Santé

External ID
39
Displaying 1 - 14 of 14
12/05/2022 | Communiqué

Sommet mondial sur la COVID-19: " Les dirigeants mondiaux doivent s'engager et s'assurer que chacun, partout, ait accès aux vaccins, aux tests et aux traitements."

Genève, le 12 mai 2022 - Au cours du deuxième sommet mondial sur la COVID-19 co-organisé par la Maison Blanche, le Secrétaire Général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), Jagan Chapagain, a souligné l'engagement du réseau à fournir des tests, des traitements et des vaccins contre la COVID-19, aux personnes les plus vulnérables et à renforcer les systèmes de santé. Si de nombreux pays ont mené avec succès des campagnes de vaccination contre la COVID-19, la couverture vaccinale reste inférieure à 10 % dans de nombreux pays à faible revenu, dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la République démocratique du Congo, Haïti ou Madagascar. Les pays à faible revenu ne peuvent pas non plus se permettre d'acheter des tests et d'autres éléments qui peuvent sauver des vies tels que des médicaments antiviraux ou des fournitures d'oxygène, laissant des millions de personnes en danger de contracter le virus et de subir ses conséquences mortelles. M. Chapagain a déclaré : "Les dirigeants du monde entier doivent s'engager et s'assurer que chacun, partout, ait accès aux vaccins, aux tests et aux traitements. Cela signifie qu'il faut cibler les personnes les plus vulnérables, qui ont les plus grands besoins et qui sont les plus difficiles à atteindre. Cette pandémie continue de se propager et de tuer des gens. Il est trop tôt pour baisser la garde et abandonner nos efforts mondiaux contre la COVID-19." Depuis le début de la pandémie, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé plus de 400 millions de personnes à accéder à la vaccination COVID-19 et ont fourni un soutien en matière de santé mentale à plus de 13 millions de personnes dans 152 pays. Parce qu'elles font partie des communautés qu'elles servent, leur rôle est également essentiel pour instaurer la confiance, informer les communautés des mesures de santé publique et stimuler l'adoption des vaccins. Par exemple, à travers l'Asie et le Pacifique, des millions de volontaires ont aidé des dizaines de millions de personnes à se faire vacciner contre la COVID-19. L'Afghanistan, dont le système de santé est l'un des plus fragiles au monde, n'a vacciné que 12 % de sa population avec deux doses. Le Croissant-Rouge afghan a fait fonctionner un hôpital de 50 lits dédié aux patients atteints du COVID-19 et a fourni de la nourriture ou de l'argent à plus de 165 500 personnes. Plus d'un million de personnes ont été examinées par leurs équipes sanitaires mobiles et leurs cliniques en 2021. En Namibie, où seulement 16% de la population a été entièrement vaccinée, la Croix-Rouge de Namibie a mené une campagne itinérante "Faites-vous vacciner - chassez le COVID-19 de Namibie". Des volontaires de la Croix-Rouge parcourent les rues des communautés du pays, munis de pancartes, chantant des chansons et animant des chants sur la vaccination. Sur les sites de vaccination contre le COVID-19, les volontaires de la Croix-Rouge aident également à l'enregistrement des vaccinations et à la saisie des données et fournissent des premiers soins de base. Au cours du sommet, M. Chapagain a exprimé le soutien de l'IFRC à un mécanisme de financement en cas de pandémie qui permettrait aux acteurs communautaires d'accéder à des fonds pour renforcer les systèmes de santé communautaires et accroître leur résilience face aux futures menaces sanitaires. M. Chapagain a déclaré : "Nous devons nous préparer dès maintenant à la prochaine pandémie. Le monde n'était pas prêt pour la COVID-19, mais nous pouvons l'être pour la prochaine pandémie. Nous devons exploiter les leçons, les succès et les échecs de la réponse à la COVID-19 et construire un avenir où les communautés sont équipées pour répondre à la prochaine crise sanitaire." Pour demander une interview ou pour plus d'informations, veuillez contacter: AWashington: Marie Claudet +1 202 999 8689, [email protected] Cliquez ici pour découvrir d'autres exemples d'activités de vaccination des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pendant le COVID-19.

