Préparation aux catastrophes

External ID
29
Displaying 1 - 24 of 24
|
Page de base

Conférence des donateurs de l'IFRC-DREF

Les principaux donateurs du monde entier se réunissent chaque année au secrétariat de l'IFRC à Genève, en Suisse, pour s'engager à verser de nouveaux fonds ou à renouveler leurs contributions au Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes de l'IFRC, ce qui rapproche considérablement le Fonds de son ambition stratégique de porter le montant du IFRC-DREF à 100 millions de francs suisses d'ici à 2025. 

|
Article

Épidémie d'Ebola en Ouganda en 2022 : l'importance d'enterrements sûrs et dignes

Dans tous les pays du monde, les rituels funéraires - qu'ils soient culturels, traditionnels ou religieux - sont un moyen important d'honorer les morts et d'aider les gens à faire leur deuil. Pour de nombreuses communautés, les pratiques funéraires spéciales leur permettent de faire leurs adieux à leurs proches d'une manière respectueuse et significative. La perte d'un être cher n'est jamais facile. Mais que se passe-t-il si l'un de vos proches décède et que l'on vous dit que les traditions funéraires chères à votre communauté peuvent vous mettre tous en danger ?C'est ce qui est arrivé aux habitants de Mubende, en Ouganda, en septembre 2022, lorsque le pays a déclaré sa première épidémie d'Ebola en plus de dix ans. Le gouvernement a interdit aux communautés d'enterrer leurs proches en raison des risques encourus, déclarant que les enterrements devaient être gérés par des équipes formées à l'enterrement dans la sécurité et la dignité.Ebola est une maladie cruelle. Mortelle en l'absence de traitement et très contagieuse, elle se transmet d'une personne à l'autre par contact direct et par les fluides corporels. Lorsqu'une personne est infectée, sa famille et ses amis ne sont pas en mesure de lui prodiguer des soins. Et lorsqu'une personne meurt d'Ebola, son corps reste hautement contagieux jusqu'à sept jours, ce qui signifie que des mesures d'enterrement sûres et dignes doivent être prises pour éviter toute nouvelle infection.Kuteesa Samuel, de Mubende, ne le sait que trop bien. Il a perdu sa femme de 20 ans, Monica, à cause d'Ebola lors de l'épidémie de 2022. Monica était enceinte de sept mois à l'époque, ce qui signifie que Samuel a également perdu son enfant à naître.Dans la culture de Samuel, il est de coutume de laver et d'envelopper le corps du défunt. Et si une femme enceinte meurt dans la communauté, la tradition veut que le fœtus soit enterré dans une tombe séparée. Mais pendant la période d'Ebola, ces pratiques auraient constitué une menace mortelle pour la santé de la population.Sachant cela, la Croix-Rouge ougandaise était prête à intervenir.Locale, connue, et digne de confianceLes employés et les volontaires de la Croix-Rouge ougandaise font partie du tissu social de l'Ouganda. Ils sont issus des communautés qu'ils servent, suivent les mêmes coutumes locales et comprennent parfaitement les besoins et les sensibilités des gens en cas de catastrophe.Ils ont donc compris pourquoi la communauté de Samuel était effrayée, désorientée et réticente à abandonner ses traditions.Mais suite à l'engagement sensible, patient et répété des volontaires locaux de la Croix-Rouge - qui ont travaillé main dans la main avec les autorités sanitaires locales et les dirigeants de la communauté - la communauté de Samuel a accepté un compromis. Le corps de Monica a été laissé intact et enterré en toute sécurité par des équipes de la Croix-Rouge formées à cet effet et respectant des protocoles de santé et de sécurité stricts. Une fleur de bananier a été symboliquement enterrée dans une tombe séparée pour marquer la perte de l'enfant à naître de Samuel. « Après que les agents de santé se soient engagés et nous aient tout expliqué, nous sommes parvenus à un accord. [...] Sans la Croix-Rouge ougandaise, nous ne saurions même pas où les défunts seraient enterrés. Ils nous ont aidés à enterrer les défunts pour nous assurer que nous ne serions pas infectés. Nous apprécions donc beaucoup la Croix-Rouge", explique Samuel.La préparation sauve des viesDepuis la dernière épidémie d'Ebola en 2012, la Croix-Rouge ougandaise avait travaillé dur pour améliorer sa préparation aux futures urgences sanitaires et renforcer son rôle d'auxiliaire soutenant le ministère de la Santé lors des épidémies.Avec le soutien de 'IFRC à travers le Programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3) financé par USAID, ainsi que par le biais d'un appel d'urgence pour la préparation à Ebola (2018-2021) et d'une opération du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) (2018-2020), ils ont entrepris de nombreuses activités de préparation à travers différentes parties du pays.La préparation aux situations d'urgence implique de prévoir le pire, et l'une de ces activités consistait donc à créer un groupe de formateurs et d'équipes qualifiés en matière d'inhumations sûres et dignes dans l'ensemble du pays. Ces équipes étaient prêtes à être déployées immédiatement pour soutenir des communautés comme celle de Samuel lorsque l'épidémie d'Ebola de 2022 a commencé. "Le CP3 a joué un rôle déterminant dans cette intervention. Nous n'avons pu réagir à temps que parce que nous nous étions préparés. Nous avions déjà des équipes préparées, ce qui nous a permis de réagir rapidement", explique le Dr Joseph Kasumba, responsable de la préparation aux épidémies et aux pandémies au sein de la Croix-Rouge ougandaise, qui a dirigé l'intervention.L'humanité dans les moments les plus sombresPendant l'épidémie d'Ebola de 2022, les équipes de la Croix-Rouge ougandaise ont procédé à 512 enterrements sûrs et dignes. Ces efforts ont permis de déclarer la fin de l'épidémie en un temps record de quatre mois.Ce qui est plus difficile à quantifier, c'est le soutien émotionnel et les soins significatifs que les équipes de la Croix-Rouge ont apportés aux communautés dans les pires moments de leur vie. Voici quelques témoignages poignants de personnes touchées par Ebola ou impliquées dans la riposte :"Lorsqu'il s'agit de la maladie à virus Ebola, les communautés ont toujours besoin de quelqu'un en qui elles peuvent avoir confiance, avec qui elles peuvent s'identifier. Et le fait que la Croix-Rouge fasse toujours partie de la communauté... nous connaissons les pratiques culturelles en vigueur. Nous savons ce que la communauté veut que nous fassions et elle se sent en confiance en s'identifiant à nous, même dans cette période de deuil et de chagrin". - Dr Joseph Kasumba"Nous remercions vraiment les agents de santé parce qu'ils nous ont appris à nous protéger. Nous sommes toujours reconnaissants de ce qu'ils ont fait. C'était un miracle pour nous. - Janet, habitante de Mubende"Depuis qu'Ebola a commencé à Mubende, c'est la Croix-Rouge qui nous a accompagnés. Chaque communauté connaît la Croix-Rouge ici. Nous vous remercions pour le travail que vous avez accompli. Les habitants de Mubende vous remercient d'avoir offert vos vies pour intervenir et sauver des vies." - Rosemary Byabashaija - Commissaire de district résidente à MubendeSi vous avez trouvé cette histoire intéressante et souhaitez en savoir plus :Visitez le site internet de la Société de la Croix-Rouge ougandaise;Cliquez ici pour en savoir plus sur le Programme communautaire de préparation aux épidémies et aux pandémies (CP3);Financé par l'USAID, le CP3 aide les communautés, les sociétés nationales et d'autres partenaires dans sept pays à se préparer, à prévenir, à détecter et à répondre aux menaces de maladies;Abonnez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies.

|
Article

Tadjikistan : Des glissements de terrain aux mines terrestres, le partenariat contribue à la sécurité et à la santé des populations

À trois kilomètres de l'école du village de Changal, au Tadjikistan, se trouve un champ de mines. À l'approche des vacances d'été, Saida Meliboeva, professeur de chimie, et d'autres volontaires du Croissant-Rouge du Tadjikistan avertissent les enfants de ne pas s'approcher de la zone dangereuse située à la frontière entre le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.Cependant, le bétail pénètre dans le champ de mines et les enfants ainsi que les animaux qui gardent les troupeaux sont en danger. Personne ne sait exactement où se trouvent les mines, car elles ne sont pas indiquées sur la carte. Les informations communiquées par le Croissant-Rouge du Tadjikistan ont permis d'assurer la sécurité des enfants et cela fait 15 ans qu'aucun accident de mine n'est survenu.Ce n'est là qu'une des nombreuses activités essentielles soutenues par un partenariat de trois ans entre l'IFRC et l'UE, qui aide les communautés locales du Tadjikistan à anticiper, répondre et se remettre efficacement de l'impact de multiples chocs et aléas.Les écoliers apprennent également à agir en cas de tremblement de terre, d'autres catastrophes et d'accidents de la vie courante. Lors d'un exercice de préparation organisé par le Croissant-Rouge du Tadjikistan, les élèves ont appris à quitter rapidement les salles de classe et à donner les premiers soins aux blessés.« Notre professeur nous a dit ce qu'il fallait faire en cas de coulée de boue ou de tremblement de terre, ou ce qu'il fallait faire si quelqu'un se cassait un os ou s'il fallait donner les premiers soins », explique Manija, une élève de Panjakent, au Tadjikistan, qui ajoute : « S'il y a un tremblement de terre, nous trouvons un endroit où il n'y a pas de maisons et nous nous asseyons là. Nous devons rester courageux et calmes et sortir sans nous précipiter ».Azambek Dusyorov, volontaire du Croissant-Rouge du Tadjikistan, se souvient encore de l'aspect de la coulée de boue qui s'est approchée de sa maison à Panjakent. Apercevant la masse de terre tombant des montagnes, Azambek a prévenu ses amis et sa famille du danger et a couru se mettre à l'abri en haut de la colline. Heureusement, la maison est restée debout.Depuis, Azambek et d'autres volontaires du Croissant-Rouge ont planté des arbres dans la cour, dont les racines aident à maintenir les masses de terre en place. Une large piste a été creusée à flanc de colline, ce qui permet aux coulées de boue de descendre dans la vallée sans détruire les habitations et les cultures.Lorsque les affrontements se sont intensifiés le long de la frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizistan, Abdurahmon Sultan, volontaire du Croissant-Rouge, a commencé à se rendre dans les foyers de la région pour s'assurer que les gens savent comment prendre soin d'eux-mêmes et de leurs voisins en cas de blessure.L'une des maisons qu'il a visitées était celle de Mashkhura Hamroboeva, dans le jamoat de Khistevarz à Khujand. Depuis, les réunions se sont poursuivies et les discussions ont porté sur des sujets de la vie quotidienne. "Nous nous réunissons deux à trois fois par mois. Nous parlons de tout, de la façon de prévenir les engelures en hiver à la façon d'éviter les maladies infectieuses", explique Abdurahmon, 17 ans.Les conseils d'Abdurahmon n'ont pas tardé à s'avérer utiles. Lorsque le fils de Mashkhura, âgé de trois ans, s'est accidentellement renversé une tasse de thé brûlant sur lui, Mashkhura s'est souvenue de ce qu'Abdurahmon lui avait dit. Traditionnellement, une brûlure était traitée avec une pomme de terre coupée, mais cette fois-ci, Mashkhura a trempé la main de l'enfant dans de l'eau fraîche.Ce ne sont là que quelques-unes des actions du Croissant-Rouge du Tadjikistan (soutenues par le partenariat programmatique) qui aident les personnes et les communautés à prévenir de futures catastrophes et à prendre soin d'elles-mêmes pendant les crises qu'elles n'ont pas été en mesure de prévenir.Le partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Il est mis en œuvre dans 24 pays à travers le monde.

