Feu

External ID
22
Displaying 1 - 7 of 7
| Article

Chaud et sec : La Grenade, une île des Caraïbes, est confrontée à la sécheresse, aux vagues de chaleur et aux incendies.

La Grenade, une île située à l'est de la mer des Caraïbes, traverse la crise de l'eau la plus grave de ces 14 dernières années.Alarmé par la baisse sans précédent des niveaux d'eau dans les réservoirs, le gouvernement de la Grenade a officiellement déclaré une crise de l'eau le 10 mai 2024, entraînant un rationnement important de l'eau, avec des restrictions strictes sur l'utilisation de l'eau pour les activités non essentielles.« Au cours des derniers mois, depuis le début de la vague de chaleur, nos barrages, qui constituent la principale source d'eau, se sont considérablement asséchés », explique Noreen Cox, une bénévole de longue date de la Croix-Rouge de la Grenade qui gère un large éventail de problèmes liés à la préparation et à la réponse aux catastrophes. «En fin de compte, cela a conduit à des conditions de sécheresse importantes et à une grave pénurie d'eau.«La compagnie des eaux a commencé à utiliser l'eau de sa source de secours (le lac Grand Etang), mais au fil du temps, cette source s'est également épuisée car l'eau n'était pas renouvelée.»En plus de la crise de l'eau, la Grenade connaît actuellement une importante vague de chaleur, la plus récente remontant au 6 mai 2024, où les températures ont constamment dépassé les 31,7 degrés Celsius pendant plusieurs jours consécutifs.Risque croissant d'incendieCette vague de chaleur a exacerbé la pénurie d'eau, augmentant la pression sur les ressources en eau déjà limitées et aggravant les difficultés rencontrées par la population.«En outre, la vague de chaleur a entraîné une augmentation des feux de brousse sur l'ensemble de l'île. La Grenade étant une île volcanique, la chaleur intense et la présence de soufre provoquent des incendies naturels qui se propagent parfois rapidement sous l'effet du vent».Les habitants s'inquiètent du fait que la gravité de la sécheresse actuelle et les défis structurels suggèrent que la crise de l'eau pourrait persister au moins jusqu'au pic de la prochaine saison des pluies, qui survient généralement vers le mois d'août ou le mois de septembre. Les communautés du sud et de l'est de l'île (St. Andrew, St. David et St. George) ont été les plus touchées.Les pluies récentes ont contribué à remplir les réservoirs, mais les réserves d'eau ne sont toujours pas suffisantes pour répondre aux besoins en raison de la sécheresse qui sévit depuis longtemps, et les méthodes de conservation sont toujours encouragées.« Les personnes qui vivent de l'agriculture sont également confrontées à de graves difficultés, car le sol est extrêmement sec et l'eau manque », ajoute M. Cox. « La plupart des cultures ne peuvent donc pas résister aux conditions difficiles et meurent, ce qui a conduit à une pénurie de certains fruits et légumes cultivés localement ».Des solutions à long terme impliquant l'amélioration des infrastructures, de meilleures pratiques de gestion de l'eau et des efforts accrus de conservation seront cruciales pour atténuer les impacts et prévenir de futures crises.La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutient l'action de la Croix-Rouge de Grenade. Grâce au Fonds d'urgence pour les interventions lors de catastrophes de l'IFRC (IFRC-DREF), la Croix-Rouge de Grenade entend aider au moins 1 000 familles (5 000 personnes) en leur apportant un soutien en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, ainsi que de petites subventions polyvalentes en espèces.« Des camions-citernes se rendent dans différentes communautés à des heures variables pour distribuer de l'eau à la population », explique M. Cox, ajoutant que les gens utilisent des seaux d'eau pour se laver et même pour arroser les plantes.La Croix-Rouge de Grenade s'est également associée à la National Water and Sewerage Authority (NAWASA) pour distribuer des jerrycans, des filtres à eau, des bidons d'eau et d'autres fournitures aux membres de la communauté qui venaient chercher de l'eau auprès des camions-citernes.Ces outils permettent aux habitants de disposer d'options de stockage supplémentaires pour l'eau potable. Pendant ce temps, les volontaires de la Croix-Rouge éduquent le public sur la façon d'utiliser ces outils de manière à promouvoir au mieux la conservation de l'eau.Stress thermiqueLa Croix-Rouge de Grenade fait également tout son possible pour remédier au stress et à l'anxiété constants liés à la nécessité d'assurer les besoins quotidiens en eau. La perte des moyens de subsistance due aux pénuries d'eau exacerbe ces niveaux de stress. La Société nationale s'efforce de sensibiliser aux problèmes de santé mentale et d'offrir un soutien aux personnes touchées.Pour répondre aux besoins immédiats en matière de moyens de subsistance, GRCS mènera une étude de faisabilité afin de vérifier la fonctionnalité des marchés pour les transferts d'argent liquide à usages multiples aux ménages vulnérables dans les districts touchés.La Croix-Rouge de Grenade envisagera d'autres options telles que l'achat et la distribution d'aliments de secours (aide en nature). Bien que des mesures immédiates soient prises pour faire face à la crise, la situation à la Grenade devrait rester critique dans un avenir prévisible.Des efforts soutenus et une aide humanitaire seront essentiels pour traverser cette période difficile et renforcer la résilience face aux futures pénuries d'eau.

