Mondial

Displaying 1 - 25 of 36
09/11/2022 | Communiqué de presse

L'IFRC lance la plateforme mondiale pour la résilience climatique afin de soutenir 500 millions de personnes sur les lignes de front de la crise climatique

Genève, 9 Novembre 2022 – Alors que la COP27 est en cours, le besoin le plus urgent est clair : l'accélération des investissements dans les communautés en première ligne de la crise climatique. À un moment décisif, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) lance aujourd'hui sa Plateforme mondiale pour la résilience climatique afin d'accroître la résilience des communautés les plus vulnérables au changement climatique. La nouvelle initiative vise à aider 500 millions de personnes en collectant au moins un milliard de francs suisses dans le cadre d'une initiative mondiale de cinq ans axée sur l'alerte précoce et l'action anticipée, les solutions fondées sur la nature, les filets de sécurité et la protection sociale adaptée aux chocs. Le Secretaire Général de l'IFRC, Jagan Chapagain, déclare:   «Nous avons lancé la plateforme mondiale pour la résilience climatique afin de créer un changement transformationnel grâce à une augmentation considérable des investissements au niveau des communautés locales, répondant ainsi à l'appel à des efforts plus rapides et plus larges pour faire face à la crise climatique. «Un véritable changement durable ne peut se produire que lorsque les personnes affectées sont à l'origine des décisions. Il est essentiel de financer les actions locales en faveur du climat sans avoir à passer par plusieurs niveaux si nous voulons vraiment réussir à construire la résilience à partir de labase. » A travers cette plateforme, le réseau de l'IFRC soutiendra la participation significative et le leadership actif des femmes, des communautés locales, des peuples autochtones, des jeunes et des groupes sous représentés et marginalisés dans le développement et l'implémentation des actions climatiques menées localement dans 100 des pays les plus vulnérables au changement climatique. Le Président de l'IFRC, Francesco Rocca déclare: «Le défi crucial de cette décennie est de savoir comment soutenir et financer les initiatives de résilience climatique à l'échelle mondiale. La clé se trouve dans le transfert du pouvoir et des ressources vers les acteurs locaux.» Le rapport de l'IFRC intitulé Faire que ça compte : Un financement climatique intelligent pour les personnes les plus vulnérables a révélé que de nombreux pays très vulnérables ne reçoivent pas le soutien dont ils ont besoin en matière d'adaptation au climat et sont laissés pour compte. En moyenne, ils ont reçu moins d'un quart des fonds d'adaptation par personne qui sont allés aux pays à faible ou très faible vulnérabilité. En outre, on estime que seuls 10 % des financements sont accordés au niveau local, les donateurs privilégiant plutôt les projets d'infrastructure nationaux à grande échelle, qui risquent de ne pas répondre aux besoins des communautés locales. La secrétaire générale adjointe de l'IFRC, Nena Stoiljkovic, a déclaré que la plateforme se concentrait sur les domaines clés qui avaient été identifiés comme ayant le plus grand potentiel d'impact transformateur à l'échelle grâce à un investissement accru et qui devraient générer de multiples dividendes, y compris - d'abord et avant tout - sauver des vies. Elle a noté que l'initiative reliera les sources de financement entre les fonds humanitaires, de développement et climatiques ainsi que les mécanismes de financement innovants impliquant le secteur privé pour atteindre ses objectifs ambitieux mais essentiels. Une résilience accrue stimule également le développement durable et l'innovation et constitue un axe plus efficace de la réponse humanitaire : investir un dollar dans la résilience climatique des communautés peut permettre d'économiser six dollars d'investissements dans la réponse aux catastrophes. Contacts médias: A Genève: Anna Tuson, +41 79 895 6924, [email protected] A Washington: Marie Claudet, +1 202 999 8689, [email protected]

Lire plus
05/05/2022 | Article

L'IFRC a été créée pour apporter de la gentillesse- et la gentillesse est plus que jamais nécessaire

"Le monde saigne, et il a besoin d'aide maintenant". Les mots d'avertissement d'un leader humanitaire secoué par une guerre brutale et vivant dans l'ombre d'une pandémie mondiale. Ce n'est pas moi qui ai écrit ces mots. Ils ont été écrits en 1919, par Henry Davison, le dirigeant de la Croix-Rouge américaine. Son idée majeure était que les sociétés de la Croix-Rouge du monde entier - qui ont été mises sur pied après la création du mouvement par le lauréat du prix Nobel Henry Dunant en 1863 - devaient se rassembler pour former une force du bien en tout temps, et pas seulement pendant les guerres. Davison était convaincu que la bienveillance et l'expertise dont faisaient preuve les volontaires de la Croix-Rouge devaient également profiter à l'humanité en d'autres temps. C'est ainsi qu'est née la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, le 5 mai 1919, avec cinq Sociétés fondatrices de la Croix-Rouge - la Croix-Rouge des États-Unis d'Amérique, la Croix-rouge de l'Italie, celle du Japon, celle de la France et enfin celle du Royaume-Uni. À la fin de cette année-là, la Ligue comptait 30 membres. En 1991, la league changea de nom pour devenir la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-rouge(IFRC). Nous comptons actuellement 192 Sociétés nationales membres. L'idée de base est restée la même, tandis que l'étendue du réseau de l'IFRC s'est massivement développée, en termes de portée et d'impact. En 2020, 14,9 millions de volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé plus de 688 millions de personnes dans le cadre de catastrophes et d'autres interventions d'urgence, quelque 306 millions dans le domaine de la santé et 125 millions dans celui de l'eau potable et de l'assainissement. Ces chiffres sont impressionnants, mais l'ampleur des besoins humanitaires continue de croître chaque année. En ce moment même, d'innombrables personnes à travers le monde ont besoin d'un soutien urgent. Le conflit en Ukraine et la pression exercée sur les pays voisins n'en sont qu'un exemple. Les dommages physiques, sociaux et économiques persistants infligés par la pandémie mondiale de COVID-19 en sont un autre. À ces catastrophes s'ajoute la menace omniprésente, et qui prend de l'ampleur, du changement climatique. Face à de tels défis, une idée simple - comme celle qui a donné naissance en 1919 à ce que l'on appelle aujourd'hui l'IFRC - peut-elle encore contribuer à guérir le monde ? Je crois que oui, et qu'elle le fera. Nous savons ce qui fonctionne, et nous le prouvons depuis plus d'un siècle. Il s'agit d'un être humain qui tend la main à un autre être humain en crise, au niveau de la communauté, là où le besoin est le plus grand. Il s'agit de veiller à ce que les volontaires locaux et les organisations locales disposent de ressources, de formations et de l'aide internationale dont ils ont besoin pour répondre aux catastrophes et aux crises. Il s'agit de s'assurer que leurs voix sont entendues et que leurs intérêts sont représentés sur la scène internationale. Et en travaillant afin d'apporter ce soutien aux communautés et aux individus les plus marginalisés, où qu'ils soient, et sans aucune discrimination quant à leur identité. C'est - tout simplement - de la gentillesse. J'ai rejoint ma Société nationale, la Croix-Rouge du Népal, en tant que volontaire il y a plus de trente ans. On me faisait confiance - et j'étais donc en mesure de rencontrer et de soutenir les personnes qui en avaient le plus besoin - parce que je faisais partie de leur communauté, que je parlais leur langue et que je comprenais leurs préoccupations. Et la clé pour comprendre les besoins des gens était la gentillesse. Au fil des ans, l'IFRCa évolué en même temps que les communautés qu'elle soutient. Nous avons adapté nos méthodes de travail, élargi notre expertise au fur et à mesure de l'apparition de vulnérabilités et de facteurs de stress différents, et nous avons été suffisamment agiles pour lancer puis généraliser de nouvelles approches du soutien humanitaire. Nous avons été à l'origine du développement et de l'acceptation généralisée de l'assistance en espèces, qui constitue le moyen le plus efficace et le plus respectueux de soutenir les personnes dans le besoin. Après tout, les personnes qui ont tout perdu dans une catastrophe ou un conflit ne devraient pas avoir à perdre également leur dignité. Nous conduisons également le changement sur la manière dont les risques de catastrophe sont gérés et réduits grâce à une action anticipative, où les communautés locales sont soutenues pour réduire leurs risques, et où un financement immédiat peut être déclenché lorsque des seuils mesurés scientifiquement sont atteints. Aucune de ces actions ne serait possible sans les actes de gentillesse de nos 14,9 millions de volontaires communautaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. A l'occasion de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le 8 mai, nous encouragerons les gens du monde entier à croire au pouvoir de la gentilesse. #SoyonsAimables. Le monde saigne toujours. Il a encore besoin d'aide. Mais il y a près de 15 millions de raisons de croire en la gentillesse et d'avoir de l'espoir. -- Si vous souhaitez en savoir plus sur l'histoire de l'IFRC, visitez notre page histoire et archives. Et consultez le hashtag #SoyonsAimables sur tous les canaux de médias sociaux cette semaine pour voir comment nos Sociétés nationales célèbrent la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Lire plus
20/11/2022 | Communiqué de presse

