Partenariat Programmatique

Displaying 1 - 10 of 10
| Article

Crise alimentaire : « Maintenant, je peux m'occuper de ma propre famille ».

Dans la région de Lubombo en Eswatini, près de la ville de Big Bend, Bongani Masuku, 39 ans, regarde son champ de maïs. Il en a récolté une partie la semaine dernière. «Mais il y a encore du travail à faire», dit Bongani en commençant à travailler la terre. Lubombo est l'une des régions les plus chaudes d'Eswatini. Alors que Bongani désherbe son champ, la température a déjà dépassé les 34 degrés. «J'enlève les mauvaises herbes pour que mon maïs pousse correctement», explique-t-il. «Si je laissais les mauvaises herbes prendre le dessus, les plants deviendraient très minces et n'offriraient pas une bonne récolte.» Plus tôt dans la saison, Bongani a suivi une formation agricole, à l'issue de laquelle il a reçu une subvention d'environ 70 euros. Il a investi cet argent dans des semences de maïs plus résistantes à la sécheresse, car le changement climatique a rendu les pluies plus irrégulières et accru la sécheresse. Environ 70 % de la population de l'Eswatini dépend directement de l'agriculture pour sa subsistance. C'est pourquoi l'évolution des conditions météorologiques est extrêmement préoccupante. «Les récentes vagues de chaleur ont vraiment rendu l'agriculture plus difficile. Le maïs ne doit pas recevoir trop de lumière du soleil lorsqu'il fleurit. La pluie est importante à ce stade. La dernière fois que le maïs a fleuri, il n'y a pas eu de pluie du tout, et ma récolte a donc été inférieure à ce que j'avais prévu.» Le champ de maïs revêt une grande importance pour Bongani. «Il me permet de nourrir ma famille, mais aussi de vendre une partie des récoltes et d'obtenir de l'argent», précise t-il. «Cet argent m'aide à scolariser mes enfants. J'ai cinq enfants avec ma chère épouse. Maintenant, je peux leur acheter des manuels scolaires et d'autres fournitures scolaires, comme des stylos. Si je gagne assez d'argent, je peux aussi leur acheter des chaussures pour aller à l'école.» L'insécurité alimentaire prolongée Comme partout ailleurs en Afrique australe, les habitants de l'Eswatini souffrent d'une crise grave et prolongée de la sécurité alimentaire qui a débuté en 2015. La sécheresse causée par le phénomène El Niño, renforcée par le changement climatique et l'irrégularité des pluies et des inondations depuis lors, a endommagé les récoltes année après année. Bongani est l'une des 25 500 personnes incluses dans le projet triennal financé par l'Union européenne pour améliorer la sécurité alimentaire au moyen d'une assistance en espèces. Outre la Croix-Rouge finlandaise, le projet inclut la Croix-Rouge de Baphalali Eswatini et la Croix-Rouge belge des Flandres. Pour les bénéficiaires des subventions en espèces, comme Winile Masuku, l'aide en espèces a permis d'acheter de la nourriture comme du riz, de la farine de maïs et de l'huile de cuisson à un moment où les sources de nourriture habituelles sont beaucoup moins abondantes et plus chères. «Avant de recevoir une aide financière, nous dépendions de nos voisins», explique Winile, assise devant sa maison, dont les murs sont faits de branches tressées et de pierres. «Aujourd'hui, je peux m'occuper de ma propre famille.» Le jardinage pour le changement Si tout le monde n'est pas agriculteur, de nombreux habitants de l'Eswatini cultivent une partie de leur nourriture quotidienne dans des jardins communautaires locaux. C'est l'une des raisons pour lesquelles ce projet de résilience climatique vise également à faire revivre la tradition des jardins communautaires. Une partie de cet effort comprend des formations dispensées par le ministère de l'agriculture sur la manière la plus efficace d'entretenir les jardins communautaires face à des conditions climatiques plus extrêmes. Après chaque formation, les participants reçoivent une subvention d'environ 35 euros pour acheter des semences, par exemple. Les participants sont encouragés à utiliser des variétés de cultures moins gourmandes en eau. «Le jardin offre une stabilité à ma famille, car je m'y emploie et je m'occupe de ma famille», explique Sibongile, l'une des participantes. «La récolte du jardin me permet de nourrir ma famille, et je peux aussi vendre certaines récoltes pour obtenir de l'argent pour l'éducation de mes enfants.» La santé en milieu rural Il est également important de veiller à ce que les gens restent en bonne santé, car la sécheresse et la chaleur peuvent créer des conditions qui exacerbent la propagation des maladies et des symptômes tels que la déshydratation. C'est pourquoi le projet financé par l'UE soutient également la communauté dans la préparation aux épidémies et aux pandémies. La Croix-Rouge de Baphalali Eswatini gère trois cliniques dans le pays, et le projet soutient leur capacité à répondre à différentes épidémies, telles que les maladies diarrhéiques, la tuberculose et le VIH. « Chaque matin, nous donnons des conseils de santé, c'est-à-dire que nous indiquons aux patients les épidémies en cours», explique Phumlile Gina, infirmière à la clinique de Hosea Inkhundla, dans la région de Shiselweni. «En ce moment, nous les informons sur les vaccinations, notamment contre le coronavirus et la tuberculose. Nous mettons également l'accent sur l'hygiène : nous expliquons combien il est important de se laver les mains et nous rappelons également aux gens de laver leurs récipients d'eau de temps en temps». «Certains de nos patients, ici à la campagne, manquent cruellement de ressources financières», ajoute-t-elle. «Ils peuvent venir à la clinique pour une toute autre raison, une grippe par exemple. Mais nous pouvons alors remarquer que la croissance de l'enfant du patient est manifestement retardée et qu'il y a des raisons de soupçonner une malnutrition». «Nous sommes également en mesure de prendre en charge ces situations et de surveiller l'état des patients. C'est très agréable lorsqu'un patient revient à la clinique après six mois et dit que son enfant va très bien et qu'il joue comme les autres enfants». Le partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Il est mis en œuvre dans le monde entier, y compris dans 13 pays d'Afrique.

