Alerte verte

Displaying 1 - 17 of 17
| Communiqué de presse

La Croix-Rouge entre en action immédiatement après le tremblement de terre au Japon

Tokyo/Beijing/Genève, 3 janvier 2024 - La Croix-Rouge japonaise s'est rapidement mobilisée pour répondre au tremblement de terre de magnitude 7,6 et au tsunami qui a suivi dans la préfecture d'Ishikawa. Les événements survenus le jour du Nouvel An ont causé des dégâts considérables, perturbant l'approvisionnement en électricité et en eau, les communications et les transports. Le bilan est tragique : au moins soixante-deux personnes ont perdu la vie et de nombreuses autres ont été blessées. Immédiatement après la catastrophe, le réseau national de la Croix-Rouge japonaise a été activé, le personnel du siège de Tokyo étant rapidement déployé pour l'évaluation et la coordination. Les sections locales, soutenues par les hôpitaux et les centres de transfusion de la Croix-Rouge, ont lancé des actions d'intervention. Faisant écho à l'esprit de solidarité, les branches voisines de la Croix-Rouge japonaise ont envoyé des équipes de secours supplémentaires. Nobuaki Sato, Directeur général adjoint du département international de la Croix-Rouge japonaise, a déclaré : « Le tremblement de terre a secoué le pays à son intensité maximale et déclenché l'alerte au tsunami la plus élevée, et les gens n'ont pu s'empêcher de se rappeler le grand tremblement de terre et le tsunami de l'est du Japon qui ont eu lieu il y a 13 ans. Il n'y a pas eu de tsunami majeur, mais il reste encore beaucoup à faire pour accélérer l'évacuation des personnes, la recherche et le relèvement des personnes disparues, l'aide aux personnes évacuées et leur rétablissement. La Croix-Rouge japonaise restera proche des personnes touchées et leur apportera son soutien.» La solide préparation aux catastrophes de la Croix-Rouge japonaise, marquée par un déploiement bien orchestré de ressources et de personnel, a joué un rôle crucial dans cette réponse rapide. Cette préparation est vitale dans un pays comme le Japon, fréquemment confronté à des activités sismiques. Alexander Matheou, Directeur régional de l'IFRC pour l'Asie-Pacifique, a fait remarquer : «Nous sommes aux côtés de la Croix-Rouge japonaise en ces temps difficiles, en particulier pour les personnes déplacées et traumatisées par le tremblement de terre. Bien que la région Asie-Pacifique soit sujette à de fréquentes catastrophes, elle a également prouvé qu'elle était à la pointe de la prévention, de la préparation, de la résilience et de l'innovation humanitaire, nous envoyant ainsi un message fort sur la nécessité urgente de renforcer les réponses humanitaires aux catastrophes et aux crises. Nous remercions nos équipes sur le terrain pour leur réponse rapide et nous reconnaissons que l'impact sera psychologique et pas seulement physique. L'IFRC se tient prête à apporter son soutien.» L'IFRC, par l'intermédiaire de sa délégation en Asie de l'Est, reste étroitement engagée avec la Croix-Rouge japonaise, assurant une approche coordonnée pour faire face aux défis immédiats et futurs posés par cette catastrophe. Pour plus d'informations: Pour demander une interview, merci de nous écrire à l'adresse:[email protected]  À Kaula Lumpur: Afrhill Rances: +60 19 271 3641 A Genève: Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 50 06

Lire plus
| Article

Climate crises Q&A: Why have some recent storms gained so much strength, so quickly?

Un entretien avec Juan Bazo, climatologue au Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, par Susana Arroyo Barrantes, Directrice communication de l'IFRC pour les Amériques.Susana Arroyo : En octobre 2023, l'ouragan Otis a suscité beaucoup d'étonnement après être passé d'une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 en seulement 12 heures. Selon le Centre national des ouragans des États-Unis, il s'agissait de l'ouragan le plus puissant jamais enregistré sur la côte mexicaine du Pacifique. El Niño a-t-il joué un rôle dans l'intensification rapide d'Otis ?Juan Bazos: Il s'agit d'une combinaison d'océans chauds et d'El Niño. En outre, toute la côte pacifique du Mexique, du Salvador, du Honduras et les côtes du Costa Rica ont été très chaudes. Cela a permis la formation de cyclones et de tempêtes. Certaines de ces tempêtes sont même passées de l'Atlantique au Pacifique.En ce qui concerne l'intensification, cela s'est déjà produit auparavant, l'ouragan Patricia en 2015 a également connu cette intensification très rapide en moins de 12 heures au large de la côte pacifique du Mexique, mais l'impact n'a pas eu lieu dans une zone très peuplée.D'un point de vue scientifique, il est de plus en plus difficile de prévoir ce type d'intensification. La plupart des modèles, si ce n'est tous, ont échoué dans la prévision à court terme, qui est l'une des prévisions les plus fiables que nous ayons en météorologie. Cela est dû à plusieurs facteurs : l'intensification rapide, les conditions atmosphériques très locales et la température de l'eau de l'océan dans cette partie de la côte mexicaine.De plus en plus, l'intensification se produit non seulement dans le Pacifique et l'Atlantique de notre région, mais aussi dans l'océan Indien. Aux Philippines, cela s'est produit à plusieurs reprises. C'est un défi, à la fois pour les services climatiques et pour la réponse humanitaire.SA: Des prévisions rigoureuses, précises et efficaces sont indispensables pour prendre des décisions qui sauvent des vies. Si nous nous dirigeons vers une ère de plus grande incertitude, nous devons également nous pencher sur la manière dont nous anticipons sur d'autres fronts. À quoi pouvons-nous nous attendre cette année ?JB: Au cours des mois suivants, nous devrions normalement entrer dans une période neutre et passer rapidement au phénomène La Niña. Ce phénomène aura lui aussi ses conséquences et modifiera l'ensemble du panorama. Il se pourrait que cette année, nous devions nous préparer à une saison des ouragans qui pourrait être supérieure à la normale. Nous devons donc continuer à surveiller la situation, compte tenu de la crise climatique et du fait que l'océan Atlantique est encore très chaud.SA: L'IFRC a essayé de conclure davantage d'alliances avec des institutions météorologiques qui se consacrent à la recherche, à la surveillance et à la compréhension du climat. Est-ce l'une des voies à suivre à l'avenir pour renforcer cette alliance ? JB: De plus en plus, l'IFRC a pour principaux alliés des entités scientifiques et techniques, afin de prendre des décisions fiables, et je pense que c'est ainsi que nous devons continuer à travailler. L'information scientifique nous apportera des informations pour nos programmes et nos opérations à différentes échelles de temps, à court, moyen et long terme. Nous ne devons pas ignorer les projections climatiques, mais prévoir comment nous pouvons nous adapter en sachant que le climat va changer. Cela fait partie de notre travail, de nos politiques à nos interventions, et je pense que le réseau de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge le fait très bien. Cependant, nous devons nous donner plus de moyens, nous rapprocher des entités scientifiques techniques, des universités, qui sont nos alliés. Ils peuvent nous apporter beaucoup plus d'informations - beaucoup plus riches, beaucoup plus localisées. C'est la prochaine étape que nous devons franchir.SA: De nombreux changements sont également à venir dans le domaine de la météorologie. Désormais, grâce à l'intelligence artificielle (IA) et à des quantités de données de plus en plus importantes, les prévisions vont évoluer et probablement s'améliorer. Pourrions-nous donc obtenir des prévisions plus fiables en termes d'intensification rapide ?JB: L'intelligence artificielle ouvre de nombreuses perspectives d'innovation. La météorologie n'est pas exacte à 100 %. Il y a toujours un certain degré d'incertitude et il y aura des échecs. Cela fait partie du chaos atmosphérique de notre planète, de sa complexité et des nombreuses variables qui jouent un rôle dans les prévisions météorologiques. En ce sens, l'IA apportera une grande valeur ajoutée à l'amélioration des prévisions.D'où la nécessité 1) d'investir davantage dans des systèmes d'action précoce fondés sur les prévisions, 2) de disposer de systèmes d'alerte précoce plus agiles, plus souples et capables d'informer et de mobiliser la population en un temps record, et 3) de disposer d'une aide humanitaire prépositionnée pour répondre aux catastrophes dès qu'elles se produisent.

