Assistance en espèces et en bons

Displaying 1 - 15 of 15
| Article

Crise alimentaire : « Maintenant, je peux m'occuper de ma propre famille ».

Dans la région de Lubombo en Eswatini, près de la ville de Big Bend, Bongani Masuku, 39 ans, regarde son champ de maïs. Il en a récolté une partie la semaine dernière. «Mais il y a encore du travail à faire», dit Bongani en commençant à travailler la terre. Lubombo est l'une des régions les plus chaudes d'Eswatini. Alors que Bongani désherbe son champ, la température a déjà dépassé les 34 degrés. «J'enlève les mauvaises herbes pour que mon maïs pousse correctement», explique-t-il. «Si je laissais les mauvaises herbes prendre le dessus, les plants deviendraient très minces et n'offriraient pas une bonne récolte.» Plus tôt dans la saison, Bongani a suivi une formation agricole, à l'issue de laquelle il a reçu une subvention d'environ 70 euros. Il a investi cet argent dans des semences de maïs plus résistantes à la sécheresse, car le changement climatique a rendu les pluies plus irrégulières et accru la sécheresse. Environ 70 % de la population de l'Eswatini dépend directement de l'agriculture pour sa subsistance. C'est pourquoi l'évolution des conditions météorologiques est extrêmement préoccupante. «Les récentes vagues de chaleur ont vraiment rendu l'agriculture plus difficile. Le maïs ne doit pas recevoir trop de lumière du soleil lorsqu'il fleurit. La pluie est importante à ce stade. La dernière fois que le maïs a fleuri, il n'y a pas eu de pluie du tout, et ma récolte a donc été inférieure à ce que j'avais prévu.» Le champ de maïs revêt une grande importance pour Bongani. «Il me permet de nourrir ma famille, mais aussi de vendre une partie des récoltes et d'obtenir de l'argent», précise t-il. «Cet argent m'aide à scolariser mes enfants. J'ai cinq enfants avec ma chère épouse. Maintenant, je peux leur acheter des manuels scolaires et d'autres fournitures scolaires, comme des stylos. Si je gagne assez d'argent, je peux aussi leur acheter des chaussures pour aller à l'école.» L'insécurité alimentaire prolongée Comme partout ailleurs en Afrique australe, les habitants de l'Eswatini souffrent d'une crise grave et prolongée de la sécurité alimentaire qui a débuté en 2015. La sécheresse causée par le phénomène El Niño, renforcée par le changement climatique et l'irrégularité des pluies et des inondations depuis lors, a endommagé les récoltes année après année. Bongani est l'une des 25 500 personnes incluses dans le projet triennal financé par l'Union européenne pour améliorer la sécurité alimentaire au moyen d'une assistance en espèces. Outre la Croix-Rouge finlandaise, le projet inclut la Croix-Rouge de Baphalali Eswatini et la Croix-Rouge belge des Flandres. Pour les bénéficiaires des subventions en espèces, comme Winile Masuku, l'aide en espèces a permis d'acheter de la nourriture comme du riz, de la farine de maïs et de l'huile de cuisson à un moment où les sources de nourriture habituelles sont beaucoup moins abondantes et plus chères. «Avant de recevoir une aide financière, nous dépendions de nos voisins», explique Winile, assise devant sa maison, dont les murs sont faits de branches tressées et de pierres. «Aujourd'hui, je peux m'occuper de ma propre famille.» Le jardinage pour le changement Si tout le monde n'est pas agriculteur, de nombreux habitants de l'Eswatini cultivent une partie de leur nourriture quotidienne dans des jardins communautaires locaux. C'est l'une des raisons pour lesquelles ce projet de résilience climatique vise également à faire revivre la tradition des jardins communautaires. Une partie de cet effort comprend des formations dispensées par le ministère de l'agriculture sur la manière la plus efficace d'entretenir les jardins communautaires face à des conditions climatiques plus extrêmes. Après chaque formation, les participants reçoivent une subvention d'environ 35 euros pour acheter des semences, par exemple. Les participants sont encouragés à utiliser des variétés de cultures moins gourmandes en eau. «Le jardin offre une stabilité à ma famille, car je m'y emploie et je m'occupe de ma famille», explique Sibongile, l'une des participantes. «La récolte du jardin me permet de nourrir ma famille, et je peux aussi vendre certaines récoltes pour obtenir de l'argent pour l'éducation de mes enfants.» La santé en milieu rural Il est également important de veiller à ce que les gens restent en bonne santé, car la sécheresse et la chaleur peuvent créer des conditions qui exacerbent la propagation des maladies et des symptômes tels que la déshydratation. C'est pourquoi le projet financé par l'UE soutient également la communauté dans la préparation aux épidémies et aux pandémies. La Croix-Rouge de Baphalali Eswatini gère trois cliniques dans le pays, et le projet soutient leur capacité à répondre à différentes épidémies, telles que les maladies diarrhéiques, la tuberculose et le VIH. « Chaque matin, nous donnons des conseils de santé, c'est-à-dire que nous indiquons aux patients les épidémies en cours», explique Phumlile Gina, infirmière à la clinique de Hosea Inkhundla, dans la région de Shiselweni. «En ce moment, nous les informons sur les vaccinations, notamment contre le coronavirus et la tuberculose. Nous mettons également l'accent sur l'hygiène : nous expliquons combien il est important de se laver les mains et nous rappelons également aux gens de laver leurs récipients d'eau de temps en temps». «Certains de nos patients, ici à la campagne, manquent cruellement de ressources financières», ajoute-t-elle. «Ils peuvent venir à la clinique pour une toute autre raison, une grippe par exemple. Mais nous pouvons alors remarquer que la croissance de l'enfant du patient est manifestement retardée et qu'il y a des raisons de soupçonner une malnutrition». «Nous sommes également en mesure de prendre en charge ces situations et de surveiller l'état des patients. C'est très agréable lorsqu'un patient revient à la clinique après six mois et dit que son enfant va très bien et qu'il joue comme les autres enfants». Le partenariat programmatique entre le réseau de l'IFRC et l'Union européenne fournit un financement stratégique, flexible, à long terme et prévisible, afin que les Sociétés nationales puissent agir avant qu'une situation d'urgence ne se produise. Il est mis en œuvre dans le monde entier, y compris dans 13 pays d'Afrique.

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC achève la mise en œuvre du programme ESSN en Türkiye

