COP27: C'est le moment maintenant de transformer les mots en action

A Red Cross volunteer carries a child through floodwaters after tropical cyclone Julia became a category 1 hurricane, causing intense rains  in the Central American territory and the Caribbean islands of San Andres and Providencia in Colombia

Un volontaire de la Croix-Rouge porte un enfant à travers les eaux de crue après que le cyclone tropical Julia se soit transformé en ouragan de catégorie 1, provoquant des pluies intenses sur le territoire d'Amérique centrale et les îles caribéennes de San Andres et Providencia en Colombie.

Photo: Croix-Rouge guatémaltèque

En réponse au plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, une déclaration du président Francesco Rocca et du secrétaire général Jagan Chapagain de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) :

Alors que les dirigeants se réunissent à la COP27 depuis deux semaines, les familles sont confrontées aux conséquences très concrètes des phénomènes météorologiques extrêmes, et ne peuvent attendre que les promesses se transforment en actions.

Au cours des deux dernières semaines, le système de surveillance des risques de l'IFRC a émis des alertes pour environ 14 inondations en Afrique, 18 dans les Amériques, 35 en Asie-Pacifique, cinq dans l'Union européenne et deux dans la région MENA. Au cours de cette période, quatre tempêtes tropicales nommées ont menacé de destruction. Des incendies de forêt ont ravagé des communautés dans dix pays, touchant plus de 10 000 hectares. Et vendredi, au moins trois personnes sont mortes à la suite d'inondations à Kigali, au Rwanda, et 11 au Venezuela. En Éthiopie, 185 000 personnes ont été déplacées. Les communautés d'Afrique et d'Afghanistan continuent de se débattre avec l'insécurité alimentaire, qui aggrave les crises.

La question des pertes et dommages a été inscrite pour la première fois à l'ordre du jour de la COP et, aujourd'hui, les dirigeants mondiaux ont convenu de la mise en place de nouveaux mécanismes de financement pour aider les pays en développement, en particulier ceux qui sont le plus exposés aux effets néfastes du changement climatique. Nous saluons les promesses de financement qui ont été faites sur les pertes et dommages, qui sont des conversations historiquement importantes et des pas en avant positifs. Ces engagements doivent être complétés par des financements nouveaux et supplémentaires qui atteignent les personnes et les communautés les plus exposées, et qui soient prévisibles, adéquats et flexibles afin de faire face aux crises liées au climat.

Nous nous réjouissons de l'accord visant à rendre opérationnel le réseau de Santiago sur les pertes et les dommages, qui fournira une assistance technique cruciale pour réduire et répondre aux impacts auxquels les communautés sont déjà confrontées. Cependant, nous devons revoir à la hausse nos ambitions en matière de réduction des émissions et cette COP n'a pas été à la hauteur sur ce point. Chaque augmentation du réchauffement de la planète est importante pour sauver des vies et des moyens de subsistance et est donc essentielle pour maintenir les températures mondiales en dessous de la limite de réchauffement de 1,5°C.

Nous nous félicitons de l'accent mis sur les systèmes d'alerte précoce dans le plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, qui reflète les réalités en première ligne de la crise climatique que l' IFRC met en avant depuis plus de deux décennies. Réduire les risques et sauver des vies, en particulier dans les communautés du dernier kilomètre, c'est ce que font chaque jour nos équipes dans le monde entier et il est réconfortant de voir ce travail s'étendre. Pour être plus efficaces, les alertes précoces doivent être suivies d'une action rapide et ces systèmes doivent être enracinés dans les communautés - y compris celles qui sont les plus difficiles à atteindre et les familles coincées dans des crises prolongées.

Alors que les impacts humanitaires du changement climatique ne cessent de croître, il devrait en être de même pour le financement de l'adaptation, en veillant à ce qu'il atteigne les personnes les plus touchées et les plus à risque. En tant qu'héritage de la "COP de mise en œuvre", l'investissement mondial doit atteindre le niveau local. 

Il est temps de transformer les paroles et les engagements en actions au niveau national, de donner vie à l'accord et de faire une réelle différence dans la vie des personnes et des communautés les plus touchées par la crise climatique.

En tant que réseau de l'IFRC, nous nous sommes engagés à intensifier l'action locale pour répondre à la crise climatique, en travaillant avec les communautés pour renforcer la préparation et la résilience face à l'augmentation des risques et des impacts.

Les crises climatiques et environnementales sont une menace pour l'humanité et nous avons tous un rôle à jouer. Nous devons maintenant nous tourner vers l'avenir avec détermination et espoir. 

Nos actions collectives peuvent inspirer l'ambition que nous devons voir dans le monde.

Contacts médias:

A Genève: Anna Tuson, +41 79 895 6924, [email protected]

Communiqués de presse connexes