|
Article

Stopper une épidémie de rougeole en Sierra Leone

Makuma est un village côtier isolé, niché dans le nord-ouest de la Sierra Leone, à la frontière avec la Guinée. Il n'est accessible que par une piste étroite et cahoteuse. Ses quelque 2 000 habitants se déplacent à pied ou en moto pendant les mois les plus secs. Mais lorsque les eaux montent pendant la saison des pluies, de mai à décembre, la piste devient inutilisable, coupant les habitants du centre de santé le plus proche, situé à une dizaine de kilomètres.Sa situation isolée, associée au risque élevé de maladies infectieuses en Sierra Leone, fait de Makuma un terrain propice aux épidémies, s'il n'y avait pas la présence de la Croix-Rouge sierra-léonaise.Momoh Saio Kamara est le volontaire local de la Croix-Rouge à Makuma. Il a grandi dans le village et jouit d'une grande popularité et d'une grande confiance, grâce au soutien qu'il a apporté aux personnes touchées par l'épidémie d'Ebola en 2014-2015.En 2019, Momoh a été formé à la lutte contre les épidémies et à la surveillance communautaire dans le cadre du Programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3), financé par l'USAID, afin d'acquérir les compétences et les outils nécessaires pour détecter, alerter et répondre rapidement aux épidémies.Ainsi, lorsque, début 2022, les habitants de Makuma ont commencé à remarquer des symptômes étranges d'une maladie mystérieuse qu'ils n'avaient jamais vue auparavant, Momoh savait exactement ce qu'il fallait faire.«Un jour, j'étais dans le village et je faisais des visites à domicile. J'ai rendu visite à un ami qui m'a dit qu'il y avait quelqu'un avec le nez rouge, la bouche rouge, le nez qui coule et qu'en plus de cela, cette personne avait une éruption cutanée. Je suis allé voir et j'ai tout de suite pensé que c'était la rougeole», explique Momoh.Sans hésiter, Momoh a alerté son supérieur, Jobel, grâce à un système de surveillance à base communautaire numérique mis en place dans le cadre du programme CP3. Jobel est arrivé peu après en moto pour enquêter. Constatant lui-même les symptômes, il a intensifié l'alerte dans le système, informant instantanément les autorités sanitaires du district.«Après l'alerte, j'ai appelé l'infirmière locale et j'ai convoqué une réunion de la communauté pour dire aux gens qu'il s'agissait d'une suspicion de rougeole », ajoute Momoh.Infection virale très contagieuse, la rougeole se propage facilement chez les personnes non vaccinées. Il s'agit d'une maladie grave qui peut nécessiter une hospitalisation, entraîner une invalidité permanente, voire tuer si elle n'est pas traitée correctement.Les infirmières locales sont rapidement arrivées et ont commencé à rechercher et à enregistrer les cas suspects, tandis que Momoh et Jobel ont fait du porte-à-porte pour expliquer aux gens comment se protéger.Le lendemain, une équipe d'intervention rapide de l'hôpital du district de Kambia est arrivée pour effectuer des tests, procéder à une vaccination en anneau de près de 800 enfants afin de minimiser la propagation de l'infection, et s'occuper des patients.«La Croix-Rouge et l'équipe de gestion sanitaire du district sont venues. Cela n'a pas pris longtemps. Lorsqu'ils sont arrivés, nous avons de nouveau organisé une réunion, nous avons parlé à la communauté. Nous leur avons dit que ces personnes avaient des médicaments et qu'ils étaient gratuits» explique Momoh.Pour N'Mah, une femme de Makuma dont le jeune fils a attrapé la rougeole, la présence de Momoh à ses côtés a été un immense soulagement.«Mon fils Morlai est tombé malade. Je n'avais aucune idée de ce qu'était la maladie et je me sentais inquiète et agitée. Momoh a organisé une réunion communautaire pour faire savoir qu'il pensait qu'il s'agissait de la rougeole. Il nous a dit ce qu'il savait de la maladie et a demandé aux gens de lui dire s'ils voyaient quelqu'un qui présentait les mêmes symptômes. Il nous a dit de garder notre environnement aussi propre que possible, de nous laver les mains correctement et d'isoler toute personne présentant des signes de la maladie. Je me suis sentie très heureuse parce que les services de santé sont arrivés très rapidement», explique N'Mah.«Je savais que Momoh serait en mesure de nous aider parce qu'il nous avait parlé de sa formation et de la façon dont il pouvait signaler la maladie», ajoute Mahawa.Momoh est l'un des 250 volontaires du district de Kambia formés dans le cadre du programme CP3. Ensemble, ils sont les yeux et les oreilles des communautés difficiles à atteindre et veillent à ce qu'aucun événement sanitaire suspect ne passe inaperçu.Au total, 124 cas de rougeole ont été enregistrés au cours de l'épidémie à Makuma. Ce chiffre aurait pu être beaucoup plus élevé sans l'action précoce de Momoh, la confiance que lui a accordée sa communauté et la réaction rapide des autorités sanitaires locales.«L'intervention réussie, qui a permis d'éviter des décès et des handicaps, est le résultat de la détection et du signalement précoces par les volontaires de la Croix-Rouge, suivis d'une réponse rapide de l'équipe de gestion de la santé du district. Il n'est pas exagéré de dire que ces volontaires contribuent grandement au système de santé du district de Kambia, en particulier à la surveillance de la santé publique», explique Ishmael Rogers, responsable de la surveillance du district de Kambia.Pour Yusif, conseiller du village de Makuma, qui a dirigé sa communauté dans des périodes difficiles telles qu'Ebola et COVID-19 ces dernières années, le soulagement d'avoir le soutien de la Croix-Rouge pour maintenir sa population en bonne santé est palpable.« Je suis heureux que Momoh soit là. Il est toujours disponible pour notre communauté - n'importe quel jour, n'importe quand. Il est très patient. Lorsque nos concitoyens sont malades, il veille à ce qu'ils soient emmenés à l'hôpital. Je pense que ma communauté est en sécurité avec Momoh. Si jamais il y a une autre épidémie, nous savons que Momoh est là pour nous. »--La détection et la réponse rapides aux épidémies dont il est question dans cet article ont été rendues possibles grâce au Programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies.Financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), ce programme aide les communautés, les sociétés nationales et d'autres partenaires dans sept pays à se préparer, à prévenir, à détecter et à répondre aux menaces de maladies.Si vous avez apprécié cette histoire et souhaitez en savoir plus :Abonnez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies;Suivez la Société de la Croix-Rouge de Sierra Léone sur X, Facebook et LinkedIn;Pour en savoir plus sur les initiatives de surveillance communautaire au sein de l'IFRC, veuillez consulter le site suivant: cbs.ifrc.org

|
Communiqué de presse

Un partenariat novateur entre l'IFRC et The Nature Conservancy permet aux communautés des Caraïbes de lutter contre la crise climatique

Genève/Panama, 21 février 2024 : La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et The Nature Conservancy (TNC) ont réussi à préparer plus de 3 000 personnes en République dominicaine, à la Grenade et en Jamaïque à s'adapter à la crise climatique. En s'appuyant sur les habitats côtiers pour réduire les risques, cette initiative associe la science de la conservation de pointe à la préparation aux catastrophes.Au cœur de ce succès se trouve le projet des îles résilientes, une collaboration IFRC-TNC qui redéfinit la résilience des communautés en utilisant le pouvoir protecteur de la nature contre la crise climatique. Cette approche est essentielle dans les Caraïbes, où la proximité de la côte pour 70 % de la population souligne leur vulnérabilité. À la Grenade, le projet a permis de concevoir une installation de pêche intelligente sur le plan climatique, comprenant vingt-et-un casiers, des capacités de collecte des eaux de pluie et de l'énergie solaire pour la production d'électricité. Parmi les autres avantages, citons une jetée pour faciliter l'accès aux bateaux des pêcheurs et la plantation d'une végétation près des côtes pour améliorer l'habitat proche du rivage, réduire l'érosion et filtrer les eaux de ruissellement. Ces solutions rendent la pêche artisanale plus sûre et plus durable.Eddy Silva, chef de projet à The Nature Conservancy, souligne les implications plus larges:« Les enseignements tirés des îles résilientes permettront de mieux faire connaître la résilience climatique et d'intensifier les efforts aux niveaux local et national dans tous les petits États insulaires en développement des Caraïbes. À une époque où les risques météorologiques et la hausse des températures océaniques deviennent de plus en plus extrêmes et destructeurs, ce programme a démontré que les mangroves, les récifs coralliens et la reforestation peuvent sauver des vies et des moyens de subsistance.»La protection, la gestion et la restauration de ces écosystèmes sont essentielles pour limiter l'exposition et la vulnérabilité des populations aux aléas. L'IFRC et TNC montrent que cela devrait se faire par le biais de lois, de politiques et de plans de développement résilients au climat qui favorisent une prise de décision fondée sur la science, améliorent les systèmes d'alerte précoce et anticipent les catastrophes liées au climat. En Jamaïque, le programme Resilient Islands a amélioré l'indice national de classement de la vulnérabilité en y incluant des indicateurs relatifs aux écosystèmes. Cela permet aux agences de surveiller et de mesurer non seulement les niveaux de vulnérabilité des communautés, mais aussi la capacité des habitats à protéger les personnes et les moyens de subsistance.Les acteurs locaux ont également joué un rôle essentiel en veillant à ce que les solutions au changement climatique répondent aux besoins locaux, soient inclusives et durables. Martha Keays, directrice régionale de l'IFRC pour les Amériques, souligne le rôle indispensable de l'engagement local :« L'un des principaux enseignements tirés du programme "Îles résilientes" est qu'il n'y a pas de résilience sans localisation. Les solutions fondées sur la nature sont des solutions communautaires, et les acteurs locaux, y compris les volontaires de la Croix-Rouge, doivent être au cœur de leur conception et de leur mise en œuvre. Nous avons également appris que le changement est plus probable lorsque des organisations complémentaires travaillent ensemble. L'alliance entre l'IFRC et TNC est un modèle d'innovation, de générosité et de vision dont le monde a besoin pour faire face à la crise climatique, sans doute le plus grand défi de notre temps.»Rob Brumbaugh, directeur exécutif de The Nature Conservancy Caribbean, évoque la synergie unique de ce partenariat :« Le projet est un modèle d'approche permettant de réunir des organisations aux capacités très différentes mais très complémentaires. TNC avec son expertise en science de la conservation de pointe, en données et en techniques de conservation, et l'IFRC, le leader mondial de la planification et de la réponse aux catastrophes.»Le projet des îles résilientes est une initiative quinquennale mise en œuvre en collaboration par l'IFRC et TNC avec le soutien de l'Initiative internationale pour le climat du gouvernement allemand. Le programme s'est officiellement achevé par une cérémonie de clôture et une revue de projet à Panama City le 20 février 2024.Pour toute demande d'interview, ou pour toute information, merci de nous écrire à l'adresse:The Nature Conservancy - Claudia Lievano [email protected] - [email protected]

|
Article

Journée mondiale de la radio : Comment la radio contribue à maintenir les communautés en bonne santé et en sécurité

