Genre

External ID
69
Displaying 1 - 7 of 7
| Article

La volonté et l’envie de résoudre des problèmes universels

Dans une petite ville du sud-ouest de la Slovaquie,RomyMikušincováagrandi enrêvantdedécouvrir l’originedesétoiles et de l’univers. C’est sa curiosité, dit-elle,qui l’apousséeàembrasserune carrière scientifique, en astrophysique et enphysique théorique. Aujourd’hui, elleréaliseson rêve. Elle étudie la physique théorique et l’astrophysique à l’université RomaTre, où ellemènedes recherchessur l’un des plus grands mystères de l’astrophysique : les trous noirs.Ceux-cise formentlorsque les étoiles,à la fin de leur vie,deviennent si denses qu’elless’effondrentet que même la lumière ne peut échapper à leurchamp gravitationnel. Maisilresteencore beaucoup à apprendre. « L’étude des trous noirs n’est pas un projet limité dans le temps car nous découvrons chaque jour de nouvelles informations,explique Romy. Actuellement, je travailleà l’observation d’une simulationde trous noirs pourl’IXPE (Imaging X-rayPolarimetryExplorer), un satellite qui sera lancéd’icifin 2021. » « Donner du sens à mon temps libre » L’étude de la physique théorique requiert déjà énormément de temps etd’énergie,maisRomya encore une autreoccupation.Alors qu’elle commençait à se passionner pourles sciences,à l’adolescence,elleaentaméun autre voyage,entant quevolontaire pour laCroix-Rouge slovaque.« Levolontariat m’intéressait surtout parce que je voulais aider les autres et donnerdu sensà mon temps libre »,dit-elle. Ces jours-ci,ce temps libre est principalement consacré àun nouveau projet quirépond auxbesoins des jeunesen abordant dessujets dont on ne parle passouvent,mais qui constituent des défis sociaux et humanitairesmajeurs. « Nos principauxthèmessont lesdiscours de haine, la pression des pairs, lecyberharcèlementet l’égalité degenre »,expliqueRomy,ajoutant qu’enraison des restrictionsdues auCovid-19, la plupart de cesactivitésse déroulentactuellementen ligne. L’étude des trous noirs peut sembler à desannées-lumièreduquotidien des jeunes et duvolontariat, mais pour Romy, il y a un lien évident.Après tout, la méthode scientifique qui consiste à poser des questions, à enquêter et à résoudre des problèmescomplexespeutégalementêtre très utile dans la sphère humaine.« Lorsqu’une personnede formationscientifique devient volontaire dans l’idée de s’attaquer aux problèmes jusqu’à ce qu’ils soient résolus, c’est un grand avantage », explique-t-elle. Accomplir de grandes choses Cette double voie, qui associescienceset préoccupation humanitaire,n’est pas nouvelle pour Romy. MilanHolota, directeurdeson lycée,déclareque sa préférence pour les matières scientifiquess’estmanifestéetrès tôt, tout comme son désir derendre le monde meilleurautour d’elle. « Ses matières préférées étaient les sciences naturelles et elle étaitbrillantedans ses activités parascolaires », déclare-t-il,faisant référence à ses activitésparascolairesavec la Croix-Rouge,dontelle est devenue un des membres les plus actifs. Mais elle n’était passeule. Elle se souvient que deux femmes–samère et saprofesseurede physiqueau lycée–lui ont apporté unsoutiendécisifquiluia permisd’embrasserune carrière dans les sciences et la recherche. Ce type de soutien peut être essentiel pour les jeunes femmes et les filles qui s’intéressentauxsciences.Beaucoupde filles ne peuvent pas empruntercette voieen raison d’attitudes culturelles quilesdétournentdes matièresdominées par les hommes, comme les mathématiques et les sciences. Selonl’Institut de statistique de l’UNESCO,il existe un écartmanifesteentrehommes et femmesdans le domainescientifique :les chercheurs ne comptent que30 % defemmes au niveau mondial.Dansla classe de Romy à l’université, cette proportion était encore plus faible : au début de ses études universitaires,les femmes ne représentaient qu’un quart des étudiants. « Je pense que c’est surtout parce que les filles ne sont pas encouragées àfairecarrière dans les sciences naturelles, dit-elle.Je veux dire à toutes les femmes et les filles de nouer des relations solides les unes avec les autres, de cesser de se rabaisser,et de s’entraider parce que je pense que c’est ainsi que nous accomplissons de grandes choses. »