Lire plus
| Page de base

Les migrants ne sont #PasSeuls

Partout dans le monde, les personnes qui migrent ou sont déplacées de leur domicile sont confrontées à des risques inacceptables. Mais les personnes en déplacement ne sont pas seules dans leur périple. Que ce soit sur terre ou en mer, le travail du réseau de l'IFRC vise à sauver des vies, à réduire les risques et à permettre l'accès aux services essentiels.

Lire plus
| Article

Panama: Communities are the heart of climate-crisis resilience

Au cours des cinquante dernières années, le Panama a connu une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les pluies intenses et prolongées, les tempêtes de vent, les inondations, les sécheresses, les incendies de forêt, les glissements de terrain, les cyclones tropicaux et les effets des phénomènes El Niño et La Niña. Actuellement, le Panama est confronté à une grave sécheresse. Mais ces dernières années ont également été marquées par de violentes tempêtes, telles que les ouragans Eta et Iota. Ces tempêtes ont inondé la majeure partie de Soloy, une zone qui fait partie du territoire indigène Ngäbe, et le district de Tierras Altas à Chiriquí. Cette partie du nord-ouest du Panama est également l'une des principales régions agricoles du pays et l'une des plus touchées par ces ouragans, ce qui a incité la communauté à se préparer à d'éventuels événements similaires. Depuis lors, la gestion des risques de catastrophes est devenue une tâche fondamentale, grâce à la participation active de chefs de communautés indigènes comme Dalia, Eusebio et Wilfredo de Soloy, et à l'engagement de voisins comme Doña María, qui vit à Las Nubes, dans les Tierras Altas. Ces efforts bénéficient du soutien total des acteurs locaux et, en particulier, de la Croix-Rouge panaméenne. À l'occasion du sommet mondial de la Conférence des Parties (COP) sur le changement climatique qui se tient cette semaine, l'IFRC continue d'insister sur le fait que les communautés doivent être au centre de la préparation aux catastrophes et aux crises climatiques. En voici les trois principales raisons : 1. Cela va se reproduire : Se préparer aux catastrophes récurrentes "L'une des situations qui se produisent pendant la saison hivernale est l'inondation des rivières, car nous avons un grand nombre de rivières dans la communauté, et aussi les glissements de terrain, qui laissent des maisons et des routes endommagées", explique Eusebio Bejarano, un dirigeant de la communauté de Soloy. C'est pourquoi la Croix-Rouge panaméenne a travaillé aux côtés de la communauté en préparant une évaluation et en mettant en place des brigades d'intervention communautaires. En outre, elle a commencé à utiliser un outil appelé "Nexus Environmental Assessment Tool", qui permet d'identifier rapidement les problèmes environnementaux avant de concevoir des interventions d'urgence ou de relèvement à plus long terme. Il s'agit d'un outil d'évaluation environnementale qui nous a permis de comprendre le contexte des activités menées par la communauté et, surtout, la manière dont nous pouvons travailler pour protéger les moyens de subsistance de cette communauté, qui est rurale et dépend fortement de l'agriculture de subsistance", explique Daniel González, responsable de la gestion des risques pour la Croix-Rouge panaméenne. Au niveau familial et individuel, des mesures peuvent également être prises pour protéger les habitations de personnes comme Doña María, qui vit près de la rive et a élaboré un plan d'évacuation familial. Elle est désormais prête à agir en cas d'inondation. 2. Ce sont les populations locales qui sont les premières à réagir : Renforcer les capacités de réaction des communautés Une partie du processus de préparation exige que les communautés renforcent leurs capacités d'apprentissage, techniques et de leadership afin de mieux s'adapter aux situations de crise. Cet aspect est essentiel car les organisations communautaires sont les premières à intervenir en cas de catastrophe et ont souvent accès à des zones auxquelles les acteurs internationaux n'ont pas accès. La présence de ces groupes communautaires avant, pendant et après les crises signifie qu'ils peuvent réagir plus facilement tout en favorisant la préparation et le relèvement à long terme. "Nous devons nous préparer aux premiers secours, les autorités doivent être formées, ainsi que le personnel enseignant et la communauté", explique Dalia, responsable de la brigade de soutien psychosocial de Soloy. "La Croix-Rouge a proposé différents types de formation, auxquels les jeunes ont participé, mais il faut que davantage de communautés et de jeunes s'impliquent. La mise en œuvre de projets éducatifs, tels que les écoles bleues, qui intègrent l'apprentissage de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH), le recyclage et les jardins scolaires, est un exemple des actions menées par les communautés avec le soutien de la Croix-Rouge panaméenne. "Nous avons formé la brigade de lutte contre les incendies et la brigade de premiers secours, mais nous avons également travaillé sur le renforcement de la résilience dans trois écoles à Alto Bonito, Boca de Remedio et Soloy", explique Daniel González, Responsable de la gestion des risques à la Croix-Rouge panaméenne. "En outre, nous leur avons fourni des trousses de premiers secours et des panneaux rigides, ainsi qu'une formation pour les enseignants et la communauté éducative." 3. Les communautés savent ce qui est en jeu: Renforcer la résilience des communautés Les communautés sont au cœur de la préparation aux crises climatiques car elles savent ce qui est en jeu - leur environnement et la survie de leur mode de vie. Face à la crise climatique et à des scénarios de plus en plus incertains, c'est pourquoi la Croix-Rouge travaille avec les communautés pour renforcer la résilience locale aux chocs liés au climat. « Nous avons travaillé main dans la main avec la Croix-Rouge, en organisant et en préparant les situations qui se sont produites avec la crise climatique, en nous concentrant beaucoup sur la communauté, en travaillant avec les dirigeants, en travaillant avec les autorités et en visitant les communautés», déclare Eusebio Bejarano. La résilience communautaire permet aux communautés de se préparer aux catastrophes et de créer un avenir sûr, sain et prospère. Pour ce faire, les communautés doivent enregistrer des informations sur tous les risques pertinents et leurs causes, les menaces sanitaires, les dangers, les conflits, la violence, les crises climatiques et la dégradation de l'environnement. Ce n'est qu'alors qu'elles pourront fixer ensemble des priorités et décider de la meilleure façon d'y faire face. Wilfredo, un autre dirigeant de Soloy, souligne l'importance de promouvoir l'empathie et l'attention collective et insiste sur l'importance de prendre soin de la nature. Il souligne que les montagnes et les rivières sont essentielles à la vie de la communauté. La population indigène Ngäbe a également souligné la nécessité de prendre en compte des éléments culturels tels que la langue lors de la planification des actions de préparation. Une communauté résiliente est une communauté expérimentée, en bonne santé et capable de répondre à ses besoins fondamentaux. C'est une communauté qui dispose d'opportunités économiques, d'infrastructures et de services bien entretenus et accessibles, et qui peut gérer ses atouts naturels en harmonie avec l'environnement. C'est une communauté qui peut se concentrer sur l'avenir et sur les choses qui lui apportent de la joie et du sens, plutôt que de se remettre continuellement des chocs soudains de la crise climatique. Des actions de préparation aux catastrophes et de résilience communautaire sont également menées au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur, grâce au partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne, qui fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Une communauté résiliente est une communauté expérimentée, en bonne santé et capable de répondre à ses besoins fondamentaux. C'est une communauté qui dispose d'opportunités économiques, d'infrastructures et de services bien entretenus et accessibles, et qui peut gérer ses atouts naturels en harmonie avec l'environnement. C'est une communauté qui peut se concentrer sur l'avenir et sur les choses qui lui apportent de la joie et du sens, plutôt que de se remettre continuellement des chocs soudains de la crise climatique. Des actions de préparation aux catastrophes et de résilience communautaire sont également menées au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur, grâce au partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne, qui fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise.