Ankara, 6 décembre 2023 : Étape importante dans son engagement en faveur de l'aide humanitaire, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a conclu la mise en œuvre du Programme d'aide sociale d'urgence (ESSN) et l'a confié au Ministère de la Famille et des Services sociaux de la République de Türkiye aux côtés de Türk Kızılay, qui restera le partenaire de mise en œuvre, avec le soutien financier de l'Union européenne (UE). Pour marquer ce moment charnière, l'IFRC a organisé le 6 décembre 2023 un événement comprenant une exposition de photos à l'hôtel The Ankara, en présence du chef d'unité pour l'Europe du Sud-Est et le voisinage oriental pour les opérations d'aide humanitaire de l'UE (DG ECHO) Juha Auvinen et du chef de la coopération à la délégation de l'UE à Türkiye Odoardo Como. L'IFRC était représentée par la directrice régionale du bureau Europe et Asie centrale Birgitte Bischoff Ebbesen, le ministère de la famille et des services sociaux de la République de Türkiye par son vice-ministre Zafer Tarıkdaroğlu et Türk Kızılay par son directeur général des affaires internationales et des services de migration Alper Küçük.« » «Ce programme a réussi à fournir une assistance mensuelle en espèces à plus de 1,5 million de réfugiés vulnérables en Türkiye», a déclaré Jessie Thomson, chef de délégation de l'IFRC Türkiye. «Aujourd'hui, nous sommes fiers de remettre le programme entre les mains expertes du ministère de la Famille et des Services sociaux de la République de Turquie et de Türk Kızılay. Nous sommes ravis de voir ce programme vital continuer à soutenir les réfugiés les plus vulnérables de Türkiye pour les années à venir». « Le premier pas vers les grands objectifs auxquels nous aspirons tous, tels que le développement durable et une paix durable, consiste à donner les moyens d'agir aux personnes qui ont besoin de protection. C'est notre point de vue en tant que peuple turc et la politique que nous souhaitons transmettre à la communauté internationale », a déclaré Adil Çalışkan, directeur général du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. «Avec cette volonté, je pense que le programme ESSN, que nous mettons en œuvre depuis 2016, continuera d'être l'une des meilleures pratiques d'aide humanitaire dans le monde après cette nouvelle étape. » Depuis 2020, le partenariat entre l'IFRC et Türk Kızılay, ainsi que le ministère de la Famille et des Services sociaux de la République de Türkiye, dirigeait ce programme d'aide en espèces financé par l'UE, qui fournissait une assistance en espèces à plus de 1,5 million de réfugiés en Türkiye sur une base mensuelle via la carte de débit KIZILAYKART, avec l'objectif spécifique de stabiliser et d'améliorer le niveau de vie des ménages les plus vulnérables. «Türk Kızılay joue un rôle crucial en tant que pont reliant le réseau d'assistance sociale de Türkiye au vaste cadre d'assistance internationale» a déclaré Alper Küçük, directeur général des affaires internationales et des services de migration de Türk Kızılay..«En position centrale, l'organisation facilite activement l'échange et la coordination des ressources, des informations et de l'expertise entre les domaines nationaux et internationaux. En tant que lien vital, elle joue un rôle essentiel dans l'intégration des efforts humanitaires aux niveaux local, régional et mondial, améliorant ainsi l'efficacité globale des initiatives d'assistance sociale.. » Le programme ESSN en Turquie, également connu comme le plus grand programme humanitaire en espèces de l'histoire de l'UE, a été mis en œuvre pour la première fois par le Programme alimentaire mondial (PAM) et Türk Kızılay en 2016, en partenariat avec le ministère de la Famille et des Services sociaux de la République de Turquie, financé par la DG ECHO. Ce soutien financier a été crucial pour accroître la résilience économique de la population réfugiée tout en lui permettant de répondre à ses besoins les plus essentiels. «En 2016, nous avons été confrontés à une crise des réfugiés sans précédent. Grâce au réseau ESSN, nous avons démontré que l'UE, la Turquie et les organisations humanitaires internationales pouvaient travailler ensemble pour créer un programme humanitaire unique, qui a permis de venir en aide à des millions de réfugiés, » a expliqué Juha Auvinen, chef d'unité pour l'Europe du Sud-Est des opérations d'aide humanitaire de l'UE. Le ministère de la famille et des services sociaux, en tant que demandeur principal et Türk Kızılay en tant que codemandeur, ont pris en charge la mise en œuvre de ce programme depuis août 2023, et continueront à servir des millions de réfugiés vulnérables en Turquie avec le soutien financier de la Direction générale des négociations sur le voisinage et l'élargissement (DG NEAR) dans le cadre du programme collectif de filet de sécurité sociale (SSN) du ministère.

Lire plus
| Article

Yémen : Lorsqu'un conflit s'accompagne d'une catastrophe ou d'une maladie, l'aide en espèces peut sauver des vies.

Dans le village de Khanfar, dans le gouvernorat d'Abyan au Yémen, Khamisa, 62 ans, vit avec sa fille et les enfants de cette dernière. Les deux femmes parviennent à peine à subvenir aux besoins quotidiens de la famille. Que se passera-t-il maintenant que la maladie vient s'ajouter à leur lutte quotidienne pour survivre ? «Le conflit a accentué nos souffrances en tant que femmes, car nous n'avions pas de soutien de famille, et le conflit nous a laissées sur un nouveau chemin de survie, où nous avons dû faire face seules à notre douleur et à notre souffrance», a déclaré Mme Khamisa. Le Yémen est depuis longtemps l'un des pays les plus pauvres du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, et se trouve aujourd'hui au cœur de l'une des pires crises humanitaires au monde. Le pays est aujourd'hui confronté à la plus grande situation d'urgence en matière de sécurité alimentaire au monde, avec 20 millions de personnes - 66 % de la population du pays - ayant besoin d'une aide humanitaire. En proie à un conflit depuis le début de l'année 2015, les combats ont dévasté son économie, entraînant une grave insécurité alimentaire et la destruction d'infrastructures essentielles. Les catastrophes naturelles ont aggravé la crise, la dernière en date étant le cyclone tropical Tej, qui a récemment touché terre sur la côte sud du gouvernorat d'Al Mahrah, entraînant le déplacement de plus de 27 000 personnes. La poursuite du conflit ne signifie pas pour autant que les autres maladies chroniques connaissent une pause. Dans le cas de Khamisa, il s'agit d'un cancer. «Avant que je ne tombe malade, nous consacrions notre temps à la lutte quotidienne pour assurer les besoins essentiels de la vie», explique-t-elle. «Par la suite, d'autres défis sont apparus. La peur et l'anxiété permanentes ont défini ma vie et celle de ma fille, notamment en raison de la difficulté d'obtenir de l'argent pour les examens médicaux nécessaires afin de découvrir la cause de ma maladie.» Quand même la nourriture n'est pas la plus grande priorité Le cas de Khamisa nous montre que la lutte quotidienne pour trouver de la nourriture et des boissons n'est peut-être pas une priorité pour certaines personnes, leur principale priorité étant d'obtenir des médicaments pour rester en vie. Il y a peu d'endroits où les gens peuvent chercher de l'aide, car presque tous les services de base disponibles dans le pays se sont effondrés. Khamisa et d'autres personnes comme elle considèrent l'aide en espèces (offerte par le Croissant-Rouge du Yémen en partenariat avec l'IFRC, le CICR et la Croix-Rouge britannique) comme une véritable bouée de sauvetage. Elle donne à Khamisa un peu d'espoir et l'aide à se rendre rapidement à l'hôpital, ce qu'elle doit malheureusement faire régulièrement. Elle s'attache désormais à assurer sa propre survie pour soutenir sa fille unique. «Notre combat ne s'arrêtera jamais», ajoute-t-elle. «Notre combat n'est pas seulement lié aux efforts continus pour fournir de la nourriture et de l'eau, mais aussi à la lutte contre des maladies soudaines en l'absence des soins de santé nécessaires et d'un soutien suffisant.» Le pouvoir du choix Ahmed, 39 ans, vit également à Khanfar avec sa sœur et ses six enfants. Il travaillait comme ouvrier journalier pour subvenir aux besoins alimentaires de sa famille et couvrir d'autres besoins médicaux et éducatifs. Mais après qu'Ahmed a souffert d'une maladie cardiaque, sa situation s'est progressivement détériorée. Devenu chômeur, il a dépensé toutes ses économies pour s'assurer que sa famille ait assez à manger, mais ce qu'il économisait grâce à son travail ne suffisait pas à couvrir les besoins de sa famille. Ahmed nous a raconté qu'il y avait des jours où il se couchait le ventre vide afin d'économiser un peu de nourriture pour leurs enfants. Depuis la première distribution d'argent, Ahmed a déclaré qu'il avait pu soigner sa maladie et recouvrer la santé, et après la deuxième distribution d'argent, il a pu ouvrir une épicerie qui est maintenant une source permanente de revenus. «Je pense qu'il est préférable que l'aide soit apportée en espèces plutôt qu'en matériel», a déclaré Ahmed. «L'argent que j'ai reçu m'a aidé à recouvrer la santé et, en même temps, il a sauvé ma source de revenus.»

