veillant à ce que les populations touchées reçoivent les soins et le soutien nécessaires. Plus d'informations: Pour en savoir plus ou pour soutenir l'appel d'urgence, visitez notre page dédiée Pour toute demande d'interview, écrivez-nous à l'adresse:[email protected] A Naïrobi: Anne Macharia: +254 720 787 764 A Genève: Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67 Carina Wint: +47 4139 1873

|
Urgence

Zambie: Epidémie de choléra

Une épidémie de choléra en Zambie, signalée pour la première fois en octobre 2023, a connu une augmentation spectaculaire de la transmission depuis la mi-décembre. Le pays a désormais enregistré plus de 7 000 cas et 270 décès, avec plus de 500 nouveaux cas par jour. L'IFRC et ses membres recherchent 4 millions de francs suisses (dont 3 millions devraient être levés par le Secrétariat de l'IFRC) pour soutenir la Société de la Croix-Rouge de Zambie afin d'atteindre 3,5 millions de personnes avec une assistance vitale.

|
Communiqué de presse

L'IFRC intensifie sa réponse face à la montée en puissance de l'épidémie de choléra au Zimbabwe : un appel d'urgence est lancé.

Harare/Nairobi/Genève, le 17 novembre 2023-La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé un appel d'urgence de 3 millions de francs suisses pour soutenir la Société de la Croix-Rouge du Zimbabwe. Les besoins sanitaires dépassent les ressources disponibles, ce qui signifie qu'une action immédiate est nécessaire pour atténuer l'impact sur les communautés touchées. Le Zimbabwe est actuellement confronté à une grave épidémie de choléra, qui met à rude épreuve les systèmes de santé et nécessite une action coordonnée. L'épidémie a entraîné une augmentation des taux de morbidité et de mortalité, ce qui constitue une menace importante pour la santé publique et exige une attention immédiate. L'IFRC avait déjà alloué 464 595 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) pour soutenir les efforts de secours. L'appel d'urgence se concentre sur des domaines critiques, notamment la prévention et le contrôle de la propagation du choléra, l'amélioration de la gestion des cas et l'amélioration des installations d'eau et d'assainissement. L'appel souligne également l'importance de l'engagement communautaire, de la responsabilité et de l'inclusion pour apporter une réponse globale aux divers besoins des communautés touchées. John Roche, chef de la délégation de l'IFRC pour le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi, a déclaré : "L'accès à l'eau potable et à l'eau portable reste l'un des besoins les plus urgents de la communauté. Nous sommes profondément préoccupés par l'évolution de la situation, car avant les pluies, les cas se sont multipliés. L'IFRC et la Croix-Rouge du Zimbabwe recherchent des ressources par le biais de l'appel qui soutient les activités qui peuvent contribuer à arrêter la propagation et la transmission du choléra, ce qui permettra de désamorcer les tendances inquiétantes." Le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge du Zimbabwe ont été mobilisés et continuent de répondre à l'épidémie en renforçant la sensibilisation aux pratiques en matière d'eau, d'hygiène etd'assainissement (EHA), en soulignant l'importance de l'éducation en EHA pour des communautés plus saines. Ce début d'éducation à la santé publique se fait en collaboration avec le ministère zimbabwéen de la santé. À l'heure actuelle, les nouveaux cas signalés sont en forte augmentation et se multiplient à un rythme accéléré. Il est donc urgent de renforcer les mesures d'atténuation afin de freiner la propagation et de réduire la transmission transfrontalière. Plus d'informations Pour plus d'informations sur notre réponse à l'épidémie de choléra au Zimbabwe, consultez le site Internet Société de la Croix-Rouge du Zimbabwe ou la page d'appel de l'IFRC. Pour demander une interview, veuillez contacter : [email protected] A Harare: (Société de la Croix-Rouge du Zimbabwe) Kim Stambuli, +263 71 251 7264,[email protected] A Nairobi: Rita WANJIRU NYAGA, +254110837154, [email protected] A Genève: Tommaso Della Longa, +41 79 708 4367, [email protected]

|
Article

La réduction des risques liés aux maladies d'origine hydrique porte ses fruits dans les zones rurales du Kenya