COP27: C'est le moment maintenant de transformer les mots en action

En réponse au plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, une déclaration du président Francesco Rocca et du secrétaire général Jagan Chapagain de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) : Alors que les dirigeants se réunissent à la COP27 depuis deux semaines, les familles sont confrontées aux conséquences très concrètes des phénomènes météorologiques extrêmes, et ne peuvent attendre que les promesses se transforment en actions. Au cours des deux dernières semaines, le système de surveillance des risques de l'IFRC a émis des alertes pour environ 14 inondations en Afrique, 18 dans les Amériques, 35 en Asie-Pacifique, cinq dans l'Union européenne et deux dans la région MENA. Au cours de cette période, quatre tempêtes tropicales nommées ont menacé de destruction. Des incendies de forêt ont ravagé des communautés dans dix pays, touchant plus de 10 000 hectares. Et vendredi, au moins trois personnes sont mortes à la suite d'inondations à Kigali, au Rwanda, et 11 au Venezuela. En Éthiopie, 185 000 personnes ont été déplacées. Les communautés d'Afrique et d'Afghanistan continuent de se débattre avec l'insécurité alimentaire, qui aggrave les crises. La question des pertes et dommages a été inscrite pour la première fois à l'ordre du jour de la COP et, aujourd'hui, les dirigeants mondiaux ont convenu de la mise en place de nouveaux mécanismes de financement pour aider les pays en développement, en particulier ceux qui sont le plus exposés aux effets néfastes du changement climatique. Nous saluons les promesses de financement qui ont été faites sur les pertes et dommages, qui sont des conversations historiquement importantes et des pas en avant positifs. Ces engagements doivent être complétés par des financements nouveaux et supplémentaires qui atteignent les personnes et les communautés les plus exposées, et qui soient prévisibles, adéquats et flexibles afin de faire face aux crises liées au climat. Nous nous réjouissons de l'accord visant à rendre opérationnel le réseau de Santiago sur les pertes et les dommages, qui fournira une assistance technique cruciale pour réduire et répondre aux impacts auxquels les communautés sont déjà confrontées. Cependant, nous devons revoir à la hausse nos ambitions en matière de réduction des émissions et cette COP n'a pas été à la hauteur sur ce point. Chaque augmentation du réchauffement de la planète est importante pour sauver des vies et des moyens de subsistance et est donc essentielle pour maintenir les températures mondiales en dessous de la limite de réchauffement de 1,5°C. Nous nous félicitons de l'accent mis sur les systèmes d'alerte précoce dans le plan de mise en œuvre de Sharm El-Sheikh, qui reflète les réalités en première ligne de la crise climatique que l' IFRC met en avant depuis plus de deux décennies. Réduire les risques et sauver des vies, en particulier dans les communautés du dernier kilomètre, c'est ce que font chaque jour nos équipes dans le monde entier et il est réconfortant de voir ce travail s'étendre. Pour être plus efficaces, les alertes précoces doivent être suivies d'une action rapide et ces systèmes doivent être enracinés dans les communautés - y compris celles qui sont les plus difficiles à atteindre et les familles coincées dans des crises prolongées. Alors que les impacts humanitaires du changement climatique ne cessent de croître, il devrait en être de même pour le financement de l'adaptation, en veillant à ce qu'il atteigne les personnes les plus touchées et les plus à risque. En tant qu'héritage de la "COP de mise en œuvre", l'investissement mondial doit atteindre le niveau local.  Il est temps de transformer les paroles et les engagements en actions au niveau national, de donner vie à l'accord et de faire une réelle différence dans la vie des personnes et des communautés les plus touchées par la crise climatique. En tant que réseau de l'IFRC, nous nous sommes engagés à intensifier l'action locale pour répondre à la crise climatique, en travaillant avec les communautés pour renforcer la préparation et la résilience face à l'augmentation des risques et des impacts. Les crises climatiques et environnementales sont une menace pour l'humanité et nous avons tous un rôle à jouer. Nous devons maintenant nous tourner vers l'avenir avec détermination et espoir.  Nos actions collectives peuvent inspirer l'ambition que nous devons voir dans le monde. Contacts médias: A Genève: Anna Tuson, +41 79 895 6924, [email protected]

Lire plus
20/07/2022 | Page de base

Rapport annuel

En 2021, le réseau de l'IFRC a joué un rôle essentiel en apportant aide et espoir aux personnes les plus vulnérables du monde. Plongez dans notre dernier rapport annuel pour découvrir nos réalisations, nos progrès par rapport à nos priorités stratégiques et la manière dont nous avons utilisé les fonds des donateurs en 2021.

Lire plus
23/06/2022 | Communiqué de presse

Les dirigeants de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’engagent à redoubler d’efforts pour faire face aux nouveaux défis humanitaires

Genève, le 23 juin 2022 – Le Conseil des Délégués du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement) s’est achevé aujourd’hui à Genève sur l’engagement qu’ont pris les dirigeants et les représentants Jeunesse de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier de travailler ensemble et de redoubler d’efforts pour prendre des mesures urgentes face à des problèmes humanitaires critiques. Les représentants de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont adopté une série de résolutions visant à agir sur tout un éventail de défis humanitaires, dont les menaces existentielles grandissantes qu’entraîne la crise climatique ; l’escalade de la crise migratoire ; les conséquences dévastatrices de la guerre en milieu urbain et la nécessité de poursuivre les efforts engagés pour parvenir à l’élimination des armes nucléaires. « La guerre en milieu urbain a des conséquences humanitaires dévastatrices, comme le nombre effroyable de victimes civiles, les souffrances physiques et mentales, la destruction d’habitations et d’infrastructures civiles vitales, la perturbation de services essentiels et les déplacements massifs de population. Nous avons vu cette triste réalité s’imposer en Syrie, en Libye, en Ukraine et ailleurs. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge doivent mobiliser toutes leurs ressources et leur influence face aux défis à surmonter », a déclaré le président du CICR, Peter Maurer. « Soyons clairs : les conséquences des conflits en milieu urbain ne sont pas inévitables. Elles résultent du comportement des parties qui s’affrontent dans ces contextes et nous appelons à ce que le droit international humanitaire soit respecté sans attendre. » Le président de la Fédération internationale, Francesco Rocca, a déclaré : « Ce que nous faisons pour combattre et atténuer les effets des changements climatiques définira notre action, non seulement au cours des quelques prochaines années, mais aussi pendant les décennies à venir. « Partout dans le monde, nos volontaires et nos employés agissent au sein de leurs communautés pour les aider à s’adapter à la crise climatique et, à vrai dire, ils font preuve d’une détermination, d’une ardeur et d’un leadership bien plus grands que la majorité de nos dirigeants politiques mondiaux. Ce qu’il faut, ce n’est plus parler, mais agir. Et maintenant. « Il en va de même pour la crise internationale des migrants. Le Mouvement dit qu’il ne faut laisser personne pour compte, parle de solidarité et d’humanité. Or, partout dans le monde, nous voyons que les dirigeants mondiaux ne prennent pas suffisamment au sérieux le sort des migrants. Ils ne sont que trop facilement disposés à négliger les droits humains de celles et ceux qui fuient un conflit, la faim, la persécution et, bien sûr, ces parties du monde où les changements climatiques ont déjà provoqué des dommages indicibles dans leurs communautés. » Francesco Rocca a été réélu à la présidence de la Fédération internationale pour un second mandat de quatre ans le 19 juin, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’organisation. Des informations complémentaires sur les résolutions adoptées au Conseil des Délégués sont disponibles ici. Informations complémentaires et demandes d’interviews : IFRC Benoit Carpentier – tél. : +41 792 132 413, courriel : [email protected] Paul Scott – tél. : +44 (0)7834 525650, courriel : [email protected] CICR Ewan Watson – tél. : +41 (0)79 244 6470, courriel : [email protected] Crystal Wells – tél. : +41 (0)79 642 8056, courriel : [email protected] Pour plus d’informations sur les réunions statutaires, voir le site rcrcconference.org

Lire plus
25/02/2020 | Page de base

Préparation aux risques technologiques et biologiques

Les urgences technologiques et biologiques, parfois appelées "CBRN" (abréviation de chimique, biologique, radioactif et nucléaire), peuvent avoir des effets dévastateurs et durables sur la vie et les moyens de subsistance des gens. La FICR aide les Sociétés nationales du monde entier à se préparer et à répondre efficacement aux urgences technologiques en utilisant une approche multirisque.

