Sécheresse

External ID
3
Displaying 1 - 17 of 17
| Page de base

Don humanitaire islamique

En tant que plus grand réseau mondial d'organisations humanitaires et de volontaires basés localement, l'IFRC est particulièrement bien placée pour veiller à ce que votre don de Sadaqah parvienne aux personnes et aux communautés qui en ont le plus besoin. Nous sommes basés dans les communautés aux côtés de ceux que nous soutenons. Nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et améliorer leurs conditions de vie, en touchant des millions de personnes chaque année.

Lire plus
| Article

Crise alimentaire : « Maintenant, je peux m'occuper de ma propre famille ».

Dans la région de Lubombo en Eswatini, près de la ville de Big Bend, Bongani Masuku, 39 ans, regarde son champ de maïs. Il en a récolté une partie la semaine dernière. «Mais il y a encore du travail à faire», dit Bongani en commençant à travailler la terre. Lubombo est l'une des régions les plus chaudes d'Eswatini. Alors que Bongani désherbe son champ, la température a déjà dépassé les 34 degrés. «J'enlève les mauvaises herbes pour que mon maïs pousse correctement», explique-t-il. «Si je laissais les mauvaises herbes prendre le dessus, les plants deviendraient très minces et n'offriraient pas une bonne récolte.» Plus tôt dans la saison, Bongani a suivi une formation agricole, à l'issue de laquelle il a reçu une subvention d'environ 70 euros. Il a investi cet argent dans des semences de maïs plus résistantes à la sécheresse, car le changement climatique a rendu les pluies plus irrégulières et accru la sécheresse. Environ 70 % de la population de l'Eswatini dépend directement de l'agriculture pour sa subsistance. C'est pourquoi l'évolution des conditions météorologiques est extrêmement préoccupante. «Les récentes vagues de chaleur ont vraiment rendu l'agriculture plus difficile. Le maïs ne doit pas recevoir trop de lumière du soleil lorsqu'il fleurit. La pluie est importante à ce stade. La dernière fois que le maïs a fleuri, il n'y a pas eu de pluie du tout, et ma récolte a donc été inférieure à ce que j'avais prévu.» Le champ de maïs revêt une grande importance pour Bongani. «Il me permet de nourrir ma famille, mais aussi de vendre une partie des récoltes et d'obtenir de l'argent», précise t-il. «Cet argent m'aide à scolariser mes enfants. J'ai cinq enfants avec ma chère épouse. Maintenant, je peux leur acheter des manuels scolaires et d'autres fournitures scolaires, comme des stylos. Si je gagne assez d'argent, je peux aussi leur acheter des chaussures pour aller à l'école.» L'insécurité alimentaire prolongée Comme partout ailleurs en Afrique australe, les habitants de l'Eswatini souffrent d'une crise grave et prolongée de la sécurité alimentaire qui a débuté en 2015. La sécheresse causée par le phénomène El Niño, renforcée par le changement climatique et l'irrégularité des pluies et des inondations depuis lors, a endommagé les récoltes année après année. Bongani est l'une des 25 500 personnes incluses dans le projet triennal financé par l'Union européenne pour améliorer la sécurité alimentaire au moyen d'une assistance en espèces. Outre la Croix-Rouge finlandaise, le projet inclut la Croix-Rouge de Baphalali Eswatini et la Croix-Rouge belge des Flandres. Pour les bénéficiaires des subventions en espèces, comme Winile Masuku, l'aide en espèces a permis d'acheter de la nourriture comme du riz, de la farine de maïs et de l'huile de cuisson à un moment où les sources de nourriture habituelles sont beaucoup moins abondantes et plus chères. «Avant de recevoir une aide financière, nous dépendions de nos voisins», explique Winile, assise devant sa maison, dont les murs sont faits de branches tressées et de pierres. «Aujourd'hui, je peux m'occuper de ma propre famille.» Le jardinage pour le changement Si tout le monde n'est pas agriculteur, de nombreux habitants de l'Eswatini cultivent une partie de leur nourriture quotidienne dans des jardins communautaires locaux. C'est l'une des raisons pour lesquelles ce projet de résilience climatique vise également à faire revivre la tradition des jardins communautaires. Une partie de cet effort comprend des formations dispensées par le ministère de l'agriculture sur la manière la plus efficace d'entretenir les jardins communautaires face à des conditions climatiques plus extrêmes. Après chaque formation, les participants reçoivent une subvention d'environ 35 euros pour acheter des semences, par exemple. Les participants sont encouragés à utiliser des variétés de cultures moins gourmandes en eau. «Le jardin offre une stabilité à ma famille, car je m'y emploie et je m'occupe de ma famille», explique Sibongile, l'une des participantes. «La récolte du jardin me permet de nourrir ma famille, et je peux aussi vendre certaines récoltes pour obtenir de l'argent pour l'éducation de mes enfants.» La santé en milieu rural Il est également important de veiller à ce que les gens restent en bonne santé, car la sécheresse et la chaleur peuvent créer des conditions qui exacerbent la propagation des maladies et des symptômes tels que la déshydratation. C'est pourquoi le projet financé par l'UE soutient également la communauté dans la préparation aux épidémies et aux pandémies. La Croix-Rouge de Baphalali Eswatini gère trois cliniques dans le pays, et le projet soutient leur capacité à répondre à différentes épidémies, telles que les maladies diarrhéiques, la tuberculose et le VIH. « Chaque matin, nous donnons des conseils de santé, c'est-à-dire que nous indiquons aux patients les épidémies en cours», explique Phumlile Gina, infirmière à la clinique de Hosea Inkhundla, dans la région de Shiselweni. «En ce moment, nous les informons sur les vaccinations, notamment contre le coronavirus et la tuberculose. Nous mettons également l'accent sur l'hygiène : nous expliquons combien il est important de se laver les mains et nous rappelons également aux gens de laver leurs récipients d'eau de temps en temps». «Certains de nos patients, ici à la campagne, manquent cruellement de ressources financières», ajoute-t-elle. «Ils peuvent venir à la clinique pour une toute autre raison, une grippe par exemple. Mais nous pouvons alors remarquer que la croissance de l'enfant du patient est manifestement retardée et qu'il y a des raisons de soupçonner une malnutrition». «Nous sommes également en mesure de prendre en charge ces situations et de surveiller l'état des patients. C'est très agréable lorsqu'un patient revient à la clinique après six mois et dit que son enfant va très bien et qu'il joue comme les autres enfants». Le partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Il est mis en œuvre dans le monde entier, y compris dans 13 pays d'Afrique.

