Santé mentale

Displaying 1 - 6 of 6
01/07/2022 | Article

«Il les appelait les plantes de l'espoir » : Soutenir la santé mentale des personnes victimes de la crise ukrainienne.

Une simple recherche de «Kharkiv» sur Internet permet aujourd'hui de voir des scènes de cendres grises recouvrant des bâtiments en ruines. C'est ainsi qu'une grande partie du monde voit aujourd'hui l'Ukraine. Loin de cette perception, les habitants se souviennent du crépitement des cheminées et des promenades sous les arbres, dont beaucoup sont aujourd'hui sans vie. Mais il reste au moins une petite touffe de vert printanier - quelques petites plantes dans le jardin d'un habitant de Kharkiv. Les seules à avoir survécu à la pluie de missiles dans un jardin autrefois luxuriant et vibrant. «Il les appelait les plantes de l'espoir», explique Ana Blanco, l'une des 20 secouristes de la Croix-Rouge espagnole travaillant à Zahony, en Hongrie. «Lui et sa femme sont arrivés à la gare de Zahony avec deux d'entre elles, après avoir fait tout ce chemin depuis Kharkiv. Et chaque jour, je les voyais prendre tant de soin et de fierté pour qu'elles restent en vie sur le rebord de la fenêtre de leur abri.» Pour cet homme, ces plantes sont le symbole de son foyer. Et même si elles ne sont pas la chose la plus pratique à emporter avec lui pendant son voyage, Ana comprend qu'elles sont d'une importance vitale pour son bien-être mental. Secouriste en situation d'urgence à l'IFRC depuis 2011, Ana sait que les survivants de catastrophes et de conflits peuvent être résilients. Elle l'a vu de ses propres yeux alors qu'elle apportait des secours d'urgence à Porto Rico après l'ouragan Maria, et un soutien en matière d'eau et d'assainissement après le séisme de 2015 au Népal. Mais cela ne signifie pas que l'espoir s'épanouit toujours par lui-même. C'est ce qui a amené Ana de son domicile à Valence vers Zahony - son expérience lui a appris que soutenir la santé mentale des personnes touchées par une catastrophe ou un conflit est tout aussi important que de soutenir leur santé physique. Elle est venue avec 20 autres spécialistes de la santé de la Croix-Rouge espagnole pour travailler aux côtés de la Croix-Rouge hongroise, afin de s'assurer que leurs équipes disposent de ce dont elles ont besoin pour répondre aux besoins immédiats des personnes en matière de santé mentale et physique. Elle a également participé à la mise en place d'une clinique à Zahony afin de pouvoir fournir un soutien efficace à plus long terme. Ce n'est pas la première fois qu'Ana soutient les réfugiés. Par le passé, elle a eu à travailler dans des camps en Grèce pour aider les réfugiés à exprimer leurs émotions grâce à l'art-thérapie. Ses yeux s'illuminent lorsqu'elle en parle : «C'était remarquable. Même s'il y avait une énorme barrière linguistique, nous nous sommes appuyés sur des moyens de communication universels.» Que ce soit en créant des œuvres d'art ou en s'occupant délicatement de petites plantes sur le rebord d'une fenêtre, tout le monde a quelque chose à dire, parce que tout le monde a des sentiments. Et ces sentiments ont besoin d'être exprimés. «J'ai grandi dans une famille qui a toujours aidé les gens. Je sens qu'il manque quelque chose en moi quand je vois une crise et que je ne peux pas y aller - si je ne suis pas disponible pour répondre. C'est un tremblement de terre en moi», explique Ana. C'est ce désir inné d'aider les autres, de faire preuve de gentillesse envers les autres, partagé par des millions de membres de notre famille de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui a motivé Ana pendant son séjour en Hongrie. Pendant de nombreuses semaines, elle a travaillé patiemment pour apprendre à connaître un grand nombre de personnes séjournant à Zahony et à établir une relation de confiance avec elles, les aidant à s'ouvrir. À propos d'un autre homme qu'elle a rencontré très tôt et qui s'asseyait seul sur un lit superposé dans un coin de l'abri, Ana dit : «Il ne voulait pas sortir quand je l'ai rencontré. Il avait voyagé seul, la possibilité de joindre un ami à l'étranger se raréfiant.» «De temps en temps, je lui disais : «J'espère te voir à la gare !» «J'espère te voir bientôt autour d'un repas !».Et au bout de quelques jours, elle l'a vu émerger de l'obscurité et sortir, interagir avec elle et les autres. Lors de son dernier jour à Zahony, Ana fait tout son possible pour le mettre en contact avec une aide à l'autre bout du fil. Elle termine sa mission en sachant que pour des millions de personnes, leur foyer est très différent de celui qu'ils avaient auparavant. Beaucoup ne savent pas où leur voyage va se terminer. Ana exprime une vérité que de nombreux intervenants en cas de catastrophe gardent près de leur cœur : nous ne pouvons jamais garantir que quelqu'un ira bien ou que tout le monde s'en sortira. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour nourrir les graines de l'espoir, afin qu'un jour, la vie des personnes affectées par des crises comme celle de l'Ukraine puisse s'épanouir à nouveau. -- Cliquez ici pour en savoir plus sur l'appel d'urgence de l'IFRC pour l'Ukraine et les pays affectés.Si vous souhaitez faire un don pour soutenir notre travail de réponse à cette crise, veuillez cliquer ici. Vous pouvez également consulter notre page sur la santé mentale pour en savoir plus sur le travail de l'IFRC en matière de santé mentale et de soutien psychosocial dans le monde.