Lire plus
12/03/2021 | Page de base

Soins au sein des collectivités locales (SCL)

La FICR et ses 192 Sociétés nationales forment des agents de santé communautaires (ASC) et des volontaires pour fournir des services de santé communautaires essentiels. Ce faisant, nous remédions à la pénurie mondiale de personnel de santé et contribuons aux objectifs de développement durable (ODD) et au programme de couverture sanitaire universelle (CSU).

Lire plus
10/06/2021 | Page de base

Troubles liés à la drogue

Le réseau de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) offre de solides services de plaidoyer, de prévention, de traitement et de soins aux personnes qui consomment des drogues. Notre objectif est d'aider les Sociétés nationales à mieux soutenir les personnes souffrant de troubles liés à la drogue, en mettant l'accent sur la réduction des risques et la lutte contre la stigmatisation et l'exclusion sociale.

Lire plus
10/06/2021 | Page de base

Urgence sanitaire

L'IFRC et ses 192 Sociétés nationales œuvrent afin de réduire les maladies et les décès, améliorer la santé et préserver la dignité des personnes qui vivent en situation d'urgence. Notre équipe de santé d'urgence s'efforce d'améliorer la qualité, la fiabilité, la prévisibilité et la flexibilité de nos services de santé à travers le monde pour se préparer aux situations d'urgence.

Lire plus
04/05/2021 | Page de base

Santé et soins

Tout le monde, partout, devrait avoir accès aux services de santé dont il a besoin, y compris en cas d'urgence. Nos 192 Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge atteignent des millions de personnes chaque année avec une large gamme de services de santé et de soins, améliorant ainsi la santé et le bien-être de tous.

Lire plus
10/03/2022 | Communiqué

Ukraine : Des millions de personnes sont menacées, les difficultés sanitaires accentuent les vulnérabilités.