Lire plus
| Article

Kazakhstan : des mesures précoces permettent aux habitants de rester au chaud pendant les vagues de froid meurtrières

Au Kazakhstan, l'hiver peut être extrêmement rude, avec des températures chutant jusqu'à -40°C la nuit. Cela représente un défi pour tout le monde, mais surtout pour certains des groupes les plus vulnérables : les sans-abri, les personnes âgées isolées, les personnes handicapées et les familles monoparentales. «Mon mari et nos deux fils sont morts et mes proches vivent très loin. Je suis donc seule au monde», a déclaré une femme de 81 ans à une équipe du Croissant-Rouge. «Je suis reconnaissante aux volontaires du Croissant-Rouge de m'avoir apporté de la soupe, des brioches et du pilaf - je les mangerai avec plaisir et j'en garderai pour demain.» Les conducteurs et les passagers bloqués sur la route peuvent également se retrouver dans une situation difficile. Lorsque le froid devient extrême, le Croissant-Rouge du Kazakhstan est prêt à soutenir les personnes dans le besoin grâce à un système initié par l'IFRC qui lui permet de mobiliser des ressources dès qu'une vague de froid sévère est annoncée. Anticiper les vagues de froid Grâce à l'activation du protocole d'action précoce simplifié (PAE) pour les vagues de froid, le Croissant-Rouge reçoit 68 000 francs suisses de l'IFRC qu'il utilisera au cours des trois prochains mois pour financer des actions d'anticipation en faveur de 2 000 personnes dans les régions les plus touchées et pour toucher 80 000 autres personnes au moyen d'activités de sensibilisation. Le PAE a été déclenché par une vague de froid le 11 décembre, lorsque le service national de prévisions météorologiques a annoncé des températures inférieures à -40 degrés dans le nord du Kazakhstan. «Ce protocole simplifié d'action précoce nous permet de soutenir les personnes qui survivent au froid extrême dans les conditions les plus difficiles, et de le faire rapidement», a déclaré Lena Kistaubayeva, Directrice du département des situations d'urgence du Croissant-Rouge du Kazakhstan. «La distribution de vêtements chauds à partir de stocks prépositionnés et l'organisation de repas chauds pour les sans-abri et les personnes âgées vivant seules sont les principales activités du moment», ajoute-t-elle. «Nous continuons à surveiller les prévisions météorologiques, afin de réagir en temps voulu et de répondre à d'autres besoins dans cette région et dans d'autres régions cibles du pays, par l'intermédiaire de nos antennes locales». Repas chauds, vêtements et couvertures Tout au long de l'hiver, les équipes du Croissant-Rouge ont aidé les sans-abri à rejoindre des abris chauds et leur ont fourni des repas chauds et des articles de base tels que des vêtements d'hiver, des chaussures et des couvertures. Des volontaires dispensent également les premiers soins dans les abris chauffés. «Depuis mon enfance, je passe le plus clair de mon temps dans la rue et je m'occupe de moi», explique un sans-abri de 54 ans. «J'ai fini par avoir de mauvaises fréquentations et j'ai passé dix ans en prison, mais au moins j'avais de la nourriture et un lit. Aujourd'hui, je suis à nouveau seul et je ne sais pas où aller. Les volontaires m'emmèneront dans un centre d'hébergement et m'aideront à m'inscrire».

Lire plus
| Article

L'IFRC à la COP 28 : les impacts sont là, il faut agir maintenant

Qu'il s'agisse de la montée en puissance des tempêtes, de la prolifération des incendies de forêt, de l'aggravation des vagues de chaleur et des sécheresses - ou du déplacement de communautés entières en raison de tous ces facteurs -, les effets du changement climatique se font sentir depuis un certain temps déjà. C'est pourquoi l'IFRC se rend une nouvelle fois au Sommet mondial sur le climat, la COP28, aux Émirats arabes unis, avec un message urgent : il n'y a plus de temps à perdre. Il est temps d'agir et l'action doit être audacieuse. Tout comme les dirigeants mondiaux doivent s'entendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter des conséquences humanitaires encore plus graves, ils doivent considérablement intensifier les mesures d'adaptation au niveau local afin d'atteindre les personnes les plus à risque et les plus touchées, selon l'IFRC. Des gens comme Martha Makaniko, une agricultrice du village de Chiwalo dans la ville de Mulanje au Malawi. Au début de l'année, Makaniko a perdu sa maison et toutes ses récoltes à la suite d'une inondation soudaine provoquée par le cyclone Freddy. Par la suite, les pluies normales n'ont pas été au rendez-vous et le phénomène El Nino menace maintenant d'aggraver la période de soudure qui s'annonce. "Année après année, il est de plus en plus difficile d'obtenir de bons rendements agricoles et de bien gagner sa vie", déclare Makaniko. "Nous ne pouvons plus compter sur des conditions météorologiques régulières. J'avais l'habitude de tirer huit sacs de maïs de mon champ. Aujourd'hui, j'ai de la chance d'en obtenir deux". Ce genre d'histoires est de plus en plus fréquent dans les communautés où le réseau de l'IFRC est enraciné. C'est aussi la raison pour laquelle l'IFRC a intensifié ses propres efforts pour travailler avec les communautés locales et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d'atténuer les souffrances immédiates - en fournissant de l'argent, de la nourriture, de l'eau, un soutien en matière d'hygiène et de santé - tout en prévenant et en réduisant les risques à l'avenir. C'est également la raison pour laquelle l'IFRC exhorte les dirigeants mondiaux réunis pour le sommet sur le climat COP 28 à prendre les mesures urgentes suivantes : Donner la priorité à l'action locale Augmenter le financement pour aider les communautés à s'adapter Intensifier les actions précoces et les mesures qui aident les communautés à anticiper les risques; Renforcer les systèmes de santé résistants au climat et aider les populations à prévenir, minimiser et traiter les pertes et les dommages dus aux événements climatiques. Pire avant de s'améliorer Il est essentiel d'investir davantage dans tous ces domaines pour aider les communautés à faire face, car la situation risque de s'aggraver avant de s'améliorer. Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) confirme que le changement climatique contribue déjà à l'augmentation du nombre de crises humanitaires (la température moyenne mondiale étant supérieure de 1,15 °C à la moyenne de 1850-1900). Aujourd'hui, la menace d'une nouvelle hausse des températures est bien réelle. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, les politiques actuelles laissent présager un réchauffement de la planète de 2,8 °C d'ici à 2050. À court terme, le phénomène El Niño de cette année devrait aggraver l'impact du changement climatique induit par l'homme, poussant les températures mondiales vers des territoires inexplorés, selon l'Organisation météorologique mondiale. Les raisons d'espérer Il y a cependant quelques raisons d'espérer. Si des mesures urgentes sont prises, il est possible de ralentir ou d'arrêter de nouvelles hausses de température tout en rendant les communautés beaucoup moins vulnérables aux chocs liés au climat. Dans l'ensemble du réseau de l'IFRC, qui comprend 191 Sociétés nationales, il existe de nombreux exemples de communautés qui travaillent avec l'IFRC et d'autres acteurs pour se rendre plus résilientes afin d'éviter l'insécurité alimentaire, les risques pour la santé et les impacts économiques des catastrophes liées au climat. En Jamaïque, par exemple, la Croix-Rouge a collaboré avec une école pour étudiants sourds dans le cadre d'un projet climato-intelligent visant à renforcer la ferme autosuffisante du campus grâce à un système d'irrigation alimenté par l'énergie solaire. En Somalie, l'IFRC et le Croissant-Rouge de Somalie ont travaillé avec le village de Cuun pour rétablir de petites exploitations agricoles à l'aide d'un nouveau forage d'eau potable et d'un système de pompage, afin de les aider à faire face à de multiples années de sécheresse. "Nous avions du mal à accéder à l'eau potable pour boire, cuisiner, nous laver et assurer notre subsistance", explique Yasiin Maxamed Jamac, l'un des chefs de la communauté. "Cela a eu un impact négatif sur notre santé et notre bien-être, et il nous a été difficile de cultiver des plantes, des fruits et des légumes et d'élever du bétail. Aujourd'hui, plus de 100 ménages possèdent leur propre petite ferme - de 100 mètres sur 100 mètres - où ils cultivent une variété de fruits, de légumes et de récoltes.

Lire plus
| Article

El Niño : Qu'est-ce que c'est et qu'est-ce que cela signifie pour les catastrophes ?

