Climatologique

External ID
100
Displaying 1 - 8 of 8
|
Article

Vagues de chaleur : Le Sommet mondial de la chaleur de l'IFRC s'attaque au "tueur invisible".

Les vagues de chaleur deviennent de plus en plus fréquentes et extrêmes - et font de plus en plus de victimes - et sont de plus en plus reconnues comme l'une des conséquences les plus meurtrières du changement climatique.Un sommet mondial sur la chaleur organisé par l'IFRC le jeudi 28 mars (13h30 GMT) à pour objectif de tirer la sonnette d'alarme sur l'urgence croissante des vagues de chaleur et la menace qu'elles représentent pour la santé et le bien-être de l'homme.Organisé en partenariat avec l'USAID, le sommet vise à stimuler le dialogue et l'investissement autour de solutions qui permettront de sauver des vies et d'atténuer les coûts grâce à une meilleure préparation, une alerte précoce, une coordination et une réponse rapide, entre autres.Samantha Power, administratrice de l'USAID, et Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC, seront rejoints par des dirigeants du monde entier qui élaborent des solutions innovantes pour atténuer l'impact des épisodes de chaleur extrême. Le sommet est ouvert à tous ceux qui s'inscrivent à la retransmission en ligne. Les chaleurs extrêmes sont généralement définies comme des périodes prolongées de températures supérieures à 37 °C. Mais les récentes vagues de chaleur ont largement dépassé les attentes normales. Au Brésil, les températures ont récemment dépassé les 60 degrés Celsius dans certaines villes. Dans certaines régions d'Afrique du Nord et d'Asie du Sud-Est, les vagues de chaleur atteignent régulièrement les 50 degrés."Certaines parties de l'Amérique du Sud et de l'Australie sortent tout juste de leurs deux étés les plus chauds jamais enregistrés", note Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC. "À l'échelle mondiale, 2023 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée, et de loin. La moitié de la population mondiale, soit 3,8 milliards de personnes, a souffert d'une chaleur extrême pendant au moins une journée l'année dernière."En ce moment même, on assiste à une fermeture sans précédent des écoles dans tout le Sud-Soudan. Cela n'est pas dû à un conflit ou à des difficultés économiques, mais à une hausse extraordinaire des températures, qui dépassent les 42°C."Pour l'IFRC, le Sommet sera également l'occasion de lancer une campagne d'action de deux mois sur la chaleur extrême, en amont de la Journée d'action contre la chaleur du 2 juin. Cette campagne comprendra une boîte à outils en ligne pour aider les gens à diffuser des connaissances et à se préparer à la saison estivale de l'hémisphère nord qui, pour beaucoup, a déjà commencé.Tueurs silencieuxLes vagues de chaleur sont parfois qualifiées de tueurs "silencieux" ou "invisibles", car les personnes qui y succombent meurent souvent chez elles et leur décès n'est pas toujours reconnu au départ comme étant dû à une chaleur prolongée.Cependant, les autorités sanitaires et les climatologues constatent une corrélation évidente entre les températures élevées et les taux de mortalité plus élevés dans de nombreuses régions du monde. En Europe, les vagues de chaleur ont