Santé maternelle et infantile

Displaying 1 - 2 of 2
| Article

République centrafricaine : La Croix-Rouge donne un coup de pouce au système de santé affaibli

Muriel Atsama, de l'IFRC, et Bienvenue Doumta, responsable de la communication à la Croix-Rouge centrafricaine, ont visité plusieurs de ces installations et rédigé ce rapport. Il est 7h30 lorsque nous arrivons au centre de santé de Sakai. Sur les bancs à l'extérieur, plusieurs patients attendent d'être examinés par Don de Dieu, qui est l'infirmier en chef ce jour-là. Parmi les nombreux patients assis sur les bancs se trouve Rebecca, qui tient sa fille malade dans sa main. "Ma famille et moi avons l'habitude de venir ici pour des consultations lorsque nous sommes malades", dit-elle. "Les infirmières nous traitent bien et nous recevons des médicaments gratuits". Situé à une trentaine de kilomètres de la capitale, Bangui, le centre de Sakai accueille des patients de 36 villages. Rénové en 2020 par la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA), il se composait auparavant d'un seul bâtiment en terre et se trouvait dans un état de détérioration avancé. Le centre compte désormais deux bâtiments, dont une maternité, une salle pour la santé maternelle, infantile et le planning familial, une salle de consultation pour les enfants et une salle d'hospitalisation pour les enfants. Il y a également un dispensaire avec une salle d'hospitalisation de cinq lits, une salle de soins, un laboratoire et une pharmacie. Les années précédentes, le centre ne disposait que du strict minimum pour accueillir et traiter les patients. La rénovation et l'équipement du centre par la Croix-Rouge a été une bouffée d'air frais pour tout le village. L'objectif de ces rénovations était de mettre à la disposition de la population le paquet minimum d'activités, une norme de base pour les services de santé. "Le centre de santé a beaucoup changé et s'est vraiment amélioré", ajoute Rebecca. "Nous le voyons dans l'équipement que les infirmières utilisent pour nous soigner. Aujourd'hui, plus que jamais, nous venons ici pour des consultations et nous sommes satisfaits. Pour Don de Dieu, ces améliorations permettent également d'offrir des services hospitaliers à un plus grand nombre de personnes, de manière cohérente et sur une plus longue période. "Grâce au projet, nous avons bénéficié de panneaux solaires qui fournissent de l'électricité en continu", explique-t-il. "Nous pouvons désormais effectuer des examens de patients à tout moment et stocker nos produits dans de meilleures conditions". Le centre a également reçu un incinérateur pour la gestion des déchets, ainsi que des lits, des bureaux, un hangar pour le tri des déchets et un forage pour pomper l'eau du sol. "Grâce à cette nouvelle installation, le nombre de patients fréquentant le centre de santé de Sakai a augmenté de façon exponentielle", ajoute Don de Dieu. "D'une centaine de patients par mois dans le passé, nous accueillons aujourd'hui plus de 500 patients des villages environnants." La fierté du village Un peu plus loin, nous rencontrons Charles, le chef du village de Sakaï. Il nous explique que ce nouveau bâtiment fait la fierté de son village et des villages environnants. De plus, toute sa communauté s'approvisionne en eau potable grâce au forage. "Le forage du centre de santé de Sakaï est une source d'eau qui sert à toute la communauté", explique Charles. Le centre de santé de Sakaï n'est pas le seul à avoir bénéficié de ces réhabilitations. Au total, 14 autres centres de santé à travers le pays et un hôpital ont reçu un large éventail d'équipements, notamment une ambulance, un appareil de radiographie et d'autres équipements nécessaires pour répondre aux normes requises. Notre visite se poursuit à la Faculté des Sciences de la Santé de l'Université de Bangui, où nous avons été accueillis par le Doyen, le Professeur Boniface Koffi. "Grâce à la Croix-Rouge et à ses donateurs, tous les bureaux ont été rénovés. "Les toits de certains bâtiments ont été remplacés, ainsi que l'électricité. Nous avons également reçu du mobilier de bureau, environ 1200 chaises et tables pour le confort de nos étudiants, ainsi qu'une vingtaine de microscopes". L'Université de Bangui a été créée en 1969 et les deux bâtiments qui constituent la Faculté des Sciences et de la Santé ont été construits en 1970 et 1980. Depuis, ils n'ont pas été rénovés et les crises les ont fragilisés. Une illustration parfaite En plus de cet équipement, la Croix-Rouge a équipé la bibliothèque numérique de la faculté de 35 ordinateurs de bureau, de 8 ordinateurs portables et de vidéoprojecteurs. "Nous sommes très reconnaissants de cette importante donation de la Croix-Rouge centrafricaine, qui a donné un nouveau souffle à notre faculté", ajoute-t-il. "Mais comme vous le savez, la main qui reçoit demande plus. Nous aimerions avoir beaucoup plus de salles de classe pour accueillir et former encore plus d'étudiants. Notre pays en a grandement besoin pour le bien-être de la population". Notre voyage se termine à l'Institut Universitaire de Formation Paramédicale de la Croix Rouge Centrafricaine, où nous sommes accueillis par Honorine Konzelo, Directrice des études de l'Institut. Créé en 2010, le bâtiment initial a été construit au siège de la CRAC. Suite à la crise qui a frappé le pays, l'institut a été relocalisé dans une école primaire abandonnée qui avait un besoin urgent de rénovation. Aujourd'hui, il dispose de trois salles de laboratoire, d'une bibliothèque et d'amphithéâtres. La Croix-Rouge prend également en charge le salaire du comptable du personnel, qui travaille également comme enseignant depuis le début du projet. "Notre institut illustre parfaitement l'engagement de la Croix-Rouge en faveur du bien-être des jeunes, qui ont besoin d'une formation de qualité, et de la population, qui a besoin de personnel de santé qualifié", déclare Mme Honorine. --- Le projet de reconstruction du système de santé en République Centrafricaine est mis en œuvre par la Croix-Rouge centrafricaine depuis 2018 grâce à l'appui technique de l'IFRC. Financé par la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW), le projet est dans sa deuxième phase de mise en œuvre, qui s'étendra jusqu'en 2026.