Lire plus
| Communiqué de presse

Africa's hunger crisis intensifies: IFRC warns against crisis fatigue

Geneva/Nairobi, 07 December 2023: In response to the growing hunger crisis across sub-Saharan Africa, the International Federation of the Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) is amplifying its call to action amidst growing concerns of crisis fatigue. To this end, the IFRC has revised its funding appeal to 318 million Swiss Francs, now aiming to reach 18 countries. More than a year has passed since the initial launch of the Africa hunger crisis appeal, yet the needs continue to outpace support received. Originally set at 215 million Swiss Francs for 16 countries, only 59 million Swiss Francs has been raised. This humanitarian crisis, intensified by recurring droughts, El Niño-induced floods, conflicts and economic downturns, demands an immediate response to prevent widespread suffering, loss of lives and livelihoods. Around 157 million people in 35 countries across sub-Saharan Africa face acute food insecurity. Despite early warnings from African Red Cross and Red Crescent National Societies, more funding and resources are needed. The Horn of Africa has been particularly hard-hit, enduring its longest dry spell on record with five consecutive dry seasons. In contrast, regions like eastern Kenya, parts of South Sudan, Somalia, Ethiopia, and Tanzania experienced heavier than usual rains during the October-December season, leading to flooding that further aggravated the situation for those already facing acute food insecurity. This mix of extreme weather conditions, along with ongoing conflicts, has led to varied harvest outcomes across the continent. Red Cross and Red Crescent volunteers are witnessing heart-wrenching conditions where many, including women and children, survive on less than one meal a day. Mohamed Omer Mukhier, Regional Director for Africa, emphasized the continued urgency: “In the past year, the dire need for resources in tackling the current hunger crisis has been evident with millions of people deprived of water, food and health services. While this crisis has intensified, it has been largely overshadowed by more visible crises over the past year. Considering its magnitude across the continent, we urgently call for expanded support to pursue our collective lifesaving and life-sustaining mobilization.” These countries are currently at the heart of the hunger crisis: Angola, Burkina Faso, Cameroon, Djibouti, Democratic Republic of the Congo (DRC), Ethiopia, Kenya, Madagascar, Mali, Malawi, Mauritania, Niger, Nigeria, Somalia, South Sudan, Sudan, Tanzania and Zimbabwe. African Red Cross and Red Crescent National Societies have been instrumental in providing life-saving assistance to millions affected by this crisis. So far, they have reached 1.53 million people. Most of the aid provided has been water and sanitation services, reaching over 1.2 million people. Additionally, over 725,000 people received cash assistance and over 450,000 received health and nutrition support. This underscores the IFRC's commitment to transitioning from immediate relief to sustainable, long-term resilience strategies in the region. The revised appeal will focus on improving agricultural practices, fostering peace and stability and creating economic opportunities. More information: For more details, visit the Africa Hunger Crisis appeal page. For audio-visual material, visit the IFRC newsroom. To request an interview, contact: [email protected] In Nairobi: Anne Macharia: +254 720 787 764 In Geneva: Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 50 06

Lire plus
| Article

L'IFRC à la COP 28 : les impacts sont là, il faut agir maintenant

Qu'il s'agisse de la montée en puissance des tempêtes, de la prolifération des incendies de forêt, de l'aggravation des vagues de chaleur et des sécheresses - ou du déplacement de communautés entières en raison de tous ces facteurs -, les effets du changement climatique se font sentir depuis un certain temps déjà. C'est pourquoi l'IFRC se rend une nouvelle fois au Sommet mondial sur le climat, la COP28, aux Émirats arabes unis, avec un message urgent : il n'y a plus de temps à perdre. Il est temps d'agir et l'action doit être audacieuse. Tout comme les dirigeants mondiaux doivent s'entendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter des conséquences humanitaires encore plus graves, ils doivent considérablement intensifier les mesures d'adaptation au niveau local afin d'atteindre les personnes les plus à risque et les plus touchées, selon l'IFRC. Des gens comme Martha Makaniko, une agricultrice du village de Chiwalo dans la ville de Mulanje au Malawi. Au début de l'année, Makaniko a perdu sa maison et toutes ses récoltes à la suite d'une inondation soudaine provoquée par le cyclone Freddy. Par la suite, les pluies normales n'ont pas été au rendez-vous et le phénomène El Nino menace maintenant d'aggraver la période de soudure qui s'annonce. "Année après année, il est de plus en plus difficile d'obtenir de bons rendements agricoles et de bien gagner sa vie", déclare Makaniko. "Nous ne pouvons plus compter sur des conditions météorologiques régulières. J'avais l'habitude de tirer huit sacs de maïs de mon champ. Aujourd'hui, j'ai de la chance d'en obtenir deux". Ce genre d'histoires est de plus en plus fréquent dans les communautés où le réseau de l'IFRC est enraciné. C'est aussi la raison pour laquelle l'IFRC a intensifié ses propres efforts pour travailler avec les communautés locales et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d'atténuer les souffrances immédiates - en fournissant de l'argent, de la nourriture, de l'eau, un soutien en matière d'hygiène et de santé - tout en prévenant et en réduisant les risques à l'avenir. C'est également la raison pour laquelle l'IFRC exhorte les dirigeants mondiaux réunis pour le sommet sur le climat COP 28 à prendre les mesures urgentes suivantes : Donner la priorité à l'action locale Augmenter le financement pour aider les communautés à s'adapter Intensifier les actions précoces et les mesures qui aident les communautés à anticiper les risques; Renforcer les systèmes de santé résistants au climat et aider les populations à prévenir, minimiser et traiter les pertes et les dommages dus aux événements climatiques. Pire avant de s'améliorer Il est essentiel d'investir davantage dans tous ces domaines pour aider les communautés à faire face, car la situation risque de s'aggraver avant de s'améliorer. Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) confirme que le changement climatique contribue déjà à l'augmentation du nombre de crises humanitaires (la température moyenne mondiale étant supérieure de 1,15 °C à la moyenne de 1850-1900). Aujourd'hui, la menace d'une nouvelle hausse des températures est bien réelle. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, les politiques actuelles laissent présager un réchauffement de la planète de 2,8 °C d'ici à 2050. À court terme, le phénomène El Niño de cette année devrait aggraver l'impact du changement climatique induit par l'homme, poussant les températures mondiales vers des territoires inexplorés, selon l'Organisation météorologique mondiale. Les raisons d'espérer Il y a cependant quelques raisons d'espérer. Si des mesures urgentes sont prises, il est possible de ralentir ou d'arrêter de nouvelles hausses de température tout en rendant les communautés beaucoup moins vulnérables aux chocs liés au climat. Dans l'ensemble du réseau de l'IFRC, qui comprend 191 Sociétés nationales, il existe de nombreux exemples de communautés qui travaillent avec l'IFRC et d'autres acteurs pour se rendre plus résilientes afin d'éviter l'insécurité alimentaire, les risques pour la santé et les impacts économiques des catastrophes liées au climat. En Jamaïque, par exemple, la Croix-Rouge a collaboré avec une école pour étudiants sourds dans le cadre d'un projet climato-intelligent visant à renforcer la ferme autosuffisante du campus grâce à un système d'irrigation alimenté par l'énergie solaire. En Somalie, l'IFRC et le Croissant-Rouge de Somalie ont travaillé avec le village de Cuun pour rétablir de petites exploitations agricoles à l'aide d'un nouveau forage d'eau potable et d'un système de pompage, afin de les aider à faire face à de multiples années de sécheresse. "Nous avions du mal à accéder à l'eau potable pour boire, cuisiner, nous laver et assurer notre subsistance", explique Yasiin Maxamed Jamac, l'un des chefs de la communauté. "Cela a eu un impact négatif sur notre santé et notre bien-être, et il nous a été difficile de cultiver des plantes, des fruits et des légumes et d'élever du bétail. Aujourd'hui, plus de 100 ménages possèdent leur propre petite ferme - de 100 mètres sur 100 mètres - où ils cultivent une variété de fruits, de légumes et de récoltes.

Lire plus
| Article

Climat de migration : La crise climatique et les conflits poussent de plus en plus de personnes vers Djibouti, pays frappé par la sécheresse