Au cours des deux dernières années, des villages comme Cheplelwa, dans le comté de Bomet, au sud-ouest du pays, ont connu une augmentation significative des maladies telles que le choléra et l'hépatite B - deux maladies déclenchées par la consommation d'eau contaminée. Afin d'assurer une protection complète des sources d'eau, la Croix-Rouge du Kenya et l'IFRC se sont mobilisées pour informer les communautés sur les mesures à prendre pour protéger les sources naturelles de la contamination et veiller à ce qu'elles restent propres. Les eaux de source constituent la principale source d'eau dans cette région, mais il est courant que les animaux y soient amenés pour s'abreuver. Dans le même temps, les habitants viennent également à la source et récupèrent la même eau pour leur usage domestique. Chebett, un agent de santé communautaire formé par la Croix-Rouge du Kenya, pense que l'absence de sources dans les villages voisins a accéléré l'augmentation des cas de choléra. Au cours des mois précédents, ces villages ont également connu une épidémie d'hépatite B. Un bilan de santé massif « Au moment du dépistage et de la sensibilisation des communautés au Covid-19 et à l'importance de se faire vacciner, certaines personnes ont été diagnostiquées avec l'hépatite B», a déclaré M. Chebett. « Nous l'avons signalé au ministère de la santé, qui a demandé un bilan de santé massif.» Ce bilan comprenait des dépistages de l'hépatite B à l'échelle de la communauté ainsi qu'une sensibilisation continue aux pratiques sanitaires. Les personnes dont le test de dépistage de l'hépatite B s'est révélé négatif ont été vaccinées, tandis que les personnes dont le test s'est révélé positif ont bénéficié d'un traitement médicamenteux. Après plusieurs mois, le personnel médical du dispensaire de Cheplelwa s'est lancé dans une nouvelle campagne massive de dépistage et de vaccination, dans le but d'éradiquer le virus de l'hépatite B dans la région. Mais l'éradication complète est devenue difficile car le vaccin contre l'hépatite B est administré en deux doses. Certains membres de la communauté ont pris la première dose, mais ne sont pas revenus. Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que les symptômes - tels que des conversations ininterrompues ou des propos incohérents - commencent à apparaître. Le dépistage de masse se poursuit afin d'accélérer l'identification de nouveaux cas. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre de la priorité accordée par l'IFRC à la collaboration avec les communautés pour renforcer leur résilience et leur soutien afin de rompre le cycle des impacts des catastrophes dans un contexte de changement climatique. Dans la Corne de l'Afrique, l'alternance des conditions météorologiques a continué de provoquer des sécheresses et des inondations, ce qui a eu un impact sur les sources d'eau, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire. Tous ces facteurs rendent les populations plus vulnérables aux maladies infectieuses. Éliminer la peur en engageant les communautés Mme Chebett explique que lorsqu'elle s'entretient avec les membres de la communauté, elle leur dit que les sources doivent être protégées et que la région doit rester propre. Pour éviter la contamination de l'eau, les communautés ont été encouragées à construire des réservoirs souterrains pour recueillir l'eau de source. Des robinets ont ensuite été installés à côté de ces réservoirs, à une distance de 10 mètres. Les membres de la communauté ont participé à la construction des réservoirs souterrains. Bien que l'eau de source qui coule dans les robinets soit désormais propre, les familles ont été encouragées à faire bouillir l'eau utilisée pour la boisson et la cuisine, à la stocker dans des récipients propres et à garder ces récipients fermés. Des bacs à eau pour abreuver les animaux ont également été créés. Une meilleure hygiène grâce à l'éducation Etant donné que cette zone est située entre deux collines, l'eau de pluie qui s'écoule des collines transporte également des débris. Les personnes qui boivent l'eau avant de l'avoir fait bouillir peuvent souffrir de diarrhée aiguë. Certaines familles et certains membres de la communauté ont donc prétendu que l'eau était empoisonnée et ont cessé de la boire. Mais après avoir reçu des informations de la part d'agents de santé communautaires formés par la Croix-Rouge du Kenya, ils ont commencé à faire bouillir l'eau utilisée pour la boisson et la cuisine, et à se laver les mains avant et après avoir mangé. Les normes d'hygiène se sont également améliorées de manière générale. Chaque ménage a été encouragé à construire des toilettes et à se laver les mains après les avoir utilisées. « L'éducation que nous donnons porte ses fruits », a déclaré M. Chebett à propos des efforts d'engagement communautaire, qui ont été rendus possibles grâce au soutien du programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3) financé par l'USAID.