Qu'est ce que El Niño? L'oscillation australe El Niño (ENSO- El Niño Southern Oscillation) est un cycle de réchauffement et de refroidissement qui se produit le long de l'équateur dans l'océan Pacifique. El Niño est la partie du cycle qui se réchauffe. Il se produit lorsqu'il y a une diminution des eaux froides qui remontent à la surface de la mer près de l'Amérique du Sud. Cela entraîne une augmentation des températures à la surface de la mer dans le Pacifique, ce qui réchauffe l'atmosphère au-dessus. La partie froide du cycle est appelée La Niña et a l'effet inverse. Les phénomènes El Niño et La Niña se produisent tous les deux à sept ans. Ils durent généralement de 9 à 12 mois, mais il est arrivé qu'ils durent plusieurs années d'affilée. Comment El Niño affecte-t-il les conditions météorologiques dans lemonde? Les phénomènes El Niño et La Niña modifient la façon dont l'air et l'humidité se déplacent dans le monde, ce qui peut avoir une incidence sur les précipitations et les températures à l'échelle planétaire. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a récemment annoncé que des conditions El Niño s'étaient développées et qu'il fallait s'attendre à des perturbations météorologiques et climatiques ainsi qu'à une hausse des températures mondiales. Nous savons, grâce aux événements passés, quand et quelles régions du monde sont plus susceptibles d'être plus humides ou plus sèches pendant les phénomènes El Niño et La Niña. Mais les phénomènes El Niño et La Niña ne se ressemblent pas, c'est pourquoi il est important de suivre les prévisions au fur et à mesure qu'elles se développent. Le changement climatique affecte-t-il El Niño ? D'une manière générale, le changement climatique entraîne un réchauffement des températures de surface de la mer, et certains éléments semblent indiquer que ce phénomène influe sur la manière dont les phénomènes El Niño et La Niña influencent les conditions météorologiques dans le monde entier. L'OMM prévoit que les températures mondiales atteindront probablement des niveaux record au cours des cinq prochaines années, sous l'effet conjugué du changement climatique et d'El Niño. El Niño va-t-il provoquer davantage de catastrophes? Les phénomènes El Niño entraînent des risques de catastrophe différents selon les régions du monde. Ils peuvent provoquer de graves sécheresses en Australie, en Indonésie, dans certaines parties de l'Asie du Sud, en Amérique centrale et dans le nord de l'Amérique du Sud. Le dernier El Niño, qui s'est produit il y a sept ans, a contribué à la sécheresse et à l'insécurité alimentaire qui ont touché des dizaines de millions de personnes dans le sud et l'est de l'Afrique. Elles peuvent également entraîner une augmentation des précipitations dans le sud de l'Amérique du Sud, le sud des États-Unis, la Corne de l'Afrique et l'Asie centrale. En été, dans l'hémisphère nord, les eaux chaudes d'El Niño peuvent provoquer des cyclones tropicaux plus intenses dans l'ouest du Pacifique, mais moins d'ouragans dans l'Atlantique. Écoutez Lilian Ayala Luque, Senior Officer de l'action anticipative et de la résilience communautaire pour l'IFRC Amériques, à propos de l'arrivée du phénomène El Niño et de ce que cela pourrait signifier pour la région : En quoi le phénomène El Niño de cette année pourrait-il être différent ? Nous connaissons déjà certains facteurs qui influenceront la façon dont les impacts de ce El Niño affecteront les communautés. C'est le cas par exemple : Bien que l'on s'attende à ce que la sécheresse prenne fin dans la Corne de l'Afrique, il faut un certain temps avant que la pluie ne s'infiltre dans le sol pour favoriser l'enracinement des plantes et commencer à restaurer l'agriculture; Alors que les conditions El Niño limitent généralement la croissance des cyclones tropicaux dans l'Atlantique Nord, cet effet pourrait être contrebalancé par les températures inhabituellement élevées de la surface de la mer actuellement observées dans la région où se forment ces tempêtes; En Équateur et au Pérou, une épidémie de dengue consécutive aux inondations du début de l'année pourrait être aggravée par les pluies d'El Niño attendues au début de 2024. En Afrique australe, il reste à voir si la situation du choléra sera améliorée par les conditions plus sèches attendues. Comment le réseau de l'IFRC se prépare-t-il à El Niño ? Le réseau de l'IFRC élabore des protocoles d'action précoce - des plans formels qui décrivent les déclencheurs et les actions précoces que nous prendrons lorsque l'on prévoit qu'un risque spécifique aura un impact sur les communautés - y compris pour se préparer aux risques liés à El Niño. En Équateur, par exemple, nous avons mis au point des déclencheurs pour faire face à la probabilité accrue d'inondations pendant la saison des pluies, de janvier à avril. En Amérique centrale, les protocoles d'action précoce couvrent la probabilité accrue de sécheresse de juin à août. Les actions précoces comprennent le renforcement des bâtiments et des maisons, la planification des itinéraires d'évacuation ou le prépositionnement de stocks de nourriture et d'eau. Où puis-je trouver plus d'informations? Notre page sur l'Alerte précoce, action précoce; Site web du centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge; Site web du Centre d'Anticipation; Pilier Anticipation du Fonds d'urgence pour les interventions lors de catastrophes de l'IFRC; Série Twitter Space sur El Niño par l'équipe de l'IFRC Amériques -- Cet article a été adapté d'un article blog sur le site du Centre d'Anticipation co-écrit par Liz Stephens, Andrew Krucziewicz et Chris Jack du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Consultez l'article de blog pour plus d'informations sur El Niño et l'action anticipative.

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC et l'ONU intensifient les alertes précoces pour tous en les transformant en action sur le terrain