Lire plus
| Article

Crise alimentaire au Nigeria : Des méthodes créatives pour améliorer la nutrition

De nombreux pays d'Afrique sont confrontés à la pire crise alimentaire qu'ils aient connue depuis des décennies. Les conséquences sont plus graves chez les femmes et les enfants. De nombreuses mères se battent actuellement pour protéger leurs enfants de la malnutrition. Au Nigéria, l'un des 12 pays prioritaires de l'IFRC dansnotre réponse à la crise alimentaire, la Croix-Rouge nigériane et l'IFRC utilisent des méthodes créatives pour aider les parents à garder leurs enfants en bonne santé et bien nourris. Jetons un coup d'œil à trois de ces méthodes. Les clubs de mères Les clubs de mères sont des espaces sûrs où les femmes peuvent se réunir et se soutenir mutuellement sur les questions liées à la réussite de leur maternité. L'idée est née au Ghana dans les années 1970 et s'est depuis répandue dans le monde entier. Aujourd'hui, l'accent est mis sur l'implication des hommes et à leur contribution tout aussi essentielle pour l'éducation des enfants. Les volontaires de la Croix-Rouge nigériane ont mis en place 140 clubs de mères dans 7 Etats du Nord-Ouest du Nigéria, permettant aux parents de se rencontrer et de recevoir des informations sur la nutrition, l'allaitement et les soins appropriés aux nourrissons. Ces clubs sont un moyen de dispenser une éducation sanitaire aux parents sur la manière de s'occuper au mieux de leur nouveau-né, de l'allaiter correctement et d'améliorer l'hygiène et les soins, le tout dans un environnement convivial et favorable. Lorsque son enfant a commencé à souffrir d'œdèmes, une manifestation grave des symptômes de la malnutrition, Amina, membre de l'un des clubs de mères, s'est tournée vers la Croix-Rouge nigériane pour obtenir de l'aide : "Mon enfant était malade depuis un certain temps, et je ne savais pas que c'était grave, ni même qu'il était mal nourri, jusqu'à ce qu'ils [les volontaires de la Croix-Rouge] viennent chez moi pour le dépister. Aujourd'hui, grâce aux activités de sensibilisation et à mon adhésion aux clubs, je peux mieux m'occuper de mes enfants et conseiller les femmes de ma communauté sur les bonnes pratiques". Aide en espèces et en bons De nombreux ménages de l'État de Nasarawa sont confrontés à de graves pénuries alimentaires en raison de la sécheresse qui ravage la région. Sadiya, une mère d'un enfant qui lutte pour se nourrir et nourrir son fils, raconte, "Je ne peux pas manger ou préparer de la nourriture pour mon fils de manière régulière car la terre ne produit presque rien." De même, une autre femme de l'État du Niger souligne comment l'augmentation du coût de la vie, notamment la hausse des prix des denrées alimentaires, l'empêche de fournir un bon dîner à sa famille : "Mon enfant n'a pas été nourri au sein correctement parce qu'il n'y a pas assez de repas nutritifs disponibles sur le marché pour moi. Et même lorsqu'ils sont disponibles, ils sont hors de prix." Pour répondre à ce problème, l'IFRC fournit actuellement des bons aux mères qui allaitent dans le cadre de son programme de transfert de fonds. "J'ai été l'une des mères soutenues par la Société de la Croix-Rouge. J'ai reçu 10 000 naira, ce qui m'a permis d'acheter de la nourriture pour ma famille", ajoute-t-elle. Le programme de transfert d'argent liquide est conçu pour aider les familles à faible revenu à faire face aux pressions de l'inflation afin qu'elles puissent subvenir aux multiples besoins du ménage et donc des enfants. Donner de l'argent liquide aux personnes que nous soutenons est un moyen efficace, efficient et transparent de fournir une aide humanitaire aux plus vulnérables. Il garantit que les personnes ont la liberté, la dignité et l'indépendance de décider de leur propre relèvement. Des visites à domicile pour combler les manques des services de santé Plusieurs centres de santé manquent de personnel et certains ont été fermés en raison de l'insécurité croissante, ce qui rend difficile l'accès des enfants souffrant de malnutrition aux soins de santé les plus élémentaires. 140 clubs de mères ont été créés par la Croix-Rouge nigériane et l'IFRC dans 7 États du nord-ouest du Nigeria. Les femmes et les membres des clubs de mères effectuent des visites à domicile et dépistent les enfants malnutris en mesurant la circonférence de leurs bras. Tout enfant souffrant de malnutrition est ensuite inscrit sur une carte de référence, conçue par la Croix-Rouge nigériane, et orienté vers un centre de santé pour un traitement complémentaire. Ces visites à domicile permettent de réduire la charge des services de santé étendus et de s'assurer que les enfants sont régulièrement examinés et soutenus lorsqu'ils en ont besoin. ___________ En réponse à la crise alimentaire qui sévit dans le nord-est et le nord-ouest du Nigeria, l'IFRC a lancé un appel d'urgence de plus de 4 000 000 de francs suisses pour aider les populations à faire face à la situation. Cliquez ici pour faire un don aujourd'hui afin de soutenir ce travail qui sauve des vies.

Lire plus