Budapest/Genève, 10 mars 2022 - Alors que le conflit se poursuit en Ukraine et qu'une vague de froid s'abat sur le pays, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) met en garde contre les conséquences désastreuses pour la santé - notamment la propagation du COVID-19 - et la santé mentale de millions de personnes à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Les combats en Ukraine se poursuivent depuis deux semaines et n'ont laissé personne indemne. On estime que 18 millions de personnes, soit un tiers de la population du pays, auront besoin d'une aide humanitaire, et plus de 2,3 millions de personnes ont fui vers les pays voisins. Alors que la vie de millions de personnes est bouleversée, il existe une réelle inquiétude quant à la propagation des maladies, à l'aggravation des conditions de santé préexistantes et à l'augmentation des problèmes de santé mentale. "De nombreuses personnes touchées étaient déjà vulnérables avant le conflit et sont aujourd'hui confrontées à une situation encore plus difficile car elles perdent leurs maisons et leurs moyens de subsistance, sont contraintes de chercher un abri où elles le peuvent ou fuient leur pays en quête de sécurité. Elles ont un besoin urgent de nourriture, d'eau et d'abris, mais aussi de soins médicaux d'urgence, de mesures de protection et de soutien psychosocial pour éviter une catastrophe humanitaire encore plus grande", a déclaré Birgitte Bischoff Ebbesen, Directrice Régionale de l'IFRC pour l'Europe. À la gare de Przemyśl en Pologne, une femme pleurait et était réconfortée par un volontaire de la Croix-Rouge polonaise. Lorsqu'on lui a demandé ce qui s'était passé, elle a répondu qu'elle avait passé toute la nuit et toute la journée à attendre le train en provenance d'Ukraine qui devait mettre sa fille en sécurité. Le train est finalement arrivé, mais pas sa fille. Les personnes qui fuient les conflits vivent souvent des situations extrêmement pénibles, des pertes et des traumatismes, qui peuvent avoir un impact sur leur santé mentale et leur capacité à faire face. Un soutien psychosocial sera nécessaire dans les jours, les semaines et les mois à venir. Dans les situations de conflit, les mesures de santé publique visant à empêcher la propagation des maladies deviennent extrêmement difficiles. Les gens sont contraints de s'abriter dans des espaces surpeuplés où les conditions sanitaires ou l'accès aux services de santé de base sont limités, ce qui augmente le risque d'épidémies de maladies infectieuses, telles que la tuberculose et les maladies diarrhéiques. La propagation du COVID-19 est particulièrement préoccupante car le taux de vaccination en Ukraine est parmi les plus bas d'Europe, un tiers seulement de la population ayant reçu la première dose. L'Ukraine a également l'un des taux les plus élevés au monde de tuberculose multirésistante. Pour ajouter à une situation déjà désespérée, les températures descendent en dessous de zéro. Il y a un besoin urgent de vêtements chauds et d'abris adéquats pour protéger des intempéries les personnes se trouvant dans des lieux temporaires et celles qui font la queue aux frontières, dont la majorité sont des femmes, des enfants et des personnes âgées. "Nos équipes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en Ukraine et des pays voisins font tout leur possible pour soutenir toute personne dans le besoin, en particulier les personnes les plus à risque. Il s'agit notamment les mineurs non accompagnés, les familles monoparentales, les personnes âgées et les personnes handicapées. Ils ont le soutien total de l'IFRC et de notre réseau mondial, mais des fonds supplémentaires sont désespérément nécessaires car des millions de vies sont en jeu. Même si le conflit armé devait prendre fin demain, les conséquences humanitaires se feront sentir pendant des années", a ajouté M. Bischoff Ebbesen. Notes aux rédacteurs En Ukraine, les équipes de la Croix-Rouge dispensent des formations en premiers secours, aident dans les centres d'accueil et pour le transport des personnes en lieu sûr, et distribuent des articles de secours, notamment des vêtements chauds. Malgré le danger mortel qu'ils courent eux-mêmes, 3 000 nouveaux volontaires locaux se sont mobilisés pour soutenir leurs voisins. En Hongrie, les équipes de la Croix-Rouge gèrent trois points de services sanitaires à la frontière. Elles gèrent également des centres d'accueil et de collecte où elles accueillent les personnes qui traversent la frontière depuis l'Ukraine et distribuent des produits de première nécessité. En Pologne, où 60 % (plus d'un million) de personnes trouvent refuge en provenance de l'Ukraine, la Croix-Rouge polonaise a activé plus de 20 équipes de secours, dont environ 450 médecins, qui fournissent des soins de santé et un soutien psychosocial 24 heures sur 24 à cinq des huit points frontaliers ainsi que dans les grandes villes. En Moldavie, les volontaires et le personnel de la Croix-Rouge moldave ont apporté leur soutien à environ 200 000 personnes qui ont traversé la frontière en provenance de l'Ukraine. Ils sont présents à tous les points de passage frontaliers et proposent du thé chaud, de la nourriture chaude, des couches et des équipements de protection individuelle, notamment des masques et du désinfectant. Les volontaires aident également dans les centres d'accueil, participant à la préparation des repas et jouant avec les enfants. En Russie, les équipes de la Croix-Rouge ont livré 187 tonnes d'aide, notamment des vêtements, des kits d'hygiène, des produits pour bébés et des articles ménagers. Elles fournissent un soutien psychosocial, ont ouvert une ligne téléphonique d'aide à la santé mentale et, à ce jour, ont assuré 756 consultations. Plus de 160 appels ont été reçus par la ligne d'assistance téléphonique pour le rétablissement des liens familiaux. En Roumanie, des volontaires et des employés de la Croix-Rouge locale sont présents à divers postes frontières pour distribuer de la nourriture, de l'eau, des produits de première nécessité, des produits d'hygiène et des milliers de cartes SIM aux personnes dans le besoin. La Croix-Rouge aide les autorités locales à équiper les centres d'accueil de tentes, de literie, de nourriture et d'articles d'hygiène et d'articles pour bébés. Les volontaires visitent également les centres de placement, jouent avec les enfants et aident le personnel local à préparer la nourriture et les autres aides nécessaires. En Slovaquie, la Croix-Rouge est présente aux trois postes frontières du pays, où des équipes fournissent des services tels que des abris chauffés, l'orientation vers des services essentiels et les premiers secours. Comme les gens quittent rapidement la zone frontalière, la Croix-Rouge intensifie rapidement son soutien le long des routes. Ce soutien comprend un soutien psychosocial et la mise à disposition d'espaces adaptés aux enfants ; des services sociaux, en particulier l'orientation vers des services tels que l'éducation, les soins de santé et l'enregistrement pour obtenir un statut légal ; la fourniture de premiers soins, des évaluations de santé, l'orientation vers des soins cliniques et le test COVID-19. Pour plus d'informations ou pour organiser une interview, veuillez contacter : ABudapest: Kathy Mueller, [email protected], +1 226 376 4013 A Budapest: Nora Peter, [email protected], +36 70 953 7709 AGenève: Caroline Haga, +358 50 598 0500, [email protected] En savoir plus sur l'appel d'urgence de l'IFRC pour l'Ukraine et les pays affectés. Photos et vidéos: Ukraine - Romania - Hungary - Croatia - Poland - Slovakia - Russia - Moldova - IFRC Newsroom