tué plus de 60 000 personnes en 2022 ; au Royaume-Uni, les routes ont fondu et près de 3 000 personnes sont mortes.En Inde, au moins 1 000 décès par an sont imputables aux fortes chaleurs. Aux États-Unis, le chiffre est similaire. Selon The Lancet, la Chine est en passe de connaître entre 20 000 et 80 000 décès par vague de chaleur par an. Toutefois, les chercheurs sont largement convaincus que ces chiffres sous-estiment largement l'impact réel des chaleurs extrêmes.Qui est le plus à risque ?Les vagues de chaleur peuvent être particulièrement dangereuses pour les populations vulnérables telles que les personnes âgées, les jeunes enfants, les personnes vivant avec un handicap et les femmes enceintes. Les personnes souffrant de maladies préexistantes telles que l'obésité, les maladies cardiaques ou les affections respiratoires comme l'asthme courent également un risque élevé de souffrir de complications liées aux vagues de chaleur.En outre, certaines populations qui passent du temps à l'extérieur pendant les périodes les plus chaudes - les travailleurs agricoles, les journaliers, les travailleurs de la route et les fonctionnaires qui travaillent à l'extérieur - sont particulièrement exposées.Les personnes confrontées à l'insécurité du logement, telles que les sans-abri et les personnes vivant dans des établissements informels et des bidonvilles, ou qui n'ont pas accès à des soins médicaux ou à des lieux où elles peuvent se rafraîchir (parcs, plages, stations de rafraîchissement, espaces climatisés, etc.Les zones urbainesLes villes et les zones densément peuplées sont confrontées à un défi unique en ce qui concerne le changement climatique et la chaleur extrême en raison de leur infrastructure urbaine innée. Ce phénomène s'explique par "l'effet d'îlot de chaleur urbain", dans lequel les matériaux de construction généralement utilisés pour bâtir les infrastructures urbaines absorbent et retiennent la chaleur plus que ne le feraient les ressources matérielles naturelles.Cet effet, associé à une forte concentration de l'activité humaine, à des établissements informels, à des sous-structures et à des populations denses, ainsi qu'à un minimum d'espaces verts, perpétue la chaleur extrême.Que fait l'IFRCD'ici 2025, l'IFRC souhaite aider 250 millions de personnes à mieux se protéger de la chaleur dans au moins 150 villes et villages. L'IFRC cherche à y parvenir en permettant une action climato-intelligente pour aider les communautés mondiales à se préparer, à réagir et à se remettre des catastrophes climatiques.La Plateforme mondiale de résilience climatique de l'IFRC vise à améliorer la résilience et à renforcer les compétences d'adaptation de 500 millions de personnes dans les pays les plus vulnérables au climat. L'initiative d'alertes précoces pour tous de l'IFRC vise à fournir des alertes précoces en cas de conditions météorologiques extrêmes à tous les habitants de la planète d'ici 2027 - ce qui inclut les chaleurs extrêmes. Et l'IFRC tire régulièrement la sonnette d'alarme à travers son réseau de 191 Sociétés nationales et par le biais d'un plaidoyer mondial et d'événements internationaux tels que la Journée d'action contre la chaleur le 2 juin 2024.

