DREF

External ID
31
Displaying 1 - 22 of 22
24/11/2023 | Communiqué de presse

Le record de 64 millions de francs suisses promis lors de la conférence de l'IFRC-DREF dépasse les contributions de l'année précédente.

Genève, 23 novembre 2023 : Le 17 novembre 2023, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a tenu sa conférence annuelle d'annonces de contributions à l'IFRC-DREF dans le but de se rapprocher un peu plus de son ambition stratégique en matière de financement - faire passer le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes de l'IFRC (IFRC-DREF) à 100 millions de francs suisses d'ici à 2025. Collectivement, les partenaires intersectoriels mondiaux, y compris les gouvernements et les entreprises du secteur privé, se sont engagés à verser plus de 64 millions de francs suisses pour soutenir l'IFRC-DREF pour 2023, battant le total de l'année dernière et le précédent record de 43 millions de francs suisses. La conférence des donateurs de cette année a démontré qu'il existait des engagements fermes pour aider l'IFRC-DREF à accroître sa capacité à répondre rapidement aux besoins humanitaires, en particulier face à une demande croissante et à des catastrophes liées au climat de plus en plus compliquées. Le Secrétaire Général de l'IFRC, Jagan Chapagain a déclaré: «Cette année a été sans précédent pour l'IFRC-DREF, marquée par une ampleur et une complexité inégalées des opérations. Dans un monde de plus en plus marqué par le changement climatique, l'IFRC-DREF est particulièrement bien placée pour répondre immédiatement et efficacement à ceux qui sont dans le besoin. Il veille à ce que l'aide soit efficiente et efficace, et à ce qu'elle permette aux acteurs locaux les mieux placés de comprendre les besoins de la communauté et d'y répondre. Cela souligne la nécessité cruciale de renforcer des outils tels que l'IFRC-DREF afin d'intensifier nos efforts humanitaires.» Les jalons de l'IFRC-DREF Chaque année, des catastrophes de petite et moyenne ampleur se produisent en silence. Sans l'attention des médias ou la visibilité internationale, elles peuvent avoir du mal à attirer des financements. Malgré cela, l'IFRC-DREF a aidé plus de 220 millions de personnes touchées par des catastrophes depuis son lancement en 1979. L'IFRC-DREF se distingue par son engagement à canaliser le soutien directement vers les acteurs locaux : 82% des allocations vont directement aux Sociétés nationales, ce qui permet aux Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de mener une action humanitaire locale rapide et efficace. À l'échelle mondiale, le chiffre moyen n'est que de 1,2 %. En 2023, l'IFRC a renforcé la capacité du fonds à réagir rapidement, efficacement et de manière transparente. En partenariat avec Aon, la Lloyd's Disaster Risk Facility et le Centre pour la protection contre les catastrophes, elle a lancé l'Assurance de l'IFRC-DREF - une police d'assurance développée pour fournir un dispositif de soutien à l'IFRC-DREF dans les années extrêmes, une première dans le domaine des transferts de risques humanitaires. En s'appuyant sur les budgets d'aide publique pour mobiliser des ressources privées et faire fructifier les contributions des donateurs, L'Assurance de l'IFRC-DREF vise à aider jusqu'à six millions de personnes supplémentaires chaque année en fournissant un financement d'urgence pouvant aller jusqu'à 20 millions de francs suisses. Résultats de la conférence des donateurs 2023 Cette année a vu le retour de partenaires mondiaux de longue date et de soutiens de l'IFRC-DREF, ainsi que de nouveaux donateurs. La conférence a réuni plus de 70 participants représentant 35 gouvernements et le secteur privé. Au total, 23 déclarations d'engagement ont été faites au cours de la conférence. L'IFRC se félicite de l'arrivée de plusieurs nouveaux donateurs, à savoir l'Autorité du Croissant-Rouge saoudien et son gouvernement, l'engagement pluriannuel du gouvernement de la République de Corée, la première contribution du gouvernement lituanien et la contribution de Nestlé. L'IFRC exprime sa profonde gratitude à tous les donateurs, anciens et nouveaux, et apprécie leur participation et l'annonce publique de leurs contributions lors de la conférence d'annonces de contributions de l'IFRC-DREF de cette année. Plus d'informations: Pour demander une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected]

Lire plus
27/11/2023 | Article

La conférence annuelle des donateurs de l'IFRC-DREF a permis de collecter 64 millions de francs suisses, établissant ainsi un nouveau record.

Des donateurs de premier plan du monde entier se sont réunis à Genève, en Suisse, le 17 novembre pour promettre de nouveaux financements ou des renouvellements de financements au Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC, rapprochant ainsi le fonds d'une étape significative de son ambition stratégique - passer à 100 millions de francs suisses d'ici 2025. Collectivement, les partenaires intersectoriels mondiaux, y compris les gouvernements et les entreprises du secteur privé, se sont engagés à verser plus de 64 millions de francs suisses en faveur du DREF de l'IFRC pour 2023, battant le total de l'année dernière et le précédent record de 43 millions de francs suisses. En outre, grâce à la structure d'assurance en place pour 2023, jusqu'à 15 millions de francs suisses supplémentaires peuvent être prélevés par l'IFRC-DREF sous réserve d'atteindre le seuil de déclenchement du paiement de l'assurance. La conférence des donateurs de cette année a démontré qu'il existait des engagements fermes pour aider l'IFRC-DREF à accroître sa capacité à répondre rapidement aux besoins humanitaires, en particulier face à une demande croissante et à des catastrophes liées au climat de plus en plus compliquées. " Cette année a été sans précédent pour l'IFRC-DREF, marquée par une ampleur et une complexité inégalées des opérations. Dans un monde de plus en plus marqué par le changement climatique, l'IFRC-DREF est particulièrement bien placée pour répondre immédiatement et efficacement à ceux qui sont dans le besoin. Elle veille à ce que l'aide soit efficiente et efficace, et à ce qu'elle permette aux acteurs locaux les mieux placés de comprendre les besoins de la communauté et d'y répondre. Cela souligne la nécessité cruciale de renforcer des outils tels que l'IFRC-DREF afin d'intensifier nos efforts humanitaires." Le lien vers l'enregistrement vidéo de la conférence des donateurs en direct est disponible ici. Les Jalons de l'IFRC-DREF Chaque année, des catastrophes de petite et moyenne ampleur se produisent en silence. Sans l'attention des médias ou la visibilité internationale, elles peuvent avoir du mal à attirer des financements. Malgré cela, l'IFRC-DREF a touché plus de 220 millions de personnes touchées par des catastrophes depuis son lancement en 1979. L'IFRC-DREF se distingue par son engagement à canaliser le soutien directement vers les acteurs locaux : 82 % des fonds alloués vont directement aux Sociétés nationales, ce qui permet aux Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de mener une action humanitaire rapide et efficace au niveau local. À l'échelle mondiale, le pourcentage moyen des fonds alloués aux acteurs locaux n'est que de 1,2 %. En 2023, l'IFRC a également renforcé la capacité du fonds à réagir rapidement, efficacement et de manière transparente. En partenariat avec Aon, le Mécanisme de gestion des risques de catastrophe de la Lloyd's et le Centre de protection contre les catastrophes, elle a lancé l'assurance de l' IFRC-DREF. En tirant parti des budgets d'aide publique pour mobiliser des ressources privées et faire en sorte que les contributions des donateurs aillent plus loin, l'IFRC-DREF a pour objectif d'aider six millions de personnes supplémentaires. Plus de résultats de la conférence des donateurs pour 2023 La Conférence des donateurs de cette année a vu le retour de partenaires mondiaux de longue date et de partisans de l'IFRC-DREF, ainsi que de nouveaux donateurs. Plus de 70 participants représentant 35 gouvernements et le secteur privé ont assisté à la conférence. Au total, 23 déclarations d'engagement ont été faites pendant la conférence. L'IFRC se félicite de l'arrivée de plusieurs nouveaux donateurs, à savoir l'Autorité du Croissant-Rouge saoudien et son gouvernement, l'engagement pluriannuel du gouvernement de la République de Corée, la première contribution du gouvernement lituanien et la contribution de Nestlé. L'IFRC tient à remercier tous les participants et les donateurs pour leur engagement en faveur de cet outil essentiel pour la réponse humanitaire et la résilience des communautés. Veuillez cliquer ici pour lire le document de synthèse des déclarations d'engagement(disponible uniquement en anglais) pour tous les détails. Pour plus d'informations sur l'IFRC-DREF ou la conférence des donateurs 2023 : Visitez la page dédiée sur notre site web. Lisez ce fil de discussion sur Twitter pour en savoir plus sur la tenue dela conférence Pour plus d'informations, vous pouvez aussi contacter: Florent Del Pinto (Responsable du centre d'opérations d'urgence)[email protected] Ivana Mrdja (Responsable des sociétés nationales et des partenaires gouvernementaux)[email protected]

Lire plus
19/10/2023 | Article

Crise de la rougeole au Kirghizistan : Les volontaires du Croissant-Rouge prennent les devants

Face à la recrudescence inquiétante des cas de rougeole, le Croissant-Rouge du Kirghizistan, en collaboration avec l'IFRC, a lancé une campagne de vaccination pour lutter contre ce qui est devenu une menace importante pour de nombreuses communautés du Kirghizistan. Au début du mois de septembre, le Kirghizistan a rapporté un nombre impressionnant de 1 982 cas confirmés, faisant de la rougeole une menace majeure pour les communautés de la République kirghize et l'une des incidences les plus élevées de rougeole dans le monde. Maladie très contagieuse et l'une des principales causes de mortalité infantile dans le monde, la rougeole est presque totalement évitable par la vaccination. Le premier défi majeur dans la lutte contre l'épidémie consiste à dissiper les informations erronées sur la maladie et les vaccinations. «La lutte contre la rougeole et d'autres maladies transmissibles commence et se termine dans les communautés», déclare Chingiz Djakipov, président du Croissant-Rouge du Kirghizistan, ajoutant que les communautés jouent un rôle essentiel dans la lutte contre des maladies telles que la rougeole. «Quelque chose d'aussi simple qu'un vaccin peut aider à prévenir de nombreux décès et maladies inévitables. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir pour lutter contre l'hésitation vaccinale dans le pays». En outre, la Société nationale et l'IFRC ont déployé des volontaires et du personnel formés dans tout le pays pour soutenir la campagne nationale de vaccination du gouvernement. Leur mission consiste à sensibiliser la population à la prévention de la rougeole et de la rubéole, à dissiper les informations erronées, à apaiser les craintes, à répondre aux questions et à faciliter l'accès aux points de vaccination et aux services de santé. Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC a alloué 139 000 francs suisses pour soutenir les efforts du Croissant-Rouge du Kirghizistan en vue d'enrayer l'épidémie. Au cours des prochains mois, le Croissant-Rouge entend atteindre 70 000 personnes dans les régions et villes les plus touchées, notamment les villes d'Osh et de Bishkek, ainsi que les régions d'Osh et de Chui. « Démystifier les informations erronées sur la maladie et les vaccinations est le premier obstacle majeur à franchir pour s'attaquer à cette prochaine épidémie», déclare Seval Guzelkilinc, chef de la délégation du groupe de pays de l'IFRC pour l'Asie centrale. «Depuis de nombreuses années, le Croissant-Rouge du Kirghizistan joue un rôle fondamental dans la réponse aux urgences sanitaires à travers le pays et il est considéré comme une source d'information fiable et digne de confiance pour les communautés.»

