Glissements de terrain

External ID
8
Displaying 1 - 4 of 4
|
Article

Tadjikistan : Des glissements de terrain aux mines terrestres, le partenariat contribue à la sécurité et à la santé des populations

À trois kilomètres de l'école du village de Changal, au Tadjikistan, se trouve un champ de mines. À l'approche des vacances d'été, Saida Meliboeva, professeur de chimie, et d'autres volontaires du Croissant-Rouge du Tadjikistan avertissent les enfants de ne pas s'approcher de la zone dangereuse située à la frontière entre le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.Cependant, le bétail pénètre dans le champ de mines et les enfants ainsi que les animaux qui gardent les troupeaux sont en danger. Personne ne sait exactement où se trouvent les mines, car elles ne sont pas indiquées sur la carte. Les informations communiquées par le Croissant-Rouge du Tadjikistan ont permis d'assurer la sécurité des enfants et cela fait 15 ans qu'aucun accident de mine n'est survenu.Ce n'est là qu'une des nombreuses activités essentielles soutenues par un partenariat de trois ans entre l'IFRC et l'UE, qui aide les communautés locales du Tadjikistan à anticiper, répondre et se remettre efficacement de l'impact de multiples chocs et aléas.Les écoliers apprennent également à agir en cas de tremblement de terre, d'autres catastrophes et d'accidents de la vie courante. Lors d'un exercice de préparation organisé par le Croissant-Rouge du Tadjikistan, les élèves ont appris à quitter rapidement les salles de classe et à donner les premiers soins aux blessés.« Notre professeur nous a dit ce qu'il fallait faire en cas de coulée de boue ou de tremblement de terre, ou ce qu'il fallait faire si quelqu'un se cassait un os ou s'il fallait donner les premiers soins », explique Manija, une élève de Panjakent, au Tadjikistan, qui ajoute : « S'il y a un tremblement de terre, nous trouvons un endroit où il n'y a pas de maisons et nous nous asseyons là. Nous devons rester courageux et calmes et sortir sans nous précipiter ».Azambek Dusyorov, volontaire du Croissant-Rouge du Tadjikistan, se souvient encore de l'aspect de la coulée de boue qui s'est approchée de sa maison à Panjakent. Apercevant la masse de terre tombant des montagnes, Azambek a prévenu ses amis et sa famille du danger et a couru se mettre à l'abri en haut de la colline. Heureusement, la maison est restée debout.Depuis, Azambek et d'autres volontaires du Croissant-Rouge ont planté des arbres dans la cour, dont les racines aident à maintenir les masses de terre en place. Une large piste a été creusée à flanc de colline, ce qui permet aux coulées de boue de descendre dans la vallée sans détruire les habitations et les cultures.Lorsque les affrontements se sont intensifiés le long de la frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizistan, Abdurahmon Sultan, volontaire du Croissant-Rouge, a commencé à se rendre dans les foyers de la région pour s'assurer que les gens savent comment prendre soin d'eux-mêmes et de leurs voisins en cas de blessure.L'une des maisons qu'il a visitées était celle de Mashkhura Hamroboeva, dans le jamoat de Khistevarz à Khujand. Depuis, les réunions se sont poursuivies et les discussions ont porté sur des sujets de la vie quotidienne. "Nous nous réunissons deux à trois fois par mois. Nous parlons de tout, de la façon de prévenir les engelures en hiver à la façon d'éviter les maladies infectieuses", explique Abdurahmon, 17 ans.Les conseils d'Abdurahmon n'ont pas tardé à s'avérer utiles. Lorsque le fils de Mashkhura, âgé de trois ans, s'est accidentellement renversé une tasse de thé brûlant sur lui, Mashkhura s'est souvenue de ce qu'Abdurahmon lui avait dit. Traditionnellement, une brûlure était traitée avec une pomme de terre coupée, mais cette fois-ci, Mashkhura a trempé la main de l'enfant dans de l'eau fraîche.Ce ne sont là que quelques-unes des actions du Croissant-Rouge du Tadjikistan (soutenues par le partenariat programmatique) qui aident les personnes et les communautés à prévenir de futures catastrophes et à prendre soin d'elles-mêmes pendant les crises qu'elles n'ont pas été en mesure de prévenir.Le partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Il est mis en œuvre dans 24 pays à travers le monde.

