Jordanie

Displaying 1 - 5 of 5
| Page de base

Don humanitaire islamique

En tant que plus grand réseau mondial d'organisations humanitaires et de volontaires basés localement, l'IFRC est particulièrement bien placée pour veiller à ce que votre don de Zakat ou deSadaqah parvienne aux personnes et aux communautés qui en ont le plus besoin. Entièrement accrédité pour recevoir des dons de la Zakat, nous sommes basés dans les communautés aux côtés de ceux que nous soutenons. Nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et améliorer leurs conditions de vie, en touchant des millions de personnes chaque année.

Lire plus
| Urgence

Moyen-Orient : Une crise complexe et urgente

L'escalade dramatique des hostilités en Israël et dans les territoires palestiniens occupés depuis le 7 octobre a plongé des millions de personnes dans la peur, interrompu des services essentiels à la survie des populations et laissé des familles des deux côtés endeuillées par la perte d'êtres chers. Les besoins humanitaires sont immenses et la situation devrait se détériorer à mesure que de plus en plus de personnes sont déplacées par les combats. Par cet appel d'urgence, l'IFRC et ses membres soutiennent la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge égyptien, le Croissant-Rouge arabe syrien et le Croissant-Rouge jordanien à se préparer et à renforcer leur capacité d'intervention et de réaction.Les documents relatif à l'appel d'urgence sont disponible en arabe ici.