Lire plus
| Article

Voir le monde et aider les autres, grâce à la science

PourEvaTurró, lascienceestbien plus qu’une carrière. Sa passion pour la biologie lui a permisde voir le mondesous un angle différent etdecomprendre,respecter etservirl’environnementetlespersonnesqui l’entourent. Née dans unefamille de médecins, elle se souvientqu’enfant elle regardaitson grand-pèredispenser des soins auxfamilles dans sa ville natale de Barcelone, en Espagne.Lamédecine est devenue une traditionfamiliale, maiselle adécidéd’étudierles humains et leur interaction avec le mondeen adoptantune perspective différente. « Je me suis ditque ce serait une bonne idée d’essayer d’aider les gensen me servantde la biologie »,expliqueEvaTurró,qui a récemmentappliquécette approcheen tant quedéléguée aux interventions d’urgence de la Croix-Rouge espagnole au Mozambique et au Honduras, aprèsdes tempêtes dévastatricesen2019 et 2020. Face auxinondations,aux destructionsetaux bouleversementsqui suivent les grandes tempêtes, lesécosystèmesqui servent de base à la viedes ménages et descollectivitéssontchamboulés. Il estsoudaindifficile de trouver de l’eau potable. Il est impossible de se laveroud’aller aux toilettescomme d’habitude.Lespersonnes touchéessont stressées, affaméesettristes,etdoivent parfoispartagerdes maisons ou des abrisavecde nombreusesautrespersonnes. Dans cetenvironnement biologique,les maladies et les bactéries peuvent se développer et se propagerfacilement. Le travail d’Eva consiste àse servir desa connaissance de la nature et de l’êtrehumain pour aider les personnestouchéesà comprendre la science et à prendre des mesures pourse protéger.« J’ai la possibilitéd’aller dans les communautés et d’expliquer de manièrescientifique, par exemple pourquoi il estimportant de selaver les mains,pourquoi nous devonsprévenir des maladies comme la diarrhée etpourquoi ilestimportant de traiter l’eau. » Ses connaissances sont très utiles pour aider ces communautés à trouver ou àretrouver unaccès à l’eau potableet auxsystèmes d’assainissement,ainsi que pourpromouvoirdesstratégies d’adaptation propres à prévenirla propagation demaladiestelles que ladiarrhée, le choléra ou d’autres maladies infectieuses. La voie de la science et de l’humanité Toute jeune déjà,Evasavait qu’elle voulaitaider les autres, mais ce n’estqu’après avoir terminé ses études et avoir passé un certain temps à voyagerqu’elle asu plus précisément ce qu’elle voulait faire. Elle arapidementcompris qu’ellepouvait aussi aiderdes personnesloin de sa ville natale de Barcelone et a doncdécidédes’engagerdans l’humanitaire, encombinantsondésir d’aider les autresetson intérêt pour la science. Pour sespremièresmissionsinternationales, Eva atravaillé à la promotionde l’hygiène,auMozambiqueaprès le cycloneIdaien2019et au Honduras après quedeuxouragans,Eta et Iota,ont frappél’Amérique centrale à deux semaines d’intervalleen décembre 2020. Ces deux tempêtes ont provoqué d’immensesinondations qui ont touché plus desept millions de personnes. « Nousnous sommesefforcésd’apporter une aide dansles communautés et les abris où lespersonnestouchées par l’ouragans’étaient réfugiées,ditEva àpropos de son travail au Honduras, non seulementen menantdes activités de sensibilisation, mais aussien distribuant destroussesd’articles d’hygièneféminine. » Une expérience qui n’a pas de prix Le bagage scientifique d’Eva lui a permis non seulement detransmettre son savoir de biologiste, mais aussi d’apprendre des autreset de nouer devéritables liens avec des personnes de tous horizons. « Pouvoir entendre des histoires de vie du monde entier, aller n’importe où dans le monde, pas seulementpour voyager, mais pour aider les autres… ça n’a pas de prix. »