Bien que nous vivions dans un monde de plus en plus numérique, la radio reste une source importante d'information, de divertissement et de connexion dans les pays du monde entier.C'est particulièrement vrai dans les communautés rurales, pour lesquelles la radio est souvent la source d'information la plus fiable, voire la seule, à des kilomètres à la ronde.Imaginez que vous viviez dans l'une de ces communautés, loin du centre de santé le plus proche. Vous remarquez que les gens tombent malades et vous ne savez pas pourquoi. En quête de réponses, vous écoutez votre station de radio locale.Le présentateur parle de la "maladie mystérieuse" d'une manière paniquée, en disant à quel point les symptômes sont horribles, combien de personnes sont mortes et comment il faut éviter à tout prix les personnes infectées. Il a entendu dire que la maladie pourrait être une sorte de malédiction et que, apparemment, boire de l'eau salée peut vous protéger.En entendant ce rapport, et en l'absence d'autres sources vers lesquelles se tourner, vous vous sentiriez probablement effrayé et ne sauriez pas quoi faire.Mais imaginez que vous soyez à l'écoute d'une émission totalement différente. Le présentateur offre calmement des informations pratiques sur la maladie - son nom, ses symptômes, son mode de propagation et les mesures que vous pouvez prendre pour vous protéger. Il interroge un médecin local que vous connaissez et en qui vous avez confiance et qui répond aux questions et aux inquiétudes les plus courantes.Vous seriez rassuré et disposeriez des informations dont vous avez besoin pour assurer votre sécurité et celle de votre famille.Dans plusieurs pays, l'IFRC et ses Sociétés nationales s'associent aux médias locaux pour faire exactement cela : fournir des informations vitales avant, pendant et après les épidémies.Dans le cadre du programme de programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3), nous avons collaboré avec l'organisation caritative BBC Media Action pour former des journalistes et des Sociétés de la Croix-Rouge de sept pays à la programmation de lignes de vie : une programmation médiatique spéciale qui fournit des informations précises, pratiques et opportunes en cas de crise sanitaire ou humanitaire.Les Sociétés nationales s'associent régulièrement à des médias pour diffuser des informations utiles qui permettent aux communautés de rester en bonne santé et à l'abri d'un large éventail de maladies. En voici quelques exemples.KenyaDans les comtés de Bomet et de Tharaka Nithi, la Croix-Rouge du Kenya fait équipe avec les stations de radio locales et les services de santé des comtés, atteignant ainsi des centaines de milliers de personnes avec des messages de santé utiles sur la façon de prévenir des maladies telles que l'anthrax, la rage et le choléra. Les informations sont communiquées dans un langage simple. Les auditeurs peuvent poser des questions ou suggérer des sujets de discussion.«Au début, les médias étaient connus pour rapporter deux choses, peut-être : la politique et les mauvaises choses qui se sont produites dans la société. Mais la Croix-Rouge nous a aidés [...] à utiliser les médias pour éduquer les gens sur les maladies », explique Sylvester Rono, un journaliste de Kass FM formé à la programmation Lifeline.«Je suis maintenant fier de dire que cela a vraiment aidé nos communautés. Nos concitoyens comprennent maintenant pourquoi nous devons vacciner nos animaux de compagnie, pourquoi nous devons aller à l'hôpital en cas de morsure, pourquoi nous devons signaler tout incident [sanitaire], et quand vous voyez un signe de maladie, que ce soit la rage, l'anthrax, le choléra [...] l'importance de le signaler plus tôt », ajoute-t-il.CamerounFin 2021, une épidémie de choléra a menacé la vie des populations de la région Nord du Cameroun, une région rurale du pays où les communautés sont très dispersées.Dans le cadre de sa réponse, la Croix-Rouge camerounaise s'est associée à des stations de radio locales pour lancer une série de programmes radiophoniques communautaires afin de partager des informations sur la façon dont les gens peuvent se protéger, sur les symptômes à surveiller et sur les endroits où obtenir de l'aide s'ils tombent malades.Les thèmes des émissions ont été choisis en partenariat avec les dirigeants des communautés. Après la diffusion des émissions, les volontaires de la Croix-Rouge se sont rendus dans leurs communautés pour renforcer les messages diffusés à l'antenne en faisant du porte-à-porte. «Le programme radio est très bon, car il m'a donné des informations pratiques. J'ai eu un cas de choléra dans ma famille, mais grâce aux mesures que j'ai entendues à la radio, j'ai pu sauver l'enfant de ma soeur qui était malade», explique Talaga Joseph, un auditeur qui a appelé FM Bénoué, l'une des stations de radio participantes.République démocratique du Congo (RDC)En RDC, des rumeurs nuisibles et des informations erronées sur le COVID-19 et d'autres maladies se sont répandues dans tout le pays ces dernières années. Par exemple, certaines personnes pensaient que le vaccin COVID-19 était une source de revenus pour le gouvernement et ne présentait aucun avantage pour la société, tandis que d'autres croyaient que le vaccin contre la rougeole était moins efficace que les remèdes traditionnels à base de feuilles de manioc.Pour répondre à ces rumeurs, les volontaires de la Croix-Rouge de la RDC ont fait du porte-à-porte pour recueillir les réactions de la communauté et enregistrer les mythes et les idées fausses les plus répandus. Après avoir analysé ces informations, le personnel de la Croix-Rouge de la RDC a lancé des émissions radiophoniques interactives afin d'aborder et de démystifier les informations erronées sur la santé et de fournir des conseils fiables.Par exemple, dans la province du Kongo Central, la Croix-Rouge de la RDC s'associe à Radio Bangu pour produire une émission intitulée "L'école de la Croix-Rouge". Les auditeurs appellent pour obtenir des informations sur différentes maladies, poser des questions et découvrir l'aide qu'ils peuvent obtenir de la Croix-Rouge.« La collaboration avec la Croix-Rouge est très bonne et a permis aux auditeurs d'en apprendre davantage sur ses activités et sur la manière dont ils peuvent prévenir différentes maladies et épidémies. Les émissions de la Croix-Rouge sont si populaires qu'elles ont augmenté le nombre total d'auditeurs dans la zone que nous couvrons », déclare Rigobert Malalako, directeur de la station de Radio Bangu.--Les activités avec la radio locale présentées dans cet article ne sont que quelques exemples de partenariats avec les médias développés dans le cadre du Programme de préparation des communautés aux épidémies et aux pandémies (CP3)Financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le CP3 soutient les communautés, les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d'autres partenaires dans la prévention, la détection et la réponse aux menaces de maladies.Si vous avez aimé cette histoire et souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous au bulletin d'information de l'IFRC sur la préparation aux épidémies et aux pandémies. Vous pouvez également accéder aux ressources suivantes :Un guide pour les médias sur la communication dans les urgences de santé publique (disponible en plusieurs langues)Site web de la programmation Lifeline de BBC Media ActionBoîte à outils de lutte contre les épidémies de l'IFRC

|
Article

L'IFRC à la COP 28 : les impacts sont là, il faut agir maintenant

Qu'il s'agisse de la montée en puissance des tempêtes, de la prolifération des incendies de forêt, de l'aggravation des vagues de chaleur et des sécheresses - ou du déplacement de communautés entières en raison de tous ces facteurs -, les effets du changement climatique se font sentir depuis un certain temps déjà. C'est pourquoi l'IFRC se rend une nouvelle fois au Sommet mondial sur le climat, la COP28, aux Émirats arabes unis, avec un message urgent : il n'y a plus de temps à perdre. Il est temps d'agir et l'action doit être audacieuse. Tout comme les dirigeants mondiaux doivent s'entendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter des conséquences humanitaires encore plus graves, ils doivent considérablement intensifier les mesures d'adaptation au niveau local afin d'atteindre les personnes les plus à risque et les plus touchées, selon l'IFRC. Des gens comme Martha Makaniko, une agricultrice du village de Chiwalo dans la ville de Mulanje au Malawi. Au début de l'année, Makaniko a perdu sa maison et toutes ses récoltes à la suite d'une inondation soudaine provoquée par le cyclone Freddy. Par la suite, les pluies normales n'ont pas été au rendez-vous et le phénomène El Nino menace maintenant d'aggraver la période de soudure qui s'annonce. "Année après année, il est de plus en plus difficile d'obtenir de bons rendements agricoles et de bien gagner sa vie", déclare Makaniko. "Nous ne pouvons plus compter sur des conditions météorologiques régulières. J'avais l'habitude de tirer huit sacs de maïs de mon champ. Aujourd'hui, j'ai de la chance d'en obtenir deux". Ce genre d'histoires est de plus en plus fréquent dans les communautés où le réseau de l'IFRC est enraciné. C'est aussi la raison pour laquelle l'IFRC a intensifié ses propres efforts pour travailler avec les communautés locales et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d'atténuer les souffrances immédiates - en fournissant de l'argent, de la nourriture, de l'eau, un soutien en matière d'hygiène et de santé - tout en prévenant et en réduisant les risques à l'avenir. C'est également la raison pour laquelle l'IFRC exhorte les dirigeants mondiaux réunis pour le sommet sur le climat COP 28 à prendre les mesures urgentes suivantes : Donner la priorité à l'action locale Augmenter le financement pour aider les communautés à s'adapter Intensifier les actions précoces et les mesures qui aident les communautés à anticiper les risques; Renforcer les systèmes de santé résistants au climat et aider les populations à prévenir, minimiser et traiter les pertes et les dommages dus aux événements climatiques. Pire avant de s'améliorer Il est essentiel d'investir davantage dans tous ces domaines pour aider les communautés à faire face, car la situation risque de s'aggraver avant de s'améliorer. Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) confirme que le changement climatique contribue déjà à l'augmentation du nombre de crises humanitaires (la température moyenne mondiale étant supérieure de 1,15 °C à la moyenne de 1850-1900). Aujourd'hui, la menace d'une nouvelle hausse des températures est bien réelle. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, les politiques actuelles laissent présager un réchauffement de la planète de 2,8 °C d'ici à 2050. À court terme, le phénomène El Niño de cette année devrait aggraver l'impact du changement climatique induit par l'homme, poussant les températures mondiales vers des territoires inexplorés, selon l'Organisation météorologique mondiale. Les raisons d'espérer Il y a cependant quelques raisons d'espérer. Si des mesures urgentes sont prises, il est possible de ralentir ou d'arrêter de nouvelles hausses de température tout en rendant les communautés beaucoup moins vulnérables aux chocs liés au climat. Dans l'ensemble du réseau de l'IFRC, qui comprend 191 Sociétés nationales, il existe de nombreux exemples de communautés qui travaillent avec l'IFRC et d'autres acteurs pour se rendre plus résilientes afin d'éviter l'insécurité alimentaire, les risques pour la santé et les impacts économiques des catastrophes liées au climat. En Jamaïque, par exemple, la Croix-Rouge a collaboré avec une école pour étudiants sourds dans le cadre d'un projet climato-intelligent visant à renforcer la ferme autosuffisante du campus grâce à un système d'irrigation alimenté par l'énergie solaire. En Somalie, l'IFRC et le Croissant-Rouge de Somalie ont travaillé avec le village de Cuun pour rétablir de petites exploitations agricoles à l'aide d'un nouveau forage d'eau potable et d'un système de pompage, afin de les aider à faire face à de multiples années de sécheresse. "Nous avions du mal à accéder à l'eau potable pour boire, cuisiner, nous laver et assurer notre subsistance", explique Yasiin Maxamed Jamac, l'un des chefs de la communauté. "Cela a eu un impact négatif sur notre santé et notre bien-être, et il nous a été difficile de cultiver des plantes, des fruits et des légumes et d'élever du bétail. Aujourd'hui, plus de 100 ménages possèdent leur propre petite ferme - de 100 mètres sur 100 mètres - où ils cultivent une variété de fruits, de légumes et de récoltes.

