Liban

Displaying 1 - 7 of 7
|
Article

Agir contre la chaleur : Prendre de l'avance sur les chaleurs extrêmes en diffusant des messages dans les rues

En prévision de la prochaine vague de chaleur au Liban, la Croix-Rouge libanaise (CRL) a lancé une vaste campagne visant à sensibiliser les personnes vulnérables et à leur fournir les connaissances et les ressources dont elles ont besoin pour rester en sécurité en cas de chaleur extrême.La campagne a pris de l'ampleur le 2 juin - Journée d'action contre la chaleur - lorsque les volontaires de la CRL sont descendus dans la rue pour distribuer des dépliants sur les mesures préventives à prendre dans de nombreuses communautés. Ils se sont rendus sur des chantiers de construction, dans des stations-service, des commissariats de police, des lieux de culte, des supermarchés et des pharmacies. Ils ont même laissé des tracts sur les pare-brise des voitures.Consciente de l'importance de l'hydratation en cas de chaleur extrême, la CRL a également distribué des bouteilles d'eau aux habitants des communautés ciblées, en donnant la priorité aux personnes les plus vulnérables aux risques sanitaires liés à la chaleur.La CRL a également partagé les prospectus de la Journée d'action contre la chaleur sur ses plateformes de médias sociaux, en utilisant le hashtag #VaincreLaChaleur, et en encourageant les personnes qui les suivent à les partager à nouveau. La Société nationale s'engage également activement auprès des médias pour diffuser des informations vitales sur la préparation à la canicule et les mesures préventives.Au-delà de la Journée d'action contre la chaleurMais la Société nationale a souligné que ces actions se poursuivront bien au-delà de la Journée d'action contre la chaleur, une journée internationale d'événements visant à attirer l'attention sur le risque croissant de vagues de chaleur.« Cette initiative va au-delà d'une simple journée d'action puisque la CRL promeut activement la résilience et l'anticipation en tant qu'appel humanitaire fondamental, garantissant notre engagement permanent à soutenir les communautés et les groupes vulnérables », a déclaré Kassem Chaalan, directeur de la réduction des risques de catastrophes à la Croix-Rouge libanaise.Tout au long de la semaine qui a suivi la Journée d'action contre la chaleur, la CRL a mené une vaste campagne de sensibilisation aux vagues de chaleur sur le territoire libanais. Pour faire face à la saison des canicules, la CRL continuera à organiser des sessions de sensibilisation tout au long du mois d'octobre.Une journée d'action mondialeLa Croix-Rouge libanaise n'est que l'une des nombreuses Sociétés nationales qui se sont jointes à des organisations locales et internationales, à des entreprises privées et à des particuliers du monde entier pour amplifier leurs messages et leurs efforts de prévention à l'occasion de la Journée d'action contre la chaleur.Pour beaucoup, la Journée