Lire plus
01/06/2022 | Communiqué de presse

L'IFRC et le WWF appellent à une action mondiale pour protéger la nature afin de sauver des vies et faire face à la crise climatique.

Stockholm, 2 Juin 2022 - Un nouveau rapport montre que les solutions fondées sur la nature pourraient réduire l'intensité des risques climatiques et météorologiques de 26 %, dans un monde où plus de 3,3 milliards de personnes vivent dans des endroits très vulnérables au changement climatique. L'étude de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et du WWF met en évidence le fait que le pouvoir de la nature à protéger les populations est négligé. Le rapport, Travailler avec la nature pour protéger les personnes: comment les solutions fondées sur la nature limitent les changements climatiques et les catastrophes d'origines météorologiques montre que les solutions basées sur la nature peuvent réduire la probabilité d'occurence du changement climatique et des évènements météorologiques. Elle présente comment des vies peuvent être sauvées en travaillant avec les solutions fondées sur la nature pour prévenir l'exposition à ces différents risques en soutenant les communautés vulnérables, à s' adapter et à résister aux dangers d'un monde qui se réchauffe. Pour la première fois, l'analyse de l'IFRC et du WWF montre que ces solutions pourraient fournir aux pays en voies de developpement une protection précieuse contre le coût économique du changement climatiqueen leur permettant d'économiser au moins 104 milliards de dollars US en 2030 et 393 milliards de dollars US en 2050; Dans toutes les régions du monde, les communautés subissent déjà une aggravation et une augmentation des impacts du changement climatique, les personnes vulnérables des pays à faibles ressources étant les plus durement touchées, et les femmes et les enfants étant souvent les plus exposés. Rien qu'entre 2010 et 2019, les catastrophes soudaines liées au changement climatique et aux conditions météorologiques ont tué plus de 410 000 personnes. Jagan Chapagain, Secrétaire Général de l'IFRC a déclaré: "La crise climatique est à l'origine de multiples crises humanitaires dans le monde. Son impact sur la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes s'intensifie. Verdir la nature, restaurer les forêts, les terres agricoles et les zones humides sont quelques-uns des moyens les plus efficaces et les plus rentables d'aider les communautés vulnérables à s'adapter aux risques et aux impacts auxquels elles sont déjà confrontées. Protéger la nature, c'est protéger les personnes". Marco Lambertini, Directeur Général de WWF, affirma: "Soyons clairs. Si nous ne redoublons pas urgemment d'efforts pour limiter les effets du réchauffement de la planète, davantage de vies seront perdues, les activités économiques et les moyens de subsistance seront affectés. La nature est notre plus grand allié, mais aussi un tampon crucial contre le changement climatique. En la restaurant et en la protégeant, nous pouvons aider les écosystèmes à renforcer leur résilience et à continuer de fournir des services essentiels à l'humanité, et en particulier aux communautés les plus vulnérables. "Les solutions fondées sur la nature jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique, mais les potentiels avantages de ces solutions diminuent à mesure que la température mondiale augmente - c'est pourquoi chaque moment et chaque décision comptent pour réduire les émissions et nous donner les meilleures chances de construire un avenir plus sûr et plus équitable." Voici quelques exemples de solutions efficaces fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique : Conserver les forêts pour restaurer les terres dégradées, fournir de la nourriture, se prémunir contre les sécheresses et protéger les communautés des vents violents; Restaurer des plaines inondables et des zones humides saines pour réduire l'impact des inondations et promouvoir une agriculture durable pour se protéger des sécheresses; Restaurer les mangroves et les récifs coralliens pour créer une barrière protectrice contre les tempêtes, absorber le dioxyde de carbone qui réchauffe la planète et fournir de la nourriture aux communautés locales et des habitats pour la vie marine. Ce rapport marque le début d'un partenariat entre l'IFRC et le WWF. Le rapport sera lancé à lors du Stockholm+50, une réunion des Nations unies sur l'environnement au cours de laquelle les dirigeants réfléchiront à 50 ans d'action multilatérale. Le partenariat vise à sensibiliser aux solutions fondées sur la nature et à encourager les gouvernements, les communautés, les donateurs, les praticiens et le secteur privé à intégrer la nature dans leurs plans d'adaptation au climat et de réduction des risques de catastrophe. -- Notes aux éditeurs: Les solutions fondées sur la nature sont des actions visant à protéger, gérer durablement et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés qui permettent de relever les défis sociétaux et de faire face au changement climatique de manière efficace et adaptative, tout en apportant des avantages au bien-être humain et en luttant contre la perte de biodiversité. Apprenez-en plus ici; Le rapport intégral est disponible pour téléchargement ici; Le rapport sera présentélors de l' événement Stockholm+50 le 3 juin à 13h00 GMT. Cette réunion des Nations unies sur l'environnement offre aux dirigeants l'occasion de réfléchir à 50 ans d'action multilatérale pour réaliser les progrès audacieux et urgents nécessaires pour garantir un avenir meilleur sur une planète saine; Le rapport décrit les facteurs favorables qui ont soutenu les initiatives réussies de solutions fondées sur la nature et les défis qui empêchent le passage à l'échelle de ces solutions. Une série d'études de cas met en évidence le travail de l'IFRC et du WWF dans ce domaine, montre le potentiel des solutions fondées sur la nature, fournit des leçons clés pour guider les praticiens dans la mise en œuvre future, et présente la façon dont les cadres juridiques et politiques de soutien sont essentiels pour la mise à l'échelle des solutions fondées sur la nature pour renforcer la résilience au climat et aux catastrophes. Pour les questions relatives aux médias et les demandes d'interview, veuillez contacter : L'équipe média du WWF: [email protected] IFRC: Melis Figanmese, +41 79 202 2033, [email protected] IFRC: Melissa Winkler, +41 76 240 0324, [email protected]

Lire plus
12/05/2022 | Communiqué de presse

Sommet mondial sur la COVID-19: " Les dirigeants mondiaux doivent s'engager et s'assurer que chacun, partout, ait accès aux vaccins, aux tests et aux traitements."

Genève, le 12 mai 2022 - Au cours du deuxième sommet mondial sur la COVID-19 co-organisé par la Maison Blanche, le Secrétaire Général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), Jagan Chapagain, a souligné l'engagement du réseau à fournir des tests, des traitements et des vaccins contre la COVID-19, aux personnes les plus vulnérables et à renforcer les systèmes de santé. Si de nombreux pays ont mené avec succès des campagnes de vaccination contre la COVID-19, la couverture vaccinale reste inférieure à 10 % dans de nombreux pays à faible revenu, dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la République démocratique du Congo, Haïti ou Madagascar. Les pays à faible revenu ne peuvent pas non plus se permettre d'acheter des tests et d'autres éléments qui peuvent sauver des vies tels que des médicaments antiviraux ou des fournitures d'oxygène, laissant des millions de personnes en danger de contracter le virus et de subir ses conséquences mortelles. M. Chapagain a déclaré : "Les dirigeants du monde entier doivent s'engager et s'assurer que chacun, partout, ait accès aux vaccins, aux tests et aux traitements. Cela signifie qu'il faut cibler les personnes les plus vulnérables, qui ont les plus grands besoins et qui sont les plus difficiles à atteindre. Cette pandémie continue de se propager et de tuer des gens. Il est trop tôt pour baisser la garde et abandonner nos efforts mondiaux contre la COVID-19." Depuis le début de la pandémie, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé plus de 400 millions de personnes à accéder à la vaccination COVID-19 et ont fourni un soutien en matière de santé mentale à plus de 13 millions de personnes dans 152 pays. Parce qu'elles font partie des communautés qu'elles servent, leur rôle est également essentiel pour instaurer la confiance, informer les communautés des mesures de santé publique et stimuler l'adoption des vaccins. Par exemple, à travers l'Asie et le Pacifique, des millions de volontaires ont aidé des dizaines de millions de personnes à se faire vacciner contre la COVID-19. L'Afghanistan, dont le système de santé est l'un des plus fragiles au monde, n'a vacciné que 12 % de sa population avec deux doses. Le Croissant-Rouge afghan a fait fonctionner un hôpital de 50 lits dédié aux patients atteints du COVID-19 et a fourni de la nourriture ou de l'argent à plus de 165 500 personnes. Plus d'un million de personnes ont été examinées par leurs équipes sanitaires mobiles et leurs cliniques en 2021. En Namibie, où seulement 16% de la population a été entièrement vaccinée, la Croix-Rouge de Namibie a mené une campagne itinérante "Faites-vous vacciner - chassez le COVID-19 de Namibie". Des volontaires de la Croix-Rouge parcourent les rues des communautés du pays, munis de pancartes, chantant des chansons et animant des chants sur la vaccination. Sur les sites de vaccination contre le COVID-19, les volontaires de la Croix-Rouge aident également à l'enregistrement des vaccinations et à la saisie des données et fournissent des premiers soins de base. Au cours du sommet, M. Chapagain a exprimé le soutien de l'IFRC à un mécanisme de financement en cas de pandémie qui permettrait aux acteurs communautaires d'accéder à des fonds pour renforcer les systèmes de santé communautaires et accroître leur résilience face aux futures menaces sanitaires. M. Chapagain a déclaré : "Nous devons nous préparer dès maintenant à la prochaine pandémie. Le monde n'était pas prêt pour la COVID-19, mais nous pouvons l'être pour la prochaine pandémie. Nous devons exploiter les leçons, les succès et les échecs de la réponse à la COVID-19 et construire un avenir où les communautés sont équipées pour répondre à la prochaine crise sanitaire." Pour demander une interview ou pour plus d'informations, veuillez contacter: AWashington: Marie Claudet +1 202 999 8689, [email protected] Cliquez ici pour découvrir d'autres exemples d'activités de vaccination des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pendant le COVID-19.