Lire plus
| Article

Incendies à Maui: La Croix-Rouge offre abri et réconfort aux victimes

Les incendies les plus meurtriers des 100 dernières années à Hawaï ont causé d'énormes dégâts sur l'île de Maui, forçant des milliers de personnes à fuir leur maison et faisant plus de 100 victimes. Depuis le début des incendies, les secouristes de la Croix-Rouge s'occupent des familles 24 heures sur 24, leur fournissant un endroit sûr où séjourner, de la nourriture et bien plus encore. Dans un communiqué publié sur son site Internet, la Croix-Rouge américaine fait état de ce qui suit : « La Croix-Rouge travaille en étroite collaboration avec les équipes de gestion des situations d'urgence des États et des municipalités pour commencer à transférer les personnes des abris d'urgence vers les hôtels. Les abris d'urgence deviendront des centres de services polyvalents où les gens pourront avoir accès à des repas chauds, à des fournitures de secours, à des services de santé, de santé mentale et de soins spirituels, à une aide pour retrouver leurs proches et à une assistance en matière de gestion des dossiers. «La Croix-Rouge aidait déjà les personnes avant le début des incendies et sera présente dans les semaines et les mois à venir pour aider les populations à se remettre de cette tragédie. En fait, la Croix-Rouge fournit une assistance humanitaire à Hawaï depuis 1898. Se remettre d'un incendie de cette ampleur prendra du temps et il faudra que toute la communauté s'unisse pour se soutenir les uns les autres» . Apprenez-en plus et faites un don Lisez le communiqué dans son intégralité sur le site internet de la Croix-Rouge; Faites un don à la campagne de collecte de fonds de la Croix-Rouge américaine en faveur des personnes touchées par les incendies; Suivez@RedCross and @HawaiiRedCrosspour les dernières mises à jour sur leurs réponses; En savoir plus sur les incendies de forêt et sur la façon de se préparer et de se protéger.

Lire plus
| Communiqué de presse

Incendies au Bangladesh : Des milliers de maisons, d'écoles, d'hôpitaux et de réseaux d'eau détruits par le feu à Cox's Bazar.