Lire plus
16/12/2022 | Article

Migration en Afrique de l'Ouest : La Croix-Rouge offre une oasis d'aide et d'espoir aux migrants à Kolda, au Sénégal.

"Ils sont exposés à la violence, à l'exploitation, aux abus, aux riques sécuritaires, aux violences sexuelles basées sur le genre et à tous types de dangers le long de leurs routes migratoires. Ici nous leur offrons de l'espoir, de la protection, de l'assistance, une orientation et des conseils." C'est ainsi que Mariama Mballo, assistante sociale, résume le travail effectué au Point de Service Humanitaire (PSH) de Kolda, géré par la Croix-Rouge sénégalaise et l'IFRC dans le sud du Sénégal. "Le PSH de Kolda est un centre d'écoute, de soutien psychosocial, de conseils et d'assistance pour les migrants.Il offre un espace d'accueil et de conseil anonyme, confidentiel et gratuit." déclare la sociologue de formation de 30 ans, qui y travaille depuis février 2022. Le Sénégal, historiquement considéré comme un pays de destination pour les migrants en Afrique de l'Ouest, est devenu un pays de transit. En raison de sa situation géographique, les migrants, en particulier ceux qui viennent d'Afrique de l'Ouest, passent par le Sénégal au cours de leur voyage vers les pays du Maghreb ou l'Europe à la recherche d'une vie meilleure. L'importance du soutien psychosocial Les déplacements sur des routes migratoires périlleuses peuvent avoir un impact profond sur la santé physique et mentale des migrants. L'objectif du soutien psychosocial offert à Kolda est d'aider les personnes en déplacement à retrouver une certaine normalité, un équilibre mental et, surtout, d'encourager les personnes à être actives et engagées dans leur propre relèvement en trouvant des mécanismes de défense et de protection qui leur conviennent. Lorsque les migrants en transit ont des besoins qui ne peuvent être satisfaits au PSH, ils sont orientés vers d'autres services partenaires externes. "La clé du projet réside dans ses volontaires, en fait, ils sont la "porte d'entrée", ceux qui reçoivent d'abord les migrants, les écoutent et les orientent ensuite vers le travailleur social pour une écoute active et approfondie", souligne Mariama. Le personnel travaillant à Kolda peut aussi parfois se sentir accablé en écoutant les expériences que leur racontent les migrants lors des séances de conseil. "Oui, il y a des histoires qui nous choquent, mais nous avons la capacité de les surmonter afin d'offrir aux migrants les conseils et le soutien dont ils ont besoin", déclare Mariama. Répondre aux besoins très diversifiés des personnes Les personnes en déplacement peuvent accéder à d'autres aides vitales, comme de la nourriture et de l'eau, à Kolda. De nombreux migrants qui arrivent, notamment des femmes et des enfants, sont restés plusieurs jours sans nourriture alors qu'ils entreprennent leur long voyage dans des régions souvent inhospitalières. Les volontaires et le personnel de Kolda offrent également aux personnes des conseils utiles et une orientation sur des questions telles que la traite des êtres humains, le rétablissement du contact avec leur famille ou la gestion des documents de voyage importants. Et, si nécessaire, les migrants peuvent également recevoir une assistance juridique, toujours dans la plus grande confidentialité et protection, de même qu'une aide de base en matière d'habillement et d'hygiène afin d'assurer leur santé et leur bien-être. "Les personnes qui arrivent au PSH sont souvent dans une situation de vulnérabilité avancée, nous faisons donc tout ce que nous pouvons pour répondre immédiatement à leurs besoins les plus pressants", explique Mariama. Les volontaires ne se contentent uniquement pas de soutenir les migrants. Ils effectuent également un travail intensif avec la communauté locale afin de sensibiliser et de faire connaître le respect des droits et de la dignité des migrants. Ce travail important est réalisé dans la plus grande confidentialité, toujours en accord avec nos principes fondamentaux et la politique migratoire de l'IFRC. Assistance et protection des migrants les plus vulnérables en Afrique de l'Ouest Kolda n'est qu'un exemple des plus de 600 points de services humanitaires gérés par les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge le long des principales routes migratoires du monde. Il s'agit d'espaces neutres qui offrent aux migrants un environnement accueillant et sûr pour accéder aux services essentiels, quel que soit leur statut et sans crainte d'être détenus ou dénoncés aux autorités. Depuis le lancement du PSH de Kolda en 2020, qui comprend d'autres petits postes à Tanaff, Salikégné, Diaobé et Pata, les bénévoles ont accueilli et soutenu plus de 1 500 migrants. Il a été mis en place dans le cadre du projet "Assistance et protection des migrants les plus vulnérables en Afrique de l'Ouest". Financé par l'Union européenne, le projet couvre différentes routes migratoires fréquentées à travers le Burkina Faso, la Gambie, le Mali, le Niger et le Sénégal. Outre les Sociétés nationales de ces pays, le projet implique également l'IFRC, la Croix-Rouge espagnole, la Croix-Rouge danoise et la Croix-Rouge luxembourgeoise. -- Pour plus d'informations, visitez notre pagewebMigration et déplacement pour apprendre plus sur les politiques, programmes et opérations de l'IFRC en matière de migration

Lire plus
18/07/2022 | Article

Guérir les cicatrices invisibles du conflit ukrainien : l'IFRC et l'Union européenne lancent un projet sur la santé mentale