Lire plus
| Article

Un partenariat programmatique pour impliquer encore plus de communautés dans l'année à venir

Un partenariat mondial visant à renforcer la résilience et à fournir une agence à certaines des communautés les plus vulnérables du monde se poursuivra dans sa deuxième année à la suite d'une décision de la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européennes (DG ECHO) et de l'IFRC au début de l'été 2023. Dans le cadre du partenariat programmatique, les fonds de l'Union européenne (UE) financeront jusqu'en 2024 une série de projets novateurs axés en particulier sur l'action locale pour se préparer et répondre aux crises humanitaires et sanitaires. Avec le changement climatique, les pandémies et les mouvements de population qui se multiplient, ces types de partenariats sont essentiels pour renforcer les actions d'anticipation menées au niveau local et, le cas échéant, les interventions en cas de catastrophe. "La localisation implique que les communautés locales soient aux commandes depuis l'identification des besoins en fonction des priorités et des stratégies, jusqu'à la prise de décision et la mise en œuvre", a déclaré Marwan Jilani, directeur général du Croissant-Rouge palestinien (CRP). Jusqu'à présent, le partenariat a touché plus de huit millions de personnes, aidant les communautés à réduire les risques et à réagir rapidement aux crises soudaines. Avec une augmentation de 70 millions d'euros au cours de la deuxième année, le partenariat s'élève à plus de 134 millions d'euros et sera en mesure d'atteindre beaucoup plus de personnes que lors de la première année. Toutes les activités de l'IFRC sont menées en étroite collaboration avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les communautés locales et les réseaux de volontaires. «Les besoins humanitaires augmentent et si nous voulons préparer les communautés à être plus résilientes, nous devons unir nos forces avec nos sociétés nationales et nos institutions publiques», Nena Stoiljkovic, secrétaire générale adjointe de l'IFRC chargée des relations mondiales, de la diplomatie humanitaire et de la numérisation. «​​​​​​​Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons être plus efficaces et efficients. Ce programme est le meilleur exemple que nous ayons en matière de financement à long terme et multi-pays, et il est une source d'inspiration pour des partenariats similaires à venir.»​​​​​​​ Le partenariat se concentre sur cinq domaines clés : Préparation et réponse aux catastrophes: Préparer les communautés, les sociétés nationales et les institutions de gestion des risques de catastrophes à anticiper efficacement, à réagir et à se remettre de l'impact de chocs et d'aléas évolutifs et multiples. Préparation et réponse aux épidémies et pandémies : aider les communautés à prévenir et à détecter les épidémies et à y réagir. Soutenir les personnes en mouvement: répondre aux besoins humanitaires de base des personnes déplacées; Assistance en espèces : la meilleure façon d'aider les gens est souvent de leur donner une subvention en espèces qu'ils peuvent investir localement, comme ils l'entendent. L'assistance en espèces donne aux personnes dans le besoin de la dignité et de l'autonomie. Communication des risques, engagement communautaire et responsabilité : les personnes que nous soutenons par le biais du partenariat programmatique sont des partenaires de notre travail. Nous les écoutons attentivement et agissons en fonction de leurs opinions et de leurs besoins. Au total, 12 sociétés nationales de la Croix-Rouge de l'UE participent à la mise en œuvre du partenariat programmatique dans 24 pays à travers le monde. Voici quelques exemples d'activités du partenariat : Après les incendies de Cox's Bazar au Bangladesh, le plus grand camp de réfugiés au monde, le Croissant-Rouge du Bangladesh et l'IFRC ont apporté un soutien immédiat aux familles qui avaient perdu leur maison et leur ont fourni des matelas, des couvertures et des lampes de poche. Ils ont également construit 500 abris dans le camp 11. Ces fonds ont été mis en commun avec les ressources de l'IFRC-DREF afin d'apporter une réponse globale à l'incendie. Plus de 300 000 euros provenant du partenariat programmatique ont été alloués et 2 500 personnes ont bénéficié de cette intervention d'urgence.  La Croix-Rouge du Tchad a réagi immédiatement à la crise du Soudan, en fournissant un soutien de base aux personnes fuyant le conflit et traversant la frontière vers l'est du Tchad. La flexibilité de l'instrument de financement du programme a permis d'apporter cette aide rapide et essentielle. Plus de 260 000 euros ont été alloués et 5 883 personnes ont bénéficié de cette action. Après que l'Équateur a été frappé par plusieurs catastrophes simultanées - inondations, glissements de terrain, effondrements de bâtiments, tempêtes de grêle et tremblement de terre - la Croix-Rouge équatorienne a été en mesure d'aider la population touchée en fournissant des kits pour la maison, les outils, la cuisine, l'hygiène et le nettoyage, ainsi que des moustiquaires, des couvertures et l'accès à l'eau potable. Plus de 250 000 euros ont été alloués et 13 020 personnes ont bénéficié de cette intervention. Des volontaires de la République démocratique du Congo, du Honduras, du Guatemala, du Salvador et du Panama ont été formés à l'utilisation de l'outil d'évaluation environnementale Nexus (Nexus Environmental Assessment Tool- NEAT+), afin de mieux évaluer les risques et les besoins après une catastrophe.  Au Guatemala, des volontaires ont été formés à l'utilisation de drones pour la «photogrammétrie» - le moyen moderne d'obtenir des informations fiables sur les objets physiques et l'environnement par le processus d'enregistrement, de mesure et d'interprétation d'images photographiques. Cette formation a considérablement amélioré la capacité des volontaires à évaluer les risques et à se préparer en conséquence.  

Lire plus
| Article

L'espoir au milieu de la chaleur : Des volontaires comme Fatema Khatun aident leurs voisins à surmonter les vagues de chaleur étouffante au Bangladesh.