Cox's Bazar/ Kuala Lumpur, 06 mars2023:Un incendie massif qui s'est déclaré dans l'après-midi du 5 mars a rasé au moins 2 000 maisons, laissant près de 12 000 personnes sans abri dans le Camp 11 de Cox's Bazar, au Bangladesh, le plus grand camp de réfugiés au monde. Situé dans le sous-district d'Ukhiya, où au moins trois réseaux d'eau desservant 16 000 personnes, cinq centres d'apprentissage et trois établissements de santé ont été réduits en cendres, parmi d'autres infrastructures, le feu s'est rapidement propagé à 15 sous-blocs du camp. Le Croissant-Rouge du Bangladesh a réagi immédiatement en soutenant les opérations de lutte contre l'incendie et les évacuations. Au moins 200 volontaires des camps formés par le Croissant-Rouge du Bangladesh, ainsi que les pompiers et la défense civile de Cox's Bazar, ont finalement éteint les flammes en fin de soirée. Le Croissant-Rouge du Bangladesh fournit 1 000 tentes pour une aide immédiate et distribue des colis alimentaires, des couvertures et des moustiquaires aux personnes touchées, en coordination avec le commissaire aux réfugiés, aux secours et au rapatriement du gouvernement du Bangladesh. Belal Hossain, chef des opérations pour les mouvements de population du Croissant-Rouge du Bangladesh à Cox's Bazar, a déclaré : "Compte tenu de la saison sèche et des vents fréquents, le feu s'est rapidement propagé. Grâce à nos volontaires formés et à nos plans de préparation, nous avons réagi immédiatement en soutenant les évacuations, en fournissant de la nourriture, de l'eau et des abris d'urgence. Des incendies aussi fréquents apportent une souffrance supplémentaire aux résidents du camp qui sont déjà déplacés depuis plus de cinq ans maintenant." Environ un million de personnes déplacées de l'État de Rakhine, au Myanmar, vivent dans ce camp surpeuplé, soutenu par le gouvernement du Bangladesh et des agences humanitaires, dont le Croissant-Rouge du Bangladesh et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). Hrusikesh Harichandan, chef de la sous-délégation de l'IFRC, a déclaré : ''Cet incendie est un véritable coup dur pour des milliers de familles qui ont vu leur dur labeur des cinq dernières années réduit en cendres. Plusieurs familles ont perdu tout ce qu'elles possédaient. Nous avons besoin d'une plus grande coordination pour établir des conditions de vie meilleures et plus humaines pour eux. Nous faisons tout notre possible pour soutenir leur résilience face à de telles catastrophes." L'IFRC, en collaboration avec le Croissant-Rouge du Bangladesh, a formé près de 3 300 volontaires dans les 34 camps afin qu'ils puissent agir en tant que premiers intervenants en cas d'urgence. Ils ont suivi des exercices de lutte contre les incendies et d'autres formations de préparation aux catastrophes, tandis que des activités de sensibilisation à la préparation aux catastrophes sont régulièrement organisées pour les résidents des camps. L'IFRC et le Croissant-Rouge du Bangladesh collaborent avec d'autres agences humanitaires pour déterminer les besoins. En outre, des volontaires de la santé communautaire ont été activés et des stocks d'urgence ont été mobilisés pour venir en aide aux personnes touchées. Dans le cadre des opérations de déplacement de population en cours, le Croissant-Rouge du Bangladesh, avec l'aide de l'IFRC, d'autres partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du HCR, a apporté son soutien à près d'un million de personnes dans les camps et les communautés d'accueil en leur fournissant des soins de santé, un accès à l'eau potable, un meilleur assainissement et une meilleure hygiène, des abris plus sûrs et des moyens de subsistance. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, merci de contacter: A Cox's Bazar: Barkat Ullah Maruf, +880 1711 222922, [email protected] Sabrina Idris, +880 1710-840327, [email protected] A Dhaka: Mahmudul Hasan, +880 1716-103333, [email protected] A Kuala Lumpur: Afrhill Rances, +60 19 271 3641 [email protected]

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC met en garde contre les conséquences tragiques de la vague de chaleur qui s'intensifie en Europe.