Lire plus
| Article

Crise alimentaire en Afrique : Les mères s'unissent pour lutter contre la malnutrition en Mauritanie

Dans un petit village de Barkeol, en Mauritanie, le soleil a atteint son apogée à midi, obligeant les villageois à se réfugier à l'ombre pour se protéger de ses durs rayons. Assises sous une tente faite de tissus imprimés colorés, une vingtaine de femmes bavardent et sourient tout en participant à une discussion et à un débat animés. Rakia Salem, volontaire du Croissant-Rouge mauritanien, vient d'achever une session de formation sur la manière de reconnaître les signes de malnutrition chez les enfants à l'aide d'un bracelet spécial. Rakia a rejoint le Croissant-Rouge mauritanien en 2020 en tant que facilitatrice de ce « club des mères » local, créé la même année. « Mon rôle est de former les mères au dépistage de la malnutrition chez les enfants à l'aide du bracelet MUAC (mid-upper arm circumference), un outil simple et facile à utiliser qui peut aider à prévenir la détérioration de leur état de santé », explique Rakia. Pour le démontrer au groupe, elle accueille le courageux petit Mohamed, un garçon de 3 ans dont la malnutrition a été diagnostiquée il y a quelques semaines et qui est aujourd'hui en voie de guérison grâce à un traitement précoce. La mère sait mieux que quiconque En Mauritanie, de nombreux enfants risquent de souffrir de malnutrition en raison de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle récurrente, qui touche également de nombreux autres pays d'Afrique subsaharienne. Face à cette situation, le Croissant-Rouge mauritanien a exploré différents moyens de diagnostiquer les enfants plus rapidement et plus simplement, et les clubs de mères se sont révélés particulièrement efficaces. « Les mères, qui côtoient leurs enfants tous les jours, sont les mieux placées pour détecter les premiers signes de malnutrition. C'est pourquoi nous les plaçons au centre de nos stratégies de dépistage », explique Mohamed Abdallahi, responsable de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance au Croissant-Rouge mauritanien. Il existe aujourd'hui dix clubs de mères à Barkeol, qui offrent aux femmes un forum convivial pour discuter de la santé maternelle et infantile, de l'hygiène, de l'assainissement et des bonnes pratiques en matière d'alimentation et de nutrition. Les femmes qui fréquentent les clubs de mères ont appris à détecter les signes de malnutrition avant qu'ils ne soient trop avancés. La détection précoce permet de réduire considérablement la gravité des cas et d'éviter l'hospitalisation, ce qui soulage les services de santé limités de la région. «Plus la malnutrition est détectée tôt, plus le traitement est court et efficace. Il y a également moins de complications médicales et le risque de mortalité est plus faible», ajoute Mohamed. Soutenir les moyens de subsistance des femmes Les clubs de mères sont également un excellent moyen de renforcer la résilience alimentaire au sein des communautés par d'autres moyens. Comme la plupart des familles n'ont pas les moyens de satisfaire les besoins alimentaires quotidiens de leurs enfants, le Croissant-Rouge mauritanien forme également les membres des clubs de mères à la mise en place de leurs propres activités lucratives. Grâce à une petite subvention du Croissant-Rouge mauritanien, le club des mères de Barkeol a ouvert un magasin général où elles vendent de la nourriture à moindre coût aux villageois. D'autres femmes de la région ont reçu des prêts sans intérêt par l'intermédiaire du club, ce qui leur a permis de créer de petites entreprises de vente de couscous, de transformation des céréales, de confection de vêtements ou de production de soupe. Certaines ont choisi d'investir leur argent dans des cultures maraîchères pour augmenter leurs rendements. "Nous avions beaucoup de difficultés, mais grâce au soutien du Croissant-Rouge mauritanien, nous sommes maintenant en mesure d'améliorer la sécurité alimentaire de nos familles et de diversifier l'alimentation de nos enfants", explique Khadidiatou Mohamed Abdallahi, présidente du club des mères. -- Afin de soutenir les personnes affectées par l'insécurité alimentaire en Afrique sub-sahérienne; l'IFRC a lancé un appel d'urgence en Octobre 2022 dans le but d'aider les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à fournir dans 15 pays une assistance urgence et à long-terme. A ce jour, le réseau de l'IFRC a atteint: 600.000 personnes avec l'assistance en bon et en espèces; 425.000 les personnes bénéficiant d'un soutien en matière de santé et de nutrition, y compris l'alimentation complémentaire des enfants; 232.000 les personnes bénéficiant d'un soutien aux moyens de subsistance - comme la formation à des activités génératrices de revenus et à la gestion du bétail; 1,2 million de personnes bénéficient d'une aide en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène. En Mauritanie, L'appel soutient les clubs de mères, comme celui de Barkeol, et apporte une aide financière à des milliers de ménages. Pour faire un don à notre appel et nous aider à atteindre encore plus de personnes, veuillez cliquer ici.