Lire plus
16/10/2023 | Communiqué de presse

Les besoins humanitaires au Soudan augmentent alors que le déficit de financement se creuse, avertit l'IFRC

Genève/Nairobi/Port-Soudan, 16 octobre 2023:La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) lance un appel urgent au soutien international alors que la crise humanitaire au Soudan s'intensifie et que le déficit de financement se creuse. Depuis le début du conflit au Soudan, il y a six mois, plus de 5,8 millions de personnes ont été déplacées au Soudan et dans les pays voisins. En raison du conflit en cours, de nombreuses familles ont perdu des êtres chers et d'autres sont confrontées aux défis de la séparation. Les combats ont également mis à rude épreuve les services, les populations étant confrontées non seulement à de graves pénuries alimentaires, mais aussi à un accès limité à l'eau potable, à des soins de santé inadéquats et à des abris. Malgré les difficultés logistiques, le Croissant-Rouge soudanais est présent dans tous les États du pays, et plus de 2 000 d'entre eux répondent activement à la crise. En outre, en dehors du Soudan, les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge exploitent des centres de services aux principaux points frontaliers, fournissant des services vitaux tels que le soutien psychosocial, les médicaments, les premiers secours, la nourriture et l'aide à la réunification des familles pour les personnes fuyant le conflit. Aida Elsayed, Secrétaire générale du Croissant-Rouge soudanais, a déclaré : « De nombreux partenaires sont venus apporter un soutien technique et financier, mais les besoins dépassent désormais l'aide apportée et nous demandons humblement plus d'assistance. De nombreux habitants du Soudan sont passés dans les pays voisins pour recommencer leur vie. Ceux qui sont restés continuent de souffrir de la séparation, de la maladie, du manque de nourriture et d'eau, et de bien d'autres choses encore. Nous devons agir de toute urgence et obtenir un soutien pour répondre aux besoins humanitaires et sauver le plus grand nombre de vies possible.» Cependant, aujourd'hui, la situation humanitaire au Soudan est exacerbée par les catastrophes climatiques, notamment les inondations et la sécheresse, ainsi que par la détérioration des conditions économiques. En outre, des problèmes de santé tels que les épidémies de dengue et de rougeole ajoutent de la pression à un secteur des soins de santé déjà fragile. Cela souligne encore davantage la nécessité d'un soutien continu. Farid Aiywar, Chef de délégation de l'IFRC au Soudan a déclaré: «Malgré les difficultés logistiques rencontrées par le Croissant-Rouge soudanais dans la mise en œuvre de ses activités de sauvetage au Soudan, le personnel et les volontaires continuent d'apporter espoir et soutien. Ils sont actifs au sein des communautés depuis le premier jour des combats". «Bien que nous apprécions profondément le soutien que nous avons obtenu, à la fois technique et financier, de nos partenaires, l'ampleur des besoins actuels dépasse de loin l'aide disponible. Un grand nombre de Soudanais s'installent dans les pays voisins à la recherche d'un nouveau départ. Cependant, pour ceux qui restent, les défis - de la séparation des familles aux problèmes de santé et à la pénurie de produits de première nécessité - sont écrasants. Notre impératif collectif est clair : répondre à ces besoins humanitaires croissants et garantir la dignité des personnes touchées. » L'IFRC a lancé deux appels pour faire face à cette crise. Un appel de 60 millions de francs suisses pour le Soudan afin d'aider le Croissant-Rouge soudanais à intensifier ses activités de sauvetage dans le pays. D'autre part, un appel régional de 42 millions de francs suisses pour soutenir la réponse humanitaire dans les pays voisins, notamment l'Égypte, le Tchad, le Sud-Soudan, la République centrafricaine, l'Éthiopie et la Libye. Actuellement, ces appels sont largement sous-financés, avec seulement 9 % de l'appel pour le Soudan et 8 % de l'appel pour les mouvements de population. Plus d'informations Pour plus d'informations, visitez le site web de l'IFRC pour soutenir l'appel d'urgence pour le Soudan et l'appel pour le mouvement de la population. Pour solliciter une interview, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected] A Genève: Tommaso Della Longa: +41 79 708 4367 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 5006 A Naïrobi: Rita Nyaga: +254 110 837154

Lire plus
28/09/2023 | Communiqué de presse

La Croix-Rouge répond à d'importants besoins humanitaires alors que des dizaines de milliers de personnes entrent en Arménie 

Genève/Budapest/Yerevan, 28 septembre 2023:Des dizaines de milliers de personnes sont entrées en Arménie par le corridor de Lachin, laissant tout derrière elles, depuis l'escalade fatale des hostilités. La nourriture, les services essentiels et les médicaments sont rares et les services de télécommunications ont été interrompus, ce qui fait que les familles ont du mal à se contacter. Les équipes de la Croix-Rouge arménienne se sont mobilisées pour les rencontrer dans les points de services humanitaires. Les populations y reçoivent de la nourriture, de l'eau, des premiers soins et un soutien psychosocial indispensable. «La majorité des personnes qui arrivent sont des femmes, des enfants et des personnes âgées qui ont échoué dans les rues du corridor, arrivant en Arménie avec à peine de la nourriture ou des vêtements suffisants avec ce type de temps qui devient de plus en plus froid",a déclaré Hicham Diab, Responsable des Opérations de l'IFRC en Arménie. «Le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge arménienne accomplissent un travail remarquable dans le cadre d'une opération qui, selon toute vraisemblance, ne durera pas quelques semaines mais s'inscrira dans le long terme» ajoute t-il. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) aide la Croix-Rouge arménienne dans la réponse. En Arménie, les besoins humanitaires augmentent rapidement, et avec des dizaines de milliers de personnes arrivant de la zone touchée par le conflit, l'IFRC et la Croix-Rouge arménienne augmentent leurs ressources humaines et financières. Il s'agit notamment de fournir à un premier groupe de 3 000 personnes des articles de première nécessité, des premiers soins et un soutien psychosocial. Dr Anna Yeghiazaryan, Secrétaire générale de la Société de la Croix-Rouge arméniennea déclaré: « Les équipes de la Croix-Rouge arménienne participent à l'enregistrement, à la diffusion d'informations, aux premiers secours et au soutien psychosocial. Les personnes en transit reçoivent également une assistance sous forme de barres énergétiques, d'eau et de sachets de rations sèches. Nous continuerons à nous mobiliser à moyen et à long terme pour atténuer les souffrances des personnes déplacées et répondre à leurs besoins humanitaires.» L'IFRC travaille en étroite collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui intervient dans le conflit depuis des années. Cette semaine, le CICR a acheminé près de 70 tonnes de matériel humanitaire via le corridor de Lachin. Ces derniers jours, ses équipes ont également évacué en ambulance vers l'Arménie plus d'une centaine de patients nécessitant des soins médicaux intensifs. Plus d'informations: Pour demander une interview, merci de nous écrire à l'adresse:[email protected] A Budapest: Edgar Zuniga: +36 20 337 7221 AGenève: Andrew Thomas: +41763676587 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 50 06 Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67

Lire plus
29/09/2023 | Communiqué de presse

L'IFRC lance un appel de 20 millions de francs suisses pour soutenir les personnes en déplacement en Arménie

Genève/Budapest/Yerevan, 29 septembre 2023 : À la suite de l'escalade des hostilités affectant les communautés vulnérables, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) annonce un appel d'urgence de 20 millions de francs suisses. Cette initiative vise à apporter une aide immédiate et un soutien à long terme à des dizaines de milliers de personnes qui ont récemment pénétré en Arménie par le corridor de Lachin. L'IFRC, en collaboration avec la Société de la Croix-Rouge arménienne, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et d'autres partenaires du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a activé des plans d'urgence et mobilisé des centaines d'employés et de volontaires. Ils fournissent une aide d'urgence sous forme de nourriture, d'eau, de premiers secours, d'articles non alimentaires, de services de santé mentale, d'espaces sécurisés pour les enfants et d'aide au rétablissement du contact avec les membres de la famille disparus (RLF- Rétablissement des liens familiaux). Hicham Diab, Responsable des opérations de l'IFRC en Arménie a déclaré: « La situation sur le terrain est désastreuse. Nous voyons des familles dont les enfants sont si faibles qu'ils se sont évanouis dans les bras de leurs parents. Ce sont des circonstances qui nécessitent un soutien émotionnel immédiat et important.» Birgitte BISCHOFF EBBESEN Directrice Régionale de l'IFRC pour l’Europe a déclaré: "Alors que nous faisons face aux besoins humanitaires croissants, nous devons également regarder vers l'avenir. Pour de nombreuses personnes déplacées, les prochaines étapes sont décourageantes. Elles auront besoin d'un soutien supplémentaire pour faire face aux nombreuses questions que pose l'installation dans un nouvel endroit. À l'IFRC, nous planifions déjà l'avenir, en alignant nos ressources pour une réponse élargie afin d'offrir un soutien plus durable aux communautés. C'est pourquoi nous demandons instamment aux gouvernements, aux organisations internationales et aux médias de nous aider à braquer les projecteurs sur cette situation et à mobiliser les ressources. Les communautés locales ont fait preuve d'une immense solidarité en assemblant des tentes, en offrant de la nourriture et même en déplaçant les stocks d'épicerie pour une distribution gratuite à côté des points d'enregistrement. Cependant, malgré ces efforts, les besoins humanitaires continuent de croître. Les services critiques comme les hôpitaux sont étirés, et avec le début du temps plus froid, l'abri est devenu un besoin de plus en plus urgent. Les fonds recueillis dans le cadre de cet appel faciliteront la Croix-Rouge arménienne et l’IFRC en offrant un soutien soutenu aux communautés, y compris des articles ménagers essentiels, un soutien en santé mentale et psychosocial, et des solutions de logement plus permanentes Les fonds recueillis dans le cadre de cet appel faciliteront la Croix-Rouge arménienne et l’IFRC en offrant un soutien soutenu aux communautés, incluant des articles ménagers essentiels, un soutien en santé mentale et psychosocial, et des solutions de logement plus permanentes. Plus d’informations Votre contribution peut faire une différence immédiate. Pour financer l'appel d'urgence et soutenir les personnes en cas de besoin urgent, visitez la page dédiée aux dons pour plus d'informations. Pour demander une interview, merci de contacter: [email protected] IFRC - Europe Anastasia Sharkova: +7 916 040 19 72 IFRC - Mondial Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 50 06