Lire plus
| Article

Salvador : La Croix-Rouge soutient les communautés avant, pendant et après les catastrophes

Rosa Cándida est une agricultrice du village de Las Maravillas, à la périphérie d'Ahuachapán, dans l'ouest du Salvador. Avec son mari, ses deux filles et ses deux petites-filles, elle vit de la culture du maïs, des haricots et du sorgho dans la campagne luxuriante proche de leur maison. Ces dernières années, Rosa a vu son pays dévasté par des tempêtes tropicales, des glissements de terrain, des pluies torrentielles et des tremblements de terre, ce qui contraste fortement avec ce cadre idyllique. Le Salvador est le plus petit pays d'Amérique centrale, mais il est confronté à d'importants risques liés aux catastrophes et au climat. En 2022, Rosa faisait partie des plus de 1,7 million de personnes qui ont eu besoin d'une forme d'aide humanitaire ou de protection dans le pays à la suite de catastrophes. Un tremblement de terre survenu en janvier de cette année a endommagé sa maison, créant de grandes fissures dans ses murs de briques et obligeant sa famille à dormir dehors en attendant de trouver l'argent nécessaire pour la réparer. Une demi-journée de travail agricole rapporte tout juste à Rosa de quoi nourrir sa famille pour la journée, ce qui signifie que des catastrophes comme le tremblement de terre ont un impact considérable sur les finances et le bien-être de sa famille. Heureusement, la Croix-Rouge salvadorienne est venue à son secours. Ses équipes ont rapidement procédé à une évaluation des dégâts causés par le tremblement de terre et ont fourni une aide financière à plus de 600 familles de la région, dont celle de Rosa. « L'aide de la Croix-Rouge nous a permis d'acheter de la nourriture, des médicaments et d'autres articles ménagers », explique-t-elle. Les équipes de la Croix-Rouge ont effectué deux transferts d'argent, en veillant à ce que l'argent parvienne aux personnes qui en avaient le plus besoin : « Nous avons donné la priorité aux ménages les plus durement touchés par le tremblement de terre, notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans», explique Fatima Evora, de la Croix-Rouge salvadorienne. L'assistance en espèces est l'un des nombreux moyens par lesquels la Croix-Rouge salvadorienne aide les communautés locales à travers le pays à prévenir les catastrophes, à s'y préparer et à y répondre. Les volontaires de la Croix-Rouge salvadorienne ont également mis en place des systèmes d'alerte précoce afin de préparer les communautés aux sécheresses et aux inondations, et ont aidé les populations à adopter des moyens de subsistance respectueux du climat. Dans le cadre du partenariat programmatique entre l'IFRC, les sociétés nationales et l'Union européenne, la Croix-Rouge salvadorienne a organisé des ateliers communautaires au début de l'année afin que les gens puissent s'informer sur les risques de catastrophes et savoir comment s'y préparer. « Nous avons appris qu'il existe des alertes vertes, jaunes, orange et rouges, et que chacune d'entre elles indique un niveau de risque différent. Nous pouvons nous préparer et avertir les gens par mégaphone d'évacuer et de chercher de l'aide», explique Juana Santa Maria, qui a participé à un atelier à San Luis Herradura. «La chose la plus précieuse a été de savoir qu'en tant que communauté, nous pouvons demander de l'aide à la mairie, aux associations de développement communautaire et au personnel de la protection civile. Aujourd'hui, nous disposons de plus d'informations pour nous préparer et réagir aux catastrophes», ajoute-t-elle. -- En 2022, Nous avons atteint 3 000 personnes à El Salvador à travers le partenariat programmatique avec l'Union Européenne. Mis en œuvre par 24 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde entier, notamment au Panama, au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Équateur dans les Amériques, le partenariat programmatique aide les communautés à réduire les risques et à mieux se préparer aux catastrophes et aux situations d'urgence sanitaire. Avec la coordination de la Croix-Rouge espagnole et le soutien de l'IFRC, la Croix-Rouge salvadorienne est : Renforcer les connaissances de la communauté; Fournir une assistance aux personnes en déplacement; Prévenir les épidémies et y répondre; Veiller à ce que les perceptions et les préoccupations des communautés soient prises en compte et utilisées pour améliorer l'aide humanitaire.

Lire plus
| Article

Fleeing Syria and surviving the Türkiye earthquake: Houda’s secret ingredients for resilience

Starting your life over somewhere new is never an easy feat. It takes immense mental strength to rebuild years of hard work and community from scratch. For Houda Al-Fadil, starting over wasn’t by choice. She was forced to flee a war-torn Syria, leaving her home behind so she could protect her family and offer them a chance of a better life—a life away from bombing, hunger, and fear. Back in October 2020, we interviewed Houda for our Red Cross Red Crescent magazine and learned how she and her family had started their new life in Kahramanmaraş, Türkiye. There, Houda had found her calling in the kitchen. Cooking had always been a passion for her, but it also became a way to make ends meet and support her husband and four children. Catching up with Houda in April 2023, she told us how she signed up for cooking courses at Turkish Red Crescent community centres to pursue her food business. “Thanks to these courses, I learned how to buy and sell. I learned about Turkish traditions and the Turkish community, and I felt included. They brought together people from Türkiye and Syria, and I was able to learn from both. They also organized a cooking festival where I was able to sell food that I had prepared at home.” The courses inspired her to create new recipes that combined Syrian and Turkish ingredients. Selling her dishes from home, she quickly built up a loyal following of customers who loved her unique culinary concoctions. Her business was going well and she began dreaming up her own little restaurant, a safe space in which people from Syria, Türkiye and other places could connect with one another over food. But on the morning of February 6, 2023, it all came to a halt. A 7.7 magnitude earthquake hit southeast Türkiye and northern Syria, killing more than 50,000 people and destroying homes and livelihoods. Fortunately, Houda and her family were physically unscathed, but it was a terrifying experience for them. “The shaking and the sounds that went on for a minute and a half were extremely distressing. One of my kids couldn’t sleep nor eat for a whole week after that. I sent her to stay with our relatives for a while so she could recover, and she came back when she started to feel better,” Houda says. As well as the physical damage caused by the earthquake, with cracks appearing on the walls of her home, the real damage was to Houda’s up-and-coming cooking business. “I had almost 100 customers, everyone was buying the dishes I was preparing. But most of my customers fled Kahramanmaraş after the earthquake. Some people moved to Istanbul, Bursa and Mersin. Others sadly passed away. I only have two customers left now.” The earthquake might have shaken Houda, but it had little effect on her perseverance and her will to keep moving forward. So, what’s the secret ingredient to her resilience? “My family keeps me going. I want my daughter to continue her university studies during these difficult times, and I want to help her achieve her dreams. By pursuing my own dream, I can support my children and other people to pursue their own. This is what makes me happy; helping others and providing all the support they need to achieve their goals.” Houda wants to rebuild her cooking business in Türkiye, with no plans to return to Syria. “I wouldn’t go back to Syria. The situation there is dire; the poverty is unbelievable. Some people don’t have food. I heard stories of people who had to sell their clothes to be able to feed their children. There’s no water, no electricity, no internet. There’s just no proper life for us there.” To help her on her cooking journey, Houda has also now taken up gardening with support from the Turkish Red Crescent. Unwavering support from their volunteers has been another key ingredient to her resilience. She concluded: “I still aspire to do it. My culinary dream lives on. Everyone should hold on to their ambitions and not give up early on. Stay strong in front of the challenges that lie ahead!” You can listen to our recent interview with Houda via Red Cross Red Crescent magazine's latest podcast. -- To assist people affected by the 6 February earthquake, the IFRC launched two Emergency Appeals for Türkiye and Syria to support the response of our National Societies on the ground. And since 2019, in partnership with the Turkish Red Crescent, the IFRC has been supporting more than 1.5 million refugees like Houda in Türkiye through our Emergency Social Safety Net (ESSN) Programme, funded by the European Union. Click here to find out more.