|
Article

Agir contre la chaleur : Prendre de l'avance sur les chaleurs extrêmes en diffusant des messages dans les rues

En prévision de la prochaine vague de chaleur au Liban, la Croix-Rouge libanaise (CRL) a lancé une vaste campagne visant à sensibiliser les personnes vulnérables et à leur fournir les connaissances et les ressources dont elles ont besoin pour rester en sécurité en cas de chaleur extrême.La campagne a pris de l'ampleur le 2 juin - Journée d'action contre la chaleur - lorsque les volontaires de la CRL sont descendus dans la rue pour distribuer des dépliants sur les mesures préventives à prendre dans de nombreuses communautés. Ils se sont rendus sur des chantiers de construction, dans des stations-service, des commissariats de police, des lieux de culte, des supermarchés et des pharmacies. Ils ont même laissé des tracts sur les pare-brise des voitures.Consciente de l'importance de l'hydratation en cas de chaleur extrême, la CRL a également distribué des bouteilles d'eau aux habitants des communautés ciblées, en donnant la priorité aux personnes les plus vulnérables aux risques sanitaires liés à la chaleur.La CRL a également partagé les prospectus de la Journée d'action contre la chaleur sur ses plateformes de médias sociaux, en utilisant le hashtag #VaincreLaChaleur, et en encourageant les personnes qui les suivent à les partager à nouveau. La Société nationale s'engage également activement auprès des médias pour diffuser des informations vitales sur la préparation à la canicule et les mesures préventives.Au-delà de la Journée d'action contre la chaleurMais la Société nationale a souligné que ces actions se poursuivront bien au-delà de la Journée d'action contre la chaleur, une journée internationale d'événements visant à attirer l'attention sur le risque croissant de vagues de chaleur.« Cette initiative va au-delà d'une simple journée d'action puisque la CRL promeut activement la résilience et l'anticipation en tant qu'appel humanitaire fondamental, garantissant notre engagement permanent à soutenir les communautés et les groupes vulnérables », a déclaré Kassem Chaalan, directeur de la réduction des risques de catastrophes à la Croix-Rouge libanaise.Tout au long de la semaine qui a suivi la Journée d'action contre la chaleur, la CRL a mené une vaste campagne de sensibilisation aux vagues de chaleur sur le territoire libanais. Pour faire face à la saison des canicules, la CRL continuera à organiser des sessions de sensibilisation tout au long du mois d'octobre.Une journée d'action mondialeLa Croix-Rouge libanaise n'est que l'une des nombreuses Sociétés nationales qui se sont jointes à des organisations locales et internationales, à des entreprises privées et à des particuliers du monde entier pour amplifier leurs messages et leurs efforts de prévention à l'occasion de la Journée d'action contre la chaleur.Pour beaucoup, la Journée d'action contre la chaleur est l'occasion de mettre en avant les mesures qu'ils se sentent obligés de prendre en raison de l'augmentation du nombre de vagues de chaleur et de journées de chaleur extrême causée par le changement climatique. Ces actions sont aussi variées que colorées et créatives.La Croix-Rouge indienne, par exemple, a profité de l'occasion pour mettre en lumière le large éventail de travaux réalisés par ses volontaires dans tout le pays, en installant des stations d'eau dans les rues et en distribuant des informations sur la manière de rester en bonne santé pendant une vague de chaleur, entre autres activités.La Croix-Rouge indonésienne a co-organisé un atelier centré sur l'étude des risques liés à la chaleur extrême, réalisée en partenariat avec une importante société météorologique indonésienne basée à Jakarta. Elle a également lancé une campagne de sensibilisation à la chaleur qui a coïncidé avec la journée sans voiture dans la ville de Surabaya, encourageant l'engagement de la communauté dans diverses activités respectueuses de l'environnement le dimanche matin, y compris des défilés, de la musique et bien d'autres choses encore.Au delà de la Croix-Rouge et du Croissant-RougeDe nombreuses organisations extérieures au réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se sont également impliquées.Alors que des vagues de chaleur balayaient une grande partie de la région Asie-Pacifique, la Banque asiatique de développement a répondu à l'appel en publiant des déclarations et en parrainant des ateliers visant à promouvoir la résistance aux vagues de chaleur et la sensibilisation au « stress thermique » et à la nécessité de prendre des mesures tenant compte des spécificités de chaque sexe.À Dallas, au Texas, aux États-Unis, des lycéens ont réalisé un podcast éducatif pour mettre en évidence les mesures à prendre pour atténuer la hausse des températures dans le cadre d'un cours d'architecture environnementale.À Kampala, en Ouganda, un groupe de jeunes a utilisé le football pour sensibiliser la population en distribuant des cadeaux écologiques, tels que des semis d'arbres, afin de rééquilibrer le nombre d'arbres plantés par rapport au nombre d'arbres abattus.À Zanzibar, en Tanzanie, les plongeurs sous-marins qui divertissent souvent les touristes font leur plongée avec des affiches encourageant les gens à boire plus d'eau, à surveiller les membres de leur famille et à prendre d'autres mesures préventives, petites mais importantes.Dans le monde entier, des gens ont créé des peintures, de grandes fresques murales en plein air et d'autres œuvres d'art dans le cadre d'un effort mondial de sensibilisation par l'art. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses façons dont les gens ont profité de la journée d'action contre la chaleur pour faire passer le message, partager des idées et amener davantage de personnes à agir contre les chaleurs extrêmes.

|
Article

Journée d'action contre la chaleur : Tirer la sonnette d'alarme sur les chaleurs extrêmes grâce à l'art

