Adaptation au climat : Déclaration du Secrétaire général de l'IFRC à l'occasion de l'initiative d'alerte précoce de l'ONU pour la mise en œuvre de l'adaptation au climat.

A Bangladesh Red Crescent volunteer stands on a bridge and looks out to sea. Every year, thousands of lives are saved by cyclone preparedness measures and early warning systems in which volunteers sound the alarm, evacuate communities and provide people with first aid and vital assistance.

A Bangladesh Red Crescent volunteer stands on a bridge and looks out to sea. Every year, thousands of lives are saved by cyclone preparedness measures and early warning systems in which volunteers sound the alarm, evacuate communities and provide people with first aid and vital assistance.

Photo: IFRC/Yoshi Shimizu

Speaker

Le Secrétaire Général

Le Secrétaire général est le principal dirigeant de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). Il dirige le secrétariat et nos délégations dans le monde entier.

Ce discours a été prononcé lors de l'événement de lancement de la déclaration conjointe intitulée "La volonté d'agir sur les alertes précoces pour tous" lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU).

Excellences, chers-es Collègues,

Au nom de l'IFRC, je vous remercie de m'avoir invité à prendre la parole ici aujourd'hui. En raison de l'heure, je vous prie de bien vouloir respecter tous les protocoles.

Je me réjouis de l'engagement du Secrétaire général des Nations Unies en faveur des systèmes d'alerte précoce pour tous. Cette promesse, confiée à juste titre à l'Organisation météorologique mondiale (OMM), est une initiative très actuelle et réalisable qui contribue à assurer la sécurité des personnes dans le monde entier, mais surtout dans les zones les plus éloignées, où vivent les personnes les plus exposées et les plus vulnérables au changement climatique.

Depuis la création du Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) de l'IFRC il y a plus de 35 ans, l'IFRC et ses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge membres ont aidé les gouvernements à se préparer, à gérer et à intervenir en cas de catastrophe. Chaque année, le DREF est utilisé en amont et en réponse à plus de 100 catastrophes de petite et moyenne envergure et a aidé plus de 200 millions de personnes.

Nous savons, de par notre longue expérience, que les alertes précoces qui conduisent à des actions précoces sauvent des vies.

Excellences,

Au cours de la dernière décennie, certains des événements météorologiques extrêmes les plus récents - et souvent prédits - ont été les plus meurtriers, les plus coûteux et les plus dévastateurs. Les alertes précoces ne peuvent fonctionner que si elles sont transformées en actions et réponses précoces. Voici comment :

Premièrement, améliorer le processus de prise de décision, les données et les informations pour identifier les éléments déclencheurs et décider quand et où agir avant une catastrophe. Toutes nos actions doivent s'appuyer sur ce qui est susceptible d'être touché et sur les personnes concernées.

Deuxièmement, améliorer la planification des actions précoces, les systèmes et les capacités locales pour réduire les risques et préparer une action précoce efficace.

Troisièmement, et c'est le plus important, créer et adapter des mécanismes de financement, comme le DREF, qui peuvent débloquer des fonds pour des plans préétablis avant la catastrophe afin de réduire l'impact humanitaire. Des fonds supplémentaires sont particulièrement nécessaires pour la communication et la diffusion des alertes précoces et la capacité de traduire ces alertes en actions.

Au cours de la dernière décennie, les organisations humanitaires ont investi dans l'amélioration et la transformation des systèmes d'alerte précoce en approches d'action anticipative. Des ressources adéquates, durables et coordonnées sont nécessaires pour mettre ces approches à l'échelle.

Cela nécessite un changement systématique des flux de financement pour que nous puissions passer à une action évolutive. Dans le même temps, les systèmes d'alerte précoce et d'action précoce doivent être considérés comme des questions de développement et de climat, plutôt que comme des outils humanitaires exclusifs.

Pour conclure, le réseau de l'IFRC, ainsi que le Partenariat pour une action précoce fondée sur l'analyse des risques et le Centre d'anticipation, cherchent à collaborer avec l'OMM et d'autres acteurs pour investir dans des alertes précoces qui conduisent à des actions et des réponses précoces.

Ensemble, faisons en sorte que les alertes précoces soient claires, adaptées et centrées sur les personnes, et qu'elles aident les personnes dans les endroits les plus éloignés.

Je vous remercie.

Discours connexes