|
Article

L'urgence du choléra peut être évitée

Le monde est confronté à une recrudescence du choléra, touchant même des pays qui n'ont pas été touchés par la maladie depuis des décennies. Des années de progrès contre cette maladie ancestrale ont disparu. Bien que la situation soit sans précédent, la leçon à tirer n'est pas nouvelle: l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène sont les seules solutions durables et à long terme pour mettre fin à l'épidémie de choléra et prévenir d'autres épidémies à l'avenir. La situation mondiale du choléra est préoccupante, mais alors que nous célébrons aujourd'hui la Journée mondiale de l'eau et que s'ouvre à New York la Conférence historique des Nations unies sur l'eau, le Groupe de travail mondial pour la lutte contre le choléra (GTFCC- Global Task Force onCholeraControl) appelle les pays et la communauté internationale à canaliser cette inquiétude vers des actions concrètes. Premièrement, pour prévenir de futures épidémies, les pays ont besoin de systèmes de surveillance de la santé publique solides afin d'identifier et de confirmer rapidement les cas de choléra, ce qui permet d'agir immédiatement. Les pays qui connaissent des épidémies généralisées ont besoin d'un soutien immédiat pour suivre la crise actuelle et s'y attaquer. Nous ne pouvons pas résoudre un problème que nous ne voyons pas. Deuxièmement, il faut arrêter le cycle qui nous mène d'une urgence à l'autre en investissant dans l'eau, l'hygiène et l'assainissement (EHA). Lorsqu'une épidémie de choléra se déclare, les équipes d'intervention se précipitent pour apporter du savon et des comprimés de chlore, acheminer de l'eau potable par camion et construire des latrines temporaires afin d'éviter que l'épidémie ne se propage. Si ces actions permettent incontestablement de sauver des vies, des investissements à plus long terme en faveur des infrastructure en EHA peuvent permettre de prévenir les épidémies. Partout dans le monde où le choléra a été éliminé, c'est grâce à l'amélioration de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène de base, dont l'accès est un droit de l'homme internationalement reconnu. Passer d'une réponse d'urgence à des améliorations à long terme est plus efficace, car bien que le choléra soit un problème de santé, il s'agit avant tout d'un problème de développement. Troisièmement, concentrer les efforts sur les points chauds du choléra. La lutte contre le choléra nécessite une approche ciblée centrée sur les points chauds - zones de santé ou districts - où se concentrent les cas de choléra. En se concentrant sur les points chauds du choléra, on fait plus que doubler le rendement des investissements dans l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène : de 4,30 à 10 dollars pour chaque dollar investi. Quatrièmement, soutenir l'élaboration et la mise en œuvre de plans nationaux de lutte contre le choléra, y compris le budget alloué à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène. Ces plans nationaux définissent les actions multisectorielles nécessaires pour une prévention et un contrôle durables du choléra, y compris l'utilisation de vaccins oraux contre le choléra, en plaçant les communautés au centre. La pauvreté, les conflits et les catastrophes continuent d'alimenter le choléra, désormais amplifié par le changement climatique. L'avenir présente de multiples défis, mais au moins pour le choléra, nous avons la réponse : l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène dans les points chauds du choléra. Des investissements urgents et ciblés nous permettront d'y parvenir. Note aux éditeurs Ces derniers mois, le monde a connu une résurgence du choléra. L'année dernière, pas moins de 30 pays ont connu des épidémies, et nous continuons à observer une propagation géographique inquiétante jusqu'en 2023. Des pays comme le Liban, l'Afrique du Sud et la Syrie connaissent leurs premières épidémies depuis des décennies. Ce n'est pas seulement le nombre et l'étendue des flambées qui sont préoccupants, mais aussi la gravité avec laquelle elles frappent. Le taux moyen de létalité des foyers actuels est deux fois plus élevé que le seuil cible de moins de 1 %. Nombre de ces épidémies sont clairement liées à des événements climatiques extrêmes, qui apportent tantôt trop d'eau, tantôt trop peu, deux facteurs qui favorisent le choléra, car l'accès à l'eau est perturbé et les gens peuvent être contraints de quitter leur domicile pour s'installer dans des lieux plus temporaires et parfois surpeuplés. À l'avenir, nous pouvons nous attendre à des inondations, des sécheresses, des tempêtes et des déplacements de population plus fréquents. Outre le changement climatique, les exercices de modélisation montrent que la croissance démographique et l'urbanisation pourraient à elles seules entraîner un doublement des cas de choléra au cours des 20 prochaines années si nous n'agissons pas maintenant. Pour plus d'informations sur l'approche multisectorielle complète de la lutte contre le choléra et de son élimination, veuillez consulter la déclaration du comité directeur du GTFCCsur la situation actuelle du choléra. Signé par le comité de pilotage du groupe de travail mondial pour la lutte contre le choléra (GTFCC) Son Excellence M. Hakainde Hichilema, Président de la République de Zambie et Champion de la lutte mondiale contre le choléra Dr Frew Benson, président du comité directeur du GTFCC Dr Christopher J. Elias, président, développement mondial, Fondation Bill & Melinda Gates Dr Howard Zucker, directeur adjoint pour la santé mondiale, Centers for Disease Control and Prevention (CDC) Dr Seth Berkley, Directeur général de Gavi, l'Alliance du vaccin Jagan Chapagain, Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) Dr Christos Christou, Président international, Médecins sans frontières Catherine Russell, Directrice générale, UNICEF Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général, Organisation mondiale de la santé Contacts médias Institut national zambien de santé publique Mazyanga Liwewe, [email protected] BMGF [email protected] CDC Erik M. Friedly, [email protected] Gavi, the Vaccine Alliance [email protected] IFRC Marie Claudet, [email protected] MSF Jean-Marc Jacobs, [email protected] UNICEF Sara Alhattab, +1 917 957 6536, [email protected] WHO [email protected]