Lire plus
| Article

Ukraine, un an après : sept choses à savoir sur la crise humanitaire en cours

1. Des millions de réfugiés continuent de s'adapter à la vie dans un nouveau pays. Depuis le 24 février 2022, plus de 8 millions de personnes ont fui l'Ukraine pour se réfugier à l'étranger. Forcées de tout laisser derrière elles et incapables de rentrer chez elles en toute sécurité, elles tentent encore de s'adapter à leur nouvelle "normalité". Cela représente une année de peur, de chagrin, d'incertitude, de séparation d'avec les amis et la famille, et d'inquiétude pour les personnes et les maisons laissées derrière. Au cours des 12 derniers mois, l'IFRC, en collaboration avec 58 Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a travaillé en Ukraine et dans la région pour fournir une aide essentielle aux personnes fuyant le pays - y compris les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées - et pour les aider à s'intégrer dans leurs nouvelles communautés. 2. Des millions de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine ont toujours besoin d'une aide de base Le déplacement de plus de 5,3 millions de personnes en Ukraine reste une crise humanitaire stupéfiante. Nombre d'entre elles ont fui leur domicile avec les seuls vêtements qu'elles portaient et sont toujours hébergées par des proches ou des familles d'accueil, dans des abris collectifs ou des appartements loués. En collaboration avec la Croix-Rouge ukrainienne, le réseau de l'IFRC a été présent dès le début, fournissant des articles de première nécessité à ceux qui en avaient besoin. Si le choc initial du déplacement s'est atténué, le besoin de soutien et d'assistance reste crucial. 3. Certaines personnes sont rentrées chez elles, mais reconstruire leur vie d'avant est un défi de taille Malgré la poursuite des hostilités, plus de 5,5 millions de personnes ont choisi de rentrer chez elles, qu'elles viennent de l'étranger ou de l'intérieur de l'Ukraine. Cependant, beaucoup de leurs maisons ont été endommagées ou détruites. Le coût de leur reconstruction ou de leur réparation peut être prohibitif, et de nombreuses familles n'ont tout simplement pas les moyens d'acheter les matériaux ou la main-d'œuvre nécessaires pour rendre leur maison à nouveau habitable. Les membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge apportent un soutien vital aux habitants de l'Ukraine, notamment en les aidant à payer leur loyer et les services publics, en remettant en état les centres collectifs accueillant les personnes déplacées et les logements individuels, et en fournissant des matériaux de construction pour la remise en état des maisons. Cependant, de nombreuses personnes, en particulier dans les zones de la ligne de front, continuent de souffrir. 4. Le lourd tribut payé par la population en matière de santé mentale est toujours d'actualité. Le conflit en cours a eu un impact dévastateur sur le bien-être mental des personnes à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Nombreux sont ceux qui ont perdu des êtres chers, leur maison et leurs moyens de subsistance. Des personnes, y compris des enfants, ont été déracinées de leurs communautés. L'incertitude et l'instabilité à long terme pèsent lourdement sur l'esprit de nombreuses personnes. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a apporté un soutien psychosocial à plus de 328 000 personnes au cours de l'année écoulée. Il s'agit là d'un résultat important, mais il y a encore beaucoup plus de personnes qui ont besoin d'une oreille attentive et d'un soutien professionnel pour leur santé mentale. 5. Pour beaucoup, l'accès aux services médicaux est limité L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé plus de 700 attaques visant des établissements de santé en Ukraine depuis février 2022. De nombreux hôpitaux et établissements médicaux ont été détruits ou gravement endommagés, laissant les gens - en particulier ceux qui vivent près des lignes de front - avec peu ou pas d'accès aux services médicaux lorsqu'ils en ont le plus besoin. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge continue de fournir des médicaments de base et du matériel médical aux établissements de santé dans toute l'Ukraine. Ensemble, nous avons lancé près de 100 unités médicales mobiles qui fournissent des soins médicaux vitaux aux personnes vivant dans des zones difficiles d'accès dans tout le pays. L'IFRC finance un centre de santé dans la ville d'Uzhhorod, géré par la Croix-Rouge ukrainienne, qui fournit des services de santé essentiels aux personnes vulnérables et aux déplacés internes. Les fonds provenant de notre appel d'urgence aident également la Croix-Rouge ukrainienne à fournir des soins à domicile et des services de réadaptation aux personnes âgées, aux personnes avec un handicap et aux anciens combattants blessés. 6. L'infrastructure énergétique du pays a été gravement endommagée Alors que la saison froide est maintenant terminée et que la fourniture d'énergie en Ukraine s'est quelque peu rétablie, les institutions sociales et sanitaires à travers l'Ukraine continuent de faire face à la menace de pénuries d'électricité récurrentes. Ces établissements, en particulier ceux situés sur la ligne de front, souffrent souvent de coupures d'électricité, privant la population locale de services de base. L'IFRC a déjà livré 130 générateurs de grande puissance à l'Ukraine au cours de l'hiver dernier. Toutefois, le pays a encore besoin d'aide pour assurer la fourniture de services publics de base aux millions de personnes touchées par le conflit. 7. L'économie du pays a été gravement affectée En 2022, l'Ukraine a connu une baisse stupéfiante de 35 % de son PIB et un taux d'inflation annuel choquant de 30 %. Cela signifie que les familles à travers le pays luttent contre la montée en flèche des coûts de la nourriture et du loyer. Pour de nombreux ménages, les économies ont été pratiquement épuisées, laissant les gens dans une situation financière difficile et incertaine. Les Sociétés nationales d'Ukraine et des régions avoisinantes, soutenues par l'IFRC, ont mis en place plusieurs programmes d'assistance en espèces pour aider les plus vulnérables à s'en sortir. La crise se poursuit : quelle sera la prochaine étape ? Bien que cette crise ne fasse plus la une des journaux, le monde ne peut pas oublier ce qui se passe en Ukraine. L'année dernière, notre Mouvement a travaillé sans relâche pour soutenir les personnes touchées en Ukraine et au-delà. Mais malgré nos efforts, l'ampleur de cette crise exige un soutien et une attention accrus et continus. Grâce à son rôle d'auxiliaire et à sa présence permanente en Ukraine, la Croix-Rouge ukrainienne est la mieux placée pour soutenir les personnes touchées aujourd'hui et à l'avenir. Le réseau de l'IFRC continuera à soutenir la Croix-Rouge ukrainienne et les personnes touchées, aussi longtemps qu'elles auront besoin de nous. -- Cliquez ici pour accéder à l'appel d'urgence récemment révisé de l'IFRC pour l'Ukraine et les pays touchés. Et si vous souhaitez soutenir notre travail qui sauve des vies, merci de faire un don pour notre appel d'urgence ici.

Lire plus
| Communiqué de presse

Six mois après : La décrue des eaux au Pakistan révèle la nécessité d'un soutien prolongé.