New York / Genève, 21 mars 2023 - Les Nations Unies et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge accélèrent l'action pour faire en sorte que tous les habitants de la planète soient protégés par des alertes précoces d'ici à 2027. Le cyclone tropical qui a récemment battu des records en Afrique du Sud-Est montre une fois de plus l'importance capitale de ces services pour sauver des vies et des moyens de subsistance face à des phénomènes météorologiques et climatiques de plus en plus extrêmes. Pour soutenir ce travail, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a convoqué le 21 mars un groupe consultatif composé de dirigeants d'agences des Nations unies, de banques multilatérales de développement, d'organisations humanitaires, de représentants de la société civile et d'entreprises du secteur des technologies de l'information. L'objectif est de renforcer le poids politique, technologique et financier afin que les alertes précoces pour tous deviennent une réalité pour tous, partout dans le monde. Dans les mois à venir, l'action coordonnée sera renforcée, dans un premier temps dans 30 pays particulièrement exposés, dont les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés. D'autres pays devraient être ajoutés au fur et à mesure que ce travail vital avec les partenaires s'accélère, prend de l'ampleur et se dote de ressources. Dans le même temps, les actions et initiatives existantes des Nations unies visant à sauver des vies et des moyens de subsistance et à renforcer la résilience dans un grand nombre d'autres pays se poursuivront et seront renforcées, afin que la campagne « Avertissements précoces pour tous »transforme ses promesses en réalité vitale sur le terrain pour des millions de personnes parmi les plus vulnérables. L'objectif n'est pas de réinventer la roue, mais plutôt de promouvoir la collaboration et les synergies et d'exploiter le pouvoir des téléphones mobiles et des communications de masse. « Il est temps pour nous d'obtenir des résultats. Des millions de vies sont en jeu. Il est inacceptable que les pays et les peuples qui ont le moins contribué à créer cette crise en paient le prix le plus lourd», « Les populations d'Afrique, d'Asie du Sud, d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale, ainsi que les petits États insulaires ont 15 fois plus de risques de mourir des suites d'une catastrophe climatique. Ces décès peuvent être évités. Les preuves sont claires : les systèmes d'alerte précoce sont l'une des mesures de réduction des risques et d'adaptation au climat les plus efficaces pour réduire la mortalité et les pertes économiques dues aux catastrophes»,a déclaré M. Guterres. . Le besoin est urgent. Au cours des 50 dernières années, le nombre de catastrophes enregistrées a été multiplié par cinq, en partie à cause du changement climatique induit par l'homme, qui a pour effet d'amplifier nos conditions météorologiques. Cette tendance devrait se poursuivre. Si aucune mesure n'est prise, le nombre de catastrophes de moyenne ou grande ampleur devrait atteindre 560 par an, soit 1,5 par jour, d'ici à 2030. L'apparition de phénomènes météorologiques violents et les effets du changement climatique augmenteront la difficulté, l'incertitude et la complexité des interventions d'urgence dans le monde entier. Des décès évitables La moitié des pays du monde ne disposent pas de systèmes d'alerte précoce adéquats et encore moins de cadres réglementaires permettant de relier les alertes précoces aux plans d'urgence.   "Les inondations sans précédent provoquées par le cyclone tropical Freddy au Mozambique, au Malawi et à Madagascar montrent une fois de plus que les conditions météorologiques et les précipitations deviennent de plus en plus extrêmes et que les risques liés à l'eau augmentent", a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, M. Petteri Taalas. "Les zones les plus touchées ont reçu en quelques jours des précipitations équivalentes à des mois de pluie et les conséquences socio-économiques sont catastrophiques". "Des alertes précoces précises, associées à une gestion coordonnée des catastrophes sur le terrain, ont permis d'éviter que le nombre de victimes ne s'alourdisse encore. Mais nous pouvons faire encore mieux et c'est pourquoi l'initiative "Des alertes précoces pour tous" est la priorité absolue de l'OMM. Les services météorologiques, climatiques et hydrologiques permettent non seulement d'éviter les dégâts, mais ils sont également bénéfiques pour l'agriculture, les transports aériens, maritimes et terrestres, l'énergie, la santé, le tourisme et d'autres secteurs d'activité", a-t-il déclaré. L'OMM et le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR) sont les fers de lance de l'initiative "Des alertes précoces pour tous", aux côtés de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). "L'opérationnalisation de cette initiative est un exemple clair de la manière dont le système des Nations unies et ses partenaires peuvent travailler ensemble pour sauver des vies et protéger les moyens de subsistance contre les catastrophes. Les systèmes d'alerte précoce inclusifs et multirisques qui couvrent le "dernier kilomètre" font partie des meilleures méthodes de réduction des risques face aux aléas liés au climat et aux aléas géophysiques tels que les tsunamis. Il s'agit non seulement d'un objectif clair du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, mais aussi d'un impératif moral", a déclaré Mami Mizutori, représentant spécial du secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe et chef de l'UNDRR. Adaptation au changement climatique Les systèmes d'alerte précoce sont largement considérés comme le "fruit à portée de main" de l'adaptation au changement climatique, car ils constituent un moyen relativement peu coûteux et efficace de protéger les personnes et les biens contre les risques, notamment les tempêtes, les inondations, les vagues de chaleur et les tsunamis, pour n'en citer que quelques-uns. Les systèmes d'alerte précoce offrent un retour sur investissement plus que décuplé Il suffit de prévenir 24 heures à l'avance de l'imminence d'un événement dangereux pour réduire de 30 % les dommages qui en découlent. La Commission mondiale sur l'adaptation a constaté qu'en consacrant seulement 800 millions de dollars à ces systèmes dans les pays en développement, on éviterait des pertes de 3 à 16 milliards de dollars par an. "Lorsqu'une catastrophe survient, les populations et les communautés peuvent se tourner vers la technologie comme vers une bouée de sauvetage", a déclaré la Secrétaire générale de l'UIT, Mme Doreen Bogdan-Martin. En dirigeant les travaux de l'initiative "Avertissements précoces pour tous" de l'ONU sur la diffusion et la communication des alertes, l'UIT contribue à faire en sorte que les personnes menacées puissent agir à temps dans un monde de plus en plus vulnérable aux aléas climatiques. Les alertes peuvent être envoyées par des chaînes de radio et de télévision, par les médias sociaux et par des sirènes. L'UIT recommande une approche inclusive, centrée sur les personnes, utilisant le protocole d'alerte commun (PAC), un format de données normalisé pour les alertes publiques, afin de maintenir la cohérence des messages entre les différents canaux. «Les alertes précoces qui se traduisent en préparation et en réponse sauvent des vies. Les catastrophes liées au climat devenant plus fréquentes, plus intenses et plus meurtrières, elles sont essentielles pour tous, mais une personne sur trois dans le monde n'est toujours pas couverte. Les systèmes d'alerte précoce sont le moyen le plus efficace et le plus digne d'empêcher qu'un phénomène météorologique extrême ne provoque une crise humanitaire, en particulier pour les communautés les plus vulnérables et les plus éloignées qui en subissent le plus les conséquences. Aucune vie ne devrait être perdue dans une catastrophe pourtant prévisible», a déclaré Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC. Groupe consultatif L'initiative "Avertissements précoces pour tous"prévoit de nouveaux investissements initiaux ciblés entre 2023 et 2027 pour un montant de 3,1 milliards d'USD - une somme qui serait largement inférieure aux bénéfices. Il s'agit d'une petite fraction (environ 6 %) des 50 milliards de dollars demandés pour le financement de l'adaptation. Il s'agirait de renforcer la connaissance des risques de catastrophe, les observations et les prévisions, la préparation et la réponse, ainsi que la communication des alertes précoces. Une série de solutions de financement innovantes, nouvelles et préexistantes, sont nécessaires pour mettre en œuvre le plan visant à protéger chaque personne sur Terre. Il s'agit notamment d'intensifier l'initiative des systèmes d'alerte précoce aux risques climatiques (CREWS - Climate Risk Early Warning Systems), le mécanisme de financement des observations systématiques (SOFF- Systematic Observations Financing Facility) et les programmes d'investissement accélérés des fonds climatiques, tels que le Fonds vert pour le climat (FVC) et le Fonds d'adaptation, et des principales banques multilatérales de développement (BMD), ainsi que d'autres nouveaux instruments financiers innovants pour tous les acteurs de la chaîne de valeur de l'alerte précoce. La réunion du groupe consultatif examinera la possibilité de faire progresser les quatre piliers clés du système d'alerte précoce multirisque (MHEWS - Multi-Hazard Early Warning System) : Connaissance et gestion des risques de catastrophes (374 millions de dollars) : vise à collecter des données et à entreprendre des évaluations des risques afin d'accroître les connaissances sur les aléas, les vulnérabilités et les tendances. Dirigé par l'UNDRR avec le soutien de l'OMM; Détection, observation, surveillance, analyse et prévision des risques (1,18 milliard de dollars). Développer des services de surveillance des risques et d'alerte précoce. Dirigé par l'OMM, avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE); Diffusion et communication (550 millions de dollars). Communiquer les informations sur les risques afin qu'elles parviennent à tous ceux qui en ont besoin, qu'elles soient compréhensibles et utilisables. Dirigé par l'UIT, avec le soutien de l'IFRC, du PNUD et de l'OMM; Préparation et réaction (1 milliard de dollars) : Renforcer les capacités de réaction des pays et des communautés. Dirigé par l'IFRC, avec le soutien du Risk Informed Early Action Partnership (REAP), du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM). Notes aux éditeurs: Contexte de l'initiative L'initiative "Alerte précoce pour tous" (EW4All- Early Warnings For All Initiative) a été officiellement lancée par le Secrétaire général des Nations unies en novembre 2022, lors de la réunion de la COP27 à Sharm El-Sheikh. L'initiative prévoit que le monde entier soit couvert par un système d'alerte précoce d'ici à la fin de 2027. L'initiative " Des alertes précoces pour tous " est codirigée par l'OMM et l'UNDRR et soutenue par les chefs de file des piliers que sont l'UIT et l'IFRC. Les partenaires de mise en œuvre sont : FAO, OCHA, PNUD, PNUE, UNESCO, REAP et PAM. Le groupe consultatif surveillera les progrès accomplis dans la réalisation de l'objectif et en rendra compte au secrétaire général des Nations unies : Évaluer les progrès de l'initiative "Avertissements précoces pour tous" par rapport à ses objectifs et à ses cibles; Renforcer la dynamique politique et générale et le soutien à l'initiative "Avertissements précoces pour tous"; Fournir des recommandations générales pour la mobilisation des ressources, et; Suivre le développement scientifique et technique lié aux systèmes d'alerte précoce. Membres du groupe consultatif António Guterres, secrétaire général des Nations unies Selwin Hart, conseiller spécial du secrétaire général pour l'action climatique et la transition juste Petteri Taalas, Secrétaire général de l'OMM Mami Mizutori, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe. Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC Doreen Bogdan-Martin, secrétaire générale de l'UIT Achim Steiner, administrateur du PNUD Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE Sima Bahous, directrice exécutive d'ONU Femmes Rabab Fatima, USG, Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (OHRLLS- Office of the High Representative for the Least Developed Countries, Landlocked Developing Countries and Small Island Developing States) Oscar Fernández-Taranco, Bureau de coordination du développement du GSA (UNDCO) Martin Griffiths, USG/OCHA Yannick Glemarec, directeur exécutif du GCF Brad Smith, vice-président et président de Microsoft Mats Granryd, directeur général, GSMA Michel Lies, président du Forum pour le développement de l'assurance Mme Tasneem Essop, directrice exécutive de Climate Action Network, Climate Action Network  Joye Najm Mendez, représentante des jeunes, groupe consultatif des jeunes du SG Anthony Nyong, directeur, changement climatique et croissance verte, Banque africaine de développement S.E. Sameh Shoukry Président de la COP 27 S.E. Dr Sultan Al Jaber, Président désigné de la COP 28 Contacts médias: A Genève:Anna Tuson, +41 79 895 6924, [email protected] A Washington: Marie Claudet, +1 202 999 8689, [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

Pacifique : Appel urgent à une action collective pour réduire l'impact du changement climatique et des catastrophes naturelles