Lire plus
21/04/2023 | Article

Conflit au Soudan : Réponse des équipes de la Société du Croissant-Rouge soudanais et de l'IFRC

Dernières informations Soudan: Urgence complexe - notre appel d'urgence pour soutenir les populations à l'intérieur du Soudan Crise au Soudan: Mouvement régional de population - notre appel d'urgence pour soutenir les personnes fuyant le conflit vers les pays voisins. --- Les combats ont éclaté dans la base militaire de Marawei, au Soudan, le 15 avril, puis se sont rapidement intensifiés à Khartoum et dans tout le pays. Les rapports indiquent que des centaines de personnes ont perdu la vie et que des milliers d'autres ont été blessées et ont besoin de soins médicaux urgents. Les civils n'ont pas accès à la nourriture ou à l'eau car les commerces restent fermés et leur sécurité n'est pas assurée. Les services de base comme l'électricité et internet ont été interrompus. Jusqu'à présent, des centaines de milliers de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays ou ont fui les frontières pour se mettre à l'abri dans les pays voisins. Le personnel médical a du mal à accéder aux établissements de santé en raison des combats. Les hôpitaux qui sont habituellement réapprovisionnés tous les 2 ou 3 jours passent maintenant des semaines sans fournitures. Parmi les besoins les plus urgents des hôpitaux figurent les trousses de premiers secours, le diesel pour les générateurs, les brancards et les lits, ainsi que les moyens de transport pour le personnel médical et les bénévoles. Cette nouvelle flambée de violence menace d'aggraver la crise humanitaire dans une région qui souffre depuis des années de violence, d'instabilité, de difficultés économiques et d'insécurité alimentaire. Notre réponse à date Plus de 200 volontaires de la Société du Croissant-Rouge soudanais ont été déployés à Khartoum pour offrir les services de premiers secours et de soutien psychosocial aux personnes affectées. Une centaine de volontaires ont également été déployés dans d'autres Etats: Darfour du Nord, Darfour du Sud et l'État du Nord (Merawi) pour offrir des services de premiers secours dans les hôpitaux. Les volontaires gérent un service de réunification familiale pour les personnes qui ont été séparées des êtres chères, offrant un soutien psychosocial à celles qui ont perdu le contact. Le 2 mai, nous avons lancé un appel d'urgence pour le Soudan, d'un montant de 30 millions de francs suisses, afin de renforcer l'action locale du Croissant-Rouge soudanais, en collaboration et en coordination avec les membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. L'IFRC a également alloué les fonds suivants aux Sociétés nationales par le biais de sonFonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) : 475,320 francs suisses au Croissant-Rouge soudanais pour permettreaux équipes de la SCRS de fournir des services de santé, un soutien psychosocial et de soutenir les efforts de recherche et de sauvetage dans plusieurs états. Apprenez en plus ici; 137 369 francs suisses à la Croix-Rouge tchadienne pour l'aider à soutenir le nombre croissant de personnes fuyant le conflit et traversant la frontière avec le Tchad.Apprenez en plus ici; 305 832 francs suisses au Croissant-Rouge égyptien pour l'aider à soutenir le nombre croissant de personnes fuyant le conflit et traversant la frontière vers l'Égypte. Pour en savoir plus, cliquez ici; 485 297 francs suisses à la Croix-Rouge éthiopienne pour l'aider à soutenir le nombre croissant de personnes fuyant le conflit et traversant la frontière avec l'Éthiopie. Pour en savoir plus; 355 567 francs suisses à la Croix-Rouge du Sud-Soudan pour l'aider à soutenir le nombre croissant de personnes fuyant le conflit et traversant la frontière du Sud-Soudan. Pour en savoir plus; 223 438 francs suisses à la Croix-Rouge de la République centrafricaine pour l'aider à soutenir le nombre croissant de personnes fuyant le conflit et traversant la frontière avec la République centrafricaine. Pour en savoir plus. Nous continuons d'appeler les parties impliquées dans le conflit à fournir un espace humanitaire vital. Chaque heure qui s'écoule sans que les blessés et les malades puissent recevoir une aide d'urgence alourdit le bilan humain. Les établissements de soins de santé doivent être protégés, et leur personnel et leurs moyens de transport doivent pouvoir circuler en toute sécurité. Il est urgent et prioritaire que nous puissions accéder à ces installations et que les équipes de maintenance puissent atteindre les centrales électriques et les stations d'eau. Pour plus d'informations Article de Reuters «Red Cross warns of possible humanitarian disaster on Sudan-Chad border » (23 mai) Rapport audio du directeur régional adjoint de l'IFRC pour l'Afrique (17 mai); Communiqué de presse sur l'arrivée d'une cargaison d'aide de l'IFRC à Port-Soudan (16 mai) Audiodu coordonateurMigration et Déplacement de l'IFRC pour l'Afrique (5 mai); Article deSciDev.net«Le conflit au Soudan laisse le système de santé dans un état d'effondrement total», citant le chef du bureau national de l'IFRC pour le Soudan (27 avril); Rapport audiodu manager des opérations de l'IFRC au Soudan,Mohamed El Amin Ibrahim (26 avril); Interview de ABC en anglais avecFarid Abdulkadir, chef du bureau national de l'IFRC pour le Soudan (25 avril); Entretien d'Al Jazeera en anglais avec Farid Abdulkadir, chef du bureau national de l'IFRC pour le Soudan (20 avril); Article de Reuters « Quasimentimpossible de fournir de l'aide dans la capitale soudanaise », citant le chef du bureau national de l'IFRC pour le Soudan (18 avril). Autres langues: (Arabe) Entretien d'AlQAhera avec le Directeur Régional des catastrophes de la région MOANde l'IFRC (28 avril) Arabe Interview deAlQAheraavec le chef du bureau de l'IFRC au Soudan (25 avril); (Espagnol) Article d'El Pais citant Osama Osman, directeur de la communication du Croissant-Rouge soudanais (19 avril) Demandes de renseignements médias Si vous êtes journaliste et que vous souhaitez obtenir de plus amples informations ou demander une interview sur cette situation d'urgence, veuillez nous écrire à l'adresse [email protected] Suivez ces comptes Twitter por les dernières mises à jour: Equipes Régionale IFRC Afrique: @IFRCAfrica Société du Croissant-Rouge soudanais: @SRCS_SD Farid Abdulkadir, Chef du bureau pays de l'IFRC: @FARID1969 @IFRC Dons Pendant que nous évaluons la nécessité d'un soutien financier supplémentaire pour cette crise, nous vous invitons à envisager de faire un don général à l'IFRC ici. Les dons généraux nous donnent la flexibilité nécessaire pour aider rapidement les gens et sauver des vies dans des situations comme celle-ci, sans avoir à attendre que l'argent arrive après la catastrophe. Nous vous remercions de votre précieux soutien. Pour en savoir plus sur les dons à l'IFRC, cliquez ici.

Lire plus
10/08/2023 | Communiqué de presse

La situation climatique fait des ravages en Asie-Pacifique, provoquant des inondations incessantes, des maladies et des chaleurs mortelles.