Islamabad/Sindh, 28 février 2023 - Dans un contexte de ralentissement économique mondial et local, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) signale que les personnes qui ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance et leur bétail lors des inondations catastrophiques survenues il y a six mois au Pakistan ont besoin d'un soutien économique à long terme. Pour faire face à l'impact des inondations, l'IFRC et le Croissant-Rouge du Pakistan ont mis en place une aide en espèces et en bons d'achat afin de répondre aux besoins urgents des personnes les plus exposées. À ce jour, 5 600 familles ont reçu plus de 420 000 francs suisses. Cette aide en espèces permettra aux familles de répondre à leurs besoins immédiats, tels que la nourriture, les moyens de subsistance et d'autres besoins essentiels. « Nous comprenons que les besoins sont encore immenses à la suite des graves inondations, et qu'ils le resteront pendant un certain temps car les dégâts sont considérables. Nous soutenons les communautés avec de l'argent liquide, mais il est important de reconnaître que cette aide est un pont à court terme pour les besoins urgents. L'inflation galopante et la stagnation de l'économie ne permettent pas d'utiliser l'argent liquide aussi longtemps que nécessaire», explique Peter (Piwi) Ophoff, chef de la délégation de l'IFRC au Pakistan. «Un soutien en espèces à plus long terme aux personnes touchées par ces inondations dévastatrices stimulera les marchés locaux, ce qui contribuera au relèvement économique», ajoute M. Ophoff. De juin à août de l'année dernière, des pluies de mousson extrêmes ont submergé un tiers du Pakistan, affectant 33 millions de personnes à travers le pays. Les inondations dues à la mousson ont ravagé 2,2 millions de maisons, laissant des centaines de milliers de personnes sans abri. Des familles ont été contraintes de se réfugier au bord des routes dans des abris de fortune lorsque le principal fleuve Indus est sorti de son lit sur des milliers de kilomètres carrés. Au cours des six derniers mois, l'appel d'urgence de l'IFRC a permis de distribuer à près de 1,3 million de personnes des articles de première nécessité, des abris, des kits de santé, d'eau, d'assainissement et d'hygiène, ainsi qu'une aide financière polyvalente. Le Croissant-Rouge du Pakistan a la capacité et les connaissances nécessaires pour aider les populations touchées par les catastrophes naturelles en leur fournissant une assistance en espèces et en bons d'achat de manière digne, fiable et efficace grâce à un mécanisme de décaissement rapide. Le président du Croissant-Rouge du Pakistan, Sardar Shahid Ahmed Laghari, a déclaré : « Il y a encore des millions de personnes sur le terrain qui ont besoin d'aide : «Il y a encore des millions de personnes sur le terrain qui cherchent de l'aide, et nous avons besoin du soutien des communautés nationales et internationales pour aider le plus grand nombre de personnes possible afin qu'elles puissent répondre à leurs besoins urgents et retrouver leurs moyens de subsistance d'une manière qui préserve la dignité, la liberté, le choix et le respect» a déclaré M. Laghari. Le programme multifonctionnel de transferts monétaires de l'IFRC vise à aider les personnes touchées à reconstruire leur vie. Mais la montée en flèche des taux d'inflation ne fait qu'aggraver une situation déjà instable. Pour survivre à cette situation, il faut continuer à soutenir l'appel d'urgence lancé en septembre, car il est toujours sous-financé même après six mois. Les inondations dévastatrices qui ont lourdement endommagé les propriétés résidentielles, les infrastructures et d'autres biens, ont fait périr plus d'un million de têtes de bétail et ont laissé de vastes étendues de terres agricoles incultivables, entraînant une perte exponentielle de revenus et de moyens de subsistance pour des millions de personnes. Les dommages créés par les inondations, exacerbés par le changement climatique, ont poussé des communautés déjà économiquement défavorisées vers la pauvreté, rendant l'aide disponible insuffisante pour répondre aux besoins croissants des personnes dans un contexte de récession économique. Après avoir répondu aux besoins aigus des personnes touchées par les inondations de 2022 au cours des six premiers mois, l'opération d'urgence de l'IFRC se concentre désormais sur la satisfaction des besoins de relèvement à plus long terme des communautés touchées. Pour y parvenir, les principales priorités consistent à renforcer l'accès à l'eau potable et aux installations sanitaires, à réhabiliter les unités de santé de base et à lancer des programmes d'aide en espèces polyvalents et axés sur les moyens de subsistance. L'assistance en espèces est une approche essentielle qui aide les intervenants à mieux placer les besoins et les capacités des personnes touchées au cœur de l'action humanitaire. Elle permet aux communautés de décider comment couvrir les besoins essentiels tels que le loyer, le transport, les factures, la nourriture et les médicaments. Pour plus d'informations, merci de contacter: [email protected] A Islamabad: IremKarakaya, +92 308 555 0065 Sher Zaman, +92 304 103 0469 A Kuala Lumpur:AfhrillRances, +60 19 271 3641 A Genève:Jenelle Eli, +1 202 603 6803

Lire plus
| Communiqué de presse

L'IFRC s'associe à la Muslim World League pour soutenir les objectifs humanitaires

Genève, 6 Décembre 2022 – L'IFRC est honoré d'annoncer son partenariat avec la Ligue Islamique mondiale pour soutenir les objectifs humanitaires. L'accord entre l'IFRC et la Ligue islamique mondialecrée un large mandat pour le travail et les objectifs humanitaires des deux organisations. Il établit des objectifs importants pour aider les personnes touchées par le conflit armé international en Ukraine. Ces objectifs incluent, mais ne sont pas limités à: Fournir une assistance financière aux personnes déplacées afin qu'elles puissent subvenir à leurs besoins essentiels; Fournir un abri à ceux ou celles qui ont quitté leur maison et à ceux ou celles dont lamaison a été endommagée ou détruite; Fournir une assistance en matière d'eau, d'assainissement, d'hygiène et de santé; Renforcer les capacités de réponse des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. L'accord entre l'IFRC et MWL vise également à soutenir les migrants et les personnes déplacées par des catastrophes et des crises dans d'autres régions. Ce soutien humanitaire comprend : Produits alimentaires et non alimentaires; Abris d'urgence; Eau, hygiène et assainissement; Santé, y compris soutien en matière de santé mentale; Reconstitution des familles séparées; Protection de l'enfance; Prévention de la violence sexuelle et sexiste; Opérations de sauvetage; Activités de lutte contre la traite des êtres humains; Promotion de la cohésion sociale entre les personnes en déplacement et les communautés d'accueil; Soutien aux migrants et aux communautés d'accueil pour améliorer les moyens de subsistance, la résilience des communautés et la réintégration économique et sociale L'accord fixe également un objectif de coopération autour de structures et d'activités de financement innovantes, notamment des outils de collecte de fonds conformes à la charia. "Nous sommes convaincus que le nouveau partenariat avec la Ligue islamique mondiale sera significatif, afin d'atteindre les personnes touchées par les catastrophes et les crises dans le monde entier. Notre engagement commun envers l'humanité et l'action humanitaire sera renforcé par cette collaboration", a déclaré Jagan Chapagain, secrétaire général de l'IFRC. "La coopération entre des organisations internationales telles que la Ligue islamique mondiale et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est cruciale pour atteindre nos objectifs humanitaires", a déclaré le Secrétaire Général de la Ligue islamique mondiale, Son Excellence Sheikh Dr Mohammed Al-Issa. "La Ligue islamique mondiale est honorée de travailler aux côtés de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour apporter une aide humanitaire aux personnes touchées par le conflit armé international en Ukraine et pour soutenir les migrants et les personnes déplacées", a-t-il poursuivi.

Lire plus
| Article

Crise alimentaire au Nigeria : Des méthodes créatives pour améliorer la nutrition