Il ne fait aucun doute que les vagues de chaleur sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus graves, et qu'elles peuvent tuer. Elles sont en fait l'un des phénomènes climatiques les plus meurtriers qui touchent les populations du monde entier aujourd'hui.Pourtant, elles ne bénéficient pas de l'attention et des mesures qu'elles méritent. Contrairement aux tornades, aux cyclones, aux inondations ou aux tempêtes, elles sont relativement invisibles. Elles commencent souvent à se développer progressivement et les personnes qui en meurent ou qui tombent malades ne sont pas toujours déclarées comme victimes d'une vague de chaleur. Comme l'a récemment décrit le secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la chaleur extrême est l'assassin silencieux du changement climatique.C'est pourquoi le Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a décidé d'aller au-delà des mots pour faire passer le message pendant la période précédant la Journée d'action contre la chaleur, le dimanche 2 juin. Sous le thème de l'art urbain pour agir contre la chaleur, le Centre climatique a invité les gens à créer et à partager leur art sur le thème de la chaleur extrême.Pour contribuer à alimenter le feu créatif, le Centre climatique a chargé deux artistes - Andrew Rae et Ruskin Kyle - de réaliser des images sur l'impact des vagues de chaleur sur les grandes agglomérations.Une invasion d'AlienLes artistes savaient qu'ils devaient créer quelque chose qui attirerait l'attention du public. Ils ont donc choisi de raconter l'histoire des vagues de chaleur comme des scènes d'un film hollywoodien épique.« Nous avons pensé à des films apocalyptiques classiques tels que Independence Day ou Godzilla, et nous avons donc décidé de personnifier le danger du réchauffement sous la forme de robots géants en maraude », a déclaré Rae lors d'une récente interview.Tout comme les humains ont contribué à créer ce monstre de chaleur extrême, les artistes ont créé ces monstres pour souligner la façon dont le monde réagit à la menace croissante des situations d'urgence liées à la chaleur extrême.« Il nous a semblé que si le monde était progressivement réchauffé par des robots extraterrestres ou un État ennemi, les gouvernements et les populations réagiraient très rapidement », a-t-il déclaré. « Malheureusement, comme nous sommes nous-mêmes à l'origine du problème, il est beaucoup plus difficile de se mobiliser et de changer les choses. Peut-être que si nous pouvions visualiser le problème comme un robot ennemi extérieur, cela nous aiderait à nous motiver à agir ».Garder son sang-froid, agirL'idée est de continuer à sensibiliser les gouvernements, les fonctionnaires municipaux, les entreprises et les particuliers afin qu'ils comprennent la menace que représentent les chaleurs extrêmes, qu'ils s'y préparent et qu'ils agissent lorsqu'elles surviennent. D'autres formes d'art créées aident également les personnes touchées par les vagues de chaleur, dont beaucoup sont déjà en situation de vulnérabilité parce qu'elles sont âgées, n'ont pas accès aux soins de santé, à l'eau courante, à l'électricité ou à d'autres moyens de rester au frais en cas de chaleur extrême.Des murs de Jodphur, en Inde, aux métros et aux rues du Honduras, des gens du monde entier créent des fresques murales, des peintures et des images photographiques visant à faire comprendre que les gens souffrent et que cette menace doit être prise au sérieux.Ces œuvres d'art très variées sont accrochées dans les écoles, sur les murs des rues et sont compilées dans un livre de photos en ligne partagé par le Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. De nouvelles œuvres sont ajoutées chaque jour à l'approche de la journée d'action contre la chaleur. Nous encourageons les gens à soumettre leurs propres œuvres d'art en contactant le Centre climatique à l'aide d'un formulaire en ligne.De nombreuses œuvres soumises au Centre climatique expriment la tristesse et l'inquiétude, d'autres la colère ou des informations concrètes sur les mesures à prendre en cas de canicule.L'art couvre tous les supports, de la peinture sur toile au marqueur sur papier, en passant par la photographie, l'art numérique et même une œuvre créée par l'intelligence artificielle. Les profils des artistes impliqués sont tout aussi diversifiés en termes d'origine, de sexe et d'âge des personnes qui les créent.Les héros des vagues de chaleurSi nombre de ces images reflètent la dure réalité à laquelle sont confrontées de nombreuses communautés, elles véhiculent également un sentiment d'espoir, l'impression qu'il est possible de faire quelque chose. Nous avons encore la possibilité d'être les héros de notre propre histoire sur les vagues de chaleur.Non seulement les gens peuvent faire quelque chose pour se protéger, comme le montrent les peintures murales de Jodphur, en Inde, mais ils peuvent aussi faire quelque chose pour changer le discours et la réponse plus large au changement climatique et à ses nombreuses répercussions.« Il était important de montrer qu'il y a des choses que les gens peuvent faire pour lutter contre les vagues de chaleur », explique Roop Singh, conseiller en risques climatiques auprès du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. « Dans l'une des œuvres d'art, un garçon porte un sac à dos avec des bouteilles d'eau et des ventilateurs. Ce sont des choses simples, mais grâce à elles, il ne se laisse pas décourager. Les rayons bleus qui émanent de lui contrastent avec les rouges et les oranges. Ils symbolisent l'espoir.