Kuala Lumpur/Dhaka/Beijing, 10 août 2023 - Les pays de la région Asie-Pacifique sont frappés par de multiples catastrophes qui font des ravages dans la région et les analystes du climat attribuent cette situation à un phénomène appelé El Niño. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) exhorte les autorités et les organisations humanitaires à se préparer à des catastrophes multiples frappant simultanément, avec plus d'intensité. Ces derniers mois, l'IFRC a débloqué huit allocations du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) pour des événements liés au climat : trois pour la dengue au Bangladesh, au Népal et au Sri Lanka, trois pour des inondations en Mongolie, au Pakistan et en Afghanistan, une pour un cyclone tropical au Bangladesh et une pour une vague de froid en Mongolie. Bien que l'impact total du phénomène soit attendu entre septembre de cette année et mars de l'année prochaine, de nombreuses régions d'Asie et du Pacifique sont déjà confrontées à de multiples dangers, qui indiquent tous une détérioration de la situation climatique. Au Bangladesh, les infections par la dengue ont envahi le pays et près de 30 000 nouveaux cas ont été recensés cette année, soit près de cinq fois plus que l'année dernière. De plus, les experts locaux en santé publique confirment que de nombreuses personnes sont infectées par plusieurs types de dengue, ce qui complique le traitement. Sanjeev Kafley, Chef de délégation de l'IFRC pour le Bangladesh déclare: «Nous travaillons en étroite collaboration avec la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh et les autorités sanitaires pour lutter contre la situation. Dans les 85 quartiers les plus touchés par la dengue dans les villes de Dhaka, Chattogram et Barishal, nos volontaires se concentrent sur la sensibilisation et les efforts de prévention. Nous progressons dans l'acquisition de kits de dépistage pour nos autorités sanitaires et nous soutenons la disponibilité de concentrés de plaquettes par l'intermédiaire des banques de sang du Croissant-Rouge du Bangladesh. Nous apportons notre soutien à tous les points d'intervention, qu'il s'agisse des zones de sauvetage ou des mesures de prévention». Les efforts de mitigation du climat déployés par l'IFRC au niveau national dans différents pays visent à améliorer les systèmes de gestion de l'eau, à réduire la reproduction des moustiques, à renforcer les systèmes de surveillance et de contrôle pour suivre les épidémies et à accroître la capacité des soins de santé à gérer les cas et à fournir un traitement. Olga Dzhumaeva, chef de la délégation de l'IFRC pour l'Asie de l'Est, déclare: « Des pluies torrentielles et des inondations ont sévèrement frappé l'Asie de l'Est cet été. Le nord, le nord-est et certaines régions du sud de la Chine ont connu l'une des plus fortes précipitations que Pékin ait connues au cours des 140 dernières années. La capitale Oulan-Bator et 13 provinces de Mongolie, les régions centrales et de nombreuses provinces de la République de Corée, ainsi que la région de Kyushu au Japon, ont également souffert de l'impact sévère de pluies extrêmes en juillet. En conséquence, des millions de personnes en Asie de l'Est ont été fortement touchées et déplacées, et les routes, les ponts, les maisons et les infrastructures ont été très gravement endommagés, voire irréparables pour la plupart d'entre eux. Face à cette situation, nos collègues et volontaires des Sociétés nationales de Chine, du Japon, de Mongolie et de la République de Corée ont été déployés en première ligne, activant leurs interventions d'urgence, faisant tout leur possible pour évacuer les personnes piégées par les inondations et les débris, et envoyant d'urgence des articles de secours tels que des couvertures, des tentes et des lits pliants dans les zones sinistrées». L'IFRC, les Sociétés nationales et ses partenaires estiment que nous devons également nous concentrer sur le renforcement de la résilience en tenant compte de la nature, de l'anticipation, de l'adaptation et de l'atténuation. L'action précoce ou anticipative, par exemple, par laquelle des fonds sont alloués de manière proactive sur la base des prévisions météorologiques pour soutenir les personnes à risque avant qu'une catastrophe ne se produise, est une priorité importante dans le contexte de l'augmentation rapide des risques climatiques. Luis Rodriguez, Responsable du climat et de la résilience de l'IFRC pour l'Asie-Pacifique, déclare : « Ces événements ont été plus intenses que d'habitude en raison des conditions de réchauffement qui prévalent, ce qui entraîne des précipitations plus importantes, déclenchant des cyclones, des pluies et des inondations. Ces facteurs climatiques influencent également fortement la dynamique des infections. L'augmentation des précipitations crée de nouveaux habitats propices aux larves ou aux virus, et l'augmentation de la température accélère le développement des insectes porteurs de virus et le temps d'incubation des virus. Les modifications importantes des températures et des précipitations dues au changement climatique favoriseront la propagation et la transmission de la maladie dans des zones actuellement considérées comme à faible risque ou exemptes de dengue. Il ne s'agit pas d'événements isolés. Ils sont liés». En prévision d'autres phénomènes météorologiques extrêmes qui toucheront d'autres régions de l'Asie-Pacifique, les sociétés nationales et l'IFRC prennent des mesures de préparation importantes, telles que des plans d'action, des simulations et des exercices en cas de canicule, le prépositionnement de stocks de secours et d'équipements d'évacuation et de sauvetage, ainsi que des rappels urgents des procédures et des règlements pour les volontaires, le personnel et les équipes techniques. En outre, les DREF permettent aux Sociétés nationales d'agir rapidement et efficacement, ce qui signifie que des millions de vies et de moyens de subsistance sont sauvés. Pour plus d'informations ou pour demander une interview, merci de nous écrire via l'adresse:  [email protected] A Kuala Lumpur: Afrhill Rances, [email protected] , +60 19 271 3641 A Genève: Anna Tuson, [email protected] , +41 79 895 6924

Lire plus
05/06/2023 | Article

Volcan Nevado del Ruiz : Se préparer à une éruption

Le 30 mars, le service géologique colombien a relevé le niveau d'alerte du volcan Nevado del Ruiz, dans le centre de la Colombie, de jaune à orange, ce qui signifie une éruption probable dans les jours ou les semaines à venir. S'il est impossible de savoir exactement quand et comment un volcan entrera en éruption, il est possible de surveiller son activité et de prendre des mesures précoces pour minimiser son impact potentiel sur les communautés vivant à proximité - et c'est exactement ce que font les équipes du réseau de l'IFRC en ce moment même. Le Nevado del Ruiz est un volcan explosif. Ses éruptions entraînent la fracturation de la roche et l'expulsion rapide de gaz et de fluides - appelés «coulées pyroclastiques»- à des vitesses et des températures élevées. Mais il existe aussi un risque supplémentaire tout à fait unique: comme il s'agit de l'un des volcans les plus élevés de la région, qui culmine à plus de 5 000 mètres, il est recouvert de neige et possède une épaisse calotte glaciaire. Le problème est que cette calotte glaciaire fond, comme ce fut le cas lors de l'éruption de 1985, lorsque des avalanches d'eau, de glace, de roches et d'argile ont dévalé les flancs du volcan, effaçant la ville voisine d'Armero et tuant plus de 25 000 personnes. Pour se préparer à ce risque, la Croix-Rouge colombienne a activé son plan d'action général. Ce plan définit les mesures de préparation à prendre en fonction des différents niveaux d'activité volcanique, notamment si le niveau d'alerte passe d'orange à rouge, ce qui signifie que le volcan est en train d'entrer en éruption ou qu'il va entrer en éruption à tout moment. Grâce au financement anticipé du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC, les équipes de la Croix-Rouge colombienne ont travaillé d'arrache-pied pour préparer leurs volontaires et leurs communautés au pire des scénarios. Elles ont reformé les volontaires aux premiers secours, à l'évacuation et à la coordination des urgences, et ont réapprovisionné les articles essentiels aux interventions d'urgence tels que les trousses de premiers secours, les articles d'identification pour les premiers intervenants et le matériel de signalisation d'urgence. Ils ont également partagé autant d'informations que possible avec les communautés locales autour du Nevado del Ruiz : en avertissant les familles à risque d'évacuer, en leur expliquant comment et où évacuer en toute sécurité, et en distribuant des radios et des piles aux personnes vivant dans des zones difficiles d'accès afin qu'elles puissent rester informées. Mais certaines familles hésitent à partir et rejettent les conseils d'évacuation des autorités locales et de la Croix-Rouge colombienne. À première vue, cela peut être difficile à comprendre : pourquoi ne pas vouloir s'éloigner d'un volcan qui est potentiellement sur le point d'entrer en éruption ? La réponse n'est pas simple. Les nombreux agriculteurs qui dépendent des riches sols volcaniques entourant le Nevado del Ruiz ne voudront peut-être pas quitter leurs propriétés ou leurs animaux et abandonner le gagne-pain dont ils dépendent. D'autres personnes ne peuvent tout simplement pas, ou choisissent de ne pas, croire qu'une chose aussi horrible que l'éruption de 1985 puisse jamais se reproduire. En ce moment même, la Croix-Rouge colombienne, l'IFRC et leurs partenaires se réunissent dans la région pour intensifier les efforts de préparation. Il s'agit notamment de mettre l'accent sur l'engagement communautaire afin de comprendre les pensées et les craintes de la population et de la convaincre d'évacuer. Ils se préparent également à des déplacements massifs de population en cas d'éruption du volcan et tentent d'en réduire le risque. Grâce à l'opération DREF, elles prennent des mesures précoces telles que le renforcement des infrastructures essentielles, la fourniture d'une assistance en espèces et le prépositionnement de nourriture et d'eau potable. Nous vous en dirons plus sur ces efforts vitaux dans les semaines à venir. En attendant, cliquez ici pour en savoir plus sur le financement des actions anticipatives que nous avons fourni par l'intermédiaire du DREF. Plus d'informations: Qu'est ce qu'une éruption volcanique? Comment fonctionne le pillier anticipatif du DREF Suivez@IFRC_es et la Croix-Rouge colombienne@cruzrojacolsurTwitter

Lire plus
03/10/2022 | Discours

Adaptation au climat : Déclaration du Secrétaire général de l'IFRC à l'occasion de l'initiative d'alerte précoce de l'ONU pour la mise en œuvre de l'adaptation au climat.

Excellences, chers-es Collègues, Au nom de l'IFRC, je vous remercie de m'avoir invité à prendre la parole ici aujourd'hui. En raison de l'heure, je vous prie de bien vouloir respecter tous les protocoles. Je me réjouis de l'engagement du Secrétaire général des Nations Unies en faveur des systèmes d'alerte précoce pour tous. Cette promesse, confiée à juste titre à l'Organisation météorologique mondiale (OMM), est une initiative très actuelle et réalisable qui contribue à assurer la sécurité des personnes dans le monde entier, mais surtout dans les zones les plus éloignées, où vivent les personnes les plus exposées et les plus vulnérables au changement climatique. Depuis la création du Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) de l'IFRC il y a plus de 35 ans, l'IFRC et ses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge membres ont aidé les gouvernements à se préparer, à gérer et à intervenir en cas de catastrophe. Chaque année, le DREF est utilisé en amont et en réponse à plus de 100 catastrophes de petite et moyenne envergure et a aidé plus de 200 millions de personnes. Nous savons, de par notre longue expérience, que les alertes précoces qui conduisent à des actions précoces sauvent des vies. Excellences, Au cours de la dernière décennie, certains des événements météorologiques extrêmes les plus récents - et souvent prédits - ont été les plus meurtriers, les plus coûteux et les plus dévastateurs. Les alertes précoces ne peuvent fonctionner que si elles sont transformées en actions et réponses précoces. Voici comment : Premièrement, améliorer le processus de prise de décision, les données et les informations pour identifier les éléments déclencheurs et décider quand et où agir avant une catastrophe. Toutes nos actions doivent s'appuyer sur ce qui est susceptible d'être touché et sur les personnes concernées. Deuxièmement, améliorer la planification des actions précoces, les systèmes et les capacités locales pour réduire les risques et préparer une action précoce efficace. Troisièmement, et c'est le plus important, créer et adapter des mécanismes de financement, comme le DREF, qui peuvent débloquer des fonds pour des plans préétablis avant la catastrophe afin de réduire l'impact humanitaire. Des fonds supplémentaires sont particulièrement nécessaires pour la communication et la diffusion des alertes précoces et la capacité de traduire ces alertes en actions. Au cours de la dernière décennie, les organisations humanitaires ont investi dans l'amélioration et la transformation des systèmes d'alerte précoce en approches d'action anticipative. Des ressources adéquates, durables et coordonnées sont nécessaires pour mettre ces approches à l'échelle. Cela nécessite un changement systématique des flux de financement pour que nous puissions passer à une action évolutive. Dans le même temps, les systèmes d'alerte précoce et d'action précoce doivent être considérés comme des questions de développement et de climat, plutôt que comme des outils humanitaires exclusifs. Pour conclure, le réseau de l'IFRC, ainsi que le Partenariat pour une action précoce fondée sur l'analyse des risques et le Centre d'anticipation, cherchent à collaborer avec l'OMM et d'autres acteurs pour investir dans des alertes précoces qui conduisent à des actions et des réponses précoces. Ensemble, faisons en sorte que les alertes précoces soient claires, adaptées et centrées sur les personnes, et qu'elles aident les personnes dans les endroits les plus éloignés. Je vous remercie.

