Changement climatique

Displaying 1 - 25 of 26
05/05/2022 | Article

L'IFRC a été créée pour apporter de la gentillesse- et la gentillesse est plus que jamais nécessaire

"Le monde saigne, et il a besoin d'aide maintenant". Les mots d'avertissement d'un leader humanitaire secoué par une guerre brutale et vivant dans l'ombre d'une pandémie mondiale. Ce n'est pas moi qui ai écrit ces mots. Ils ont été écrits en 1919, par Henry Davison, le dirigeant de la Croix-Rouge américaine. Son idée majeure était que les sociétés de la Croix-Rouge du monde entier - qui ont été mises sur pied après la création du mouvement par le lauréat du prix Nobel Henry Dunant en 1863 - devaient se rassembler pour former une force du bien en tout temps, et pas seulement pendant les guerres. Davison était convaincu que la bienveillance et l'expertise dont faisaient preuve les volontaires de la Croix-Rouge devaient également profiter à l'humanité en d'autres temps. C'est ainsi qu'est née la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, le 5 mai 1919, avec cinq Sociétés fondatrices de la Croix-Rouge - la Croix-Rouge des États-Unis d'Amérique, la Croix-rouge de l'Italie, celle du Japon, celle de la France et enfin celle du Royaume-Uni. À la fin de cette année-là, la Ligue comptait 30 membres. En 1991, la league changea de nom pour devenir la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-rouge(IFRC). Nous comptons actuellement 192 Sociétés nationales membres. L'idée de base est restée la même, tandis que l'étendue du réseau de l'IFRC s'est massivement développée, en termes de portée et d'impact. En 2020, 14,9 millions de volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé plus de 688 millions de personnes dans le cadre de catastrophes et d'autres interventions d'urgence, quelque 306 millions dans le domaine de la santé et 125 millions dans celui de l'eau potable et de l'assainissement. Ces chiffres sont impressionnants, mais l'ampleur des besoins humanitaires continue de croître chaque année. En ce moment même, d'innombrables personnes à travers le monde ont besoin d'un soutien urgent. Le conflit en Ukraine et la pression exercée sur les pays voisins n'en sont qu'un exemple. Les dommages physiques, sociaux et économiques persistants infligés par la pandémie mondiale de COVID-19 en sont un autre. À ces catastrophes s'ajoute la menace omniprésente, et qui prend de l'ampleur, du changement climatique. Face à de tels défis, une idée simple - comme celle qui a donné naissance en 1919 à ce que l'on appelle aujourd'hui l'IFRC - peut-elle encore contribuer à guérir le monde ? Je crois que oui, et qu'elle le fera. Nous savons ce qui fonctionne, et nous le prouvons depuis plus d'un siècle. Il s'agit d'un être humain qui tend la main à un autre être humain en crise, au niveau de la communauté, là où le besoin est le plus grand. Il s'agit de veiller à ce que les volontaires locaux et les organisations locales disposent de ressources, de formations et de l'aide internationale dont ils ont besoin pour répondre aux catastrophes et aux crises. Il s'agit de s'assurer que leurs voix sont entendues et que leurs intérêts sont représentés sur la scène internationale. Et en travaillant afin d'apporter ce soutien aux communautés et aux individus les plus marginalisés, où qu'ils soient, et sans aucune discrimination quant à leur identité. C'est - tout simplement - de la gentillesse. J'ai rejoint ma Société nationale, la Croix-Rouge du Népal, en tant que volontaire il y a plus de trente ans. On me faisait confiance - et j'étais donc en mesure de rencontrer et de soutenir les personnes qui en avaient le plus besoin - parce que je faisais partie de leur communauté, que je parlais leur langue et que je comprenais leurs préoccupations. Et la clé pour comprendre les besoins des gens était la gentillesse. Au fil des ans, l'IFRCa évolué en même temps que les communautés qu'elle soutient. Nous avons adapté nos méthodes de travail, élargi notre expertise au fur et à mesure de l'apparition de vulnérabilités et de facteurs de stress différents, et nous avons été suffisamment agiles pour lancer puis généraliser de nouvelles approches du soutien humanitaire. Nous avons été à l'origine du développement et de l'acceptation généralisée de l'assistance en espèces, qui constitue le moyen le plus efficace et le plus respectueux de soutenir les personnes dans le besoin. Après tout, les personnes qui ont tout perdu dans une catastrophe ou un conflit ne devraient pas avoir à perdre également leur dignité. Nous conduisons également le changement sur la manière dont les risques de catastrophe sont gérés et réduits grâce à une action anticipative, où les communautés locales sont soutenues pour réduire leurs risques, et où un financement immédiat peut être déclenché lorsque des seuils mesurés scientifiquement sont atteints. Aucune de ces actions ne serait possible sans les actes de gentillesse de nos 14,9 millions de volontaires communautaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. A l'occasion de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le 8 mai, nous encouragerons les gens du monde entier à croire au pouvoir de la gentilesse. #SoyonsAimables. Le monde saigne toujours. Il a encore besoin d'aide. Mais il y a près de 15 millions de raisons de croire en la gentillesse et d'avoir de l'espoir. -- Si vous souhaitez en savoir plus sur l'histoire de l'IFRC, visitez notre page histoire et archives. Et consultez le hashtag #SoyonsAimables sur tous les canaux de médias sociaux cette semaine pour voir comment nos Sociétés nationales célèbrent la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Lire plus
01/09/2022 | Article

Faire face aux causes environnementales de la crise alimentaire en Afrique

Ce texte a été initialement publié sur le site du WWF ici.(Disponible en anglais) L'Afrique est confrontée à sa pire crise alimentaire depuis 40 ans. Près de 114 millions de personnes en Afrique subsaharienne, soit près de la moitié de la population des États-Unis, sont confrontées à une grave insécurité alimentaire. En Afrique de l'Est, 50 millions de personnes sont menacées. Au Sahel, le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire d'urgence a quadruplé pour atteindre 30 millions au cours des sept dernières années. Les causes de la crise actuelle sont multiples. Les conflits et la récession économique provoquée par la pandémie de COVID-19 ont joué leur rôle. Mais surtout, le continent a été frappé par une sécheresse prolongée, des inondations et des essaims de criquets pèlerins - des risques naturels, exacerbés par le changement climatique provoqué par l'homme et la dégradation de la nature. Ce sont les plus vulnérables qui paient le prix fort de la crise alimentaire actuelle. Des hommes et des femmes perdent leurs moyens de subsistance lorsque les récoltes sont mauvaises, les animaux meurent de faim ou de soif et les sols sont balayés par les eaux. Les enfants souffrent de la faim et leur éducation est interrompue. Les femmes mangent moins, et la sécheresse relègue au second plan les besoins alimentaires, notamment ceux des jeunes filles, des femmes enceintes et allaitantes, ainsi que l'hygiène menstruelle. Tous les pays d'Afrique ont un besoin urgent d'aide humanitaire afin de mener leurs actions qui sauvent des vies. Des organisations telles que les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge intensifient leurs actions, avec l'IFRC, les gouvernements et les partenaires, pour apporter ce soutien urgent. Mais elles reconnaissent, tout comme le WWF, la nécessité de renforcer également la résilience aux aléas et de s'attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Un climat en mutation De nombreuses causes sous-jacentes peuvent être trouvées dans la double crise environnementale du climat et de la perte de la nature, qui s'ajoute aux crises causées par des facteurs tels que la pauvreté et les conflits. L'augmentation du niveau des gaz à effet de serre dans notre atmosphère - provenant principalement des pays riches et à revenu intermédiaire du Nord de la planète - entraîne une hausse des températures qui perturbe les schémas météorologiques et climatiques et dégrade les écosystèmes naturels. Le changement climatique aggrave les phénomènes météorologiques extrêmes, les rend plus fréquents et favorise les échanges transfrontaliers. Il modifie le régime des précipitations et compromet la sécurité de l'eau et de l'alimentation. Il a un impact sur la santé humaine et exerce une pression supplémentaire sur la nature et la biodiversité, exacerbant les pressions exercées par le changement d'affectation des terres, la surexploitation, la pollution et les espèces envahissantes. Actuellement, environ 30 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre proviennent des systèmes alimentaires. Non seulement les choix alimentaires dans les zones urbaines riches entraînent une crise sanitaire liée à l'obésité et aux maladies non transmissibles, mais la surconsommation d'aliments produits de manière non durable, ainsi que les comportements inefficaces et le gaspillage dans toutes les chaînes de valeur, contribuent directement à l'insécurité alimentaire en Afrique. Cela souligne l'impératif urgent pour les pays riches de réduire leurs émissions aussi rapidement que possible. Même si tous les autres secteurs se décarbonisent de manière linéaire d'ici à 2050, les systèmes alimentaires habituels représenteront la quasi-totalité du budget carbone d'un avenir à deux degrés. Alors qu'environ 89 pays se sont engagés à atteindre des émissions nettes nulles d'ici le milieu du siècle (ce qui ne permettrait toujours pas d'obtenir les réductions d'émissions nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5 °C), peu d'entre eux ont encore élaboré la série de politiques et de réglementations qui les placeront sur une trajectoire nette zéro. De nombreuses communautés vulnérables en Afrique ont besoin d'être soutenues face aux chocs climatiques en renforçant leur capacité de réponse, en réduisant leur exposition aux risques et en développant leur résilience. Beaucoup de choses peuvent et doivent être faites pour aider directement les communautés et les écosystèmes vulnérables en Afrique, aujourd'hui et dans les décennies à venir. Des investissements urgents doivent être réalisés pour aider les communautés vulnérables à s'adapter aux impacts actuels du changement climatique et à devenir plus résilientes aux chocs climatiques à venir. Il est essentiel de parvenir à une compréhension commune, d'obtenir des financements et d'adopter des politiques favorables afin que les gouvernements, les ONG et le secteur privé en Afrique puissent reconnaître les menaces posées par les impacts du changement climatique et mettre en œuvre les solutions urgentes nécessaires pour aider les populations locales à s'adapter. Le lien entre le climat et la nature Il existe également d'importantes solutions qui utilisent la nature à la fois pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre et pour aider les communautés à s'adapter et à devenir plus résistantes au climat. Les terres, les océans et les systèmes d'eau douce de la planète absorbent et stockent déjà la moitié des émissions produites par l'humanité chaque année : la protection, la restauration et l'amélioration des écosystèmes seront essentielles pour faire face au changement climatique. Les systèmes alimentaires peuvent également constituer une partie importante de la solution aux crises de la nature et du climat. Investir dans des solutions fondées sur la nature - comme l'adoption de pratiques agroécologiques de production alimentaire, la conservation des forêts, la protection des zones humides ou la valorisation des écosystèmes côtiers - peut contribuer à stocker les émissions, à protéger les communautés contre les phénomènes météorologiques extrêmes et à fournir de la nourriture, des emplois et des habitats. Ces solutions, si elles sont de qualité, bien conçues et correctement financées, peuvent contribuer à renforcer la résilience climatique. Mais au-delà des projets individuels, les impacts et les vulnérabilités climatiques, ainsi que la protection de la nature, doivent être intégrés dans le processus décisionnel des secteurs public et privé à tous les niveaux sur le continent. L'ampleur du défi posé par le climat et la perte de nature signifie qu'ils doivent être pris en compte à tous les niveaux de décision et par les acteurs économiques, grands et petits. La crise alimentaire actuelle à laquelle sont confrontés des millions de personnes en Afrique exige une aide humanitaire urgente. Mais, sans une réponse au changement climatique et à la perte de biodiversité beaucoup plus complète et à long terme, dirigée localement et centrée sur les populations, les ressources humanitaires seront sollicitées au-delà du point de rupture. --- L'IFRC s'associe au WWF, la plus grande organisation de protection de l'environnement au monde, pour travailler avec la nature et protéger les populations face à la crise climatique. Cliquez ici pour en savoir plus sur notre partenariat.