|
Communiqué de presse

Tremblement de Terre au Maroc : l’IFRC intensifie ses opérations de secours face aux pluies à venir et au risque de glissements de terrain

Genève/Beyrouth/Marrakech, 18 septembre 2023 : Alors que les prévisions météorologiques annoncent des pluies imminentes et un risque accru de glissements de terrain, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) renforce ses opérations de secours au Maroc à la suite du séisme dévastateur de magnitude 6,8 survenu la semaine dernière. Le besoin d'une action rapide et efficace n'a jamais été aussi grand. Benoit Carpentier, porte-parole de l’IFRC, a déclaré : « Un réseau routier en détérioration, particulièrement dans les villages montagneux isolés, rend la distribution des fournitures essentielles contre la montre. Nous sommes profondément préoccupés par les conditions météorologiques imminentes. La connaissance locale du Croissant-Rouge marocain est inestimable. Ils sont notre force directrice, s'assurant que notre réponse soit aussi efficace que possible. Nous devons continuer à mobiliser le soutien pour les semaines et les mois à venir afin de garantir qu'aucune communauté, qu'aucun individu, ne soit laissé pour compte.» Des centaines de volontaires du Croissant-Rouge marocain sont sur le terrain, offrant une bouée de sauvetage dans les régions touchées. Les mesures de secours immédiates comprennent la fourniture de premiers soins. M'hamed En-Nosse, Directeur des Opérations et Coordonnateur régional du Sauvetage et des Premiers Soins pour le Croissant-Rouge marocain dans la région de Marrakech-Safi, a déclaré : «Les volontaires du Croissant-Rouge marocain ont répondu à l'urgence dès les premières heures suivant le tremblement de terre. Nous mobilisons maintenant toutes nos forces en collaboration avec les autorités publiques et avec le soutien de l’IFRC pour aider ceux qui ont tout perdu avant l'arrivée de la pluie et du froid. Le chemin à parcourir est long, mais nous resterons aux côtés de ceux qui sont touchés aussi longtemps que nécessaire.» Alors que les besoins immédiats en nourriture et en eau ont été satisfaits grâce à la forte solidarité communautaire, un abri sûr et des installations sanitaires demeurent une préoccupation majeure. Des campements de fortune sont toujours le domicile de milliers de familles qui ont besoin d'articles essentiels allant des matelas et des couvertures aux ustensiles de cuisine et aux fournitures d'hygiène. De plus, le besoin d'éclairage alimenté par l'énergie solaire et de mesures de sécurité est de plus en plus apparent, surtout dans les zones où le rétablissement de l'électricité prendra des semaines. Avec l'arrivée du temps froid, la probabilité que les gens cuisinent à l'intérieur et utilisent des chauffages à gaz augmente, élevant ainsi le risque d'incendies. Dans ce contexte, le soutien financier est crucial pour l'achat local de fournitures essentielles répondant à la fois aux besoins immédiats et en évolution. Le 12 septembre, l’IFRC a lancé un appel d'urgence de 100 millions de francs suisses (CHF) pour orienter le soutien massif provenant à la fois des individus au Maroc et de la communauté internationale. Il vise à soutenir le Croissant-Rouge marocain dans des efforts allant du soulagement immédiat, comme les services de santé, l'eau propre, et l'assainissement, à des solutions à moyen terme comme l'engagement communautaire et le soutien aux moyens de subsistance. Pour plus d'informations Votre contribution peut faire une différence immédiate. Pour financer l'appel d'urgence et soutenir le peuple marocain dans son moment de besoin crucial, visitez le site Web de l’IFRC. Pour demander une interview, veuillez contacter : [email protected] À Genève: Tommaso Della Longa : +41 79 708 43 67 Mrinalini Santhanam : +41 76 381 50 06 À Beyrouth: Mey Alsayegh : +961 3 229 352

|
Communiqué de presse

Inondations au KwaZulu-Natal : La Croix-Rouge intensifie sa réponse face à l'augmentation des besoins humanitaires