Lire plus
04/11/2022 | Article

Conférence des donateurs du DREF 2022 : les donateurs se sont réunis pour s'engager à soutenir davantage l'action humanitaire locale.

Les catastrophes liées au climat se produisent avec une fréquence et une intensité croissantes. Mais la grande majorité d'entre elles ne font pas la une des journaux internationaux - elles détruisent des vies, des infrastructures et des économies sans que l'on y prête attention, sans que l'on y consacre des ressources ou sans que l'on aide les personnes touchées. À l'IFRC, nous savons que le modèle de financement mondial-local est le moyen le plus efficace et le plus rentable d'acheminer l'aide là où elle est le plus nécessaire, à la fois en prévision des catastrophes et immédiatement après leur survenue. C'est exactement la raison pour laquelle nous avons créé notre Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes en 1985: pour que les Sociétés locales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge reçoivent rapidement des fonds et puissent soutenir les communautés en crise dans le monde entier comme nul autre. Depuis son lancement, le DREF a financé des milliers d'interventions d'urgence dans le monde entier et aidé plus de 210 millions de personnes. Et cette année, le DREF a évolué pour offrir encore plus d'agilité, de flexibilité et de ressources aux Sociétés nationales. Regardez la vidéo suivante pour découvrir certaines des crises les moins connues que le DREF a soutenues en 2022. Mais les dons destinés à ce fonds vital ne suivent pas le rythme face au nombre croissant de catastrophes d'origine climatique et à l'augmentation des besoins humanitaires. "Compte tenu de la nécessité de répondre à des crises humanitaires complexes et fréquentes, notre ambition collective devrait être de faire évoluer le DREF afin de pouvoir répondre à ces besoins croissants." the quote text here... Jagain Chapagain Secrétaire Général de l'IFRC La Conférence des donateurs du DREF 2022 visait donc à faire passer le DREF à 100 millions de francs suisses par an afin de combler ce déficit de financement - en veillant à ce que les catastrophes silencieuses fassent l'objet de réponses fortes. Pour soutenir cet objectif, nous avons été ravis de recevoir des promesses de dons lors de la conférence de la part des gouvernements suivants : Australie; Canada; République Tchèque; France; Allemagne; Irlande; Pays-bas; Norvège; Luxembourg; Thaïlande; République populaire de Chine; Suède; Suisse; Royaune uni; Etats-unis d'Amérique. De plus, nous avons également reçu de précieuses promesses de l'Union européenne (UE) et, du secteur privé, des entreprises Splunk et White & Case. La conférence de cette année a également présenté un mécanisme de financement innovant basé sur l'assurance que nous avons développé pour le DREF en partenariat avec Aon et le centre de protection contre les catastrophes. Le mécanisme d'assurance vise à tirer parti des contributions des donateurs pour attirer des capitaux privés et, au final, accroître la capacité du fonds en cas de besoins accrus. Regardez la vidéo ci-dessous et lisez ce récent article d'opinion paru dans le magazine Fortune pour en savoir plus. Aujourd'hui plus que jamais, les communautés en première ligne du changement climatique - et dans de nombreux autres contextes d'urgence - ont besoin d'une assistance locale rapide et efficace pour se préparer et répondre aux crises. Il est urgent que le DREF puisse suivre le rythme et aider les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à être là pour les communautés quand elles en ont le plus besoin. Nous sommes reconnaissants de la participation de tous les donateurs actuels et nouveaux à la Conférence des donateurs du DREF 2022. Pour plus d'informations sur le DREF ou la conférence des donateurs: Visitez cette page dans notre site internet TéléchargezLe plan annuel 2022 du DREFetAmbition stratégique du DREF 2021-2025. Ou vous pouvez contacter: Florent Del Pinto (Manager, Centre des opérations d'urgence) [email protected] Ivana Mrdja (Manager, Partenaires de la société nationale et du gouvernement) [email protected]

Lire plus
28/09/2022 | Article

L'IFRC annonce des changements dans le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes

Aujourd'hui, l'IFRC lance de nouveaux changements importants et passionnants pour son Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF). Le DREF est notre réservoir financier qui nous permet de débloquer rapidement des fonds pour les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le cadre d'une action précoce et d'une réponse immédiate aux catastrophes. C'est le moyen le plus rapide, le plus efficace et le plus transparent d'acheminer des fonds directement aux acteurs humanitaires locaux. Depuis son lancement en 1985, le DREF a aidé plus de 200 millions de personnes en situation de crise. A partir d'aujourd'hui Le DREF est désormais un fonds composé de deux "piliers" : un pilier d'anticipation, précédemment appelé "Action du DREF basée sur les prévisions" et un pilier de réponse. Cette nouvelle structure donne aux Sociétés nationales plus de possibilités d'agir avant un danger et une meilleure capacité à réagir rapidement lorsqu'une catastrophe survient. Nous avons introduit une nouvelle modalité de financement du DREF pour évaluer et traiter les catastrophes à évolution lente, telles que la sécheresse et l'insécurité alimentaire. Nous avons augmenté les plafonds de financement disponibles pour les Sociétés nationales afin qu'elles puissent s'adapter et accéder au montant approprié de financement requis, au bon moment, pour répondre aux besoins des communautés à risque et affectées. Nous avons facilité la demande de financement auprès du DREF pour les Sociétés nationales en mettant en place un processus de demande en ligne sur notre plateforme d'opérations d'urgence, IFRC GO. Cette transformation numérique rend le processus de demande encore plus rapide, plus efficace et plus transparent. S'exprimant sur les changements apportés au DREF, le Secrétaire Général de l'IFRC, Jagan Chapagain, a déclaré : "Les besoins humanitaires augmentent de manière exponentielle. Il en est de même de la pression exercée sur notre réseau de l'IFRC pour anticiper et répondre à des crises plus importantes et plus complexes. Notre DREF évolue pour répondre à ces besoins". Pour plus d'informations sur les améliorations apportées au DREF, veuillez contacter Florent Delpinto, responsable du Centre des opérations d'urgence de l'IFRC : [email protected].

Lire plus
17/08/2022 | Communiqué de presse

Au Yémen, répondre aux inondations meurtrières et aux services de santé critiques sont essentiels

Beyrouth / Sanaa /17 août -Plus d'un mois après que de violents orages ont ravagé le Yémen, leurs effets se font encore sentir. Plus de 31 000 ménages ont été victimes de pertes humaines ou matérielles, dans un pays où l'insécurité alimentaire n'avait jamais été aussi forte. Pour mieux comprendre les besoins et le travail accompli, le chef de la délégation de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) au Yémen, Sami Fakhouri, a effectué une visite de quatre jours dans les branches et les centres de santé du Croissant-Rouge du Yémen (YRCS) à Hajjah et Saadah. M. Fakhouri a salué le travail remarquable accompli par les volontaires et le personnel du Croissant-Rouge du Yémen, leur dévouement et leur travail acharné malgré les difficultés. Les membres infatigables de l'équipe travaillent 24 heures sur 24 pour fournir des soins primaires, secondaires, hospitaliers et ambulatoires entièrement gratuits dans les 23 centres de santé du Croissant-Rouge du Yémen à travers le pays, en plus de la réponse aiguë aux inondations. Au cours de la visite effectuée en début de semaine dernière, M. Fakhouri a été informé des besoins urgents et des moyens mis en œuvre par les équipes du Croissant-Rouge pour soulager les souffrances des communautés locales. Il a déclaré : « L'IFRC continuera à soutenir le Croissant-Rouge du Yémen dans les domaines de la santé, de la gestion des catastrophes, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, ainsi que du développement des sociétés nationales, en lui apportant un soutien technique et financier ». Le 30 juillet, l'IFRC a débloqué plus de 452 000 CHF de son Fonds d'urgence pour les interventions lors de catastrophes (DREF) afin de soutenir l'action du Croissant-Rouge du Yémen, qui consiste notamment à fournir aux familles touchées par les inondations de la nourriture, des articles d'hygiène et de ménage, des kits d'abri et des services d'eau et d'assainissement. A son tour, Abdullah Al Azab, coordinateur de la gestion des catastrophes du YRCS, a déclaré : «Nous devons être prêts à soutenir la population rendue plus vulnérable par ces catastrophes naturelles, en plus des difficultés qu'elle rencontre déjà dans un pays en guerre. Malgré des défis considérables, le Croissant-Rouge du Yémen s'efforce d'apporter une réponse rapide aux victimes de catastrophes naturelles dans tous les gouvernorats». M. Fakhouri a conclu que l'IFRC, en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les Sociétés nationales partenaires, continuera à plaider auprès des autorités locales et internationales pour rappeler aux parties prenantes les immenses besoins humanitaires des populations yéménites, sans oublier de soutenir le Yémen et son peuple, et pour renforcer la réponse coordonnée du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le pays. Pour plus d'informations, contactez: A Beyrouth, IFRC-MOAN: Mey Al Sayegh, +961 03229352, [email protected] Au Yémen -Croissant-Rouge du Yémen: Nesreen Ahmed, +967 775322644, [email protected]