Lire plus
10/08/2022 | Communiqué

Le PAM et l'IFRC unissent leurs forces pour renforcer la réponse aux chocs climatiques anticipés dans la région MENA

Dubai, 10 Août 2022– Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) ont signé un protocole d'accord régional visant à soutenir les activités conjointes de plaidoyer, de développement des capacités et de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre coordonnée au niveau national d'une action anticipée en réponse aux chocs climatiques dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. La signature a eu lieu à l'issue d'un événement intitulé "Road to COP27 : Anticipatory Action Milestones and Way Forward in MENA", organisé par la Cité internationale humanitaire (CIH), à Dubaï (Émirats arabes unis), auquel ont participé des intervenants de haut niveau et les représentants du gouvernement des Émirats arabes unis, du ministère du changement climatique et de l'environnement, du PAM, de l'IFRC, du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des sociétés nationales et des organisations humanitaires régionales et internationales, dont le Programme des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, la FAO, Start Network et du Partenariat pour une action précoce tenant compte des risques. L'événement a mis l'accent sur l'importance d'agir en amont des catastrophes liées au climat, par le biais d'une action anticipée. L'action anticipée est un moyen efficace d'atténuer les pires conséquences des risques climatiques prévisibles, qui devraient devenir plus fréquents et plus intenses en raison du changement climatique et des conflits dans la région MOAN. "Dans une région où les aléas climatiques tels que les sécheresses, les inondations et les vagues de chaleur augmentent les besoins humanitaires, l'action anticipative vise à réduire ou à atténuer l'impact de ces aléas sur les personnes les plus vulnérables", a déclaré Mageed Yahia, représentant du PAM auprès du CCG. "Nous sommes reconnaissants de la forte représentation des Émirats arabes unis à cet événement aujourd'hui, un allié important dans la quête pour rendre le système humanitaire aussi anticipatif que possible", a-t-il ajouté. Au cours des dernières années, le PAM et l'IFRC ont progressé dans la mise en place d'une approche d'action anticipée (AA) dans la région MOAN pour agir plus tôt avant les catastrophes. "N'oublions pas que les objectifs et la vision de la COP27 sont l'atténuation, l'adaptation, le financement et la collaboration. Aujourd'hui, nous abordons ces quatre éléments principaux, car l'action anticipée permet l'atténuation et l'adaptation aux impacts du changement climatique", a déclaré Rania Ahmad, directrice régionale adjointe de l'IFRC pour la région MOAN. "Cette collaboration entre l'IFRC et le PAM permettra d'accroître le partage d'expériences et de financements et de faire en sorte que les populations les plus vulnérables soient mieux préparées et renforcent leur résilience." Au cours de l'événement, le PAM et l'Overseas Development Institute (ODI) ont également lancé le rapport " Action anticipée dans la région MOAN : État des lieux et accélération de l'action", soutenu par le gouvernement suédois, qui met en évidence l'état de l'action anticipative dans la région, et son potentiel pour aider à éviter et à réduire les impacts des catastrophes. La coordination et la collaboration régionales entre toutes les parties prenantes seront nécessaires pour compléter les efforts et les engagements afin d'intensifier l'agenda des actions anticipatives dans la région avec des résultats tangibles. À ce titre, l'IFRC et le PAM mettent en place la "communauté de pratique régionale MOAN pour l'action anticipative", un espace de coordination technique et de plaidoyer, de collaboration, d'échange d'apprentissage et de renforcement des capacités en matière d'action anticipative et de prévention des catastrophes dans la région. L'initiative rassemblera des agences des Nations Unies, le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des organisations internationales, des gouvernements, des ONG, les secteurs public et privé et le monde universitaire, afin de coordonner et de travailler ensemble pour développer et mettre en œuvre efficacement des programmes d'action anticipative alors que la menace de chocs climatiques continue de croître. Pour plus d'informations, veuillez contacter: Malak Atkeh, IFRC/GCC, [email protected],+971 564780874 Zeina Habib, WFP/Gulf, [email protected], +971 52 4724971 Abeer Etefa, WFP/MOAN, [email protected], +20 1066634352 Reem Nada, WFP/MOAN, [email protected], +20 1066634522

Lire plus
15/08/2022 | Page de base

Programme mondial de résilience climatique

Le changement climatique n'est pas un problème futur, c'est une menace pour l'humanité que nous observons chaque jour dans notre travail avec les communautés. Grâce à notre programme mondial de résilience climatique, nous aidons les populations à s'adapter au changement climatique et à réduire les risques liés au climat.

Lire plus
29/03/2022 | Discours

Le secrétaire général de l'IFRC prend la parole lors du Dialogue sur les sciences du climat et l'action humanitaire

Excellences, collègues et amis, avec nos co-hôtes, les missions permanentes de la République arabe d'Égypte, du Royaume-Uni et du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, nous vous accueillons chaleureusement aujourd'hui à l'IFRC pour le Dialogue sur la science du climat et l'action humanitaire. Nous sommes ravis que vous nous rejoigniez aujourd'hui - en personne et en ligne - pour cette importante discussion qui s'appuie sur les résultats du Dialogue sur les sciences du climat et l'action humanitaire de 2018 que nous avons co-organisé avec la Suisse, les Pays-Bas, les Fidji, le GIEC et le Réseau Action Climat. Beaucoup de choses ont changé depuis lors. Lerapport du GIEC sur les impacts, l'adaptation et la vulnérabiliténous a effectivement fait entrer dans une nouvelle ère. Une ère où le monde entier considère lacrise climatiquecomme une crise humanitaire qui se déroule sous nos yeux. Le rapport du GIEC confirme ce que l'IFRC et son réseau de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont constaté depuis des années :le changement climatique perturbe déjà la vie de milliards de personnes, en particulier les plus pauvres du monde qui y ont le moins contribué. Le changement climatique contribue aux crises humanitaires, en particulier dans des contextes où les populations sont déjà vulnérables.Il provoque desmouvements de population, desproblèmes de santé, ainsi qu'uneinsécurité alimentairedue aux inondations et à la sécheresse. Le rapport confirme également que les impacts climatiques exacerbent et perpétuent les vulnérabilités, ainsi que les inégalités sociales et économiques. Les conséquences seront pires et plus rapides que nous le pensions. L'absence de précédent n'est plus une excuse pour ne pas se préparer. Les événements climatiques et météorologiques extrêmes seront plus fréquents et plus intenses. Ils toucheront de nouveaux territoires. Et de nombreux dangers se produiront en même temps. Cela signifie que nous ne pouvons pas utiliser ce qui s'est passé dans le passé pour prédire l'avenir. Nous devons écouter la science et l'utiliser pour planifier et nous protéger contre les risques futurs. Cela doit être notre méthode de travail standard. Comment pouvons-nous, en tant que communauté humanitaire, utiliser cette science pour agir ensemble ? Pour notre part, nous intensifions notre action climatique sur le terrain. Le réseau de l'IFRC adopte une approche proactive en mettant en place une ambitieuse Plateforme mondiale pour le climat visant à mobiliser des ressources et à renforcer de manière significative les initiatives d'action climatique dans les pays les plus vulnérables au climat dans le monde, dans le but d'accroître la résilience des communautés aux impacts du changement climatique. Nos décennies d'expérience en matière de gestion des risques de catastrophe et d'action climatique - et la mise à profit de l'expertise en science du climat - placent le réseau de l'IFRC dans une position unique pour intensifier l'action climatique locale. La Plateforme Climatique sera co-créée avec les partenaires intéressés et les Sociétés Nationales membres et reliera différentes sources de financement à travers les secteurs du développement, de l'humanitaire, du climat et du privé. Son ambition est de réunir plus d'un milliard de francs suisses pour soutenir un programme quinquennal dans au moins 100 pays vulnérables au climat, afin d'aider plus de 53 millions de personnes à réduire les risques climatiques et à mener une vie plus sûre et plus digne. Rien de tout cela n'est possible sans la solidarité. Nous devons nous unir en tant que communauté humanitaire. Nous avons travaillé avec le Comité international de la Croix-Rouge pour créer une communauté d'organisations engagées à travers laCharte climat et environnement pour les organisations humanitaires, afin d'aider à orienter l'action collective sur la manière dont nous devons changer et opérer différemment pour faire face à cette crise. Nous avons maintenant plus de 220 signataires et trois gouvernements qui soutiennent la Charte, et l'Union européenne ajoutera sa signature la semaine prochaine. Nous vous invitons à nous rejoindre, à prendre vos propres engagements et objectifs et à soutenir les autres pour mettre en œuvre la charte. Comme l'indique le rapport du GIEC, la fenêtre d'action se referme rapidement. Nous n'avons d'autre choix que d'être audacieux et de transformer nos actions. C'est pourquoi nous avons réuni tout le monde ici aujourd'hui : pour construire une vision commune sur la façon dont nous pouvons accélérer une action réelle et opportune de la communauté humanitaire. Excellences, collègues et amis - Barack Obama a dit un jour :"Nous sommes la première génération à ressentir les effets du changement climatique et la dernière génération à pouvoir y faire quelque chose."En effet, nous avons le pouvoir de faire quelque chose à ce sujet. Merci. FIN. -- A propos de l'évènement Le Dialogue sur la science du climat et l'action humanitaire était un événement hybride virtuel/personnel co-organisé par les missions permanentes de la République arabe d'Égypte et du Royaume-Uni auprès des Nations unies à Genève et l'IFRC, avec la collaboration du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Elle a eu lieu le vendredi 25 mars 2022. Elle a réuni des participants du monde entier pour discuter des implications humanitaires du dernier rapport du GIEC sur lesimpacts climatiques, l'adaptation et la vulnérabilité- couvrant des sujets allant de l'action anticipée aux migrations liées au climat.

Lire plus
14/07/2022 | Communiqué

L'IFRC met en garde contre les conséquences tragiques de la vague de chaleur qui s'intensifie en Europe.