Alors que le soleil brûle impitoyablement sur le bidonville de Bajakajla, dans la ville de Rajshahi, au Bangladesh, Fatema Khatun se souvient très bien de son enfance, lorsque le temps était différent et la vie plus confortable. « Lorsque j'étais à l'école primaire, la température n'était pas si élevée, nous avions une vie agréable», dit-elle. «Nous avions l'habitude de nous asseoir près du lit de la rivière et le temps était différent. Il pleuvait souvent. La température était basse.» Les pluies fréquentes et les températures basses faisaient du jeu au bord de la rivière un passe-temps joyeux. Mais au fil du temps, chaque été qui passait semblait plus chaud et plus insupportable. « La température moyenne est actuellement de 42-43 degrés Celsius», explique Fatema, 19 ans, qui vit avec sa famille dans une minuscule maison au toit de tôle. «Parfois, elle monte jusqu'à 45 degrés Celsius. À cause de la température élevée, j'ai des problèmes aux yeux. Je ne peux pas lire correctement. Les vagues de chaleur sont particulièrement éprouvantes pour les personnes âgées. «Je n'ai jamais vu une telle vague de chaleur», déclare Shohor Banu Bewa, la grand-mère de Fatema, âgée de 75 ans, qui ressent intensément l'impact de la canicule et a du mal à dormir la nuit. «Lorsque la température monte, je m'assois près du lit de la rivière». De nombreuses familles, comme celle de Fatema, souffrent de démangeaisons, d'éruptions cutanées et d'autres maladies liées à la chaleur. Et elles manquent souvent de ressources pour faire face aux conséquences sanitaires. « Les gens de notre région sont pauvres», explique Fatema. «La plupart d'entre eux travaillent comme femmes de ménage. Elles ont beaucoup de mal à subvenir aux besoins de leur famille et à élever leurs enfants. Elles ne peuvent pas assurer l'éducation, la nourriture et les vêtements à cause de la pauvreté.» Rouleaux d'étain chauds Sayma Khatun Bithi, volontaire communautaire auprès de la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh à Rajshahi, ajoute que les maisons sont particulièrement vulnérables à la chaleur. « Les maisons des habitants des bidonvilles sont en tôle », explique Sayma, qui est devenue volontaire avec Fatema après avoir suivi une formation aux premiers secours dispensée par la société du Croissant-Rouge du bangladesh. « L'étain absorbe plus de chaleur. La chaleur est devenue insupportable pour les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes. » Pour aider les personnes vivant dans de telles situations de vulnérabilité dans certaines parties de la ville de Rajshahi, le BDRCS vise à protéger les résidents des effets néfastes des vagues de chaleur grâce à un projet financé par l'Union européenne, en collaboration avec l'IFRC, le Croissant-Rouge du bangladesh la Croix-Rouge allemande et la Croix-Rouge danoise. «Le Croissant-Rouge du Bangladesh nous a informés de nombreuses choses par le biais d'annonces et d'émissions de radio», explique Fatema. «Ils nous ont appris comment aider quelqu'un qui perd connaissance à cause d'une vague de chaleur. J'ai écouté les informations fournies par le Croissant-Rouge du Bangladesh à la radio. Je partage ces informations avec tout le monde.» Centres de refroidissement Fatema a également suivi une formation aux premiers secours dispensée par le Croissant-Rouge du bangladesh et, avec Sayma Khatun Bithi et d'autres, est devenue bénévole au sein de la communauté. Abu Md Zubair, Responsable de terrain pour le Croissant-Rouge du bangladesh, a souligné l'importance de la sensibilisation du public. Son équipe a mis en place des centres de rafraîchissement et des installations médicales, et a lancé des programmes de sensibilisation, apprenant à la communauté comment rester en bonne santé pendant les vagues de chaleur. Un programme de radio communautaire, animé par Jannatun Nahar Joti, a amplifié ces messages dans toute la ville. Grâce aux efforts conjugués de personnes comme Fatema Bithi et d'organisations comme la Société du Croissant-Rouge, les maladies et les décès liés à la chaleur ont commencé à diminuer. Bien que la chaleur ait été implacable, les gens apprennent à la gérer, en se soutenant et en s'entraidant.

Lire plus
| Article

Salvador : La Croix-Rouge soutient les communautés avant, pendant et après les catastrophes