|
Article

Panama: Communities are the heart of climate-crisis resilience

Au cours des cinquante dernières années, le Panama a connu une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les pluies intenses et prolongées, les tempêtes de vent, les inondations, les sécheresses, les incendies de forêt, les glissements de terrain, les cyclones tropicaux et les effets des phénomènes El Niño et La Niña. Actuellement, le Panama est confronté à une grave sécheresse. Mais ces dernières années ont également été marquées par de violentes tempêtes, telles que les ouragans Eta et Iota. Ces tempêtes ont inondé la majeure partie de Soloy, une zone qui fait partie du territoire indigène Ngäbe, et le district de Tierras Altas à Chiriquí. Cette partie du nord-ouest du Panama est également l'une des principales régions agricoles du pays et l'une des plus touchées par ces ouragans, ce qui a incité la communauté à se préparer à d'éventuels événements similaires. Depuis lors, la gestion des risques de catastrophes est devenue une tâche fondamentale, grâce à la participation active de chefs de communautés indigènes comme Dalia, Eusebio et Wilfredo de Soloy, et à l'engagement de voisins comme Doña María, qui vit à Las Nubes, dans les Tierras Altas. Ces efforts bénéficient du soutien total des acteurs locaux et, en particulier, de la Croix-Rouge panaméenne. À l'occasion du sommet mondial de la Conférence des Parties (COP) sur le changement climatique qui se tient cette semaine, l'IFRC continue d'insister sur le fait que les communautés doivent être au centre de la préparation aux catastrophes et aux crises climatiques. En voici les trois principales raisons : 1. Cela va se reproduire : Se préparer aux catastrophes récurrentes "L'une des situations qui se produisent pendant la saison hivernale est l'inondation des rivières, car nous avons un grand nombre de rivières dans la communauté, et aussi les glissements de terrain, qui laissent des maisons et des routes endommagées", explique Eusebio Bejarano, un dirigeant de la communauté de Soloy. C'est pourquoi la Croix-Rouge panaméenne a travaillé aux côtés de la communauté en préparant une évaluation et en mettant en place des brigades d'intervention communautaires. En outre, elle a commencé à utiliser un outil appelé "Nexus Environmental Assessment Tool", qui permet d'identifier rapidement les problèmes environnementaux avant de concevoir des interventions d'urgence ou de relèvement à plus long terme. Il s'agit d'un outil d'évaluation environnementale qui nous a permis de comprendre le contexte des activités menées par la communauté et, surtout, la manière dont nous pouvons travailler pour protéger les moyens de subsistance de cette communauté, qui est rurale et dépend fortement de l'agriculture de subsistance", explique Daniel González, responsable de la gestion des risques pour la Croix-Rouge panaméenne. Au niveau familial et individuel, des mesures peuvent également être prises pour protéger les habitations de personnes comme Doña María, qui vit près de la rive et a élaboré un plan d'évacuation familial. Elle est désormais prête à agir en cas d'inondation. 2. Ce sont les populations locales qui sont les premières à réagir : Renforcer les capacités de réaction des communautés Une partie du processus de préparation exige que les communautés renforcent leurs capacités d'apprentissage, techniques et de leadership afin de mieux s'adapter aux situations de crise. Cet aspect est essentiel car les organisations communautaires sont les premières à intervenir en cas de catastrophe et ont souvent accès à des zones auxquelles les acteurs internationaux n'ont pas accès. La présence de ces groupes communautaires avant, pendant et après les crises signifie qu'ils peuvent réagir plus facilement tout en favorisant la préparation et le relèvement à long terme. "Nous devons nous préparer aux premiers secours, les autorités doivent être formées, ainsi que le personnel enseignant et la communauté", explique Dalia, responsable de la brigade de soutien psychosocial de Soloy. "La Croix-Rouge a proposé différents types de formation, auxquels les jeunes ont participé, mais il faut que davantage de communautés et de jeunes s'impliquent. La mise en œuvre de projets éducatifs, tels que les écoles bleues, qui intègrent l'apprentissage de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH), le recyclage et les jardins scolaires, est un exemple des actions menées par les communautés avec le soutien de la Croix-Rouge panaméenne. "Nous avons formé la brigade de lutte contre les incendies et la brigade de premiers secours, mais nous avons également travaillé sur le renforcement de la résilience dans trois écoles à Alto Bonito, Boca de Remedio et Soloy", explique Daniel González, Responsable de la gestion des risques à la Croix-Rouge panaméenne. "En outre, nous leur avons fourni des trousses de premiers secours et des panneaux rigides, ainsi qu'une formation pour les enseignants et la communauté éducative." 3. Les communautés savent ce qui est en jeu: Renforcer la résilience des communautés Les communautés sont au cœur de la préparation aux crises climatiques car elles savent ce qui est en jeu - leur environnement et la survie de leur mode de vie. Face à la crise climatique et à des scénarios de plus en plus incertains, c'est pourquoi la Croix-Rouge travaille avec les communautés pour renforcer la résilience locale aux chocs liés au climat. « Nous avons travaillé main dans la main avec la Croix-Rouge, en organisant et en préparant les situations qui se sont produites avec la crise climatique, en nous concentrant beaucoup sur la communauté, en travaillant avec les dirigeants, en travaillant avec les autorités et en visitant les communautés», déclare Eusebio Bejarano. La résilience communautaire permet aux communautés de se préparer aux catastrophes et de créer un avenir sûr, sain et prospère. Pour ce faire, les communautés doivent enregistrer des informations sur tous les risques pertinents et leurs causes, les menaces sanitaires, les dangers, les conflits, la violence, les crises climatiques et la dégradation de l'environnement. Ce n'est qu'alors qu'elles pourront fixer ensemble des priorités et décider de la meilleure façon d'y faire face. Wilfredo, un autre dirigeant de Soloy, souligne l'importance de promouvoir l'empathie et l'attention collective et insiste sur l'importance de prendre soin de la nature. Il souligne que les montagnes et les rivières sont essentielles à la vie de la communauté. La population indigène Ngäbe a également souligné la nécessité de prendre en compte des éléments culturels tels que la langue lors de la planification des actions de préparation. Une communauté résiliente est une communauté expérimentée, en bonne santé et capable de répondre à ses besoins fondamentaux. C'est une communauté qui dispose d'opportunités économiques, d'infrastructures et de services bien entretenus et accessibles, et qui peut gérer ses atouts naturels en harmonie avec l'environnement. C'est une communauté qui peut se concentrer sur l'avenir et sur les choses qui lui apportent de la joie et du sens, plutôt que de se remettre continuellement des chocs soudains de la crise climatique. Des actions de préparation aux catastrophes et de résilience communautaire sont également menées au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur, grâce au partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne, qui fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Une communauté résiliente est une communauté expérimentée, en bonne santé et capable de répondre à ses besoins fondamentaux. C'est une communauté qui dispose d'opportunités économiques, d'infrastructures et de services bien entretenus et accessibles, et qui peut gérer ses atouts naturels en harmonie avec l'environnement. C'est une communauté qui peut se concentrer sur l'avenir et sur les choses qui lui apportent de la joie et du sens, plutôt que de se remettre continuellement des chocs soudains de la crise climatique. Des actions de préparation aux catastrophes et de résilience communautaire sont également menées au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur, grâce au partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne, qui fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise.

|
Article

Un partenariat programmatique pour impliquer encore plus de communautés dans l'année à venir

Un partenariat mondial visant à renforcer la résilience et à fournir une agence à certaines des communautés les plus vulnérables du monde se poursuivra dans sa deuxième année à la suite d'une décision de la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européennes (DG ECHO) et de l'IFRC au début de l'été 2023. Dans le cadre du partenariat programmatique, les fonds de l'Union européenne (UE) financeront jusqu'en 2024 une série de projets novateurs axés en particulier sur l'action locale pour se préparer et répondre aux crises humanitaires et sanitaires. Avec le changement climatique, les pandémies et les mouvements de population qui se multiplient, ces types de partenariats sont essentiels pour renforcer les actions d'anticipation menées au niveau local et, le cas échéant, les interventions en cas de catastrophe. "La localisation implique que les communautés locales soient aux commandes depuis l'identification des besoins en fonction des priorités et des stratégies, jusqu'à la prise de décision et la mise en œuvre", a déclaré Marwan Jilani, directeur général du Croissant-Rouge palestinien (CRP). Jusqu'à présent, le partenariat a touché plus de huit millions de personnes, aidant les communautés à réduire les risques et à réagir rapidement aux crises soudaines. Avec une augmentation de 70 millions d'euros au cours de la deuxième année, le partenariat s'élève à plus de 134 millions d'euros et sera en mesure d'atteindre beaucoup plus de personnes que lors de la première année. Toutes les activités de l'IFRC sont menées en étroite collaboration avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les communautés locales et les réseaux de volontaires. «Les besoins humanitaires augmentent et si nous voulons préparer les communautés à être plus résilientes, nous devons unir nos forces avec nos sociétés nationales et nos institutions publiques», Nena Stoiljkovic, secrétaire générale adjointe de l'IFRC chargée des relations mondiales, de la diplomatie humanitaire et de la numérisation. «​​​​​​​Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons être plus efficaces et efficients. Ce programme est le meilleur exemple que nous ayons en matière de financement à long terme et multi-pays, et il est une source d'inspiration pour des partenariats similaires à venir.»​​​​​​​ Le partenariat se concentre sur cinq domaines clés : Préparation et réponse aux catastrophes: Préparer les communautés, les sociétés nationales et les institutions de gestion des risques de catastrophes à anticiper efficacement, à réagir et à se remettre de l'impact de chocs et d'aléas évolutifs et multiples. Préparation et réponse aux épidémies et pandémies : aider les communautés à prévenir et à détecter les épidémies et à y réagir. Soutenir les personnes en mouvement: répondre aux besoins humanitaires de base des personnes déplacées; Assistance en espèces : la meilleure façon d'aider les gens est souvent de leur donner une subvention en espèces qu'ils peuvent investir localement, comme ils l'entendent. L'assistance en espèces donne aux personnes dans le besoin de la dignité et de l'autonomie. Communication des risques, engagement communautaire et responsabilité : les personnes que nous soutenons par le biais du partenariat programmatique sont des partenaires de notre travail. Nous les écoutons attentivement et agissons en fonction de leurs opinions et de leurs besoins. Au total, 12 sociétés nationales de la Croix-Rouge de l'UE participent à la mise en œuvre du partenariat programmatique dans 24 pays à travers le monde. Voici quelques exemples d'activités du partenariat : Après les incendies de Cox's Bazar au Bangladesh, le plus grand camp de réfugiés au monde, le Croissant-Rouge du Bangladesh et l'IFRC ont apporté un soutien immédiat aux familles qui avaient perdu leur maison et leur ont fourni des matelas, des couvertures et des lampes de poche. Ils ont également construit 500 abris dans le camp 11. Ces fonds ont été mis en commun avec les ressources de l'IFRC-DREF afin d'apporter une réponse globale à l'incendie. Plus de 300 000 euros provenant du partenariat programmatique ont été alloués et 2 500 personnes ont bénéficié de cette intervention d'urgence.  La Croix-Rouge du Tchad a réagi immédiatement à la crise du Soudan, en fournissant un soutien de base aux personnes fuyant le conflit et traversant la frontière vers l'est du Tchad. La flexibilité de l'instrument de financement du programme a permis d'apporter cette aide rapide et essentielle. Plus de 260 000 euros ont été alloués et 5 883 personnes ont bénéficié de cette action. Après que l'Équateur a été frappé par plusieurs catastrophes simultanées - inondations, glissements de terrain, effondrements de bâtiments, tempêtes de grêle et tremblement de terre - la Croix-Rouge équatorienne a été en mesure d'aider la population touchée en fournissant des kits pour la maison, les outils, la cuisine, l'hygiène et le nettoyage, ainsi que des moustiquaires, des couvertures et l'accès à l'eau potable. Plus de 250 000 euros ont été alloués et 13 020 personnes ont bénéficié de cette intervention. Des volontaires de la République démocratique du Congo, du Honduras, du Guatemala, du Salvador et du Panama ont été formés à l'utilisation de l'outil d'évaluation environnementale Nexus (Nexus Environmental Assessment Tool- NEAT+), afin de mieux évaluer les risques et les besoins après une catastrophe.  Au Guatemala, des volontaires ont été formés à l'utilisation de drones pour la «photogrammétrie» - le moyen moderne d'obtenir des informations fiables sur les objets physiques et l'environnement par le processus d'enregistrement, de mesure et d'interprétation d'images photographiques. Cette formation a considérablement amélioré la capacité des volontaires à évaluer les risques et à se préparer en conséquence.  

|
Communiqué de presse

Inondations en Libye : Le changement climatique a rendu la catastrophe « beaucoup plus probable »