Lire plus
29/03/2022 | Page de base

Journée de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Le 8 mai est la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, une journée mondiale dédiée à la célébration de l'unicité et de l'unité de notre Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Pour 2022, nous avons mis la gentillesse à l'honneur en encourageant les populations à partager des gestes de gentilesse en leur disant#SoyonsAimables. Apprenez-en plus plus bas et découvrez comment les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se sont impliquées.

Lire plus
23/03/2022 | Page de base

Journée d'action contre la chaleur

Le changement climatique fait monter la température dans le monde entier. Mais ensemble, nous pouvons #VaincreLaChaleur ! Le 14 juin, les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont organisé des flash mobs coordonnées dans des espaces publics pour sensibiliser aux risques liés à la chaleur et partager des moyens simples de #VaincreLaChaleur.

Lire plus
28/03/2022 | Article

Bonjour Le Monde! Bienvenue sur notre nouveau site internet ifrc.org

Bienvenue sur le tout nouveau site internet de l’IFRC. Que vous soyez un volontaire, un membre du personnel d'une société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge, un soutien, un partenaire, ou encore un membre de notre public qui nous rend visite pour la première fois - nous sommes ravis de votre présence ici. Bien que ce site soit techniquement opérationnel depuis septembre 2021, aujourd'hui marque une occasion spéciale. Pour la première fois de notre histoire, notre site est désormais disponible dans les quatre langues de travail de notre réseau : l’anglais, le français, l’espagnol et l’arabe En tant que plus grand réseau humanitaire du monde, il est juste que nous reflétions l'incroyable diversité de nos membres et que nous rendions notre travail accessible à tous. Chaque page de ce site web a été traduite dans ces langues afin de mieux servir nos membres et notre public. Vous pouvez facilement naviguer entre les différentes versions linguistiques en utilisant le bouton déroulant en haut de chaque page. Que découvrirez-vous ? Notre nouveau site internet présente tellement de fonctionnalités. C'est un guichet d'informations, où l'on trouve les dernières mises à jour et l'expertise sur les questions humanitaires et les urgences. C'est une plateforme de plaidoyeren faveur des personnes les plus vulnérables du monde. C'est une scène sur laquelle nos 192 sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge brillent de mille feux. C'est un espace où vous pouvez faire des dons pour les plus grandes catastrophes auxquelles le monde est confronté en ce moment, ou pour les plus petites dont vous n'avez peut-être même pas entendu parler. C'est un centre d'apprentissage - sur tout, de la crise climatique à la santé communautaire en passant par la préparation aux catastrophes et les migrations. C'est une vitrine sur notre travail et sur les grandes questions que nous voulons adresser en tant que réseau. Et bien d'autres choses encore. À travers ce nouveau site internet, nous voulons vous montrer la puissance et la portée du plus grand réseau humanitaire. Un Grand merci Ce nouveau site internet multilingue a été rendu possible grâce au travail acharné d'un grand nombre de membres du personnel de notre Secrétariat et d’ailleurs, ainsi qu'au précieux soutien du Croissant-Rouge du Koweït, de la Croix-Rouge française et de la Croix-Rouge espagnole. Aujourd'hui n'est que le début, et nous nous efforcerons chaque jour d'améliorer ce site web, de le rendre plus attrayant et plus accessible pour vous, notre public. C'est un plaisir de partager avec vous quelque chose qui était en préparation depuis longtemps et dont nous sommes si fiers. Merci de votre lecture et bonne navigation ! -- Si vous souhaitez nous faire part de vos commentaires sur notre nouveau site internet, veuillez contacter [email protected]