Lire plus
02/12/2021 | Communiqué

« Les réactions impulsives sont un affront à la solidarité mondiale dont nous avons besoin pour répondre avec succès à une crise de cette ampleur.»

«Le consensus auquel sont parvenus les États membres cette semaine pour s'engager en faveur d'un instrument juridique centré sur la préparation, l'équité et l'approche de la société dans son ensemble est crucial. Le fait que les discussions de cette semaine se soient déroulées dans l'ombre d'Omicron ne pourrait pas démontrer plus clairement la nécessité d'une collaboration mondiale pour se préparer et répondre aux pandémies. «Mais les grands principes convenus ne suffisent pas. Lors de leur prochaine rencontre, les États membres devront approfondir ce qui est exactement nécessaire pour les atteindre. Nous devons également garder à l'esprit que ce processus est l'occasion de s'attaquer à la méfiance qui a entaché la réponse, et nous exhortons donc les États membres à maintenir les communautés au centre des discussions. Nous devons nous appuyer sur ce qui a été appris et mettre en œuvre une approche des pandémies mondiales qui soit puissante sur le papier et transformatrice dans la réalité.» Commentant la découverte de la variante Omicron, M. Chapagain a ajouté : «Il a été illusoire de croire que la vaccination rapide dans certains pays, alors que de vastes poches du monde restent sans accès aux vaccins, mettra fin à cette pandémie. Et au lieu d'applaudir la grande science et la transparence qui ont permis de découvrir une nouvelle variante, les pays l'ont punie par des réactions impulsives. C'est un affront à la solidarité mondiale dont nous avons besoin pour répondre avec succès à une crise de cette ampleur.» Pour plus d'informations AGénève: Ann Vaessen, [email protected], +41 79 405 77 50

Lire plus
12/03/2021 | Page de base

Santé communautaire

Tout le monde, partout, a droit à une vie enbonne santé. Au sein de leurs communautés, nos millions de volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge travaillent dur pour promouvoir la santé, prévenir les maladies et réduire lessouffrances.

Lire plus
06/07/2012 | Urgence

Syrie : Une urgence complexe

Plus de dix ans après le début du conflit en Syrie en 2011, on estime que 13,4 millions de Syriens ont toujours besoin d'une forme d'aide humanitaire. Plus de 90% de la population vivrait actuellement sous le seuil de pauvreté et 5,6 millions de personnes ont cherché refuge dans les pays voisins. Cet appel d'urgence permet à la FICR de soutenir le travail continu du Croissant-Rouge arabe syrien, qui sauve des vies en apportant à des millions de personnes une aide alimentaire, des services de santé et de soins, de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement (EHA), un soutien aux moyens de subsistance et bien plus encore.