|
Communiqué de presse

Le sommet mondial annonce un « sprint d'action» pour lutter contre les conséquences de la chaleur extrême

Le sommet a été organisé conjointement par l'IFRC et l'USAID.La chaleur extrême est un adversaire silencieux mais redoutable qui, si rien n'est fait, tuera des milliers de personnes dans les années à venir. Mais, comme l'ont entendu les participants au tout premier sommet mondial sur la chaleur extrême, il y a beaucoup à faire. Pour contrer les pires effets de la chaleur extrême, il faudra agir du niveau local au niveau mondial. Le sommet mondial sur les chaleurs extrêmes, qui s'est tenu jeudi, était organisé conjointement par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Il a rassemblé des responsables politiques et de la société civile, des représentants du secteur privé et des membres des communautés les plus touchées dans le monde pour discuter des meilleures pratiques et des idées.Outre Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC, et Samantha Power, administratrice de l'USAID, les orateurs étaient John Podesta, conseiller principal du président [américain] pour la politique climatique internationale, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, président de Djibouti, et Yvonne Aki-Sawyerr, maire de Freetown (Sierra Leone), entre autres.Le discours principal a été prononcé par le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain. Il déclarait:«Alors que les ouragans et les inondations font souvent la une des journaux, les chaleurs extrêmes font discrètement des ravages dans les vies et les moyens de subsistance... En 2024, nous déclarons que les chaleurs extrêmes sont une priorité.... Soyons les architectes de la résilience, les catalyseurs de l'espoir».M. Chapagain a présenté quatre actions clés qui doivent être mises en œuvre. La première consiste à protéger les personnes vulnérables, en particulier celles qui vivent dans les zones urbaines et les communautés marginalisées. La deuxième consiste à investir dans des systèmes d'alerte précoce et des actions d'anticipation. La troisième consiste à forger des partenariats transfrontaliers et la quatrième à placer les communautés locales aux commandes du changement.Samantha Power, administratrice de l'USAID, a déclaré :À l'heure où certains se sont habitués aux titres de plus en plus familiers sur les "journées les plus chaudes jamais enregistrées", nous devons absolument prendre la résolution de ne jamais nous habituer à l'ampleur de ce problème, de ne jamais nous habituer à la menace qu'il fait peser sur la vie humaine." À la suite du sommet, un "Heat Action Hub" a été créé en ligne, où les gens peuvent partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques en matière de lutte contre les chaleurs extrêmes. L'IFRC et l'USAID ont annoncé conjointement un "sprint d'action" sur les chaleurs extrêmes qui aboutira à une "Journée mondiale d'action sur les chaleurs extrêmes" le 2 juin 2024.Un enregistrement du sommet peut-être visionné iciPour des demandes d'interview:IFRC Mé[email protected] ThomasMobile: +41763676587

|
Communiqué de presse

L'IFRC lance un appel alors que la Mongolie fait face à son hiver le plus rigoureux depuis 50 ans