Lire plus
22/06/2022 | Communiqué de presse

Un tremblement de terre meurtrier frappe l'Afghanistan déjà en proie à la crise

Le Croissant-Rouge afghan, en collaboration avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), s'est mobilisé pour venir en aide aux communautés touchées par le séisme meurtrier de magnitude 5,9 qui a frappé la région du sud-est de l'Afghanistan tôt le matin du mercredi 22 juin. Selon les premières informations, au moins 1000 personnes ont été tuées, et le nombre de victimes devrait augmenter au fur et à mesure que les secouristes atteignent les villages les plus durement touchés, où les habitants restent prisonniers des décombres. Les districts éloignés des provinces de Khost et de Paktika ont été les plus touchés. Le personnel et les volontaires du Croissant-Rouge afghan issus des communautés touchées ont été parmi les premiers à intervenir, aux côtés des autorités locales et d'autres organisations humanitaires. Des équipes supplémentaires ont été déployées depuis Kaboul et les provinces voisines afin d'accélérer l'acheminement de l'aide. De plus, les denrées alimentaires, les articles non alimentaires et les médicaments qui étaient en stock ont été redirigés vers les zones les plus durement touchées par le séisme afin de répondre aux besoins immédiats. Dr Mohammad Nabi Burhan, Secrétaire Général du Croissant-rouge Afghan a déclaré : "Ce dernier tremblement de terre est une nouvelle tragédie horrible pour l'Afghanistan, comme s'il n'y en avait pas assez. Il a frappé dans un contexte sinistre où plus de 50 % de notre population a un besoin urgent d'aide humanitaire en raison d'une combinaison de crises catastrophiques." “Il est déchirant de voir une telle souffrance humaine parmi des personnes qui luttaient déjà pour se remettre des effets de décennies de conflit, de sécheresse grave, d'inondations et de difficultés économiques extrêmes, entre autres chocs." Des camions du Croissant-Rouge afghan transportant des articles de secours et des médicaments ainsi que des ambulances ont été envoyés dans les zones touchées. Ils viendront compléter les équipes sanitaires mobiles qui étaient déjà opérationnelles à Paktika, dont certaines ont été réorientées pour répondre aux besoins immédiats résultant du tremblement de terre. Necephor Mghendi, Chef de délégation de l'IFRC pour l'Afghanistan, a déclaré: "Les intervenants et les institutions locales ont joué un rôle essentiel en sauvant la vie de milliers de personnes qui, autrement, seraient encore piégées dans les décombres. Le renforcement de la capacité de préparation locale est le moyen le plus sûr et le plus rapide d'apporter une réponse efficace." "Nous n'avons que récemment révisé notre appel d'urgence afin d'accroître l'aide d'urgence, les services de santé et l'aide au relèvement dans presque toutes les provinces d'Afghanistan qui sont aux prises avec un cocktail de crises humanitaires catastrophiques. À la suite du séisme meurtrier, nous allons devoir intensifier encore nos opérations à Khost et Paktika." L'IFRC a débloqué 750 000 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin de soutenir une réponse rapide du Croissant-Rouge afghan. Un soutien mondial et une solidarité accrus sont nécessaires pour fournir une aide humanitaire. Dans le cadre de son soutien continu, l'IFRC lance un appel urgent à la communauté internationale pour 90 millions de francs suisses afin d'aider le Croissant-Rouge afghan à fournir des secours d'urgence, des services de santé et une aide au relèvement à plus d'un million de personnes dans les provinces frappées par des crises multiples. Ce montant comprend 10 millions de francs suisses supplémentaires pour répondre aux besoins engendrés par le tremblement de terre. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: AGenève: Benoit Matsha-Carpentier, Directeur par intérim du département Communication, Mob: +41 (0)79 213 24 13, Email: [email protected] EnAsia/Pacific: Rachel Punitha, Manager par intérim de la Communication, Mob: +60 19 791 3830, Email: [email protected]

Lire plus
22/06/2022 | Article

"Cette fois, les maisons ont été brûlées" : A la fuite des affrontements intercommunautaires au Cameroun

"Je m'appelle Madi. Je suis mère de 12 enfants. Ma famille a toujours vécu à Maga en paix aux côtés d'autres groupes ethniques, même si de temps en temps il y avait des tensions. Je n'ai jamais imaginé qu'un jour nous devrions partir. Un soir, alors que mes enfants et moi étions déjà au lit, mon mari est entré précipitamment et m'a demandé de les réveiller. De nouvelles tensions avaient éclaté. Mais cette fois, les maisons étaient brûlées, les gens tués, le bétail volé. Pour sauver nos vies, il nous fallait partir. Il m'a demandé de prendre les quelques affaires que nous pouvions emporter avec nous et nous sommes partis immédiatement. Vers quelle destination, je ne le savais pas ; mais les cris et les hurlements que j'entendais près de notre maison m'ont convaincu que nous devions partir rapidement. Nous avons marché avec nos enfants jour et nuit à travers la savane, nous reposant ici et là pour reprendre des forces. Des centaines d'entre nous ont fui cette nuit-là avec les quelques effets personnels que nous avons pu saisir à la hâte. Par la grâce de Dieu, nous avons pu trouver refuge dans la localité de Bogo, à environ 45 km de Maga, où la population hôte nous a accueillis avec de la nourriture et des boissons. Des tentes ont rapidement été mises en place par les travailleurs humanitaires. Certaines personnes de notre communauté étaient avec nous dans notre camp, tandis que d'autres étaient placées ailleurs, à des kilomètres de là. Mais ce qui comptait, était que nous pouvions enfin nous reposer, dormir paisiblement avec nos enfants et leur permettre de récupérer après de longues journées de marche. Une fois installés, nous avons reçu la visite de plusieurs organisations humanitaires, dont la Croix-Rouge camerounaise. Les volontaires sont allés d'abri en abri pour voir comment nous allions. Ils nous ont expliqué comment garder nos abris propres et comment prévenir les maladies comme le choléra et la COVID-19. Mais surtout, ils nous ont écoutés lorsque nous avons parlé des épreuves que nous avons traversées et de tous les êtres chers que nous avons perdus à Maga. Quelques semaines plus tard, nous avons reçu une aide de la Croix-Rouge camerounaise. Les volontaires ont distribué des seaux, des casseroles, des couvertures, du savon et des kits de dignité pour permettre à nos filles de s'occuper de leur hygiène personnelle. Nous sommes extrêmement reconnaissants de ce soutien, mais malheureusement, cela nest pas suffisant. Lorsque nous vivions à Maga, mon mari menait quelques activités qui nous permettaient de subvenir à nos besoins quotidiens. Mais maintenant que nous avons tout perdu et que nous sommes loin des terres qui nous sont familières, nous manquons de nourriture. L'accès à l'eau potable est un parcours difficile. Nous devons marcher jusqu'à 7 km pour trouver un point d'eau, ce qui est très difficile sans nos ânes pour nous aider. Nos enfants ne sont pas allés à l'école depuis la crise. Et la nuit, nous partageons notre abri avec beaucoup d'autres personnes car il n'y a pas assez de place. Nous sommes reconnaissants de recevoir la visite hebdomadaire d'infirmières qui viennent voir nos enfants, les vacciner et nous donner des traitements contre les maladies. Et nous espérons recevoir une aide supplémentaire de la part de la Croix-Rouge camerounaise. Pour l'instant, nous n'envisageons pas de retourner à Maga. Les séquelles de la crise sont trop vives dans nos esprits et la tension n'est pas encore retombée. Nous voulons rester ici pour le moment car nous sommes en sécurité. Mais nous avons besoin de soutien". ------------- La Croix-Rouge camerounaise, avec le soutien du DREF, a fourni des articles ménagers, de l'eau, des fournitures d'hygiène et des kits de dignité à 299 ménages à Bogo et Pette, en plus de mener des campagnes de sensibilisation sur la prévention des maladies et la culture de la paix. Nous étudions actuellement la meilleure façon d'apporter une aide supplémentaire aux communautés - potentiellement par le biais d'une assistance en espèces. Josuane Tene, coordonnateur régional de la gestion des catastrophes de l'IFRC, a déclaré à propos de la réponse : "À ce stade, les besoins identifiés sont multiples. Les abris fournis par les partenaires humanitaires ne sont pas suffisants. Beaucoup d'entre eux sont des abris de fortune et à l'approche de la saison des pluies, qui est habituellement très sévère dans cette partie du pays, les personnes affectées ont besoin d'abris sûrs. Elles ont également du mal à se nourrir correctement. L'aide en espèces et le soutien aux moyens de subsistance les aideront certainement à répondre à leurs besoins dans la dignité." Le Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) de l'IFRC est un mécanisme qui permet de débloquer rapidement des fonds pour les Sociétés nationales, afin qu'elles puissent se préparer et répondre à des catastrophes de petite et moyenne ampleur, comme le conflit dans le nord du Cameroun. Vous pouvez faire un don au DREF aujourd'hui pour soutenir des personnes comme Madi. L'IFRC fournit également un soutien national à la Croix-Rouge camerounaise, et à d'autres Sociétés nationales de la région, par le biais de notre délégation basée à Yaoundé, au Cameroun. Vous pouvez en savoir plus sur ce travail dans notre plan de soutien au groupe de pays (cluster) pour 2022.

Lire plus
26/04/2022 | Communiqué de presse

Inondations au KwaZulu-Natal : La Croix-Rouge intensifie sa réponse face à l'augmentation des besoins humanitaires

Prétoria/Nairobi/Genève, 26 avril 2022-La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé un appel d'urgence de 8 millions de francs suisses afin d'aider la Croix-Rouge sud-africaine à élargir la portée de son assistance, car les besoins humanitaires continuent de dépasser les ressources disponibles. La municipalité d'eThekwini, située sur la côte est du KwaZulu-Natal (KZN) en Afrique du Sud, a été frappée par des pluies diluviennes le week-end du 10 avril. Le département météorologique a déclaré qu'il s'agit de l'une des plus fortes inondations enregistrées en une journée depuis 60 ans et qu'elle a laissé une traînée de destruction sur les vies humaines, les biens privés et les infrastructures. Les inondations dévastatrices ont fait plus de 400 victimes jusqu'à présent. Plus de 50 personnes sont portées disparues, alors que les efforts de recherche et de sauvetage se poursuivent. Les dommages aux biens et aux infrastructures sont estimés à des milliards de rands. Une fois que l'eau s'est retirée, des milliers de personnes se sont retrouvées sans moyens de subsistance et sans logement. Ruth van Rooyen, Senior Disaster Management Officer, Délégation nationale de l'IFRC pour l'Afrique australe, a déclaré : "Les communautés touchées par les inondations étaient déjà vulnérables en raison des récents troubles civils et des impacts de la pandémie de COVID-19, qui avait laissé de nombreux ménages sans source de revenus. Au moment même où elles tentaient de se reconstruire, une autre catastrophe est survenue. L'aide humanitaire est mise à rude épreuve, et les partenariats sont grandement nécessaires pour soutenir les communautés dans leur processus de reconstruction. Cet appel vise à aider les communautés à mieux se reconstruire et à retrouver l'espoir perdu alors qu'elles voyaient leurs vies emportées par les torrents d'eau." Selon les autorités nationales, 123 808 personnes ont été touchées, 448 personnes sont décédées et plus de 30 000 sont déplacées, la plupart dans des centres d'évacuation collective. Plusieurs dizaines de personnes sont toujours portées disparues ou portées disparues. Des équipes de secours, dont des volontaires de la Croix-Rouge sud-africaine, ont été mobilisées dans les zones touchées pour rechercher les disparus et mettre les autres en sécurité. Au lendemain des inondations, l'IFRC a débloqué 330 000 francs suisses (R5 351 866) de son Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) afin d'aider la Croix-Rouge sud-africaine à réagir rapidement et à fournir une assistance immédiate à plus de 7 500 personnes (plus de 1 500 ménages). Pour répondre aux besoins les plus importants, l'appel d'urgence permettra à la Croix-Rouge sud-africaine de soutenir un total de 30 000 personnes (6 000 ménages) avec diverses activités de secours dans les centres d'évacuation afin de permettre un rétablissement rapide dans les communautés touchées. Les familles dont les maisons ont été gravement endommagées et celles qui sont économiquement vulnérables, ayant perdu leurs moyens de subsistance et ne disposant pas de mécanismes de survie alternatifs pour répondre à leurs besoins fondamentaux, seront les principaux groupes ciblés. Une attention particulière sera accordée aux femmes et aux enfants sans abri. Le personnel et les bénévoles de la Croix-Rouge sud-africaineont été mobilisés et continuent d'intervenir dans les communautés après le passage des eaux. Ils ont fourni des repas chauds, un soutien psychosocial et la protection des liens familiaux aux personnes touchées. Les équipes de la Croix-Rouge ont également distribué des matelas et apporté les premiers soins aux centres de déplacement. Ressources Quelques premières images du terrain sont disponibles via ce lien: https://shared.ifrc.org/c/1586 Pour plus d'informations ou pour solliciter une interview, veuillez contacter: A Pretoria: Robyn Lee Doyle, [email protected] A Naïrobi: Susan Mbalu, susa[email protected] A Genève: Anna Tuson, [email protected]

Lire plus
06/04/2022 | Communiqué de presse

Les personnes touchées par les crises partout dans le monde méritent le même soutien fort que celui apporté à l'Ukraine.