d'action contre la chaleur est l'occasion de mettre en avant les mesures qu'ils se sentent obligés de prendre en raison de l'augmentation du nombre de vagues de chaleur et de journées de chaleur extrême causée par le changement climatique. Ces actions sont aussi variées que colorées et créatives.La Croix-Rouge indienne, par exemple, a profité de l'occasion pour mettre en lumière le large éventail de travaux réalisés par ses volontaires dans tout le pays, en installant des stations d'eau dans les rues et en distribuant des informations sur la manière de rester en bonne santé pendant une vague de chaleur, entre autres activités.La Croix-Rouge indonésienne a co-organisé un atelier centré sur l'étude des risques liés à la chaleur extrême, réalisée en partenariat avec une importante société météorologique indonésienne basée à Jakarta. Elle a également lancé une campagne de sensibilisation à la chaleur qui a coïncidé avec la journée sans voiture dans la ville de Surabaya, encourageant l'engagement de la communauté dans diverses activités respectueuses de l'environnement le dimanche matin, y compris des défilés, de la musique et bien d'autres choses encore.Au delà de la Croix-Rouge et du Croissant-RougeDe nombreuses organisations extérieures au réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se sont également impliquées.Alors que des vagues de chaleur balayaient une grande partie de la région Asie-Pacifique, la Banque asiatique de développement a répondu à l'appel en publiant des déclarations et en parrainant des ateliers visant à promouvoir la résistance aux vagues de chaleur et la sensibilisation au « stress thermique » et à la nécessité de prendre des mesures tenant compte des spécificités de chaque sexe.À Dallas, au Texas, aux États-Unis, des lycéens ont réalisé un podcast éducatif pour mettre en évidence les mesures à prendre pour atténuer la hausse des températures dans le cadre d'un cours d'architecture environnementale.À Kampala, en Ouganda, un groupe de jeunes a utilisé le football pour sensibiliser la population en distribuant des cadeaux écologiques, tels que des semis d'arbres, afin de rééquilibrer le nombre d'arbres plantés par rapport au nombre d'arbres abattus.À Zanzibar, en Tanzanie, les plongeurs sous-marins qui divertissent souvent les touristes font leur plongée avec des affiches encourageant les gens à boire plus d'eau, à surveiller les membres de leur famille et à prendre d'autres mesures préventives, petites mais importantes.Dans le monde entier, des gens ont créé des peintures, de grandes fresques murales en plein air et d'autres œuvres d'art dans le cadre d'un effort mondial de sensibilisation par l'art. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses façons dont les gens ont profité de la journée d'action contre la chaleur pour faire passer le message, partager des idées et amener davantage de personnes à agir contre les chaleurs extrêmes.