Lire plus
| Article

Les femmes rurales guatémaltèques au cœur de la santé communautaire

Gladis Gómez wears a purple Huipil, a traditional outfit worn by people from the mountainous, western part of Guatemala. The colour represents mourning, as she sadly lost a distant relative a few days earlier. Despite this, a smile lights up her face—a smile that so many people in her community recognise. Gladis est la présidente d'un comité de santé local dans son petit village de Xecaracoj. Ce comité rassemble une douzaine de femmes rurales qui ont été formées par la Croix-Rouge guatémaltèque sur les questions de santé essentielles, afin de pouvoir promouvoir des pratiques saines au sein de leur communauté. Ensemble, les femmes font du porte-à-porte dans leur village, partageant leurs connaissances sur la manière dont les gens peuvent prévenir les maladies courantes et les décès, en particulier chez les enfants. Ce travail est vital. Le Guatemala a l'un des taux de malnutrition infantile les plus élevés au monde et plus de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La pandémie de COVID-19 a également fait des ravages dans le pays: 20 000 personnes sont mortes de la maladie en l'espace de trois ans. « Nous avons diffusé les nouvelles connaissances que nous a transmises la Croix-Rouge guatémaltèque pour informer les hommes, les garçons et les filles sur des choses aussi simples que le lavage des mains, le nettoyage de nos maisons et de nos rues, et l'importance de l'allaitement maternel et de la nutrition. «Nous savons maintenant que des habitudes saines font la différence entre une communauté forte et saine et le fait de continuer à emmener nos bébés à l'hôpital.»affirme Gladis. Juan Poyón, technicien chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies à la Croix-Rouge guatémaltèque, explique qu'il a beaucoup appris des comités de santé, comme celui dirigé par Gladis, et qu'il s'est servi des connaissances locales des femmes pour orienter et améliorer son soutien. « Nous avons identifié des questions clés, par exemple que leurs priorités étaient la prévention du COVID-19 ou de la malnutrition. Aujourd'hui, alors que les comités ont déjà été formés, nous avons constaté que les femmes souhaitaient toucher davantage de personnes. En fait, elles ont privilégié la radio, les kiosques d'information ou les messages via WhatsApp comme étant les meilleurs canaux pour partager leurs connaissances à plus grande échelle», explique Juan. Pour partager encore davantage ces précieuses informations communautaires, la Croix-Rouge guatémaltèque a mis en relation les comités de santé dirigés par des femmes avec le ministère de la santé du pays, ce qui a ouvert les yeux des autorités nationales. Ils travaillent désormais ensemble à l'amélioration de la santé communautaire. Ana Gómez, épidémiologiste au ministère guatémaltèque de la santé, a expliqué : « Nous avons travaillé avec la Croix-Rouge guatémaltèque pour identifier les besoins des personnes, en respectant la diversité de la population. Nous avons pris connaissance des points de vue des femmes et les avons accueillis favorablement pour renforcer la santé communautaire, et en cours de route, nous avons confirmé que leur rôle est essentiel.» «Les femmes sont les principales utilisatrices des services de santé. Elles jouent également un rôle fondamental dans l'éducation de la prochaine génération qui sera en charge du pays. L'implication des femmes garantit un changement de comportement positif dans les familles et les communautés, et contribue donc à l'amélioration de la santé au Guatemala»dit Ana. En passant du temps avec Gladis, il est évident qu'elle est très fière de son travail et qu'elle et les autres membres du comité de santé sont heureux que leur voix soit entendue. Alors qu'elle s'assoit et se tisse un nouveau corte - une jupe traditionnelle maya - elle montre les rayures jaunes qui représentent l'espoir. «Demain, je porterai un Huipil jaune pour représenter la couleur de la vie, les rayons du soleil et le maïs», déclare Gladis. «Les femmes de cette communauté sont spéciales, très spéciales, parce qu'aujourd'hui nous avons les connaissances nécessaires pour protéger la vie.» -- La promotion de ces comités de santé locaux au Guatemala fait partie du pilier "préparation aux épidémies et aux pandémies" de notre partenariat programmatique avec l'Union européenne. À ce jour, 1 250 familles de la région rurale de Quetzaltenango, dans l'ouest du Guatemala, ont reçu des conseils de santé précieux et fiables de la part des comités de santé locaux. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, en El Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. L'IFRC continuera à renforcer les capacités des communautés guatémaltèques à prévenir les pandémies et les épidémies, et à encourager davantage de femmes à occuper des postes de direction afin qu'elles puissent avoir un impact profond et positif sur l'avenir de leurs communautés.