Budapest, 14 juillet 2022 - Dans toute l'Europe, des températures extrêmes ont entraîné des vagues de chaleur dangereuses et des incendies de forêt. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) exhorte les villes et les communautés à se préparer pour éviter une nouvelle catastrophe. Depuis le mois de mai, l'Europe figure parmi les "points chauds de la canicule" les plus rapides au monde. Les prévisions ne montrent aucun signe d'accalmie. De nombreuses régions d'Europe occidentale connaissent des températures extrêmes et des pays comme le Portugal luttent contre des incendies de forêt qui font rage et touchent des milliers de personnes. «Avec la crise climatique, cette chaleur fait partie de notre "nouvelle normalité», explique Maarten Aalst van, directeur du centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. «Ces événements mortels sont désormais plus fréquents et plus intenses». Au cours des dix dernières années, les catastrophes liées au climat et aux conditions météorologiques ont tué plus de 400 000 personnes, affecté 1,7 milliard d'autres et déplacé en moyenne 25 millions de personnes chaque année dans le monde. Les personnes les plus exposées aux vagues de chaleur sont les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants. Les vagues de chaleur ont des répercussions en cascade dans d'autres domaines de la société, comme la réduction de la production économique, la mise à rude épreuve des systèmes de santé et les coupures de courant. Le personnel et les volontaires des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de toute la région soutiennent les communautés qui se préparent à la canicule ou qui en subissent les conséquences. En même temps, les équipes répondent aux incendies de forêt dévastateurs, notamment au Portugal, mais aussi en Espagne, en Italie, en France, en Grèce et en Turquie, provoqués par la chaleur extrême. «Beaucoup ont dû évacuer leur maison avec le peu d'affaires qu'ils pouvaient porter», explique Ana Jorge, présidente de la Croix-Rouge portugaise. «Nos équipes médicales s'efforcent de s'assurer que les gens se mettent en sécurité, de fournir des soins de santé essentiels à ceux qui souffrent de brûlures et d'autres blessures, et de leur fournir un lit pour dormir et le nécessaire pendant qu'ils décident de leurs prochaines étapes.» With heat waves becoming more likely around the world as the climate crisis worsens, more preparedness and early warning systems are required to reduce and manage the risks. «Les gens ne sont pas toujours conscients des dangers de la chaleur. Mais lorsque les communautés comprennent les risques et prennent des mesures simples pour s'y préparer, elles peuvent éviter des tragédies inutiles», déclare M. van Aalst. «Nous exhortons les villes et les communautés à se préparer et à prendre les mesures nécessaires pour sauver des vies, aujourd'hui et à long terme.» Pour plus d'informations ou pour arranger une interview: A Budapest: Corrie Butler,[email protected]+36 704306506 AAthène: Georgia Trismpioti, [email protected] +30 6971809031 Note aux éditeurs: Le Guide de la canicule pour les villes et le kit d'action urbaine de l'IFRC sont des ressources destinées aux responsables municipaux, aux urbanistes et aux organisations communautaires pour anticiper et planifier la chaleur urbaine extrême et réduire les risques mortels. La boîte à outils pour le refroidissement urbain du C40 propose des approches pour abaisser les températures urbaines et réduire l'impact de l'effet de chaleur urbain ; L'outil sur les avantages des villes résilientes à la chaleur" aide les urbanistes et les décideurs à quantifier les avantages sanitaires, économiques et environnementaux des mesures d'adaptation. Une vague de chaleur est une période prolongée de températures anormalement élevées et souvent d'une forte humidité. La chaleur extrême peut provoquer un malaise, une déshydratation et d'autres maladies aiguës, et aggraver les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il existe désormais une montagne de preuves que le changement climatique augmente l'occurrence des vagues de chaleur mortelles. Par exemple, les scientifiques ont conclu que le changement climatique a rendu la vague de chaleur de 2022 en Inde et au Pakistan 30 fois plus probable, la vague de chaleur de 2019 en Europe occidentale au moins 10 fois plus probable, la vague de chaleur de 2019-20 en Australie qui a contribué aux feux de brousse dévastateurs 10 fois plus probable, et que la chaleur extrême dans le nord-ouest des États-Unis et au Canada en 2021 aurait été pratiquement impossible sans changement climatique. Pour plus de détails, voir par exemple les analyses de l'attribution des phénomènes météorologiques mondiaux.

Lire plus
23/06/2022 | Communiqué

Les dirigeants de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’engagent à redoubler d’efforts pour faire face aux nouveaux défis humanitaires

Genève, le 23 juin 2022 – Le Conseil des Délégués du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement) s’est achevé aujourd’hui à Genève sur l’engagement qu’ont pris les dirigeants et les représentants Jeunesse de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier de travailler ensemble et de redoubler d’efforts pour prendre des mesures urgentes face à des problèmes humanitaires critiques. Les représentants de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont adopté une série de résolutions visant à agir sur tout un éventail de défis humanitaires, dont les menaces existentielles grandissantes qu’entraîne la crise climatique ; l’escalade de la crise migratoire ; les conséquences dévastatrices de la guerre en milieu urbain et la nécessité de poursuivre les efforts engagés pour parvenir à l’élimination des armes nucléaires. « La guerre en milieu urbain a des conséquences humanitaires dévastatrices, comme le nombre effroyable de victimes civiles, les souffrances physiques et mentales, la destruction d’habitations et d’infrastructures civiles vitales, la perturbation de services essentiels et les déplacements massifs de population. Nous avons vu cette triste réalité s’imposer en Syrie, en Libye, en Ukraine et ailleurs. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge doivent mobiliser toutes leurs ressources et leur influence face aux défis à surmonter », a déclaré le président du CICR, Peter Maurer. « Soyons clairs : les conséquences des conflits en milieu urbain ne sont pas inévitables. Elles résultent du comportement des parties qui s’affrontent dans ces contextes et nous appelons à ce que le droit international humanitaire soit respecté sans attendre. » Le président de la Fédération internationale, Francesco Rocca, a déclaré : « Ce que nous faisons pour combattre et atténuer les effets des changements climatiques définira notre action, non seulement au cours des quelques prochaines années, mais aussi pendant les décennies à venir. « Partout dans le monde, nos volontaires et nos employés agissent au sein de leurs communautés pour les aider à s’adapter à la crise climatique et, à vrai dire, ils font preuve d’une détermination, d’une ardeur et d’un leadership bien plus grands que la majorité de nos dirigeants politiques mondiaux. Ce qu’il faut, ce n’est plus parler, mais agir. Et maintenant. « Il en va de même pour la crise internationale des migrants. Le Mouvement dit qu’il ne faut laisser personne pour compte, parle de solidarité et d’humanité. Or, partout dans le monde, nous voyons que les dirigeants mondiaux ne prennent pas suffisamment au sérieux le sort des migrants. Ils ne sont que trop facilement disposés à négliger les droits humains de celles et ceux qui fuient un conflit, la faim, la persécution et, bien sûr, ces parties du monde où les changements climatiques ont déjà provoqué des dommages indicibles dans leurs communautés. » Francesco Rocca a été réélu à la présidence de la Fédération internationale pour un second mandat de quatre ans le 19 juin, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’organisation. Des informations complémentaires sur les résolutions adoptées au Conseil des Délégués sont disponibles ici. Informations complémentaires et demandes d’interviews : IFRC Benoit Carpentier – tél. : +41 792 132 413, courriel : [email protected] Paul Scott – tél. : +44 (0)7834 525650, courriel : [email protected] CICR Ewan Watson – tél. : +41 (0)79 244 6470, courriel : [email protected] Crystal Wells – tél. : +41 (0)79 642 8056, courriel : [email protected] Pour plus d’informations sur les réunions statutaires, voir le site rcrcconference.org

Lire plus
14/06/2022 | Communiqué

L'IFRC et C40 Cities exhortent les villes à se préparer à des vagues de chaleur plus dangereuses et mortelles