|
Article

Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge : La Croix-Rouge libanaise offre une aide et une lueur d'espoir aux migrants rescapés d'un naufrage

Chaque année, des centaines de personnes de nationalités libanaise, syrienne et autres quittent les côtes du Liban pour entreprendre des voyages en mer extrêmement périlleux, à la recherche désespérée d'une vie meilleure.Ces voyages se terminent souvent en tragédie : en septembre 2022, un bateau transportant plus de 140 migrants quittant le Liban a coulé au large de Tartus, en Syrie ; de nombreuses personnes se sont noyées, tandis que d'autres sont portées disparues.Dans d'autres cas, les bateaux quittant le Liban ont été repoussés par les autorités des pays de destination.Depuis 2019, le Liban est confronté à une crise humanitaire complexe et en constante évolution, marquée par une forte inflation, le chômage et la détérioration des conditions de vie, qui poussent les gens à quitter le pays.«Les personnes qui prennent généralement la décision de partir nous disent souvent qu'elles n'ont rien à perdre et qu'elles sont donc prêtes à risquer leur vie pour avoir une chance d'avoir une vie meilleure dans un autre pays», explique Alaa Ammar, responsable des migrations et coordinateur de la protection à la Croix-Rouge libanaise.Les migrants qui survivent à une noyade reviennent sur le rivage épuisés et ont besoin d'une assistance médicale. Ils ont souvent un endroit où aller, ou un parent chez qui rester, mais ils n'ont pas d'argent pour le transport ou pour simplement s'en sortir.Des services là où le besoin s'en fait le plus sentirConsciente des besoins des migrants qui subissent les conséquences des refoulements en provenance d'autres pays et des naufrages, la Croix-Rouge libanaise a mis en place des points de services humanitaires (PSH) mobiles couvrant différents sites le long de la côte libanaise.Ces PSH sont des espaces sûrs, accueillants et stratégiquement situés où les migrants et les personnes déplacées peuvent bénéficier d'un soutien fiable de la part des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.« Les points de services humanitaires de la Croix-Rouge libanaise offrent une variété de services en fonction des besoins et de l'urgence de la situation », explique Alaa, qui supervise également un programme de rétablissement des liens familiaux qui aide les migrants à renouer avec les membres de leur famille. Les autres services comprennent l'assistance médicale d'urgence, les abris, l'eau, les services d'hygiène et d'assainissement, les articles de secours, la nourriture, le soutien psychosocial et le transport.Depuis leur création, les PSH mobiles ont été déployés à plus de huit reprises au Liban, notamment à Beyrouth, à Tripoli et à la frontière syrienne.Le naufrage le plus récent s'est produit en décembre 2023, au large de la ville de Tripoli, dans le nord du pays. Les autorités libanaises ont sauvé 51 personnes, qui ont toutes reçu une assistance médicale d'urgence de la part d'un PSH mobile de la Croix-Rouge libanaise.Le facteur critique : la confianceMais pour apporter une assistance vitale, les PSH de la Croix-Rouge libanaise s'appuient souvent sur la confiance des gens, un élément essentiel qui permet au mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge d'opérer dans des contextes locaux partout dans le monde.« La confiance que la Croix-Rouge libanaise a instaurée avec les Libanais au fil des ans est très évidente, comme en témoignent les survivants, qui disent souvent qu'ils sont soulagés lorsqu'ils voient notre emblème », ajoute M. Alaa.Le programme de migration de la Croix-Rouge libanaise, notamment les PSH, a été soutenu par le réseau de migration du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MOAN), un réseau régional qui comprend 15 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dirigé par le bureau régional de l'IFRC en collaboration avec le CICR et les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge d'autres régions.« Le réseau Migration du MOAN a été créé pour renforcer et partager l'expertise et les expériences pour travailler avec et pour les migrants, y compris les réfugiés, leurs familles et les communautés d'accueil », explique Yasmin Hakim, responsable des migrations et des déplacements au bureau régional de l'IFRC pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.«Cette année, le réseau prévoit de doter les Sociétés nationales de compétences et de mener des initiatives de formation pour leur personnel et leurs volontaires sur la migration et les PSH afin d'améliorer leur état de préparation et leur capacité à aider les migrants et les personnes déplacées. »--Apprenez en plus sur les migrations et les déplacements en visitant notre page dédiée. Et visitez cette page, pour une vue d'ensemble sur les programmes de migration de l'IFRC.