Prétoria/Nairobi/Genève, 26 avril 2022-La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé un appel d'urgence de 8 millions de francs suisses afin d'aider la Croix-Rouge sud-africaine à élargir la portée de son assistance, car les besoins humanitaires continuent de dépasser les ressources disponibles. La municipalité d'eThekwini, située sur la côte est du KwaZulu-Natal (KZN) en Afrique du Sud, a été frappée par des pluies diluviennes le week-end du 10 avril. Le département météorologique a déclaré qu'il s'agit de l'une des plus fortes inondations enregistrées en une journée depuis 60 ans et qu'elle a laissé une traînée de destruction sur les vies humaines, les biens privés et les infrastructures. Les inondations dévastatrices ont fait plus de 400 victimes jusqu'à présent. Plus de 50 personnes sont portées disparues, alors que les efforts de recherche et de sauvetage se poursuivent. Les dommages aux biens et aux infrastructures sont estimés à des milliards de rands. Une fois que l'eau s'est retirée, des milliers de personnes se sont retrouvées sans moyens de subsistance et sans logement. Ruth van Rooyen, Senior Disaster Management Officer, Délégation nationale de l'IFRC pour l'Afrique australe, a déclaré : "Les communautés touchées par les inondations étaient déjà vulnérables en raison des récents troubles civils et des impacts de la pandémie de COVID-19, qui avait laissé de nombreux ménages sans source de revenus. Au moment même où elles tentaient de se reconstruire, une autre catastrophe est survenue. L'aide humanitaire est mise à rude épreuve, et les partenariats sont grandement nécessaires pour soutenir les communautés dans leur processus de reconstruction. Cet appel vise à aider les communautés à mieux se reconstruire et à retrouver l'espoir perdu alors qu'elles voyaient leurs vies emportées par les torrents d'eau." Selon les autorités nationales, 123 808 personnes ont été touchées, 448 personnes sont décédées et plus de 30 000 sont déplacées, la plupart dans des centres d'évacuation collective. Plusieurs dizaines de personnes sont toujours portées disparues ou portées disparues. Des équipes de secours, dont des volontaires de la Croix-Rouge sud-africaine, ont été mobilisées dans les zones touchées pour rechercher les disparus et mettre les autres en sécurité. Au lendemain des inondations, l'IFRC a débloqué 330 000 francs suisses (R5 351 866) de son Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) afin d'aider la Croix-Rouge sud-africaine à réagir rapidement et à fournir une assistance immédiate à plus de 7 500 personnes (plus de 1 500 ménages). Pour répondre aux besoins les plus importants, l'appel d'urgence permettra à la Croix-Rouge sud-africaine de soutenir un total de 30 000 personnes (6 000 ménages) avec diverses activités de secours dans les centres d'évacuation afin de permettre un rétablissement rapide dans les communautés touchées. Les familles dont les maisons ont été gravement endommagées et celles qui sont économiquement vulnérables, ayant perdu leurs moyens de subsistance et ne disposant pas de mécanismes de survie alternatifs pour répondre à leurs besoins fondamentaux, seront les principaux groupes ciblés. Une attention particulière sera accordée aux femmes et aux enfants sans abri. Le personnel et les bénévoles de la Croix-Rouge sud-africaineont été mobilisés et continuent d'intervenir dans les communautés après le passage des eaux. Ils ont fourni des repas chauds, un soutien psychosocial et la protection des liens familiaux aux personnes touchées. Les équipes de la Croix-Rouge ont également distribué des matelas et apporté les premiers soins aux centres de déplacement. Ressources Quelques premières images du terrain sont disponibles via ce lien: https://shared.ifrc.org/c/1586 Pour plus d'informations ou pour solliciter une interview, veuillez contacter: A Pretoria: Robyn Lee Doyle, [email protected] A Naïrobi: Susan Mbalu, [email protected] A Genève: Anna Tuson, [email protected]

|
Type d'urgence

Les glissements de terrain

Un glissement de terrain ou éboulement est le mouvement de masse de roches, de débris, de terre ou de boue sur une pente.Si la plupart des glissements de terrain sont dus à la gravité, ils peuvent également être provoqués par les précipitations, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, la pression des eaux souterraines, l'érosion, la déstabilisation des pentes résultant de la déforestation, de la culture et de la construction, et la fonte des neiges ou des glaciers. Les coulées de débris, ou coulées de boue, sont des glissements de terrain qui se déplacent rapidement et sont particulièrement dangereux en raison de leur vitesse et de leur volume. Certaines coulées de débris ont été enregistrées comme atteignant des vitesses de plus de 160 kilomètres par heure.