"Gargaar" est un terme somalien utilisé localement à Djibouti pour exprimer la solidarité communautaire. Utilisé dans tout le pays, gargaar signifie que les communautés sont hospitalières et accueillantes, prêtes à héberger et à aider toute personne qu'elles rencontrent. Avec les combats et l'insécurité qui règnent dans les pays voisins, l'Éthiopie et la Somalie notamment, davantage de personnes arrivent à Djibouti et le mot "gargaar" est donc très présent dans de nombreuses communautés du pays. Mais comme la région traverse également l'une des pires séries de sécheresses successives de l'histoire, il est clair qu'il faut faire beaucoup plus pour répondre aux besoins croissants des personnes touchées par les effets combinés des conflits, des migrations et du changement climatique. La plupart d'entre eux parcourent plus de 500 kilomètres à pied, certains continuant jusqu'aux pays du Golfe tels que le Yémen et l'Arabie saoudite, de l'autre côté de la mer Rouge. Ce long et pénible voyage, sous une chaleur accablante, sur un terrain sauvage et sur une mer agitée, fait payer un lourd tribut aux hommes, aux femmes et aux enfants. Beaucoup meurent en cours de route.« » « Par la grâce de Dieu, nous sommes arrivés jusqu'ici», déclare Fatouma, qui est venue d'Éthiopie avec ses deux jeunes enfants à Chekeyti, dans le sud-ouest de Djibouti. Elle est épuisée et son bébé est agité par la fatigue. Ils ont marché plus de 600 kilomètres sous une chaleur inimaginable, dans un paysage peuplé de hyènes et de serpents, et toujours en danger d'être harcelés. « Je n'avais pas le choix, la vie était insupportable à cause des affrontements dans la région Afar-Somali et du manque de nourriture dû à la sécheresse», explique-t-elle. «J'ai entendu dire que la vie était meilleure et plus paisible à Djibouti. Nous avons marché pendant des jours. Certains jours, la soif était insupportable. Mes enfants ont frôlé la mort. Certaines des personnes avec lesquelles nous étions n'ont pas survécu». La communauté de Chekyeti les a accueillis pour qu'ils s'installent et utilisent même l'eau d'un "barkaad" (réservoir d'eau souterrain) situé à proximité. Lorsque le Croissant-Rouge de Djibouti a demandé au chef de la communauté, lors d'une évaluation récente, quels étaient les ménages les plus vulnérables à distribuer en espèces, ils n'ont pas hésité à désigner également les migrants éthiopiens vivant parmi eux. Cela montre à quel point le gargaar est profondément enraciné à Djibouti, bien que les communautés d'accueil soient elles-mêmes à court de ressources telles que la nourriture et l'eau. En raison des sécheresses successives de la dernière décennie, de nombreux éleveurs djiboutiens ont perdu leur bétail et leurs moyens de subsistance et se sont retrouvés déplacés à l'intérieur du pays, appauvris et dépendants de l'aide humanitaire. Mourir en essayant La générosité d'étrangers peut donc constituer une bouée de sauvetage essentielle et le Croissant-Rouge de Djibouti (CRD) joue un rôle crucial en venant en aide aux personnes à des moments critiques de leur voyage, lorsqu'elles sont le plus vulnérables. De jeunes hommes, dont certains n'ont pas plus de treize ans, entreprennent le voyage sans être conscients des dangers qui les attendent. Les membres de la famille restés en Éthiopie investissent toutes leurs économies pour que ces jeunes gens puissent chercher une vie meilleure. Par conséquent, les migrants ne supportent pas de faire demi-tour et d'être considérés comme des ratés. Ils disent souvent qu'ils préfèrent «mourir en essayant». Le Croissant-Rouge de Djibouti s'est donc efforcé de fournir des services par l'intermédiaire d'unités mobiles qui rencontrent un grand nombre de ces jeunes hommes, femmes et enfants sur les routes migratoires. Avec un seul véhicule, un chauffeur et des volontaires, le Croissant-Rouge a aidé plus de 7 000 migrants en sept mois en leur apportant les premiers secours, de l'eau, de l'énergie, de la nourriture sèche, des liens familiaux et un soutien psychosocial. Ces unités mobiles et ces points de services humanitaires ont permis de sauver des vies dans les parties nord et sud de la principale route migratoire de Djibouti. Malheureusement, CRD a dû mettre fin à cette opération en raison d'un manque de ressources. « La situation de la faim due à la sécheresse est alarmante », déclare Amina Houssein, Secrétaire générale du CRD. «Le chômage et les faibles niveaux de protection sociale, ainsi que l'augmentation des prix des denrées alimentaires et les très faibles niveaux de production alimentaire signifient que les familles sont susceptibles de s'en sortir avec juste un repas par jour». «Les inondations, les fortes chaleurs, les sécheresses, ainsi que la prévalence des maladies et des chocs ont frappé les communautés rurales le plus durement», ajoute M. Houssein. «Nos actions prioritaires ont consisté à répondre aux besoins essentiels par une aide financière polyvalente, ainsi qu'à fournir de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène pour la consommation humaine et animale». Grâce à une allocation du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC en août, le CRD a pu fournir une assistance à 45 000 personnes. Mais les besoins restent énormes. Les projections de la phase de classification intégrée de la sécurité alimentaire indiquent qu'environ 285 000 personnes, soit 24 % de la population totale de Djibouti, seront en situation d'insécurité alimentaire aiguë et qu'environ 100 000 personnes seront en situation d'insécurité alimentaire d'urgence d'ici la fin de l'année. Plus de 30 000 enfants de moins de 5 ans devraient également souffrir de malnutrition aiguë cette année. Besoin urgent de soutien Petite société nationale comptant seulement 37 employés, cinq antennes et quelque 1 000 volontaires, la Croix-Rouge de Djibouti s'est engagée à faire le maximum avec ses ressources incroyablement limitées. Si des fonds sont disponibles, la CRD aimerait relancer ses points de service humanitaire mobile pour aider les migrants, y compris ceux qui sont entrés dans le pays en dehors des voies légales. Ces "migrants irréguliers", comme on les appelle souvent, sont très vulnérables à l'exploitation économique par les passeurs, aux abus, à la violence physique et/ou liée au genre, au risque de transmission de maladies, aux mauvaises conditions humanitaires et à la perte de vies humaines. Mais ce ne sont pas les seuls défis auxquels la Société nationale est confrontée. Les récentes inondations soudaines, principalement dans les hautes terres de l'Éthiopie voisine, ont également déplacé davantage de Djiboutiens et laissé certaines communautés complètement isolées. «Avec le phénomène El-Nino prévu pour la fin de l'année, nous aurons besoin d'une aide supplémentaire pour atténuer les effets des inondations dans cette zone», déclare Mohamed Abass Houmed, gouverneur de la région de Tadjourah, qui est confrontée à un risque élevé d'inondations continues. «Notre plus grand désavantage est la médiocrité des abris et du réseau routier, en particulier dans les communautés isolées. En cas d'inondation, certaines communautés déjà vulnérables seront isolées». Survivre grâce à l'aide financière et au charbon de bois Dans le cadre de sa réponse à la crise de la faim, le Croissant-Rouge de Djibouti a distribué de l'argent liquide à 1 500 ménages ciblés. Dans une localité, il a pu le faire par le biais de transferts d'argent mobile. Pendant ce temps, les familles font tout ce qu'elles peuvent pour survivre. Pour la plupart d'entre elles, les trois séries de distributions d'argent, qu'elles ont principalement utilisées pour acheter de la nourriture et des médicaments, n'ont pas suffi. Pour s'adapter aux conditions météorologiques irrégulières et joindre les deux bouts, la plupart des communautés ont abandonné le pastoralisme et l'agriculture et se sont tournées vers la combustion du charbon de bois. L'abattage des arbres pour le charbon de bois aggrave toutefois involontairement les conditions et augmente le risque climatique. « Demandez à n'importe quelle communauté ici à Djibouti quel est son plus grand besoin - vous obtiendrez un appel retentissant pour l'eau», dit Houssein de DRCS. «Avec les fonds disponibles, DRCS aimerait en outre soutenir les communautés à travers des projets de réhabilitation de l'eau, ainsi que la plantation d'arbres comme mesure d'atténuation des chocs climatiques futurs.»