Budapest, 14 juillet 2022 - Dans toute l'Europe, des températures extrêmes ont entraîné des vagues de chaleur dangereuses et des incendies de forêt. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) exhorte les villes et les communautés à se préparer pour éviter une nouvelle catastrophe. Depuis le mois de mai, l'Europe figure parmi les "points chauds de la canicule" les plus rapides au monde. Les prévisions ne montrent aucun signe d'accalmie. De nombreuses régions d'Europe occidentale connaissent des températures extrêmes et des pays comme le Portugal luttent contre des incendies de forêt qui font rage et touchent des milliers de personnes. «Avec la crise climatique, cette chaleur fait partie de notre "nouvelle normalité», explique Maarten Aalst van, directeur du centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. «Ces événements mortels sont désormais plus fréquents et plus intenses». Au cours des dix dernières années, les catastrophes liées au climat et aux conditions météorologiques ont tué plus de 400 000 personnes, affecté 1,7 milliard d'autres et déplacé en moyenne 25 millions de personnes chaque année dans le monde. Les personnes les plus exposées aux vagues de chaleur sont les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants. Les vagues de chaleur ont des répercussions en cascade dans d'autres domaines de la société, comme la réduction de la production économique, la mise à rude épreuve des systèmes de santé et les coupures de courant. Le personnel et les volontaires des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de toute la région soutiennent les communautés qui se préparent à la canicule ou qui en subissent les conséquences. En même temps, les équipes répondent aux incendies de forêt dévastateurs, notamment au Portugal, mais aussi en Espagne, en Italie, en France, en Grèce et en Turquie, provoqués par la chaleur extrême. «Beaucoup ont dû évacuer leur maison avec le peu d'affaires qu'ils pouvaient porter», explique Ana Jorge, présidente de la Croix-Rouge portugaise. «Nos équipes médicales s'efforcent de s'assurer que les gens se mettent en sécurité, de fournir des soins de santé essentiels à ceux qui souffrent de brûlures et d'autres blessures, et de leur fournir un lit pour dormir et le nécessaire pendant qu'ils décident de leurs prochaines étapes.» With heat waves becoming more likely around the world as the climate crisis worsens, more preparedness and early warning systems are required to reduce and manage the risks. «Les gens ne sont pas toujours conscients des dangers de la chaleur. Mais lorsque les communautés comprennent les risques et prennent des mesures simples pour s'y préparer, elles peuvent éviter des tragédies inutiles», déclare M. van Aalst. «Nous exhortons les villes et les communautés à se préparer et à prendre les mesures nécessaires pour sauver des vies, aujourd'hui et à long terme.» Pour plus d'informations ou pour arranger une interview: A Budapest: Corrie Butler,[email protected]+36 704306506 AAthène: Georgia Trismpioti, [email protected] +30 6971809031 Note aux éditeurs: Le Guide de la canicule pour les villes et le kit d'action urbaine de l'IFRC sont des ressources destinées aux responsables municipaux, aux urbanistes et aux organisations communautaires pour anticiper et planifier la chaleur urbaine extrême et réduire les risques mortels. La boîte à outils pour le refroidissement urbain du C40 propose des approches pour abaisser les températures urbaines et réduire l'impact de l'effet de chaleur urbain ; L'outil sur les avantages des villes résilientes à la chaleur" aide les urbanistes et les décideurs à quantifier les avantages sanitaires, économiques et environnementaux des mesures d'adaptation. Une vague de chaleur est une période prolongée de températures anormalement élevées et souvent d'une forte humidité. La chaleur extrême peut provoquer un malaise, une déshydratation et d'autres maladies aiguës, et aggraver les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il existe désormais une montagne de preuves que le changement climatique augmente l'occurrence des vagues de chaleur mortelles. Par exemple, les scientifiques ont conclu que le changement climatique a rendu la vague de chaleur de 2022 en Inde et au Pakistan 30 fois plus probable, la vague de chaleur de 2019 en Europe occidentale au moins 10 fois plus probable, la vague de chaleur de 2019-20 en Australie qui a contribué aux feux de brousse dévastateurs 10 fois plus probable, et que la chaleur extrême dans le nord-ouest des États-Unis et au Canada en 2021 aurait été pratiquement impossible sans changement climatique. Pour plus de détails, voir par exemple les analyses de l'attribution des phénomènes météorologiques mondiaux.

