Mexique

Displaying 1 - 3 of 3
|
Communiqué de presse

Vagues de chaleur meurtrières en Amérique centrale - 35 fois plus probables en raison du changement climatique et quatre fois plus probables qu'en 2000

Panama, GenèveLes vagues de chaleur meurtrières qui ont récemment frappé l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale ont été rendues 35 fois plus probables en raison du changement climatique induit par l'homme, selon la dernière étude de World Weather Attribution (WWA). WWA est une collaboration de scientifiques et d'analystes, dont certains font partie du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Les vagues de chaleur ont commencé en mars dans certaines régions du Mexique, du Guatemala, du Belize, du Salvador, du Honduras et du sud-ouest des États-Unis. En examinant spécifiquement les cinq jours et nuits les plus chauds de la dernière vague de chaleur extrême, début juin, les scientifiques et analystes du WWA ont constaté que dans un monde qui n'aurait pas été réchauffé par le réchauffement planétaire de 1,2 degré Celsius observé à ce jour, il aurait été très peu probable que cette vague de chaleur extrême se produise. Elle est 35 fois plus probable qu'à l'époque préindustrielle et quatre fois plus probable qu'au début de ce siècle, il y a tout juste 24 ans. Selon les chercheurs, des vagues de chaleur similaires auraient été attendues une fois tous les 60 ans en l'an 2000, alors qu'on peut s'attendre à ce qu'elles surviennent tous les 15 ans aujourd'hui.Les vagues de chaleur ne sont pas seulement de plus en plus fréquentes. Elles sont de plus en plus chaudes. Pour les cinq jours (3-7 juin) et nuits (5-9 juin) les plus chauds qu'ils ont étudiés, les chercheurs ont constaté que les températures diurnes étaient supérieures de 1,4 degré à ce qu'elles auraient été même lors d'une "vague de chaleur" (extrêmement rare) à l'époque préindustrielle ; les températures nocturnes, quant à elles, étaient supérieures de 1,6 degré. À mesure que le réchauffement de la planète dépassera 1,2 degré en moyenne, les vagues de chaleur dans la région continueront d'être plus chaudes et encore plus fréquentes.La chaleur extrême a eu de nombreuses répercussions. Au Mexique, au moins 125 personnes sont mortes à cause des vagues de chaleur depuis le mois de mars. Le nombre dans l'ensemble de la région est probablement beaucoup plus élevé, car les décès liés à la chaleur sont rarement enregistrés de manière appropriée, voire pas du tout, parce que les décès liés à la chaleur sont souvent attribués à des conditions de santé préexistantes ou soudaines plutôt qu'à la chaleur qui les exacerbe ou les provoque.La dengue, transmise par les moustiques, est un problème de santé susceptible d'être aggravé par la chaleur et d'autres catastrophes liées au climat, telles que les sécheresses. Au Guatemala et au Honduras, la croissance exponentielle de la dengue a contraint les autorités sanitaires à déclarer l'alerte rouge. Les chiffres de l'Organisation panaméricaine de la santé montrent que du 1er janvier au 25 mai de cette année, les cas ont augmenté de 622 % au Guatemala et de 580 % au Honduras, par rapport à la même période en 2023. Au Guatemala, les cas sont passés de 3 738 en 2023 à 23 268 en 2024, tandis qu'au Honduras, ils sont passés de 4 452 à 25 859.Au Belize, pays voisin, les vagues de chaleur ont provoqué des incendies. Des incendies de forêt se sont déclarés dans les districts de Toledo et de Cayo, les températures journalières dépassant les 39°C (100° F), ce qui crée des conditions propices au démarrage et à l'intensification rapide des incendies. Dans toute l'Amérique centrale, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge font face aux conséquences de la chaleur extrême. Au Guatemala et au Honduras, les volontaires éliminent les sites de reproduction des moustiques, mènent des campagnes de sensibilisation à la prévention et fournissent des moustiquaires. Ces opérations sont soutenues par des allocations financières du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC et visent à aider plus de 20 000 personnes. Une allocation du DREF permet également à la Croix-Rouge de Belize de venir en aide à 800 personnes, en fournissant aux familles touchées des kits d'hygiène, des produits de nettoyage et de l'argent liquide pour les efforts de relèvement. En outre, les membres du corps national de secours du Belize reçoivent des équipements de protection individuelle. Karina Izquierdo, conseillère urbaine pour l'Amérique latine et les Caraïbes au Centre climatique de la Croix-Rouge, a déclaré : «Nous avons besoin d'un soutien financier de la part de l'Union européenne»« Chaque fraction de degré de réchauffement expose davantage de personnes à une chaleur dangereuse. Les 1,4 °C de chaleur supplémentaires causés par le changement climatique auraient fait la différence entre la vie et la mort pour de nombreuses personnes en mai et juin. Outre la réduction des émissions, les gouvernements et les villes doivent prendre des mesures plus audacieuses pour devenir plus résistants à la chaleur.»Martha Keays, Directrice régionale de l'IFRC pour les Amériques a déclaré :« Les chaleurs extrêmes constituent une menace silencieuse pour la santé, l'économie et le bien-être de millions de personnes en Amérique centrale et en Amérique du Nord. Les jeunes enfants, les personnes handicapées, les femmes enceintes et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables, tout comme certaines populations qui travaillent ou passent du temps à l'extérieur, telles que les travailleurs agricoles et les personnes en déplacement. Les équipes de la Croix-Rouge sur le terrain continueront à les aider, tout en renforçant les initiatives d'action et d'alerte précoces qui permettent d'anticiper et de protéger des vies contre ces catastrophes et d'autres liées au climat.»Pour plus d'informations, consultez le rapport complet sur le site web de la World Weather Attribution.Pour ^plus d'informations ou pour demander une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected] Panama: Susana Arroyo Barrantes +50769993199 A Genève: Andrew Thomas +41763676587

|
Article

Climate crises Q&A: Why have some recent storms gained so much strength, so quickly?