Lire plus
07/03/2022 | Article

Agir maintenant pour sauver des vies et prévenir la disparition de migrants

Des milliers de migrants sont portés disparus ou périssent chaque année le long des routes migratoires. En 2018, les États Membres des Nations Unies se sont engagés, en adoptant le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, à « sauver des vies et [à] mettre en place une action internationale coordonnée pour retrouver les migrants disparus ». Quatre ans et plus de 15 000 décès documentés plus tard, il n’est plus possible de reporter encore les mesures requises pour remédier efficacement à cette tragédie humaine qui se joue sous nos yeux. En notre qualité de responsables du Comité exécutif du Réseau des Nations Unies sur les migrations, du Comité international de la Croix-Rouge, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant-Rouge et de la Commission internationale pour les personnes disparues, nous engageons les États à assumer de toute urgence la responsabilité collective qui leur incombe de sauver des vies, d’empêcher que des migrants ne périssent ou disparaissent le long des routes migratoires, de rechercher et d’identifier ceux qui sont portés disparus, et de venir en aide à leurs familles. Cette responsabilité est conforme aux dispositions du Pacte mondial sur les migrations, notamment les objectifs 8 (sauver des vies), 5 (filières de migration régulière), 7 (réduire les facteurs de vulnérabilité liés aux migrations) et 23 (renforcer la coopération internationale), ainsi qu’aux obligations pertinentes découlant du droit international. Dans un monde où les politiques migratoires n’ont jamais été aussi restrictives, et alors que les voies de migration sûres et régulières demeurent hors de portée d’un trop grand nombre de candidats à la migration, y compris dans le contexte de la pandémie de COVID-19, de nombreuses personnes, qu’elles aspirent à un regroupement familial, à un travail décent, à la dignité ou à de meilleures possibilités, ou qu’elles soient contraintes de partir en raison de catastrophes et de situations précaires, n’ont guère d’autre choix que d’opter pour la migration irrégulière le long d’itinéraires plus risqués et sont souvent obligées de faire appel à des passeurs pour faciliter leur voyage. Les conséquences de cette situation sautent aux yeux : la mer Méditerranée, l’océan Atlantique, la mer d’Andaman, le désert du Sahara ou encore les couloirs de migration dans les Amériques sont désormais bien trop souvent le théâtre de la mort et de la disparition de migrants. Ces huit dernières années, plus de 47 000 personnes ont péri le long de ces routes et d’autres encore dans le monde. À cela s’ajoutent les nombreux autres décès qui ne sont jamais enregistrés. Qui plus est, ce chiffre ne tient pas compte des milliers de migrants qui sont portés disparus chaque année faute de parvenir à établir un contact avec leur famille — qu’il s’agisse de victimes de disparitions forcées, de personnes en détention ou en détresse, de migrants qui se cachent par crainte d’être arrêtés ou expulsés, d’enfants non accompagnés ou séparés de leur famille, ou encore de personnes gravement blessées. Bien souvent, la disparition d’une personne le long d’une route migratoire entraîne, pour sa famille, de très lourdes conséquences socioéconomiques, psychologiques, administratives et juridiques. La disparition d’un proche n’est pas seulement une source d’angoisse, mais elle peut aussi avoir des répercussions sur l’accès à la propriété, à l’héritage, aux droits parentaux ou à la protection sociale. Il incombe à tous les pays — d’origine, de transit ou de destination — de s’attaquer à ces dynamiques. Il s’agit d’un effort multipartite qui doit associer les acteurs locaux et nationaux, être à l’écoute des migrants et centré sur la collaboration avec les familles concernées. Par ailleurs, nous constatons avec la plus grande inquiétude une tendance croissante à criminaliser ou à entraver les efforts visant à fournir une aide humanitaire vitale, notamment les opérations de recherche et de sauvetage et les soins médicaux aux migrants dans le besoin, ce qui est contraire à l’engagement exprimé dans l’objectif 8 du Pacte mondial sur les migrations. Nous engageons les États à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, y compris le droit des droits de l’homme et, à ce titre, à défendre le droit à la vie et le droit à la santé de chaque personne, quels que soient sa nationalité, son origine ethnique ou sociale, son sexe, son statut migratoire ou autre, de même que le droit à la vie de famille, l’intérêt supérieur de l’enfant et l’interdiction absolue des disparitions forcées et des détentions arbitraires, entre autres. À l’approche du premier Forum d’examen des migrations internationales, qui se tiendra du 17 au 20 mai 2022 pour examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations, nous engageons également les États à : Prévenir les décès et les disparitions de migrants : En donnant la priorité et en coopérant aux opérations de recherche et de sauvetage visant à porter assistance aux migrants, quel que soit leur statut migratoire, notamment dans le cadre de mécanismes de débarquement clairs et prévisibles qui offrent la garantie que les survivants sont conduits en lieu sûr et que chaque enfant bénéficie d’un accueil et d’une prise en charge appropriés et non privatifs de liberté ; En soutenant les efforts déployés par les organisations humanitaires et les équipages de navires commerciaux, le cas échéant, pour fournir une assistance vitale, des soins de santé et une protection aux migrants sur terre et en mer, et en s’abstenant de criminaliser, d’entraver ou de dissuader de toute autre façon les efforts de ceux qui fournissent cette assistance ; En évaluant régulièrement les incidences des lois, politiques et pratiques afférentes à la migration et en les révisant selon que de besoin afin qu’elles soient conformes aux obligations juridiques internationales et qu’elles n’entraînent pas ni n’aggravent le risque que des migrants périssent ou disparaissent ; En donnant aux migrants et à leurs familles les moyens d’établir, de rétablir ou de maintenir le contact le long des routes migratoires et à destination ; En créant et développant des possibilités de migration sûre et régulière qui respectent le droit à la vie de famille et répondent aux besoins des migrants en situation de vulnérabilité, ainsi que des pratiques d’admission et de séjour fondées sur des motifs humanitaires et autres à l’intention des migrants contraints de quitter leur pays d’origine. Rechercher et identifier les personnes décédées ou portées disparues : En mettant en place des mécanismes transnationaux permettant l’échange d’informations et la coordination des opérations entre pays d’origine, de transit et de destination, afin de faciliter la recherche et l’identification des personnes décédées ou portées disparues, en coopération avec les parties prenantes concernées, y compris les familles des personnes portées disparues, tout en respectant le droit à la sécurité, la vie privée et les normes de protection des données ; En recueillant régulièrement des données sur les décès et les disparitions de migrants et en les publiant dans le respect du droit à la vie privée et des normes de protection des données. Offrir un appui et un recours aux familles des personnes décédées ou portées disparues : En mettant en place des dispositifs permettant aux familles de signaler les cas de disparition et d’obtenir des informations sur les opérations de recherche, tout en respectant le droit à la vie privée et en protégeant les données à caractère personnel ; En veillant à ce que les familles des migrants portés disparus dans les pays d’origine, de transit et de destination puissent effectivement exercer leurs droits et accéder aux services et aux autres formes de soutien répondant à leurs besoins particuliers ; En garantissant aux migrants et à leurs familles l’accès à la justice et à des mécanismes de responsabilisation et de recours en menant des enquêtes indépendantes, impartiales et approfondies sur toute allégation selon laquelle la vie ou la sécurité de migrants a été mise en danger au cours de leur voyage ou des violations de leurs droits ont été commises par des acteurs étatiques ou non étatiques, y compris par suite d’actes aggravés de trafic illicite ou de traite ; En établissant des procédures à des fins de relèvement, d’identification, de transfert et d’enterrement des dépouilles des migrants décédés dans des conditions permettant d’assurer leur dignité, en tenant les familles dûment informées et en leur prêtant assistance comme il se doit. S’il nous reste encore beaucoup à faire, nous pouvons néanmoins compter sur un volume croissant de pratiques, de connaissances et d’orientations à même d’éclairer une action coordonnée visant à concrétiser les engagements pris au titre du droit international et les objectifs du Pacte mondial sur les migrations. Les organismes internationaux, régionaux et infrarégionaux peuvent jouer un rôle important dans la facilitation de ces efforts, aux côtés des parties prenantes et communautés locales. À l’approche du Forum, nous appelons les États à prendre des engagements concrets à agir et à se mobiliser pour sauver des vies et prévenir la disparition de migrants. Nos organisations sont prêtes à soutenir les États dans la mise en œuvre de ces engagements pour que les principes humanitaires et les droits de l’homme des migrants et de leurs familles restent au cœur de toutes les mesures. António Vitorino, Directeur général de l’OIM et Coordonnateur du Réseau des Nations Unies sur les migrations Guy Ryder, Directeur général de l’OIT Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales Achim Steiner, Administrateur du PNUD Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Catherine M. Russell, Directrice générale de l’UNICEF Ghada Fathi Waly, Directrice exécutive de l’ONUDC Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS Peter Maurer, Président du CICR Francesco Rocca, Président de l'IFRC Kathryne Bomberger, Directrice générale de la CIPD Le Réseau des Nations Unies sur les migrations a été créé pour apporter aux États Membres un soutien efficace, rapide et coordonné à l’échelle du système dans la mise en œuvre, le suivi et l’examen du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Si son mandat est centré sur la migration, le Réseau appelle néanmoins les États à appliquer ces recommandations, selon qu’il convient, aux réfugiés, et à protéger les droits de l’homme de chacun de la même manière, quel que soit le statut migratoire. Pour de plus amples informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter : Secrétariat du Réseau des Nations Unies sur les migrations Florence Kim [email protected]  ; +41 79 748 03 95 -- Apprenez-en davantage sur le travail de l'IFRC en matière de soutien aux personnes en déplacement. Et cliquez ici pour lire notre note de synthèse sur le pacte mondial sur les migrations.

Lire plus
07/03/2022 | Communiqué de presse

Le Covid-19, deux ans après : une nouvelle normalité pour certains et un risque persistant pour des millions d’autres, préviennent la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge

Genève, le 7 mars 2022 – Deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, alors que de nombreux pays déclarent la crise terminée, des millions de vie sont toujours en jeu. Une grande partie des pays ne disposent pas d’une couverture vaccinale élevée, de systèmes de santé solides ou de capacités de dépistage pour pouvoir se diriger vers une « nouvelle normalité ». Tant que tous n’auront pas accès aux mêmes outils pour lutter contre le Covid-19 et s’en relever, cette crise ne pourra pas être résolue et continuera d’avoir un impact sur tout le monde. Le président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale), Francesco Rocca, a déclaré : « “Vivre avec le virus” est un privilège dont de nombreux pays et communautés dans le monde ne peuvent se targuer. Garantir un accès équitable aux vaccins, aux diagnostics et aux traitements permettra non seulement de sauver des vies, mais aussi de protéger le monde contre l’émergence de variants nouveaux et plus dangereux. Il s’agit de la seule voie vers la normalité. Aucun d’entre nous ne sera en sécurité tant que nous ne le serons pas tous. » Le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge œuvrent sans relâche pour améliorer l’équité et faire en sorte qu’une fois arrivés sur le tarmac de l’aéroport, les vaccins parviennent ensuite aux personnes et aux communautés vulnérables, à risque et marginalisées. Leur rôle est crucial, non seulement pour aider les personnes à se faire vacciner, mais aussi pour informer les communautés, renforcer la confiance et dissiper les fausses informations sur les vaccins contre le Covid-19. Depuis le début de la pandémie, ils ont atteint plus de 300 millions de personnes par le biais des activités de vaccination. Dans des pays comme la Zambie, où les systèmes de santé sont fragiles et où les rumeurs à propos des vaccins se propagent rapidement, l’approvisionnement en vaccins n’est qu’un des nombreux obstacles. La Croix-Rouge de Zambie a mis en place une campagne de vaccination mobile contre le Covid-19, amenant directement les vaccins aux personnes dans les zones difficiles d’accès. Les volontaires encouragent les communautés à se faire vacciner, font connaître les centres de vaccination mobiles, fournissent des informations sur les vaccins et mobilisent les dirigeants locaux afin qu’ils encouragent les comportements sûrs. L’Afghanistan est durement touché par une nouvelle vague d’infections, à laquelle le système de santé du pays a du mal à faire face. Le Croissant-Rouge afghan s’emploie à renforcer ses services dans ses dispensaires à travers le pays et dans son hôpital pour les patients atteints du Covid-19 à Kaboul, tout en soutenant les efforts de vaccination déployés à l’échelle nationale et en menant des campagnes d’information sur les moyens de prévenir la propagation du virus. Dans la région du Pacifique, les cas de Covid-19 montent pour la première fois en flèche dans plusieurs pays. Cette hausse record des infections menace de submerger les hôpitaux et les systèmes de santé. Dans des pays comme les Fidji et Vanuatu, qui comptent plus de 165 îles habitées, les volontaires de la Croix-Rouge se déplacent en voiture, en bateau et à pied pour atteindre les communautés éloignées et les sensibiliser au Covid-19 et à la vaccination contre la maladie. Le Covid-19 ne s’est pas seulement propagé à la faveur des inégalités de longue date, mais les a également intensifiées. Il a fait basculer des familles dans la pauvreté et a accru la violence domestique et les problèmes de santé mentale. Les femmes, les communautés urbaines et les migrants ont été touchés de manière disproportionnée par ses conséquences socioéconomiques dévastatrices. Plus de cinq millions d’enfants ont en outre perdu un parent ou une autre personne qui s’occupait d’eux à cause du Covid-19. L’apport d’un soutien psychosocial est au centre de notre action et les volontaires constatent une augmentation importante des besoins en matière de santé mentale. Le président de la Fédération internationale, Francesco Rocca, a déclaré : « Cette pandémie n’est pas seulement une crise sanitaire. Des communautés entières continueront de subir pendant des années ses conséquences socioéconomiques et sur la santé mentale. Nous ne pouvons pas laisser le Covid-19 devenir la maladie des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables dans le monde. Il est essentiel que les opérations mondiales de lutte contre le Covid-19 et de relèvement incluent tout le monde et mettent l’accent sur le renforcement des systèmes de santé et de la résilience des communautés. » Pour obtenir de plus amples informations ou pour organiser un entretien, veuillez contacter: A Genève: Marie Claudet, +1 202 999 8689, [email protected] Tommaso Della Longa, +41 79 708 43 67, [email protected] Cliquez ici pour en savoir plus sur l'appel d'urgence COVID-19 de l'IFRC