Lire plus
16/02/2021 | Urgence

Afrique de l'Ouest: Epidémie d'Ebola

Le gouvernement de la Guinée a déclaré une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) le 14 février 2021.Les résultats préliminaires ont indiqué que le virus de l'épidémie actuelle est le même responsable de l'épidémie de 2014-16 et qu'il a été transmis d'un humain à un autre. Cet appel d'urgence permettra à la FICR de soutenir la Croix-Rouge de Guinée pour répondre à l'épidémie en cours, et soutiendra les activités de préparation et d'intervention des Sociétés nationales en Côte d'Ivoire, au Liberia, en Sierra Leone, au Mali et au Sénégal en cas de nouvelle propagation de la maladie.

Lire plus
06/09/2021 | Urgence

Afghanistan: Crises humanitaires

Cet appel d'urgence révisé sollicite 36 millions de francs suisses, contre 15 millions auparavant, afin d'intensifier la réponse humanitaire du Croissant-Rouge afghan aux multiples crises humanitaires en Afghanistan. Le pays subit les effets conjugués de la sécheresse, du conflit, des déplacements de population et des lacunes des services de santé, et s'attend à un hiver rigoureux. Cet appel d'urgence permettra à la FICR d'aider le Croissant-Rouge afghan à fournir une assistance et un soutien à 560 000 personnes sur 24 mois.

Lire plus
28/05/2020 | Urgence

Pandémie de COVID-19

Plus de deux ans après le début de la pandémie de COVID-19 en janvier 2020, tous les aspects de la vie des populations sont encore touchés. Nous continuons de soutenir les communautés pour réduire la transmission et sauver des vies, tout en aidant les personnes les plus vulnérables du monde à faire face à ses multiples effets. De nombreuses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutiennent des campagnes de vaccination nationales et un plan de vaccination ciblé de l'IFRC vise à aider 500 millions de personnes dans le monde.

Lire plus
01/06/2020 | Communiqué

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lance un appel à hauteur de 3,1 milliards de francs suisses (3,19 milliards de dollars É.-U.) pour enrayer la propagation du Covid-19 et venir en aide aux populations les plus vulné...