De nombreux pays d'Afrique sont confrontés à la pire crise alimentaire qu'ils aient connue depuis des décennies. Les conséquences sont plus graves chez les femmes et les enfants. De nombreuses mères se battent actuellement pour protéger leurs enfants de la malnutrition. Au Nigéria, l'un des 12 pays prioritaires de l'IFRC dansnotre réponse à la crise alimentaire, la Croix-Rouge nigériane et l'IFRC utilisent des méthodes créatives pour aider les parents à garder leurs enfants en bonne santé et bien nourris. Jetons un coup d'œil à trois de ces méthodes. Les clubs de mères Les clubs de mères sont des espaces sûrs où les femmes peuvent se réunir et se soutenir mutuellement sur les questions liées à la réussite de leur maternité. L'idée est née au Ghana dans les années 1970 et s'est depuis répandue dans le monde entier. Aujourd'hui, l'accent est mis sur l'implication des hommes et à leur contribution tout aussi essentielle pour l'éducation des enfants. Les volontaires de la Croix-Rouge nigériane ont mis en place 140 clubs de mères dans 7 Etats du Nord-Ouest du Nigéria, permettant aux parents de se rencontrer et de recevoir des informations sur la nutrition, l'allaitement et les soins appropriés aux nourrissons. Ces clubs sont un moyen de dispenser une éducation sanitaire aux parents sur la manière de s'occuper au mieux de leur nouveau-né, de l'allaiter correctement et d'améliorer l'hygiène et les soins, le tout dans un environnement convivial et favorable. Lorsque son enfant a commencé à souffrir d'œdèmes, une manifestation grave des symptômes de la malnutrition, Amina, membre de l'un des clubs de mères, s'est tournée vers la Croix-Rouge nigériane pour obtenir de l'aide : "Mon enfant était malade depuis un certain temps, et je ne savais pas que c'était grave, ni même qu'il était mal nourri, jusqu'à ce qu'ils [les volontaires de la Croix-Rouge] viennent chez moi pour le dépister. Aujourd'hui, grâce aux activités de sensibilisation et à mon adhésion aux clubs, je peux mieux m'occuper de mes enfants et conseiller les femmes de ma communauté sur les bonnes pratiques". Aide en espèces et en bons De nombreux ménages de l'État de Nasarawa sont confrontés à de graves pénuries alimentaires en raison de la sécheresse qui ravage la région. Sadiya, une mère d'un enfant qui lutte pour se nourrir et nourrir son fils, raconte, "Je ne peux pas manger ou préparer de la nourriture pour mon fils de manière régulière car la terre ne produit presque rien." De même, une autre femme de l'État du Niger souligne comment l'augmentation du coût de la vie, notamment la hausse des prix des denrées alimentaires, l'empêche de fournir un bon dîner à sa famille : "Mon enfant n'a pas été nourri au sein correctement parce qu'il n'y a pas assez de repas nutritifs disponibles sur le marché pour moi. Et même lorsqu'ils sont disponibles, ils sont hors de prix." Pour répondre à ce problème, l'IFRC fournit actuellement des bons aux mères qui allaitent dans le cadre de son programme de transfert de fonds. "J'ai été l'une des mères soutenues par la Société de la Croix-Rouge. J'ai reçu 10 000 naira, ce qui m'a permis d'acheter de la nourriture pour ma famille", ajoute-t-elle. Le programme de transfert d'argent liquide est conçu pour aider les familles à faible revenu à faire face aux pressions de l'inflation afin qu'elles puissent subvenir aux multiples besoins du ménage et donc des enfants. Donner de l'argent liquide aux personnes que nous soutenons est un moyen efficace, efficient et transparent de fournir une aide humanitaire aux plus vulnérables. Il garantit que les personnes ont la liberté, la dignité et l'indépendance de décider de leur propre relèvement. Des visites à domicile pour combler les manques des services de santé Plusieurs centres de santé manquent de personnel et certains ont été fermés en raison de l'insécurité croissante, ce qui rend difficile l'accès des enfants souffrant de malnutrition aux soins de santé les plus élémentaires. 140 clubs de mères ont été créés par la Croix-Rouge nigériane et l'IFRC dans 7 États du nord-ouest du Nigeria. Les femmes et les membres des clubs de mères effectuent des visites à domicile et dépistent les enfants malnutris en mesurant la circonférence de leurs bras. Tout enfant souffrant de malnutrition est ensuite inscrit sur une carte de référence, conçue par la Croix-Rouge nigériane, et orienté vers un centre de santé pour un traitement complémentaire. Ces visites à domicile permettent de réduire la charge des services de santé étendus et de s'assurer que les enfants sont régulièrement examinés et soutenus lorsqu'ils en ont besoin. ___________ En réponse à la crise alimentaire qui sévit dans le nord-est et le nord-ouest du Nigeria, l'IFRC a lancé un appel d'urgence de plus de 4 000 000 de francs suisses pour aider les populations à faire face à la situation. Cliquez ici pour faire un don aujourd'hui afin de soutenir ce travail qui sauve des vies.

Lire plus
| Communiqué de presse

Afghanistan : Les crises incessantes conduisent des millions de personnes au point de rupture

Kuala Lumpur/Kaboul/Genève, le 15 août - La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) renouvelle son appel à une solidarité mondiale croissante envers le peuple afghan, qui continue de faire face à d'immenses besoins humanitaires. Des crises simultanées dans le pays ont causé les pires souffrances de ces dernières générations. Un cocktail de catastrophes et de crises s'abat sur le pays depuis plus d'un an maintenant, de nouveaux chocs aggravant des conditions déjà désastreuses. Fin juin, un tremblement de terre a frappé le sud-est de l'Afghanistan, tuant plus de 1 000 personnes et détruisant ou endommageant les maisons de 60 000 ménages, les laissant exposés aux éléments. De juillet à août, les pluies hors saison ont provoqué des inondations qui ont emporté les moyens de subsistance et aggravé les besoins humanitaires dans plus de 20 provinces. Mawlawi Mutiul Haq Khales, président par intérim du Croissant-Rouge afghan, a déclaré : « Les douze derniers mois ont été extrêmement difficiles pour notre peuple. Les difficultés économiques, exacerbées par les restrictions d'accès aux revenus liées aux sanctions, ont fait peser une pression supplémentaire sur des millions de personnes qui étaient déjà confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, à la pauvreté et à de nombreux autres chocs. Nous, au Croissant-Rouge afghan, avons intensifié nos opérations d'intervention dans toutes les provinces et notre vaste réseau de volontaires continue de fournir une assistance qui constitue une véritable bouée de sauvetage, en particulier pour les personnes exclues de l'aide la plus élémentaire, notamment les veuves et leurs enfants. « Les contributions de nos partenaires locaux et internationaux ont été essentielles, et nous leur en sommes vraiment reconnaissants. Nous demandons un soutien continu car des millions de nos concitoyens dépendront d'interventions humanitaires à long terme pour satisfaire leurs besoins les plus élémentaires.» Avec le soutien de l'IFRC et d'autres partenaires, la réponse du Croissant-Rouge afghan a permis jusqu'à présent de fournir une aide alimentaire à plus de 150 000 ménages et de distribuer de l'argent à au moins 15 000 autres. Ses plus de 140 établissements de santé, parmi lesquels des équipes sanitaires mobiles, continuent également à fournir des services de santé primaire, notamment des vaccinations de routine, dans tout le pays. L'aide humanitaire doit être soutenue. Necephor Mghendi, chef de la délégation de l'IFRC en Afghanistan, a déclaré : «Le peuple afghan ne peut être oublié. Il s'agit désormais de l'une des pires crises humanitaires au monde, avec plus de 20 millions de personnes qui ont encore besoin d'une aide urgente.» « En tant que plus grand réseau humanitaire du monde, nous répondons de nombreuses façons pour aider les communautés vulnérables. L'IFRC continue de soutenir le Croissant-Rouge afghan dans ses efforts humanitaires, mais la succession de crises et de catastrophes conduit des millions de personnes au point de rupture, d'où un besoin humanitaire massif qui exerce une pression immense sur la disponibilité des ressources. « L'hiver approche, et nous craignons que des vies soient perdues si nous n'agissons pas suffisamment tôt pour alléger les conditions de vie des personnes dont les capacités d'adaptation sont affaiblies par des chocs multiples.» L'IFRC et le Croissant-Rouge afghan renforcent leur préparation à un hiver potentiellement rude, qui s'abattra sur le pays dans quelques mois. La plus grande préoccupation concerne les zones de haute altitude où les températures risquent fort de descendre en dessous de moins 10 degrés. L'achat de vêtements d'hiver, de bottes d'hiver, de couvertures thermiques, de poêles et d'autres articles essentiels est en cours. Pour soutenir le Croissant-Rouge afghan, l'IFRC a lancé un appel de 90 millions de francs suisses à la communauté internationale afin de fournir une aide humanitaire d'urgence à plus d'un million de personnes touchées par des crises multiples. La préparation à l'hiver constitue un élément essentiel de ce plan. Pour organiser une interview, obtenir l'accès à des documents audiovisuels ou obtenir de plus amples informations, contactez : Bureau de l'Asie-Pacifique: Rachel Punitha, +60-197-913-830, [email protected] Bureau de l'Asie-Pacifique: Joe Cropp, +61 491 743 089, [email protected]

Lire plus
| Article

Niger : Une action urgente s’impose alors qu'une crise alimentaire frappe les communautés