Selon l'OMS, une personne sur cinq est affectée par des troubles de santé mentale dans les situations post-conflit. S'ils ne bénéficient pas d'un traitement et d'un soutien adéquat, les Ukrainiens s'exposent à des effets durables qui pourraient leur nuire à eux-mêmes, à leur famille et à leur communauté. «Les blessures de guerre sont profondes, parfois trop profondes pour être gérées seules », explique Nataliia Korniienko, déléguée à la santé mentale et au soutien psychosocial auprès de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). En tant qu'Ukrainienne, qui a dû quitterelle-même le pays lorsque la situation a commencé à s'aggraver, elle comprend de trés près le stress auquel sont confrontés ceux qui fuient le conflit. «Les gens ont besoin de quelqu'un qui prenne le temps de s'asseoir à côté d'eux dans leur douleur, mais cela manque souvent pour beaucoup de ceux qui fuient l'Ukraine en ce moment.» Dans le cadre d'une initiative régionale visant à répondre à ce besoin massif, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de la République tchèque, de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie de l'Ukraine et de la Slovaquie ont uni leurs forces pour offrir des services de santé mentale et de soutien psychosocial à plus de 300 000 personnes en Ukraine. Financé par l'Union européenne et avec l'assistance technique de l'IFRC et du Centre psychosocial de l'IFRC, le projet met en relation des personnes vulnérables avec des professionnels de la santé mentale et des volontaires des six Sociétés nationales. Un soutien est proposé en ukrainien et dans d'autres langues par le biais de diverses plateformes, notamment des lignes d'assistance téléphonique, des services mobiles et des activités de groupe en personne. Des documents sur le soutien psychosocial en plusieurs langues vont également être distribués aux professionnels de la santé mentale et au public. Depuis les premiers jours du conflit, le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé les gens aux points de passage frontaliers, dans les gares et les abris temporaires - en les écoutant et en faisant preuve d'empathie, en partageant des informations vitales et en prenant soin des personnes vulnérables. Aneta Trgachevska, responsable par intérim de la santé et des soins à l'IFRC Europe, a déclaré : «Nous essayons d'atteindre toutes les personnes dans le besoin d'une manière pratique et personnalisée. L'assistance ne se limitera pas à quelques appels ou réunions - la personne recevra un soutien aussi longtemps que nous serons nécessaires. Ce type de réponse précoce peut atténuer les symptômes et empêcher les gens de développer de graves niveaux de détresse, voire des problèmes de santé mentale.» -- Le contenu de cet article relève de la seule responsabilité de l'IFRC et ne reflète pas nécessairement les vues de l'Union européenne.

Lire plus
03/10/2022 | Discours

Couverture sanitaire universelle : Le Secrétaire général de l'IFRC prend la parole lors de la troisième réunion ministérielle annuelle du Groupe des Amis de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) et de la Santé Mondiale

C'est un honneur de co-organiser l'événement d'aujourd'hui en tant que membre du Groupe des amis de la couverture sanitaire universelle et de m'exprimer au nom de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui compte 192 Sociétés nationales et des millions d'employés et de volontaires. La couverture sanitaire universelle, qui incarne le droit de tous à des services de santé de qualité, accessibles, abordables et disponibles, est en profonde résonance avec la mission fondamentale de l'IFRC, qui est d'agir dans l'intérêt des plus vulnérables et d'atténuer les souffrances humaines. Depuis 2018, nous avons intensifié notre travail sur les CHU et nous nous sommes alignés sur le programme de travail de l'OMS. En tant que membre de l'UHC2030, nous avons soutenu des groupes de discussion nationaux avant et après la réunion de haut