Lire plus
28/02/2022 | Communiqué de presse

Les scientifiques confirment que le changement climatique contribue déjà aux crises humanitaires à travers le monde

Genève, 28 Février– La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à un financement et une action locale urgente, en particulier pour les personnes les plus vulnérables, afin de combattre les impacts humanitaires dévastateurs de la crise climatique confirmés dans le rapport publié aujourd'hui par les climatologues du monde entier. Pour la première fois, le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié aujourd'hui constate que le changement climatique contribue déjà à des crises humanitaires dans des contextes vulnérables. De plus, les conditions climatiques et météorologiquesextrêmes sont de plus en plus à l'origine de déplacements dans toutes les régions du monde. A cet effet,Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : « Le rapport du GIEC confirme ce dont l'IFRC et son réseau de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont témoins depuis des années : Le changement climatique chamboule déjà la vie de milliards de personnes, notamment les plus pauvres du monde qui y ont le moins contribué.» « La réponse mondiale à la COVID-19 prouve que les gouvernements peuvent agir ensemble, de manière décisive et radicale face à des menaces mondiales imminentes. Nous avons besoin de la même énergie et de la même action pour lutter contre le changement climatique maintenant, et nous avons besoin qu'elle atteigne les communautés les plus vulnérables au climat à travers le monde, afin qu'elles disposent des outils et des fonds nécessaires pour anticiper et gérer les risques.» Le rapport, rédigé par plus de 200 experts du climat, réaffirme les principes clés que le réseau de l'IFRC appelle ses vœux pour lutter contre le changement climatique, à savoir que l'action locale est essentielle pour lutter contre le changement climatique et que répondre aux catastrophes après qu'elles se soient produites ne sera jamais suffisant pour sauver des vies et combattre une crise de cette ampleur. Les données scientifiques les plus récentes confirment, avec un degré de confiance très élevé, que les impacts et les risques climatiques exacerbent les vulnérabilités ainsi que les inégalités sociales et économiques. Ceux-ci augmentent à leur tour les défis aigus du développement, notamment dans les régions en développement et les sites particulièrement exposés, tels que les zones côtières, les petites îles, les déserts, les montagnes et les régions polaires. Maarten van Aalst, Principal auteur et coordinateur du rapport et directeur du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré : "Ce rapport est une alerte, une grande alarme sur la situation actuelle. Ce rapport nous révèle dans un langage scientifique sans équivoque que la fenêtre pour une action mondiale concertée afin de garantir un avenir vivable se ferme rapidement. Il démontre que tous les risques qui nous préoccupaient dans le passé nous arrivent maintenant beaucoup plus vite." "Mais le rapport montre également qu'il n'est pas encore trop tard. Nous pouvons encore réduire les émissions pour éviter le pire. Parallèlement, nous devrons gérer les changements que nous ne pouvons plus empêcher. De nombreuses solutions, telles que de meilleurs systèmes d'alerte précoce et des Plans d'aide sociale d'urgence, ont déjà fait leurs preuves. Si nous relevons notre ambition de nous adapter aux risques croissants, en donnant la priorité aux personnes les plus vulnérables, nous pouvons encore éviter les conséquences les plus dévastatrices." Notes aux rédacteurs Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne se contentent pas de répondre aux catastrophes lorsqu'elles se produisent, elles jouent également un rôle essentiel dans la prévention des risques tels que les inondations et les vagues de chaleur. Travaillant en première ligne dans les communautés avant, pendant et après les catastrophes, elles savent ce qui est nécessaire pour répondre aux crises climatiques et aider les communautés à prévenir et à s'adapter aux risques croissants du changement climatique. L'IFRC a pour objectif d'aider les Sociétés nationales membres à atteindre 250 millions de personnes chaque année avec des services d'adaptation et d'atténuation du climat afin de réduire la souffrance et la vulnérabilité. Pour plus d'informations ou pour organiser un entretien : AGenève: Caroline Haga, +358 50 598 0500, [email protected] Les b-rolls et images gratuites liés à ce communiqué de presse peuvent être téléchargés et utilisés ici.

Lire plus
17/12/2021 | Page de base

Plan Mondial

Notre Plan mondial décrit les problèmes humanitaires les plus urgents dans le monde et notre approche pour garantir que chacune de nos 192 Sociétés nationales dispose du soutien dont elle a besoin pour répondre aux crises et renforcer la résilience des communautés.

Lire plus
02/12/2021 | Communiqué de presse

« Les réactions impulsives sont un affront à la solidarité mondiale dont nous avons besoin pour répondre avec succès à une crise de cette ampleur.»

«Le consensus auquel sont parvenus les États membres cette semaine pour s'engager en faveur d'un instrument juridique centré sur la préparation, l'équité et l'approche de la société dans son ensemble est crucial. Le fait que les discussions de cette semaine se soient déroulées dans l'ombre d'Omicron ne pourrait pas démontrer plus clairement la nécessité d'une collaboration mondiale pour se préparer et répondre aux pandémies. «Mais les grands principes convenus ne suffisent pas. Lors de leur prochaine rencontre, les États membres devront approfondir ce qui est exactement nécessaire pour les atteindre. Nous devons également garder à l'esprit que ce processus est l'occasion de s'attaquer à la méfiance qui a entaché la réponse, et nous exhortons donc les États membres à maintenir les communautés au centre des discussions. Nous devons nous appuyer sur ce qui a été appris et mettre en œuvre une approche des pandémies mondiales qui soit puissante sur le papier et transformatrice dans la réalité.» Commentant la découverte de la variante Omicron, M. Chapagain a ajouté : «Il a été illusoire de croire que la vaccination rapide dans certains pays, alors que de vastes poches du monde restent sans accès aux vaccins, mettra fin à cette pandémie. Et au lieu d'applaudir la grande science et la transparence qui ont permis de découvrir une nouvelle variante, les pays l'ont punie par des réactions impulsives. C'est un affront à la solidarité mondiale dont nous avons besoin pour répondre avec succès à une crise de cette ampleur.» Pour plus d'informations AGénève: Ann Vaessen, [email protected], +41 79 405 77 50

Lire plus
29/11/2021 | Communiqué de presse

"La pandémie s'est nourrie des inégalités et les a exacerbées".