Rosa Cándida est une agricultrice du village de Las Maravillas, à la périphérie d'Ahuachapán, dans l'ouest du Salvador. Avec son mari, ses deux filles et ses deux petites-filles, elle vit de la culture du maïs, des haricots et du sorgho dans la campagne luxuriante proche de leur maison. Ces dernières années, Rosa a vu son pays dévasté par des tempêtes tropicales, des glissements de terrain, des pluies torrentielles et des tremblements de terre, ce qui contraste fortement avec ce cadre idyllique. Le Salvador est le plus petit pays d'Amérique centrale, mais il est confronté à d'importants risques liés aux catastrophes et au climat. En 2022, Rosa faisait partie des plus de 1,7 million de personnes qui ont eu besoin d'une forme d'aide humanitaire ou de protection dans le pays à la suite de catastrophes. Un tremblement de terre survenu en janvier de cette année a endommagé sa maison, créant de grandes fissures dans ses murs de briques et obligeant sa famille à dormir dehors en attendant de trouver l'argent nécessaire pour la réparer. Une demi-journée de travail agricole rapporte tout juste à Rosa de quoi nourrir sa famille pour la journée, ce qui signifie que des catastrophes comme le tremblement de terre ont un impact considérable sur les finances et le bien-être de sa famille. Heureusement, la Croix-Rouge salvadorienne est venue à son secours. Ses équipes ont rapidement procédé à une évaluation des dégâts causés par le tremblement de terre et ont fourni une aide financière à plus de 600 familles de la région, dont celle de Rosa. « L'aide de la Croix-Rouge nous a permis d'acheter de la nourriture, des médicaments et d'autres articles ménagers », explique-t-elle. Les équipes de la Croix-Rouge ont effectué deux transferts d'argent, en veillant à ce que l'argent parvienne aux personnes qui en avaient le plus besoin : « Nous avons donné la priorité aux ménages les plus durement touchés par le tremblement de terre, notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans», explique Fatima Evora, de la Croix-Rouge salvadorienne. L'assistance en espèces est l'un des nombreux moyens par lesquels la Croix-Rouge salvadorienne aide les communautés locales à travers le pays à prévenir les catastrophes, à s'y préparer et à y répondre. Les volontaires de la Croix-Rouge salvadorienne ont également mis en place des systèmes d'alerte précoce afin de préparer les communautés aux sécheresses et aux inondations, et ont aidé les populations à adopter des moyens de subsistance respectueux du climat. Dans le cadre du partenariat programmatique entre l'IFRC, les sociétés nationales et l'Union européenne, la Croix-Rouge salvadorienne a organisé des ateliers communautaires au début de l'année afin que les gens puissent s'informer sur les risques de catastrophes et savoir comment s'y préparer. « Nous avons appris qu'il existe des alertes vertes, jaunes, orange et rouges, et que chacune d'entre elles indique un niveau de risque différent. Nous pouvons nous préparer et avertir les gens par mégaphone d'évacuer et de chercher de l'aide», explique Juana Santa Maria, qui a participé à un atelier à San Luis Herradura. «La chose la plus précieuse a été de savoir qu'en tant que communauté, nous pouvons demander de l'aide à la mairie, aux associations de développement communautaire et au personnel de la protection civile. Aujourd'hui, nous disposons de plus d'informations pour nous préparer et réagir aux catastrophes», ajoute-t-elle. -- En 2022, Nous avons atteint 3 000 personnes à El Salvador à travers le partenariat programmatique avec l'Union Européenne. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde entier, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. Avec la coordination de la Croix-Rouge espagnole et le soutien de l'IFRC, la Croix-Rouge salvadorienne est : Renforcer les connaissances de la communauté; Fournir une assistance aux personnes en déplacement; Prévenir les épidémies et y répondre; Veiller à ce que les perceptions et les préoccupations des communautés soient prises en compte et utilisées pour améliorer l'aide humanitaire.

Lire plus
| Article

Les femmes rurales guatémaltèques au cœur de la santé communautaire