Lire plus
| Communiqué de presse

Afghanistan : L'intensification de l'aide est essentielle face à la détérioration de la situation économique et humanitaire

Kaboul/Kuala Lumpur/Genève, 15 août - Les difficultés économiques ont fortement aggravé les conditions de vie en Afghanistan. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à la poursuite de l'aide humanitaire à l'Afghanistan et à l'investissement dans des solutions à long terme. Plus de deux ans après le début de la sécheresse dans la région, près de 28 millions d'Afghans - dans les villes comme dans les zones reculées - peinent à satisfaire leurs besoins essentiels. Les difficultés économiques et les chocs incessants ont considérablement réduit le pouvoir d'achat, rendant de nombreuses personnes dépendantes de l'aide humanitaire. Mawlawi Mutiul Haq Khales, Président par intérim du Croissant-Rouge afghan a déclaré: «La situation économique reste difficile pour les Afghans en situation de vulnérabilité, notamment les femmes et les jeunes filles. Ils ont enduré d'immenses difficultés et dépendent principalement de l'aide humanitaire pour surmonter les chocs provoqués par la sécheresse, les catastrophes naturelles et les difficultés économiques». «Grâce au soutien généreux de nos partenaires locaux et internationaux, le Croissant-Rouge afghan a étendu ses opérations d'intervention à toutes les provinces au cours du premier semestre de cette année, dans le but d'empêcher l'aggravation de la situation humanitaire». Avec le soutien de partenaires locaux et internationaux, le Croissant-Rouge afghan a fourni une série de services à plus de 500 000 ménages (environ 3,5 millions de personnes). Parmi ceux-ci, 3 millions de personnes ont bénéficié de services de santé et de sensibilisation, plus de 100 000 ménages (environ 700 000 personnes) d'une aide alimentaire et au moins 35 000 ménages (environ 245 000 personnes) d'une aide en espèces. «Aujourd'hui, en raison de la réduction du financement et de la demande croissante de services, nous donnons la priorité à l'assistance aux plus vulnérables. Il s'agit notamment de fournir une aide financière aux veuves, d'offrir un soutien psychosocial et en matière de santé mentale et d'aider les enfants souffrant de malformations cardiaques congénitales. Pour cela, nous demandons à nos partenaires de renforcer leurscontributions, »ajouta Mawlawi Mutiul Haq Khales. L'Afghanistan est aux prises non seulement avec sa troisième année consécutive de sécheresse, mais aussi avec des difficultés économiques qui exacerbent la situation humanitaire actuelle. La tendance actuelle de l'aide étrangère, principalement limitée aux interventions humanitaires en raison des sanctions ou du manque de reconnaissance internationale des autorités actuelles, entrave les efforts de solution à long terme. Necephor Mghendi, Chef de Délégation pour l' Afghanistan, a déclaré: «La situation humanitaire se durcit et nous augmentons notre soutien au Croissant-Rouge afghan - avec des ressources financières limitées - afin d'améliorer les conditions de vie des personnes les plus exposées, en gardant à l'esprit la nécessité de combiner l'aide immédiate avec des solutions durables qui s'attaquent également aux causes profondes et aux vulnérabilités. «Nous ne pouvons pas faire face à la situation humanitaire sans investir dans des solutions de développement à plus long terme ou sans nous attaquer à la crise économique. Ces deux éléments sont intrinsèquement liés. «Alors que certaines régions du monde sont également confrontées à des risques naturels ou d'origine humaine, il ne faut pas oublier que l'Afghanistan est toujours confronté à l'une des pires crises humanitaires au monde. Bien que les gros titres puissent mettre l'accent sur quelques problèmes, la vaste gamme de besoins demeure.» La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afghan (IFRC) et le Croissant-Rouge afghan (CRA) renforcent leur préparation à l'hiver qui approche et aux catastrophes potentielles qui se profilent à l'horizon. Des stocks de kits d'hivernage, de bâches, de tentes, de réservoirs d'eau, de produits d'hygiène, d'ustensiles de cuisine et d'autres articles ménagers essentiels sont prépositionnés dans des endroits stratégiques du pays. En outre, les équipes d'intervention en cas de catastrophe du Croissant-Rouge afghan sont équipées de kits de collecte de données actualisés, de matériel d'identification et d'une formation de remise à niveau. Le Croissant-Rouge afghan dispose d'une branche dans chaque province du pays et est fier de son solide réseau de 24 600 volontaires, dont des femmes qui jouent un rôle essentiel dans la fourniture de services aux groupes vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes filles. Les membres de la communauté - hommes, garçons, femmes et filles - restent au cœur des efforts de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge : en tant que bénéficiaires, concepteurs et fournisseurs. Pour soutenir le Croissant-Rouge afghan, la Fédération internationale révise son appel d'urgence à la communauté internationale pour un montant de 120 millions de francs suisses afin de fournir une aide humanitaire d'urgence à plus de deux millions de personnes touchées par des crises multiples. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, merci de contacter: En Afghanistan: Mir Abdul Tawab Razavy, +93-747-407-027, [email protected] A Kuala Lumpur: Afrhill Rances, +60-192-713-641, [email protected] A Genève:Mrinalini Santhanam, +41763815006,[email protected]

Lire plus
| Article

Somalie : Lutter contre la malnutrition dans un contexte de sécheresse

Dans toute la Corne de l'Afrique, les populations entament leur sixième saison des pluies sans pluie. Depuis deux ans et demi, l'eau qui remplit les points d'eau communautaires, nourrit le bétail et fait pousser les légumes, ne coule plus. Les eaux de surface ont disparu et l'environnement, parfois verdoyant, est sec et poussiéreux. La sécheresse actuelle, associée au conflit et à la hausse des prix des denrées alimentaires, a conduit à l'insécurité alimentaire, aux déplacements de population et à la mort du bétail. Cette situation affecte les moyens de subsistance et la santé des populations et entraîne la malnutrition. Dans tout le pays, les équipes du Croissant-Rouge de Somalie (CRS) gèrent des dispensaires fixes et mobiles qui desservent les communautés rurales et isolées dans les zones difficiles d'accès. Ces cliniques fournissent des soins de santé de base et des vaccinations de routine, ainsi qu'un dépistage de la malnutrition et un soutien nutritionnel. Le personnel oriente les cas graves de malnutrition vers des centres médicaux et des hôpitaux plus importants. Ces derniers mois, les équipes du Croissant-Rouge de Somalie (CRS) ont signalé un nombre croissant d'enfants souffrant de malnutrition et ayant besoin d'un soutien nutritionnel. Voici quelques-unes des familles qu'elles ont aidées. Basra Ahmed Cabdale a amené ses enfants dans une clinique du Croissant-Rouge de Somalie près de Borama pour qu'ils soient soumis à un dépistage de la malnutrition. Sa fille, Nimco Adbikadir Hassan, âgée de 3 ans, souffre d'une malnutrition modérée. Mme Cabdale a expliqué qu'avant la sécheresse, sa famille mangeait des tomates et des oignons avec du sorgho et du maïs. Elle consommait également le lait et la viande de ses animaux. Cependant, sans eau, les cultures ne poussent pas, le bétail meurt et ils doivent vendre leurs animaux pour acheter de la nourriture et des produits de première nécessité au marché local. « Notre plus grande inquiétude est la perte de nos animaux et le manque de nourriture», a-t-elle déclaré. «Il faut deux heures (pour se rendre au point d'eau) et nous devons former une longue file d'attente pour l'obtenir.» Halima Mohmoud Abah s'est rendue à la clinique du Croissant-Rouge de Somalie, dans un village proche de Berbera, avec quatre de ses enfants. Elle s'inquiétait du poids de son bébé et de sa fille Mardiye Abdullahi Ali, âgée de 4 ans. Pendant que l'on mesurait la taille, le poids et le tour de bras de Mardiye, Halima a fait part de certaines de ses préoccupations. «Il y a une sécheresse, l'eau pour le bétail est limitée et il n'y en a pas assez pour les cultures», dit-elle. Lorsque Mardiye reçoit ses résultats, elle est à la limite de la malnutrition. «Je suis inquiète pour la santé des enfants», dit-elle. «Si cela continue, il en résultera de mauvaises choses... la mort d'animaux et d'êtres humains». Au dispensaire du Croissant-Rouge de Somalie à Burao, le personnel s'assure que tous les enfants souffrant de malnutrition aiguë ou modérée reçoivent un supplément nutritionnel riche en calories - Plumpy'Sup ou Plumpy'Nut. Les enfants comme Maslah Yasin Usman reçoivent leur premier supplément à la clinique, et leurs mères en reçoivent une quantité suffisante pour les ramener à la maison. Sa mère, Farhiya Abdi Ahmed, est l'une des nombreuses mères qui amènent leurs enfants à la clinique pour un dépistage. -- La Somalie est l'un des nombreux pays d'Afrique subsaharienne actuellement confrontés à l'une des pires crises alimentaires depuis des décennies. L'IFRC soutient les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de la région, notamment le Croissant-Rouge de Somalie, afin de protéger la vie, les moyens de subsistance et les perspectives de millions de personnes. En savoir plus sur notre appel pour la crise de la faim en Afrique.