14 juin 2022, Genève, New York - Les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes, plus longues, plus chaudes et plus meurtrières, en particulier dans les zones urbaines, mais les menaces qu'elles représentent peuvent être évitées si les villes et les résidents sont préparés aux chaleurs extrêmes et prennent des mesures pour sauver les vies. Les sept dernières années, de 2015 à 2021, ont été les plus chaudes jamais enregistrées et cette année est déjà éprouvante. Les dangereux pics de température observés ces derniers mois en Inde, au Pakistan, en Asie de l'Est et dans le sud de l'Europe, ainsi que la vague de chaleur de début de saison d'une intensité inhabituelle qui s'est abattue cette semaine sur certaines régions des États-Unis, sont un signe inquiétant de ce qui nous attend avec le réchauffement de la planète. Chaque année, les températures de plus en plus caniculaires exposent des millions de personnes à des maladies liées à la chaleur et entraînent la mort de milliers d'autres. Les citadins sont les plus durement touchés, car les zones urbaines sont plus chaudes que la campagne environnante et le changement climatique ne fait qu'aggraver la situation. Les personnes les plus exposées sont déjà vulnérables : les personnes âgées et isolées, les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies préexistantes et les citadins pauvres, qui travaillent souvent à l'extérieur ou vivent et travaillent dans des bâtiments dépourvus de climatisation ou de ventilation adéquate. Mais les décès dus aux vagues de chaleur ne sont pas inévitables. Cinq milliards de personnes vivent dans des lieux sujets aux vagues de chaleur et où les systèmes d'alerte précoce peuvent les prévoir avant qu'elles ne se produisent. "Les vagues de chaleur sont les tueurs silencieux du changement climatique, mais elles n'ont pas à l'être", déclare Francesco Rocca, président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). "La plupart des vagues de chaleur sont prévues des jours ou des semaines à l'avance, ce qui laisse amplement le temps d'agir rapidement, d'informer et de protéger les personnes les plus vulnérables. La bonne nouvelle, c'est qu'il existe des mesures simples et peu coûteuses que les autorités peuvent prendre pour éviter les décès inutiles dus à la chaleur." En prévision de la saison estivale dans de nombreuses régions du monde, l'IFRC lance aujourd'hui, 14 juin, sa première Journée mondiale d'action contre la chaleur. Elle mobilise les branches et les partenaires dans plus de 50 villes pour organiser des événements de sensibilisation sur les moyens de réduire les graves conséquences de la chaleur extrême. L'IFRC s'associe également à C40 Cities pour appeler les responsables municipaux, les urbanistes et les habitants des villes de toutes les régions du monde à se préparer à des vagues de chaleur plus dangereuses et mortelles. "Les villes habituées à la chaleur doivent se préparer à des périodes encore plus longues de chaleur étouffante et les villes plus fraîches doivent se préparer à des niveaux de chaleur extrême auxquels elles ne sont pas habituées", déclare Mark Watts, directeur exécutif de C40 Cities. " De Miami à Mumbai et d'Athènes à Abidjan, les maires de notre réseau augmentent les espaces verts, développent les programmes de toits frais et collaborent à des actions contre la chaleur pour améliorer la résilience à la chaleur urbaine croissante. Mais il reste encore beaucoup à faire pour réduire et gérer les risques alors que la crise climatique s'aggrave." Le réseau C40 Cool Cities aide les villes à intégrer le risque et la gestion de la chaleur dans leurs plans d'action pour le climat, à élaborer des études sur la résilience à la chaleur, et à développer, affiner et mesurer les impacts des mesures d'atténuation de la chaleur, notamment le refroidissement, l'écologisation et la gestion des urgences. Le réseau a organisé des ateliers intensifs sur la chaleur urbaine et l'équité, a développé des ressources pour guider les plans d'action contre la chaleur et, au cours des deux dernières années, a aidé les villes à gérer les crises combinées de la chaleur extrême et de la pandémie COVID-19, en se concentrant sur la sensibilisation des populations vulnérables. Dans le monde entier, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relèvent le défi de la chaleur extrême - en soutenant et en améliorant les plans d'action locaux et nationaux contre la chaleur, en diffusant des messages de sécurité contre la chaleur, en surveillant les personnes les plus vulnérables, en distribuant de l'eau, en soutenant les services médicaux, en identifiant et en mettant en place des centres de refroidissement, et même en aidant les gens à rénover leur maison pour améliorer l'ombre et réduire la chaleur. Ils étendent également la recherche sur la chaleur à des régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui ont été négligées par le passé. "La crise climatique entraîne et intensifie les crises humanitaires dans toutes les régions du monde", explique Mme Rocca. "Mais lorsque les villes et les communautés sont mieux préparées, les conditions météorologiques extrêmes ne doivent pas nécessairement devenir une catastrophe ou une tragédie." Dans le monde entier, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relèvent le défi de la chaleur extrême - en soutenant et en améliorant les plans d'action locaux et nationaux contre la chaleur, en diffusant des messages de sécurité contre la chaleur, en surveillant les personnes les plus vulnérables, en distribuant de l'eau, en soutenant les services médicaux, en identifiant et en mettant en place des centres de refroidissement, et même en aidant les gens à rénover leur maison pour améliorer l'ombre et réduire la chaleur. Ils étendent également la recherche sur la chaleur à des régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui ont été négligées par le passé. "La crise climatique entraîne et intensifie les crises humanitaires dans toutes les régions du monde", explique Mme Rocca. "Mais lorsque les villes et les communautés sont mieux préparées, les conditions météorologiques extrêmes ne doivent pas nécessairement devenir une catastrophe ou une tragédie." Note aux éditeurs: Le "Guide Vague de chaleur pour les villes" et le "Kit d'action urbaine" de l'IFRC sont des ressources destinées aux responsables municipaux, aux urbanistes et aux organisations communautaires pour anticiper et planifier les chaleurs urbaines extrêmes et réduire les risques mortels; La "boîte à outils pour le refroidissement urbain" du C40 propose des approches pour abaisser les températures urbaines et réduire l'impact de l'effet de chaleur urbain ; l'outil "Outil sur les villes résistantes à la chaleur" aide les urbanistes et les décideurs à quantifier les avantages sanitaires, économiques et environnementaux des mesures d'adaptation; Une vague de chaleur est une période prolongée de températures anormalement élevées et souvent d'une forte humidité. La chaleur extrême peut provoquer un choc, une déshydratation et d'autres maladies aiguës, et aggraver les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il existe désormais une montagne de preuves que le changement climatique augmente l'occurrence des vagues de chaleur mortelles. Les scientifiques ont conclu que le changement climatique a rendu 30 fois plus probable la vague de chaleur de 2022 en Inde et au Pakistan, 100 fois plus probable la vague de chaleur de 2019 en Europe occidentale et 10 fois plus probable la vague de chaleur de 2019-20 en Australie. Images et vidéos à l'usage des médias: Suivez ce fil Twitter pour accéder aux vidéos et aux photos des événements de la Journée mondiale d'action contre la chaleur. Les images des interventions d'urgence liées à la chaleur sont accessibles ici Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: IFRC: Melissa Winkler, [email protected], +41 76 2400 324 IFRC: Tommaso Della Longa, [email protected], +41 79 708 43 67 C40 Cities: Rolf Rosenkranz, [email protected] L'IFRC est le plus grand réseau humanitaire du monde, composé de 192 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui s'emploient à sauver des vies, à renforcer la résilience des communautés, à consolider la localisation et à promouvoir la dignité dans le monde entier. www.ifrc.org - Facebook - Twitter - YouTube C40 Cities est un réseau de près de 100 maires des principales villes du monde qui s'efforcent de prendre les mesures urgentes nécessaires dès maintenant pour faire face à la crise climatique et créer un avenir où chacun, partout, peut s'épanouir. Les maires des villes C40 s'engagent à utiliser une approche scientifique et humaine pour aider le monde à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et à construire des communautés saines, équitables et résilientes. www.C40.org - Twitter - Instagram - Facebook - LinkedIn

Lire plus
01/06/2022 | Communiqué

L'IFRC et le WWF appellent à une action mondiale pour protéger la nature afin de sauver des vies et faire face à la crise climatique.

Stockholm, 2 Juin 2022 - Un nouveau rapport montre que les solutions fondées sur la nature pourraient réduire l'intensité des risques climatiques et météorologiques de 26 %, dans un monde où plus de 3,3 milliards de personnes vivent dans des endroits très vulnérables au changement climatique. L'étude de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et du WWF met en évidence le fait que le pouvoir de la nature à protéger les populations est négligé. Le rapport, Travailler avec la nature pour protéger les personnes: comment les solutions fondées sur la nature limitent les changements climatiques et les catastrophes d'origines météorologiques montre que les solutions basées sur la nature peuvent réduire la probabilité d'occurence du changement climatique et des évènements météorologiques. Elle présente comment des vies peuvent être sauvées en travaillant avec les solutions fondées sur la nature pour prévenir l'exposition à ces différents risques en soutenant les communautés vulnérables, à s' adapter et à résister aux dangers d'un monde qui se réchauffe. Pour la première fois, l'analyse de l'IFRC et du WWF montre que ces solutions pourraient fournir aux pays en voies de developpement une protection précieuse contre le coût économique du changement climatiqueen leur permettant d'économiser au moins 104 milliards de dollars US en 2030 et 393 milliards de dollars US en 2050; Dans toutes les régions du monde, les communautés subissent déjà une aggravation et une augmentation des impacts du changement climatique, les personnes vulnérables des pays à faibles ressources étant les plus durement touchées, et les femmes et les enfants étant souvent les plus exposés. Rien qu'entre 2010 et 2019, les catastrophes soudaines liées au changement climatique et aux conditions météorologiques ont tué plus de 410 000 personnes. Jagan Chapagain, Secrétaire Général de l'IFRC a déclaré: "La crise climatique est à l'origine de multiples crises humanitaires dans le monde. Son impact sur la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes s'intensifie. Verdir la nature, restaurer les forêts, les terres agricoles et les zones humides sont quelques-uns des moyens les plus efficaces et les plus rentables d'aider les communautés vulnérables à s'adapter aux risques et aux impacts auxquels elles sont déjà confrontées. Protéger la nature, c'est protéger les personnes". Marco Lambertini, Directeur Général de WWF, affirma: "Soyons clairs. Si nous ne redoublons pas urgemment d'efforts pour limiter les effets du réchauffement de la planète, davantage de vies seront perdues, les activités économiques et les moyens de subsistance seront affectés. La nature est notre plus grand allié, mais aussi un tampon crucial contre le changement climatique. En la restaurant et en la protégeant, nous pouvons aider les écosystèmes à renforcer leur résilience et à continuer de fournir des services essentiels à l'humanité, et en particulier aux communautés les plus vulnérables. "Les solutions fondées sur la nature jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique, mais les potentiels avantages de ces solutions diminuent à mesure que la température mondiale augmente - c'est pourquoi chaque moment et chaque décision comptent pour réduire les émissions et nous donner les meilleures chances de construire un avenir plus sûr et plus équitable." Voici quelques exemples de solutions efficaces fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique : Conserver les forêts pour restaurer les terres dégradées, fournir de la nourriture, se prémunir contre les sécheresses et protéger les communautés des vents violents; Restaurer des plaines inondables et des zones humides saines pour réduire l'impact des inondations et promouvoir une agriculture durable pour se protéger des sécheresses; Restaurer les mangroves et les récifs coralliens pour créer une barrière protectrice contre les tempêtes, absorber le dioxyde de carbone qui réchauffe la planète et fournir de la nourriture aux communautés locales et des habitats pour la vie marine. Ce rapport marque le début d'un partenariat entre l'IFRC et le WWF. Le rapport sera lancé à lors du Stockholm+50, une réunion des Nations unies sur l'environnement au cours de laquelle les dirigeants réfléchiront à 50 ans d'action multilatérale. Le partenariat vise à sensibiliser aux solutions fondées sur la nature et à encourager les gouvernements, les communautés, les donateurs, les praticiens et le secteur privé à intégrer la nature dans leurs plans d'adaptation au climat et de réduction des risques de catastrophe. -- Notes aux éditeurs: Les solutions fondées sur la nature sont des actions visant à protéger, gérer durablement et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés qui permettent de relever les défis sociétaux et de faire face au changement climatique de manière efficace et adaptative, tout en apportant des avantages au bien-être humain et en luttant contre la perte de biodiversité. Apprenez-en plus ici; Le rapport intégral est disponible pour téléchargement ici; Le rapport sera présentélors de l' événement Stockholm+50 le 3 juin à 13h00 GMT. Cette réunion des Nations unies sur l'environnement offre aux dirigeants l'occasion de réfléchir à 50 ans d'action multilatérale pour réaliser les progrès audacieux et urgents nécessaires pour garantir un avenir meilleur sur une planète saine; Le rapport décrit les facteurs favorables qui ont soutenu les initiatives réussies de solutions fondées sur la nature et les défis qui empêchent le passage à l'échelle de ces solutions. Une série d'études de cas met en évidence le travail de l'IFRC et du WWF dans ce domaine, montre le potentiel des solutions fondées sur la nature, fournit des leçons clés pour guider les praticiens dans la mise en œuvre future, et présente la façon dont les cadres juridiques et politiques de soutien sont essentiels pour la mise à l'échelle des solutions fondées sur la nature pour renforcer la résilience au climat et aux catastrophes. Pour les questions relatives aux médias et les demandes d'interview, veuillez contacter : L'équipe média du WWF: [email protected] IFRC: Melis Figanmese, +41 79 202 2033, [email protected] IFRC: Melissa Winkler, +41 76 240 0324, [email protected]

Lire plus
25/05/2022 | Communiqué

L'ANASE et l'IFRC s'associent pour renforcer la résilience des communautés en Asie du Sud-Est