Gladis Gómez wears a purple Huipil, a traditional outfit worn by people from the mountainous, western part of Guatemala. The colour represents mourning, as she sadly lost a distant relative a few days earlier. Despite this, a smile lights up her face—a smile that so many people in her community recognise. Gladis est la présidente d'un comité de santé local dans son petit village de Xecaracoj. Ce comité rassemble une douzaine de femmes rurales qui ont été formées par la Croix-Rouge guatémaltèque sur les questions de santé essentielles, afin de pouvoir promouvoir des pratiques saines au sein de leur communauté. Ensemble, les femmes font du porte-à-porte dans leur village, partageant leurs connaissances sur la manière dont les gens peuvent prévenir les maladies courantes et les décès, en particulier chez les enfants. Ce travail est vital. Le Guatemala a l'un des taux de malnutrition infantile les plus élevés au monde et plus de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La pandémie de COVID-19 a également fait des ravages dans le pays: 20 000 personnes sont mortes de la maladie en l'espace de trois ans. « Nous avons diffusé les nouvelles connaissances que nous a transmises la Croix-Rouge guatémaltèque pour informer les hommes, les garçons et les filles sur des choses aussi simples que le lavage des mains, le nettoyage de nos maisons et de nos rues, et l'importance de l'allaitement maternel et de la nutrition. «Nous savons maintenant que des habitudes saines font la différence entre une communauté forte et saine et le fait de continuer à emmener nos bébés à l'hôpital.»affirme Gladis. Juan Poyón, technicien chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies à la Croix-Rouge guatémaltèque, explique qu'il a beaucoup appris des comités de santé, comme celui dirigé par Gladis, et qu'il s'est servi des connaissances locales des femmes pour orienter et améliorer son soutien. « Nous avons identifié des questions clés, par exemple que leurs priorités étaient la prévention du COVID-19 ou de la malnutrition. Aujourd'hui, alors que les comités ont déjà été formés, nous avons constaté que les femmes souhaitaient toucher davantage de personnes. En fait, elles ont privilégié la radio, les kiosques d'information ou les messages via WhatsApp comme étant les meilleurs canaux pour partager leurs connaissances à plus grande échelle», explique Juan. Pour partager encore davantage ces précieuses informations communautaires, la Croix-Rouge guatémaltèque a mis en relation les comités de santé dirigés par des femmes avec le ministère de la santé du pays, ce qui a ouvert les yeux des autorités nationales. Ils travaillent désormais ensemble à l'amélioration de la santé communautaire. Ana Gómez, épidémiologiste au ministère guatémaltèque de la santé, a expliqué : « Nous avons travaillé avec la Croix-Rouge guatémaltèque pour identifier les besoins des personnes, en respectant la diversité de la population. Nous avons pris connaissance des points de vue des femmes et les avons accueillis favorablement pour renforcer la santé communautaire, et en cours de route, nous avons confirmé que leur rôle est essentiel.» «Les femmes sont les principales utilisatrices des services de santé. Elles jouent également un rôle fondamental dans l'éducation de la prochaine génération qui sera en charge du pays. L'implication des femmes garantit un changement de comportement positif dans les familles et les communautés, et contribue donc à l'amélioration de la santé au Guatemala»dit Ana. En passant du temps avec Gladis, il est évident qu'elle est très fière de son travail et qu'elle et les autres membres du comité de santé sont heureux que leur voix soit entendue. Alors qu'elle s'assoit et se tisse un nouveau corte - une jupe traditionnelle maya - elle montre les rayures jaunes qui représentent l'espoir. «Demain, je porterai un Huipil jaune pour représenter la couleur de la vie, les rayons du soleil et le maïs», déclare Gladis. «Les femmes de cette communauté sont spéciales, très spéciales, parce qu'aujourd'hui nous avons les connaissances nécessaires pour protéger la vie.» -- La promotion de ces comités de santé locaux au Guatemala fait partie du pilier "préparation aux épidémies et aux pandémies" de notre partenariat programmatique avec l'Union européenne. À ce jour, 1 250 familles de la région rurale de Quetzaltenango, dans l'ouest du Guatemala, ont reçu des conseils de santé précieux et fiables de la part des comités de santé locaux. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, en El Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. L'IFRC continuera à renforcer les capacités des communautés guatémaltèques à prévenir les pandémies et les épidémies, et à encourager davantage de femmes à occuper des postes de direction afin qu'elles puissent avoir un impact profond et positif sur l'avenir de leurs communautés.