"La pandémie s'est nourrie des inégalités et les a exacerbées. Tout nouvel instrument juridique, qu'il s'agisse d'un traité ou autre, doit affirmer un engagement en faveur de l'équité : équité dans l'accès aux services et aux soins de santé, équité dans l'accès aux vaccins, aux données, aux diagnostics et autres traitements, et équité dans l'accès aux efforts de relèvement, y compris le relèvement économique. "Nous négligeons trop souvent l'important travail des intervenants au niveau communautaire. Nous devons accroître les investissements et la coordination dans des programmes qui placent les communautés au cœur de la réponse. "Cette pandémie a clairement montré que nous avons besoin de nouvelles solutions audacieuses - tant au niveau des lois internationales que nationales - pour éviter que les mêmes erreurs ne se reproduisent. "Les urgences de santé publique sont notre passé, notre présent, et nous y serons à nouveau confrontés. La pandémie de COVID-19 n'est pas terminée, et pourtant, deux ans plus tard, nous sommes toujours trop réactifs et peu coordonnés. Des variantes, comme Omicron, continueront d'apparaître alors que le virus continue de circuler. L'équité en matière de vaccins, de données et de connaissances est essentielle pour protéger la population mondiale. "Sur la base des années d'expérience de l'IFRC en matière de réponse aux crises sanitaires dans le monde, et du mandat de notre réseau d'aider les gouvernements à se préparer juridiquement aux catastrophes et aux urgences de santé publique, nous sommes prêts à renforcer ce travail. Quel que soit le résultat de ces sessions, il ne doit pas seulement être puissant sur le papier, mais il doit aussi être transformateur dans la réalité." Pour plus d'informations À Londres : Teresa Goncalves, +44 (0) 7891 857 056, [email protected]

Lire plus
22/11/2021 | Communiqué de presse

Au bord du précipice : une nouvelle étude de la Fédération internationale révèle l’ampleur des conséquences socioéconomiques de la pandémie de Covid-19

Genève, le 22 novembre 2021 – Les femmes, les habitants des zones urbaines et les personnes en situation de déplacement ont été touchés de manière disproportionnée et singulière par les conséquences socioéconomiques dévastatrices de la pandémie de Covid-19. Telle est l’une des conclusions de la nouvelle étude publiée aujourd’hui par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale). La pandémie de Covid-19 a eu de lourdes répercussions économiques sur tous les pays du monde. La nouvelle étude de la Fédération internationale révèle également l’ampleur des conséquences indirectes de la pandémie sur les communautés et les personnes. Cette crise a entraîné une hausse du chômage et de la pauvreté, une augmentation de l’insécurité alimentaire, une hausse de la vulnérabilité à la violence, ainsi qu’une absence d’éducation et une réduction des perspectives pour les enfants. Elle a également aggravé les problèmes de santé mentale. Le président de la Fédération internationale, Francesco Rocca, a déclaré : « Notre étude confirme ce que nous soupçonnions et craignions depuis longtemps, à savoir que les conséquences indirectes destructrices de cette pandémie ont endommagé le tissu social et se feront sentir pendant des années, voire des décennies. Les personnes qui étaient déjà vulnérables, à cause d’une situation de conflit, des changements climatiques et de la pauvreté, se sont retrouvées plus au bord encore du précipice. Et de nombreuses personnes qui étaient auparavant capables de s’en sortir sont devenues vulnérables, nécessitant un soutien humanitaire pour la première fois de leur vie. » Cette nouvelle étude fournit un aperçu mondial tout en accordant une attention particulière à dix pays : l’Afghanistan, l’Afrique du Sud, la Colombie, El Salvador, l’Espagne, l’Iraq, le Kenya, le Liban, les Philippines et la Turquie. Dans l’ensemble, les femmes ont été plus fortement affectées par les conséquences de la pandémie sur les revenus, ont couru un risque accru de contamination en raison de leur rôle de dispensatrices de soins, ont été plus exposées à la violence sexuelle et sexiste, et les répercussions sur leur santé mentale ont été plus importantes que chez les hommes. Dans les zones urbaines, le taux de pauvreté a augmenté, dans certains cas à un rythme plus soutenu que dans les zones rurales. Les personnes en situation de déplacement se sont révélées davantage susceptibles de perdre leur emploi ou de voir leur temps de travail réduit pendant la pandémie et ont été largement négligées par les mesures officielles de protection. En outre, face à un tel manque de préparation, il a été encore plus difficile pour les pays d’élaborer une réponse globale à une situation devenue simultanément une urgence de santé publique, un choc économique mondial et une crise politique et sociale. « En tant qu’intervenants communautaires de première ligne, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier ont été en mesure de combler les lacunes dans cette réponse. Elles possèdent une grande connaissance des inégalités qui prévalent et des facteurs qui les perpétuent, et sont donc parmi les organisations les mieux placées pour aider les personnes à se relever face aux conséquences qui pèsent sur leurs moyens de subsistance, leur santé et leur éducation. Mais, pour qu’elles puissent continuer de le faire, il leur faudra davantage de soutien, à la fois financier et politique », a ajouté M. Rocca. Le rapport révèle également que le monde est sur la voie d’une reprise extrêmement inégalitaire, qui dépendra de l’efficacité des programmes de vaccination et de l’accès équitable à ces derniers. « Nous n’avons cessé de mettre en garde contre le fait que la distribution inéquitable des vaccins allait contribuer non seulement à maintenir des taux élevés de transmission mais également à prolonger ou à exacerber les conséquences de la pandémie. Tant que nous continuerons de laisser les profits l’emporter sur les personnes et que les pays plus riches continueront d’accaparer les doses, il ne sera pas possible d’affirmer que la pandémie est derrière nous. » « Nous devons ouvrir les yeux, prendre conscience de ce qui se passe autour de nous et passer de la parole aux actes. Sinon, il est à craindre que la reprise post-Covid-19 soit aussi inégalitaire et injuste que les répercussions de la pandémie elle-même », a conclu M. Rocca. Cliquez ici pour télécharger et lire le rapport (disponible en français, anglais, arabe et espagnol) Informations complémentaires À Londres : Teresa Goncalves, co-auteure du rapport et coordonnatrice de la communication relative au Covid-19 au sein de la Fédération internationale, +44 (0) 7891 857 056, [email protected] Regardez cette courte vidéo sur le rapport

Lire plus
28/05/2020 | Urgence

Pandémie de COVID-19

Plus de deux ans après le début de la pandémie de COVID-19 en janvier 2020, tous les aspects de la vie des populations sont encore touchés. Nous continuons de soutenir les communautés pour réduire la transmission et sauver des vies, tout en aidant les personnes les plus vulnérables du monde à faire face à ses multiples effets. De nombreuses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutiennent des campagnes de vaccination nationales et un plan de vaccination ciblé de l'IFRC vise à aider 500 millions de personnes dans le monde.

Lire plus
29/10/2021 | Page de base

Journée internationale des volontaires

La Journée internationale des volontaires a lieu le 5 décembre de chaque année. C'est l'occasion de célébrer et de remercier les personnes du monde entier qui consacrent leur temps précieux et leurs efforts au service volontaire. Pour l'IFRC, il s'agit de célébrer nos prés de 15 millions de volontaires qui s'engagent dans une action humanitaire locale pour le bien de tous.

Lire plus
28/10/2021 | Article

Des actions plutôt que des mots : Cinq conditions pour parvenir à l’équité dans la distribution des vaccins