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC et C40 Cities exhortent les villes à se préparer à des vagues de chaleur plus dangereuses et mortelles

14 juin 2022, Genève, New York - Les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes, plus longues, plus chaudes et plus meurtrières, en particulier dans les zones urbaines, mais les menaces qu'elles représentent peuvent être évitées si les villes et les résidents sont préparés aux chaleurs extrêmes et prennent des mesures pour sauver les vies. Les sept dernières années, de 2015 à 2021, ont été les plus chaudes jamais enregistrées et cette année est déjà éprouvante. Les dangereux pics de température observés ces derniers mois en Inde, au Pakistan, en Asie de l'Est et dans le sud de l'Europe, ainsi que la vague de chaleur de début de saison d'une intensité inhabituelle qui s'est abattue cette semaine sur certaines régions des États-Unis, sont un signe inquiétant de ce qui nous attend avec le réchauffement de la planète. Chaque année, les températures de plus en plus caniculaires exposent des millions de personnes à des maladies liées à la chaleur et entraînent la mort de milliers d'autres. Les citadins sont les plus durement touchés, car les zones urbaines sont plus chaudes que la campagne environnante et le changement climatique ne fait qu'aggraver la situation. Les personnes les plus exposées sont déjà vulnérables : les personnes âgées et isolées, les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies préexistantes et les citadins pauvres, qui travaillent souvent à l'extérieur ou vivent et travaillent dans des bâtiments dépourvus de climatisation ou de ventilation adéquate. Mais les décès dus aux vagues de chaleur ne sont pas inévitables. Cinq milliards de personnes vivent dans des lieux sujets aux vagues de chaleur et où les systèmes d'alerte précoce peuvent les prévoir avant qu'elles ne se produisent. "Les vagues de chaleur sont les tueurs silencieux du changement climatique, mais elles n'ont pas à l'être", déclare Francesco Rocca, président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). "La plupart des vagues de chaleur sont prévues des jours ou des semaines à l'avance, ce qui laisse amplement le temps d'agir rapidement, d'informer et de protéger les personnes les plus vulnérables. La bonne nouvelle, c'est qu'il existe des mesures simples et peu coûteuses que les autorités peuvent prendre pour éviter les décès inutiles dus à la chaleur." En prévision de la saison estivale dans de nombreuses régions du monde, l'IFRC lance aujourd'hui, 14 juin, sa première Journée mondiale d'action contre la chaleur. Elle mobilise les branches et les partenaires dans plus de 50 villes pour organiser des événements de sensibilisation sur les moyens de réduire les graves conséquences de la chaleur extrême. L'IFRC s'associe également à C40 Cities pour appeler les responsables municipaux, les urbanistes et les habitants des villes de toutes les régions du monde à se préparer à des vagues de chaleur plus dangereuses et mortelles. "Les villes habituées à la chaleur doivent se préparer à des périodes encore plus longues de chaleur étouffante et les villes plus fraîches doivent se préparer à des niveaux de chaleur extrême auxquels elles ne sont pas habituées", déclare Mark Watts, directeur exécutif de C40 Cities. " De Miami à Mumbai et d'Athènes à Abidjan, les maires de notre réseau augmentent les espaces verts, développent les programmes de toits frais et collaborent à des actions contre la chaleur pour améliorer la résilience à la chaleur urbaine croissante. Mais il reste encore beaucoup à faire pour réduire et gérer les risques alors que la crise climatique s'aggrave." Le réseau C40 Cool Cities aide les villes à intégrer le risque et la gestion de la chaleur dans leurs plans d'action pour le climat, à élaborer des études sur la résilience à la chaleur, et à développer, affiner et mesurer les impacts des mesures d'atténuation de la chaleur, notamment le refroidissement, l'écologisation et la gestion des urgences. Le réseau a organisé des ateliers intensifs sur la chaleur urbaine et l'équité, a développé des ressources pour guider les plans d'action contre la chaleur et, au cours des deux dernières années, a aidé les villes à gérer les crises combinées de la chaleur extrême et de la pandémie COVID-19, en se concentrant sur la sensibilisation des populations vulnérables. Dans le monde entier, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relèvent le défi de la chaleur extrême - en