Lire plus
| Article

De la Sierra Leone au Darien : les migrants traversent les continents pour un avenir meilleur

Francis Icabba a quitté son pays, la Sierra Leone, en Afrique de l'Ouest, à la recherche à la fois de sécurité et de nouvelles opportunités. Il était alors loin de se douter qu'il finirait par traverser des continents entiers et l'une des routes migratoires les plus dangereuses au monde pour trouver une vie meilleure. Son premier arrêt fut la Guinée voisine, puis il traversa l'océan Atlantique jusqu'au Brésil. Là, il a eu du mal à s'installer en raison de la barrière de la langue, et a donc décidé de poursuivre son voyage vers le nord. Il a fallu à Francis deux mois, depuis son départ du Brésil, pour atteindre la trouée de Darien, la jungle épaisse, dense et notoirement dangereuse qui sépare la Colombie du Panama. Une fois arrivé, il s'est lancé dans une randonnée de six jours, muni de boîtes de sardines, d'un petit réchaud à gaz et de nouilles instantanées pour tenir le coup. Il était accompagné de deux femmes enceintes, pour un voyage qu'il décrit comme « l'une des choses les plus difficiles que j'aie jamais eues à faire dans ma vie». Ils ont marché douze heures par jour sans manger, ses réserves s'épuisant rapidement. L'humidité extrême, la chaleur suffocante et la traversée constante de rivières et de ruisseaux les ont contraints à abandonner leurs valises en cours de route. « Les femmes enceintes qui nous accompagnaient avaient abandonné. En chemin, nous avons évité les serpents, les rivières impétueuses et les montagnes dangereusement escarpées. Tout est vert. Vous n'avez aucun sens de l'orientation et aucun signal mobile. On marche, on marche. Tous les gens prennent le risque pour une vie meilleure, mais c'est une route où l'espoir est perdu. Je ne conseillerais à personne de passer par la trouée du Darien. Francis La trouée de Darien est l'une des routes migratoires les plus dangereuses du monde. Malheureusement, il n'est pas rare que des personnes meurent sur la route en raison des conditions environnementales dangereuses. Il existe également un risque élevé de violence, d'abus sexuels, de traite des êtres humains et d'extorsion par des bandes criminelles. Malgré cela, on estime que plus de 400 000 personnes traverseront le Darien d'ici à la fin de 2023, si l'on se base sur les tendances actuelles. Des personnes de plus de 50 nationalités différentes ont été enregistrées en train de traverser le Darien. La plupart sont originaires du Venezuela, d'Haïti et de l'Équateur, mais certains viennent d'aussi loin que l'Inde, la Somalie, le Cameroun et la Sierra Leone. Les personnes qui, comme Francis, parviennent à traverser le Darien arrivent souvent dans un état physique et mental très fragile. Pour les aider à se rétablir, la Croix-Rouge panaméenne gère des centres d'accueil où elle fournit les premiers soins et des produits de première nécessité tels que de la nourriture, de l'eau potable, des kits d'hygiène et des vêtements. « Arriver au Panama a été l'un des moments les plus heureux de ma vie, mais c'est très difficile parce que j'ai dû me battre pour cela. La Croix-Rouge a été la première à nous aider et pour moi, c'était une bénédiction. En poursuivant notre rêve d'une vie meilleure, nous avons tout perdu. Trois repas par jour, du savon, une serviette, un bain, la possibilité de parler à quelqu'un ou d'être soigné, c'est tout ce qui compte.» Francis Les volontaires de la Croix-Rouge offrent également un soutien psychosocial, ainsi que des services de santé maternelle et infantile à ceux qui en ont besoin. Ils peuvent également fournir des services de rétablissement des liens familiaux (RLF) et du WiFi, afin que les migrants puissent faire savoir à leur famille où ils se trouvent et qu'ils sont en sécurité. Pour la plupart des migrants, le Darien n'est pas la fin de leur voyage, mais plutôt le début d'un périple de 5 470 kilomètres vers le nord, à travers six pays d'Amérique centrale et d'Amérique du Nord. Mais peu importe qui ils sont ou d'où ils viennent, les gens qui se déplacent dans cette région ne sont pas seuls : ils peuvent continuer à bénéficier d'un soutien similaire de la part des Sociétés de la Croix-Rouge, sous la forme de points de service humanitaire, à chaque étape de leur voyage. -- En 2022, plus de 60 000 migrants comme Francis ont reçu de l'aide humanitaire et de la protection du réseau de l'IFRC grâce à notre Partenariat Programmatique avec l'Union Européenne. Mis en œuvre par 24 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux urgences sanitaires. Il s'agit notamment de préserver la sécurité, la dignité et les droits des personnes en déplacement. -- D'autres photos sur ce sujet sont disponibles pour être regardées et téléchargées ici.