niveau de 2019 pour partager les expériences vécues, les défis et les réalisations en matière de CSU des populations souvent laissées pour compte. Cette année, l'IFRC a mené des consultations nationales à travers le monde avec des communautés et des groupes de la société civile afin d'identifier les obstacles à l'accès aux services de santé de base et de fournir des contributions clés au rapport sur l'état de l'engagement en matière de CSU. Malgré tous les progrès réalisés, nous constatons que de nombreux groupes vulnérables et populations marginalisées n'ont pas accès aux services de santé vitaux. Dans un an, la réunion de haut niveau sur la santé universelle doit être l'occasion de prendre les engagements politiques nécessaires pour renforcer les systèmes de santé pour les générations futures. Premièrement, nous devons donner la priorité aux besoins de santé des plus vulnérables, en particulier dans les situations de catastrophe, de crise climatique, d'urgence sanitaire et de violence. Les gouvernements doivent s'attaquer à la stigmatisation et à la discrimination et bâtir la confiance en intégrant les communautés vulnérables dans l'élaboration même des politiques. Les femmes et les filles ont fait état de plus grandes difficultés d'accès aux soins de santé, et les personnes en déplacement sont souvent complètement exclues des régimes nationaux de santé. Deuxièmement, nous devons veiller àassurer la sécurité et la protection des agents de santé communautaires et des volontaires, y compris nos volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui ont une connaissance approfondie des risques, des vulnérabilités et des inégalités qui affectent l'état de santé de leurs communautés et représentent une ressource clé car ils travaillent avec le système de santé officiel pour fournir des services. Le rôle des premiers intervenants communautaires pour assurer une couverture améliorée et rapide des services de santé essentiels est devenu encore plus évident pendant la pandémie de COVID-19. Troisièmement, les gouvernements devraient élaborer des stratégies de santé communautaire en améliorant la collaboration entre les services de santé publique, les communautés et les organisations de la société civile. Il faut investir davantage dans l'intensification de la communication des risques et de l'engagement communautaire en tant que composante essentielle des systèmes de santé centrés sur les personnes. Nous croyons fermement à l'autonomisation des communautés et à leur participation significative à la prise de décision. Nos Sociétés nationales, en tant qu'acteurs neutres et impartiaux, peuvent traduire les besoins des communautés en politiques, systèmes de protection sociale, infrastructures, lois et questions de gouvernance. Les systèmes de santé devraient également être soutenus par de meilleures lois sur les urgences de santé publique qui permettent des réponses systématiques aux pandémies et aux urgences sanitaires - nous venons de lancer un manuel relatif aux lois sur les urgences de santé publique pour soutenir cette démarche. Dernier point et tout aussi important, il n'y a pas de santé sans santé mentale, surtout dans les situations de crise. Le renforcement des systèmes de santé passe par l'intégration et le financement de services de santé mentale et de soutien psychosocial pour tous ceux qui en ont besoin. Excellences, chers collègues, l'accès aux services de santé n'est pas un privilège et ne doit pas être traité comme tel. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre l'opportunité de la réunion de haut niveau de l'année prochaine et nous ne pouvons pas y renoncer : la réalisation de la couverture sanitaire universelle est la seule voie possible. Nous nous engageons à poursuivre notre travail avec les gouvernements et les autres partenaires afin de mettre en œuvre nos engagements communs en faveur de la CSU et des systèmes de santé plus solides pour tous, partout. Je vous remercie.