soutenant et en améliorant les plans d'action locaux et nationaux contre la chaleur, en diffusant des messages de sécurité contre la chaleur, en surveillant les personnes les plus vulnérables, en distribuant de l'eau, en soutenant les services médicaux, en identifiant et en mettant en place des centres de refroidissement, et même en aidant les gens à rénover leur maison pour améliorer l'ombre et réduire la chaleur. Ils étendent également la recherche sur la chaleur à des régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui ont été négligées par le passé. "La crise climatique entraîne et intensifie les crises humanitaires dans toutes les régions du monde", explique Mme Rocca. "Mais lorsque les villes et les communautés sont mieux préparées, les conditions météorologiques extrêmes ne doivent pas nécessairement devenir une catastrophe ou une tragédie." Dans le monde entier, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relèvent le défi de la chaleur extrême - en soutenant et en améliorant les plans d'action locaux et nationaux contre la chaleur, en diffusant des messages de sécurité contre la chaleur, en surveillant les personnes les plus vulnérables, en distribuant de l'eau, en soutenant les services médicaux, en identifiant et en mettant en place des centres de refroidissement, et même en aidant les gens à rénover leur maison pour améliorer l'ombre et réduire la chaleur. Ils étendent également la recherche sur la chaleur à des régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui ont été négligées par le passé. "La crise climatique entraîne et intensifie les crises humanitaires dans toutes les régions du monde", explique Mme Rocca. "Mais lorsque les villes et les communautés sont mieux préparées, les conditions météorologiques extrêmes ne doivent pas nécessairement devenir une catastrophe ou une tragédie." Note aux éditeurs: Le "Guide Vague de chaleur pour les villes" et le "Kit d'action urbaine" de l'IFRC sont des ressources destinées aux responsables municipaux, aux urbanistes et aux organisations communautaires pour anticiper et planifier les chaleurs urbaines extrêmes et réduire les risques mortels; La "boîte à outils pour le refroidissement urbain" du C40 propose des approches pour abaisser les températures urbaines et réduire l'impact de l'effet de chaleur urbain ; l'outil "Outil sur les villes résistantes à la chaleur" aide les urbanistes et les décideurs à quantifier les avantages sanitaires, économiques et environnementaux des mesures d'adaptation; Une vague de chaleur est une période prolongée de températures anormalement élevées et souvent d'une forte humidité. La chaleur extrême peut provoquer un choc, une déshydratation et d'autres maladies aiguës, et aggraver les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il existe désormais une montagne de preuves que le changement climatique augmente l'occurrence des vagues de chaleur mortelles. Les scientifiques ont conclu que le changement climatique a rendu 30 fois plus probable la vague de chaleur de 2022 en Inde et au Pakistan, 100 fois plus probable la vague de chaleur de 2019 en Europe occidentale et 10 fois plus probable la vague de chaleur de 2019-20 en Australie. Images et vidéos à l'usage des médias: Suivez ce fil Twitter pour accéder aux vidéos et aux photos des événements de la Journée mondiale d'action contre la chaleur. Les images des interventions d'urgence liées à la chaleur sont accessibles ici Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: IFRC: Melissa Winkler, [email protected], +41 76 2400 324 IFRC: Tommaso Della Longa, [email protected], +41 79 708 43 67 C40 Cities: Rolf Rosenkranz, [email protected] L'IFRC est le plus grand réseau humanitaire du monde, composé de 192 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui s'emploient à sauver des vies, à renforcer la résilience des communautés, à consolider la localisation et à promouvoir la dignité dans le monde entier. www.ifrc.org - Facebook - Twitter - YouTube C40 Cities est un réseau de près de 100 maires des principales villes du monde qui s'efforcent de prendre les mesures urgentes nécessaires dès maintenant pour faire face à la crise climatique et créer un avenir où chacun, partout, peut s'épanouir. Les maires des villes C40 s'engagent à utiliser une approche scientifique et humaine pour aider le monde à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et à construire des communautés saines, équitables et résilientes. www.C40.org - Twitter - Instagram - Facebook - LinkedIn