Genève/Kuala Lumpur/Oulan-Bator, 18 mars 2024: La Mongolie traverse son hiver le plus rigoureux depuis près d'un demi-siècle, aux prises avec les effets dévastateurs du Dzud. Depuis novembre de l’année dernière, des conditions météorologiques extrêmes ont désormais enveloppé 76 % du pays dans des conditions de White Dzud et Iron Dzud. Ces conditions couvrent les zones de pâturage avec de la neige et de la glace épaisses, limitant considérablement l'accès à la nourriture pour le bétail.Cependant, depuis février de cette année, le taux de mortalité du bétail a augmenté, touchant environ 75 pour cent de tous les ménages d'éleveurs. Le bilan actuel des pertes de bétail dépassant les 4,7 millions, les prévisions officielles prévoient une aggravation de la situation.Les moyens de subsistance des éleveurs, qui dépendent du bétail, des chèvres et des chevaux, sont gravement menacés. Selon l'évaluation du Centre d'opérations d'urgence,cette crise devrait être deux fois plus grave que celle de Dzud de l'année dernière. Il prévoit un impact plus important que l'événement majeur de Dzud en 2010, qui a entraîné la perte de 10,3 millions de têtes de bétail et touché 28 % de la population mongole. La crise affecte de manière disproportionnée les éleveurs possédant de petits troupeaux, qui sont confrontés à d’importants défis de relance.Plus de 7 000 familles manquent désormais de nourriture adéquate et les fortes chutes de neige ont enseveli plus de 1 000 gers (maisons traditionnelles) et abris de ménages d'éleveurs. À ce jour, 2257 familles d’éleveurs ont perdu plus de 70 % de leur cheptel, et des milliers d’autres ont besoin de services de santé de base, de carburant et de charbon.Bolormaa Nordov, secrétaire général de la Société de la Croix-Rouge mongole, a déclaré :« En tant que l'un des acteurs humanitaires les plus actifs du pays, la Croix-Rouge de Mongolie et ses partenaires travaillent sans relâche pour fournir une aide humanitaire aux personnes touchées en cette période difficile. Nous sommes reconnaissants que l'IFRC ait toujours été à nos côtés, soutenant nos efforts humanitaires au fil des années. Avec cet appel d’urgence, nous espérons minimiser l’impact de la situation d’urgence de Dzud et soutenir les ménages en leur proposant des solutions à plus long terme pour leur vie et leurs moyens de subsistance.»Depuis novembre 2023, la Croix-Rouge de Mongolie a dirigé les efforts de réponse, identifiant les besoins urgents, tels que la pénurie alimentaire, l'accès aux soins de santé et la destruction des moyens de subsistance. En outre, la Croix-Rouge de Mongolie a distribué des fournitures vitales telles que des couvertures chaudes pour animaux, bénéficiant à 5 100 familles d'éleveurs qui en ont un besoin urgent.Olga Dzhumaeva, chef de la délégation de l'IFRC pour l'Asie de l'Est, a déclaré:« Nous sommes témoins des nombreuses difficultés auxquelles de nombreux ménages d’éleveurs sont confrontés, depuis la perte de leur précieux bétail jusqu’aux difficultés financières, aux ressources limitées ainsi qu’aux immenses pressions sur la santé mentale et physique des personnes. Pourtant, nous voyons l'espoir inébranlable et la résilience de tant de familles alors qu'elles combattent la colère de l'hiver avec une force incroyable. La mortalité continue du bétail, la diminution des ressources et la détérioration des conditions de vie de centaines de milliers de personnes en Mongolie cet hiver nous rappellent cruellement le besoin urgent d’aide.»Pour soutenir la population de Mongolie, l'appel d'urgence de l'IFRC sollicite 4,5 millions de francs suisses pour atteindre jusqu'à 10 000 familles d'éleveurs touchées par le Dzud en leur offrant une aide en espèces, une protection des moyens de subsistance, un soutien sanitaire et psychosocial, une formation professionnelle et un engagement communautaire.Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected] Beijing:Kexuan Tong: +86 13147812269A Kuala Lumpur:Afrhill Rances: +60 192713641A Genève:Tommaso Della Longa: +41 797084367 Mrinalini Santhanam: +41 763815006

|
Urgence

Mongolie : Vague de froid ("Dzud")