Lire plus
| Communiqué de presse

Somalie : La probabilité de famine augmentera d'environ 25 % si les personnes déplacées ne reçoivent pas l'aide dont elles ont besoin.

Nairobi/Genève, 19 Decembre 2022 - La pire sécheresse qu'ait connue la Somalie depuis 40 ans oblige de plus en plus de personnes à quitter leur foyer à la recherche de sécurité alimentaire et de pâturages plus verts pour le bétail. Si l'on n'accorde pas une attention particulière aux personnes déplacées, la probabilité de famine augmentera d'environ 25 %, selon les estimations de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). La crise de la faim qui sévit actuellement en Somalie n'atteint pas encore le seuil de catégorisation de la famine, selon le dernier rapport de l'Integrated Food Security Phase Classification (IPC) - l'organisation internationale chargée de surveiller la faim dans le monde - mais la situation devrait s'aggraver dans les mois à venir. L'IPC prévoit une famine entre avril et juin 2023 dans certaines parties de la Somalie. Mohammed Mukhier, Directeur Régional de l'IFRC pour l'Afrique explique: "Le déplacement est l'un des quatre principaux facteurs, ou "multiplicateurs de menace de famine", en Somalie. Les trois autres facteurs sont l'aggravation de la sécheresse, l'augmentation des prix des denrées alimentaires et les combats. En répondant efficacement aux besoins uniques des personnes déplacées, on réduira considérablement la probabilité de famine." Plus d'un million de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer alors que la crise alimentaire fait rage - et ce nombre devrait augmenter. Le nombre croissant de personnes déplacées dans des installations temporaires déjà surpeuplées limitera l'accès à l'eau potable, à l'assainissement, à la nutrition et aux services de santé. En outre, bien que certaines personnes déplacées vivent avec leurs amis et leurs proches, cet arrangement met une pression supplémentaire sur les familles d'accueil, qui partagent leurs réserves alimentaires limitées avec leurs invités. Fournir aux personnes déplacées une aide humanitaire sur mesure est l'un des moyens les plus efficaces d'éviter que les familles d'accueil ne sombrent elles-mêmes dans la faim, tout en veillant à ce que les personnes en déplacement répondent à leurs besoins nutritionnels. Apporter une aide humanitaire à des familles qui se déplacent continuellement est l'un des plus grands défis que doivent relever les travailleurs humanitaires. L'une des méthodes utilisées par les équipes du Croissant-Rouge somalien, soutenues par l'IFRC, consiste à atteindre les communautés nomades avec des cliniques mobiles afin de fournir des services de santé de base dans les régions reculées du pays. Parmi les actions urgentes à mener pour réduire la probabilité de famine figurent le renforcement des services de santé et de nutrition, l'aide en espèces et les abris. Mukhier ajoute: "Nous réitérons notre appel à donner la priorité à la crise alimentaire croissante en Somalie, la pire sécheresse du pays depuis 40 ans. En tant qu'organisation, nous nous concentrons sur les personnes déplacées, en raison de notre capacité unique à leur apporter de l'aide." La Société du Croissant-Rouge somalien dispose d'un réseau national de branches et d'un grand nombre de volontaires dans toutes les régions du pays. Il dispose également d'un vaste réseau d'établissements de santé. Les équipes du Croissant-Rouge se concentrent sur la distribution d'argent liquide aux familles pour répondre à leurs besoins alimentaires, sanitaires et autres besoins urgents. L'argent liquide donne aux gens la liberté de choisir ce dont ils ont le plus besoin pour aider leur famille à rester en bonne santé et est plus pratique pour les communautés nomades qui, autrement, devraient transporter de l'aide en nature lors de leurs déplacements. Selon l'IPC, la saison des pluies d'avril à juin 2023 devrait être inférieure à la normale et il existe une probabilité de 62 % que les précipitations cumulées se situent dans le tercile inférieur. Cela représentera la sixième saison de précipitations inférieures à la moyenne. Les prix des denrées alimentaires resteront également élevés, et l'insécurité limitera l'accès aux marchés et entravera l'aide humanitaire. Les personnes déplacées seront parmi les plus touchées. Pour plus d'informations, merci de contacter: A Nairobi: Euloge Ishimwe, +254 735 437 906, [email protected] A Dakar: Moustapha DIALLO, +221 77 450 10 04 [email protected] A Genève: Jenelle Eli, +1 202 603 6803 [email protected]

Lire plus
| Urgence

Afrique: Crise alimentaire

L'Afrique subsaharienne connaît l'une des crises alimentaires les plus alarmantes depuis des décennies, tant par sa gravité que par son étendue géographique. Environ 146 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë et ont besoin d'une aide humanitaire urgente. La crise est due à une série de facteurs locaux et mondiaux, notamment l'insécurité et les conflits armés, les événements météorologiques extrêmes, la variabilité climatique et les impacts macroéconomiques négatifs. Par le biais de cet appel d'urgence régional, l'IFRC soutient de nombreuses Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à travers l'Afrique afin de protéger la vie, les moyens de subsistance et l'espoir de millions de personnes.