Lire plus
| Communiqué de presse

Les multiples feux de forêt et la pandémie de COVID-19 menace des milliers de vies en Algérie et en Tunisie

Tunisie /Algérie /Beyrouth, le 13 août 2021 –Les incendies qui se propagent actuellement en Algérie et en Tunisie menacent la vie de milliers de personnes, tout en endommageant les écosystèmes, les infrastructures et les moyens de subsistance locaux. Les deux pays font face à une situation multirisque, un nombre alarmant d’infections COVID-19 ont été signalées au cours des dernières semaines. Les flammes ont tué des dizaines de personnes et forcé des centaines de familles à quitter leurs maisons. Des centaines de personnes ont perdu leurs maisons, leurs fermes et leurs moyens de subsistance. Des milliers d’hectares de terres ont été incendiés. Les volontaires du Croissant-Rouge assistent les communautés affectées en leur fournissant les premiers soins, un soutien psychosocial, des abris d’urgence, de l’eau potable et d’autres articles de secours nécessaires. Le Croissant-Rouge Algérien a déjà installé 200 tentes et a organisé en coordination avec les autorités locales des abris d’urgence pour reloger 8 000 personnes. Anne E. Leclerc, Chef de la délégation du Cluster de pays d’ Afrique du Nord pour la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a déclaré : «La plupart des régions du nord de la Tunisie et de l’Algérie ont été gravement affectées par de multiples incendies. Les conditions météorologiques extrêmes intensifient le risque d’incendies supplémentaires dans la région. Les Sociétés du Croissant-Rouge de Tunisie, d’Algérie et du Maroc sont en état d’alerte maximale, mobilisant des volontaires et fournissant une assistance aux communautés touchées en étroite coordination avec la Protection civile et les autorités locales. «Le changement climatique est là. Cela a un impact sur les gens du monde entier tous les jours. Combiné à une récente augmentation des cas de COVID-19 dans la région, nous faisons face simultanément à de multiples crises. La combinaison de ces facteurs met à rude épreuve des systèmes de santé déjà très surchargés voire congestionnés. " En Algérie, les incendies font rage depuis lundi, et se propageant dans de nouvelles zones. Le Croissant-Rouge algérien a mobilisé plus de 300 volontaires pour l’opération d’intervention. Dr Saida BenHabyles, Présidente du Croissant-Rouge Algérien a déclaré: «L’élan de solidarité nationale déclenché depuis le début de la Pandémie COVID-19s’est renforcée lors de cette vague d’incendie qui a frappé certaines régions du nord du pays. Le Croissant-Rouge algérien (CRA), un des maillons de cette grande chaine de solidarité, œuvre inlassablement sur le terrain depuis le début de la pandémie et depuis les premières heures du déclanchement des incendies. Le CRA lance un appel de solidarité à la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour l’aider à renforcer ses capacités afin de contribuer en tant qu’organisation humanitaire auprès d’autres acteurs (citoyens, société civile, pouvoirs publics) à répondre le plus rapidement possible aux besoins des sinistrés. Ce sinistre s’accompagne d’un autre grand danger, la pandémie COVID 19. Le CRA est confronté à un double défi: la lutte contre la propagation du virus COVID 19 et apporter l’aide aux sinistrés des incendies.» En Tunisie, plus de 100 familles ont déjà perdu leur maison alors que les incendies continuent de se propager dans d’autres régions. Le Croissant-Rouge Tunisien assiste les familles affectées, relogeant les personnes évacuées dans des abris d’urgence, distribuant des articles de premiers secours, assurant le transport des bléssés dans les hopitaux, et apportant un soutien psychosocial. Dans les deux pays, la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge a débloqué des fonds de son Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin d’apporter un soutien immédiat aux communautés affectées et pour renforcer les opérations d’intervention déjà mis en œuvre par les Croissant-Rouge Tunisien et Algérien. Les deux pays sont témoins d’un nombre croissant de feux de forêt, phénomène lié aux changements climatiques, provoquant des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes, des pluies moins importantes et des températures de plus en plus caniculaires. Notes à l’intention