Lire plus
| Communiqué de presse

"Les femmes et les jeunes filles sont au cœur de nos services en Afghanistan: à la fois bénéficiaires et prestataires."

Kuala Lumpur / Genève, 26 décembre 2022 - Chaque jour, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) aide des milliers de personnes en Afghanistan à faire face aux catastrophes, à la faim et à l'accès aux soins de santé. Au cœur de ces services se trouvent les femmes et les filles: à la fois bénéficiaires, créatrices et prestataires. Elles sont au centre de notre travail. Les femmes sont les principales clientes des services de santé primaire soutenues par le Croissant-Rouge afghan. Le personnel médical féminin assure ces services en tant que médecins, infirmières, sages-femmes et travailleuses de proximité. Les femmes sont à la tête des formations professionnelles. Elles dispensent soins et soutien aux femmes démunies dans nos centres de Marastoon à travers le pays. Les femmes jouent un rôle essentiel dans la conception et le suivi des services destinés aux femmes et aux filles. Elles ne doivent pas, et ne peuvent pas être remplacées par des collègues masculins. L'IFRC est extrêmement préoccupée par les récentes annonces de l'émirat islamique d'Afghanistan,suspendant l'accès des femmes à l'enseignement supérieur et au travail dans les organisations non gouvernementales nationales et internationales. La manière dont ces annonces s'appliqueront à l'IFRC n'est pas encore claire. Nous restons attachés à la diversité des genres, à nos collègues de genre féminin et à la continuité des services impliquant des collègues féminines. C'est ainsi que nous atteignons les communautés et les personnes les plus vulnérables à travers le pays. Nous représenterons cet engagement auprès des autorités. Cependant, quel que soit l'effet direct de ces annonces sur notre travail, une telle exclusion est dévastatrice pour le pays à court et à long terme. Son impact sur ceux qui ont besoin de services humanitaires sera effroyable. Nous demandons instamment aux autorités de prendre en compte cet impact et de trouver des solutions permettant la continuité de l'aide vitale à travers l'Afghanistan, dans l'intérêt des femmes et des filles, et de tous les Afghans. Pour plus d'informations, veuillez contacter: Afrhill Rances, +60 19 271 3641 [email protected] Rachel Punitha, +60 19 791 3830, [email protected]

Lire plus
| Page de base

Protection, Genre et Inclusion (PGI)

Pour que l'IFRC reste fidèle à ses principes, nous devons nous assurer que nous atteignons toutes les personnes efficacement et de manière non discriminatoire et équitable. Notre travail doit garantir la dignité, l'accès, la participation et la sécurité de toutes les personnes touchées par les catastrophes et les crises.

Lire plus
| Page de base

Inclusion, protection et engagement

À la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ( IFRC ), nous croyons que la diversité est un fait, l'inclusion est un acte. À travers l'ensemble de notre travail, nous visons à protéger et à promouvoir un changement positif pour l'humanité, sur la base de nos valeurs humanitaires et de nos Principes fondamentaux.

Lire plus