Lire plus
| Article

Faire face aux causes environnementales de la crise alimentaire en Afrique

Ce texte a été initialement publié sur le site du WWF ici.(Disponible en anglais) L'Afrique est confrontée à sa pire crise alimentaire depuis 40 ans. Près de 114 millions de personnes en Afrique subsaharienne, soit près de la moitié de la population des États-Unis, sont confrontées à une grave insécurité alimentaire. En Afrique de l'Est, 50 millions de personnes sont menacées. Au Sahel, le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire d'urgence a quadruplé pour atteindre 30 millions au cours des sept dernières années. Les causes de la crise actuelle sont multiples. Les conflits et la récession économique provoquée par la pandémie de COVID-19 ont joué leur rôle. Mais surtout, le continent a été frappé par une sécheresse prolongée, des inondations et des essaims de criquets pèlerins - des risques naturels, exacerbés par le changement climatique provoqué par l'homme et la dégradation de la nature. Ce sont les plus vulnérables qui paient le prix fort de la crise alimentaire actuelle. Des hommes et des femmes perdent leurs moyens de subsistance lorsque les récoltes sont mauvaises, les animaux meurent de faim ou de soif et les sols sont balayés par les eaux. Les enfants souffrent de la faim et leur éducation est interrompue. Les femmes mangent moins, et la sécheresse relègue au second plan les besoins alimentaires, notamment ceux des jeunes filles, des femmes enceintes et allaitantes, ainsi que l'hygiène menstruelle. Tous les pays d'Afrique ont un besoin urgent d'aide humanitaire afin de mener leurs actions qui sauvent des vies. Des organisations telles que les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge intensifient leurs actions, avec l'IFRC, les gouvernements et les partenaires, pour apporter ce soutien urgent. Mais elles reconnaissent, tout comme le WWF, la nécessité de renforcer également la résilience aux aléas et de s'attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Un climat en mutation De nombreuses causes sous-jacentes peuvent être trouvées dans la double crise environnementale du climat et de la perte de la nature, qui s'ajoute aux crises causées par des facteurs tels que la pauvreté et les conflits. L'augmentation du niveau des gaz à effet de serre dans notre atmosphère - provenant principalement des pays riches et à revenu intermédiaire du Nord de la planète - entraîne une hausse des températures qui perturbe les schémas météorologiques et climatiques et dégrade les écosystèmes naturels. Le changement climatique aggrave les phénomènes météorologiques extrêmes, les rend plus fréquents et favorise les échanges transfrontaliers. Il modifie le régime des précipitations et compromet la sécurité de l'eau et de l'alimentation. Il a un impact sur la santé humaine et exerce une pression supplémentaire sur la nature et la biodiversité, exacerbant les pressions exercées par le changement d'affectation des terres, la surexploitation, la pollution et les espèces envahissantes. Actuellement, environ 30 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre proviennent des systèmes alimentaires. Non seulement les choix alimentaires dans les zones urbaines riches entraînent une crise sanitaire liée à l'obésité et aux maladies non transmissibles, mais la surconsommation d'aliments produits de manière non durable, ainsi que les comportements inefficaces et le gaspillage dans toutes les chaînes de valeur, contribuent directement à l'insécurité alimentaire en Afrique. Cela souligne l'impératif urgent pour les pays riches de réduire leurs émissions aussi rapidement que possible. Même si tous les autres secteurs se décarbonisent de manière linéaire d'ici à 2050, les systèmes alimentaires habituels représenteront la quasi-totalité du budget carbone d'un avenir à deux degrés. Alors qu'environ 89 pays se sont engagés à atteindre des émissions nettes nulles d'ici le milieu du siècle (ce qui ne permettrait toujours pas d'obtenir les réductions d'émissions nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5 °C), peu d'entre eux ont encore élaboré la série de politiques et de réglementations qui les placeront sur une trajectoire nette zéro. De nombreuses communautés vulnérables en Afrique ont besoin d'être soutenues face aux chocs climatiques en renforçant leur capacité de réponse, en réduisant leur exposition aux risques et en développant leur résilience. Beaucoup de choses peuvent et doivent être faites pour aider directement les communautés et les écosystèmes vulnérables en Afrique, aujourd'hui et dans les décennies à venir. Des investissements urgents doivent être réalisés pour aider les communautés vulnérables à s'adapter aux impacts actuels du changement climatique et à devenir plus résilientes aux chocs climatiques à venir. Il est essentiel de parvenir à une compréhension commune, d'obtenir des financements et d'adopter des politiques favorables afin que les gouvernements, les ONG et le secteur privé en Afrique puissent reconnaître les menaces posées par les impacts du changement climatique et mettre en œuvre les solutions urgentes nécessaires pour aider les populations locales à s'adapter. Le lien entre le climat et la nature Il existe également d'importantes solutions qui utilisent la nature à la fois pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre et pour aider les communautés à s'adapter et à devenir plus résistantes au climat. Les terres, les océans et les systèmes d'eau douce de la planète absorbent et stockent déjà la moitié des émissions produites par l'humanité chaque année : la protection, la restauration et l'amélioration des écosystèmes seront essentielles pour faire face au changement climatique. Les systèmes alimentaires peuvent également constituer une partie importante de la solution aux crises de la nature et du climat. Investir dans des solutions fondées sur la nature - comme l'adoption de pratiques agroécologiques de production alimentaire, la conservation des forêts, la protection des zones humides ou la valorisation des écosystèmes côtiers - peut contribuer à stocker les émissions, à protéger les communautés contre les phénomènes météorologiques extrêmes et à fournir de la nourriture, des emplois et des habitats. Ces solutions, si elles sont de qualité, bien conçues et correctement financées, peuvent contribuer à renforcer la résilience climatique. Mais au-delà des projets individuels, les impacts et les vulnérabilités climatiques, ainsi que la protection de la nature, doivent être intégrés dans le processus décisionnel des secteurs public et privé à tous les niveaux sur le continent. L'ampleur du défi posé par le climat et la perte de nature signifie qu'ils doivent être pris en compte à tous les niveaux de décision et par les acteurs économiques, grands et petits. La crise alimentaire actuelle à laquelle sont confrontés des millions de personnes en Afrique exige une aide humanitaire urgente. Mais, sans une réponse au changement climatique et à la perte de biodiversité beaucoup plus complète et à long terme, dirigée localement et centrée sur les populations, les ressources humanitaires seront sollicitées au-delà du point de rupture. --- L'IFRC s'associe au WWF, la plus grande organisation de protection de l'environnement au monde, pour travailler avec la nature et protéger les populations face à la crise climatique. Cliquez ici pour en savoir plus sur notre partenariat.

Lire plus
| Article

«La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité» : lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs

L'insécurité alimentaire n'est pas un phénomène nouveau. Mais la récente escalade de la gravité et de l'étendue géographique de la faim chronique est un sérieux motif d'alarme. La crise de la faim est particulièrement ressentie sur le continent africain, où de nombreuses régions, notamment la Corne de l'Afrique, le Sahel et le lac Tchad, connaissent la pire crise alimentaire depuis des décennies. Des millions de personnes sont confrontées à la faim en Afrique, ce qui a poussé l'IFRC à lancer des appels d'urgence pour les crises de la faim au Nigeria, en Somalie, au Kenya, en Éthiopie, au Niger et en Angola au cours de l'année écoulée. En mai dernier, j'ai rencontré certaines des personnes concernées par la sécheresse dans le comté de Marsabit, au Kenyalors d'une visite des zones touchéesoù les niveaux de malnutrition sont parmi les plus élevés du continent. J'ai pu constater de moi-même le niveau de souffrance causé par une grave pénurie de précipitations pendant quatre saisons consécutives, associée à une vulnérabilité préexistante dans certaines parties du comté. Les enfants, les jeunes mères et les personnes âgées sont les plus touchés et doivent faire face à la quasi-disparition de leurs moyens de subsistance. Bien que cette crise de la faim soit, dans une large mesure, d'origine climatique, elle est également alimentée par les effets d'importants essaims de criquets, d'épidémies, de conflits et d'insécurité, et de ralentissements économiques, y compris ceux déclenchés par le COVID-19. En outre, le conflit en cours en Ukraine perturbe le commerce mondial des denrées alimentaires, des engrais et des produits pétroliers, les prix des produits agricoles atteignant des sommets. L'Afrique de l'Est, par exemple, importe 90 % de son blé de Russie et d'Ukraine (source : PAM), et le conflit a entraîné d'importantes pénuries. La crise ukrainienne a également détourné l'attention et les ressources d'autres crises. Si l'Ukraine est une crise extrêmement préoccupante, qui touche des millions de personnes, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue d'autres crises urgentes dans le monde. L'une d'entre elles, et non la moindre, est la détérioration rapide de la sécurité alimentaire dans de nombreuses régions d'Afrique. L'heure tourne et il pourrait bientôt être trop tard pour éviter une tragédie généralisée. La question qui devrait nous préoccuper tous est donc la suivante : que pouvons-nous faire, en tant que collectif humanitaire, pour éviter que l'histoire tragique du début des années 1980 ne se répète ? Nous avons besoin d'une action urgente et massive pour intensifier l'assistance vitale à des millions de personnes au bord de l'effondrement, mais aussi pour s'attaquer de manière décisive aux causes profondes de cette crise par des engagements à plus long terme. L'IFRC a un rôle important et unique à jouer. Grâce à notre portée et à notre expertise communautaires inégalées, à notre expérience humanitaire de plus de 100 ans, à notre capacité d'agir à la fois localement et mondialement, et au statut spécial de nos Sociétés nationales en tant qu'auxiliaires des pouvoirs publics, nous pouvons inverser la tendance. Mais nous avons besoin de ressources pour le faire. Notre priorité immédiate collective est de rassembler un soutien pour sauver des vies, au sein et en dehors de notre réseau de l'IFRC, pour les six prochains mois,en accordant une attention particulière à la Corne de l'Afrique, au Sahel central et aux autres points chauds du continent. Au cours de cette phase d'urgence, nous concentrerons notre soutien sur ce qui, nous le savons par expérience, fera le plus de différence dans la vie et les moyens de subsistance des personnes touchées : l'aide alimentaire, les programmes d'argent liquide et le soutien nutritionnel. Parallèlement, nous élaborerons des programmes à plus long terme, en collaboration avec les Sociétés nationales intéressées, afin de nous attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Nous nous appuierons sur nos succès précédents et travaillerons en soutien aux plans et cadres des gouvernements pour restaurer la résilience des communautés les plus démunies, y compris les populations déplacées. Tout ce que nous faisons sera étayé par des données solides et un engagement significatif des communautés, afin de garantir que notre réponse soit fondée sur des preuves et adaptée. La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité. Pour soulager la souffrance humaine, nous devons relever ce défi par une mobilisation et une action collectives, dans l'immédiat et à long terme. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de faire trop peu, trop tard. --- Depuis 2020: Le réseau de l'IFRC a fourni une assistance alimentaire et des articles non alimentaires à 4,8 millions de personnes, en combinant toutes les opérations de réponse humanitaire (appels d'urgence, DREF et notre réponse COVID-19). Plus de 20 Sociétés nationales africaines ont mis en œuvre des projets liés à la sécurité alimentaire dans le cadre de leur programmation régulière. 33 Sociétés nationales africaines ont augmenté leur capacité à fournir une assistance en espèces et sous forme de bons. Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail de l'IFRC en matière de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance. Vous pouvez également être intéressé par: 'Pour vaincre les crises alimentaires en Afrique, il faut commencer par une planification à long terme.' - Un article d'opinion paru dansDevex par le directeur régional de l'IFRC pour l'Afrique, Mohammed Omer Mukhier-Abuzein. À cause de la faim, je suis ici" - reportage photo du magazine de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur les réfugiés angolais qui fuient vers la Namibie en raison de la sécheresse et du manque de nourriture et d'eau qui en résulte. Et faites défiler la page pour en savoir plus sur nos appels d'urgence en cours pour lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs.