des rédacteurs en chef Algérie: La FICR travaille avec le Croissant-Rouge algérien sur une allocation Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin de soutenir la réponse aux incendies de forêt en Algérie. Des évaluations approfondies sont en ce moment réalisées par les équipes du CRA. D’autres incendies se déclanchent dans d’autres régions. Aux vues des résultats et de l’importance des besoins, un Appel d’urgence est potentiellement considéré par la Fédération en vue d’un soutien international coordonné. Au cours des dernières semaines, nous avons constaté une forte augmentation des infections au COVID-19. En réponse au dernier pic, le Croissant-Rouge Algérien (CRA) a intensifié ses activités COVID-19. Plus de deux millions de personnes ont déjà été vaccinées par les médecins et infirmiers du CRA aussi bien dans les villes que dans les zones reculées. De nombreux nouveaux centres de vaccination ont été récemment mis en place pour atteindre l'objectif national fixé par les autorités d'avoir 20 millions de personnes vaccinées d'ici fin 2021. Tunisie: La FICR a débloqué 99 897 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) pour soutenir le Croissant-Rouge Tunisien (CRT) dans la réponse aux incendies. Le CRT dans une première phase assiste 100 ménages les plus affectés dans 3 régions Les feux de forêt ont particulièrement touché les gouvernorats d'El Kef, Jendouba et Kasserine. Les communautés ont un besoin urgent d'abris, d'eau potable, de soutien aux moyens de subsistance et de soins de santé. La propogation des fex continue à évoluer. De nouveaux foyers ont été identifiés. La première phase de soutien cible en particulier les familles qui ont perdu leurs maisons ou leur sources de revenus, les ménages dirigés par des femmes, les familles dont les membres ont des besoins spécifiwques, notamment les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes allaitantes et enceintes, et les enfants de moins de cinq ans. Au cours des dernières semaines, la Tunisie a enregistré le plus grand nombre de décès quotidiens dus au COVID-19 depuis le début de la pandémie. Le variant Delta du coronavirus se propage rapidement et la disponibilité des vaccins reste faible. Le système de santé peine à faire face et les capacités de soins intensifs sont insuffisantes. La Tunisie connait l'un des taux de mortalité par habitant dus au COVID-19 les plus élevés au monde. DREF Le Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) de la FICR est un fonds commun qui permet un décaissement flexible et urgent de fonds dans les situations d'urgence aiguë ou pour une action anticipative. Chaque fois qu'une Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d'un soutien financier immédiat pour répondre à une catastrophe, elle peut soumettre une demande de fonds au DREF. Ces fonds peuvent être demandés pour des catastrophes de petite et moyenne échelle, ou pour fournir un financement initial avant le lancement d'un appel d'urgence pour des opérations à plus grande échelle. La FICR alloue des subventions du Fonds, qui peuvent ensuite être remboursées par les donateurs. Les contributions des donateurs pour rembourser et reconstituer le volume financier du DREF sont les bienvenues, afin de permettre aux acteurs locaux d'agir rapidement en faveur des personnes vulnérables sur le terrain, avant que des financements plus importants n'arrivent. Pièces jointes: Que faire avant, pendant et après un incendie de forêt EN | AR | FR

Lire plus
| Type d'urgence

Les incendies de forêt

Les incendies de forêt (également appelés feux de brousse, feux de broussailles ou feux de forêt) sont de grands incendies incontrôlés et potentiellement destructeurs qui peuvent toucher les zones rurales et urbaines. Ils peuvent se propager rapidement, changer de direction et même "sauter" sur de grandes distances lorsque des braises et des étincelles sont transportées par le vent. Ils sont provoqués par une série de causes naturelles (comme la foudre) ou par la négligence humaine (comme une cigarette jetée). La propagation d'un feu de forêt dépend de la disposition des terrains, du combustible disponible (végétation ou bois mort) et des conditions météorologiques (vent et chaleur). Ils peuvent démarrer en quelques secondes et se transformer en brasiers en quelques minutes.

Lire plus