Suva, 23 février 2023 - L'impact croissant des risques climatiques détruira des décennies de progrès en matière de développement dans le Pacifique s'il n'y a pas un changement majeur de la réponse aux catastrophes vers une action anticipative, a conclu la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) lors de la réunion des dirigeants de la Croix-Rouge du Pacifique qui s'est tenue cette semaine à Suva, aux Fidji. Les États insulaires du Pacifique constituent la majorité des pays qui subissent les pertes relatives les plus élevées - entre 1 % et 9 % de leur PIB - du fait de l'impact des risques naturels. Katie Greenwood, chef de délégation de l'IFRC pour le Pacifique, a déclaré : «Nous avons beaucoup de défis humanitaires dans le Pacifique que nous devons relever ensemble en tant que région et pas seulement en tant que Croix-Rouge dans chaque pays. Le changement climatique et les catastrophes affectent constamment notre région sous une forme ou une autre. Nous devons nous assurer que les ressources, le financement et les connaissances nécessaires pour relever les défis du changement climatique sont disponibles afin de pouvoir mieux anticiper la manière dont nous pouvons nous préparer et répondre. Pour gérer efficacement les risques de catastrophes, nous devons nous concentrer sur l'investissement dans la réponse aux catastrophes ainsi que sur les actions de renforcement de la résilience avant les catastrophes, qui soutiennent également le développement en fonction des risques. En conséquence, nous pouvons minimiser les pertes humaines et économiques qui peuvent freiner les progrès du développement d'un pays.» Le changement climatique exacerbe les vulnérabilités sous-jacentes qui continueront à dégrader les moyens de subsistance et la résilience, car la fréquence et l'intensité des événements météorologiques extrêmes tels que les cyclones et les inondations vont augmenter au cours des prochaines décennies. Si l'on ajoute à cela des événements graves à plus long terme tels que les sécheresses, l'élévation du niveau de la mer, les grandes marées et l'intrusion d'eau salée, la Croix-Rouge doit prendre les devants, avec ses communautés dans le Pacifique, en matière d'anticipation et de préparation à la nature changeante de l'impact des catastrophes. «Il faut faire davantage en termes d'action anticipée, d'adaptation et de préparation, pour sauver des vies et des moyens de subsistance.» Les Croix-Rouges du Pacifique sont la Croix-Rouge australienne, la Croix-Rouge des îles Cook, la Croix-Rouge de Fidji, la Croix-Rouge de Kiribati, la Croix-Rouge des îles Marshall, la Croix-Rouge de Micronésie, la Croix-Rouge de Nouvelle-Zélande, la Croix-Rouge de Palau, la Croix-Rouge de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Croix-Rouge de Samoa, la Croix-Rouge des îles Salomon, la Croix-Rouge de Tonga, la Croix-Rouge de Tuvalu et la Croix-Rouge de Vanuatu. Pour plus d'informations ou pour organiser une interview, merci de contacter: A Suva: Soneel Ram, +679 9983 688, [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

COP27: C'est maintenant le moment de transformer les mots en action

En réponse au plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, une déclaration du président Francesco Rocca et du secrétaire général Jagan Chapagain de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) : Alors que les dirigeants se réunissent à la COP27 depuis deux semaines, les familles sont confrontées aux conséquences très concrètes des phénomènes météorologiques extrêmes, et ne peuvent attendre que les promesses se transforment en actions. Au cours des deux dernières semaines, le système de surveillance des risques de l'IFRC a émis des alertes pour environ 14 inondations en Afrique, 18 dans les Amériques, 35 en Asie-Pacifique, cinq dans l'Union européenne et deux dans la région MENA. Au cours de cette période, quatre tempêtes tropicales nommées ont menacé de destruction. Des incendies de forêt ont ravagé des communautés dans dix pays, touchant plus de 10 000 hectares. Et vendredi, au moins trois personnes sont mortes à la suite d'inondations à Kigali, au Rwanda, et 11 au Venezuela. En Éthiopie, 185 000 personnes ont été déplacées. Les communautés d'Afrique et d'Afghanistan continuent de se débattre avec l'insécurité alimentaire, qui aggrave les crises. La question des pertes et dommages a été inscrite pour la première fois à l'ordre du jour de la COP et, aujourd'hui, les dirigeants mondiaux ont convenu de la mise en place de nouveaux mécanismes de financement pour aider les pays en développement, en particulier ceux qui sont le plus exposés aux effets néfastes du changement climatique. Nous saluons les promesses de financement qui ont été faites sur les pertes et dommages, qui sont des conversations historiquement importantes et des pas en avant positifs. Ces engagements doivent être complétés par des financements nouveaux et supplémentaires qui atteignent les personnes et les communautés les plus exposées, et qui soient prévisibles, adéquats et flexibles afin de faire face aux crises liées au climat. Nous nous réjouissons de l'accord visant à rendre opérationnel le réseau de Santiago sur les pertes et les dommages, qui fournira une assistance technique cruciale pour réduire et répondre aux impacts auxquels les communautés sont déjà confrontées. Cependant, nous devons revoir à la hausse nos ambitions en matière de réduction des émissions et cette COP n'a pas été à la hauteur sur ce point. Chaque augmentation du réchauffement de la planète est importante pour sauver des vies et des moyens de subsistance et est donc essentielle pour maintenir les températures mondiales en dessous de la limite de réchauffement de 1,5°C. Nous nous félicitons de l'accent mis sur les systèmes d'alerte précoce dans le plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, qui reflète les réalités en première ligne de la crise climatique que l' IFRC met en avant depuis plus de deux décennies. Réduire les risques et sauver des vies, en particulier dans les communautés du dernier kilomètre, c'est ce que font chaque jour nos équipes dans le monde entier et il est réconfortant de voir ce travail s'étendre. Pour être plus efficaces, les alertes précoces doivent être suivies d'une action rapide et ces systèmes doivent être enracinés dans les communautés - y compris celles qui sont les plus difficiles à atteindre et les familles coincées dans des crises prolongées. Alors que les impacts humanitaires du changement climatique ne cessent de croître, il devrait en être de même pour le financement de l'adaptation, en veillant à ce qu'il atteigne les personnes les plus touchées et les plus à risque. En tant qu'héritage de la "COP de mise en œuvre", l'investissement mondial doit atteindre le niveau local.  Il est temps de transformer les paroles et les engagements en actions au niveau national, de donner vie à l'accord et de faire une réelle différence dans la vie des personnes et des communautés les plus touchées par la crise climatique. En tant que réseau de l'IFRC, nous nous sommes engagés à intensifier l'action locale pour répondre à la crise climatique, en travaillant avec les communautés pour renforcer la préparation et la résilience face à l'augmentation des risques et des impacts. Les crises climatiques et environnementales sont une menace pour l'humanité et nous avons tous un rôle à jouer. Nous devons maintenant nous tourner vers l'avenir avec détermination et espoir.  Nos actions collectives peuvent inspirer l'ambition que nous devons voir dans le monde. Contacts médias: A Genève: Jenelle Eli, +1 202 603 6803,[email protected]

Lire plus
| Discours

Discours du Secrétaire général de l'IFRC lors du lancement du plan d'action exécutif " Alerte précoce pour tous ".

Excellences, Mesdames et Messieurs, L'IFRC se félicite de l'engagement du Secrétaire général des Nations Unies sur les systèmes d'alerte précoce pour tous. Au cours de la dernière décennie, certains des événements climatiques extrêmes les plus récents - et souvent prévisibles - ont été les plus meurtriers, coûteux et dévastateurs. D'après notre expérience, nous savons que les alertes précoces ne peuvent fonctionner que si elles sont transformées en actions anticipées. Ce message a été bien reçu par l'initiative «Alerte précoce pour tous.» L'IFRC a contribué à 3 des 4 piliers du plan d'action exécutif de cette initiative et a pris la tête du pilier « Préparation à la réponse» Nous remercions tout ceux qui ont participés à l'élaboration du plan d'action. Il est maintenant temps de traduire ce plan en actions. Voici comment : Premièrement : contribuer à créer un environnement favorable où les communautés locales et les organisations telles que nos sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont véritablement habilitées à mener des actions locales. Leur pouvoir, grâce à leurs connaissances et à leur appropriation, peut véritablement transformer la réalisation des ambitions de l'alerte précoce et de l'action précoce. Ayez le courage de libérer ce pouvoir. Deuxièmement : la clé du succès est le pouvoir du partenariat. Rassemblons et utilisons le meilleur de nos organisations pour mettre en œuvre le plan d'action. Troisièmement, l'initiative "Alerte précoce pour tous" sera plus efficace si nous tirons parti de la puissance des plateformes de coordination et de collaboration existantes, telles que le Partenariat d'action précoce basée sur les risques et le Centre d'anticipation hébergés par l'IFRC, ainsi que le Centre d'excellence. Enfin, il convient de mettre en place des mécanismes de financement ambitieux. Le changement ne viendra pas sans un investissement. Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes de l'IFRC en est un bon exemple, car il permet de débloquer des fonds en amont des catastrophes afin de réduire leur impact humanitaire. En fin de compte, notre succès collectif devrait être mesuré par les vies sauvées et les moyens de subsistance préservés. Le réseau de l'IFRC se réjouit de collaborer étroitement avec l'OMM et d'autres partenaires à l'initiative "Alerte précoce pour tous". Ensemble, faisons en sorte que les alertes précoces soient centrées sur les personnes, y compris celles qui se trouvent dans les zones les plus éloignées. Je vous remercie

Lire plus
| Communiqué de presse

COP27 : Le monde ne peut pas se permettre une autre série de vagues promesses, avertit l'IFRC