Lire plus
| Communiqué de presse

Afghanistan: La faim et la pauvreté augmentent tandis que la sécheresse persiste

Kuala Lumpur/Kaboul/Genève, le 17 juin - La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à un soutien mondial plus important afin d'endiguer la spirale de la faim en Afghanistan, alors que l'une des pires crises humanitaires au monde menace des millions de personnes. La chaleur intense de l'été et la faiblesse de la saison des pluies au printemps ont en effet sonné le glas d'une récolte significative dans le pays. Dans un contexte de pauvreté croissante, 70 % des ménages ne sont pas en mesure de répondre aux besoins alimentaires et non alimentaires de base, avec des effets particulièrement dévastateurs pour les foyers dirigés par des veuves, des personnes âgées, des personnes vivant avec un handicap et des enfants. On estime à 3 millions le nombre d'enfants exposés à la malnutrition et sensibles à des maladies telles que la diarrhée aqueuse aiguë et la rougeole en raison d'une immunité affaiblie. Des milliers de personnes ont dû mendier dans les rues, les prix des produits de première nécessité ayant grimpé en flèche en raison de la baisse des envois de fonds, de l'effondrement de l'économie et de l'augmentation de la pauvreté. Le Dr Mohammad Nabi Burhan, secrétaire général du Croissant-Rouge afghan, a déclaré : "Il s'agit de l'une des pires crises humanitaires que j'ai vues en Afghanistan, en plus de 30 ans de travail d'aide humanitaire. Il est effrayant de voir l'ampleur de la faim et la résurgence de la pauvreté que nous nous sommes tant efforcés d'éradiquer. "C'est particulièrement inquiétant pour les Afghans des zones rurales et reculées, où certaines des communautés les plus pauvres du pays sont confrontées à un dénuement généralisé et à des niveaux de malnutrition très élevés après que leurs récoltes ont échoué ou que leur bétail a péri. "Le manque de nourriture ne devrait pas être une cause de décès en Afghanistan. Il faut un effort international concerté pour poursuivre l'aide humanitaire essentielle dans tout le pays, afin de sauver des vies." Le Croissant-Rouge afghan intensifie son opération d'intervention en utilisant les fonds disponibles, en donnant la priorité immédiate aux distributions de nourriture et d'argent et en fournissant des services de santé par l'intermédiaire de plus de 140 établissements de santé dans tout le pays. Toutefois, les derniers rapports montrent qu'une aide beaucoup plus importante sera nécessaire. Necephor Mghendi, chef de la délégation de l'IFRC en Afghanistan, a déclaré : "Les difficultés économiques croissantes sont un coup dur pour les familles afghanes qui tentent de faire face à l'une des pires sécheresses et crises alimentaires qu'elles aient jamais connues, laissant les enfants mal nourris et beaucoup plus vulnérables aux maladies évitables. "En plus de fournir une aide cruciale aux personnes qui luttent contre la sécheresse et la faim, il convient de soutenir les interventions visant à rétablir les moyens de subsistance afin de permettre aux gens de retrouver des revenus. "Il est également nécessaire d'investir dans les institutions locales qui fournissent des services vitaux dans les villes comme dans les zones reculées. Il est prouvé que des institutions dotées de personnel local et fonctionnant bien aident les plus vulnérables, notamment les enfants, les femmes et les personnes âgées, dans tous les coins de l'Afghanistan." As part of this ongoing support, the IFRC is urgently appealing to the international community for 80 million Swiss francs to support the Afghan Red Crescent to deliver emergency relief, health services and recovery assistance to more than 1 million people in the provinces hit by multiple crises. Dans le cadre de ce soutien continu, l'IFRC lance un appel urgent à la communauté internationale pour 80 millions de francs suisses afin de soutenir le Croissant-Rouge afghan dans la fourniture des secours d'urgence, des services de santé et une aide au relèvement à plus d'un million de personnes dans les provinces frappées par des crises multiples. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: Bureau d'Asie-pacifique: Joe Cropp, +61 491 743 089, [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

Corne de l'Afrique : le Secrétaire Général de l'IFRC se rend au Kenya alors que la pire sécheresse en 40 ans menace des millions de personnes

Nairobi/Genève, 6 mai 2022— Le Secrétaire Général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Jagan Chapagain, achève une visite de trois jours au Kenya et appelle à une augmentation massive de l'aide humanitaire et de l'assistance à long terme des communautés touchées par la crise alimentaire croissante dans la Corne de l'Afrique. S'exprimant à la fin d'une visite à Marsabit, l'une des régions du Kenya les plus durement touchées par les effets de la sécheresse, M. Chapagain a déclaré : "J'ai vu de mes propres yeux le niveau de souffrance causé par la sécheresse à Marsabit. Il y a des niveaux de malnutrition hautement inacceptables, un taux de malnutrition aiguë globale (MAG) de 53,6 % dans ce quartier particulier - l'un des plus élevés d'Afrique. La situation se détériore rapidement. Nous avons besoin d'une aide humanitaire immédiate pour atteindre les plus vulnérables. Nous avons également besoin de solutions à long terme pour faire face à l'impact du changement climatique, notamment en investissant dans des moyens de subsistance résilients." Le Kenya, l'Éthiopie et la Somalie sont confrontés à une crise humanitaire de grande ampleur, induite par le climat et prolongée. Plus de 14 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire et ont un besoin urgent d'aide humanitaire, dont au moins 5,5 millions d'enfants souffrant de malnutrition aiguë. 6,1 millions de personnes en Éthiopie et 4,1 millions de personnes en Somalie ont un besoin urgent d'aide humanitaire. Au Kenya, 3,5 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire aiguë, les terres les plus arides et semi-arides de l'est et du nord du Kenya connaissant des conditions de sécheresse critiques. Cette catastrophe silencieuse a été éclipsée - et dans une large mesure amplifiée - par la crise ukrainienne. "Il n'y a pas que l'eau et la nourriture dont les personnes ont besoin. En arrière plan, il y'a des problèmes invisibles tels que les violences sexuelles basées sur le genre, et les profondes repercussions sur la santé mentale. Un exemple qui a été donné des femmes qui marchent plus de 40 km pour pouvoir avoir de l'eau potable, cce qui se passe pendant leur voyage est impensable" a ajouté M. Chapagain. Dr Asha Mohammed, Secréraire Général de la Croix-Rouge Kenyanne, présent également à Marsabit a déclaré:   "Le fait que les habitants de Marsabit aient perdu plus de 70 % de leur bétail, qui est leur principale source de revenus, signifie que le chemin vers le rétablissement sera long et lent. Nos équipes jouent un rôle central dans la réduction des risques auxquels les familles sont confrontées. Elles ont fourni une aide en espèces, une aide alimentaire et amélioré les pratiques de traitement de l'eau, mais la nécessité de réhabiliter les systèmes d'eau reste urgente. Nous appelons tous nos partenaires et parties prenantes à soutenir nos efforts." En réponse à la situation de faim et de sécheresse au Kenya, en Somalie et en Éthiopie, l'IFRC, la Croix-Rouge du Kenya, la Croix-Rouge éthiopienne et le Croissant-Rouge somalien lancent un appel conjoint de 39 millions de francs suisses. Ce financement permettra aux volontaires et au personnel de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de venir en aide à 1 560 000 personnes en intensifiant leurs activités d'urgence, d'assistance humanitaire et de relèvement et en s'attaquant aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Cette stratégie est conforme à l'initiative panafricaine Faim Zéro de l'IFRC, qui adopte une approche holistique de la sécurité alimentaire, en intégrant des interventions spécifiques en matière de nutrition rapide, de sécurité alimentaire et de soutien aux moyens de subsistance pour les ménages et les communautés en situation d'insécurité alimentaire aiguë, dans le cadre d'une stratégie à long terme visant à atteindre la faim zéro et un redressement durable. "La nourriture est un besoin fondamental de la population. Nous demandons à tous les gouvernements d'Afrique de s'assurer qu'ils disposent du cadre politique adéquat pour faire face à la sécheresse", a déclaré M. Chapagain. Pour solliciter un entretien avec des représentants de l'IFRC ou de la Croix-Rouge du Kenya, ou pour plus d'informations, veuillez contacter : En Nairobi:   IFRC - Euloge Ishimwe, +254 731 688 613, [email protected] Croix-Rouge kenyanne - Peter Abwao, +254 711 590911, [email protected]   A Genève: IFRC – Benoit Carpentier, +41 79 213 2413, [email protected]   