Il est tôt le matin et le soleil commence à darder ses rayons brûlants annonçant une chaude journée de juillet 2022. De longues files d’attente sont visibles dans la cour de l’école primaire de Gorou Kirey, dans la banlieue lointaine de Niamey, la capitale du Niger. Le site accueille une opération de distribution de cash de la Croix-Rouge nigérienne en faveur des communautés touchées par la crise alimentaire. Boubacar Alzouma était parmi les premières personnes à arriver sur le site. « Il était hors de question de rater cette distribution, car il n’y avait rien à préparer à la maison aujourd’hui », explique ce cultivateur de 76 ans, en s'appuyant fortement sur sa canne. « C’est gênant de le dire, mais il y a des jours où nous n’avons rien à manger à la maison », ajoute Boubacar. Les mauvaises récoltes de l’année dernière, dues à des pluies irrégulières et insuffisantes, ont mis sa famille au bord de la famine. Il n’a récolté que deux sacs de son champ de deux hectares de mil, de sorgho et de niébé. Insuffisant pour nourrir ses 21 enfants. Pour faire face à la crise alimentaire, Boubacar a pris la difficile décision de vendre tout son bétail. « Notre plus grand espoir est d’avoir de bonnes précipitations cette année. Sinon, ce sera à nouveau une catastrophe », déclare Boubacar. Après avoir reçu le cash de la Croix-Rouge nigérienne, Boubacar s’est précipité pour acheter de la nourriture. Sans cette aide, sa famille se serait certainement couchée le ventre vide. La crise alimentaire a touché quelque 4,4 millions de personnes au Niger, en raison des effets combinés des chocs climatiques et de l’insécurité. Et l’histoire de Boubacar parle pour des millions de personnes qui vivent une situation similaire. Pour aider les gens à faire face, la Croix-Rouge nigérienne a distribué du cash à près de 6,000 ménages affectés à travers le pays (sur les 22 000 ciblés), grâce à son plan de réponse soutenu par l’IFRC et d’autres partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. L’assistance comprend également la distribution de colis alimentaires dans certaines régions et d’aliments de bétail afin d’aider les familles agropastorales à protéger leurs moyens de subsistance. La Croix-Rouge nigérienne met également en place des centres de nutrition communautaires pour dépister et orienter les enfants souffrant de malnutrition vers les centres de santé. Toutefois, il en faudrait plus pour éviter que la situation ne se détériore davantage. « Une réponse rapide et renforcée est nécessaire pour sauver des vies, car la soudure précoce a poussé de nombreuses familles au point de rupture », déclare Thierry Balloy, chef de la délégation du Cluster de l’IFRC au Niger. L’ampleur de la crise alimentaire a incité l’IFRC à lancer un appel d'urgence de cinq millions de francs suisses pour aider la Croix-Rouge nigérienne à assister 283 000 personnes (40 547 ménages). Les fonds collectés serviront à fournir du cash et un soutien nutritionnel aux personnes les plus vulnérables, tout en mettant place des solutions à long terme de renforcement de la résilience communautaire. Les familles agropastorales les plus vulnérables seront également aidées à restaurer leurs moyens de subsistance. Seuls 30 % de l’appel sont encore couverts. L’avenir de Boubacar, et celui de nombreux autres cultivateurs comme lui au Niger, reste incertain. Mais malgré les défis auxquels lui et sa famille sont confrontés, il garde espoir. « Si je reçois un deuxième financement et que les prochaines récoltes sont bonnes, je vais renouveler mon bétail. Ceci nous aidera à faire face éventuellement aux difficultés de la prochaine période de soudure", déclare Boubacar.

Lire plus
| Article

L'IFRC augmente l'aide en espèces aux personnes touchées par le conflit en Ukraine

Trois mois après le début du conflit en Ukraine, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ( IFRC ) a fourni une assistance financière d'un montant total de plus de 4,3 millions de francs suisses à des milliers de personnes en déplacement. La responsable des opérations d'urgence de l'IFRC pour la réponse en Ukraine, Anne Katherine Moore, a déclaré : "Plus le conflit se prolonge, plus les besoins deviennent importants. Le coût des produits de première nécessité, tels que les fruits et légumes frais, augmente. Des augmentations du coût du carburant et de la location d'appartements sont également signalées. Des millions de personnes ont perdu leur emploi et leurs économies s'amenuisent. Grâce à une nouvelle application mobile, nous avons pu intensifier notre soutien pour aider les personnes confrontées à ces difficultés financières." Cette nouvelle technologie permet à l'IFRC et aux Sociétés nationales qui y répondent d'atteindre les populations à grande échelle et de fournir une aide en espècepar voie numérique. Introduite avec succès en Roumanie, l'application mobile permet aux réfugiés de s'inscrire eux-mêmes pour recevoir une assistance en ligne, ce qui leur évite de devoir payer le prix d'un voyage pour un lieu de rassemblement. L'application sera bientôt élargie à la Pologne et à la Slovaquie, où l'aide en espèce est déjà fournie par des méthodes plus traditionnelles telles que l'enregistrement en personne, ainsi qu'à l'Ukraine et à d'autres pays voisins. "C'est la méthode la plus rapide que nous ayons jamais utilisée pour distribuer de l'argent liquide à cette échelle. Cela pourrait changer la donne pour notre travail, non seulement dans le cadre de cette réponse, mais aussi pour les opérations futures", a poursuivi M. Moore. L'aide en espèce est un moyen digne et efficace de soutenir les personnes touchées par le conflit, en leur permettant d'acheter des articles répondant à leurs besoins individuels, tout en soutenant l'économie locale. Elle fait partie de notre réponse intégrée et étendue de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge au conflit, qui comprend également la fourniture de soins de santé, de premiers secours, d'un soutien psychosocial et la distribution de produits de première nécessité. S'agissant des prochaines étapes, M. Moore a déclaré : "Il n'existe pas de solution à court terme pour répondre aux besoins de plus de 14 millions de personnes qui ont été contraintes de fuir leur foyer. Nous savons que même si le conflit prenait fin demain, la reconstruction et le relèvement prendront des années. Les gens ont perdu leurs maisons, leurs moyens de subsistance et l'accès aux soins de santé. L'IFRC, en soutien aux Sociétés nationales de la Croix-Rouge de la région, sera là pour aider les personnes maintenant, et dans les mois et les années à venir". -- Regardez: Notre réponse après 3 mois Au cours des trois derniers mois: Ensemble, nous avons apporté une aide vitale à plus de 2,1 millions de personnes en Ukraine et dans les pays voisins. Cela représente 1 personne sur 10 qui a dû fuir son domicile en raison du conflit.Le long des itinéraires de voyage à l'intérieur et à l'extérieur de l'Ukraine, nous avons mis en place 142 points de service humanitaire dans 15 pays pour offrir aux personnes en fuite un environnement sûr. Ils y reçoivent des services essentiels comme de la nourriture, des articles d'hygiène, des couvertures, des vêtements, de l'eau, des premiers secours, un soutien psychosocial, des informations et une aide financière. Au total, nous avons distribué 2,3 millions de kilogrammes d'aide. 71 000 volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge répondent à la crise.

Lire plus
| Communiqué de presse

Lancement d'un partenariat ambitieux entre l'IFRC et l'UE : un nouveau modèle pour le secteur humanitaire