La Mongolie connaît une vague de froid sans précédent, connue sous le nom de dzud, qui a décimé des troupeaux entiers de bétail, source essentielle de nourriture et de revenus pour de nombreuses communautés. Les conditions météorologiques de cette saison ont été enregistrées comme les plus sévères depuis 49 ans, 76 % du pays ayant été touchés. Plusieurs autres facteurs clés ont aggravé l'impact du "dzud", notamment de nombreux blizzards depuis novembre 2023 et une importante couverture neigeuse dans tout le pays qui a limité les possibilités de pâturage pour les animaux. L'IFRC recherche 4,5 millions de francs suisses pour aider la Croix-Rouge de Mongolie à atteindre 36 000 personnes avec des services de sauvetage en cette période de besoin désespéré.

|
Communiqué de presse

Philippines : De nouvelles données révèlent que le typhon Rai a détruit 1,5 million de maisons.

Kuala Lumpur/Manille, 25 janvier 2022 - De nouvelles évaluations révèlent l'ampleur des dégâts causés par le super typhon Rai qui s'est abattu sur les Philippines il y a un peu plus d'un mois. La tempête a détruit ou endommagé 1,5 million de maisons, soit plus que tout autre typhon de ces dernières décennies. La Croix-Rouge philippine renforce son soutien en matière d'abris en transportant des scies à table, des tronçonneuses et des générateurs dans les zones les plus durement touchées par le typhon, notamment les îles de Cebu, Bohol, Palawan, Siargao et Dinagat. Ces équipements permettent aux charpentiers de la Croix-Rouge et aux volontaires formés de transformer des millions de cocotiers tombés au sol en bois de coco afin de reconstruire des maisons plus sûres et plus solides dans les zones les plus touchées. Les charpentiers forment la population locale à la construction de maisons plus sûres, afin de fournir un salaire aux familles qui ont perdu leurs moyens de subsistance, y compris le matériel agricole et de pêche dont elles dépendaient pour gagner leur vie. Le président de la Croix-Rouge philippine, Richard Gordon, a déclaré : "C'est un désastre bien plus important que ce que le monde a réalisé il y a un mois. Les personnes qui dépendaient de l'agriculture, de la pêche et du tourisme ne peuvent plus gagner leur vie. Des millions de personnes n'ont pas de toit au-dessus de leur tête. "La Croix-Rouge apporte son soutien à 30 000 familles en leur fournissant des matériaux de couverture tels que des tôles ondulées et des bâches pour les protéger du soleil et de la pluie, mais nous avons besoin d'un soutien international plus important pour répondre à l'énorme besoin de maisons plus sûres et plus solides pour des millions de personnes. "Le typhon survient au milieu d'une pandémie et d'une campagne politique, qui détournent l'attention de ce qui est véritablement une catastrophe. Il ne faut pas que cela tombe dans l'oubli demain matin". Le chef du bureau national de l'IFRC aux Philippines, Alberto Bocanegra, a déclaré : "Cela fait un peu plus d'un mois que le typhon Rai s'est abattu sur les Philippines, mais des millions de personnes ont encore besoin d'une aide humanitaire urgente, notamment pour se loger, s'approvisionner en eau potable et bénéficier de soins de santé. "Les données d'évaluation révèlent que ce super typhon a causé une énorme dévastation, détruisant ou endommageant plus de maisons que toute autre tempête de ces dernières décennies. "Les Philippins sont résistants, et ils reconstruisent, avec le soutien de la Croix-Rouge philippine et d'autres agences, mais il faut faire davantage pour aider les gens à reconstruire leurs maisons brisées." La Croix-Rouge philippine est sur le terrain depuis le passage du super typhon et a déjà apporté à 36 000 personnes une aide d'urgence pour la construction d'abris, notamment des trousses à outils, des matériaux de construction et des bâches pour aider les gens à installer des abris temporaires et à commencer à reconstruire. Les équipes d'urgence fournissent des batteries de cuisine, des kits de couchage, des oreillers, des matelas, des draps de lit, des couvertures et des vêtements. Un soutien à plus long terme est nécessaire pour permettre aux familles de reconstruire leur maison en toute sécurité, en particulier celles qui sont vulnérables, qui vivent sur des îles isolées et dans des zones éloignées ou difficiles d'accès. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) codirige le Shelter Cluster Philippines avec le gouvernement philippin afin d'évaluer l'impact du typhon sur les ménages, de coordonner et de hiérarchiser les travaux d'abris d'urgence avec tous les partenaires. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) lance un appel de 20 millions de francs suisses pour venir en aide à plus de 400 000 personnes pendant 24 mois. La priorité absolue est d'aider les personnes à reconstruire des abris plus sûrs, notamment en fournissant des matériaux de logement d'urgence et des articles essentiels, en remplaçant les maisons détruites et en apportant un soutien juridique sur les questions de logement, de terres et de propriété. Pour plus d'information, veuillez contacter: Bureau Asie-Pacifique de l'IFRC: Antony Balmain, +60 12 230 845, [email protected] Délégation philippine de l'IFRC: Karina Coates, +61 (0) 404 086 006, [email protected]