Lire plus
03/06/2022 | Article

100 jours de crise: S'enfuir de chez soi, retrouver la joie

Nous avions déjà mis nos passeports dans le sac. Vivant à Kiev, nous étions déjà témoins de la tension dans l'air et regardions les informations sur ce qui se passait près de la frontière de l'Ukraine. Nous avions accepté le fait que nous aurions probablement besoin de nous mettre en sécurité loin de chez nous à un moment donné. Mais cette nuit-là est arrivée bien plus tôt que prévu. De fortes détonations et des éclairs à travers la fenêtre nous ont réveillés en sursaut, la crise débarquant sur le pas de notre porte. Ma fille de sept ans et moi nous nous sommes rendues chez nos parents, à quelques heures de là. Ce n'était pas du tout une décision facile à prendre, quitter notre confortable et familière maison, située à la lisière de la ville, près des bois où nous aimions nous promener le week-end. Nous étions si heureuses là-bas, mais nous savions qu'il n'était plus sûr pour nous d'y rester. Le voyage était surréaliste. La radio du car jouait de la musique comme si rien ne se passait, pourtant tout autour de nous, il y avait des bruits de guerre. Et à peine arrivées à la maison de notre famille, nous avons réalisé que c'était encore une fois trop dangereux d'y rester. Au cours des jours suivants, nous avons continué à nous déplacer d'un endroit à l'autre en direction de la partie occidentale de l'Ukraine, en nous attendant à ce que le conflit nous suive. Tous ces changements ont rapidement fait des ravages, surtout sur ma fille. Je suis psychologue professionnelle de formation, je savais donc exactement ce qu'il fallait rechercher pour identifier les signes de stress grave. Plusieurs fois par nuit, nous nous réveillions au son des sirènes et des alarmes aériennes. Elle refusait de dormir en pyjama et insistait plutôt pour dormir en vêtements d'hiver. Elle ne dormait pas du tout, vraiment, de peur de devoir se relever et se mettre en sécurité. Elle avait peur tout le temps, son ours en peluche ne lui apportait qu'un réconfort limité. C'est à ce moment-là que j'ai su que nous devions quitter le pays. Nous connaissions quelques personnes en Pologne, également originaires d'Ukraine, qui avaient été aidées par la communautéaccueillante polonaise . Ils s'étaient surpassés pour aider à fournir un abris à des familles fuyant l'Ukraine. Tout dans ma vie a été bouleversé du jour au lendemain. Même la familiarité avec ma profession de travailleur humanitaire et de psychologue pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Là-bas, mon travail consistait à soutenir les familles de personnes disparues en Ukraine. Mais lorsque le conflit a commencé, nous avons tous changé de rythme, nous concentrant entièrement sur l'urgence qui se présentait à nous. J'ai été l'un des premiers membres du personnel à former les volontaires de la Croix-Rouge à la fourniture de premiers soins psychosociaux aux personnes en détresse. Les volontaires de la Croix-Rouge ukrainienne ont déployé tant d'efforts, dès le début de la crise, pour aider les personnes dans le besoin. Je leur ai également appris à reconnaître s'ils devaient chercher de l'aide pour