|
Communiqué de presse

Malawi : La Croix-Rouge intensifie sa réponse à la pire épidémie de choléra depuis deux décennies

Malawi, 25 janvier 2023 - Le Malawi est actuellement confronté à la pire épidémie de choléra qu'il ait connue depuis deux décennies, avec plus de 29 000 cas signalés et plus de 900 morts. La Croix-Rouge du Malawi, en partenariat avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et ses partenaires nationaux - le consortium dirigé par la Croix-Rouge danoise et la Croix-Rouge suisse - intensifie sa réponse au choléra pour venir en aide à plus de deux millions de personnes. Depuis le premier cas enregistré en février 2022, les cas ont continué à se propager, les 29 districts étant tous touchés. Le choléra met désormais plus de 10 millions de personnes en danger, dont plus de cinq millions d'enfants. «La Croix-Rouge du Malawi s'engage à continuer à soutenir le gouvernement du Malawi dans sa réponse à l'épidémie de choléra et aux autres urgences sanitaires. Nous sommes reconnaissants envers l'IFRC et les autres partenaires du Mouvement pour le financement et l'assistance technique qu'ils continuent d'apporter au plan de réponse au choléra de la Croix-Rouge du Malawi», a déclaré McBain Kanongodza, secrétaire général de la Croix-Rouge du Malawi. Selon la mise à jour du ministère de la Santé du Malawi sur le choléra le 22 janvier 2023, plus de 29 364 cas et 960 décès ont été signalés, ce qui laisse le taux de mortalité à 3,27 %, ce qui est considérablement plus élevé que le taux acceptable de moins de 1 % fixé par l'OMS. La Croix-Rouge du Malawi fournit déjà des traitements vitaux au niveau communautaire en administrant une thérapie de réhydratation orale. Les volontaires s'assurent que l'approvisionnement en eau est sûr et que les installations sanitaires fonctionnent. Ils font également du porte-à-porte pour sensibiliser la population à la prévention de la propagation de la maladie. Avec la saison des pluies, il est essentiel que les gens prennent des précautions pour se protéger et protéger leurs familles. «Nous avons suivi l'évolution de la situation sur le terrain depuis l'apparition des premiers cas et nous sommes profondément préoccupés par le fait que cette épidémie se propage dans tous les coins du Malawi. Nous devons soutenir les efforts conjoints du ministère de la santé et de la Croix-Rouge du Malawi dans leur réponse à cette situation dévastatrice. Alors que l'épidémie s'aggrave, les partenariats sont essentiels pour garantir que des vies soient sauvées» a déclaré John Roche, chef de la délégation de l'IFRC pour le Malawi, la Zambie et le Zimbabwe. L'IFRC et ses membres lancent un appel d'urgence en vue de recueillir 5,2 millions de francs suisses, ce qui permettra à la Croix-Rouge du Malawi d'atteindre 1 385 391 personnes supplémentaires ayant besoin d'aide. La Croix-Rouge du Malawi et ses partenaires dont l'IFRC ont l'intention de cibler 15 districts touchés, les objectifs principaux étant de prévenir et de contrôler la propagation de l'épidémie, de réduire la morbidité et la mortalité dues au choléra et d'améliorer la disponibilité de l'eau potable et des installations sanitaires, grâce à un soutien continu aux communautés et aux bureaux de santé de district. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview merci de contacter: A Lilongwe: Felix Washon, +265 999 95 57 21, [email protected] A Harare: Ella Mcsharry, +263 78 689 3350, [email protected] A Naïrobi: Euloge Ishimwe, +254 731 688 613, [email protected] A Genève: Marie Claudet, +1 202 999 8689, [email protected]

|
Page de base

Le choléra

Le choléra est une maladie bactérienne, généralement transmise par de l'eau contaminée, qui provoque de graves diarrhées et de la déshydratation. Il peut être mortel et se développe dans des conditions de pauvreté ou de surpeuplement où l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène est compromis.