Jakarta, 25 May 2022 -L'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) se sont engagées à promouvoir et à développer leur engagement dans la gestion des catastrophes avec la signature du protocole d'accord entre l'ANASE et l'IFRC sur le renforcement de la résilience communautaire en Asie du Sud-Est. Le protocole d'accord décrit la portée et les domaines de coopération entre l'IFRC et l'ANASE pour renforcer la résilience des communautés aux niveaux régional, national et local dans la région de l'ANASE, notamment dans des domaines tels que la gestion des catastrophes, la réduction des risques de catastrophe, le droit des catastrophes, la santé dans les situations d'urgence, les secours en cas de catastrophe et les interventions d'urgence, le genre, la jeunesse et le changement climatique. Cet accord marque également une étape importante dans la coopération de longue date de l'ANASE avec l'IFRC, qui a soutenu le Comité de l'ANASE sur la gestion des catastrophes (ACDM) dans la mise en œuvre de l'Accord de l'ANASE sur la gestion des catastrophes et les interventions d'urgence (AADMER) et de ses programmes de travail. Lors de la cérémonie de signature, les deux dirigeants se sont félicités des progrès de la coopération entre l'ANASEet l'IFRC. Reconnaissant les rôles mutuellement bénéfiques de l'ANASE et de l'IFRC dans le renforcement de l'adaptation au climat et de la résilience aux catastrophes dans les communautés vulnérables d'Asie du Sud-Est, l'ANASE et l'IFRC attendent avec impatience la mise en œuvre du protocole d'accord par le biais de projets de collaboration dans le cadre du programme de travail 2021-2025 de l'AADMER. Dans ses remarques, Dato Lim a souligné: "Face à l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des catastrophes liées au changement climatique, dans l'une des régions du monde les plus exposées aux catastrophes, associée à un paysage humanitaire de plus en plus complexe, nous devons établir des partenariats stratégiques pour renforcer notre résilience en tant que communauté de l'ASANE" Dans son discours, M. Chapagain a réaffirmé "Grâce à ce partenariat, notre objectif commun est de placer les communautés d'Asie du Sud-Est au centre en renforçant les capacités individuelles et communautaires qui contribuent à réduire les besoins humanitaires et à éviter les pertes et les dommages causés par la crise climatique." Les pays de l'ANASE sont situés dans l'une des régions les plus exposées aux catastrophes dans le monde, qu'il s'agisse de tremblements de terre, d'inondations, de glissements de terrain ou de typhons. L'étendue géographique des incidences et l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des catastrophes dues au changement climatique obligent l'ANASE à renforcer la préparation et la capacité de réaction d'urgence de la région. -- Pour plus d'informations, merci d'envoyer un Email à l'[email protected]

Lire plus
23/03/2022 | Page de base

Journée d'action contre la chaleur

Le changement climatique fait monter la température dans le monde entier. Mais ensemble, nous pouvons #VaincreLaChaleur ! Le 14 juin, les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont organisé des flash mobs coordonnées dans des espaces publics pour sensibiliser aux risques liés à la chaleur et partager des moyens simples de #VaincreLaChaleur.

Lire plus
28/02/2022 | Communiqué

Les scientifiques confirment que le changement climatique contribue déjà aux crises humanitaires à travers le monde

Genève, 28 Février– La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à un financement et une action locale urgente, en particulier pour les personnes les plus vulnérables, afin de combattre les impacts humanitaires dévastateurs de la crise climatique confirmés dans le rapport publié aujourd'hui par les climatologues du monde entier. Pour la première fois, le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié aujourd'hui constate que le changement climatique contribue déjà à des crises humanitaires dans des contextes vulnérables. De plus, les conditions climatiques et météorologiquesextrêmes sont de plus en plus à l'origine de déplacements dans toutes les régions du monde. A cet effet,Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : « Le rapport du GIEC confirme ce dont l'IFRC et son réseau de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont témoins depuis des années : Le changement climatique chamboule déjà la vie de milliards de personnes, notamment les plus pauvres du monde qui y ont le moins contribué.» « La réponse mondiale à la COVID-19 prouve que les gouvernements peuvent agir ensemble, de manière décisive et radicale face à des menaces mondiales imminentes. Nous avons besoin de la même énergie et de la même action pour lutter contre le changement climatique maintenant, et nous avons besoin qu'elle atteigne les communautés les plus vulnérables au climat à travers le monde, afin qu'elles disposent des outils et des fonds nécessaires pour anticiper et gérer les risques.» Le rapport, rédigé par plus de 200 experts du climat, réaffirme les principes clés que le réseau de l'IFRC appelle ses vœux pour lutter contre le changement climatique, à savoir que l'action locale est essentielle pour lutter contre le changement climatique et que répondre aux catastrophes après qu'elles se soient produites ne sera jamais suffisant pour sauver des vies et combattre une crise de cette ampleur. Les données scientifiques les plus récentes confirment, avec un degré de confiance très élevé, que les impacts et les risques climatiques exacerbent les vulnérabilités ainsi que les inégalités sociales et économiques. Ceux-ci augmentent à leur tour les défis aigus du développement, notamment dans les régions en développement et les sites particulièrement exposés, tels que les zones côtières, les petites îles, les déserts, les montagnes et les régions polaires. Maarten van Aalst, Principal auteur et coordinateur du rapport et directeur du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré : "Ce rapport est une alerte, une grande alarme sur la situation actuelle. Ce rapport nous révèle dans un langage scientifique sans équivoque que la fenêtre pour une action mondiale concertée afin de garantir un avenir vivable se ferme rapidement. Il démontre que tous les risques qui nous préoccupaient dans le passé nous arrivent maintenant beaucoup plus vite." "Mais le rapport montre également qu'il n'est pas encore trop tard. Nous pouvons encore réduire les émissions pour éviter le pire. Parallèlement, nous devrons gérer les changements que nous ne pouvons plus empêcher. De nombreuses solutions, telles que de meilleurs systèmes d'alerte précoce et des Plans d'aide sociale d'urgence, ont déjà fait leurs preuves. Si nous relevons notre ambition de nous adapter aux risques croissants, en donnant la priorité aux personnes les plus vulnérables, nous pouvons encore éviter les conséquences les plus dévastatrices." Notes aux rédacteurs Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne se contentent pas de répondre aux catastrophes lorsqu'elles se produisent, elles jouent également un rôle essentiel dans la prévention des risques tels que les inondations et les vagues de chaleur. Travaillant en première ligne dans les communautés avant, pendant et après les catastrophes, elles savent ce qui est nécessaire pour répondre aux crises climatiques et aider les communautés à prévenir et à s'adapter aux risques croissants du changement climatique. L'IFRC a pour objectif d'aider les Sociétés nationales membres à atteindre 250 millions de personnes chaque année avec des services d'adaptation et d'atténuation du climat afin de réduire la souffrance et la vulnérabilité. Pour plus d'informations ou pour organiser un entretien : AGenève: Caroline Haga, +358 50 598 0500, [email protected] Les b-rolls et images gratuites liés à ce communiqué de presse peuvent être téléchargés et utilisés ici.

Lire plus
17/02/2022 | Communiqué

Changement climatique : La Croix-Rouge appelle à davantage de fonds pour l'action locale alors que les dirigeants européens et africains se réunissent à Bruxelles

Nairobi, Kenya. 17 février 2022 - Alors que certaines régions d'Afrique australe subissent les effets de tempêtes tropicales et de cyclones et que d'autres parties du continent sont confrontées à de graves sécheresses, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à investir de toute urgence dans des actions locales visant à combattre les effets du changement climatique. Cet appel intervient avant le 6e sommet Union européenne-Union africaine (UE-UA) qui débute aujourd'hui à Bruxelles, en Belgique. La tempête tropicale Ana au Mozambique, au Malawi et à Madagascar et le cyclone Batsirai à Madagascar ont récemment fait des centaines de milliers de déplacés, détruit des maisons et endommagé des infrastructures valant des milliards de dollars. Dans le même temps, les organisations humanitaires en Afrique ont mis en garde cette semaine contre une crise alimentaire catastrophique dans la Corne de l'Afrique (Kenya, Somalie et Éthiopie), où l'on craint que plus de 20 millions de personnes ne soient confrontées à la famine en raison d'une sécheresse prolongée. Le Sahel et l'Afrique de l'Ouest, en particulier le Nigeria, sont également confrontés à une détérioration de la sécurité alimentaire. Mohammed Mukhier, le Directeur Régional de l'IFRC pour l'Afrique, a déclaré : "Ce dont nous sommes témoins est une manifestation de l'impact du changement climatique sur le continent. Nous devons renforcer les investissements dans les mesures préventives locales qui renforcent la capacité des populations à faire face à ces catastrophes qui s'intensifient." Les pays d'Afrique ne sont responsables que de quatre pour cent des émissions mondiales de carbone et, dans le même temps, ils sont touchés de manière disproportionnée par les conséquences généralisées du changement climatique et de la dégradation accélérée de l'environnement. Pourtant, le financement climatique promis par les dirigeants mondiaux tarde à atteindre les personnes sur le terrain qui sont les plus exposées aux risques climatiques. En amont du Sommet, l'IFRC appelle à des efforts renouvelés pour construire et mettre en œuvre un nouveau partenariat Afrique-UE qui répondrait aux besoins des personnes les plus vulnérables exposées aux impacts du changement climatique et de la crise environnementale, renforcerait la sécurité alimentaire et sanitaire et s'attaquerait aux migrations forcées. À plus long terme, le rôle des acteurs locaux devrait être renforcé pour aider les communautés à renforcer leur résilience et à relever les défis humanitaires et de développement sur le continent. Outre le changement climatique, les communautés d'Afrique et d'ailleurs sont de plus en plus touchées par des risques multiples qui aggravent leur vulnérabilité et affectent leur capacité à faire face. "Les communautés peuvent difficilement se remettre avant d'être frappées par une autre catastrophe. Madagascar en est un bon exemple : une sécheresse dévastatrice a sévi l'année dernière et, avant même que les effets de cette sécheresse aient pu être atténués, certaines de ces mêmes communautés ont été touchées récemment par le cyclone Batsirai", a déclaré Andoniaina Ratsimamanga, secrétaire général de la Croix-Rouge malgache. Pour aider les pays à faire face à la situation, il est urgent de s'attaquer aux vulnérabilités sous-jacentes des communautés, notamment la pauvreté et la marginalisation, et de fournir un soutien aux personnes les plus exposées aux impacts du changement climatique. Dans le même temps, le continent africain recèle un potentiel incroyable pour relever ces défis, notamment grâce à des approches innovantes adoptées par les jeunes et les femmes sur des questions telles que la restauration des terres et l'utilisation de plateformes numériques. Pour plus d'informations, ou pour demander une interview, veuillez contacter : A Nairobi: Euloge Ishimwe, +254 735 437 906, [email protected] En Afrique du Sud: Thandie Mwape, +27 66 486 8455, [email protected]

Lire plus
04/02/2022 | Communiqué

Madagascar : Plus de 4 millions de personnes sont menacées par le cyclone tropical Batsirai qui s'abat sur la côte est.