eux-mêmes. Et maintenant, il semble que nous en ayons tous besoin. Ayant travaillé avec la Croix-Rouge pendant des années, j'ai essayé de faire de mon mieux pour les soutenir dans leur travail de sauvetage en utilisant mes compétences. Avec mon équipe du CICR, nous avons créé des lignes d'assistance téléphonique pour les personnes ayant besoin d'une aide psychologique - le même soutien dont j'avais moi-même besoin. En traversant la frontière polonaise, nous avons été accueillis par de gentils volontaires, tout comme lorsque nous étions en route en Ukraine. Ils nous ont donné de la nourriture et des jouets pour ma fille, des gestes simples qui m'ont fait me sentir beaucoup mieux. J'ai remarqué que cela semblait être un tournant pour ma fille, et bientôt elle s'est remise à dormir et à jouer avec les autres enfants. Peu de temps après notre arrivée en Pologne, j'étais à la banque lorsqu'une femme également originaire d'Ukraine a entendu ma voix - la même langue qu'elle parlait et a commencé à partager sa propre histoire avec moi. Elle s'est mise à pleurer. C'est alors que j'ai su qu'elle avait besoin que je l'écoute. Elle voulait partager son histoire avec quelqu'un qui prendrait le temps de s'asseoir à ses côtés dans sa douleur. C'est ce dont tant de gens ont besoin, mais les mots manquent souvent pour l'exprimer. Il m'est apparu clairement que c'était une façon d'y contribuer en utilisant mes compétences, surtout maintenant que j'avais plus de capacité à prendre soin des autres tout en me sentant moi-même en sécurité. J'ai contacté mes collègues de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et j'aide maintenant à diriger un programme dans les pays voisins de l'Ukraine pour fournir un soutien psychosocial et de santé mentale aux personnes qui ont fui l'Ukraine, ce qui comprend de nombreuses activités différentes où les volontaires peuvent soutenir les gens en utilisant des compétences de premiers soins psychologiques, en organisant des espaces adaptés aux enfants, en offrant des références à d'autres prestataires de services et bien plus encore. Les blessures de guerre sont profondes, parfois trop profondes pour être gérées seules. Je ne sais pas quand je pourrai rentrer chez moi et aider mon peuple en Ukraine. Le retour n'est pas encore sûr. Pour l'instant, je ne peux planifier que quelques jours à l'avance. Quand je le pourrai - quand chacun d'entre nous le pourra - nous retrouverons cette joie simple que nous avons ressentie auparavant. -- Nataliia K est déléguée à la santé mentale et au soutien psychosocial auprès de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Elle contribue à aider les personnes qui ont enduré plus de 100 jours de crise chez elles, en Ukraine. Elle est originaire de Kiev.

Lire plus
12/03/2021 | Page de base

Santé mentale et soutien psychosocial

Les catastrophes et les situations d'urgence ont un impact considérable non seulement sur la santé physique des personnes, mais aussi sur leur santé mentale et leur bien-être. Répondre aux besoins mondiaux en matière de santé mentale et d'aide psychosociale est un élément essentiel de l'action de la FICR en faveur de communautés saines.

Lire plus