Lire plus
| Communiqué de presse

Afghanistan: Les pénuries alimentaires s'aggravent alors que les champs de printemps restent vides

Kuala Lumpur/Kaboul/Genève, le 22 mars - La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) exprime de sérieuses craintes pour des millions d'Afghans et des communautés agricoles alors que les champs restent vides des récoltes annuelles de printemps. En raison de la sécheresse persistante, la superficie ensemencée en blé d'hiver est bien inférieure à la moyenne. Les rapports de terrain indiquent que la moitié des terres normalement ensemencées en blé étaient en jachère à la fin de la période de semis en décembre. La faim s'aggrave en Afghanistan, 95 % de la population n'ayant pas assez à manger chaque jour, selon les Nations unies. Les quelques cultures qui ont été plantées risquent d'être confrontées à des conditions difficiles, La Nina devant apporter des conditions plus sèches que la normale dans les mois à venir, prolongeant la grave sécheresse pour une deuxième année. Mawlawi Mutiul Haq Khales, Le Président du Croissant-Rouge afghan, déclare: "Des millions de familles dépendent de l'agriculture, mais elles ont déjà perdu les récoltes de l'année dernière à cause de la grave sécheresse, ce qui les prive de céréales pour passer l'hiver rigoureux ou de graines à semer dans les champs. "Sans semences dans le sol, il n'y aura pas de récolte au printemps et en été, ce qui crée un risque réel de famine dans tout l'Afghanistan, où près de 23 millions de personnes ne sont déjà pas en mesure de se nourrir chaque jour. "Nous devons redoubler d'efforts pour aider ces communautés à se préparer à une deuxième année de sécheresse et de pénurie alimentaire, tout en nous efforçant de maintenir les moyens de subsistance qui sont si importants pour les familles et les communautés entières." La crise de la sécheresse a alimenté une crise économique dans un pays où l'agriculture est essentielle aux moyens de subsistance de la population et constitue le pilier de l'économie. Plus de 70 % de la population afghane vit dans des zones rurales et environ 80 % des moyens de subsistance dépendent de l'agriculture, selon les dernières données de l'IPC sur la sécurité alimentaire en Afghanistan. Le Croissant-Rouge afghan, soutenu par l'IFRC, travaille avec les communautés agricoles afin de disposer de sources d'eau plus durables, de cultures résistantes à la sécheresse et d'autres possibilités de génération de revenus pour les femmes dans les différentes régions du pays. Johanna Arvo, Chef de Délégation par intérim de l'IFRC pour l'Afghanistan, a déclaré : "Les ravages du changement climatique signifient que les risques et les difficultés augmentent en flèche pour les populations d'Afghanistan. Des millions de personnes ont dû faire face à deux graves sécheresses en quatre ans, provoquant des pertes de récoltes catastrophiques et des pénuries alimentaires dévastatrices. "Les températures augmentent, ce qui entraîne une diminution de la couverture neigeuse, de la fonte des neiges et des réserves d'eau. Les précipitations deviennent plus irrégulières, décimant l'agriculture en Afghanistan. "En plus de fournir une aide immédiate, nous devons investir beaucoup plus dans l'avenir en aidant les Afghans à établir des approvisionnements en eau plus durables et des cultures résistantes à la sécheresse, tout en soutenant la création de revenus pour les personnes les plus à risque, notamment les femmes et les personnes âgées." Dans le cadre de ce soutien continu, l'IFRC lance un appel urgent à la communauté internationale pour obtenir plus de 65 millions de francs suisses afin d'aider le Croissant-Rouge afghan à fournir des services de santé, des secours d'urgence et une aide au relèvement à plus d'un million de personnes dans les provinces frappées par des crises multiples. Pour plus d'informations ou pour organiser une interview: Bureau Asie pacifique: Antony Balmain, +60 12 230 8451, [email protected] Bureau Asie pacifique: Joe Cropp, +61 491 743 089, [email protected]

Lire plus
| Urgence

Irán: Sequía

Irán sufre una sequía generalizada y sin precedentes desde julio de 2021. La falta de suministro de agua segura y suficiente para la bebida, la higiene, la agricultura, la ganadería y la energía eléctrica está ejerciendo una presión devastadora y cada vez más insostenible sobre la salud y los ingresos de la población.A través de este llamamiento de emergencia, la IFRC apoya a la Media Luna Roja Iraní a ampliar su respuesta humanitaria, atendiendo a 800.000 personas con asistencia en materia de agua, saneamiento e higiene (WASH), salud, medios de subsistencia, dinero en efectivo y protección.

Lire plus
| Urgence

Afghanistan: Crises humanitaires

L'Afghanistan subit les effets conjugués de décennies de conflit, d'une grave sécheresse, de l'insécurité alimentaire, de catastrophes liées au climat, de tremblements de terre, d'inondations, de déplacements de population et de lacunes dans les services de santé. Cet appel d'urgence révisé vise à obtenir 90 millions de francs suisses, contre 36 millions de francs suisses en août 2021, afin d'intensifier la réponse humanitaire du Croissant-Rouge afghan aux multiples crises humanitaires qui frappent l'Afghanistan.Les fonds collectés permettent à l'IFRC de soutenir leCroissant-Rouge afghan afin qu'il puisse apporter assistance et soutien à 1 000 000 de personnes dans les 34 provinces.

Lire plus
| Type d'urgence

Les sécheresses

La sécheresse est une période durable de faibles précipitations (pluies, chutes de neige ou fonte des neiges) qui entraîne une pénurie d'eau. Lorsque les communautés n'ont pas assez d'eau pour la consommation, l'assainissement et l'agriculture, cela peut entraîner une insécurité alimentaire, la propagation de maladies, la malnutrition et la famine, les migrations et les pertes économiques. La sécheresse peut également avoir un impact négatif sur la production d'électricité, les transports et les besoins commerciaux ou industriels d'un pays.

Lire plus