Genève, 1 Novembre 2022 – Aucune région du monde n'est épargnée par les effets dévastateurs de la crise climatique, mais les communautés les plus vulnérables à ses effets sont celles qui reçoivent le moins d'aide. Les nouvelles données du plus grand réseau humanitaire du monde montrent qu'aucun des 30 pays les plus vulnérables de la planète ne figure parmi les 30 premiers bénéficiaires du financement de l'adaptation par habitant. Lors de la COP27, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appellera les dirigeants mondiaux à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à augmenter de manière significative les financements pour permettre aux communautés les plus vulnérables de s'adapter et de faire face aux impacts catastrophiques auxquels elles sont déjà confrontées. Francesco Rocca, Président de l'IFRC a déclaré: «Notre planète est en crise et le changement climatique tue les personnes les plus à risque. La COP27 sera un échec si les dirigeants mondiaux ne soutiennent pas les communautés qui sont en première ligne du changement climatique. Les familles qui perdent des êtres chers, leurs maisons ou leurs moyens de subsistance ne peuvent pas se permettre d'attendre de vagues promesses ou de faiblesengagements. » «Pour sauver des vies maintenant et à l'avenir, nous avons besoin d'une action politique et de changements concrets qui donnent la priorité aux communautés les plus exposées et les aident à devenir plus résilientes. La crise climatique est là maintenant, et nous devons protéger les personnes les plus touchées.»​​​​​​​ La science est désormais d'une clarté alarmante quant aux impacts humanitaires du changement climatique. Les données de l'IFRC montrent qu'au cours des dix dernières années, 86 % de toutes les catastrophes déclenchées par des risques naturels ont été causées par des événements météorologiques et climatiques, tuant au moins 410 000 personnes et affectant 1,7 milliard d'autres. Le rapport 2022 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a montré pour la première fois que le changement climatique contribue déjà à des crises humanitaires, avec environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes vivant dans des contextes vulnérables au changement climatique. Caroline Holt, Directrice des catastrophes, climat et crises de l'IFRC a souligné: «L'augmentation du financement de l'adaptation est essentielle pour aider les pays à faire face aux impacts du changement climatique et à se préparer à l'avenir, mais la nouvelle analyse de l'IFRC démontre que les fonds ne parviennent pas aux endroits et aux communautés qui en ont le plus besoin. Le financement de l'adaptation au climat par personne est en moyenne inférieur à 1 CHF par personne dans les pays où la vulnérabilité est la plus élevée.»​​​​​​​ La Somalie - où des sécheresses extrêmes ont amené le pays au bord de la famine - a été classée au premier rang pour la vulnérabilité climatique, mais n'a été classée que 64e pour le financement de l'adaptation en 2020*. La Somalie a reçu moins d'un dollar par personne pour l'adaptation au changement climatique chaque année, tandis que la République centrafricaine a reçu moins de deux centimes Selon Maarten Van Aalst, Directeur du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, lorsque les communautés disposent des outils nécessaires pour se préparer aux risques climatiques et les anticiper, elles peuvent empêcher que les événements météorologiques extrêmes ne se transforment en catastrophes. M. Van Aalst souligne que le monde doit également intensifier ses efforts pour lutter contre les pertes et les dommages déjà subis par les personnes qui se trouvent en première ligne de la crise climatique. Notes aux éditeurs: Consultez les photos et vidéos incluant la mention de la source sur ShaRed Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne se contentent pas de répondre aux catastrophes lorsqu'elles se produisent, elles jouent également un rôle essentiel dans la prévention des risques tels que les inondations et les vagues de chaleur. Travaillant en première ligne dans les communautés avant, pendant et après les catastrophes, elles savent ce qui est nécessaire pour répondre aux crises climatiques et aider les communautés à prévenir et à s'adapter aux risques croissants du changement climatique. L'IFRC a pour objectif d'aider les Sociétés nationales membres à atteindre 250 millions de personnes chaque année avec des services d'adaptation et d'atténuation du climat afin de réduire la souffrance et la vulnérabilité. * La vulnérabilité climatique est déterminée sur la base d'une combinaison de l'analyse de la vulnérabilité climatique à long terme et à court terme par ND-GAIN et l'indice INFORM. ND-GAIN quantifie la vulnérabilité nationale aux perturbations climatiques, tout en évaluant la capacité d'un pays à mobiliser des investissements pour des actions d'adaptation. La vulnérabilité est calculée comme une combinaison de l'exposition, de la sensibilité et de la capacité d'adaptation, tandis que la préparation intègre les composantes économiques, sociales et de gouvernance. L'indice INFORM quantifie le risque de catastrophe national sur la base de l'exposition historique aux risques, de la vulnérabilité et de la capacité d'adaptation. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview: A Washington: Marie Claudet, +1 202 999 8689, [email protected] A Genève: Jenelle Eli, +1 202 603 6803, [email protected]

Lire plus
| Article

L'IFRC annonce des changements dans le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes

Aujourd'hui, l'IFRC lance de nouveaux changements importants et passionnants pour son Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF). Le DREF est notre réservoir financier qui nous permet de débloquer rapidement des fonds pour les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le cadre d'une action précoce et d'une réponse immédiate aux catastrophes. C'est le moyen le plus rapide, le plus efficace et le plus transparent d'acheminer des fonds directement aux acteurs humanitaires locaux. Depuis son lancement en 1985, le DREF a aidé plus de 200 millions de personnes en situation de crise. A partir d'aujourd'hui Le DREF est désormais un fonds composé de deux "piliers" : un pilier d'anticipation, précédemment appelé "Action du DREF basée sur les prévisions" et un pilier de réponse. Cette nouvelle structure donne aux Sociétés nationales plus de possibilités d'agir avant un danger et une meilleure capacité à réagir rapidement lorsqu'une catastrophe survient. Nous avons introduit une nouvelle modalité de financement du DREF pour évaluer et traiter les catastrophes à évolution lente, telles que la sécheresse et l'insécurité alimentaire. Nous avons augmenté les plafonds de financement disponibles pour les Sociétés nationales afin qu'elles puissent s'adapter et accéder au montant approprié de financement requis, au bon moment, pour répondre aux besoins des communautés à risque et affectées. Nous avons facilité la demande de financement auprès du DREF pour les Sociétés nationales en mettant en place un processus de demande en ligne sur notre plateforme d'opérations d'urgence, IFRC GO. Cette transformation numérique rend le processus de demande encore plus rapide, plus efficace et plus transparent. S'exprimant sur les changements apportés au DREF, le Secrétaire Général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : "Les besoins humanitaires augmentent de manière exponentielle. Il en est de même de la pression exercée sur notre réseau de l'IFRC pour anticiper et répondre à des crises plus importantes et plus complexes. Notre DREF évolue pour répondre à ces besoins". Pour plus d'informations sur les améliorations apportées au DREF, veuillez contacter Florent Delpinto, responsable du Centre des opérations d'urgence de l'IFRC : [email protected].

Lire plus
| Communiqué de presse

La population évacue pour se mettre en sécurité après le passage du typhon Noru aux Philippines

Kuala Lumpur/Manille, le 25 septembre 2022 - Les habitants du nord des Philippines se précipitent vers des zones sécurisées et des centres d'évacuation alors que le super typhon Noru (appelé localement Karding) commence à frapper des milliers de villes, de maisons et d'infrastructures. Le typhon, dont les vents ont atteint une vitesse maximale de 260 km/h, a touché terre sur les îles Polillio, au nord-est des Philippines, ce dimanche après-midi, heure locale. Les équipes de la Croix-Rouge philippine sont sur le terrain, mobilisées pour porter assistance et évacuer les personnes vers des lieux sûrs. Le typhon Noru sera la plus forte tempête qui frappera le pays cette année. Il est aussi intense et destructeur que le super typhon Rai de l'année dernière, qui a détruit 1,5 million de maisons en décembre. Richard Gordon, Président de la Croix-Rouge philippine, a déclaré : «Cette tempête est la plus forte qui nous ait frappés cette année. Il est essentiel que nous mettions tout le monde en sécurité dès maintenant, car ce typhon va causer des ravages dans tout le centre de Luzon, y compris dans notre capitale, Manille. «Nos volontaires sont en état d'alerte et collaborent avec les autorités pour acheminer les habitants vers les centres d'évacuation avec tout ce dont ils ont besoin. Nous avons également prépositionné des secours d'urgence, des repas chauds et des fournitures médicales en prévision. Nos camions-citernes transportant de l'eau potable et nos camions destinés au déblayage rapide des débris, de la boue et des arbres tombés pour rendre les routes accessibles pour atteindre les communautés sont également en place. « Nous conseillons aux populations de recharger leurs téléphones, d'emporter de la nourriture et de prendre leurs effets personnels importants. Rien ne permet de prévoir l'ampleur des perturbations.» Le littoral oriental de l'île de Luzon (qui fait face à l'océan Pacifique) est déjà frappé par des vents violents et de fortes pluies. Dans les ports, des centaines de personnes sont laissées pour compte, les opérations aériennes et maritimes étant interrompues. Cette île est la plus grande et la plus peuplée du pays. Alberto Bocanegra, chef du bureau de pays de l'IFRC aux Philippines, a déclaré : «Nous avons tiré des enseignements de notre réponse au typhon le plus puissant de l'année dernière, Rai. Nous pensons que nous continuons à adapter nos réponses d'urgence et que nous sommes prêts à faire face à l'intensité de cette tempête. «Ces événements météorologiques s'intensifient et deviennent plus fréquents. La super tempête qui a frappé le sud-est des Philippines s'est produite il y a à peine dix mois, et les personnes touchées peinent à recoller les morceaux. Nous devons être efficaces et nous adapter rapidement, quelle que soit la gravité de la situation. «L'IFRC travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge philippine et apporte son aide et son soutien.» Les Philippines sont frappées par des pluies torrentielles, des vents violents, des inondations et des tempêtes tropicales plusieurs fois par an. Pour plus d'informations, merci de contacter, Bureau Asie-Pacifique: Afrhill Rances, +60 19-271 3641, [email protected] Rachel Punitha, +60 19 791 3830, [email protected] Soneel Ram, +679 998 3688, [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