Genève, 6 Avril 2022 -La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) appelle à la solidarité envers les personnes affectées par les crises partout dans le monde, alors que la réponse au conflit en Ukraine montre la voie à suivre. Le soutien des personnes et des donateurs à travers le monde démontre ce qui est possible et illustre les bonnes pratiques essentielles dans toute crise humanitaire. Dans le même temps, les différences considérables qui existent selon le lieu où la crise se produit et les personnes qu'elle affecte ont été mises en évidence de Le Secrétaire Général de l'IFRC, Jagan Chapagain, déclare: “L'immense souffrance vécue par tant de personnes en Ukraine est inimaginable pour certains. Malheureusement, pour beaucoup d'autres dans le monde, la perte et la douleur ne sont que trop familières. En Syrie par exemple, 11 ans après le début du conflit, les besoins dans le pays n'ont jamais été aussi élevés. À Tonga Dans la corne de l'Afrique, des millions de personnes vivent actuellement l'une des crises alimentaires les plus dramatiques depuis des années, à l'abri des regards du monde entier. Ce ne sont là que quelques exemples. Nous appelons les donateurs et les partenaires à faire en sorte que nous puissions soutenir toutes les personnes dans le besoin, où qu'elles soient et qui qu'elles soient.” La situation en Éthiopie, en Somalie et au Kenya est critique, car ces pays sont confrontés à une quatrième sécheresse consécutive, ainsi qu'aux conséquences du COVID-19, au conflit dans la région et à l'escalade des prix des denrées alimentaires en raison de la forte dépendance à l'égard des importations de blé d'Ukraine et de Russie. Avec 14 millions de personnes ayant actuellement besoin d'une aide alimentaire urgente - un nombre qui devrait atteindre 20 millions cette année - l'IFRC a lancé des appels d'urgence pour un total de 39 millions de francs suisses afin de fournir une assistance vitale. Cela inclut également un soutien à plus long terme pour des moyens de subsistance durables adaptés aux effets négatifs croissants du changement climatique afin de contribuer à renforcer la résilience des communautés. Chaque jour, dans toutes les communautés du monde, les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge continuent de répondre, avec une approche impartiale fondée sur les besoins, aux personnes touchées par des crises partout dans le monde, indépendamment de leur statut, de leur nationalité, de leur appartenance ethnique, de leur religion ou de tout autre critère. Alors que les Sociétés nationales travaillent d'arrache-pied pour fournir les services humanitaires nécessaires en Ukraine et dans les pays voisins, il est essentiel de continuer à se concentrer sur les autres crises et de se préparer à celles qui se produiront prochainement. M. Chapagain a conclu en ces termes: "L'IFRC, avec son réseau de 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, est bien placée pour canaliser la solidarité et mobiliser le soutien nécessaire pour répondre à toutes les crises et catastrophes qui se produisent simultanément dans le monde. Mais pour être en mesure de le faire, un soutien et un financement basés sur les besoins sont essentiels". L'IFRC a actuellement 29 appels d'urgence ouverts pour des catastrophes importantes et complexes, de l'Afghanistan à Madagascar. Pour le nombre croissant de catastrophes de moindre ampleur liées au climat, le Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophes (DREF) est le moyen le plus efficace et le plus transparent de faire parvenir les fonds directement aux acteurs humanitaires locaux. À l'heure actuelle, 42 interventions financées par le DREF sont en cours dans le monde, notamment en Éthiopie, en Palestine et en Équateur. Contacts médias: A Genève: Anna Tuson, +41 79 895 6924, [email protected] A Nairobi: Euloge Ishimwe +254 731 688 613, [email protected] A Beyrouth: Rana Cassou +336 7594 5515, [email protected] Au Panama: Susana Arroyo +50 68 416 1771, [email protected] A Kuala Lumpur: Antony Balmain +60 12 230 8451, [email protected]

Lire plus
25/03/2022 | Page de base

Le conseil du DREF

Depuis 35 ans, notre Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) permet aux Sociétés nationales de fournir une aide humanitaire rapide et efficace, en réponse et en prévision des crises. Alors que nous continuons à développer et à améliorer le Fonds, l'IFRC a mis en place un Conseil dédié au DREF pour donner des conseils sur son développement et s'assurer qu'il reste pertinent pour les donateurs et les personnes qu'il soutient.

Lire plus
18/10/2021 | Article

Les donateurs s'engagent à accroître leur soutien au Fonds d'urgence pour les interventions en cas de catastrophe (DREF) de l'IFRC

Les catastrophes liées au climat se produisent avec une fréquence et une intensité croissantes dans le monde entier. Mais la plupart d'entre elles passent inaperçues, détruisant des vies, des infrastructures et le tissu économique sans que l'on y prête attention, ni que l'on y consacre des ressources ou de l'aide. Une réponse locale et rapide est ce qui est le plus nécessaire. Mais souvent, la société nationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du pays touché par une catastrophe n'a pas les ressources ou la capacité de répondre, surtout si elle doit faire face à des crises multiples. C'est là que le DREF fait toute la différence. Il s'agit d'un réservoir central de fonds par lequel l'IFRC canalise les fonds mondiaux rapidement et directement vers nos Sociétés nationales pour une action précoce et une réponse immédiate aux catastrophes. Pour faire face aux impacts humanitaires massifs des catastrophes liées au climat et à la COVID-19, les investissements doivent se faire au niveau des communautés, là où ils ont le plus d'impact. Le DREF met l'aide directement entre les mains des personnes dans le besoin et renforce les capacités des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui sont les mieux placées pour la fournir." Jagan Chapagain IFRC Secrétaire Général Depuis son lancement en 1985, l'IFRC a soutenu 200 millions de personnes en situation de crise dans le monde grâce au DREF. La Conférence des donateurs du DREF, qui s'est tenue le 18 octobre et qui était coprésidée par l'IFRC et l'Union européenne, avait pour objectif de faire passer ce fonds innovant et salvateur à 100 millions de francs suisses par an à partir de 2022, et à 300 millions de francs suisses d'ici 2025, afin de faire face à l'augmentation alarmante du nombre de catastrophes et de soutenir des millions de personnes supplémentaires. L'Union européenne continue de soutenir le Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe. Il s'agit d'un exemple concret de notre engagement en faveur de la localisation. Grâce à ce fonds, nos ressources ont été acheminées vers les populations ayant les besoins les plus pressants, de manière ouverte et directe. Janez Lenarčič Commissaire européen chargé de la gestion des crises Engagements L'IFRC est reconnaissante aux partenaires suivants qui s'engagent aujourd'hui à apporter un financement nouveau ou renouvelé au DREF: Union européenne; Gouvernement de l'Australie; Gouvernement de la Belgique; Gouvernement du Canada; Gouvernement de l'Allemagne; Gouvernement de l'Irlande; Gouvernement de la Corée; Gouvernement du Luxembourg; Gouvernement des Pays-Bas; Gouvernement de la Norvège; Gouvernement de la Suède; Gouvernement de la Suisse; Gouvernement du Royaume-Uni; Croix-Rouge japonaise; White & Case LLP. Nous tenons également à remercier les Sociétés nationales respectives des pays susmentionnés pour leur soutien au DREF et pour leur engagement continu auprès de leurs gouvernements. Regardez: Découvrez quelques-unes des personnes que nous avons soutenues à travers le monde grâce au DREF. Pour plus d'informations sur le DREF ou la conférence des donateurs qui se tient aujourd'hui : Visitez cette page sur notre site web; Téléchargez notre plan annuel DREF 2021 et notre ambition stratégique DREF 2021-2025; Contactez Florent Del Pinto (responsable du Centre des opérations d'urgence) [email protected] ou Ivana Mrdja (responsable de la Société nationale et des partenaires gouvernementaux) [email protected].