Lire plus
| Article

Conflit Israël/Gaza : la réponse à ce jour

Alors que l'escalade des hostilités en Israël et en Palestine entre dans son quatrième mois, le conflit continue de coûter la vie à des civils, de perturber la fourniture de soins médicaux vitaux, d'interrompre des services essentiels à la survie des populations et de laisser des familles endeuillées par la perte d'êtres chers. L'IFRC a appelé toutes les parties à assurer l'accès humanitaire à Gaza et en Cisjordanie, à libérer les otages, à protéger les civils, les hôpitaux et les travailleurs humanitaires contre les attaques aveugles et à respecter le droit international humanitaire. Parmi les personnes tuées figurent des travailleurs humanitaires et des professionnels de la santé qui ont perdu la vie en tentant de sauver d'autres personnes, ainsi que des personnes qui cherchaient à se mettre à l'abri et à recevoir des soins dans des établissements de santé. Réponse de l'IFRC et des Sociétés nationales Pendant ce temps, les Sociétés nationales membres de l'IFRC en Israël et dans les territoires palestiniens occupés continuent de répondre aux besoins humanitaires urgents et de fournir une assistance vitale et d'autres services essentiels. L'IFRC, quant à elle, soutient ses Sociétés nationales, le Magen David Adom en Israël et le Croissant-Rouge palestinien, dans leur travail continu de sauvegarde de la vie. En Israël Le Magen David Adom en Israël (MDA) soutient les communautés touchées depuis le début, avec des ambulances et des services médicaux disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le personnel et les volontaires travaillent sans relâche, mettant leur vie et leur bien-être en danger pour s'occuper des blessés et des défunts. Au total, 1 500 ambulances et 10 000 secouristes (techniciens médicaux d'urgence et auxiliaires médicaux) ont été mobilisés. Depuis le 7 octobre, ils ont traité plus de 4 000 patients. Ces membres du personnel et ces volontaires ont travaillé dans des conditions difficiles et dangereuses. Tragiquement, plusieurs volontaires et membres du personnel sont morts dans l'exercice de leurs fonctions, tués alors qu'ils soignaient des patients. Plusieurs autres ont également subi des blessures graves ou légères dans l'exercice de leurs fonctions. Les ambulances ont également été attaquées à plusieurs reprises au cours des hostilités. Le MDA a également soutenu le ministère de la santé dans le transfert des patients et l'évacuation des personnes alitées près de la frontière. Le MDA aide également les communautés à se préparer en cas d'escalade. Par exemple, la Société nationale propose une formation gratuite aux premiers secours, axée sur les soins traumatiques. Elle a également recueilli, testé et traité plus de 50 000 unités de sang pour approvisionner les ambulances, les unités mobiles de soins intensifs, les hôpitaux et les cliniques. En Palestine Alors que la situation humanitaire dans la bande de Gaza continue de s'aggraver, les équipes du Croissant-Rouge palestinien (CRP) travaillent 24 heures sur 24 dans des conditions extrêmement difficiles et dangereuses. Plusieurs volontaires du Croissant-Rouge palestinien ont déjà été tués dans l'escalade de la violence. Plus récemment, le 10 janvier 2024, quatre ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien ont été tués avec deux patients lorsque leur ambulance a été touchée. Au début du mois de janvier, des tirs d'artillerie incessants près de l'hôpital Al-Amal et du siège du Croissant-Rouge palestinien à Khan Yunis ont également fait plusieurs victimes, dont un bébé de cinq jours, et déplacé des milliers de personnes qui cherchaient refuge à l'hôpital. Vous pouvez lire la déclaration de l'IFRC condamnant les attaques ici. Entre-temps, la combinaison des bombardements autour des établissements de santé, du manque de fournitures et de carburant, des coupures d'électricité et de communications, des dommages causés aux infrastructures et de la demande croissante, pousse les services de santé gravement endommagés de Gaza au bord de l'effondrement. La population de Gaza est également confrontée à des pénuries dramatiques de produits de première nécessité, tels que le carburant, l'eau, la nourriture et les fournitures médicales. Ces pénuries ont également poussé les centres de services médicaux d'urgence du Croissant-Rouge palestinien à leurs limites. Fin décembre, deux centres de services médicaux d'urgence du Croissant-Rouge palestinien à Gaza et dans le nord de la bande de Gaza étaient hors service, incapables de fournir des services d'intervention d'urgence et de sauvetage en raison de la pénurie de carburant et des restrictions d'accès. Les hôpitaux du nord ne fonctionnent pas non plus, ce qui rend les évacuations humanitaires impossibles. L'IFRC salue le courage des volontaires et du personnel paramédical du Croissant-Rouge palestinien, dont beaucoup ont perdu des membres de leur famille ou ont été détenus, mais qui continuent à intervenir de manière désintéressée. Aide acheminée à Gaza jusqu'à présent Le 21 octobre, les 20 premiers camions d'aide humanitaire ont été autorisés à franchir la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza. Le poste-frontière de Rafah, qui constitue un point de passage essentiel pour les produits de première nécessité dans la bande de Gaza, était fermé depuis l'escalade de la violence le 7 octobre. Depuis la réouverture de la frontière, 756 camions transportant de la nourriture, de l'eau, des articles de secours, des médicaments et des fournitures médicales ont été autorisés à entrer au 9 novembre, soit une moyenne de 33 camions par jour. L'aide reçue n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, compte tenu des besoins immenses des deux millions d'habitants de Gaza. Jusqu'à présent, aucun carburant n'a été autorisé à entrer dans la bande de Gaza. Les livraisons d'aide ont été coordonnées par le Croissant-Rouge égyptien, la seule organisation humanitaire ayant accès au Nord-Sinaï, y compris au poste-frontière de Rafah. Les soins vitaux se poursuivent Malgré les difficultés, le Croissant-Rouge palestinien a continué à fournir des soins essentiels et vitaux. Dans la bande de Gaza, le Croissant-Rouge palestinien a fourni des soins médicaux d'urgence à environ 15 000 personnes blessées au 5 janvier 2024. Les équipes d'ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien sont également intervenues après le décès