|
Page de base

Don humanitaire islamique

En tant que plus grand réseau mondial d'organisations humanitaires et de volontaires basés localement, l'IFRC est particulièrement bien placée pour veiller à ce que votre don de Zakat ou deSadaqah parvienne aux personnes et aux communautés qui en ont le plus besoin. Entièrement accrédité pour recevoir des dons de la Zakat, nous sommes basés dans les communautés aux côtés de ceux que nous soutenons. Nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et améliorer leurs conditions de vie, en touchant des millions de personnes chaque année.

|
Article

Conflit Israël/Gaza : la réponse à ce jour

Alors que l'escalade des hostilités en Israël et en Palestine entre dans son quatrième mois, le conflit continue de coûter la vie à des civils, de perturber la fourniture de soins médicaux vitaux, d'interrompre des services essentiels à la survie des populations et de laisser des familles endeuillées par la perte d'êtres chers. L'IFRC a appelé toutes les parties à assurer l'accès humanitaire à Gaza et en Cisjordanie, à libérer les otages, à protéger les civils, les hôpitaux et les travailleurs humanitaires contre les attaques aveugles et à respecter le droit international humanitaire. Parmi les personnes tuées figurent des travailleurs humanitaires et des professionnels de la santé qui ont perdu la vie en tentant de sauver d'autres personnes, ainsi que des personnes qui cherchaient à se mettre à l'abri et à recevoir des soins dans des établissements de santé. Réponse de l'IFRC et des Sociétés nationales Pendant ce temps, les Sociétés nationales membres de l'IFRC en Israël et dans les territoires palestiniens occupés continuent de répondre aux besoins humanitaires urgents et de fournir une assistance vitale et d'autres services essentiels. L'IFRC, quant à elle, soutient ses Sociétés nationales, le Magen David Adom en Israël et le Croissant-Rouge palestinien, dans leur travail continu de sauvegarde de la vie. En Israël Le Magen David Adom en Israël (MDA) soutient les communautés touchées depuis le début, avec des ambulances et des services médicaux disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le personnel et les volontaires travaillent sans relâche, mettant leur vie et leur bien-être en danger pour s'occuper des blessés et des défunts. Au total, 1 500 ambulances et 10 000 secouristes (techniciens médicaux d'urgence et auxiliaires médicaux) ont été mobilisés. Depuis le 7 octobre, ils ont traité plus de 4 000 patients. Ces membres du personnel et ces volontaires ont travaillé dans des conditions difficiles et dangereuses. Tragiquement, plusieurs volontaires et membres du personnel sont morts dans l'exercice de leurs fonctions, tués alors qu'ils soignaient des patients. Plusieurs autres ont également subi des blessures graves ou légères dans l'exercice de leurs fonctions. Les ambulances ont également été attaquées à plusieurs reprises au cours des hostilités. Le MDA a également soutenu le ministère de la santé dans le transfert des patients et l'évacuation des personnes alitées près de la frontière. Le MDA aide également les communautés à se préparer en cas d'escalade. Par exemple, la Société nationale propose une formation gratuite aux premiers secours, axée sur les soins traumatiques. Elle a également recueilli, testé et traité plus de 50 000 unités de sang pour approvisionner les ambulances, les unités mobiles de soins intensifs, les hôpitaux et les cliniques. En Palestine Alors que la situation humanitaire dans la bande de Gaza continue de s'aggraver, les équipes du Croissant-Rouge palestinien (CRP) travaillent 24 heures sur 24 dans des conditions extrêmement difficiles et dangereuses. Plusieurs volontaires du Croissant-Rouge palestinien ont déjà été tués dans l'escalade de la violence. Plus récemment, le 10 janvier 2024, quatre ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien ont été tués avec deux patients lorsque leur ambulance a été touchée. Au début du mois de janvier, des tirs d'artillerie incessants près de l'hôpital Al-Amal et du siège du Croissant-Rouge palestinien à Khan Yunis ont également fait plusieurs victimes, dont un bébé de cinq jours, et déplacé des milliers de personnes qui cherchaient refuge à l'hôpital. Vous pouvez lire la déclaration de l'IFRC condamnant les attaques ici. Entre-temps, la combinaison des bombardements autour des établissements de santé, du manque de fournitures et de carburant, des coupures d'électricité et de