Genève/New York19Septembre 2023- Ce qui s'est passé à Derna devrait être un «signal d'alarme pour le monde» concernant le risque croissant d'inondations catastrophiques dans un monde modifié par le changement climatique, déclare Jagan Chapagain, Secrétaire Général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). M. Chapagain s'exprimait à la lumière d'un rapport selon lequel le changement climatique a rendu la catastrophe en Libye beaucoup plus probable. Le groupe World Weather Attribution, un groupe de scientifiques soutenu par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a procédé à une analyse rapide des données climatiques et des simulations de modèles informatiques afin de comparer le climat actuel, après un réchauffement planétaire d'environ 1,2 °C, au climat du passé. Les scientifiques ont constaté que le changement climatique d'origine humaine a rendu les fortes précipitations dans le nord-est de la Libye jusqu'à 50 fois plus probables qu'elles ne l'auraient été dans un monde ne connaissant pas de changement climatique d'origine humaine. Ils ont également constaté que les pluies étaient jusqu'à 50 % plus intenses qu'elles ne l'auraient été lors d'une tempête comparable dans un monde antérieur au changement climatique. Les scientifiques sont clairs : même dans un monde "réchauffé" à 1,2 °C, les précipitations qui se sont abattues sur la Libye ont été extrêmes. Il s'agit d'un événement qui ne devrait se produire qu'une fois tous les 300 à 600 ans. Malgré cela, cette fréquence est beaucoup plus élevée que dans un monde qui ne se serait pas réchauffé. Les précipitations à elles seules n'ont pas rendu la catastrophe de Derna inévitable. Une meilleure préparation, une réduction des constructions dans les régions sujettes aux inondations et une meilleure gestion des infrastructures des barrages auraient permis de réduire l'impact global de la tempête Daniel. Néanmoins, le changement climatique a joué un rôle important dans l'apparition et l'aggravation de ce phénomène météorologique extrême. Julie Arrighi, Directrice intérimaire du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont les chercheurs ont travaillé sur le rapport "World Weather Attribution", a déclaré : «Cette catastrophe dévastatrice montre comment les phénomènes météorologiques extrêmes alimentés par le changement climatique se combinent avec les facteurs humains pour créer des impacts encore plus importants, car davantage de personnes, de biens et d'infrastructures sont exposés et vulnérables aux risques d'inondation. Cependant, il existe des solutions pratiques qui peuvent nous aider à éviter que ces catastrophes ne deviennent monnaie courante, comme le renforcement de la gestion des situations d'urgence, l'amélioration des prévisions et des systèmes d'alerte fondés sur l'impact, et la conception d'infrastructures adaptées au climat futur». Jagan Chapagain, Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré : «​​​​​​​La catastrophe de Derna est un nouvel exemple des effets du changement climatique sur nos conditions météorologiques. Il est évident que de multiples facteurs en Libye ont transformé la tempête Daniel en une catastrophe humaine ; le changement climatique n'était pas seul en cause. Mais le changement climatique a rendu la tempête beaucoup plus extrême et beaucoup plus intense, ce qui a entraîné la perte de milliers de vies. Cela devrait être un signal d'alarme pour le monde entier, qui doit respecter l'engagement de réduire les émissions, assurer le financement de l'adaptation au changement climatique et s'attaquer au problème des pertes et des dommages». Plus d'informations: Pour demander une interview, merci de contacter: [email protected] AGenève: Andrew Thomas: +41763676587 Mrinalini Santhanam: +41 76 381 50 06 Tommaso Della Longa: +41 79 708 43 67

|
Article

Salvador : La Croix-Rouge soutient les communautés avant, pendant et après les catastrophes

Rosa Cándida est une agricultrice du village de Las Maravillas, à la périphérie d'Ahuachapán, dans l'ouest du Salvador. Avec son mari, ses deux filles et ses deux petites-filles, elle vit de la culture du maïs, des haricots et du sorgho dans la campagne luxuriante proche de leur maison. Ces dernières années, Rosa a vu son pays dévasté par des tempêtes tropicales, des glissements de terrain, des pluies torrentielles et des tremblements de terre, ce qui contraste fortement avec ce cadre idyllique. Le Salvador est le plus petit pays d'Amérique centrale, mais il est confronté à d'importants risques liés aux catastrophes et au climat. En 2022, Rosa faisait partie des plus de 1,7 million de personnes qui ont eu besoin d'une forme d'aide humanitaire ou de protection dans le pays à la suite de catastrophes. Un tremblement de terre survenu en janvier de cette année a endommagé sa maison, créant de grandes fissures dans ses murs de briques et obligeant sa famille à dormir dehors en attendant de trouver l'argent nécessaire pour la réparer. Une demi-journée de travail agricole rapporte tout juste à Rosa de quoi nourrir sa famille pour la journée, ce qui signifie que des catastrophes comme le tremblement de terre ont un impact considérable sur les finances et le bien-être de sa famille. Heureusement, la Croix-Rouge salvadorienne est venue à son secours. Ses équipes ont rapidement procédé à une évaluation des dégâts causés par le tremblement de terre et ont fourni une aide financière à plus de 600 familles de la région, dont celle de Rosa. « L'aide de la Croix-Rouge nous a permis d'acheter de la nourriture, des médicaments et d'autres articles ménagers », explique-t-elle. Les équipes de la Croix-Rouge ont effectué deux transferts d'argent, en veillant à ce que l'argent parvienne aux personnes qui en avaient le plus besoin : « Nous avons donné la priorité aux ménages les plus durement touchés par le tremblement de terre, notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans», explique Fatima Evora, de la Croix-Rouge salvadorienne. L'assistance en espèces est l'un des nombreux moyens par lesquels la Croix-Rouge salvadorienne aide les communautés locales à travers le pays à prévenir les catastrophes, à s'y préparer et à y répondre. Les volontaires de la Croix-Rouge salvadorienne ont également mis en place des systèmes d'alerte précoce afin de préparer les communautés aux sécheresses et aux inondations, et ont aidé les populations à adopter des moyens de subsistance respectueux du climat. Dans le cadre du partenariat programmatique entre l'IFRC, les sociétés nationales et l'Union européenne, la Croix-Rouge salvadorienne a organisé des ateliers communautaires au début de l'année afin que les gens puissent s'informer sur les risques de catastrophes et savoir comment s'y préparer. « Nous avons appris qu'il existe des alertes vertes, jaunes, orange et rouges, et que chacune d'entre elles indique un niveau de risque différent. Nous pouvons nous préparer et avertir les gens par mégaphone d'évacuer et de chercher de l'aide», explique Juana Santa Maria, qui a participé à un atelier à San Luis Herradura. «La chose la plus précieuse a été de savoir qu'en tant que communauté, nous pouvons demander de l'aide à la mairie, aux associations de développement communautaire et au personnel de la protection civile. Aujourd'hui, nous disposons de plus d'informations pour nous préparer et réagir aux catastrophes», ajoute-t-elle. -- En 2022, Nous avons atteint 3 000 personnes à El Salvador à travers le partenariat programmatique avec l'Union Européenne. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde entier, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. Avec la coordination de la Croix-Rouge espagnole et le soutien de l'IFRC, la Croix-Rouge salvadorienne est : Renforcer les connaissances de la communauté; Fournir une assistance aux personnes en déplacement; Prévenir les épidémies et y répondre; Veiller à ce que les perceptions et les préoccupations des communautés soient prises en compte et utilisées pour améliorer l'aide humanitaire.

|
Article

La Croix-Rouge polonaise organise le plus grand exercice international de sauvetage jamais réalisé en Pologne pour se préparer aux catastrophes

«Une minute, c'est beaucoup. Lors d'un sauvetage, une minute peut être décisive», ​éclareAgata Grajek, du groupe de sauvetage médical de la Croix-Rouge polonaise basé à Wrocław. Elle fait partie des 300 sauveteurs de sept Sociétés de la Croix-Rouge européennes qui se sont réunis le mois dernier à Malczyce, un petit village du sud-ouest de la Pologne, pour participer au plus grand exercice de sauvetage jamais organisé par la Croix-Rouge dans le pays. L'exercice s'est déroulé dans une usine désaffectée afin de simuler une catastrophe urbaine nécessitant une intervention urgente et complexe de recherche et de sauvetage. Pendant 30 heures d'affilée, de jour comme de nuit, les volontaires de la Croix-Rouge et les chiens de sauvetage ont été soumis à rude épreuve. De vraies personnes, plutôt que des mannequins, ont joué le rôle de citoyens blessés dans l'effondrement d'un bâtiment afin de rendre les opérations de sauvetage aussi réalistes que possible. «Nous nous sommes principalement exercés à fouiller la zone, à coordonner les opérations de recherche et de sauvetage et à évacuer les victimes des étages supérieurs», a déclaré Marcin Kowalski, chef de l'équipe de sauvetage de la Croix-Rouge polonaise. Cet exercice était le 7e rassemblement national des 19 groupes de secours spécialisés de la Croix-Rouge polonaise basés dans tout le pays. Pour la première fois, ils ont également accueilli des équipes de sauvetage de Lituanie, d'Allemagne, de Croatie, de Hongrie, d'Espagne et de Finlande afin de s'entraîner à travailler efficacement ensemble lors d'une intervention. «Si une catastrophe humanitaire, de chantier ou naturelle se produit quelque part, nous sommes toujours prêts à aider», déclare Pasi Raatikainen, un secouriste de la Croix-Rouge finlandaise qui a participé à l'exercice. Comme presque tous les sauveteurs de la Croix-Rouge, Pasi est un volontaire. Il dirige une équipe de sauvetage de quatre personnes à Helsinki et participe à des exercices - tout cela pendant son temps libre. « En Finlande, il n'y a pas beaucoup de sessions de formation consacrées aux sauvetages urbains avec l'utilisation de techniques de cordes, donc les scénarios de l'exercice en Pologne ont été très instructifs»,dit-il. Les équipes de recherche et de sauvetage n'ont pas été les seules à être mises à l'épreuve. 60 volontaires récemment recrutés dans le cadre de l'initiative des groupes d'aide humanitaire de la Croix-Rouge polonaise ont également pris part à l'exercice pour s'entraîner à mettre en place des abris, à distribuer de l'aide et à apporter un soutien psychosocial aux personnes touchées. « Cela me fait chaud au cœur de voir des centaines de personnes si attachées à l'idée de la Croix-Rouge», a déclaré Katarzyna Mikołajczyk, directrice générale de la Croix-Rouge polonaise. Sur la base de l'expérience et des enseignements tirés de l'exercice, les sept Sociétés de la Croix-Rouge qui y ont participé ont élaboré un cadre de coopération qui leur permettra de collaborer plus efficacement en matière de recherche et de sauvetage à l'avenir, chaque fois qu'une catastrophe surviendra en Europe. Aucun sauveteur ou volontaire n'espère jamais une catastrophe, ni n'espère devoir mettre sa formation en pratique. Mais dans un monde où les catastrophes sont de plus en plus nombreuses et complexes, il est plus important que jamais de prendre le temps de s'entraîner et de se préparer, afin d'être là pour les population, quelle que soit la catastrophe, et dès qu'elles ont besoin de nous. -- Pour en savoir plus sur la façon dont l'IFRC se prépare aux catastrophes, consultez notre page consacrée à la préparation aux catastrophes.