|
Communiqué de presse

IPCC report: Climate change already making humanitarian work harder, less predictable, more complex, says IFRC

Geneva, 8 October 2018 –Climate change is already making emergency response efforts around the world more difficult, more unpredictable and more complex, according to the world’s largest humanitarian network. This warning from the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) coincides with the launch of a UN Intergovernmental Panel for Climate Change (IPCC) report that sets out the predicted impacts of both a 1.5°C and a 2.0°C rise in the global average temperature by 2099. IFRC President Francesco Rocca said: “More than half of our operations are now in direct response to weather-related events, and many others are compounded by climate shocks and stresses. If this is the situation now, then it is difficult to comprehend the scale of crises confronting vulnerable communities in a world that is 1.5°C or 2.0°C hotter.” In 2017, IFRC and the global Red Cross and Red Crescent network responded to over 110 emergencies, reaching more than 8 million people. More than half of these were in response to weather-related events. National Red Cross and Red Crescent Societies are also bearing witness to rising climate displacement. Weather-related events displaced 23.5 million people in 2016, according to the World Meteorological Organization. Mr Rocca said: “In a 1.5°C-warmer world, more extreme-weather events will affect everyone. But it will be especially cruel for communities that are already struggling to survive because of conflict, insecurity or poverty. “We are already working with some of these communities to help them anticipate and adapt to what might be to come. These efforts need to increase significantly. A higher proportion of global climate finance needs to be dedicated to helping these communities adapt to changing risks. Currently, not event 10 per cent of funding does this.” Dr Maarten van Aalst, a climate scientist and director of the Red Cross Red Crescent Climate Centre based in The Hague, added: “Climate remains at the centre of the international agenda. In 2018, we have seen lethal heatwaves and wildfires across the Northern Hemisphere, including in unexpected places like eastern Canada, Japan and Sweden. A rapid analysis in July by an international group of climate scientists showed that in some European locations climate change made the heatwave at least twice as likely.” Today’s IPCC report sets the scene for COP 24 which opens in Katowice, Poland on 3 December. Mr Rocca said: “COP 24 must deliver a rigorous rule book for how to implement the Paris Agreement. No one can afford half measures; our future existence depends upon it. “IFRC welcomes this IPCC report. We hope this leads to action. Millions of lives – and billions of dollars of disaster response – are at stake.”