communications, des dommages causés aux infrastructures et de la demande croissante, pousse les services de santé gravement endommagés de Gaza au bord de l'effondrement. La population de Gaza est également confrontée à des pénuries dramatiques de produits de première nécessité, tels que le carburant, l'eau, la nourriture et les fournitures médicales. Ces pénuries ont également poussé les centres de services médicaux d'urgence du Croissant-Rouge palestinien à leurs limites. Fin décembre, deux centres de services médicaux d'urgence du Croissant-Rouge palestinien à Gaza et dans le nord de la bande de Gaza étaient hors service, incapables de fournir des services d'intervention d'urgence et de sauvetage en raison de la pénurie de carburant et des restrictions d'accès. Les hôpitaux du nord ne fonctionnent pas non plus, ce qui rend les évacuations humanitaires impossibles. L'IFRC salue le courage des volontaires et du personnel paramédical du Croissant-Rouge palestinien, dont beaucoup ont perdu des membres de leur famille ou ont été détenus, mais qui continuent à intervenir de manière désintéressée. Aide acheminée à Gaza jusqu'à présent Le 21 octobre, les 20 premiers camions d'aide humanitaire ont été autorisés à franchir la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza. Le poste-frontière de Rafah, qui constitue un point de passage essentiel pour les produits de première nécessité dans la bande de Gaza, était fermé depuis l'escalade de la violence le 7 octobre. Depuis la réouverture de la frontière, 756 camions transportant de la nourriture, de l'eau, des articles de secours, des médicaments et des fournitures médicales ont été autorisés à entrer au 9 novembre, soit une moyenne de 33 camions par jour. L'aide reçue n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, compte tenu des besoins immenses des deux millions d'habitants de Gaza. Jusqu'à présent, aucun carburant n'a été autorisé à entrer dans la bande de Gaza. Les livraisons d'aide ont été coordonnées par le Croissant-Rouge égyptien, la seule organisation humanitaire ayant accès au Nord-Sinaï, y compris au poste-frontière de Rafah. Les soins vitaux se poursuivent Malgré les difficultés, le Croissant-Rouge palestinien a continué à fournir des soins essentiels et vitaux. Dans la bande de Gaza, le Croissant-Rouge palestinien a fourni des soins médicaux d'urgence à environ 15 000 personnes blessées au 5 janvier 2024. Les équipes d'ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien sont également intervenues après le décès de plus de 5 000 personnes tuées par le conflit. Ce travail de sauvetage est effectué en dépit des coupures régulières d'électricité et de communications, ainsi que du danger extrême posé par le conflit en cours. Depuis le début des hostilités, les équipes du Croissant-Rouge palestinien ont signalé des tirs d'obus à proximité de leurs hôpitaux, de leur centre ambulancier, de leur entrepôt principal et de leur siège, causant des blessures, endommageant les bâtiments et limitant l'accès aux hôpitaux. Entre-temps, le personnel du Croissant-Rouge palestinien a également distribué des articles de secours aux familles déplacées à l'intérieur du pays dans des abris temporaires et dans leurs hôpitaux. Les articles d'aide comprennent des colis alimentaires, du lait, des couvertures, des matelas, de l'eau ainsi que des kits d'hygiène, des ustensiles de cuisine et des produits de première nécessité pour les bébés. En Cisjordanie, le Croissant-Rouge palestinien a fourni des soins médicaux d'urgence à plus de 3 700 blessés. Les équipes d'ambulanciers ont également transporté plus de 115 personnes tuées dans les combats. Livraison de l'aide à Gaza jusqu'à présent Au 31 décembre 2023, plus de 5 200 camions contenant des fournitures médicales, de la nourriture, de l'eau et des produits d'hygiène ont été livrés à Gaza et distribués par le Croissant-Rouge palestinien et l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient. Notamment, plus de 300 camions d'aide humanitaire sont entrés dans le nord de Gaza au cours d'une pause humanitaire, et 81 ambulances ont également été distribuées. À la suite d'un blocage antérieur de toutes les importations de carburant, du carburant et du gaz de cuisine ont également été fournis à Gaza, mais ils sont encore loin de répondre aux besoins de la vie quotidienne, des services de base et de l'aide humanitaire. Le Croissant-Rouge égyptien est en première ligne de la réponse humanitaire à Gaza, avec