Lire plus
20/09/2021 | Communiqué de presse

L’IFRC renforce son assistance humanitaire alors qu'un nombre record de migrants traverse la périlleuse jungle de Darien

Panama/Genève, 20 septembre 2021 - La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) intensifie ses efforts pour fournir une protection et une assistance humanitaire aux migrants qui traversent la jungle de Darien, l'une des routes migratoires les plus dangereuses au monde. Entre janvier et août 2021, 70 376 migrants (dont 13 655 enfants) ont traversé la jungle panaméenne, un chiffre équivalent au nombre total de migrants au cours des cinq dernières années. Ces dernières années, la jungle de Darien est devenue un point de transit commun pour les migrants qui se dirigent vers le nord, mais les derniers chiffres dépassent largement ceux de 2016, lorsque 30 000 personnes ont fait la traversée pendant toute l'année. En comparaison, rien qu'en août 2021, 25 361 personnes ont emprunté cet itinéraire. Martha Keays, Directrice régionale pour les Amériques à l’IFRC, a déclaré : "Alors que la pandémie et ses impacts persistent, le nombre de migrants traversant la jungle de Darien a atteint des sommets historiques cette année. Au Panama, nous avons vu entre 600 et 1 300 personnes entrer dans le pays chaque jour. Les migrants sont confrontés à de nombreux risques au cours de leur périple dans la jungle et présentent souvent des signes de traumatisme physique et mental. La Croix-Rouge est là pour les aider en répondant à leurs besoins fondamentaux, tels que l'eau potable, l'assainissement, les soins de santé, la protection, l'information et le soutien psychologique." Face au nombre croissant de personnes traversant la jungle de Darien, l’IFRC a activé son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (Disaster Relief Emergency Fund - DREF) afin de renforcer le soutien aux migrants, en collaboration avec la Croix-Rouge panaméenne. La réponse humanitaire est axée sur la distribution d'eau potable, la promotion de l'hygiène communautaire et personnelle et la distribution d'articles essentiels, tels que des moustiquaires. Elle comprend également la fourniture de soins de santé et de services de protection, ainsi que le renforcement des capacités à fournir un soutien psychologique. Par ailleurs, le DREF aide la Croix-Rouge du Costa Rica à se préparer à une éventuelle augmentation du nombre de migrants transitant par le Costa Rica. En Colombie, à la fin du mois d'août 2021, plus de 10 000 migrants attendaient dans le village de Necoclí à la frontière entre la Colombie et le Panama, un point d'entrée dans la jungle de Darien. La Croix-Rouge colombienne leur fournit des informations sur leur itinéraire, distribue des équipements de protection individuelle contre le COVID-19 et fournit des services de santé et de protection pour aider les communautés vulnérables. Selon les autorités panaméennes, des migrants d'une quarantaine de nationalités ont traversé la jungle de Darien cette année. Ils sont issus de pays asiatiques et africains, tels que l'Angola, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Nigeria, le Pakistan et l'Ouzbékistan, mais aussi d'Amérique latine et des Caraïbes. Beaucoup de personnes sont haïtiennes et cubaines, et on constate également une augmentation du nombre de migrants vénézuéliens. "Certaines personnes qui traversent actuellement la jungle de Darien ont quitté leur pays il y a des années pour commencer une nouvelle vie en Amérique du Sud. Mais les disparités socio-économiques, la stigmatisation, la discrimination et la pandémie de COVID-19 leur ont fait perdre leur emploi ou leur maison, et elles se retrouvent aujourd'hui face à des options impossibles, comme migrer une nouvelle fois. L'accès aux services de base, tels que la nourriture, l'eau, l'assainissement, les soins médicaux, le logement, les informations essentielles et l'accès aux vaccins COVID-19 doit être garanti à tous, quel que soit le statut juridique", a ajouté Martha Keays. L’IFRC et son réseau de Sociétés nationales de la Croix-Rouge ont mis en place un système de surveillance pour suivre les mouvements de population du Cône Sud vers le Guatemala, y compris les routes migratoires à travers les pays andins, la jungle de Darien et l'Amérique centrale. Elles suivent également l'évolution de la situation humanitaire en Haïti et en Afghanistan, car l'augmentation des besoins humanitaires dans ces pays pourrait entraîner d'autres déplacements et migrations le long de la route de Darien. Au Panama, l’IFRC et la Croix-Rouge panaméenne, avec le soutien de l'Union européenne, de l'UNICEF et d'autres partenaires, répondent aux besoins des migrants qui traversent la jungle de Darien depuis trois ans. Depuis 2019, ils ont fourni plus de 20 000 interventions humanitaires, notamment un soutien psychosocial, des soins de santé, un accès à l'eau et des informations sur la route migratoire. Pour plus d'informations et pour organiser des entretiens, veuillez contacter: À Panama : Susana Arroyo Barrantes, + 506 8416 1771, [email protected] À Genève: Nathalie Perroud, +41 79 538 14 71, [email protected]

Lire plus
03/09/2021 | Communiqué de presse

Les multiples feux de forêt et la pandémie de COVID-19 menace des milliers de vies en Algérie et en Tunisie

Tunisie /Algérie /Beyrouth, le 13 août 2021 –Les incendies qui se propagent actuellement en Algérie et en Tunisie menacent la vie de milliers de personnes, tout en endommageant les écosystèmes, les infrastructures et les moyens de subsistance locaux. Les deux pays font face à une situation multirisque, un nombre alarmant d’infections COVID-19 ont été signalées au cours des dernières semaines. Les flammes ont tué des dizaines de personnes et forcé des centaines de familles à quitter leurs maisons. Des centaines de personnes ont perdu leurs maisons, leurs fermes et leurs moyens de subsistance. Des milliers d’hectares de terres ont été incendiés. Les volontaires du Croissant-Rouge assistent les communautés affectées en leur fournissant les premiers soins, un soutien psychosocial, des abris d’urgence, de l’eau potable et d’autres articles de secours nécessaires. Le Croissant-Rouge Algérien a déjà installé 200 tentes et a organisé en coordination avec les autorités locales des abris d’urgence pour reloger 8 000 personnes. Anne E. Leclerc, Chef de la délégation du Cluster de pays d’ Afrique du Nord pour la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a déclaré : «La plupart des régions du nord de la Tunisie et de l’Algérie ont été gravement affectées par de multiples incendies. Les conditions météorologiques extrêmes intensifient le risque d’incendies supplémentaires dans la région. Les Sociétés du Croissant-Rouge de Tunisie, d’Algérie et du Maroc sont en état d’alerte maximale, mobilisant des volontaires et fournissant une assistance aux communautés touchées en étroite coordination avec la Protection civile et les autorités locales. «Le changement climatique est là. Cela a un impact sur les gens du monde entier tous les jours. Combiné à une récente augmentation des cas de COVID-19 dans la région, nous faisons face simultanément à de multiples crises. La combinaison de ces facteurs met à rude épreuve des systèmes de santé déjà très surchargés voire congestionnés. " En Algérie, les incendies font rage depuis lundi, et se propageant dans de nouvelles zones. Le Croissant-Rouge algérien a mobilisé plus de 300 volontaires pour l’opération d’intervention. Dr Saida BenHabyles, Présidente du Croissant-Rouge Algérien a déclaré: «L’élan de solidarité nationale déclenché depuis le début de la Pandémie COVID-19s’est renforcée lors de cette vague d’incendie qui a frappé certaines régions du nord du pays. Le Croissant-Rouge algérien (CRA), un des maillons de cette grande chaine de solidarité, œuvre inlassablement sur le terrain depuis le début de la pandémie et depuis les premières heures du déclanchement des incendies. Le CRA lance un appel de solidarité à la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour l’aider à renforcer ses capacités afin de contribuer en tant qu’organisation humanitaire auprès d’autres acteurs (citoyens, société civile, pouvoirs publics) à répondre le plus rapidement possible aux besoins des sinistrés. Ce sinistre s’accompagne d’un autre grand danger, la pandémie COVID 19. Le CRA est confronté à un double défi: la lutte contre la propagation du virus COVID 19 et apporter l’aide aux sinistrés des incendies.» En Tunisie, plus de 100 familles ont déjà perdu leur maison alors que les incendies continuent de se propager dans d’autres régions. Le Croissant-Rouge Tunisien assiste les familles affectées, relogeant les personnes évacuées dans des abris d’urgence, distribuant des articles de premiers secours, assurant le transport des bléssés dans les hopitaux, et apportant un soutien psychosocial. Dans les deux pays, la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge a débloqué des fonds de son Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin d’apporter un soutien immédiat aux communautés affectées et pour renforcer les opérations d’intervention déjà mis en œuvre par les Croissant-Rouge Tunisien et Algérien. Les deux pays sont témoins d’un nombre croissant de feux de forêt, phénomène lié aux changements climatiques, provoquant des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes, des pluies moins importantes et des températures de plus en plus caniculaires. Notes à l’intention des rédacteurs en chef Algérie: La FICR travaille avec le Croissant-Rouge algérien sur une allocation Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) afin de soutenir la réponse aux incendies de forêt en Algérie. Des évaluations approfondies sont en ce moment réalisées par les équipes du CRA. D’autres incendies se déclanchent dans d’autres régions. Aux vues des résultats et de l’importance des besoins, un Appel d’urgence est potentiellement considéré par la Fédération en vue d’un soutien international coordonné. Au cours des dernières semaines, nous avons constaté une forte augmentation des infections au COVID-19. En réponse au dernier pic, le Croissant-Rouge Algérien (CRA) a intensifié ses activités COVID-19. Plus de deux millions de personnes ont déjà été vaccinées par les médecins et infirmiers du CRA aussi bien dans les villes que dans les zones reculées. De nombreux nouveaux centres de vaccination ont été récemment mis en place pour atteindre l'objectif national fixé par les autorités d'avoir 20 millions de personnes vaccinées d'ici fin 2021. Tunisie: La FICR a débloqué 99 897 francs suisses de son Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) pour soutenir le Croissant-Rouge Tunisien (CRT) dans la réponse aux incendies. Le CRT dans une première phase assiste 100 ménages les plus affectés dans 3 régions Les feux de forêt ont particulièrement touché les gouvernorats d'El Kef, Jendouba et Kasserine. Les communautés ont un besoin urgent d'abris, d'eau potable, de soutien aux moyens de subsistance et de soins de santé. La propogation des fex continue à évoluer. De nouveaux foyers ont été identifiés. La première phase de soutien cible en particulier les familles qui ont perdu leurs maisons ou leur sources de revenus, les ménages dirigés par des femmes, les familles dont les membres ont des besoins spécifiwques, notamment les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes allaitantes et enceintes, et les enfants de moins de cinq ans. Au cours des dernières semaines, la Tunisie a enregistré le plus grand nombre de décès quotidiens dus au COVID-19 depuis le début de la pandémie. Le variant Delta du coronavirus se propage rapidement et la disponibilité des vaccins reste faible. Le système de santé peine à faire face et les capacités de soins intensifs sont insuffisantes. La Tunisie connait l'un des taux de mortalité par habitant dus au COVID-19 les plus élevés au monde. DREF Le Fonds d'urgence pour les secours en cas de catastrophe (DREF) de la FICR est un fonds commun qui permet un décaissement flexible et urgent de fonds dans les situations d'urgence aiguë ou pour une action anticipative. Chaque fois qu'une Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d'un soutien financier immédiat pour répondre à une catastrophe, elle peut soumettre une demande de fonds au DREF. Ces fonds peuvent être demandés pour des catastrophes de petite et moyenne échelle, ou pour fournir un financement initial avant le lancement d'un appel d'urgence pour des opérations à plus grande échelle. La FICR alloue des subventions du Fonds, qui peuvent ensuite être remboursées par les donateurs. Les contributions des donateurs pour rembourser et reconstituer le volume financier du DREF sont les bienvenues, afin de permettre aux acteurs locaux d'agir rapidement en faveur des personnes vulnérables sur le terrain, avant que des financements plus importants n'arrivent. Pièces jointes: Que faire avant, pendant et après un incendie de forêt EN | AR | FR

Lire plus