Genève, 28 mai 2020 – Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement) cherche à lever 3,1 milliards de francs suisses (soit 3,19 milliards de dollars É.-U.) pour intensifier d’urgence son intervention mondiale face à la rapide propagation du Covid-19 et venir en aide aux plus vulnérables dans le contexte de la pandémie.Cet appel coordonné s’appuie sur celui qui avait été lancé le 26 mars 2020 et vise à intensifier des services et activités de soutien vitaux pour faire face à la fois aux effets immédiats de la pandémie et à ses répercussions sociales et économiques à long terme.Depuis cinq mois, la pandémie menace chaque aspect de la vie quotidienne, accentue les inégalités, déstabilise des communautés entières et réduit à néant les progrès de ces dix dernières années en matière de développement.Jagan Chapagain, Secrétaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale), explique : « Dans des contextes humanitaires précaires, la pandémie de Covid-19 crée de nouvelles vulnérabilités chez des personnes déjà très exposées. Nous sommes aujourd’hui confrontés à une juxtaposition de crises : pauvreté galopante, insécurité alimentaire, situation économique catastrophique, services de santé publique déficients, manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène, ... »« Au niveau local, les volontaires et le personnel des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge assurent des services et livrent des équipements vitaux en vue d’enrayer la propagation de la pandémie et de lutter contre la détérioration des moyens de subsistance et de la situation socioéconomique des personnes vulnérables. Pour protéger ces communautés et leur venir en aide, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge doivent intensifier leur action locale de façon soutenue et coordonnée en parallèle des efforts déjà déployés au niveau mondial. »Le Mouvement est formé de trois composantes : le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale, et 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Sociétés nationales).D’après Robert Mardini, directeur général du CICR, « cette crise sanitaire mondiale engendre des besoins considérables qui vont s’inscrire dans la durée, que ce soit en matière de soutien psychosocial, d’assistance médicale ou d’aide aux activités de subsistance dans les zones de conflit. Partout où le Covid-19 vient s’ajouter aux conflits et à la violence, le CICR travaille main dans la main avec ses partenaires du Mouvement pour réunir les moyens d’aider les familles vulnérables sur le long terme, et pas uniquement pour répondre aux effets immédiats de la pandémie. »- La Fédération internationale cherche à lever 1,9 milliards de francs suisses (1,95 milliards de dollars É.-U.) pour aider les Sociétés nationales à fournir des soins de santé, un approvisionnement en eau potable et des services d’assainissement, ainsi qu’à atténuer les effets socioéconomiques de la pandémie sur les personnes les plus vulnérables. Les fonds rassemblés renforceront en outre la capacité des Sociétés nationales, intervenants clés au niveau local, à exécuter ces services et programmes essentiels et à veiller à ce que leurs volontaires et leur personnel soient protégés et soutenus pendant cette crise. Sur 1,9 milliards de francs suisses, 450 millions seront levés par le Secrétariat de la Fédération internationale, en appui aux Sociétés nationales.- Le CICR cherche à lever 1,2 milliards de francs suisses (1,24 milliards de dollars É.-U.) pour intervenir dans les régions touchées par les conflits et les violences, fournir un appui dans les structures médicales et les lieux de détention, limiter la propagation du virus parmi les personnes déplacées et les détenus et leur assurer un accès à des soins médicaux, et aider les Sociétés nationales dans leurs efforts d’intervention. Sur 1,2 milliards de francs suisses, 366 millions serviront à appuyer la lutte essentielle et immédiate contre le Covid-19, et 828 millions à soutenir des activités visant à faire face à l’impact plus global de la pandémie. Le CICR vise à répondre aux besoins les plus pressants, notamment : à garantir un accès à l’eau potable et des conditions de vie saines ; à contribuer à une gestion sûre et digne des dépouilles mortelles ; et à aider les communautés vulnérables à accéder à des informations et des services vitaux.Depuis le début de la pandémie, le Mouvement aide les Sociétés nationales à renforcer leurs services de santé, la mobilisation des communautés et la préparation des populations vulnérables à la pandémie. Dans le monde entier, les Sociétés nationales ont intensifié leur action pour répondre aux différents besoins sanitaires et socioéconomiques dans leurs pays. Des volontaires interviennent en première ligne pour contribuer à la recherche de contacts, identifier des personnes atteintes du Covid-19 et leur fournir des soins.Le Mouvement est le plus vaste réseau humanitaire au monde. Ancrés dans les communautés, ses volontaires et son personnel viennent en aide aux populations les plus vulnérables, notamment aux personnes qui habitent des pays où les systèmes de santé et de protection sociale manquent de ressources, aux communautés qui se relèvent de catastrophes récentes, aux migrants et aux personnes déplacées, aux populations qui vivent dans des zones de conflit et sont en permanence confrontées à la violence, aux habitants de bidonvilles urbains, aux personnes en détention, et à celles qui souffrent des impacts socioéconomiques du Covid-19.

Lire plus
26/03/2020 | Communiqué

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lance un appel à hauteur de 800 millions de francs suisses pour aider les personnes les plus vulnérables du monde à faire face au COVID-19