le soutien de plus de 39 pays et agences des Nations unies. Les volontaires du Croissant-Rouge égyptien se relaient sans relâche pour veiller à ce que l'aide soit triée et reconditionnée avant d'être acheminée à Gaza. En collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien, le Croissant-Rouge égyptien contribue également à l'établissement d'un camp à Al-Mawasi, à Khan Younis, pour héberger les personnes déplacées. En outre, le Croissant-Rouge du Qatar travaille avec le Croissant-Rouge palestinien pour mettre en place un hôpital de campagne à Rafah, qui comprendra 50 lits, une unité de soins intensifs et une salle d'opération. Mais l'aide reçue n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, compte tenu des immenses besoins des deux millions d'habitants de Gaza. Liban, Syrie, Jordanie et Egypte Compte tenu de l'ampleur des besoins probables et afin de compléter les efforts de réponse du Croissant-Rouge palestinien décrits dans son appel, l'IFRC renforcera les capacités de réponse par le biais d'un appel d'urgence en coordonnant la réponse dans les pays voisins des territoires palestiniens occupés. L'IFRC soutiendra - en étroite coordination avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) - la réponse de ses membres, en tant qu'acteurs humanitaires importants dans leurs propres zones géographiques, et renforcera leurs capacités organisationnelles. L'IFRC a également lancé cet appel d'urgence, l'IFRC et ses membres recherchent 30 millions de francs suisses (dont 20 millions devraient être collectés par le Secrétariat de l'IFRC) pour soutenir la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge égyptien, le Croissant-Rouge arabe syrien et le Croissant-Rouge jordanien dans la préparation et le renforcement de leur capacité de réponse à l'escalade potentielle des hostilités dans la région et aux besoins humanitaires qui en résulteraient. Le 13 octobre, l'IFRC a également alloué 1 million de francs suisses de son Fonds d'aide d'urgence en cas de catastrophe pour soutenir une large gamme d'assistance humanitaire dans les territoires palestiniens occupés touchés par les hostilités. Le plus lourd tribut Depuis le début de l'escalade des hostilités le 7 octobre, l'IFRC a dénoncé le fait que les civils paient le "plus lourd tribut" aux hostilités et a appelé toutes les parties à permettre aux organisations humanitaires d'accéder en toute sécurité aux personnes touchées par la crise et de leur apporter un soutien. Dans une déclaration commune du 14 octobre, Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC, et Robert Mardini, directeur général du CICR, se sont dits "consternés de voir la misère humaine qui s'est déroulée" et que "les civils - y compris les femmes et les enfants, les personnes âgées, les blessés et les malades - paient actuellement le plus lourd tribut". "La souffrance humaine est présente de tous les côtés", précise le communiqué. "Et elle est toujours dévastatrice. La mort d'un fils ou d'une fille, d'un frère ou d'une sœur, d'un parent, est une tragédie humaine, quel que soit l'endroit où elle se produit ou la personne qui en est victime. La vie civile doit être protégée de tous les côtés". Le Conseil de direction de l'IFRC, qui comprend des dirigeants de Sociétés nationales de toutes les régions du monde, a également exprimé son choc et son horreur face aux "besoins humanitaires croissants et à l'augmentation des pertes en vies humaines" dans une déclaration spéciale publiée le 20 octobre. "Cette situation souligne l'importance cruciale de l'accès à tous les civils, y compris ceux qui sont retenus en otage", poursuit le communiqué. Depuis lors, l'IFRC n'a cessé de tirer la sonnette d'alarme face à une situation de plus en plus désastreuse. Début novembre, l'IFRC a appelé à "un accès sûr et sans entrave à travers la bande de Gaza et à la libération des otages" et plus récemment, l'IFRC a publié une déclaration le 5 janvier 2024 condamnant le bombardement continu près de l'hôpital Al-Amal et du siège du Croissant-Rouge palestinien à Khan Yunis qui a conduit à "la perte de vies civiles innocentes." Demandes médias Si vous êtes un journaliste et souhaitez avoir plus amples informations ou si vous sollicitez une interview à propos de cette urgence, merci de nous écrire à l'adresse email:[email protected]. Suivez ces comptes Twitter pour avoir les dernières mises à jour: @IFRC @IFRC_MENA @elsharkawi - Directeur régional de l'IFRC pour le MOAN, Hossam Elsharkawi