Le PAM et l'IFRC unissent leurs forces pour renforcer la réponse aux chocs climatiques anticipés dans la région MENA

Dubai, 10 Août 2022– Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) ont signé un protocole d'accord régional visant à soutenir les activités conjointes de plaidoyer, de développement des capacités et de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre coordonnée au niveau national d'une action anticipée en réponse aux chocs climatiques dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. La signature a eu lieu à l'issue d'un événement intitulé "Road to COP27 : Anticipatory Action Milestones and Way Forward in MENA", organisé par la Cité internationale humanitaire (CIH), à Dubaï (Émirats arabes unis), auquel ont participé des intervenants de haut niveau et les représentants du gouvernement des Émirats arabes unis, du ministère du changement climatique et de l'environnement, du PAM, de l'IFRC, du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des sociétés nationales et des organisations humanitaires régionales et internationales, dont le Programme des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, la FAO, Start Network et du Partenariat pour une action précoce tenant compte des risques. L'événement a mis l'accent sur l'importance d'agir en amont des catastrophes liées au climat, par le biais d'une action anticipée. L'action anticipée est un moyen efficace d'atténuer les pires conséquences des risques climatiques prévisibles, qui devraient devenir plus fréquents et plus intenses en raison du changement climatique et des conflits dans la région MOAN. "Dans une région où les aléas climatiques tels que les sécheresses, les inondations et les vagues de chaleur augmentent les besoins humanitaires, l'action anticipative vise à réduire ou à atténuer l'impact de ces aléas sur les personnes les plus vulnérables", a déclaré Mageed Yahia, représentant du PAM auprès du CCG. "Nous sommes reconnaissants de la forte représentation des Émirats arabes unis à cet événement aujourd'hui, un allié important dans la quête pour rendre le système humanitaire aussi anticipatif que possible", a-t-il ajouté. Au cours des dernières années, le PAM et l'IFRC ont progressé dans la mise en place d'une approche d'action anticipée (AA) dans la région MOAN pour agir plus tôt avant les catastrophes. "N'oublions pas que les objectifs et la vision de la COP27 sont l'atténuation, l'adaptation, le financement et la collaboration. Aujourd'hui, nous abordons ces quatre éléments principaux, car l'action anticipée permet l'atténuation et l'adaptation aux impacts du changement climatique", a déclaré Rania Ahmad, directrice régionale adjointe de l'IFRC pour la région MOAN. "Cette collaboration entre l'IFRC et le PAM permettra d'accroître le partage d'expériences et de financements et de faire en sorte que les populations les plus vulnérables soient mieux préparées et renforcent leur résilience." Au cours de l'événement, le PAM et l'Overseas Development Institute (ODI) ont également lancé le rapport " Action anticipée dans la région MOAN : État des lieux et accélération de l'action", soutenu par le gouvernement suédois, qui met en évidence l'état de l'action anticipative dans la région, et son potentiel pour aider à éviter et à réduire les impacts des catastrophes. La coordination et la collaboration régionales entre toutes les parties prenantes seront nécessaires pour compléter les efforts et les engagements afin d'intensifier l'agenda des actions anticipatives dans la région avec des résultats tangibles. À ce titre, l'IFRC et le PAM mettent en place la "communauté de pratique régionale MOAN pour l'action anticipative", un espace de coordination technique et de plaidoyer, de collaboration, d'échange d'apprentissage et de renforcement des capacités en matière d'action anticipative et de prévention des catastrophes dans la région. L'initiative rassemblera des agences des Nations Unies, le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des organisations internationales, des gouvernements, des ONG, les secteurs public et privé et le monde universitaire, afin de coordonner et de travailler ensemble pour développer et mettre en œuvre efficacement des programmes d'action anticipative alors que la menace de chocs climatiques continue de croître. Pour plus d'informations, veuillez contacter: Malak Atkeh, IFRC/GCC, [email protected],+971 564780874 Zeina Habib, WFP/Gulf, [email protected], +971 52 4724971 Abeer Etefa, WFP/MOAN, [email protected], +20 1066634352 Reem Nada, WFP/MOAN, [email protected], +20 1066634522

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC invite les gouvernements et les partenaires humanitaires à protéger les vies à l'approche d'une saison active d'ouragans sur le continent américain.

Panama/Genèva, 31 Mai 2022 —La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) intensifie ses actions de préparation en prévision d'une nouvelle saison cyclonique active supérieure à la moyenne dans l'océan Atlantique. L'IFRC invite les gouvernements et les acteurs humanitaires à protéger les vies en investissant dans des systèmes d'alerte précoce, des solutions basées sur les prévisions et des plans coordonnés de réponse aux catastrophes. Du 1er juin au 30 novembre 2022, l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes attendent entre 14 et 21 tempêtes nommées, dont 6 à 10 pourraient devenir des ouragans, y compris 3 à 6 ouragans de catégorie 3 ou plus. L'IFRC et son réseau œuvrent pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux effets des fortes pluies, des glissements de terrain et des inondations que ces événements météorologiques pourraient provoquer au cours des six prochains mois. Martha Keays, Directrice Régionale pour la région Amériques à l'IFRC a déclaré: "La région peut être confrontée à six ouragans majeurs, mais il suffit d'une seule tempête pour détruire des communautés qui sont déjà aux prises avec la pauvreté, les inégalités et les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19. C'est pourquoi des centaines d'équipes locales de la Croix-Rouge dans plus de 20 pays partagent des messages d'alerte précoce et coordonnent les mesures de préparation avec les gouvernements locaux et les dirigeants communautaires. Parallèlement, l'IFRC associe les prévisions météorologiques à l'analyse des risques pour prendre des mesures précoces en amont des ouragans plutôt que de simplement réagir aux événements. Cette approche nous permet d'anticiper les catastrophes, de diminuer leur impact autant que possible et de prévenir la souffrance et la perte de vies et des moyens de subsistance." L'IFRC accorde une attention particulière aux besoins des femmes, des enfants, des migrants et des retournés, qui souffrent de crises qui se chevauchent en Amérique centrale. Cette région se remet encore de la pandémie et des ouragans Eta et Iota, qui ont provoqué le déplacement de 1,5 million de personnes rien qu'au Nicaragua, au Honduras et au Guatemala. En Colombie, au Honduras, au Guatemala et en Haïti, les communautés vulnérables exposées aux ouragans et aux tempêtes sont également les plus exposées à l'insécurité alimentaire en raison de la crise mondiale actuelle de pénurie alimentaire. Dans ce contexte difficile, l'IFRC plaide en faveur de cadres réglementaires qui favorisent l'acheminement rapide de l'aide humanitaire dans les zones touchées par des catastrophes. Elle a également prépositionné des biens humanitaires au Panama, au Guatemala, au Honduras et dans les Caraïbes afin de répondre immédiatement aux besoins humanitaires de 60 000 personnes dans les zones côtières du Pacifique et de l'Atlantique. Selon le Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la saison des ouragans 2022 dans l'Atlantique et la mer des Caraïbes devrait être plus active que la normale en raison de l'influence du modèle climatique La Niña. Ce phénomène est actif pour la troisième année consécutive et fait que les températures de la mer dans ce bassin sont supérieures à la moyenne. Cette condition permet un développement plus actif des ouragans, comme on l'a vu en 2020 et 2021. Pour plus d'informations, veuillez contacter : Au Panama Susana Arroyo Barrantes - Comms Manager pour la régions Amériques,[email protected] María Victoria Langman - Senior Comms Officer pour la région Amériques,[email protected] En Jamaïque Trevesa Da Silva - Comms Officer Anglais et néerlandais des Caraïbes, [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

Les scientifiques confirment que le changement climatique contribue déjà aux crises humanitaires à travers le monde