Genève, 26 mars 2020 –- Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement) a lancé ce jeudi un appel d’urgence révisé à hauteur de 800 millions de francs suisses (soit 823 millions de dollars É.U.) pour aider les communautés les plus vulnérables du monde à enrayer la propagation du COVID-19 et à se remettre de ses effets.Si le COVID-19 a déjà atteint le stade de pandémie mondiale, il est encore possible de réduire sa propagation et le nombre de victimes en améliorant l’accès aux ressources essentielles.Le président de la Fédération internationale, Francesco Rocca, a déclaré : « Cette pandémie met en péril des systèmes de santé entiers, et la situation empirera dans les régions où ces systèmes sont faibles, voire inexistants. Des mesures communautaires fortes doivent être prises pour endiguer le virus. Le COVID-19 touche tout le monde, mais les migrants et les personnes déplacées, les sans-abri et les habitants des zones à risque de catastrophe font partie des personnes les plus exposées à la maladie, les moins à même d’accéder à des soins de santé et les plus affectées par la perte de leurs revenus. Ces personnes ne doivent pas être oubliées. Nous devons renforcer le soutien apporté aux volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui sont en première ligne des opérations menées ».Le Mouvement réunit le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale), et les 192 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.- La Fédération internationale cherche à lever 550 millions de francs suisses (soit 566 millions de dollars É.U.) pour aider les Sociétés nationales à fournir des soins de santé, à prépositionner du matériel, à communiquer sur les risques, à tirer des enseignements de l’action du réseau mondial d’intervenants locaux, à allouer des subventions en espèces aux familles et à atténuer les conséquences pour la population dans les grands foyers d’épidémie. Sur ces 550 millions de francs suisses, 150 millions iront à la Fédération internationale en vue de soutenir les Sociétés nationales dans le besoin, tandis que les 400 millions restants seront levés par les Sociétés nationales au niveau national.- Le CICR cherche à lever 250 millions de francs suisses (256 millions de dollars É.U.) pour répondre aux besoins dans les contextes de conflit et de violence, soutenir les établissements médicaux et les lieux de détention en vue d’y contenir la propagation et de garantir aux personnes déplacées et aux prisonniers l’accès aux soins médicaux, et apporter un soutien aux efforts d’intervention des Sociétés nationales.Peter Maurer, le président du CICR, a déclaré : « La communauté internationale doit dès maintenant renforcer le soutien apporté aux communautés dont les ressources sont paralysées par un conflit si l’on veut éviter qu’une autre catastrophe humanitaire ne vienne s’ajouter aux innombrables crises dont ces communautés déchirées par la guerre ont déjà été victimes. Les virus ne connaissent pas de frontière ; nous sommes face à un problème mondial que seule une action mondiale pourra résoudre. »Parmi les activités déjà entreprises par le Mouvement figurent le soutien aux efforts des Sociétés nationales visant à renforcer leurs services de soins de santé, ainsi que la mobilisation communautaire et la préparation des populations vulnérables à une pandémie. Le Mouvement s’attache en outre à approvisionner les établissements médicaux, étendre les programmes d’assainissement et de prévention de la maladie, y compris dans les lieux de détention, et à atténuer l’impact socio-économique de l’épidémie en préservant l’accès des communautés aux services essentiels. Un soutien sera aussi apporté aux États dans la mise en œuvre des lignes directrices de l’OMS relatives à la détection rapide, l’isolement et le traitement des cas de COVID-19, ainsi qu’à la recherche des contacts.Les deux institutions affirment qu’une approche coordonnée à l’échelle de la société, prévoyant des financements et un soutien au sein des pays et entre eux, sera nécessaire pour enrayer la propagation rapide de la pandémie au niveau mondial. Les conséquences de cette crise seront généralisées, les personnes les plus vulnérables sont particulièrement exposées aux risques liés au COVID-19. Les gouvernements, les individus, les communautés, les institutions et les donateurs doivent travailler ensemble à tous les niveaux pour atténuer les effets ravageurs de cette crise sanitaire.Le Mouvement est le plus vaste réseau humanitaire au monde. Ses volontaires et personnels présents dans les communautés viennent en aide aux personnes les plus vulnérables : celles qui vivent dans les pays dont les systèmes de santé et de bien-être social manquent de ressources ; celles qui se remettent de catastrophes récentes ; les migrants et les personnes déplacées ; celles qui se trouvent dans des zones de conflit ou dans des contextes de violence continue ; celles qui vivent dans des taudis urbains ; les prisonniers ; et celles qui souffrent de l’impact socio-économique du COVID-19.

Lire plus