|
Article

Ensemble nous pouvons #VaincreLaChaleur

Saviez-vous que les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes, plus longues, plus chaudes et plus meurtrières en raison du changement climatique ? Chaque année, elles exposent des millions de personnes à des maladies liées à la chaleur et en tuent des milliers d'autres. Mais les menaces que représentent les vagues de chaleur peuvent être évitées. Et les mesures que nous pouvons prendre pour nous protéger, protéger nos amis et nos familles des chaleurs extrêmes sont simples et abordables. Voici ce qu'il faut savoir sur les vagues de chaleur, ce que vous pouvez faire pour #VaincreLaChaleur, et quelques inspirations des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge! Qu'est ce qu'une vague de chaleur? Une vague de chaleur est une période prolongée de températures anormalement élevées et souvent d'une forte humidité. La définition exacte d'une vague de chaleur peut varier d'un pays à l'autre en fonction des températures et des conditions normales du climat local. Les vagues de chaleur peuvent provoquer un choc, une déshydratation et de graves maladies liées à la chaleur. Les vagues de chaleur exposent également les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et respiratoires chroniques à un risque élevé. Les habitants des villes sont généralement les plus touchés par les vagues de chaleur, car les zones urbaines sont généralement plus chaudes que les campagnes environnantes. Que dois-je faire pour me préparer à une vague de chaleur ? Les prévisions de vagues de chaleur sont fiables dans la plupart des régions, vous avez donc généralement le temps de vous préparer ! Gardez un œil sur les prévisions météorologiques locales et n'oubliez pas les points suivants : Buvez beaucoup d'eau, même si vous n'avez pas soif; Évitez de vous exposer au soleil. Trouvez de l'ombre ou un endroit frais à l'intérieur lorsque c'est possible. Conseil: vous pouvez utiliser des stores ou des matériaux réfléchissants sur vos fenêtres pour empêcher la chaleur de pénétrer dans votre maison; Portez des vêtements amples, légers et de couleur claire; Prenez des nouvelles de votre famille, de vos amis et de vos voisins - en particulier s'ils sont âgés ou souffrants - pour vous assurer qu'ils vont bien; Mangez suffisamment, de préférence des repas plus petits et plus fréquents; Soyez attentif aux symptômes de la maladie due à la chaleur - essoufflement, douleurs thoraciques, confusion, faiblesse, vertiges ou crampes - et demandez une aide médicale si nécessaire. Regardez cette courte vidéo pour en savoir plus ou visitez notre page dédiée aux vagues de chaleur pour plus de conseils. Quelques exemples de ce que font les Sociétés nationales pour #VaincreLaChaleur. En juin dernier, à Satmatha, au Bangladesh, des volontaires du Croissant-Rouge du Bangladesh ont installé un podium au cœur de la ville où ils ont réalisé des performances publiques créatives inspirées du thème de la chaleur à l'occasion de la Journée d'action contre la chaleur 2022. De la poésie à la comédie, en passant par la danse et le théâtre, les volontaires ont joué de tout leur cœur - dans les dialectes locaux - pour attirer l'attention des gens et leur apprendre tout ce qu'il faut savoir sur les risques liés à la chaleur. Leurs performances ont fait tellement de bruit qu'elles ont fait l'objet de nouvelles nationales dans la presse écrite et numérique, diffusant ainsi le message #BeatTheHeat encore plus loin! Vous pouvez visionner des extraits de leurs performances ici. Dans la ville de Kandi, au Bengale occidental, en Inde, des volontaires de la Croix-Rouge indienne sont descendus dans la rue l'année dernière lorsque les températures sont montées en flèche. Pendant la vague de chaleur qui a frappé la région, ils ont installé des points d'eau potable purifiée dans leur bureau, aux arrêts de bus et à l'extérieur des hôpitaux, afin que le public puisse se réhydrater dans des conditions difficiles. En se faisant connaître avec de grands parasols colorés et des barils d'eau géants, ils ont apporté de l'ombre, des rafraîchissements et des sourires à leur communauté locale. En Espagne, la Croix-Rouge espagnole aide depuis longtemps les communautés du pays à rester en sécurité pendant les chaleurs estivales. Les volontaires de la Croix-Rouge espagnole mènent de nombreuses actions de sensibilisation - via les médias sociaux, les appels téléphoniques et la mobilisation dans les rues - afin de donner des conseils sur la manière de rester au frais. Ils s'intéressent également aux personnes âgées et aux personnes souffrant de maladies chroniques, qui sont particulièrement vulnérables lorsque les températures grimpent. Dans certaines régions, les volontaires se déplacent dans leurs communautés les jours de grande chaleur pour distribuer de l'eau, des éventails en papier et des casquettes. Les chaleurs extrêmes ne mettent pas seulement la santé des gens en danger, elles peuvent aussi avoir des conséquences néfastes sur leurs moyens de subsistance. En Uruguay, cette année, des périodes prolongées de chaleur extrême et un manque de pluie ont entraîné des sécheresses qui causent d'énormes dommages à l'agriculture. Pour aider les communautés à faire face à la situation, les volontaires de la Croix-Rouge uruguayenne ont diffusé des informations sur les moyens de se protéger et de protéger le bétail pendant les vagues de chaleur. Avec le soutien du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC, ils ont également fourni de l'eau et de la crème solaire et offrent une aide financière aux familles les plus touchées. Pour en savoir plus, cliquez ici. Des ressources utiles pour en savoir plus sur la chaleur Guide sur la vague de chaleur en ville à l'intention des branches de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge; Chaleur extrême : Se préparer aux vagues de chaleur du futur –un rapport conjoint de l'IFRC, du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (UN OCHA); Boîte à outils sur la chaleur - une collection d'affiches, de médias sociaux et de vidéos sur les vagues de chaleur produite par le Global Disaster Preparedness Centre (Centre mondial de préparation aux catastrophes)

|
Article

Volcan Nevado del Ruiz : Se préparer à une éruption

Le 30 mars, le service géologique colombien a relevé le niveau d'alerte du volcan Nevado del Ruiz, dans le centre de la Colombie, de jaune à orange, ce qui signifie une éruption probable dans les jours ou les semaines à venir. S'il est impossible de savoir exactement quand et comment un volcan entrera en éruption, il est possible de surveiller son activité et de prendre des mesures précoces pour minimiser son impact potentiel sur les communautés vivant à proximité - et c'est exactement ce que font les équipes du réseau de l'IFRC en ce moment même. Le Nevado del Ruiz est un volcan explosif. Ses éruptions entraînent la fracturation de la roche et l'expulsion rapide de gaz et de fluides - appelés «coulées pyroclastiques»- à des vitesses et des températures élevées. Mais il existe aussi un risque supplémentaire tout à fait unique: comme il s'agit de l'un des volcans les plus élevés de la région, qui culmine à plus de 5 000 mètres, il est recouvert de neige et possède une épaisse calotte glaciaire. Le problème est que cette calotte glaciaire fond, comme ce fut le cas lors de l'éruption de 1985, lorsque des avalanches d'eau, de glace, de roches et d'argile ont dévalé les flancs du volcan, effaçant la ville voisine d'Armero et tuant plus de 25 000 personnes. Pour se préparer à ce risque, la Croix-Rouge colombienne a activé son plan d'action général. Ce plan définit les mesures de préparation à prendre en fonction des différents niveaux d'activité volcanique, notamment si le niveau d'alerte passe d'orange à rouge, ce qui signifie que le volcan est en train d'entrer en éruption ou qu'il va entrer en éruption à tout moment. Grâce au financement anticipé du Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (DREF) de l'IFRC, les équipes de la Croix-Rouge colombienne ont travaillé d'arrache-pied pour préparer leurs volontaires et leurs communautés au pire des scénarios. Elles ont reformé les volontaires aux premiers secours, à l'évacuation et à la coordination des urgences, et ont réapprovisionné les articles essentiels aux interventions d'urgence tels que les trousses de premiers secours, les articles d'identification pour les premiers intervenants et le matériel de signalisation d'urgence. Ils ont également partagé autant d'informations que possible avec les communautés locales autour du Nevado del Ruiz : en avertissant les familles à risque d'évacuer, en leur expliquant comment et où évacuer en toute sécurité, et en distribuant des radios et des piles aux personnes vivant dans des zones difficiles d'accès afin qu'elles puissent rester informées. Mais certaines familles hésitent à partir et rejettent les conseils d'évacuation des autorités locales et de la Croix-Rouge colombienne. À première vue, cela peut être difficile à comprendre : pourquoi ne pas vouloir s'éloigner d'un volcan qui est potentiellement sur le point d'entrer en éruption ? La réponse n'est pas simple. Les nombreux agriculteurs qui dépendent des riches sols volcaniques entourant le Nevado del Ruiz ne voudront peut-être pas quitter leurs propriétés ou leurs animaux et abandonner le gagne-pain dont ils dépendent. D'autres personnes ne peuvent tout simplement pas, ou choisissent de ne pas, croire qu'une chose aussi horrible que l'éruption de 1985 puisse jamais se reproduire. En ce moment même, la Croix-Rouge colombienne, l'IFRC et leurs partenaires se réunissent dans la région pour intensifier les efforts de préparation. Il s'agit notamment de mettre l'accent sur l'engagement communautaire afin de comprendre les pensées et les craintes de la population et de la convaincre d'évacuer. Ils se préparent également à des déplacements massifs de population en cas d'éruption du volcan et tentent d'en réduire le risque. Grâce à l'opération DREF, elles prennent des mesures précoces telles que le renforcement des infrastructures essentielles, la fourniture d'une assistance en espèces et le prépositionnement de nourriture et d'eau potable. Nous vous en dirons plus sur ces efforts vitaux dans les semaines à venir. En attendant, cliquez ici pour en savoir plus sur le financement des actions anticipatives que nous avons fourni par l'intermédiaire du DREF. Plus d'informations: Qu'est ce qu'une éruption volcanique? Comment fonctionne le pillier anticipatif du DREF Suivez@IFRC_es et la Croix-Rouge colombienne@cruzrojacolsurTwitter

|
Communiqué de presse

Cyclone Mocha : L'accès et le temps sont essentiels pour aider les familles touchées au Bangladesh et au Myanmar

Kuala Lumpur/Genève, 16 mai 2023 - Le cyclone le plus puissant de ces dix dernières années dans le golfe du Bengale a affecté des familles déjà déplacées à l'intérieur du Myanmar et vivant dans des camps de réfugiés au Bangladesh. Le 14 mai, le cyclone Mocha a traversé la côte entre Cox's Bazar au Bangladesh et la commune de Kyaukpyu, près de Sittwe, la capitale du Rakhine, au Myanmar, avec des vents estimés à 250 km/h. Il a provoqué de fortes pluies, des ondes de tempête, des crues soudaines et des glissements de terrain. Au Myanmar, le cyclone a causé d'importants dégâts : maisons détruites, lignes électriques coupées, services d'eau et d'électricité interrompus. Les ondes de tempête qui en ont résulté ont également détruit des ponts et inondé des maisons. À ce jour, d'après les premiers rapports, environ 355 ménages dans les régions de Yangon, Magway et Ayeyarwaddy auraient été touchés, tandis que les premiers rapports de l'État de Chin font également état de dégâts, et plus de 130 000 personnes ont été évacuées vers des abris temporaires. Une dévastation généralisée a été signalée dans l'État de Rakhine, affectant les infrastructures publiques et privées, détruisant les maisons et les moyens de subsistance. Alors que les rapports de terrain continuent d'arriver et que des évaluations rapides sont effectuées, on s'attend à ce que les besoins soient élevés et que les personnes touchées aient besoin d'articles de secours immédiats, d'abris, d'eau, d'assainissement et d'hygiène, de soins de santé d'urgence et d'un soutien psychosocial. Les familles qui ont été séparées devront être reconnectées. Le risque d'épidémies de maladies transmissibles est élevé, tandis que les mines terrestres et autres restes explosifs de guerre posent des risques supplémentaires, car les inondations et les glissements de terrain peuvent transporter les engins dans des endroits jusqu'alors considérés comme sûrs. Plus de 800 volontaires et employés de la Croix-Rouge sont intervenus dans tout le pays et des équipes d'intervention d'urgence ont également été déployées. Des stocks de secours prépositionnés sont en train d'être envoyés au centre de la Croix-Rouge du Myanmar à Rakhine pour couvrir 2 000 foyers. L'IFRC et ses membres soutiennent la Croix-Rouge du Myanmar dans l'intensification des mesures d'intervention en cas de catastrophe afin de venir en aide aux communautés touchées par le cyclone Mocha, ainsi qu'à celles qui ont été affectées par les ondes de tempête tout au long du vaste littoral du pays. Nadia Khoury, Chef de délégation de l'IFRC à Myanmar a déclaré: «Les conséquences de la catastrophes sont considérables et couvrent une très grande partie du pays. Des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées dans une situation extrêmement vulnérable, alors que la saison de la mousson est sur le point de commencer. Nous travaillons avec la Croix-Rouge du Myanmar, nos partenaires dans le pays et le Comité international de la Croix-Rouge sur les zones nécessitant un accès et une mobilisation des ressources pour une réponse coordonnée, en fournissant un soutien stratégique, opérationnel, financier, technique et autre. Présente dans chaque commune touchée par l'intermédiaire de ses branches et de ses volontaires, la Croix-Rouge du Myanmar fournira une assistance multisectorielle afin de répondre au mieux aux besoins des populations touchées »​​​​​​​. L'accès à Rakhine et au nord-ouest reste fortement limité, tandis que l'ampleur des dégâts dans les zones rurales et autres zones difficiles d'accès, en particulier les camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays, est encore inconnue en raison de l'interruption des lignes téléphoniques et de l'internet. Au Bangladesh, bien que le cyclone ait causé des destructions massives sur l'île Saint-Martin et dans la zone côtière adjacente de Cox's Bazar, il a eu moins d'impact que prévu. Les évaluations se poursuivent, mais on signale jusqu'à présent que près de 3 000 foyers sont touchés et que 10 000 foyers sont partiellement endommagés. Plus de 8 000 volontaires du Croissant-Rouge ont été déployés pour soutenir les communautés touchées au Bangladesh avant que le cyclone Mocha ne touche terre et 76 000 volontaires du programme de préparation aux cyclones ont été préparés dans les zones côtières pour faire face à toute situation complexe. Les volontaires sont actuellement sur le terrain dans les zones touchées, secourant les personnes, fournissant des articles de secours d'urgence, une assistance médicale, de l'eau potable et d'autres formes d'aide. Sanjeev Kafley,Chef de délégation de l'IFRC au Bangladesh a déclaré: « L'IFRC et son vaste réseau ont soutenu le Croissant-Rouge du Bangladesh dans ses activités de sauvetage et de secours, travaillant en étroite collaboration avec la société nationale pour veiller à ce que les personnes touchées par le cyclone Mocha reçoivent l'assistance nécessaire. Nos équipes sont sur le terrain dans les camps de Cox's Bazar et dans d'autres zones côtières et évaluent l'évolution de la situation»​​​​​​​. Pour plus d'informations ou pour demander une interview, merci de nous contacter: [email protected] AKuala Lumpur: Afrhill Rances, +60192713641 AGenève: Anna Tuson, +41 79 895 6924 Tommaso Della Longa, +41 79 708 4367