Antananarivo/Nairobi, 4 février 2022- Le cyclone tropical Batsirai devrait frapper demain la région d'Atsinanana à Madagascar, quelques semaines seulement après que la tempête tropicale Ana ait fait des ravages dans le pays. Quelques semaines seulement après que la tempête tropicale Ana ait fait des ravages dans le pays, les équipes de la Croix-Rouge malgache dans la région préparent des articles de secours d'urgence et aident les communautés situées sur la trajectoire du cyclone à se déplacer vers des zones sûres. Andoniaina Ratsimamanga, le secrétaire général de la Croix-Rouge malgache, a déclaré : «Les communautés de la région d'Atsinanana s'inquiètent des dégâts potentiellement importants que le cyclone pourrait causer. De nombreuses familles ont besoin de toute urgence d'abris temporaires, en particulier celles dont les maisons sont situées dans les zones susceptibles d'être touchées par le cyclone. On estime qu'environ 4,4 millions de personnes sont menacées dans 14 districts, dont 595 000 devraient être directement touchées et plus de 150 000 déplacées. Les équipes de la Croix-Rouge de la région d'Atsinanana s'empressent de faire les préparatifs nécessaires, afin de sauver le plus grand nombre de vies possible. «Les équipes et les partenaires de la Croix-Rouge malgache sont en état d'alerte et sont déployés dans les communautés, les avertissant de l'approche de la tempête. Les équipes de la Croix-Rouge déplacent les stocks d'urgence prépositionnés de la zone de Grand Tana (Ananalamanga) à Tamatave (Atsinanana), pour en faciliter l'accès. Nous sommes préoccupés par la taille et l'impact prévu de ce cyclone intense. Nos activités de réponse immédiate se concentreront sur le sauvetage des vies, et comprendront des opérations de recherche et de sauvetage», a ajouté M. Ratsimamanga. En outre, les équipes de la Croix-Rouge travaillent avec le gouvernement pour identifier et mettre en place des bâtiments sûrs qui seront utilisés comme centres d'hébergement d'urgence. Les efforts d'intervention d'urgence étant toujours en cours en raison de l'impact de la tempête tropicale Ana qui a frappé Madagascar fin janvier, l'impact de Batsirai pourrait aggraver la situation humanitaire globale du pays. Les efforts de réponse d'urgence du pays sont débordés et la situation reste critique en raison de l'impact des récentes inondations généralisées, de la stagnation de l'eau et des glissements de terrain causés par la tempête tropicale Ana. Au moins 55 décès ont été enregistrés et plus de 130 000 personnes ont été contraintes de fuir leur domicile pour trouver des abris temporaires ou des familles d'accueil au cours des dernières semaines. Le pays est toujours aux prises avec une crise alimentaire prolongée depuis 2021. L'IFRC et ses partenaires intensifient leurs efforts de préparation et de réponse, afin de venir en aide à un plus grand nombre de personnes - à la fois celles qui ont été touchées par Ana et celles qui sont susceptibles d'être touchées par Batsirai. Le coordonnateur des programmes et des opérations de l'IFRC à Madagascar, Denis Bariyanga, qui supervise les efforts de préparation aux situations d'urgence, a déclaré : «Nous avons déjà aidé 2000 familles touchées par la catastrophe. Nous aidons déjà 2000 familles touchées par la tempête tropicale Ana à répondre à leurs besoins immédiats. Avec l'arrivée de Batsirai, de nombreuses autres familles du pays auront besoin d'articles de secours d'urgence, notamment des couvertures, des matelas de couchage, des ustensiles de cuisine, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, entre autres.» L'IFRC avait déjà débloqué 428 609 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) le 26 janvier 2022, afin d'aider la Croix-Rouge malgache à fournir des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène, des soins de santé et un soutien psychosocial, ainsi qu'une aide en espèces pour les abris, les moyens de subsistance et les besoins de base. Des ressources financières supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins croissants sur le terrain. L'IFRC révise actuellement son appel d'urgence pour financer la réponse à la crise. Pour plus d'informations, ou pour demander une interview, veuillez contacter : A Madagascar Mialy Caren Ramanantoanina, +261 329 842 144, [email protected] Ny Antsa Mirado Rakotondratsimba, +261 34 54 458 76, [email protected] Denis Bariyanga, (WhatsApp: +250 786 527 056), [email protected] María Mercedes Martínez; +261 32 1132 624, [email protected] A Nairobi Euloge Ishimwe, +254 735 437 906, [email protected]

Lire plus
27/01/2022 | Communiqué

Syrie : Un hiver extrêmement rigoureux fait grimper les besoins humanitaires aigus au plus haut niveau jamais atteint

Damas/Beyrouth, 27 janvier 2022 - Les conditions hivernales extrêmes mettent en danger immédiat des communautés déjà submergées par des crises qui se chevauchent, ce qui se traduit par un niveau de besoins humanitaires aigus jamais atteint en Syrie, alerte la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). Dans de nombreuses régions, cet hiver a été l'un des plus froids de la dernière décennie, avec des tempêtes de neige et des températures négatives. L'IFRC est profondément préoccupée par la situation dans le pays, car le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire est le plus élevé depuis le début de la crise. Selon l'ONU, un total de 14,6 millions de personnes ont besoin d'aide, soit 1,2 million de plus qu'en 2021. 6,9 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays. Mads Brinch Hansen, chef de la délégation de l'IFRC en Syrie, a déclaré à cet effet : "Le froid exceptionnel rend la vie de nombreuses personnes encore plus difficile dans toute la Syrie, en particulier les communautés déplacées vivant dans des abris temporaires qui n'ont pas de vêtements ou de chauffage appropriés pour des températures négatives. "La situation en Syrie est pire que jamais. Le prix des produits de base tels que la nourriture et le carburant est monté en flèche, ce qui les rend inabordables pour la majorité des gens, l'escalade de la violence s'intensifie et le COVID-19 continue de faire peser une charge supplémentaire sur les communautés. Dans le même temps, le financement des acteurs humanitaires se réduit." Eng. Khaled Hboubati, président du Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS), a déclaré : "Chaque jour, nos volontaires à Hassakeh et partout en Syrie voient plus de personnes qui demandent de l'aide, plus d'enfants qui sont sans vêtements d'hiver au milieu de la tempête. La situation s'aggrave avec la pandémie de COVID-19 et les sanctions économiques qui compliquent notre réponse humanitaire. "Nous continuerons à faire de notre mieux pour soulager les souffrances de millions de personnes et préserver leur dignité. Nous avons besoin du soutien des partenaires et des donateurs pour rétablir les moyens de subsistance des populations et garantir des solutions durables pour accélérer le relèvement." Hassakeh, où près de 45 000 personnes ont été déplacées par les récentes violences à la prison de Sina'a, est l'une des régions les plus durement touchées, les températures négatives ayant fait de cet hiver l'un des plus froids de l'histoire récente. La neige a également recouvert le camp d'Al-Hol, qui accueille plus de 60 000 personnes déplacées. Le Croissant-Rouge arabe syrien reste le principal acteur humanitaire dans le pays avec des milliers de bénévoles qui répondent aux besoins aigus causés par le conflit, la crise économique et le COVID-19 ainsi que la vague de froid. À Hassakeh, le Croissant-Rouge arabe syrien joue un rôle clé dans l'évacuation et la fourniture de services médicaux et d'eau potable aux personnes nouvellement déplacées et aux communautés qui les accueillent. Près de 11 ans après le début du conflit, la Syrie reste l'une des crises humanitaires les plus importantes et les plus complexes au monde. Des maisons et des villes entières ont été complètement détruites, ce qui a entraîné des déplacements massifs. Selon l'ONU, 90 % de la population syrienne vit sous le seuil de pauvreté et 70 % est confrontée à des pénuries alimentaires aiguës - des chiffres qui n'ont pas connu d'amélioration ces dernières années en raison du ralentissement économique, de l'instabilité et des catastrophes provoquées par le changement climatique. En 2021, la Syrie a connu la pire sécheresse depuis plus de 50 ans. Pour intensifier la réponse humanitaire du Croissant-Rouge arabe syrien et répondre aux besoins croissants, l'IFRC appelle les partenaires et les donateurs à continuer de faire preuve de solidarité envers la population syrienne. Le financement est plus urgent que jamais pour que les Syriens puissent couvrir leurs besoins essentiels et conserver une vie digne. Pour plus d'informations: A Beyrouth: Jani Savolainen, IFRC, [email protected], +961 70372812 A Damas: Rahaf Aboud, Croissant-Rouge arabe syrien, [email protected], +963 959999853 Lire plus: Plan pays de l'IFRC pour la Syrie Pour les rédacteurs: À propos du Croissant-Rouge arabe syrien: Le Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS) est le principal acteur humanitaire en Syrie. Il compte plus de 13 500 employés et volontaires répartis dans 14 branches et 97 sous-branches dans tout le pays. Chaque année, le CRAS apporte une aide humanitaire à 5,6 millions de personnes. A propos de l'IFRC: La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) est le plus grand réseau humanitaire du monde. Elle comprend 192 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui s'emploient à sauver des vies et à promouvoir la dignité dans le monde entier. Avec une délégation permanente en Syrie depuis 2007, l'IFRC a joué un rôle central en fournissant des services humanitaires et en soutenant le Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS) dans son développement organisationnel et stratégique et dans le renforcement de la capacité opérationnelle du CRAS.

Lire plus
20/10/2021 | Article

Déclaration présentée au nom des 160 signataires de la Charte des organisations humanitaires sur le climat et l’environnement à la 26ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP26)

Les preuves scientifiques les plus récentes, notamment le dernier rapport du GIEC, viennent confirmer une fois encore la véracité de ces propos. Notre planète traverse une période d’accélération des crises climatiques et environnementales, dont les effets sont ressentis par nous tous. En tant qu’organisations humanitaires, nous le constatons chaque jour dans notre travail. Alors que les dirigeants de la planète se préparent à se réunir à Glasgow en novembre prochain pour la COP26, nous demandons instamment aux négociateurs de toujours avoir à l’esprit les conséquences humanitaires de leurs décisions. Le nombre de catastrophes liées au climat a presque doublé au cours des 20 dernières années et les risques liés à des phénomènes météorologiques sont désormais le premier facteur de déplacement interne, touchant plus particulièrement les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées. La crise climatique impose un surcroît de stress aux organisations humanitaires, déjà plus sollicitées que jamais. Seule la prise de mesures urgentes et ambitieuses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux risques croissants permettra de prévenir les conséquences les plus désastreuses pour les populations et l’environnement. Sans une action ambitieuse de lutte contre le changement climatique, les organisations humanitaires auront du mal à répondre à des besoins toujours plus importants. Même dans les scénarios les plus optimistes envisagés pour les années à venir, nous savons qu’un certain nombre de changements climatiques et de dégradations de l’environnement se produiront, et que l’impact humanitaire de ces phénomènes s’alourdira probablement. Afin de garantir que les personnes les plus vulnérables face à ces événements reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour se protéger elles-mêmes et préserver leurs moyens de subsistance, nous devons tenir compte à la fois des caractéristiques individuelles de chaque personne (comme l’âge, le sexe et le statut légal) et des situations structurelles qui influent sur l’exposition des personnes aux risques. Lorsque nous avons signé la Charte, nous nous sommes engagés à intensifier notre action, à réduire les risques et la vulnérabilité, et à soutenir les personnes les plus exposées aux conséquences des crises climatiques et environnementales. Nous nous sommes engagés à agir en misant sur le leadership et l’expérience des acteurs locaux, à investir dans des réponses durables, et à exploiter et amplifier les connaissances locales et indigènes. Nous avons promis de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, de minimiser les dommages que nous causons à l’environnement et de réduire nos déchets et, enfin, de mettre en commun les informations, les idées et les ressources à disposition afin d’amplifier l’impact de nos efforts. Nous savons qu’une transformation radicale est nécessaire. Nous sommes déterminés à agir, de manière urgente et délibérée, et nous exhortons tout un chacun, dans le secteur humanitaire et au-delà, à faire de même. Signé, Signataires de la Charte des organisations humanitaires sur le climat et l’environnement La Charte est ouverte à la signature de toutes les organisations humanitaires. Des informations sur la Charte et des conseils sur sa mise en œuvre sont disponibles à l’adresse suivante: www.climate-charter.org.