de plus de 5 000 personnes tuées par le conflit. Ce travail de sauvetage est effectué en dépit des coupures régulières d'électricité et de communications, ainsi que du danger extrême posé par le conflit en cours. Depuis le début des hostilités, les équipes du Croissant-Rouge palestinien ont signalé des tirs d'obus à proximité de leurs hôpitaux, de leur centre ambulancier, de leur entrepôt principal et de leur siège, causant des blessures, endommageant les bâtiments et limitant l'accès aux hôpitaux. Entre-temps, le personnel du Croissant-Rouge palestinien a également distribué des articles de secours aux familles déplacées à l'intérieur du pays dans des abris temporaires et dans leurs hôpitaux. Les articles d'aide comprennent des colis alimentaires, du lait, des couvertures, des matelas, de l'eau ainsi que des kits d'hygiène, des ustensiles de cuisine et des produits de première nécessité pour les bébés. En Cisjordanie, le Croissant-Rouge palestinien a fourni des soins médicaux d'urgence à plus de 3 700 blessés. Les équipes d'ambulanciers ont également transporté plus de 115 personnes tuées dans les combats. Livraison de l'aide à Gaza jusqu'à présent Au 31 décembre 2023, plus de 5 200 camions contenant des fournitures médicales, de la nourriture, de l'eau et des produits d'hygiène ont été livrés à Gaza et distribués par le Croissant-Rouge palestinien et l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient. Notamment, plus de 300 camions d'aide humanitaire sont entrés dans le nord de Gaza au cours d'une pause humanitaire, et 81 ambulances ont également été distribuées. À la suite d'un blocage antérieur de toutes les importations de carburant, du carburant et du gaz de cuisine ont également été fournis à Gaza, mais ils sont encore loin de répondre aux besoins de la vie quotidienne, des services de base et de l'aide humanitaire. Le Croissant-Rouge égyptien est en première ligne de la réponse humanitaire à Gaza, avec le soutien de plus de 39 pays et agences des Nations unies. Les volontaires du Croissant-Rouge égyptien se relaient sans relâche pour veiller à ce que l'aide soit triée et reconditionnée avant d'être acheminée à Gaza. En collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien, le Croissant-Rouge égyptien contribue également à l'établissement d'un camp à Al-Mawasi, à Khan Younis, pour héberger les personnes déplacées. En outre, le Croissant-Rouge du Qatar travaille avec le Croissant-Rouge palestinien pour mettre en place un hôpital de campagne à Rafah, qui comprendra 50 lits, une unité de soins intensifs et une salle d'opération. Mais l'aide reçue n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, compte tenu des immenses besoins des deux millions d'habitants de Gaza. Liban, Syrie, Jordanie et Egypte Compte tenu de l'ampleur des besoins probables et afin de compléter les efforts de réponse du Croissant-Rouge palestinien décrits dans son appel, l'IFRC renforcera les capacités de réponse par le biais d'un appel d'urgence en coordonnant la réponse dans les pays voisins des territoires palestiniens occupés. L'IFRC soutiendra - en étroite coordination avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) - la réponse de ses membres, en tant qu'acteurs humanitaires importants dans leurs propres zones géographiques, et renforcera leurs capacités organisationnelles. L'IFRC a également lancé cet appel d'urgence, l'IFRC et ses membres recherchent 30 millions de francs suisses (dont 20 millions devraient être collectés par le Secrétariat de l'IFRC) pour soutenir la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge égyptien, le Croissant-Rouge arabe syrien et le Croissant-Rouge jordanien dans la préparation et le renforcement de leur capacité de réponse à l'escalade potentielle des hostilités dans la région et aux besoins humanitaires qui en résulteraient. Le 13 octobre, l'IFRC a également alloué 1 million de francs suisses de son Fonds d'aide d'urgence en cas de catastrophe pour soutenir une large gamme d'assistance humanitaire dans les territoires palestiniens occupés touchés par les hostilités. Le plus lourd tribut Depuis le début de l'escalade des hostilités le 7 octobre, l'IFRC a dénoncé le fait que les civils paient le "plus lourd tribut" aux hostilités et a appelé toutes les parties à permettre aux organisations humanitaires d'accéder en toute sécurité aux personnes touchées par la crise et de leur apporter un soutien. Dans une déclaration commune du 14 octobre, Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC, et Robert Mardini, directeur général du CICR, se sont dits "consternés de voir la misère humaine qui s'est déroulée" et que "les civils - y compris les femmes et les enfants, les personnes âgées, les blessés et les malades - paient actuellement le plus lourd tribut". "La souffrance humaine est présente de tous les côtés", précise le communiqué. "Et elle est toujours dévastatrice. La mort d'un fils ou d'une fille, d'un frère ou d'une sœur, d'un parent, est une tragédie humaine, quel que soit l'endroit où elle se produit ou la personne qui en est victime. La vie civile doit être protégée de tous les côtés". Le Conseil de direction de l'IFRC, qui comprend des dirigeants de Sociétés nationales de toutes les régions du monde, a également exprimé son choc et son horreur face aux "besoins humanitaires croissants et à l'augmentation des pertes en vies humaines" dans une déclaration spéciale publiée le 20 octobre. "Cette situation souligne l'importance cruciale de l'accès à tous les civils, y compris ceux qui sont retenus en otage", poursuit le communiqué. Depuis lors, l'IFRC n'a cessé de tirer la sonnette d'alarme face à une situation de plus en plus désastreuse. Début novembre, l'IFRC a appelé à "un accès sûr et sans entrave à travers la bande de Gaza et à la libération des otages" et plus récemment, l'IFRC a publié une déclaration le 5 janvier 2024 condamnant le bombardement continu près de l'hôpital Al-Amal et du siège du Croissant-Rouge palestinien à Khan Yunis qui a conduit à "la perte de vies civiles innocentes." Demandes médias Si vous êtes un journaliste et souhaitez avoir plus amples informations ou si vous sollicitez une interview à propos de cette urgence, merci de nous écrire à l'adresse email:[email protected]. Suivez ces comptes Twitter pour avoir les dernières mises à jour: @IFRC @IFRC_MENA @elsharkawi - Directeur régional de l'IFRC pour le MOAN, Hossam Elsharkawi