|
Communiqué de presse

Le cyclone Judy fait des ravages à Vanuatu, la Croix-Rouge est prête à intervenir

Port Vila/Suva, le 2 mars 2023 - Le cyclone Judy a laissé sur son passage une énorme traînée de destruction à travers le Vanuatu, où l'on estime à plus de 160 000 le nombre de personnes touchées. Ce cyclone de catégorie 4, dont les vents destructeurs atteignent 150 km par heure et 200 km par heure en rafales, a également causé de graves dommages aux infrastructures, aux bâtiments, à la connectivité et aux cultures. Port Vila et Tanna ont été les plus durement touchés par le cyclone, avec des coupures d'électricité et d'eau dans certaines des communautés les plus touchées. La Croix-Rouge de Vanuatu travaille avec les autorités pour déterminer le nombre de foyers qui ont besoin d'une assistance immédiate et pour fournir les premiers soins aux personnes. Le secrétaire général de la Croix-Rouge de Vanuatu, Dickinson Tevi, a déclaré : «Nous faisons de notre mieux pour atteindre les communautés les plus touchées. La catastrophe a été considérable et, par conséquent, certaines routes menant aux communautés ont été endommagées, tandis que d'autres ont été bloquées par des arbres tombés et des débris»​​​​​​​. «Tel est l'ampleur de l'impact du cyclone. Nos volontaires de la Croix-Rouge sont sur le terrain et travaillent avec les autorités pour atteindre ces communautés, car nous ne connaissons pas encore l'étendue des dégâts dans ces endroits.»​​​​​​​ Des articles de secours immédiats prépositionnés, tels que des bâches pour les abris, sont prêts à être distribués à 2500 ménages touchés. En outre, des kits d'hygiène pour le lavage et le nettoyage, des lanternes solaires, des moustiquaires et des ustensiles de cuisine sont également prêts à être distribués. Katie Greenwood, chef du bureau de l'IFRC dans le Pacifique, a déclaré : «Nous devons agir rapidement, car les gens ont besoin d'une aide d'urgence à court terme, notamment pour répondre à des besoins fondamentaux tels que des abris temporaires et l'accès à une eau potable propre et sûre. «Une catastrophe de cette ampleur ne peut être gérée par un seul pays. Il faudra un effort régional coordonné pour apporter une aide immédiate, puis pour aider les communautés à reconstruire leur vie et leurs moyens de subsistance à plus long terme.»​​​​​​​ Quelques heures après les ravages causés par le cyclone Judy, une autre dépression tropicale est entrée dans la zone de responsabilité de Vanuatu aujourd'hui et devrait suivre la même trajectoire que le cyclone Judy. Le risque que cette dépression tropicale se transforme en cyclone tropical au cours des prochaines 24 heures et se dirige vers Vanuatu est élevé. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité de ces cyclones est une réalité à laquelle nos Sociétés de la Croix-Rouge et les communautés avec lesquelles elles travaillent sont confrontées en raison des impacts du changement climatique et de la modification des schémas météorologiques. Vanuatu a été touché pour la dernière fois par un cyclone de cette ampleur en 2015, lorsque le cyclone Pam de catégorie 5 a causé des dégâts considérables à Port Vila, affectant au moins 166 000 personnes. Pour plus d'informations, merci de contacter: A Suva: Soneel Ram, +679 9983 688, [email protected]

|
Communiqué de presse

Les vagues de chaleur sont à l'origine de certaines des catastrophes les plus meurtrières et elles sont en train de s'intensifier, préviennent l'IFRC et l'agence d'aide humanitaire des Nations unies à l'approche de la COP27.

Genève, 11 Octobre 2022– Les températures record de cette année, qui alimentent les catastrophes en Somalie, au Pakistan et dans le monde entier, laissent présager un avenir marqué par des urgences humanitaires liées à la chaleur plus meurtrières, plus fréquentes et plus intenses, selon un nouveau rapport. Publié un mois avant la 27ème Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 27), Chaleur extrême : Se préparer aux vagues de chaleur à venir, indique que le changement climatique rend les vagues de chaleur de plus en plus dangereuses et que des mesures énergiques doivent être prises dès maintenant pour éviter des catastrophes thermiques potentiellement récurrentes. "Alors que la crise climatique n'est pas maîtrisée, les phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les vagues de chaleur et les inondations, frappent le plus durement les personnes les plus vulnérables", déclare Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence. "L'impact n'est nulle part plus brutalement ressenti que dans les pays déjà ébranlés par la faim, les conflits et la pauvreté." Le rapport - le premier publié conjointement par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) - propose des mesures concrètes que les humanitaires et les décideurs peuvent prendre pour atténuer les pires effets de la chaleur extrême. En 2022, des communautés d'Afrique du Nord, d'Australie, d'Europe, d'Asie du Sud et du Moyen-Orient ont déjà suffoqué sous des températures record. Plus récemment, l'ouest des États-Unis et la Chine ont cédé sous une chaleur extrême. Le rapport indique qu'au cours des prochaines décennies, les vagues de chaleur devraient atteindre et dépasser les limites physiologiques et sociales de l'homme dans des régions telles que le Sahel, la Corne de l'Afrique et l'Asie du Sud et du Sud-Ouest. Le rapport prévient également que les vagues de chaleur extrêmes dans ces régions, où les besoins humanitaires sont déjà élevés, entraîneraient des souffrances et des pertes de vies humaines à grande échelle, des mouvements de population et une aggravation des inégalités. "La crise climatique intensifie les urgences humanitaires dans le monde entier. Pour éviter ses effets les plus dévastateurs, nous devons investir de manière égale dans l'adaptation et l'atténuation, en particulier dans les pays les plus exposés", déclare Jagan Chapagain, Secrétaire général de l'IFRC. "Lors de la COP27, nous demanderons instamment aux dirigeants mondiaux de veiller à ce que cet investissement atteigne les communautés locales qui sont en première ligne de la crise climatique. Si les communautés sont préparées à anticiper les risques climatiques et équipées pour prendre des mesures, nous éviterons que les événements météorologiques extrêmes ne deviennent des catastrophes humanitaires." Les vagues de chaleur sont la proie des inégalités, les personnes isolées et marginalisées étant les plus touchées. Le rapport souligne que l'urgente priorité doit être accordée aux investissements importants et durables qui atténuent le changement climatique et soutiennent l'adaptation à long terme pour les personnes les plus vulnérables. Le rapport constate également que, bien que les effets de la chaleur extrême soient mondiaux, certaines personnes sont plus durement touchées que d'autres. Les communautés vulnérables, telles que celles d'agriculteurs, sont poussées en première ligne, tandis que les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent courent un risque accru de maladie et de mortalité. Les pays à faible revenu connaissent déjà une augmentation disproportionnée de la chaleur extrême. Ces pays sont les moins à blâmer pour le changement climatique, mais ils verront une augmentation significative du nombre de personnes à risque dans les décennies à venir. S'appuyant sur un corpus croissant de connaissances et de bonnes pratiques en matière d'alerte précoce, d'action anticipée et de systèmes de réponse aux vagues de chaleur, le rapport propose les cinq étapes clés suivantes pour aider les personnes les plus vulnérables : Fournir des informations précoces sur les vagues de chaleur pour aider les personnes et les autorités à prendre des mesures en temps voulu; Soutenir la préparation et développer l'action anticipée, en particulier par les acteurs locaux, qui sont souvent les premiers à réagir en cas d'urgence; Trouver des méthodes nouvelles et plus durables de financement des actions locales; Adapter la réponse humanitaire à l'accélération de la chaleur extrême. Les organisations humanitaires testent déjà des approches telles que des logements d'urgence plus adaptés sur le plan thermique, des "toits verts", des centres de refroidissement et des ajustements des horaires scolaires, mais cela nécessitera des investissements importants dans la recherche et l'apprentissage; Renforcer l'engagement dans les sphères de l'humanitaire, du développement et du climat. Pour faire face à l'impact de la chaleur extrême sur le long terme et aider les communautés, les villes et les pays à s'adapter au risque de chaleur extrême, il faudra une planification soutenue du développement. L'intégralité du rapport est disponible ici. Note aux éditeurs: Les videos et les photos sont disponibles via ce lien et ici pour les médias. Pour plus d'informations, merci de contacter: IFRC (Genève): Jenelle Eli, +1-202-603-6803, [email protected] OCHA (New York): Jaspreet Kindra, +1-929-273-8109, [email protected]

|
Communiqué de presse

L'IFRC invite les gouvernements et les partenaires humanitaires à protéger les vies à l'approche d'une saison active d'ouragans sur le continent américain.