Lire plus
| Communiqué de presse

Lancement d'un partenariat ambitieux entre l'IFRC et l'UE : un nouveau modèle pour le secteur humanitaire

Bruxelles/Genève, 30 mars 2022 - Le partenariat ambitieux lancé aujourd’hui entre la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européenne (DG ECHO), se veut un nouveau modèle pour le secteur humanitaire. En réponse au nombre croissant de crises dans le monde, le partenariat programmatique pilote «Accélérer l'action locale dans les crises humanitaires et sanitaires » vise à soutenir l'action locale dans la gestion des crises humanitaires et sanitaires dans au moins 25 pays grâce à un financement pluriannuel de l'UE. Le partenariat renforce les priorités stratégiques communes aux deux entités et s'articule autour de cinq pôles d'intervention : la préparation aux catastrophes et la gestion des risques, la préparation et la réponse aux épidémies et aux pandémies, l'assistance humanitaire et la protection des personnes en déplacement, l'aide en espèces et en bons et enfin la communication des risques, l'engagement communautaire et la redevabilité. Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet effet : «J'accueille avec beaucoup d'espoir le partenariat programmatique pilote signé avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est un partenaire de confiance de l'UE. Elle partage notre vision de la mise en œuvre d'opérations d'aide humanitaire efficaces et efficientes dans le monde entier. Le financement alloué à ce partenariat réaffirme l'engagement de l'UE à contribuer à répondre aux besoins croissants des personnes vulnérables dans environ 25 pays, en travaillant en étroite coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il confirme également notre engagement en faveur de partenariats stratégiques avec les organisations d'aide humanitaire ». Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, d’ajouter: «Des partenariats stratégiques à plus long terme sont essentiels pour répondre à la recrudescence des crises humanitaires dans le monde. Nous devons répondre rapidement, réagir à grande échelle, et moderniser notre approche pour avoir un plus grand impact auprès des communautés. Nous savons que le soutien humanitaire le plus efficace et le plus à même de perdurer est celui qui est mené localement, qui place les communautés au cœur de l'action et qui est financé par un partenariat flexible, à long terme et prévisible. Le partenariat programmatique pilote permet exactement cela». Le programme commencera par une phase initiale dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique occidentale et centrale et du Yémen. L'objectif principal est de fournir une assistance essentielle aux personnes actuellement touchées par des crises humanitaires, les conséquences de la pandémie COVID-19, les catastrophes climatiques et les conflits, et de prévenir les pertes de vies et les souffrances. Des investissements sont également réalisés pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux catastrophes grâce à la mise en œuvre de composantes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques. Grâce à son étroite collaboration avec ses Sociétés nationales, la portée mondiale de l'IFRC combinée à l'action locale, sa longue histoire de travail humanitaire axé sur la communauté et ses Principes fondamentaux, en font le partenaire de choix pour ce partenariat programmatique pilote avec l'UE. Après la première phase de mise en œuvre, le programme vise à étendre sa portée et à inclure d'autres pays dans le monde avec le soutien de plus de Sociétés nationales de l'UE. Faits marquants 10 pays pour la mise en œuvre dans la phase initiale : le Burkina Faso, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Yémen, Le Salvador, Le Guatemala, le Honduras et le Panama; 7 Sociétés nationales de l'UE œuvrant pour soutenir la mise en œuvre de la phase initiale : la Croix-Rouge belge (FR), la Croix-Rouge danoise, la Croix-Rouge française, la Croix-Rouge allemande, la Croix-Rouge italienne, la Croix-Rouge luxembourgeoise et la Croix-Rouge espagnole. Pour plus d'informations A Bruxelles: Federica Cuccia, [email protected]; A Genève: Anna Tuson, [email protected], +41 79 895 6924

Lire plus
| Page de base

Partenariat programmatique / IFRC

Le Partenariat programmatique est un partenariat novateur et ambitieux sur trois ans entre l'IFRC, un grand nombre de nos Sociétés nationales membres et l'Union européenne. Ensemble, nous soutenons les communautés du monde entier à réduire leurs risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux urgences sanitaires.

Lire plus