Genève, 28 Février– La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à un financement et une action locale urgente, en particulier pour les personnes les plus vulnérables, afin de combattre les impacts humanitaires dévastateurs de la crise climatique confirmés dans le rapport publié aujourd'hui par les climatologues du monde entier. Pour la première fois, le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié aujourd'hui constate que le changement climatique contribue déjà à des crises humanitaires dans des contextes vulnérables. De plus, les conditions climatiques et météorologiquesextrêmes sont de plus en plus à l'origine de déplacements dans toutes les régions du monde. A cet effet,Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : « Le rapport du GIEC confirme ce dont l'IFRC et son réseau de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont témoins depuis des années : Le changement climatique chamboule déjà la vie de milliards de personnes, notamment les plus pauvres du monde qui y ont le moins contribué.» « La réponse mondiale à la COVID-19 prouve que les gouvernements peuvent agir ensemble, de manière décisive et radicale face à des menaces mondiales imminentes. Nous avons besoin de la même énergie et de la même action pour lutter contre le changement climatique maintenant, et nous avons besoin qu'elle atteigne les communautés les plus vulnérables au climat à travers le monde, afin qu'elles disposent des outils et des fonds nécessaires pour anticiper et gérer les risques.» Le rapport, rédigé par plus de 200 experts du climat, réaffirme les principes clés que le réseau de l'IFRC appelle ses vœux pour lutter contre le changement climatique, à savoir que l'action locale est essentielle pour lutter contre le changement climatique et que répondre aux catastrophes après qu'elles se soient produites ne sera jamais suffisant pour sauver des vies et combattre une crise de cette ampleur. Les données scientifiques les plus récentes confirment, avec un degré de confiance très élevé, que les impacts et les risques climatiques exacerbent les vulnérabilités ainsi que les inégalités sociales et économiques. Ceux-ci augmentent à leur tour les défis aigus du développement, notamment dans les régions en développement et les sites particulièrement exposés, tels que les zones côtières, les petites îles, les déserts, les montagnes et les régions polaires. Maarten van Aalst, Principal auteur et coordinateur du rapport et directeur du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré : "Ce rapport est une alerte, une grande alarme sur la situation actuelle. Ce rapport nous révèle dans un langage scientifique sans équivoque que la fenêtre pour une action mondiale concertée afin de garantir un avenir vivable se ferme rapidement. Il démontre que tous les risques qui nous préoccupaient dans le passé nous arrivent maintenant beaucoup plus vite." "Mais le rapport montre également qu'il n'est pas encore trop tard. Nous pouvons encore réduire les émissions pour éviter le pire. Parallèlement, nous devrons gérer les changements que nous ne pouvons plus empêcher. De nombreuses solutions, telles que de meilleurs systèmes d'alerte précoce et des Plans d'aide sociale d'urgence, ont déjà fait leurs preuves. Si nous relevons notre ambition de nous adapter aux risques croissants, en donnant la priorité aux personnes les plus vulnérables, nous pouvons encore éviter les conséquences les plus dévastatrices." Notes aux rédacteurs Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne se contentent pas de répondre aux catastrophes lorsqu'elles se produisent, elles jouent également un rôle essentiel dans la prévention des risques tels que les inondations et les vagues de chaleur. Travaillant en première ligne dans les communautés avant, pendant et après les catastrophes, elles savent ce qui est nécessaire pour répondre aux crises climatiques et aider les communautés à prévenir et à s'adapter aux risques croissants du changement climatique. L'IFRC a pour objectif d'aider les Sociétés nationales membres à atteindre 250 millions de personnes chaque année avec des services d'adaptation et d'atténuation du climat afin de réduire la souffrance et la vulnérabilité. Pour plus d'informations ou pour organiser un entretien : AGenève: Caroline Haga, +358 50 598 0500, [email protected] Les b-rolls et images gratuites liés à ce communiqué de presse peuvent être téléchargés et utilisés ici.

Lire plus
| Communiqué de presse

Madagascar : Les équipes de la Croix-Rouge se mobilisent pour éviter une tragédie à l'approche du cyclone tropical Emnati.

Antananarivo/Nairobi/Genève, 21 février 2022-Les équipes de la Croix-Rouge malgache (MRCS) et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ( IFRC) dans la partie orientale de Madagascar travaillent jour et nuit pour limiter l'impact humanitaire du cyclone tropical Emnati qui se rapproche rapidement. Andoniaina Ratsimamanga, le secrétaire général de la Croix-Rouge malgache, a déclaré : «Il y a un risque de double tragédie, car certaines communautés pourraient être frappées par un deuxième cyclone en moins d'un mois. Le cyclone tropical Emnati risque d'avoir un effet dévastateur sur les communautés de la côte Est de Madagascar qui sont encore sous le choc du cyclone Batsirai. Beaucoup ont perdu leurs maisons, leurs cultures et leur bétail. Nous sommes vraiment inquiets et appelons nos partenaires à accroître leur soutien et à éviter une tragédie humanitaire.» L'arrivée d'Emnati ne fera qu'aggraver une situation humanitaire déjà catastrophique. L'impact du cyclone Batsirai, qui a frappé la côte Est de Madagascar le 5 février 2022, continue de se faire sentir dans les régions d'Atsinanana, Fitovinany, Vatovavy et Atsimo-Atsinanana. Dans la région de Vatovavy, les districts les plus touchés sont Nosy-Varika et Mananjary. Dans la région de Fitovinany, les districts les plus touchés sont Manakara, Vohipeno et Ikongo, avec 140 000 personnes ayant besoin d'aide. Demain, avec des vitesses de vent projetées de 220 km par heure, le cyclone tropical Emnati devrait frapper les mêmes régions que celles qui ont déjà été touchées par Batsirai : Atsinanana, Vatovavy et Fitovinany. Avant qu'il ne touche terre, les équipes de l'IFRC et de la Croix-Rouge malgache, ainsi que les partenaires de la région, fournissent un soutien en matière d'alerte précoce et préparent des articles de secours d'urgence pour aider les communautés vivant sur la trajectoire du cyclone à rester en sécurité. La Croix-Rouge malgache fait partie du mécanisme national de réponse d'urgence, qui est dirigé par le gouvernement malgache, par le biais du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Afin de soutenir la Croix-Rouge malgache dans l'aide aux communautés affectées, l'IFRC intensifie ses efforts de réponse et recherche des fonds supplémentaires. Alina Atemnkeng, qui se trouve actuellement à Mananjary pour diriger la réponse de la IFRC suite au cyclone Batsirai, ainsi que les efforts de préparation avant l'arrivée d'Emnati, a déclaré : « Les équipes de la Croix-Rouge malgache, les équipes de l'IFRC et les partenaires sont en état d'alerte et sont déployés dans les communautés, les avertissant de l'approche de la tempête. Les volontaires de la Croix-Rouge partagent les messages d'alerte précoce avec les communautés, préparent les sites d'évacuation et aident les communautés à se déplacer vers des lieux plus sûrs.» Atemnkeng poursuit : « Dans le cadre de notre réponse, nous devons penser à la fois au court et au long terme : d'autres cyclones se produiront et nous devons veiller à ce que les communautés soient protégées de manière adéquate contre les inévitables tempêtes à venir. Compte tenu des défis généraux causés par le changement climatique, nous réitérons notre appel aux gouvernements, aux organismes intergouvernementaux régionaux et à nos partenaires pour qu'ils renforcent leurs investissements dans la réduction des risques de catastrophe, en mettant particulièrement l'accent sur les actions de préparation.» Madagascar est l'un des dix pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles dans le monde et doit faire face à des risques croissants. Alors que les régions de l'Est sont aux prises avec des cyclones, les régions du Sud connaissent une grave sécheresse, laissant au moins 1,3 million de personnes dans le besoin d'une assistance alimentaire. À l'échelle mondiale, nous constatons que le changement climatique aggrave le risque de situations d'urgence complexes, auxquelles la communauté humanitaire a de plus en plus de mal à répondre. Pour plus d'informations, ou pour demander une interview, veuillez contacter : A Madagascar: Mialy Caren Ramanantoanina, +261 329 842 144,[email protected](a Mananjary) Ny Antsa Mirado Rakotondratsimba, +261 34 54 458 76,[email protected] A Nairobi:Euloge Ishimwe,+254 735 437 906,[email protected] A Genève:Caroline Haga, +358 50 598 0500,[email protected]

Lire plus
| Page de base

Alerte précoce, action rapide

Une action rapide, encore connue sous le nom d'action anticipée ou action basée sur les prévisions, signifie prendre des mesures pour protéger les populations avant qu'une catastrophe ne survienne sur la base d'une alerte précoce ou une prévision. Pour être efficace, elle doit impliquer un engagement significatif avec les communautés à risque. Découvrez comment l'IFRC soutient les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin que celles-ci soientefficaces dans l'alerte précoce et l'action précoce.

Lire plus