Lire plus
| Article

Alliance d'investissement des sociétés nationales : Annonce de financement pour 2022

L'Alliance d'investissement des Sociétés nationales (AISN) est un mécanisme de financement commun, géré conjointement par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Elle fournit un financement flexible et pluriannuel pour soutenir le développement à long terme des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge - en particulier celles qui se trouvent dans des situations d'urgence complexes et des crises prolongées - afin qu'elles puissent accroître la portée et l'impact de leurs services humanitaires. L'AISN peut accorder jusqu'à un million de francs suisses de financement accéléréà une Société nationale sur une période de cinq ans. En outre, des subventions relais d'un montant maximal de 50 000 CHF sur 12 mois peuvent aider les Sociétés nationales à préparer le terrain pour de futurs investissements de l'AISN ou d'autres sources. Cette année, l'AISN a le plaisir d'annoncer que les six Sociétés nationales suivantes ont été sélectionnées pour un financement accélérateur en 2022: Croix-Rouge du Burundi; Croix-Rouge du Kenya; Croix-Rouge du Malawi; Croix-Rouge russe; Croissant-Rouge arabe syrien; Croix-Rouge zambienne. Ces Sociétés nationales recevront un investissement important allant jusqu'à un million de francs suisses, à utiliser sur une période maximale de cinq ans, pour les aider à accélérer leur cheminement vers la durabilité à long terme. Trois de ces Sociétés nationales (Syrie, Malawi et Zambie) ont déjà reçu des bourses relais de l'AISN, ce qui prouve une fois de plus la pertinence de l'approche progressive du Fonds en matière de développement durable. En outre, 14 autres Sociétés nationales recevront jusqu'à 50 000 CHF de financement relais : Bénin, République démocratique du Congo, Guinée, Indonésie, Irak, Jordanie, Liberia, Libye, Mali, Nicaragua, Palestine, Panama, Rwanda, Sierra Leone. Au total, l'AISN allouera 5,4 millions de francs suisses à 20 sociétés nationales différentes cette année. Cela représente plus du double des fonds alloués en 2021 et constitue la plus importante allocation annuelle depuis le lancement de l'AISN en 2019. Cette allocation historique est rendue possible grâce au soutien généreux des gouvernements de la Suisse, des États-Unis, du Canada et de la Norvège, ainsi que des Sociétés nationales norvégienne et néerlandaise. Le CICR et l'IFRC ont également renforcé leur engagement en allouant respectivement 10 millions et 2 millions de francs suisses pour les années à venir. Les coprésidents du Comité directeur de l'AISN, Xavier Castellanos, Secrétaire général adjoint de l'IFRC pour le développement des Sociétés nationales et la coordination des opérations, et Olivier Ray, directeur du CICR pour la mobilisation, le mouvement et le partenariat, ont déclaré : «Nous sommes heureux d'avoir pu sélectionner les initiatives de 20 Sociétés nationales qui seront financées par l'AISN en 2022. Notre vision et nos plans sont en train de devenir une réalité. Nous voyons les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge opérant dans des contextes fragiles accéder à des fonds pour se développer durablement afin de fournir et d'intensifier leurs services humanitaires. C'est la localisation en action et à grande échelle. Il est particulièrement encourageant de voir que l'approche en deux étapes de l'AISN, où les fonds initiaux servent de tremplin pour aider les Sociétés nationales à se préparer à un investissement accru visant à obtenir un impact durable sur l'organisation et les communautés vulnérables, fonctionne. Nous espérons voir de nombreuses autres Sociétés nationales planifier et suivre ce parcours. L'année 2022 restera dans les mémoires comme une étape importante pour l'AISN. Notre ambition est de maintenir cet élan et de continuer à croître dans les années à venir. Nous considérons ce mécanisme comme un levier précieux et stratégique pour soutenir les Sociétés nationales dans des contextes fragiles et de crise afin d'entreprendre leur voyage vers le développementdurable. » Pour plus d'informations, merci de visiter la page de l'AISN.

Lire plus