|
Urgence

Moyen-Orient : Une crise complexe et urgente

L'escalade dramatique des hostilités en Israël et dans les territoires palestiniens occupés depuis le 7 octobre a plongé des millions de personnes dans la peur, interrompu des services essentiels à la survie des populations et laissé des familles des deux côtés endeuillées par la perte d'êtres chers. Les besoins humanitaires sont immenses et la situation devrait se détériorer à mesure que de plus en plus de personnes sont déplacées par les combats. Par cet appel d'urgence, l'IFRC et ses membres soutiennent la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge égyptien, le Croissant-Rouge arabe syrien et le Croissant-Rouge jordanien à se préparer et à renforcer leur capacité d'intervention et de réaction.Les documents relatif à l'appel d'urgence sont disponible en arabe ici.

|
Article

Journée de l'hygiène menstruelle : #NousNousEngageons à lutter contre la stigmatisation, l'exclusion et la discrimination pendant les règles.

Dans le monde entier, des millions de femmes et de jeunes filles sont victimes de stigmatisation, d'exclusion et de discrimination simplement à cause d'une fonction corporelle parfaitement naturelle : leurs règles. Les attitudes négatives et les informations erronées concernant les règles limitent le potentiel des femmes et des filles. Trop souvent, elles n'ont pas accès à l'éducation et à l'emploi, soit parce qu'elles ne disposent pas des équipements et des produits d'hygiène nécessaires pour mener à bien leur vie quotidienne pendant leurs règles, soit parce qu'elles craignent la honte et l'embarras de leur communauté. La sécurité des femmes et des filles est également menacée. En l'absence d'installations d'hygiène adéquates, les femmes peuvent être contraintes d'aller à l'air libre pour répondre à leurs besoins menstruels, ce qui les expose à des dangers physiques et psychologiques. Dans des cas extrêmes, la stigmatisation des règles a coûté tragiquement la vie à des femmes et des filles. À l'IFRC, #NousNousEngageons à lutter contre la stigmatisation, l'exclusion et la discrimination liées aux règles et à améliorer les connaissances, les compétences et les programmes de nos Sociétés nationales en matière de gestion de l'hygiène menstruelle (GHM). Nous nous efforçons d'améliorer les normes en matière de GHM dans l'ensemble de notre réseau, à la fois dans le cadre de nos programmes d'eau, d'hygiène et d'assainissement (EHA) à long terme, mais aussi lors des interventions d'urgence. Parce que les règles ne s'arrêtent pas en cas d'urgence ! Nous nous concentrons sur trois domaines principaux : La fourniture de serviettes hygiéniques et d'articles de santé menstruelle dans le cadre de notre aide humanitaire; L'engagement communautaire pour démystifier les règles, éduquer les femmes et les filles sur la façon de les gérer en toute sécurité et combattre les attitudes négatives, en particulier chez les hommes et les garçons. Cela implique également de plaider auprès des gouvernements pour des activités plus nombreuses et de meilleure qualité en matière de GHM; Mettre en place des installations EHAconçues en tenant compte des besoins supplémentaires des femmes et des filles en période de menstruation. Beaucoup de nos Sociétés nationales font déjà un travail fantastique dans ce domaine. Voyons-en quelques-unes ! Au Liban Avec le soutien du Fonds d'innovation humanitaire d'Elrha, la Croix-Rouge libanaise s'est associée à l'IFRC, à la Croix-Rouge britannique et à la société de conseil ARUP pour développer des latrines et des installations de bain/de blanchissage inclusives et adaptées à la GHM. Ils se sont concentrés sur les femmes vivant dans des camps de tentes informels près de la frontière syrienne. En s'adressant aux femmes de ces campements, les équipes de la Croix-Rouge libanaise ont appris que les femmes utilisent principalement des serviettes jetables pendant leurs règles, ou un tissu en cas d'urgence, qu'elles brûlent après une seule utilisation. Les femmes ont expliqué que si elles disposaient d'un espace sûr, accessible et privé à utiliser, séparé des installations des hommes et doté de méthodes d'élimination discrètes, elles mettraient leurs serviettes usagées à la poubelle. Sur la base de ce feedback, la Croix-Rouge libanaise a mis en oeuvre des installations EHA d'urgence qui tenaient compte des besoins de ces femmes. Elle a élaboré un manuel qui peut être adapté et utilisé par d'autres Sociétés nationales et partenaires. Ce manuel contient des recommandations sur la meilleure façon d'aborder les besoins périodiques des femmes et des filles de manière sensible et efficace. Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet. Au Pakistan Bien que les menstruations soient considérées comme naturelles et un signe de maturité pour les femmes au Pakistan, elles sont également perçues comme sales, honteuses et devant être gérées en silence. Les hommes sont généralement chargés de décider des installations et des services de santé menstruelle offerts aux femmes et aux filles, mais ils les impliquent ou les consultent rarement sur leurs besoins. La Croix-Rouge suisse a travaillé avec l'Université Aga Khan au Pakistan pour mettre en place des coins spéciaux GHM dans les hôpitaux - des espaces sécurisés dans lesquels les femmes et les filles pouvaient recevoir des informations et des conseils sur l'hygiène menstruelle et la santé reproductive. Ils ont organisé des séances de fabrication de serviettes hygiéniques avec des hommes et des femmes pour les sensibiliser aux bonnes pratiques d'hygiène. Enfin, ils ont identifié des "champions GHM" influents qui diffusent désormais ces connaissances et s'attaquent à la stigmatisation des règles au sein de leurs communautés. Au Malawi Pour de nombreuses filles au Malawi, maîtriser leurs règles reste un défi en raison du manque d'accès à l'information, aux produits hygiéniques et à des installations EHA adéquates, en particulier dans les écoles. La Croix-Rouge du Malawi, avec le soutien de la Croix-Rouge suisse, a mené une recherche à méthode mixte auprès de plus de 500 élèves pour comprendre les connaissances, les attitudes et les pratiques des filles et des garçons en matière de règles. Elles ont découvert que : Plus de la moitié des filles auxquelles elles ont parlé n'avaient jamais entendu parler desmenstruations avant qu'elle ne débute; Les filles ayant une meilleure connaissance utilisaient de meilleures pratiques de GHM et séchaient moins l'école; Il est intéressant de noter que les connaissances accrues des garçons en matière de GHM sont associées à des niveaux plus élevés de moqueries et à un absentéisme plus important des filles pendant leurs règles. La Croix-Rouge du Malawi a depuis utilisé cette recherche pour informer son travail en matière de GHM afin qu'il réponde mieux aux besoins des filles. Elle a construit des toilettes adaptées aux femmes dans les écoles, produit des produits d'hygiène menstruelle réutilisables, dispensé des formations aux enseignants et aux groupes de parents et plaidé en faveur d'un renforcement des activités de santé menstruelle au niveau de la communauté et du district. En Argentine Pendant la pandémie de COVID-19, il a été constaté que les personnes transgenres en Argentine avaient des difficultés à accéder aux articles d'hygiène menstruelle. En étroite coordination avec deux organisations spécialisées locales qui soutiennent et défendent les personnes transgenres, la Croix-Rouge argentine a distribué des kits d'hygiène comprenant des serviettes hygiéniques, des tampons et des coupes menstruelles. Les hommes transgenres ont fourni des recommandations et sélectionné les articles menstruels appropriés pour les kits. La distribution des kits s'est accompagnée d'ateliers virtuels sur la santé sexuelle et l'utilisation correcte des coupes menstruelles. La Croix-Rouge argentine a également mis en place une ligne de conseil sanitaire afin d'offrir un soutien psychosocial à toute personne qui en avait besoin. Ressources d'apprentissage et plus d'informations sur la GHM : Découvrez encore plusd'études de cas sur les activités MHM de nos Sociétés nationales dans cette collection. Explorez notre multitude de conseils pratiques, d'outils et de ressources de plaidoyer sur l'hygiène menstruelle sur notre site dédié à EHA ici. Visitez la page EHA sur le site de l'IFRC. Visitez la page de la campagne mondiale de la Journée de l'hygiène menstruelle pour plus d'informations sur le thème de cette année. Contactez notre responsable WASH en santé publique, Alexandra Machado, pour toute question relative à la gestion de l'hygiène menstruelle : [email protected] -- *Nous reconnaissons que toutes les personnes qui ont leurs règles ne s'identifient pas comme des femmes, et que toutes les femmes n'ont pas leurs règles.

|
Société nationale

Croix-Rouge libanaise