En juin 2020, quelques mois après le début de la pandémie de COVID-19, les Nations Unies et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont conjointement appelé les gouvernements, le secteur privé ainsi que les organisations internationales et de la société civile à accélérer les efforts pour développer, tester et produire un “vaccin universel” sûr et abordable afin de protéger tout le monde, partout, et de mettre fin à la crise. Un vaccin pour tous devrait protéger les riches et les pauvres, les personnes âgées comme les jeunes, les personnes déplacées de force, les migrants, quel que soit leur statut migratoire, et plus largement les populations souvent négligées, tant dans les zones urbaines qu’au sein des communautés rurales. Quinze mois plus tard, grâce à des avancées scientifiques et technologiques extraordinaires, à une collaboration au niveau mondial et à une confiance mutuelle dans les aspects réglementaires, de multiples vaccins sûrs et efficaces contre le Covid-19 sont disponibles et administrés dans des pays du monde entier. Pourtant, malgré de grands discours sur une solidarité mondiale, l’objectif de disposer d’un “vaccin universel” est loin d’être atteint. La distribution équitable des vaccins est une priorité politique, morale et économique qui a jusqu’à présent été largement négligée. Profits à court-terme et nationalisme vaccinal continuent de l’emporter sur la solidarité lorsqu’il s’agit d’une distribution équitable des vaccins. Bien que plus de 48% de la population mondiale ait reçu au moins une dose de vaccin, ce pourcentage tombe autour de 3% dans les pays à faible revenu. La situation est particulièrement préoccupante dans les pays en proie à une crise humanitaire qui ont besoin d’environ 700 millions de doses supplémentaires pour atteindre l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé de vacciner 40% de leur population d’ici la fin de l’année. Plus de la moitié des pays ayant lancé un appel humanitaire n’ont pas assez de doses pour vacciner ne serait-ce que 10% de leur population. Sept pays parmi les plus pauvres au monde ne peuvent même pas vacciner 2% de leur population (Burundi, Cameroun, Haïti, République démocratique du Congo, Soudan du Sud, Tchad et Yémen). Les pays riches qui disposent de quantités importantes de vaccins se sont généreusement engagés à faire don de leurs doses excédentaires aux pays à revenu faible ou intermédiaire via le dispositif COVAX. Cependant, trop peu de ces promesses de dons ont été honorés. La disponibilité des doses pour les plus vulnérables reste limitée par les restrictions à l’exportation et la réticence des pays à céder leur place dans la chaîne de production au dispositif COVAX, même s’ils ne peuvent pas utiliser ces doses immédiatement. Le « Tampon humanitaire » du mécanisme COVAX est ouvert aux candidatures depuis juin 2021. Ce dernier devrait constituer une solution de dernier recours pour garantir l’accès aux vaccins aux personnes déplacées, ainsi qu’à d’autres populations vulnérables dans le monde. Il s’inscrit également dans le cadre des efforts visant à réduire les inégalités qui, autrement, compromettraient la reprise sociale et économique dans les zones en proie à une crise humanitaire. Il est donc urgent d’augmenter l’offre, de partager les vaccins et de veiller à leur accessibilité pour tous. Mais la disponibilité des doses de vaccin ne constitue qu’une partie de la solution à cette crise. Nous devons veiller à ce que les vaccins circulent des tarmacs des aéroport aux bras des personnes les plus vulnérables, notamment les réfugiés, les migrants, les demandeurs d’asile, les apatrides et ceux qui vivent dans des régions contrôlées par des groupes armés ou affectés par des conflits armés. Il est indispensable d’investir davantage dans les mécanismes et les capacités de distribution au niveau local, non seulement pour garantir une livraison rapide et équitable des vaccins, mais aussi pour renforcer les systèmes de santé nationaux en vue d’une préparation et d’une réponse plus efficaces aux pandémies. Partout dans le monde, les efforts déployés pour enrayer la pandémie sont sapés par la méfiance qui engendre des réticences à l’égard des vaccins. Plus que jamais, il est important de travailler avec et au sein des communautés, notamment en s’appuyant sur les médias sociaux et des réseaux communautaires, afin de créer un climat de confiance et de renforcer la confiance dans l’efficacité et la sécurité des vaccins. Les activités qui renforcent le soutien aux acteurs locaux et qui s’attaquent à la désinformation sont essentielles pour garantir le succès de la distribution des vaccins aux communautés locales, notamment celles les plus vulnérables. Les Nations Unies et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge restent fermes dans leur engagement à garantir un accès équitable et efficace aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier. Alors que la pandémie exige de la part de la communauté internationale des mesures extraordinaires, nous unissons à nouveau nos voix aujourd’hui pour dire qu’il est temps que les actions parlent plus fort que les mots. Il s’agit d’un impératif humanitaire et il est de notre responsabilité commune de veiller à ce que les vies soient protégées partout, et pas seulement dans les quelques pays qui ont les moyens de payer pour une protection. Nous appelons les gouvernements, les partenaires, les donateurs, le secteur privé et les autres parties prenantes à: Augmenter l’approvisionnement en vaccins COVID-19 et améliorer l’accès au mécanisme COVAX, notamment grâce à des dons de la part des pays à haut revenu, afin d’offrir des vaccins aux pays et régions qui ne sont toujours pas desservis de manière équitable Accroître le financement et le soutien aux acteurs locaux afin de s’assurer que les vaccins quittent les aéroports des capitales et atteignent tout le monde, notamment en investissant à la fois dans les systèmes de santé locaux indispensables à la distribution et dans l’engagement communautaire afin de renforcer l’acceptation et la confiance dans les vaccins contre le Covid-19 ainsi que dans les vaccins en général Renforcer les capacités de production et de distribution des vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire Accélérer le transfert technologique et du savoir-faire : les investissements réalisés aujourd’hui dureront bien au-delà de cette urgence de santé publique et renforceront les capacités mondiales de réponse aux futures épidémies et pandémies Demander la levée de tous les obstacles restants (par les fabricants) pour permettre aux agences humanitaires d’accéder aux doses de vaccin contre le COVID-19, y compris en renonçant à l’exigence d’indemnisation, en particulier lorsque les populations les plus vulnérables ne peuvent être atteintes que par les agences humanitaires qui ont recours au « Tampon humanitaire » du mécanisme COVAX. Pour plus d'informations: Tommaso Della Longa, IFRC,+41 79 708 43 67, [email protected] Crystal Ashley, ICRC, +41 79 642 80 56, [email protected] Anna Jefferys, UNOCHA, + 1 347 707 3734, [email protected]

Lire plus
16/07/2021 | Page de base

Engagement des jeunes

Notre objectif est que les jeunes du monde entier fassent plus, fassent mieux et aillent plus loin, tout en contribuant à des communautés sûres et résilientes. Pour atteindre cet objectif, nous pensons que les jeunes doivent être pleinement et significativement impliqués dans nos programmes et notre gouvernance.

Lire plus
20/04/2021 | Page de base

L'Alliance d'investissement des Sociétés nationales

L'Alliance d'investissement des Sociétés nationales (AISN) est un mécanisme de financement commun, géré conjointement par l'IFRC et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Elle fournit un financement flexible et pluriannuel pour soutenir le développement à long terme des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Lire plus
20/10/2021 | Article

Déclaration présentée au nom des 160 signataires de la Charte des organisations humanitaires sur le climat et l’environnement à la 26ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP26)

Les preuves scientifiques les plus récentes, notamment le dernier rapport du GIEC, viennent confirmer une fois encore la véracité de ces propos. Notre planète traverse une période d’accélération des crises climatiques et environnementales, dont les effets sont ressentis par nous tous. En tant qu’organisations humanitaires, nous le constatons chaque jour dans notre travail. Alors que les dirigeants de la planète se préparent à se réunir à Glasgow en novembre prochain pour la COP26, nous demandons instamment aux négociateurs de toujours avoir à l’esprit les conséquences humanitaires de leurs décisions. Le nombre de catastrophes liées au climat a presque doublé au cours des 20 dernières années et les risques liés à des phénomènes météorologiques sont désormais le premier facteur de déplacement interne, touchant plus particulièrement les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées. La crise climatique impose un surcroît de stress aux organisations humanitaires, déjà plus sollicitées que jamais. Seule la prise de mesures urgentes et ambitieuses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux risques croissants permettra de prévenir les conséquences les plus désastreuses pour les populations et l’environnement. Sans une action ambitieuse de lutte contre le changement climatique, les organisations humanitaires auront du mal à répondre à des besoins toujours plus importants. Même dans les scénarios les plus optimistes envisagés pour les années à venir, nous savons qu’un certain nombre de changements climatiques et de dégradations de l’environnement se produiront, et que l’impact humanitaire de ces phénomènes s’alourdira probablement. Afin de garantir que les personnes les plus vulnérables face à ces événements reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour se protéger elles-mêmes et préserver leurs moyens de subsistance, nous devons tenir compte à la fois des caractéristiques individuelles de chaque personne (comme l’âge, le sexe et le statut légal) et des situations structurelles qui influent sur l’exposition des personnes aux risques. Lorsque nous avons signé la Charte, nous nous sommes engagés à intensifier notre action, à réduire les risques et la vulnérabilité, et à soutenir les personnes les plus exposées aux conséquences des crises climatiques et environnementales. Nous nous sommes engagés à agir en misant sur le leadership et l’expérience des acteurs locaux, à investir dans des réponses durables, et à exploiter et amplifier les connaissances locales et indigènes. Nous avons promis de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, de minimiser les dommages que nous causons à l’environnement et de réduire nos déchets et, enfin, de mettre en commun les informations, les idées et les ressources à disposition afin d’amplifier l’impact de nos efforts. Nous savons qu’une transformation radicale est nécessaire. Nous sommes déterminés à agir, de manière urgente et délibérée, et nous exhortons tout un chacun, dans le secteur humanitaire et au-delà, à faire de même. Signé, Signataires de la Charte des organisations humanitaires sur le climat et l’environnement La Charte est ouverte à la signature de toutes les organisations humanitaires. Des informations sur la Charte et des conseils sur sa mise en œuvre sont disponibles à l’adresse suivante: www.climate-charter.org.

Lire plus
09/08/2021 | Page de base

Relèvement COVID-19 et équité vaccinale

LaCOVID-19 reste une urgence mondiale, même si certains pays ont réussi à passer à une phase de relèvement. Partout dans le monde, les équipes d'intervention et les communautés sont épuisées par cette crise. Mais nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher nos efforts, car des millions de vies sont encore en jeu. Nous devons également veiller à ce que la reprise ne laisse personne de côté.

Lire plus