Bruxelles/Genève, 30 mars 2022 - Le partenariat ambitieux lancé aujourd’hui entre la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et la Direction générale de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européenne (DG ECHO), se veut un nouveau modèle pour le secteur humanitaire. En réponse au nombre croissant de crises dans le monde, le partenariat programmatique pilote «Accélérer l'action locale dans les crises humanitaires et sanitaires » vise à soutenir l'action locale dans la gestion des crises humanitaires et sanitaires dans au moins 25 pays grâce à un financement pluriannuel de l'UE. Le partenariat renforce les priorités stratégiques communes aux deux entités et s'articule autour de cinq pôles d'intervention : la préparation aux catastrophes et la gestion des risques, la préparation et la réponse aux épidémies et aux pandémies, l'assistance humanitaire et la protection des personnes en déplacement, l'aide en espèces et en bons et enfin la communication des risques, l'engagement communautaire et la redevabilité. Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet effet : «J'accueille avec beaucoup d'espoir le partenariat programmatique pilote signé avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui est un partenaire de confiance de l'UE. Elle partage notre vision de la mise en œuvre d'opérations d'aide humanitaire efficaces et efficientes dans le monde entier. Le financement alloué à ce partenariat réaffirme l'engagement de l'UE à contribuer à répondre aux besoins croissants des personnes vulnérables dans environ 25 pays, en travaillant en étroite coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il confirme également notre engagement en faveur de partenariats stratégiques avec les organisations d'aide humanitaire ». Le secrétaire général de l'IFRC, Jagan Chapagain, d’ajouter: «Des partenariats stratégiques à plus long terme sont essentiels pour répondre à la recrudescence des crises humanitaires dans le monde. Nous devons répondre rapidement, réagir à grande échelle, et moderniser notre approche pour avoir un plus grand impact auprès des communautés. Nous savons que le soutien humanitaire le plus efficace et le plus à même de perdurer est celui qui est mené localement, qui place les communautés au cœur de l'action et qui est financé par un partenariat flexible, à long terme et prévisible. Le partenariat programmatique pilote permet exactement cela». Le programme commencera par une phase initiale dans plusieurs pays d'Amérique latine, d'Afrique occidentale et centrale et du Yémen. L'objectif principal est de fournir une assistance essentielle aux personnes actuellement touchées par des crises humanitaires, les conséquences de la pandémie COVID-19, les catastrophes climatiques et les conflits, et de prévenir les pertes de vies et les souffrances. Des investissements sont également réalisés pour que les communautés soient mieux préparées à faire face aux catastrophes grâce à la mise en œuvre de composantes de préparation aux catastrophes et de réduction des risques. Grâce à son étroite collaboration avec ses Sociétés nationales, la portée mondiale de l'IFRC combinée à l'action locale, sa longue histoire de travail humanitaire axé sur la communauté et ses Principes fondamentaux, en font le partenaire de choix pour ce partenariat programmatique pilote avec l'UE. Après la première phase de mise en œuvre, le programme vise à étendre sa portée et à inclure d'autres pays dans le monde avec le soutien de plus de Sociétés nationales de l'UE. Faits marquants 10 pays pour la mise en œuvre dans la phase initiale : le Burkina Faso, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Yémen, Le Salvador, Le Guatemala, le Honduras et le Panama; 7 Sociétés nationales de l'UE œuvrant pour soutenir la mise en œuvre de la phase initiale : la Croix-Rouge belge (FR), la Croix-Rouge danoise, la Croix-Rouge française, la Croix-Rouge allemande, la Croix-Rouge italienne, la Croix-Rouge luxembourgeoise et la Croix-Rouge espagnole. Pour plus d'informations A Bruxelles: Federica Cuccia, [email protected]; A Genève: Anna Tuson, [email protected], +41 79 895 6924

Lire plus
| Communiqué de presse

#PowerToBe lancement d'une campagne visant à modifier la perception sur les réfugiés

Ankara/Berlin, 18 janvier 2022 - La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé une campagne visant à lutter contre les perceptions négatives des réfugiés à un moment de plus en plus critique en Europe. La campagne #PowerToBe suit quatre Syriens passionnés vivant en Turquie - Hiba, une musicienne, Eslam, un illustrateur, Ibrahim, un nageur et Mohammed, un amateur de café - qui reprennent le contrôle de leur vie grâce à l'aide d'une assistance mensuelle en espèces financée par l'UE, leur donnant finalement plus de pouvoir pour être eux-mêmes. Les quatre protagonistes rencontrent chacun numériquement des personnes influentes d'Allemagne, d'Italie, de Suède, de Turquie, du Portugal et de Pologne qui partagent une passion commune pour la musique, l'art, les sports nautiques et le café. La campagne montre comment des personnes de tous horizons peuvent se connecter les unes aux autres à hauteur d'yeux malgré les différences de langue ou d'origine. Dans le cadre de la campagne #PowerToBe, Eslam, quinze ans, s'entretient avec le célèbre illustrateur allemand Steffen Kraft, l'artiste de rue et peintre italienne Alice Pasquini et l'artiste de rue suédois Johan Karlgren sur sa passion pour l'illustration. "Dessiner beaucoup m'a aidé à montrer au monde, même si ce n'est qu'un peu, ce qui s'est passé en Syrie", dit Eslam. Ibrahim, qui est devenu paralysé pendant le conflit en Syrie, s'entretient avec Kris Kolanus, plongeur professionnel polonais, de la liberté et de l'absence de limites qu'ils ressentent tous deux dans l'océan. "Même si beaucoup de choses peuvent m'entraver, j'essaie de faire quelque chose. Pour l'année prochaine, je me prépare à traverser le Bosphore à la nage pour la compétition." Mohammed, père de deux enfants, s'entretient avec les fournisseurs turcs de grains de café Hasibe et Ümit de sa passion et des souvenirs liés au café. "Quand nous sommes arrivés en Turquie, dans une maison vide, nous n'avions rien du tout. Des frères turcs nous ont aidés, nous ont donné quelques meubles." Ils ont goûté son café et lui ont dit que c'était "le meilleur qu'ils aient jamais eu". Hiba, qui fréquente désormais une école de musique à Istanbul, s'est mise en relation avec l'auteur-compositeur-interprète portugais April Ivy, avec qui elle a écrit et chanté une chanson. "J'aime donner de l'espoir aux gens, car quelles que soient les difficultés que nous traversons, il y a aussi de belles choses qui se produisent", explique Hiba. La Turquie abrite actuellement la plus grande population de réfugiés au monde, avec près de quatre millions de personnes qui tentent de reconstruire leur vie. Environ 3,7 millions d'entre eux sont des Syriens qui ont fui le conflit qui a dévasté leur pays. Financé par l'Union européenne, le plan d'aide sociale d'urgence (ESSN) est le plus grand programme humanitaire de l'histoire de l'UE. Il fournit une aide mensuelle en espèces, via des cartes de débit, à près de 1,5 million de réfugiés vulnérables en Turquie. L'ESSN est mis en œuvre par le Croissant-Rouge turc et l'IFRC, en coordination avec le gouvernement turc. L'aide en espèces permet de soulager les réfugiés d'une année exceptionnellement difficile où beaucoup d'entre eux sont confrontés à une aggravation de la dette et de la pauvreté en raison des impacts secondaires du COVID-19. L'aide en espèces permet à des personnes comme Hiba, Eslam, Mohammed et Ibrahim d'avoir la liberté et la dignité de décider elles-mêmes comment couvrir leurs besoins essentiels comme le loyer, le transport, les factures, la nourriture et les médicaments. En même temps, elle leur donne la possibilité de réinvestir dans les communautés qui les accueillent, en soutenant l'économie locale turque. Cette année, nous avons vu les communautés vulnérables de réfugiés s'enfoncer davantage dans les difficultés, mais nous avons aussi vu leur espoir et leur force. À travers cette campagne, nous avons voulu mettre en lumière les contributions et la résilience dont ils font preuve malgré tous les défis. Lorsqu'ils reçoivent le soutien adéquat, le potentiel des réfugiés est infini. Jagan Chapagain Secrétaire Général de l'IFRC Hiba, Eslam, Ibrahim et Mohammed ont dû tout laisser derrière eux, mais ils se sont accrochés à leurs rêves et ont continué à les poursuivre avec passion. Le programme ESSN est une bouée de sauvetage pour eux et pour 1,5 million d'autres réfugiés vulnérables en Turquie, dont beaucoup ont été particulièrement touchés par la pandémie de coronavirus. Nous sommes fiers de voir la différence tangible qu'il apporte en leur donnant la possibilité de faire des choix pour leur vie. Janez Lenarčič Commissaire européen chargé de la gestion des crises Plus d'informations Cliquez ici pour télécharger plus de détails sur la campagne #PowerToBe, notamment de brèves informations sur chacune des personnes bénéficiant de l'aide de l'ESSN et sur les influenceurs qui y participent. You can also visit the #PowerToBe website and learn more about the ESSN on our website here. Vous pouvez également visiter le site web #PowerToBe et en savoir plus sur l'ESSN sur notre site web ici. Pour organiser des entretiens, veuillez contacter : A Berlin: Samantha Hendricks (Social Social), +49 1577 495 8901, [email protected] En Turquie: Nisa Çetin (Turkish Red Crescent), +90 554 830 31 14, [email protected] En Turquie: Corrie Butler (IFRC), +90 539 857 51 98, [email protected] En Turquie: Lisa Hastert (ECHO), +90 533 412 56 63. [email protected]

Lire plus
| Page de base

Aide en espèces et en bons

Donner de l'argent aux personnes victimes decatastrophes est un moyen efficace, efficient et transparent de fournir une aide humanitaire aux plus vulnérables. Il garantit aux personnes la liberté, la dignité et l'indépendance de décider de leur propre rétablissement.

Lire plus