|
Communiqué de presse

La pénurie de vaccins contre le choléra entraîne la suspension temporaire de la stratégie à deux doses, alors que les cas augmentent dans le monde entier

Genève/New York, le 19 octobre 2022 - En raison d'une pénurie mondiale de vaccins contre le choléra, le Groupe international de coordination (GIC) - l'organisme qui gère les approvisionnements d'urgence en vaccins - a dû suspendre temporairement le schéma de vaccination standard à deux doses dans les campagnes de lutte contre les flambées de choléra, au profit d'une approche à dose unique. Ce changement de stratégie permettra d'utiliser les doses dans un plus grand nombre de pays, à un moment où les épidémies de choléra connaissent une hausse sans précédent dans le monde. Depuis janvier de cette année, 29 pays ont signalé des cas de choléra, dont Haïti, le Malawi et la Syrie, qui sont confrontés à de vastes épidémies. À titre de comparaison, au cours des cinq années précédentes, moins de 20 pays en moyenne ont signalé des épidémies. La tendance mondiale va vers des épidémies plus nombreuses, plus étendues et plus graves, en raison des inondations, des sécheresses, des conflits, des mouvements de population et d'autres facteurs qui limitent l'accès à l'eau potable et augmentent le risque d'épidémies de choléra. La stratégie à une dose s'est avérée efficace pour répondre aux épidémies, même si les preuves de la durée exacte de la protection sont limitées et que la protection semble beaucoup plus faible chez les enfants. Avec un schéma à deux doses, lorsque la deuxième dose est administrée dans les 6 mois suivant la première, l'immunité contre l'infection dure 3 ans. L'avantage de l'administration d'une seule dose l'emporte toujours sur l'absence de dose: bien que l'interruption temporaire de la stratégie à deux doses entraîne une réduction et un raccourcissement de l'immunité, cette décision permettra de vacciner davantage de personnes et de les protéger à court terme, si la situation mondiale du choléra continue de se détériorer. L'approvisionnement actuel en vaccins contre le choléra est extrêmement limité. Son utilisation pour les interventions d'urgence est coordonnée par le GIC qui gère le stock mondial de vaccins anticholériques oraux. Sur le total de 36 millions de doses qui devraient être produites en 2022, 24 millions ont déjà été expédiées pour des campagnes préventives (17 %) et réactives (83 %) et 8 millions de doses supplémentaires ont été approuvées par le GIC pour le deuxième cycle de vaccination d'urgence dans 4 pays, ce qui illustre la grave pénurie de ce vaccin. Comme les fabricants de vaccins produisent au maximum de leur capacité actuelle, il n'y a pas de solution à court terme pour augmenter la production. La suspension temporaire de la stratégie à deux doses permettra de réorienter les doses restantes pour répondre à d'éventuels besoins pour le reste de l'année. Il s'agit d'une solution à court terme, mais pour atténuer le problème à plus long terme, il est urgent d'agir pour augmenter la production mondiale de vaccins. Le GIC continuera à surveiller les tendances épidémiologiques mondiales ainsi que l'état du stock de vaccins contre le choléra, et réexaminera régulièrement cette décision. A propos du GIC Le GIC est un groupe international qui gère et coordonne la fourniture de vaccins et d'antibiotiques d'urgence dans les pays lors de grandes épidémies. Il gère le stock mondial de vaccin oral contre le choléra. Le groupe est composé de membres de l'OMS, de Médecins Sans Frontières, de l'UNICEF et de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le GIC a été créé en 1997, à la suite de grandes épidémies de méningite en Afrique, en tant que mécanisme permettant de gérer et de coordonner la fourniture de vaccins et d'antibiotiques d'urgence aux pays lors de grandes épidémies. Depuis la constitution du stock de vaccins contre le choléra en 2013, 120 millions de doses de vaccin oral contre le choléra ont été expédiées à 23 pays, dont 73 millions (60 %) ont été approuvées pour une intervention d'urgence. Contacts médias IFRC: Jenelle Eli +41 79 935 97 40 +1 202 603 6803 [email protected] MSF: Lukas Nef  +41792400790 +41443859457 [email protected] UNICEF: Tess Ingram +1 347 593 2593 [email protected] OMS: WHO Media inquiries Telephone: +41 22 791 2222 Email: [email protected]