Un entretien avec Juan Bazo, climatologue au Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, par Susana Arroyo Barrantes, Directrice communication de l'IFRC pour les Amériques.Susana Arroyo : En octobre 2023, l'ouragan Otis a suscité beaucoup d'étonnement après être passé d'une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 en seulement 12 heures. Selon le Centre national des ouragans des États-Unis, il s'agissait de l'ouragan le plus puissant jamais enregistré sur la côte mexicaine du Pacifique. El Niño a-t-il joué un rôle dans l'intensification rapide d'Otis ?Juan Bazos: Il s'agit d'une combinaison d'océans chauds et d'El Niño. En outre, toute la côte pacifique du Mexique, du Salvador, du Honduras et les côtes du Costa Rica ont été très chaudes. Cela a permis la formation de cyclones et de tempêtes. Certaines de ces tempêtes sont même passées de l'Atlantique au Pacifique.En ce qui concerne l'intensification, cela s'est déjà produit auparavant, l'ouragan Patricia en 2015 a également connu cette intensification très rapide en moins de 12 heures au large de la côte pacifique du Mexique, mais l'impact n'a pas eu lieu dans une zone très peuplée.D'un point de vue scientifique, il est de plus en plus difficile de prévoir ce type d'intensification. La plupart des modèles, si ce n'est tous, ont échoué dans la prévision à court terme, qui est l'une des prévisions les plus fiables que nous ayons en météorologie. Cela est dû à plusieurs facteurs : l'intensification rapide, les conditions atmosphériques très locales et la température de l'eau de l'océan dans cette partie de la côte mexicaine.De plus en plus, l'intensification se produit non seulement dans le Pacifique et l'Atlantique de notre région, mais aussi dans l'océan Indien. Aux Philippines, cela s'est produit à plusieurs reprises. C'est un défi, à la fois pour les services climatiques et pour la réponse humanitaire.SA: Des prévisions rigoureuses, précises et efficaces sont indispensables pour prendre des décisions qui sauvent des vies. Si nous nous dirigeons vers une ère de plus grande incertitude, nous devons également nous pencher sur la manière dont nous anticipons sur d'autres fronts. À quoi pouvons-nous nous attendre cette année ?JB: Au cours des mois suivants, nous devrions normalement entrer dans une période neutre et passer rapidement au phénomène La Niña. Ce phénomène aura lui aussi ses conséquences et modifiera l'ensemble du panorama. Il se pourrait que cette année, nous devions nous préparer à une saison des ouragans qui pourrait être supérieure à la normale. Nous devons donc continuer à surveiller la situation, compte tenu de la crise climatique et du fait que l'océan Atlantique est encore très chaud.SA: L'IFRC a essayé de conclure davantage d'alliances avec des institutions météorologiques qui se consacrent à la recherche, à la surveillance et à la compréhension du climat. Est-ce l'une des voies à suivre à l'avenir pour renforcer cette alliance ? JB: De plus en plus, l'IFRC a pour principaux alliés des entités scientifiques et techniques, afin de prendre des décisions fiables, et je pense que c'est ainsi que nous devons continuer à travailler. L'information scientifique nous apportera des informations pour nos programmes et nos opérations à différentes échelles de temps, à court, moyen et long terme. Nous ne devons pas ignorer les projections climatiques, mais prévoir comment nous pouvons nous adapter en sachant que le climat va changer. Cela fait partie de notre travail, de nos politiques à nos interventions, et je pense que le réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge le fait très bien. Cependant, nous devons nous donner plus de moyens, nous rapprocher des entités scientifiques techniques, des universités, qui sont nos alliés. Ils peuvent nous apporter beaucoup plus d'informations - beaucoup plus riches, beaucoup plus localisées. C'est la prochaine étape que nous devons franchir.SA: De nombreux changements sont également à venir dans le domaine de la météorologie. Désormais, grâce à l'intelligence artificielle (IA) et à des quantités de données de plus en plus importantes, les prévisions vont évoluer et probablement s'améliorer. Pourrions-nous donc obtenir des prévisions plus fiables en termes d'intensification rapide ?JB: L'intelligence artificielle ouvre de nombreuses perspectives d'innovation. La météorologie n'est pas exacte à 100 %. Il y a toujours un certain degré d'incertitude et il y aura des échecs. Cela fait partie du chaos atmosphérique de notre planète, de sa complexité et des nombreuses variables qui jouent un rôle dans les prévisions météorologiques. En ce sens, l'IA apportera une grande valeur ajoutée à l'amélioration des prévisions.D'où la nécessité 1) d'investir davantage dans des systèmes d'action précoce fondés sur les prévisions, 2) de disposer de systèmes d'alerte précoce plus agiles, plus souples et capables d'informer et de mobiliser la population en un temps record, et 3) de disposer d'une aide humanitaire prépositionnée pour répondre aux catastrophes dès qu'elles se produisent.L'IFRC est un des leaders de l'initiative "Alertes précoces pour tous", qui fournira des alertes précoces aux populations du monde entier d'ici 2027. En savoir plus.

|
Société nationale

Croix-Rouge mexicaine