Lire plus
18/10/2021 | Article

Les donateurs s'engagent à accroître leur soutien au Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) de l'IFRC

Les catastrophes liées au climat se produisent avec une fréquence et une intensité croissantes dans le monde entier. Mais la plupart d'entre elles passent inaperçues, détruisant des vies, des infrastructures et le tissu économique sans que l'on y prête attention, ni que l'on y consacre des ressources ou de l'aide. Une réponse locale et rapide est ce qui est le plus nécessaire. Mais souvent, la société nationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du pays touché par une catastrophe n'a pas les ressources ou la capacité de répondre, surtout si elle doit faire face à des crises multiples. C'est là que le DREF fait toute la différence. Il s'agit d'un réservoir central de fonds par lequel l'IFRC canalise les fonds mondiaux rapidement et directement vers nos Sociétés nationales pour une action précoce et une réponse immédiate aux catastrophes. Pour faire face aux impacts humanitaires massifs des catastrophes liées au climat et à la COVID-19, les investissements doivent se faire au niveau des communautés, là où ils ont le plus d'impact. Le DREF met l'aide directement entre les mains des personnes dans le besoin et renforce les capacités des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui sont les mieux placées pour la fournir." Jagan Chapagain IFRC Secrétaire Général Depuis son lancement en 1985, l'IFRC a soutenu 200 millions de personnes en situation de crise dans le monde grâce au DREF. La Conférence des donateurs du DREF, qui s'est tenue le 18 octobre et qui était coprésidée par l'IFRC et l'Union européenne, avait pour objectif de faire passer ce fonds innovant et salvateur à 100 millions de francs suisses par an à partir de 2022, et à 300 millions de francs suisses d'ici 2025, afin de faire face à l'augmentation alarmante du nombre de catastrophes et de soutenir des millions de personnes supplémentaires. L'Union européenne continue de soutenir le Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe. Il s'agit d'un exemple concret de notre engagement en faveur de la localisation. Grâce à ce fonds, nos ressources ont été acheminées vers les populations ayant les besoins les plus pressants, de manière ouverte et directe. Janez Lenarčič Commissaire européen chargé de la gestion des crises Engagements L'IFRC est reconnaissante aux partenaires suivants qui s'engagent aujourd'hui à apporter un financement nouveau ou renouvelé au DREF: Union européenne; Gouvernement de l'Australie; Gouvernement de la Belgique; Gouvernement du Canada; Gouvernement de l'Allemagne; Gouvernement de l'Irlande; Gouvernement de la Corée; Gouvernement du Luxembourg; Gouvernement des Pays-Bas; Gouvernement de la Norvège; Gouvernement de la Suède; Gouvernement de la Suisse; Gouvernement du Royaume-Uni; Croix-Rouge japonaise; White & Case LLP. Nous tenons également à remercier les Sociétés nationales respectives des pays susmentionnés pour leur soutien au DREF et pour leur engagement continu auprès de leurs gouvernements. Regardez: Découvrez quelques-unes des personnes que nous avons soutenues à travers le monde grâce au DREF. Pour plus d'informations sur le DREF ou la conférence des donateurs qui se tient aujourd'hui : Visitez cette page sur notre site web; Téléchargez notre plan annuel DREF 2021 et notre ambition stratégique DREF 2021-2025; Contactez Florent Del Pinto (responsable du Centre des opérations d'urgence) [email protected] ou Ivana Mrdja (responsable de la Société nationale et des partenaires gouvernementaux) [email protected]

Lire plus
14/10/2021 | Communiqué

En amont de la COP26, les cinq demandes du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux dirigeants mondiaux : « Il n’est pas trop tard pour agir, la survie de l’humanité dépend des mesures que nous prenons aujourd’hui »

Déclaration conjointe du président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) et du président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en amont de la COP 26, publiée le dernier jour du Sommet de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur les pandémies, les changements climatiques et l’action locale: Aujourd’hui, la pandémie de Covid-19 et la crise climatique touchent tous les aspects de nos vies et de nos sociétés, y compris notre bien-être physique et mental, nos moyens de subsistance et nos économies. Les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, qui ont le moins contribué à la crise climatique, en paient le plus lourd tribut. Dans la perspective de la COP26, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement) exhorte les dirigeants mondiaux à la fois à agir maintenant pour réduire de façon rapide et drastique les émissions de gaz à effet de serre et à prendre des mesures urgentes pour atténuer les conséquences humanitaires existantes et imminentes des changements climatiques, en tenant compte des enseignements tirés de la crise du Covid-19. Partout dans le monde, les communautés pauvres et vulnérables sont confrontées simultanément à des crises multiples. Les effets superposés des phénomènes météorologiques extrêmes, de l’insécurité alimentaire, du Covid-19 et des conflits mettent en péril la vie de millions de personnes et génèrent des besoins humanitaires sans précédent. Les changements climatiques multiplient les risques et ont des conséquences de plus en plus dévastatrices. Depuis le début de la pandémie, les catastrophes liées au climat ont sévèrement affecté la vie d’au moins 139 millions de personnes. Parmi les 25 pays les plus vulnérables aux changements climatiques, 14 sont aussi en proie à un conflit. Or, ces mêmes communautés et pays sont parmi les grands oubliés des financements en faveur climat. Aucun État ni aucune organisation ne peut agir seul. Le Mouvement est déterminé à assumer sa part des efforts mondiaux visant à endiguer la crise climatique. Nous avons pris toute la mesure de la « force du nombre » quand des millions de volontaires des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Sociétés nationales) se sont mobilisés pour contribuer à faire reculer la pandémie mondiale. En tant qu’auxiliaires des pouvoirs publics de leur pays dans le domaine humanitaire, les Sociétés nationales sont des parties prenantes clés de l’action en faveur du climat. Partout dans le monde, nos employés et nos volontaires sont présents dans les communautés avant, pendant et après les catastrophes. Ils fournissent des conseils aux autorités sur les moyens de renforcer la gouvernance des risques de catastrophe par le biais de lois relatives aux catastrophes bien conçues qui permettent une préparation, une intervention et une coordination efficaces. Ils aident les personnes touchées à devenir plus résilientes aux chocs futurs et les autorités à renforcer leurs mesures de préparation et de prévention. Nous nous attachons aussi à réduire l’impact environnemental et les émissions de gaz à effet de serre de nos programmes et opérations, et à encourager les autres à faire de même. À ce jour, plus de 150 Sociétés nationales, petites organisations non gouvernementales et grandes organisations internationales ont signé la Charte sur le climat et l’environnement pour les organisations humanitaires et sont prêtes à travailler ensemble pour traduire leurs engagements en actions concrètes. La survie de l’humanité dépend des mesures que nous prenons aujourd’hui pour atténuer les changements climatiques et s’adapter à leurs effets. Il n’est pas trop tard pour agir, et les dirigeants mondiaux présents à la COP26 doivent se montrer à la hauteur de l’enjeu. Les cinq demandes du Mouvement aux dirigeants mondiaux sont les suivantes : Mettre l’accent sur les plus vulnérables. Nous devons donner la priorité aux besoins des personnes les plus vulnérables, y compris les groupes marginalisés, les populations en crise et les personnes déplacées. Nous devons comprendre les risques et les vulnérabilités auxquels elles sont exposées, connaître les capacités dont elles disposent de devenir plus résilientes et veiller à ce qu’elles soient informées et associées à la prise des décisions et à l’élaboration des plans aux niveaux mondial, national et local. Il est essentiel de garantir une prise de décisions inclusive à tous les niveaux. Accroître les financements pour l’adaptation qui ciblent les pays et les communautés les plus vulnérables. Les efforts vitaux d’atténuation doivent s’accompagner d’un soutien solide à l’adaptation aux changements climatiques, qui demeure sous financée et peu prioritaire. Investir dans la préparation et favoriser une action plus préventive et précoce. Nous œuvrons déjà pour remédier aux pertes et aux dommages liés à l’instabilité croissante du climat, mais une démarche réactive ne sera pas suffisante face à une crise de cette ampleur. Nous devons investir dans la préparation dans tous les secteurs ainsi que dans l’analyse des risques afin de mieux anticiper les catastrophes climatiques potentielles qui exigent une intervention rapide. Traduire les engagements mondiaux en actions sur le terrain. Les plans d’action mondiaux et nationaux en faveur du climat manquent souvent de donner aux populations à risque les moyens de mener une action efficace au niveau local. Il est essentiel de soutenir les institutions et les organisations locales telles que les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en investissant dans les capacités institutionnelles et dans l’accès aux financements pour l’adaptation et aux processus de prise de décisions. Protéger l’environnement, y compris en garantissant le respect du droit international humanitaire (DIH). La dégradation de l’environnement exacerbe les vulnérabilités. Le DIH protège l’environnement naturel et limite la dégradation environnementale, et le respect de cette branche du droit prévient les préjudices intrinsèquement liés à la détérioration de l’environnement que subissent les civils dans les situations de conflit armé. La crise climatique est présente aujourd’hui, et elle ne fera que s’aggraver à l’avenir. Le monde doit dès maintenant prendre des mesures pour en atténuer la sévérité et les effets sur les personnes les plus vulnérables. La COP26 constitue une occasion de limiter les dégâts, une occasion que nous devons saisir ensemble. -- Francesco Rocca,Président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Peter Maurer, Président du Comité international de la Croix-Rouge

Lire plus
12/03/2021 | Page de base

Réduction des risques de catastrophes climatiquement intelligente

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) est l'un des plus grands acteurs de la réduction des risques de catastrophe au niveau communautaire dans le monde. En collaboration avec nos 192 Sociétés nationales, nous aidons les communautés du monde entier à réduire leurs risques, à se protéger et à se préparer aux urgences.

Lire plus
12/03/2021 | Page de base

Catastrophes, climat et crises

L'IFRC et ses 192 Sociétés nationales répondent et travaillent à prévenir ou à atténuer les effets de tous les types de crises et de catastrophes. Nous le faisons pour toutes les personnes, en mettant l'accent sur le soutien aux plus vulnérables.Nos priorités sont de sauver des vies, de réduire la souffrance et de défendre la dignité humaine.