Panama/Genèva, 31 Mai 2022 —La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) intensifie ses actions de préparation en prévision d'une nouvelle saison cyclonique active supérieure à la moyenne dans l'océan Atlantique. L'IFRC invite les gouvernements et les acteurs humanitaires à protéger les vies en investissant dans des systèmes d'alerte précoce, des solutions basées sur les prévisions et des plans coordonnés de réponse aux catastrophes. Du 1er juin au 30 novembre 2022, l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes attendent entre 14 et 21 tempêtes nommées, dont 6 à 10 pourraient devenir des ouragans, y compris 3 à 6 ouragans de catégorie 3 ou plus. L'IFRC et son réseau œuvrent pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux effets des fortes pluies, des glissements de terrain et des inondations que ces événements météorologiques pourraient provoquer au cours des six prochains mois. Martha Keays, Directrice Régionale pour la région Amériques à l'IFRC a déclaré: "La région peut être confrontée à six ouragans majeurs, mais il suffit d'une seule tempête pour détruire des communautés qui sont déjà aux prises avec la pauvreté, les inégalités et les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19. C'est pourquoi des centaines d'équipes locales de la Croix-Rouge dans plus de 20 pays partagent des messages d'alerte précoce et coordonnent les mesures de préparation avec les gouvernements locaux et les dirigeants communautaires. Parallèlement, l'IFRC associe les prévisions météorologiques à l'analyse des risques pour prendre des mesures précoces en amont des ouragans plutôt que de simplement réagir aux événements. Cette approche nous permet d'anticiper les catastrophes, de diminuer leur impact autant que possible et de prévenir la souffrance et la perte de vies et des moyens de subsistance." L'IFRC accorde une attention particulière aux besoins des femmes, des enfants, des migrants et des retournés, qui souffrent de crises qui se chevauchent en Amérique centrale. Cette région se remet encore de la pandémie et des ouragans Eta et Iota, qui ont provoqué le déplacement de 1,5 million de personnes rien qu'au Nicaragua, au Honduras et au Guatemala. En Colombie, au Honduras, au Guatemala et en Haïti, les communautés vulnérables exposées aux ouragans et aux tempêtes sont également les plus exposées à l'insécurité alimentaire en raison de la crise mondiale actuelle de pénurie alimentaire. Dans ce contexte difficile, l'IFRC plaide en faveur de cadres réglementaires qui favorisent l'acheminement rapide de l'aide humanitaire dans les zones touchées par des catastrophes. Elle a également prépositionné des biens humanitaires au Panama, au Guatemala, au Honduras et dans les Caraïbes afin de répondre immédiatement aux besoins humanitaires de 60 000 personnes dans les zones côtières du Pacifique et de l'Atlantique. Selon le Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la saison des ouragans 2022 dans l'Atlantique et la mer des Caraïbes devrait être plus active que la normale en raison de l'influence du modèle climatique La Niña. Ce phénomène est actif pour la troisième année consécutive et fait que les températures de la mer dans ce bassin sont supérieures à la moyenne. Cette condition permet un développement plus actif des ouragans, comme on l'a vu en 2020 et 2021. Pour plus d'informations, veuillez contacter : Au Panama Susana Arroyo Barrantes - Comms Manager pour la régions Amériques,[email protected] María Victoria Langman - Senior Comms Officer pour la région Amériques,[email protected] En Jamaïque Trevesa Da Silva - Comms Officer Anglais et néerlandais des Caraïbes, [email protected]

|
Communiqué de presse

Lancement d'un partenariat ambitieux entre l'IFRC et l'UE : un nouveau modèle pour le secteur humanitaire

Bruxelles/Genève, 30 mars 2022 - Le partenariat ambitieux lancé aujourd’hui entre la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européenne (DG ECHO), se veut un nouveau modèle pour le secteur humanitaire. En réponse au nombre croissant de crises dans le monde, le partenariat programmatique pilote «Accélérer l'action locale dans les crises humanitaires et sanitaires » vise à soutenir l'action locale dans la gestion des crises humanitaires et sanitaires dans au moins 25 pays grâce à un financement pluriannuel de l'UE. Le partenariat renforce les priorités stratégiques communes aux deux entités et s'articule autour de cinq pôles d'intervention : la préparation aux catastrophes et la gestion des risques, la préparation et la réponse aux épidémies et aux pandémies, l'assistance humanitaire et la protection des personnes en déplacement, l'aide en espèces et en bons et enfin la communication des risques, l'engagement communautaire et la redevabilité. Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet effet : «J'accueille avec beaucoup d'espoir le partenariat programmatique pilote signé avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est un partenaire de confiance de l'UE. Elle partage notre vision de la mise en œuvre d'opérations d'aide humanitaire efficaces et efficientes dans le monde entier. Le financement alloué à ce partenariat réaffirme l'engagement de l'UE à contribuer à répondre aux besoins croissants des personnes vulnérables dans environ 25 pays, en travaillant en étroite coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il confirme également notre engagement en faveur de partenariats stratégiques avec les organisations d'aide humanitaire ». Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, d’ajouter: «Des partenariats stratégiques à plus long terme sont essentiels pour répondre à la recrudescence des crises humanitaires dans le monde. Nous devons répondre rapidement, réagir à grande échelle, et moderniser notre approche pour avoir un plus grand impact auprès des communautés. Nous savons que le soutien humanitaire le plus efficace et le plus à même de perdurer est celui qui est mené localement, qui place les communautés au cœur de l'action et qui est financé par un partenariat flexible, à long terme et prévisible. Le partenariat programmatique pilote permet exactement cela». Le programme commencera par une phase initiale dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique occidentale et centrale et du Yémen. L'objectif principal est de fournir une assistance essentielle aux personnes actuellement touchées par des crises humanitaires, les conséquences de la pandémie COVID-19, les catastrophes climatiques et les conflits, et de prévenir les pertes de vies et les souffrances. Des investissements sont également réalisés pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux catastrophes grâce à la mise en œuvre de composantes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques. Grâce à son étroite collaboration avec ses Sociétés nationales, la portée mondiale de l'IFRC combinée à l'action locale, sa longue histoire de travail humanitaire axé sur la communauté et ses Principes fondamentaux, en font le partenaire de choix pour ce partenariat programmatique pilote avec l'UE. Après la première phase de mise en œuvre, le programme vise à étendre sa portée et à inclure d'autres pays dans le monde avec le soutien de plus de Sociétés nationales de l'UE. Faits marquants 10 pays pour la mise en œuvre dans la phase initiale : le Burkina Faso, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Yémen, Le Salvador, Le Guatemala, le Honduras et le Panama; 7 Sociétés nationales de l'UE œuvrant pour soutenir la mise en œuvre de la phase initiale : la Croix-Rouge belge (FR), la Croix-Rouge danoise, la Croix-Rouge française, la Croix-Rouge allemande, la Croix-Rouge italienne, la Croix-Rouge luxembourgeoise et la Croix-Rouge espagnole. Pour plus d'informations A Bruxelles: Federica Cuccia, [email protected]; A Genève: Anna Tuson, [email protected], +41 79 895 6924

|
Communiqué de presse

Madagascar : Les équipes de la Croix-Rouge se mobilisent pour éviter une tragédie à l'approche du cyclone tropical Emnati.

Antananarivo/Nairobi/Genève, 21 février 2022-Les équipes de la Croix-Rouge malgache (MRCS) et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ( IFRC) dans la partie orientale de Madagascar travaillent jour et nuit pour limiter l'impact humanitaire du cyclone tropical Emnati qui se rapproche rapidement. Andoniaina Ratsimamanga, le secrétaire général de la Croix-Rouge malgache, a déclaré : «Il y a un risque de double tragédie, car certaines communautés pourraient être frappées par un deuxième cyclone en moins d'un mois. Le cyclone tropical Emnati risque d'avoir un effet dévastateur sur les communautés de la côte Est de Madagascar qui sont encore sous le choc du cyclone Batsirai. Beaucoup ont perdu leurs maisons, leurs cultures et leur bétail. Nous sommes vraiment inquiets et appelons nos partenaires à accroître leur soutien et à éviter une tragédie humanitaire.» L'arrivée d'Emnati ne fera qu'aggraver une situation humanitaire déjà catastrophique. L'impact du cyclone Batsirai, qui a frappé la côte Est de Madagascar le 5 février 2022, continue de se faire sentir dans les régions d'Atsinanana, Fitovinany, Vatovavy et Atsimo-Atsinanana. Dans la région de Vatovavy, les districts les plus touchés sont Nosy-Varika et Mananjary. Dans la région de Fitovinany, les districts les plus touchés sont Manakara, Vohipeno et Ikongo, avec 140 000 personnes ayant besoin d'aide. Demain, avec des vitesses de vent projetées de 220 km par heure, le cyclone tropical Emnati devrait frapper les mêmes régions que celles qui ont déjà été touchées par Batsirai : Atsinanana, Vatovavy et Fitovinany. Avant qu'il ne touche terre, les équipes de l'IFRC et de la Croix-Rouge malgache, ainsi que les partenaires de la région, fournissent un soutien en matière d'alerte précoce et préparent des articles de secours d'urgence pour aider les communautés vivant sur la trajectoire du cyclone à rester en sécurité. La Croix-Rouge malgache fait partie du mécanisme national de réponse d'urgence, qui est dirigé par le gouvernement malgache, par le biais du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Afin de soutenir la Croix-Rouge malgache dans l'aide aux communautés affectées, l'IFRC intensifie ses efforts de réponse et recherche des fonds supplémentaires. Alina Atemnkeng, qui se trouve actuellement à Mananjary pour diriger la réponse de la IFRC suite au cyclone Batsirai, ainsi que les efforts de préparation avant l'arrivée d'Emnati, a déclaré : « Les équipes de la Croix-Rouge malgache, les équipes de l'IFRC et les partenaires sont en état d'alerte et sont déployés dans les communautés, les avertissant de l'approche de la tempête. Les volontaires de la Croix-Rouge partagent les messages d'alerte précoce avec les communautés, préparent les sites d'évacuation et aident les communautés à se déplacer vers des lieux plus sûrs.» Atemnkeng poursuit : « Dans le cadre de notre réponse, nous devons penser à la fois au court et au long terme : d'autres cyclones se produiront et nous devons veiller à ce que les communautés soient protégées de manière adéquate contre les inévitables tempêtes à venir. Compte tenu des défis généraux causés par le changement climatique, nous réitérons notre appel aux gouvernements, aux organismes intergouvernementaux régionaux et à nos partenaires pour qu'ils renforcent leurs investissements dans la réduction des risques de catastrophe, en mettant particulièrement l'accent sur les actions de préparation.» Madagascar est l'un des dix pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles dans le monde et doit faire face à des risques croissants. Alors que les régions de l'Est sont aux prises avec des cyclones, les régions du Sud connaissent une grave sécheresse, laissant au moins 1,3 million de personnes dans le besoin d'une assistance alimentaire. À l'échelle mondiale, nous constatons que le changement climatique aggrave le risque de situations d'urgence complexes, auxquelles la communauté humanitaire a de plus en plus de mal à répondre. Pour plus d'informations, ou pour demander une interview, veuillez contacter : A Madagascar: Mialy Caren Ramanantoanina, +261 329 842 144,[email protected](a Mananjary) Ny Antsa Mirado Rakotondratsimba, +261 34 54 458 76,[email protected] A Nairobi:Euloge Ishimwe,+254 735 437 906,[email protected] A Genève:Caroline Haga, +358 50 598 0500,[email protected]

|
Page de base

Planification d'urgence

La planification d'urgence consiste à préparer une organisation à être prête à répondre efficacement en cas d'urgence. C'est une partie importante du travail de la FICR qui soutient la préparation des Sociétés nationales. Le temps consacré à la planification d'urgence est un gain de temps lorsqu'une catastrophe survient.

|
Page de base

Préparation aux catastrophes

Se préparer aux catastrophes sauve d'innombrables vies, accélère le rétablissement des personnes et permet d'économiser de l'argent. L'IFRC aide les Sociétés nationales à améliorer en permanence leur capacité de préparation et de réponse au niveau local, prévenant et réduisant en fin de compte les impacts des catastrophes sur les communautés.

|
Page de base

Qu'est ce qu'une catastrophe?

Les catastrophes sont des perturbations graves affectant le fonctionnement d'une communauté qui dépassent sa capacité à y faire face en utilisant ses propres ressources. Les catastrophes peuvent être causées par des dangers naturels, artificiels et technologiques, ainsi que par divers facteurs qui influencent l'exposition et la vulnérabilité d'une communauté.

|
Page de base

Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes (IFRC-DREF)

Le Fonds d'urgence pour les réponses aux catastrophes de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC-DREF) est un moyen efficace, rapide, transparent et localisé d'acheminer des fonds directement aux acteurs humanitaires locaux, avant et après une crise.