Lire plus
12/07/2021 | Page de base

Crise climatique

Le changement climatique n'est pas seulement une menace pour l'avenir de notre planète, il est déjà à l'origine de crises humanitaires dans le monde entier. Nous appelons à une action urgente pour sauver des vies maintenant et dans les années à venir.

Lire plus
03/09/2021 | Communiqué

Les multiples feux de forêt et la pandémie de COVID-19 menace des milliers de vies en Algérie et en Tunisie

Tunisie /Algérie /Beyrouth, le 13 août 2021 –Les incendies qui se propagent actuellement en Algérie et en Tunisie menacent la vie de milliers de personnes, tout en endommageant les écosystèmes, les infrastructures et les moyens de subsistance locaux. Les deux pays font face à une situation multirisque, un nombre alarmant d’infections COVID-19 ont été signalées au cours des dernières semaines. Les flammes ont tué des dizaines de personnes et forcé des centaines de familles à quitter leurs maisons. Des centaines de personnes ont perdu leurs maisons, leurs fermes et leurs moyens de subsistance. Des milliers d’hectares de terres ont été incendiés. Les volontaires du Croissant-Rouge assistent les communautés affectées en leur fournissant les premiers soins, un soutien psychosocial, des abris d’urgence, de l’eau potable et d’autres articles de secours nécessaires. Le Croissant-Rouge Algérien a déjà installé 200 tentes et a organisé en coordination avec les autorités locales des abris d’urgence pour reloger 8 000 personnes. Anne E. Leclerc, Chef de la délégation du Cluster de pays d’ Afrique du Nord pour la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a déclaré : «La plupart des régions du nord de la Tunisie et de l’Algérie ont été gravement affectées par de multiples incendies. Les conditions météorologiques extrêmes intensifient le risque d’incendies supplémentaires dans la région. Les Sociétés du Croissant-Rouge de Tunisie, d’Algérie et du Maroc sont en état d’alerte maximale, mobilisant des volontaires et fournissant une assistance aux communautés touchées en étroite coordination avec la Protection civile et les autorités locales. «Le changement climatique est là. Cela a un impact sur les gens du monde entier tous les jours. Combiné à une récente augmentation des cas de COVID-19 dans la région, nous faisons face simultanément à de multiples crises. La combinaison de ces facteurs met à rude épreuve des systèmes de santé déjà très surchargés voire congestionnés. " En Algérie, les incendies font rage depuis lundi, et se propageant dans de nouvelles zones. Le Croissant-Rouge algérien a mobilisé plus de 300 volontaires pour l’opération d’intervention. Dr Saida BenHabyles, Présidente du Croissant-Rouge Algérien a déclaré: «L’élan de solidarité nationale déclenché depuis le début de la Pandémie COVID-19s’est renforcée lors de cette vague d’incendie qui a frappé certaines régions du nord du pays. Le Croissant-Rouge algérien (CRA), un des maillons de cette grande chaine de solidarité, œuvre inlassablement sur le terrain depuis le début de la pandémie et depuis les premières heures du déclanchement des incendies. Le CRA lance un appel de solidarité à la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour l’aider à renforcer ses capacités afin de contribuer en tant qu’organisation humanitaire auprès d’autres acteurs (citoyens, société civile, pouvoirs publics) à répondre le plus rapidement possible aux besoins des sinistrés. Ce sinistre s’accompagne d’un autre grand danger, la pandémie COVID 19. Le CRA est confronté à un double défi: la lutte contre la propagation du virus COVID 19 et apporter l’aide aux sinistrés des incendies.» En Tunisie, plus de 100 familles ont déjà perdu leur maison alors que les incendies continuent de se propager dans d’autres régions. Le Croissant-Rouge Tunisien assiste les familles affectées, relogeant les personnes évacuées dans des abris d’urgence, distribuant des articles de premiers secours, assurant le transport des bléssés dans les hopitaux, et apportant un soutien psychosocial. Dans les deux pays, la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge a débloqué des fonds de son Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin d’apporter un soutien immédiat aux communautés affectées et pour renforcer les opérations d’intervention déjà mis en œuvre par les Croissant-Rouge Tunisien et Algérien. Les deux pays sont témoins d’un nombre croissant de feux de forêt, phénomène lié aux changements climatiques, provoquant des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes, des pluies moins importantes et des températures de plus en plus caniculaires. Notes à l’intention des rédacteurs en chef Algérie: La FICR travaille avec le Croissant-Rouge algérien sur une allocation Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin de soutenir la réponse aux incendies de forêt en Algérie. Des évaluations approfondies sont en ce moment réalisées par les équipes du CRA. D’autres incendies se déclanchent dans d’autres régions. Aux vues des résultats et de l’importance des besoins, un Appel d’urgence est potentiellement considéré par la Fédération en vue d’un soutien international coordonné. Au cours des dernières semaines, nous avons constaté une forte augmentation des infections au COVID-19. En réponse au dernier pic, le Croissant-Rouge Algérien (CRA) a intensifié ses activités COVID-19. Plus de deux millions de personnes ont déjà été vaccinées par les médecins et infirmiers du CRA aussi bien dans les villes que dans les zones reculées. De nombreux nouveaux centres de vaccination ont été récemment mis en place pour atteindre l'objectif national fixé par les autorités d'avoir 20 millions de personnes vaccinées d'ici fin 2021. Tunisie: La FICR a débloqué 99 897 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) pour soutenir le Croissant-Rouge Tunisien (CRT) dans la réponse aux incendies. Le CRT dans une première phase assiste 100 ménages les plus affectés dans 3 régions Les feux de forêt ont particulièrement touché les gouvernorats d'El Kef, Jendouba et Kasserine. Les communautés ont un besoin urgent d'abris, d'eau potable, de soutien aux moyens de subsistance et de soins de santé. La propogation des fex continue à évoluer. De nouveaux foyers ont été identifiés. La première phase de soutien cible en particulier les familles qui ont perdu leurs maisons ou leur sources de revenus, les ménages dirigés par des femmes, les familles dont les membres ont des besoins spécifiwques, notamment les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes allaitantes et enceintes, et les enfants de moins de cinq ans. Au cours des dernières semaines, la Tunisie a enregistré le plus grand nombre de décès quotidiens dus au COVID-19 depuis le début de la pandémie. Le variant Delta du coronavirus se propage rapidement et la disponibilité des vaccins reste faible. Le système de santé peine à faire face et les capacités de soins intensifs sont insuffisantes. La Tunisie connait l'un des taux de mortalité par habitant dus au COVID-19 les plus élevés au monde. DREF Le Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) de la FICR est un fonds commun qui permet un décaissement flexible et urgent de fonds dans les situations d'urgence aiguë ou pour une action anticipative. Chaque fois qu'une Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d'un soutien financier immédiat pour répondre à une catastrophe, elle peut soumettre une demande de fonds au DREF. Ces fonds peuvent être demandés pour des catastrophes de petite et moyenne échelle, ou pour fournir un financement initial avant le lancement d'un appel d'urgence pour des opérations à plus grande échelle. La FICR alloue des subventions du Fonds, qui peuvent ensuite être remboursées par les donateurs. Les contributions des donateurs pour rembourser et reconstituer le volume financier du DREF sont les bienvenues, afin de permettre aux acteurs locaux d'agir rapidement en faveur des personnes vulnérables sur le terrain, avant que des financements plus importants n'arrivent. Pièces jointes: Que faire avant, pendant et après un incendie de forêt EN | AR | FR

Lire plus
05/12/2019 | Communiqué

Les changements climatiques sont au cœur de la nouvelle stratégie mondiale de la Fédération internationale

Genève, le 5 décembre 2019 – Les chocs et les aléas liés au climat sont du nombre des grandes urgences humanitaires que l’humanité connaît aujourd’hui, souligne la nouvelle stratégie décennale que la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) a adoptée aujourd’hui à Genève.Les changements climatiques sont apparus comme une source de préoccupation croissante tout au long d’une vaste consultation qui a été menée pendant deux ans dans l’ensemble du réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et qui a abouti à la Stratégie 2030. Le processus a révélé que les changements climatiques inspiraient une inquiétude grandissante à la quasi-totalité des 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.À la 22e session de l’Assemblée générale de la Fédération internationale, qui se tient actuellement à Genève, le président de l’Organisation, Francesco Rocca, a déclaré :« Le message de nos membres et de nos millions de volontaires ne pouvait pas être plus clair : les changements climatiques sont une menace pour notre existence même, une menace qui bouleverse déjà entièrement le travail que nous faisons et la vie des personnes auxquelles nous apportons un soutien. « La lutte contre les changements climatiques sera notre plus haute priorité au cours de la prochaine décennie. Il faut donc renforcer les capacités de toutes les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sans exception, afin qu’elles puissent agir efficacement dans leur propre contexte. Il faut aussi investir massivement dans les moyens d’aider les communautés à s’adapter. La Stratégie 2030 place les changements climatiques et la crise environnementale au premier rang d’une liste de cinq défis mondiaux à surmonter au cours de la prochaine décennie. Les quatre autres défis sont l’évolution des crises et des catastrophes ; les lacunes croissantes dans l’accès à la santé et au bien-être ; la migration et l’identité ; et les valeurs, le pouvoir et l’inclusion.Le secrétaire général de la Fédération internationale, Elhadj As Sy, a déclaré :« Il est clair que le système humanitaire international actuel devra se transformer en profondeur pour faire face aux défis liés au climat… La Stratégie 2030 est l’engagement que prend la Fédération internationale dans ce sens, ainsi qu’à l’égard des communautés dans lesquelles nous vivons et nous travaillons. » Dans le cadre de son action visant à répondre aux changements climatiques et à la crise environnementale, la Fédération internationale s’attachera en particulier à repérer les facteurs de vulnérabilité qu’aggravent déjà les changements climatiques et à y remédier. La Fédération internationale peut en réduire les effets – et même les prévenir totalement – par le renforcement des communautés, les systèmes d’alerte précoce, l’action précoce, l’innovation et de nouvelles formes de financement.FINNote aux responsables de publication La Stratégie 2030 de la Fédération internationale définit trois objectifs : tout le monde peut anticiper les crises, y faire face et s’en relever rapidement ; tout le monde mène une vie sûre et saine dans la dignité et a des possibilités de prospérer ; et tout le monde se mobilise pour bâtir des communautés inclusives et pacifiques.Elle met en évidence cinq défis mondiaux : les changements climatiques et la crise environnementale ; l’évolution des crises et des catastrophes ; les lacunes croissantes dans l’accès à la santé et au bien-être ; la migration et l’identité ; et les valeurs, le pouvoir et l’inclusion. Pour relever ces défis et atteindre ces objectifs, elle propose d’opérer sept transformations au sein de la Fédération internationale : soutenir et développer les Sociétés nationales en tant qu’acteurs locaux forts et efficaces ; inspirer et favoriser le volontariat ; garantir la confiance et la redevabilité ; travailler efficacement en tant que réseau ; influencer l’action humanitaire ; assurer la transformation numérique ; et construire l’avenir du financement.Pour en savoir davantage sur la Stratégie 2030 de la Fédération internationale : https://future-rcrc.com/

Lire plus